banniere

U Svegliu Calvese
et les Rencontres Polyphoniques de Calvi

Année 2007

Dernière mise à jour du site : 20/07/2010
Vous êtes ici : Musique/Chant corse/Rencontres polyphoniques/2007
1996   1997   1998   1999   2000   2001   2002   2003   2004   2005  2006 

 2007   2008   2009   2010   2011   2012   2013   2014   2015   2016   2017   2018 

U SVEGLIU CALVESE
La Poudrière BP 37
20260 CALVI

À l'iniziu c'era a voce

XIXèmes Rencontres de Chants Polyphoniques
11 - 12 - 13 - 14 - 15 septembre 2007

rencontres


PROGRAMME

BASTIA
Mardi 11  21 h Cathédrale Ste Marie A Filetta (Corse)
Alasé (Nouvelle Calédonie - Ile de Maré)
Huun Huur Tu (République Touva)
Citadelle de CALVI
Mercredi 12 18 h Oratoire  Huun Huur Tu (République Touva)
21h30 Cathédrale 

Il Rito e la Memoria :
rencontre du chant traditionnel  sarde et du jazz

Paolo Fresu (trompette),
Alborada String Quartet,
Diederik Wissels
(piano),
Su Cuncordu di Castelsardo
(voix),
Su Cuncordu e Tenore de Orosei
(voix),
Su Cuncordu 'e su Rosariu di Santulussurgiu
(voix)

Jeudi 13 18 h Cathédrale 

Patrizia Poli / Nilda Fernandez
Par dessus la mer

CREATION

21h30 Cathédrale  Moba (Serbie)
Quatuor Giovanna Marini (Italie)
La Torre di Babele
Vendredi 14 18h Oratoire
21h30   Place d'Armes
Gacha Empega (chant occitan)

Mistico Mediterraneo
(commande de l'Aghja créée en octobre 2006)

A Filetta (polyphonies corses) avec :
Paolo Fresu
(trompette),
Daniele Di Bonaventura
(bandonéon),
André Jaume
(saxophone),
Philippe Biondi
(percussions)

Samedi 15  15h30 - 18h   Cantu à l´asgiu : Moba (Serbie) ....
18h  Cathédrale Alasé (Nouvelle-Calédonie - Ile de Maré)
21h30   Place d'Armes Calusgiule à l´ultimu :
clôture avec les participants aux Rencontres
Lo Cor de La Plana (chant occitan)

Chaque soir les chants d'A FILETTA accueilleront les groupes invités

Le concert du mardi 11 se déroulera à Bastia (Cathédrale Sainte Marie, Citadelle) en collaboration avec le Centre Culturel de Bastia UNA VOLTA - Rue Cesar Campinchi - Tél : 04 95 32 12 81

Les autres concerts se dérouleront à Calvi, dans la citadelle (Cathédrale Saint Jean-Baptiste, Oratoire, Place d'Armes)

Les Rencontres de 18h00 instaurent un climat propice aux échanges vrais entre les artistes et un public toujours curieux et désireux d'en savoir plus. Elles sont animées par Philippe-Jean Catinchi, journaliste au Monde

Le samedi 15 dans l'après-midi, dans la citadelle, Franck Tenaille nous présentera le livre "Giovanna Marini, il canto necessario" en présence de celle-ci. Ce livre d'Ignazio Macchiarella est consacré à la Giovanna Marini compositrice mais aussi chanteuse, pédagogue, femme engagée, conteuse.

Prix des places :

Bastia, 21h et Calvi, 21h30 : 22 € - Etudiant : 15 €

Calvi : 18h : 12 €  /  L'achat d'un billet pour le concert du soir,  permet de bénéficier d'un tarif préférentiel d'un montant de 5 €, dans la limite des places disponibles

Abonnement (concerts de 18h00 et de 21h30) :   Calvi : 80 € /  Bastia + Calvi : 92 €

Attention : après le début du spectacle, l'accès à la salle ne pourra s'effectuer qu'à un moment propice choisi par le personnel d'accueil en accord avec les organisateurs

Toute réservation non retirée au plus tard à 16h30, le jour du concert est automatiquement annulée

U SVEGLIU CALVESE

Rencontres de Chants Polyphoniques de Calvi
BP 37
20260 CALVI
Tél : 04 95 65 23 57
Fax : 04 95 65 41 54
e-mail : svegliu@wanadoo.fr

Compte-rendu des XIXes Rencontres polyphoniques
du 11 au 15 septembre 2007
ou : Le journal d'un abonné

Mardi 11 septembre, Bastia

L’étape bastiaise est toujours comme un prélude obligé un peu contraignant. D’abord, il faut trouver une place pour stationner. Et pour ceux qui résident en Balagne, la perspective de faire la route à minuit est peu engageante. La proximité, l’intimité de Calvi nous manquent. L’église n’est pas St Jean Baptiste de Calvi...


bastia
Ste Marie de Bastia

Mais ne boudons pas notre plaisir, les 19es Rencontres vont commencer. Nous reprenons nos habitudes, le repas rapide au café de la Citadelle, les retrouvailles entre habitués, la bise à Valérie à l’entrée, Anne-Lise et son amie bastiaise qui placent le public… La tension monte certainement autant chez les spectateurs que chez les artistes. Enfin, nous allons retrouver A Filetta pour l’ouverture. Scherzi veranili de Jean-Michel Giannelli ouvre le concert. Pendant le chant, Clemente, le fils de Jean-Luc, fait des vocalises… Jean-Claude prend la parole pour ouvrir ces 19es Rencontres de chants polyphoniques avec un texte de Primo Levi « Entrez et prenez place parmi nous… c’est aujourd’hui le soir des différences » et s’élève contre la reconduite à la frontière le même jour d’un jeune marocain installé en Corse depuis 14 ans (lire dans E Nove). « Plus que jamais, ces Rencontres seront sous le signe du respect mutuel, de la fraternité, de l’échange, du partage. »

af
A Filetta, Bastia (photo Paul Parenti)

Cette prestation très courte – trop courte, bien sûr ! – se poursuit avec Rex, un extrait d’Himalaya l’enfance d’un chef, Le Lac, pour finir par un Benedictus d’anthologie.

Le groupe kanak Alasé succède au groupe balanin. Alasé, dont le nom signifie « sel » en langue Nengone, est composé de dix jeunes choristes, sous l’autorité du pasteur Honoré Bearune. Rencontrée par A Filetta lors des concerts du groupe à Nouméa en mars 2007, cette formation quittait la Nouvelle-Calédonie pour la première fois. La langue de l’île de Maré est très mélodieuse et la musique d’Alasé est très pure et très rafraîchissante.

alase
Alasé

Pendant le concert, petit gag : un technicien passe discrètement derrière le groupe puis on voit apparaître son bras pour régler le volume de la guitare…

alase

Le groupe Huun Huur Tu de la République de Touva conclut cette première soirée. Quatre chanteurs musiciens (luth, vièle à archet, tambour et flûte) spécialistes du chant de gorge ou « khomei », technique vocale qui leur permet de produire plusieurs notes à la fois, élégamment qualifié de « grognements » par un journaliste… Ce chant étonnant évoque la taïga, le chant des oiseaux, les chevaux, le vent…

hht
Huun Huur Tu

A la sortie, devant l'église, les t-shirts fabriqués maison de « l’Amichi d’A Filetta » font sensation. Paolo Fresu, qui discute avec Paul Giansily, apprécie visiblement ...

amichi

Mercredi 12

C’est avec plaisir que nous retrouvons la citadelle de Calvi, l’oratoire, la cathédrale, les bénévoles du Svegliu.

Le concert d’Huun Huur Tu dans l’Oratoire est, d’un avis unanime, meilleur que celui de la veille à Bastia. Le lieu y est pour beaucoup, sans doute aussi le groupe se sent plus à l’aise à Calvi. Peu d’échange vrai entre artistes et publics cependant, car le groupe ne souhaite visiblement pas s’exprimer, au grand dam de Philippe-Jean Catinchi. Le public les a néanmoins chaleureusement applaudis à l’issue de leur prestation.

hht
Huun Huur Tu

La principale préoccupation de l’abonné des Rencontres est d’être bien placé. En effet, si le précieux sésame que constitue l’abonnement assure d’être dans les premières rangées, il ne garantit pas forcément une bonne visibilité. Le fin du fin est donc d’entrer dans les premiers. Comment y arriver tout en satisfaisant ses besoins essentiels (se nourrir et trouver des toilettes) ?  

Heureusement, nous avons trouvé notre bonne fée en la personne d’Angelina. La jeune serveuse du café d’en face est aux petits soins pour notre groupe. Un service rapide et souriant qui nous permet de nous positionner assez tôt dans la file d’attente.

Dès 20 heures, la foule se pressait devant la cathédrale pour la rencontre du chant traditionnel sarde et du jazz à travers la suite « Il Rito e la Memoria » composée par Paolo Fresu, à mon sens le plus grand trompettiste de jazz actuel, en tout cas un très grand.
Pour commencer, A Filetta accueillait le public pour le début calvais de ces 19es Rencontres par quatre chants : Nana, Pater Noster, un extrait d’Himalaya, La colère de Karma et 1901, une création en hommage à la Géorgie. Il Rito e la Memoria met en scène trois ensembles de chant sarde : Su Cuncordu de Orosei, Su Cuncordu de Castelsardo et Su Cuncordu de Santalussurgiu, la grande chanteuse Elena Ledda, l’Alborada String Quartet, Diederik Wissels au piano et bien sûr Paolo Fresu à la trompette et au bugle.

ledda
Elena Ledda 

Elena Ledda, que nous avons grand plaisir à retrouver, introduit l’œuvre. Puis les trois groupes sardes successivement des trois côtés de la nef, entonnent leurs chants traditionnels. Enfin Paolo Fresu apparaît au fond de l’église et avance lentement dans la nef tout en soufflant dans son bugle. Le public reste bouche bée devant son souffle étonnant, illustration de la technique de respiration circulaire du yoga pratiquée par de nombreux jazzmen.

memoria

Le quatuor à cordes et le piano complètent la tapisserie sonore. On reconnaît à un moment le thème du Fratres d’Arvo Pärt joué par les cordes et la trompette. Elena Ledda chante une version modernisée de Diu ti salvi Maria sarde repris successivement par les trois Concordi pour un magnifique final.

rito

ilrito

Immense ovation pour les artistes, à commencer par Paolo Fresu et Elena Ledda.

A la sortie, les discussions étaient animées, preuve s'il en était besoin de l'intérêt suscité par ce concert. Les avis étaient en effet contrastés. Si tous se rejoignaient sur le talent des interprètes, de nombreux spectateurs étaient un peu rebutés par le chant sarde, immuable et renfermé sur lui-même. La différenciation des trois chœurs requérait une oreille accoutumée au chant sarde. Pour d’autres, le concert tenait plus de la juxtaposition de beaux passages que d’une œuvre cohérente et fusionnelle. D’autres encore ont regretté la part trop réduite des voix.

En tout cas, ce fut l’un des temps forts de ces Rencontres et un pari audacieux. Pour ma part, j’ai énormément apprécié ce concert, que j’ai trouvé passionnant de bout en bout.
Une question cependant : le rite (il rito) peut il fusionner avec la modernité ? La fusion entre le chant polyphonique sarde et la musique instrumentale semble quasi impossible.
Mais que de beaux moments ! Paolo Fresu est vraiment un immense musicien. Un son magnifique, un phrasé d’une élégance extrême. Evidemment, on pense à Miles Davis, mais Paolo a sa propre personnalité, même s’il doit beaucoup au « Prince of darkness ».

Jeudi 13 septembre

Très attendue, cette rencontre entre Patrizia Poli et Nilda Fernandez ne déçoit pas.

pp
Patrizia Poli (photo Paul Parenti)

Deux voix qui se marient, se répondent, accompagnées par le piano de Patrizia et la guitare de Nilda… Etonnante version de l’Armstrong de Claude Nougaro, repris en rappel. Au milieu du public, Lydia Poli et Patrizia Gattaceca chantent aussi ! Patrizia Poli est rayonnante, lumineuse. Une grâce infinie.

patnilda
Patrizia Poli et Nilda Fernandez

Le soir, A Filetta accueillait le public par trois chants : Paghjella, Kyrie et A l’Alivetu.

af
A Filetta

Le groupe Moba, composé de cinq étudiantes serbes en ethnomusicologie accompagnées par un flûtiste, interprète des chants traditionnels de Serbie issus des archives. Le chant serbe rappelle un peu le chant albanais, parfois les voix blanches polonaises. Beau, intéressant, mais peu d’émotion. On est là dans une reproduction mais pas dans une démarche créative. Peut-être aurait-il fallu programmer ce groupe à 18h.

moba
Moba
moba
Moba (photo Paul Parenti)

D’une manière générale, nous sommes un peu frustrés cette année par les « 18 h ». Certaines musiques gagneraient à être introduites par un musicologue, comme l’avait fait Vincent Zanetti l’an dernier. Inversement, certains artistes n’ont pas grand chose à dire ou ne souhaitent pas s’exprimer, et le « 18 h » perd par là-même de son intérêt.

Puis vint le grand moment : le quatuor de Giovanna Marini dans La Tour de Babel, inspiré par le 11 septembre 2001. Mais pas de compassion larmoyante dans cette cantate, une alternance de moments graves et gais. Cette immense musicienne a aussi fait pleurer de rire le public par ses interventions parlées pleines d’humour. A la fin, elle expliquera au public que, comme les disques ne se vendent plus, elle faisait désormais des livres-disques, qu’elle a tenu à vendre personnellement…

marini
Quatuor Giovanna Marini
(Patrizia Nasini, Patrizia Bovi, Giovanna Marini et Francesca Breschi)

quatuor
(photo Paul Parenti)

C’est devenu une habitude de ces Rencontres, le jeudi soir tout le monde scrute le ciel avec inquiétude. Les concerts pourront-ils se tenir sur la Place d’Armes ? Les bulletins météo sont assez pessimistes, et on n’ose imaginer une nouvelle fois un repli sur la cathédrale…

Vendredi 14 septembre

A Filetta répète avec Paolo Fresu, et on se dirige vers l’Oratoire en regardant le ciel. Il est tombé quelques gouttes le matin et à midi mais la tendance est à l’éclaircie...

gacha
Gacha Empega

Bonne surprise, le programme annonçait le duo Manu Théron-Samuel Karpienia, et Barbara Ugo est présente pour reconstituer le trio Gacha Empega.

empega

Présentations toujours délirantes de Manu, mais un discours d’une extrême lucidité quand Philippe-Jean Catinchi l’interroge sur le renouveau du chant occitan et sa connotation politique très forte : pour Manu, le lien du « revival » avec la gauche révolutionnaire dans les années 80 a probablement contribué à sa marginalisation, et les chanteurs sont des vecteurs « temporels et temporaires », même si son Jésus est marxiste. « Mais ce qu’on veut avant tout, c’est chanter, notre présence est avant tout artistique, et même notre présence politique est artistique. »

Le soir, le ciel est bleu quand une foule immense (environ 650 personnes) se presse pour le grand évènement de ces rencontres : le concert d’A Filetta avec Paolo Fresu aux trompettes, André Jaume aux saxophones et à la flûte, Daniele di Bonaventura au bandonéon et Philippe Biondi à la marimba.

place

Le groupe commence seul avec La folie du cardinal puis enchaîne avec Pater Noster et l’Arditezza. Puis Paolo Fresu expose une mélodie pleine de lyrisme, accompagné par le bandonéon et le saxophone ténor. Après ce premier morceau, un autre morceau jazz avec une exposition du sax ténor et de la trompette auxquels se joignent bientôt la marimba et le bandonéon. La trompette de Paolo est reliée à un synthétiseur qui fournit une assise sonore colorée. Le morceau se termine par une pédale continue qui introduit le Rex d’A Filetta. La trompette relaie le chant, le ténor et la marimba ponctuent. 

Puis Jean-Claude annonce Liberata, entamé par le bandonéon. Après A Filetta, Paolo Fresu prend un solo époustouflant : une merveille de délicatesse et de swing. Puis L’Attesa sur le rythme de la marimba, Scherzi veranili

Sur des notes de marimba Jean-Claude récite le texte de Memorie, puis vient un saisissant U Sepulcru avec des éclairs de trompette. Un instrumental, puis c’est une version époustouflante de Le Lac où ce sont les chants qui fournissent l’assise rythmique aux cuivres. 

La rencontre a bien lieu, et c’est fantastique. 

Vient ensuite Affrescu avec le saxo aux accents free d’André Jaume. Puis Meditate et Rex en rappel. 

Contrairement à la soirée de mercredi, le public est unanime : une réussite exemplaire, une fusion parfaite entre les deux univers ; les chants d’A Filetta sont métamorphosés, recréés. On rêve maintenant d’une création commune sur des thèmes inédits…



daniele
A Filetta et Daniele di Bonaventura
af
A Filetta

jaume

André Jaume à l'alto. A L'arrière plan, José, Philippe Biondi et Maxime

fresu

Paolo Fresu

fj
Paolo Fresu, Philippe Biondi et André Jaume

af
A Filetta et Daniele di Bonaventura

Deux extraits de vidéos filmées par Hervé Muracciole :

cm

cm2

Nous avons bien du mal à quitter la Place d’Armes. Nous discutons un moment avec Jean-François Vega de l’Alba avant de rentrer.

Samedi 15 septembre

Samedi très chargé pour moi : j’avais rendez-vous à 14 h à la Poudrière avec Jean-Claude Acquaviva qui avait la gentillesse de répondre aux questions de Margarethe, jeune violoniste autrichienne.

A 14h45, Orlando Forioso présentait chez Tao son ouvrage Chi si sbaglia, inventa !
Franck Tenaille et Giovanna Marini lui succédaient à 17 heures pour Il canto necessario, livre-CD désigné « Coup de cœur 2007 » par l’Académie Charles Cros.
On aurait écouté pendant des heures les explications de Giovanna émaillées d’anecdotes savoureuses. Je pense notamment au scandale provoqué par le spectacle "Bella ciao" au festival dei due mondi de Spoleto en 1964. Une femme couverte de fourrure (Wally Toscanini, dirent certains) se mit à crier : "Je n'ai pas payé 2 000 lires pour venir entendre ma femme de ménage chanter dans ce théâtre !", déclenchant l'ire de Giovanna Marini, le tout finissant en bagarre générale !

Un propos passionnant, d’une grande densité sur la musique, le chant populaire, la tradition…

tao
Franck Tenaille et Giovanna Marini

Pendant ce temps, les voix serbes de Moba se mélangeaient à celles des confréries de Calvi.

confreres
Confréries de Calvi (photo Paul Parenti)

Juste le temps de gagner la Cathédrale pour le concert d’Alasé qui répond aux questions de Philippe-Jean.

alase
Alasé

Le soir, la Place d’Armes est de nouveau investie pour Calusgiule à l’ultimu, le final prometteur de cette 19e édition.

citadelle

Et l’on n’est pas déçu : A Filetta, Moba, le Cuncordu de Orosei puis A Filetta avec les jazzmen avec U Sipolcru, Paolo Fresu commençant à jouer tout en haut du Palais des Gouverneurs puis traversant la foule pour regagner la scène…

af
A Filetta et Daniele di Bonaventura


af
Paolo Fresu et André Jaume
af
Moba
af
Paolo Fresu dans les hauteurs !

Puis Le Lac. Moba revient pour un morceau de flûte et un chant, relayé par Su Cuncordu de Orosei. Les jazzmen reviennent pour un morceau, puis cèdent la place à A Filetta pour A l’Alivetu, Gloria et Scherzi veranili.

Su Cuncordu d’Orosei revient, suivi par Paolo Fresu qui introduit le Cor de la Plana. Le groupe marseillais met le feu à la Citadelle avec un premier morceau très dansant (Nau Gojatas), tandis que de magnifiques jeux de lumière illuminent la Citadelle. Le rythme accélère, accélère encore, les battements de pieds renforcent les percussions, et les six compères sont toujours impeccablement en place.

af
Lo Cor de la Plana

af

Lo Cor de la Plana

af

Lo Cor de la Plana

Dès ce premier long morceau évoquant neuf jeunes filles de Castelnau voulant danser, le public est debout et danse. Le Cor poursuit avec Tant deman(pour ceux qui sont « funky de la fesse », annonce Manu), Bosin. 

Entre deux chants, Manu Théron annonce qu’un étui à lunettes a été trouvé, puis part dans un délire où il est question d’Elton John, qui reviendra d’ailleurs dans un morceau. Vient un morceau évoquant les arbres de mai (Jorns de mai), puis un « petit reggae pour les fatigués et les cardiaques », Lèva ti dau mitan, puis Dieu Vos Gard Senher Guilhaumeu pour conclure avec La Liberta, chant célébrant la commune de Marseille (Adolphe Thiers, natif de Marseille avait ordonné : « Tuez-les tous, même les chiens ! »). « Mais, » conclut Manu, « on est encore là ».

Et tout finit par une grande farandole sur La Noviota ("La jeune mariée", dont l'époux, entendant le coucou chanter "Cocu ! cocu !", demande : "mais comment l'as-tu su si vite, sale bête ?")

af
La farandole finale

Je souscris entièrement à l’excellent article d’Isabelle Volpajola dans le Corse matin du 17 septembre : « Je ne suis rien venu résoudre. Je suis venu ici chanter. Je suis venu pour que tu chantes avec moi » C’est cette phrase, extraite du sublime et inoubliable Canto general de Pablo Neruda, que les organisateurs des rencontres ont choisi pour symboliser la manifestation. Et la XIXe édition (…) aura été en tous points conforme au message du grand poète chilien : l’invitation à un moment de partage. (…)

Du partage, des rencontres, des moments forts, on peut dire qu’il y en aura eu. Entre les artistes, les cultures, les peuples. Certains sont des habitués, comme les chanteurs sardes de Su Cuncordu d’Orosei, présents depuis la première édition. D’autres étaient déjà venus. Quelques uns, à l’image du chœur kanak Alasé, découvraient Calvi et la Corse pour la première fois. On retiendra à nouveau leur fraîcheur tout comme on se souviendra des chants de gorge de chanteurs de Huun Huur Tu. On n’oubliera pas non plus l’enthousiasme et la fougue occitane de Lo Cor de la Plana, l’émotion du quartet Giovanna Marini, la subtilité des chanteuses serves de Moba. 

Côté rencontres et créations, Il rito e la memoria (chant traditionnel sarde et jazz) et Mistico mediterraneo (polyphonies corses, trompette, saxo, clarinette, flûte, bandonéon et percussions) ont été très remarqués, avec une mention particulière au trompettiste sarde Paolo Fresu, présent dans les deux concerts. A retenir aussi la douceur et le charme de la première rencontre artistique entre Patrizia Poli et Nilda Fernandez. 

Et bien sûr, comme chaque année, la qualité des prestations et la chaleur de l’accueil du groupe A Filetta, coorganisateur avec U Svegliu Calvese de la manifestation. Cette édition des rencontres de chants polyphoniques de Calvi, comme la poésie de Neruda, n’entendait rien résoudre. Juste apporter un peu de bonheur, de fraternité, de partage. Voilà qui est fait. En attendant le vingtième rendez-vous… »

final

impact

L’Arditezza, ce titre extrait du Médée d’A Filetta s’applique parfaitement à la programmation de ces 19es Rencontres : audace d’inviter une chorale de l’île de Maré composée d’amateurs, audace encore de programmer la première rencontre de Patrizia Poli et Nilda Fernandez. Et que dire des deux rencontres entre chant polyphonique et jazz ? Et du final décapant du Cor de la Plana ?

Ce qui fait le prix de ces rencontres, c’est de pouvoir rencontrer les artistes, discuter avec eux, mais c’est aussi et surtout de rencontrer et d’échanger entre spectateurs de toutes nationalités, de toutes origines, simplement réunis par la passion.

Merci aux bénévoles du Svegliu pour leur disponibilité, leur gentillesse, leur bonne humeur. Amitiés à Claire, Michel, Thérèse, Anne-Lise, Jean-Marie et à tous les autres. Et vive les 20es Rencontres !

Pour finir, un petit mot sur les photos de spectacle :

Les photos sont en principe interdites. Je dis « en principe », car bien que ce soit inscrit sur les billets et à l’entrée des salles, beaucoup de gens (et moi le premier) prennent des photos. Le problème, c'est que lors du concert Il Rito e la memoria, les artistes ont été très gênés par les éclairs de flash. Rappelons les règles d’or à respecter :

Demander l’autorisation aux organisateurs ;

N’utiliser le flash en aucun cas ;

Déconnecter tous les sons de l’appareil photo ;

Choisir le moment opportun pour déclencher. Rien n’est plus énervant que d’entendre un passage musical saccagé par un déclic bruyant. Attendre les fortissimi, profiter des applaudissements, en un mot, être discret !!

J’en profite pour adresser cette prière à TOUS les spectateurs : laissez finir la musique avant de laisser libre cours à votre enthousiasme ! Les chants d’A Filetta, notamment, finissent souvent dans un souffle presque inaudible ; attendez le silence complet avant d’applaudir, c’est encore plus beau !

rencontres

mariejo


Calendrier perpétuel des Rencontres

(merci à Max pour ses explications)

26 mars 2007 : Assemblée Générale du Svegliu Calvese

ag
Corse-Matin du 27 mars 2007
passione
Corse Matin du 1er avril 2007

Ce pourrait être le titre d'une de ces comédies "à l'italienne", qui ont fait notre bonheur dans les années 60 !

Ce pourrait… mais ce n'est pas ça ! C'est juste un nouveau concept de spectacle organisé par TeatrEuropa dans le cadre du projet Interreg, "FESTA", qui a vu notre Truppa aller des scènes de Sardaigne à celles de Livourne, tandis que nous accueillions, dans notre encore éphémère "Teatru", Gattomammone, Principe Ginò et autres personnages de la tradition des contes sardes!
Aujourd'hui, voici la dernière étape de ce voyage dans le Monde de la Littérature et du Théâtre : une Histoire de la Littérature Italienne (Storia della Letteratura Italiana, ode a Ernesto Bignami), présentée par la Compagnie "La Botte e il Cilindro", conçue, écrite, mise en scène et interprétée par Sante Maurizi.
Comme nous, vous vous demandez sans doute qui est cet Ernesto Bignami, dont la réputation n'a pas traversé les frontières ? Eh bien ! c'est un grand humaniste, que l'on pourrait comparer à notre "Bescherelle", de ceux dont on ignore tout, mais qui viennent au secours de milliers d'élèves, en proposant ces petits ouvrages qui ont réponse à tout !

Point n'est besoin de s'échiner sur des règles de grammaire rébarbatives ou sur des conjugaisons compliquées: brandissons notre Bescherelle! En Italie, ils brandissent leur Bignami, lequel a poussé la générosité jusqu'à concevoir des livres qui résolvent tout, absolument tout! Heureux élèves ! Voilà l'esprit qui anime Sante Maurizi lorsqu'il nous propose cette histoire de la littérature italienne, une histoire dont on gommerait tout l'aspect fastidieux pour n'en garder que le suc, ce qui véritablement donne du plaisir: car la lecture n'est pas que cet exercice obligatoire auquel sont soumis tous les élèves. C'est aussi cet exercice obligatoire auquel il faut se soumettre, pour pouvoir ensuite expliciter ses choix, les hiérarchiser et les exprimer. En toute liberté et avec plaisir.

Et les spaghetti dans tout cela, que faisons-nous des spaghetti ? Eh bien ! S'il faut avaler du café pour digérer la philo dans les "cafés-philo", pourquoi ne pas accomoder la littérature italienne avec des spaghetti?

C'est pourquoi, nous vous donnons rendez-vous : - soit à 20h au restaurant A Candella pour une spaghetti–party, suivie du spectacle de Sante Maurizi chez Tao à 21h 30, - soit directement chez Tao à 21h 30, pour le spectacle sans les spaghetti. Non, les spaghetti seulement , sans le spectacle, ce n'est pas possible! N'insistez pas, je vous dis que ce n'est pas possible!

N'oubliez pas de réserver: il n'y en aura pas pour tout le monde ! (des spaghetti, bien sûr!)

Renseignements & réservation:
U Svegliu Calvese – Tél: 04 95 65 23 57- Fax: 04 95 65 41 54

E-mail: svegliu@wanadoo.fr

communiqué….communiqué…communiqué….communiqué…communiqué

Edito:

Cette année, Calvi On The Rocks fête son 5ème anniversaire et pose un peu plus tôt ses amplis, guitares & platines dans la baie. Le festival arrive à maturité et affiche sa volonté d'électriser la ville et de dynamiser le début de saison, en précédant la déferlante estivale...

Tant pis pour le feu d'artifice..

Du vendredi 6 au lundi 9 juillet, la plage de l'Octo, le théâtre de Verdure et les temples de la nuit calvaise vont vibrer au rythme des "musiques actuelles". Pas uniquement celles qui nous ont fait danser toute l'année, mais surtout celles qu'on pourra encore écouter dans longtemps en se remémorant le doux souvenir d'un festival ouvert sur le monde et les cultures nouvelles... Un festival osant mélanger électro à la corse, space disco, nu funk ou yukulele à la francaise, disco house, minimal techno ou pop ambient à l'allemande, disco rock ou punk funk a la new yorkaise, mutant disco à l'écossaise, hysteric électro à l'anglaise, néo rock à la belge, comptines folk à la suedoise.. et autant de bonnes ondes..

Alors, sortez vos antennes, laissez entrer le soleil...

Le bordel organisé peut commencer.

Let's go disco!

L'équipe du festival

rocks


separateur

Haut de page   Accueil     Page précédente  En savoir plus   Mentions légales


Les pages "musique" sont organisées comme suit :

Le chant corse
Les pages consacrées à A Filetta :

A Filetta : témoignages 
Actualité et archives
Chants : les textes des chants
Concerts avant 2006
Concerts 2006
Concerts 2007
Concerts 2008
Concerts 2009
Concerts 2010
Concerts 2011
Concerts 2012
Concerts 2013
Concerts 2014
Concerts 2015
Concerts 2016
Discographie : tous les disques en détail
Repères chronologiques : A Filetta de 1978 à aujourd'hui
Parole : Les mots d'A Filetta (interviews, entretiens...)
Galerie photo
sans oublier mon livre sur A Filetta !

Les pages consacrées aux groupes, chanteurs et musiciens corses

Les pages consacrées aux paroles des chants corses :

- page "chants d'A Filetta",
- chants corses d'hier
- chants corses d'aujourd'hui

Les compte-rendus de concerts

Les pages consacrées aux Rencontres polyphoniques de Calvi :

Les invités des Rencontres (tous les artistes y ayant participé au moins une fois)

Le jazz et la page consacrée à Paolo Fresu

Les annonces et compte-rendus de concerts de jazz

Les musiques du monde

L'opéra, la musique baroque, etc.

Les inclassables

Les vidéos

Et enfin, ma sélection de disques du mois.


Corsicamania, l'annuaire des sites corses

Valid XHTML 1.1