banniere

U Svegliu Calvese
et les Rencontres Polyphoniques de Calvi

Année 2017

Dernière mise à jour du site : 09/10/2017

Vous êtes ici : Musique/Chant corse/Rencontres polyphoniques/2017
1996   1997   1998   1999   2000   2001   2002   2003   2004   2005  2006 

 2007   2008   2009   2010   2011   2012   2013   2014   2015   2016   2017   2018 

29èmes Rencontres de Chants Polyphoniques de Calvi
12 au 16 septembre 2017
  

U SVEGLIU CALVESE
La Poudrière / Citadelle
20260 CALVI

Tél : 04 95 65 23 57
Fax : 04 95 65 41 54
Mail : svegliu@gmail.com


J’adhère à U Svegliu Calvese !

(voir ici)

affiche

Le programme des XXIXèmes Rencontres de Chants Polyphoniques de Calvi
12 - 13 - 14 - 15 - 16 septembre 2017 - Citadelle

Le programme peut être téléchargé en suivant ce lien.

Mardi 12 18h   PATRIZIA GATTACECA (Corse)
Digénis Akritas
Création inspirée d’un poème épique né au début du XIIème siècle, au sein de l’Empire byzantin
  21h30 Cathédrale ANTONIO ZAMBUJO
(Portugal)
Mercredi 13 11h Chez Tao

ENZA PAGLIARA & DARIO MUCI
Terragnula
Chants et Pizziche des Pouilles du Sud – Salento


18h Cathédrale

TAREK ABDALLAH accompagné par ADEL SHAMS EL-DIN
Dandana
Hommage à la tradition poétique musicale égyptienne du chant révolutionnaire


21h30

Cathédrale A FILETTA
(Corse)
Jeudi 14 11 h Chez Tao ULYSSE SANS TERRE
Présentation de fragments du spectacle qui sera créé en décembre 2017 au Théâtre de Bastia
avec Orlando Forioso, A Filetta, Fadia Tomb El-Hage, Diana Saliceti, Lea Antona, Jean-Philippe Ricci
18h Cathédrale SUTARI
(Pologne)
21h30 Cathédrale CHOEURS ET SOLISTES DE LYON
(Direction, Bernard Tétu)
Petite messe solennelle de Rossini
Vendredi 15 11 h Cathédrale

ANDY EMLER
Vox umana
(Quand un pianiste de jazz découvre un orgue baroque)

18 h Cathédrale ASSURD
(Italie du Sud)
Nozze d’argento -
Special guest : ENZA PAGLIARA
21h30 Cathédrale RASSEGNA
Il sole non si muove
Comment la chanson circulait au XVIème siècle en Méditerranée et au-delà
Samedi 16 11h Citadelle Salon de musique proposé par Frank Tenaille :
Les Musiques de la Terre
  15h-17h Citadelle Cantu à l’asgiu : déambulation dans la citadelle entre musique et patrimoine historique
18 h Cathédrale LEA ANTONA
(Corse)

21h30 Cathédrale Calusgiule à l’ultimu : clôture avec les participants aux Rencontres - Enza Pagliara, Dario Muci, Tarek Abdallah et Adel Shams El-Din, Sutari, Assurd, Lea Antona et
NISTHIMAN PROJECT
(Kurdistan : Iran, Irak, Turquie)
Kobane

Chaque soir les chants d'A FILETTA accueilleront les groupes invités

• Tous les concerts de 18h00 et de 21h30 se dérouleront à Calvi, dans la citadelle, dans la Cathédrale Saint Jean-Baptiste.

• Les Rencontres de 18h00 instaurent un climat propice aux échanges vrais entre les artistes et un public toujours curieux et désireux d'en savoir plus. Elles sont animées par Philippe-Jean Catinchi, journaliste au Monde.

Lundi 11, à l’Oratoire Saint Antoine à 21h30 : projection du film Un paese di Calabria en présence d’une des réalisatrices Shu Aiello

Nouveau : un rdv musical à 11 heures entre café et apéro : mercredi 13 et jeudi 14, Chez Tao, vendredi 15 à la Cathédrale

Samedi 16, Chez Tao à 11h00 : le salon de musique est proposé par Frank Tenaille, journaliste, spécialiste des musiques du monde

Phase Shift : expo photos d’Armand Luciani, entrée de la Poudrière : ici le voyage ne tient pas en un catalogue de lieux, de pays, de routes, ou même de maisons... PhaseShift est sans doute une rupture. Mais toutefois, c’est aussi un point de départ. Faites cette balade, en oubliant ce qui raccroche notre vision au confort d’un monde trop connu.

Exposition quotidienne des photographies réalisées au cours des concerts de la veille (Jean-Marie Colonna, Silvio Siciliano et Natacha Manarin) et des impressions visuelles des dessinateurs de presse (Philippe Antonetti, Battì, Bauer, Rodho)

Prix des places :
Entrée libre : projection, lundi à 21h30 / salon de musique, samedi à 11h00 / Cantu à l’asgiu, samedi de 15h à 17h
Du mardi au samedi, concerts de 21h30 : 23 € - Etudiant : 15 €
Concerts de 18h : 15 € / L’achat d’un billet pour le concert du soir, permet de bénéficier d’un tarif préférentiel d’un montant de 7 €, dans la limite des places disponibles
Rdv musicaux de 11h00, des mercredi 13, jeudi 14 et vendredi 15 : 8 €
Abonnements : #1 : concerts de 18h00 + concerts de 21h30 : 115 € /  #2 : rdv de 11h + concerts de 18h00 + concerts de 21h30 : 130 €

Attention : après le début du spectacle, l’accès à la salle ne pourra s’effectuer qu’à un moment propice choisi par le personnel d’accueil en accord avec les organisateurs
Toute réservation non retirée au plus tard à 16h00, le jour du concert est automatiquement annulée

Modalités de réservations :

- Vous pouvez réserver vos places par mail ou par téléphone. Les réservations sont valables jusqu’au jour du concert 16h00. Dans ce cas vous devez venir les régler et les retirer à la Poudrière (siège de l’association).

- Vous pouvez aussi adresser au Svegliu Calvese un règlement par virement ou par chèque. Dans ce cas, soit vous venez retirer vos billets à la Poudrière, soit l’association les tient à votre disposition à la caisse du concert (à préciser).

Pour la réservation veuillez communiquer au Svegliu un numéro de téléphone.

U Svegliu Calvese

La Poudrière BP 37
20260 Calvi

Tél : 04 95 65 23 57
Fax : 04 95 65 41 54
Mail : rpcalvi@gmail.com
Réservation : resa.rpcalvi@gmail.com

cm

Le journal des Rencontres 

Ce petit journal est rédigé au fil de l'eau, parfois "à chaud", chaque soir au retour des concerts autour de 1h du matin. De ce fait, il livre les premières impressions brutes - voiree brutales - du rédacteur. Puis ce commentaire est repris, enrichi, approfondi, affiné quelques jours plus tard, au gré des réminiscences, des discussions et des analyses.
Le lecteur ne devra donc pas s'étonner de voir évoluer ces textes. N'hésitez pas à revenir sur la page !
N.B. : Sur toute la page, cliquer sur les photos pour zoomer/dézoomer.

Une petite précision s'agissant des photos : je n'ai pas photographié tous les concerts. En effet, lors de certains concerts toute prise de vue était interdite pas les organisateurs, et j'ai bien entendu respecté cette consigne. Je pourrais demander à être accrédité, mais cela impliquerait de ne pas photographier depuis ma place ; or il faut une certaine habitude pour se déplacer, se plier à terre, trouver le bon angle sans gêner les spectateurs ; et le Svegliu dispose de trois excellents photographes (Jean-Marie Colonna, Silvio Siciliano et Natacha Manarin) dont vous pourrez découvrir quelques photos sur cette page.

Lundi 11 septembre

Depuis quelques années, bien que les Rencontres débutent officiellement le mardi, nous avons droit à une "mise en bouche" dès le lundi. Hier soir nous avons pu assister dans l'Oratoire à la projection de "Un paese di Calabria", un film de Shu Aiello et Catherine Catella. Le village de Calabre dont il est question est Riace. Comme beaucoup de villages du sud de l'Italie, Riace a longtemps subi un exode rural massif.  Un jour, un bateau transportant deux cents kurdes échoue sur la plage. Spontanément, les habitants du village leur viennent en aide. Petit à petit, migrants et villageois vont réhabiliter les maisons abandonnées, relancer les commerces et assurer un avenir à l'école. 

Le film raconte cette renaissance menée par le maire Domenico Lucano qui lance le projet "Città futura" avec l’aide de la Communauté européenne. Les enfants sont scolarisés, les adultes suivent des cours d’italien, les commerces revivent.

Quelques scènes très émouvantes, notamment quand le prêtre égrène la liste des nationalités présentes et invite chacun à prier pour la paix dans sa langue et dans sa religion…. Et aussi celle, terrible, où le jeune burkinabé raconte sa traversée en bâteau, ses mains démentant son sourire...

Le film évoque aussi le poids de la N'drangheta, qui lance des actions d’intimidation contre les responsables de la municipalité.

Un échange avec l'une des réalisatrices conclut cette belle soirée.

Mardi 12 septembre

ma18

C'est à Patrizia Gattaceca qu'échoit l'ouverture de ces 29èmes Rencontres avec le Digénis Akritas, un poème épique du début du XIIe siècle au sein de l'Empire byzantin, qui présente le parcours d'un héros aux confins orientaux de l'Empire, à la frontière du monde arabe, sur les rivages de l'Euphrate... Accompagnée d'Antoine Leonelli, Patrizia propose des extraits (en italien ou en corse) de ce "work in progress" magnifique. On attend avec impatience de découvrir l'œuvre dans sa totalité. Et cela donne envie de lire le texte.

Image   Image
Patrizia Gattaceca - Photos J.C. Casanova
Image

Image

Image
Patrizia Gattaceca - Photos Silvio Siciliano

ma18

A 21 h 30, dans la Cathédrale, c'est la première intervention d'A Filetta, avec un septième chanteur, Petru Antò Casta. Un Dormi merveilleux de douceur, suivi par Ghmerto et enfin par un magnifique Benedictus. En privé, les chanteurs se disent un peu fatigués ; qu'est-ce que ce sera quand ils seront en pleine forme !

Image     Image

Image
A Filetta - Photos JCC

C'est ensuite le chanteur portugais António Zambujo qui entre en scène. S'accompagnant à la guitare, António Zambujo chante du fado, mais aussi des chants traditionnels de l'Alentejo et des morceaux inspirés par des chanteurs brésiliens tels que Chico Buarque ou Gaetano Veloso. Un très beau concert, et un excellent début pour ces 29es Rencontres.

Image     Image

Image
António Zambujo

Mercredi 13 septembre

ma18

Grande innovation de cette 29ème édition, il y a désormais un rendez-vous musical à 11h ! Ce sont Enza Pagliara et Dario Muci qui ouvrent cette série dans le cadre de Chez Tao. Enza est une fidèle des Rencontres, en revanche nous ne connaissions pas son compère du jour Dario Muci qui est une vraie découverte. Au programme aujourd'hui, le projet "Cantus Terrae", une relecture du répertoire du Salento et des créations. Tantôt très rythmés, accompagnés de la guitare ou de la tamurra, tantôt mélancoliques, ces chants à une ou deux voix sont fascinants et les deux interprètes ont beaucoup de talent.

Image    Image

Image   Image
Enza Pagliara et Dario Muci - Photos JCC

ma18

Nous retrouvons la Cathédrale à 18 h pour le concert de Tarek Abdallah. Dandana est un hommage à la tradition poétique musicale égyptienne du chant révolutionnaire. Accompagné de l'excellent Adel Shams El-Din au riqq et au chant, Tarek Abdallah, compositeur, musicien et musicologue, nous présente une sélection composée principalement d'oeuvres de Fouad Haddad. Un très beau programme, qui donne envie de lire les poèmes.

Image    Image

Image   Image
Tarek Abdallah et Adel Shams El-Din - Photos JCC
Image     Image

Image    
Tarek Abdallah et Adel Shams El-Din - Photos Natacha Manarin

ma18

Vient enfin le sommet de cette journée, le concert très attendu d'A Filetta. Une Cathédrale archi-pleine (on a même dû refuser du monde), un public très réceptif, et un concert exceptionnel. Le groupe nous a offert ce soir quelques traces du chemin parcouru depuis plus de trois décennies : de Guardiabanda à Gradualia en passant par U Sipolcru, O Salutaris Hostia, Letterella, A Paghjella di l'impiccati, L'Anniversariu di Minetta... Et quel plaisir de réentendre U Casticu de Médée !

Nous qui suivons A Filetta depuis de nombreuses années, pourrions être non pas blasés mais habitués. Mais à chaque fois la magie opère, et il semble que le groupe se bonifie au fil des ans. En tout cas il nous étonne et nous émeut toujours. Une technique et une mise en place parfaites, et par-dessus tout une façon unique de transmettre des émotions. La communion entre les membres du groupe mais aussi avec le public est intense. A la fin du concert toute la Cathédrale est debout, et nous avons droit à un rappel, puis à un autre avec un Sumiglia d'anthologie.

Image     Image

Image     Image
A Filetta - Photos Natacha Manarin

Jeudi 14 septembre

ma18

Le rendez-vous chez Tao nous offre un moment exceptionnel car nous assistons en quelques sorte à une répétition d'un spectacle en train de se faire. Ulysse sans terre d'Orlando Forioso sera créé le 22 décembre 2017 au Théâtre de Bastia et nous en avons la primeur, juste de quoi donner envie de prendre l'avion pour voir le spectacle complet !

Pour ce projet ambitieux Orlando a fait appel à A Filetta, Fadia Tomb El-Hage, Diana Saliceti, Lea Antona au chant et à l'acteur (excellent) Jean-Philippe Ricci.

Orlando offre ici une relecture très personnelle du personnage d'Ulysse, non pas le héros rusé d'une lecture au premier degré de L'Iliade et de l'Odyssée, mais avant tout un assassin cruel qui a besoin de dix ans d'errance pour s'alléger du poids de sa vie antérieure.

Passionnant, captivant, étonnant... Espérons avoir la possibilité de voir cette œuvre dans son intégralité !

Image
Ulysse sans terre - Photo JCC

ma18

Au concert de 18 h nous découvrons Sutari, un groupe composé de trois jeunes polonaises : Basia Songin, Kasia Kapela et Zosia Zembrzuska. A partir de chants populaires ruraux polonais et lituaniens, elles créent un univers très personnel entrecoupé de rires, de clapotis et de sons domestiques obtenus avec des ustensiles de cuisine (râpe à fromage, mixer). Kasia et Zosia s'expriment très bien en français et l'échange avec le public est très intéressant. D'un point de vue strictement musical, ce n'est probablement pas le sommet des Rencontres mais les trois jeunes femmes nous ont offert un moment plein de fraîcheur très agréable.

Image    Image

Image   Image

Image   Image

Image   Image
Sutari - Photos JCC

ma18

Programme classique à 21h30 avec la Petite messe solennelle de Rossini interprétée par les Choeurs et solistes de Lyon sous la direction de Bernard Tétu. Auparavant A Filetta nous offre trois chants : Nana, Ùn nu a só et Le Lac.
La messe de Rossini est très étonnante à plusieurs points de vue. Bien que le texte soit liturgique, elle ne ressemble pas vraiment à une messe. Les chanteurs et chanteuses sont tour à tour solistes et choristes ; l'orchestration associe piano et harmonium (ce soir accordéon) ; il y a un très long solo de piano inspiré de Bach ; et le directeur artistique Bernard Tétu en a rajouté encore dans l'originalité en recréant les conditions de la création de l'oeuvre dans un salon parisien; au milieu de la messe, tout le monde s'interrompt pour prendre le thé, et le pianiste passe dans les rangs de la Cathédrale pour offrir des canistrelli !

Image   Image
Choeurs et solistes de Lyon - Photos JCC

L'humour associé au talent, encore une soirée d'exception !

Tout le personnel mérite d'être cité : Myriam Lacroix Amy, Anne-Christine Heer-Thion, Marion Tassou, sopranos ; Marion Lebègue, Thi lien Truong, Florence Villevière-Nermel, altos ; Jérôme Billy, Xavier Olagne, Philippe Noncle, ténors ; Jean-Baptiste Dumora, Philippe Cantor, Frédéric Caton, basses ; Didier Puntos, piano et Pascal Contet, accordéon.

Vendredi 15 septembre

ma18

Pour le 11h, toujours accueillis avec un café, nous nous retrouvons à la Cathédrale pour un concert inédit : le pianiste de jazz Andy Emler découvre l'orgue baroque de la Cathédrale. cet instrument de 1774 dû au facteur gênois Giovanni Battista Ciurio va se révéler étonnement moderne sous les doigts d'Andy Emler. Un morceau inspiré des polyphonies d'A Filetta, le Blue in Green de Bill Evans/Miles Davis, un morceau évoquant la musique minimaliste de Terry Riley, une improvisation inspirée de Bach, Ravel, Debussy... le tout se terminant, avant le verre de rosé désormais traditionnel, en rappel par le Silence de Charlie Haden. Décidément, ces Rencontres nous étonneront toujours !

Image   Image
Andy Emler - Photos JCC

ma18

Le groupe Assurd fête ses 25 ans cette année. Les trois femmes (Lorella Monti, Enza Prestia et Cristina Vetrone) ont donc fait la fête, et nous avec ! Elles ne manquent ni de vitalité ni d'humour et le public de la Cathédrale a beaucoup apprécié, surtout quand Enza Pagliara est venue les rejoindre. Assurément ce spectacle endiablé aurait mieux trouvé sa place en extérieur, mais de toutes façons les conditions atmosphériques ne l'auraient pas permis ce soir.

Image   Image

Image   Image

Image   Image

Image   Image
Assurd - Photos JCC

ma18

Comme l'explique Jean-Claude en présentant Rassegna, les programmateurs du Svegliu n'hésitent pas à ré-inviter des artistes déjà venus aux Rencontres ; non pas par paresse ou copinage, mais pour suivre leur évolution au fil des ans. La compagnie Rassegna de 2017 est radicalement différente de celle de 2006, qui était déjà excellente, et elle nous a offert ce soir un concert exceptionnel (oui, j'ai déjà utilisé ce terme, mais je n'y peux rien, ces Rencontres sont époustouflantes).

Le programme présenté ce soir, « Il sole non si muove », explore le monde musical du XVIe siècle, de la Méditerranée à l'Angleterre élisabéthaine. Un chant issu du Hawzi de Tlemcen succède à un Ayre de Dowland lui-même précédé d'une frottola italienne. Et comme si cela ne suffisait pas, l'arrangement musical de ces chants est d'une originalité confondante. Une basse électrique vrombissante, une guitare électrique avec pédale wah-wah, une flûte kaval, une viole de gambe, un oud, tous joués excellemment... Et pour couronner le tout, trois merveilleuses chanteuses, Carine Lotta, Sylvie Paz et Carina Salvado. Pour le rappel, Rassegna dédie un émouvant Furtunatu aux chanteuses présentes et à toutes les femmes.

Image
Rassegna - Photo JCC
Image   Image

Image   Image

Image

Image

Image
Rassegna - Photos Natacha Manarin

J'en oublierais presque de citer l'accueil d'A Filetta avec un beau baptême du feu pour Petru Antó, qui entonne le Diu vi salvi Maria sarde avec une belle autorité. Suivent In ogni addiu et U Casticu. Nous sommes vraiment gâtés !!

Samedi 16 septembre

ma18

Et c'est déjà samedi... Le vent qui a sévi toute la semaine ne faiblit pas, et nous aurons même droit à quelques gouttes de pluie, sans toutefois compromettre la déambulation dans la Citadelle qui se verra cependant écourtée. Mais ce matin, c'est Franck Tenaille qui nous présente son salon de musique chez Tao. Cette conférence jalonnée d'extraits sonores, rappelle que de nombreux peuples entretiennent des rapports harmonieux et responsables avec la nature emblématiques à cet égard les propos des chefs indiens à l'époque de la conquête de l'Ouest) et montre les rapports entre musique et pulsations de la nature. Passionnant !

Image
Franck Tenaille - Photo JCC

Le climat automnal de ces derniers jours ne parvient pas à perturber ce Cantu à l'asgiu. Nous commençons le parcours près de l'entrée avec Enza Pagliara et Dario Muci puis avec Anne-Lise Herrera. Puis les percussions d'Enza et Dario nous conduisent sous la voûte où nous attend Celia Picciocchi, et nous faisons un nouvel arret sur la place d'Armes pour retrouver Isabelle Giannelli. La suite des évènements se déroule à l'Oratoire.
Tout d'abord un Mumentu du Trio Elixir : Célia Picciocchi, Isabelle Giannelli aux violons et Anne-Lise Herrera au violoncelle nous proposent leurs créations ainsi que des compositions d'auteurs insulaires. Nous aurions bien aimé en entendre davantage. Mais Dario Muci et Enza Pagliara prennent la suite, et c'est magnifique. Une berceuse mélancolique d'une douceur infinie, un chant de lutte des ouvrières du tabac, des "chants de barbiers", et pour finir un chant à répétition, sorte de comptine relatant les repas d'une jeune mariée dans les douze jours suivant le mariage !

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image   Image

Image    Image

Image

Image
Dario Muci, Enza Pagliara, Anne-Lise Herrera, Celia Picciocchi, Isabelle Giannelli ... et Bauer - Photos JCC

ma18

La célébration d'un mariage dans la Cathédrale a contraint les techniciens à démonter et remonter les installations, ce qui a été fait en un temps record. Chapeau !
Tout est prêt à 18 h pour le concert de Léa Antona, accompagnée de son frère Nicolas et d'Arnaud Giacomoni. Bien que la toute jeune femme ait à son programme des chants espagnols et portugais, c'est un répertoire uniquement corse - et plus particulièrement de son Taravo natal - qu'elle a choisi de nous présenter aujourd'hui : Ciucciarella, L'Alcudina, Manetta, Diana di l'Alba, U Lamentu d'Antuninu l'Ulmisgianu… Lea a une très jolie voix, très pure, sans aucun effet. Les deux garçons chantent aussi, et très bien.

Image

Image
Lea Antona - Photos JCC

ma18

Et l'on arrive aux Calusgiule à l'ultimu, la clôture avec une partie des participants. Enza Pagliara et Dario Muci, Tarek Abdallah, Sutari, Lea Antona, Assurd et A Filetta se succèdent pour rallumer le feu.

Image   Image

Image   Image
Assurd - Photos Natacha Manarin
Image
Sutari - Photos Natacha Manarin
Image   Image
Sutari / Tarek Abdallah - Photos Natacha Manarin

Et la soirée se termine avec le groupe kurde Nishtiman Project pour Kobane, un voyage musical à la recherche de la musique du peuple kurde.

Image

Image

Image   Image

Image
Nishtiman Project - Photos Silvio Siciliano

C'est sur une ovation du public debout que s'achèvent ces magnifiques 29èmes Rencontres. Au-delà de la musique de très haut niveau, on retiendra surtout l'esprit qui anime ces Rencontres. Comme le rappelle la première phrase de l'édito qui ouvre le programme, « La fonction principale de la musique dans la vie de l'homme est d'être humaniste. »

Et en conclusion je citerai encore cet excellent édito :

"Et à la fin des Rencontres, quand nous nous quitterons, la tête lourde de ce que nous aurons vécu, nous méditerons sur cet extrait des « Villes invisibles » d'Italo Calvino :

Marco Polo décrit un pont, pierre par pierre.
- Mais quelle est la pierre qui soutient le pont ? demanda Kublai Khan.
- Le pont n'est pas soutenu par telle ou telle pierre, répond Marco, mais par la ligne de l'arc qu'à elles toutes elles forment.
Kublai Khan reste silencieux. Il réfléchit. Puis il ajoute :
- Pourquoi me parles-tu des pierres ? C'est l'arc seul qui m'intéresse.
Polo répond :
- Sans pierre il n'y a pas d'arc.

Nous sommes les pierres, et l'arc... et le pont."

* * *

Ces Rencontres seront les dernières de Jean Sicurani (du moins en tant que chanteur d'A Filetta, nous espérons bien le revoir dans la Citadelle !), qui se voit contraint d'arrêter sa carrière de chanteur. Membre du groupe dès 1978, il aura participé à tout son parcours au fil de ces presque 40 ans. Il nous manquera beaucoup... Merci à toi, Jean !

* * *

Je m'aperçois que je n'ai pas encore parlé des dessinateurs. Pourtant nous attendions chaque jour avec impatience le petit journal de la veille. Voici un petit échantillon de leur travail :

elixir

doume

rodho

Mais attention : Pour la 30ème édition des Rencontres de Chants Polyphoniques, les Battì, Philippe Antonetti, Rhodo, Raskal et Bauer n'ont qu'à bien se tenir: le jeune Julien Lohez est dans les starting-blocks!

julien

julien

julien

julien

julien

Les Rencontres dans les media

14 sept. 2017
Jusqu’à samedi (16 septembre) l’association « u Svegliu Calvese » nous invite à la 29ème édition des rencontres de chants polyphoniques de Calvi. Durant 5 jours, entre la cathédrale Saint Jean – Baptiste et Chez Tao différents artistes venus de différents horizons nous embarquent dans leurs traditions, leurs chants et leurs luttes. Un festival qui se veut vecteur de tolérance et d’ouverture. Intervista di Dominique Bianconi : Associu « u Svegliu Calvese ».
Télé Paese Corsica

 

Les 30èmes Rencontres se dérouleront du 11 au 15 septembre 2018


Calendrier perpétuel des Rencontres

(merci à Max pour ses explications)

 

 

 

 

 

separateur

Haut de page   Accueil     Page précédente  En savoir plus   Mentions légales

Corsicamania, l'annuaire des sites corses

Valid XHTML 1.0 Strict