banniere

A FILETTA : Discographie

Dernière mise à jour : 27/07/2017


Vous êtes ici : Musique/Chant corse/A Filetta/Discographie

La discographie complète d'A Filetta,
du plus récent au plus ancien.

Note : Les collaborations d'A Filetta aux musiques de film de Bruno Coulais (en italique dans la liste ci-dessous) sont sur la page dédiée à ce compositeur.
Voir également les vidéos en bas de page.


2017 : Danse Mémoire Danse
2015 : Castelli
2013 : Puz/zle
2012 : Pè a scusa
2011 : Di Corsica riposu - Requiem pour deux regards
2011 : Mistico mediterraneo
2009 : Trent'anni pocu, trent'anni assai (DVD)
2008 : Bracana
2006 : Medea
2005 : Liberata
2003 : Si di mè
2002 : A Filetta, voix corses (DVD)
2002 : Intantu
2001 : Le Peuple migrateur (B.O., voir la page consacrée à Bruno Coulais)
2000 : Le Libertin (B.O.)
2000 : Comme un aimant (B.O.)
1999 : Himalaya : L'Enfance d'un chef (B.O.)
1998 : Don Juan (B.O.)
1997 : Passione
1995 : A Filetta en concert (VHS)
1994 : Una tarra ci hè
1992 : Ab'eternu
1989 : A u visu di tanti
1987 : Sonnii Zitillini
1987 : In l'abbriu di e stagioni
1984 : Cun tè
1982 : O'Vita
1981 : Machja n’avemu un altra


new

Danse mémoire, danse

danse

Produit par DEDA/A Filetta, Tuk Music/Paolo Fresu et Daniele Di Bonaventura.
Sortie en avant-première en Corse : début juillet 2017 
Sortie au niveau national et international prévue à la rentrée 2018

Que peuvent bien avoir en commun Aimé Césaire, immense poète et dramaturge martiniquais figurant au Panthéon des personnalités ayant fait le XXème siècle, homme politique important (maire de Fort-de-France et député de Martinique) formé aux grandes écoles de la République et Jean Nicoli, modeste instituteur ayant enseigné dans le Haut-Sénégal (l’actuel Mali) à la fin des années 20 avant de rentrer en Corse pour y devenir l’un des chefs de la résistance durant la seconde guerre mondiale ?
Rapprocher ces deux penseurs lumineux empreints d’humanisme, c’est tout simplement une volonté affirmée de rappeler encore et encore que derrière la grandeur de ces hommes que l’on se plaît à célébrer pour leurs engagements et leur sacrifice, il y a l’idée pour et par laquelle ils vivent et meurent : celle d’un monde plus juste, plus libre, plus respectueux des différences, plus équitable et plus solidaire. 
Nous avons demandé à des auteurs corses d’aujourd’hui d’être, par leur plume, à la confluence de la pensée de ces bâtisseurs que furent Nicoli et Césaire, pour nous éclairer sur leurs parcours idéologiques, philosophiques mais aussi poétiques.

Corses et italiens, polyphonistes et jazzmen, tous musiciens enracinés, voix, trompette et bandonéon, voulons mettre en relief les idéaux mais aussi les rêves de ces « princes des nuées » en proposant une musique métissée qui n’est celle de personne précisément parce qu’elle est celle de tous. 

Premiers commentaires de L'Invitu :

Nous avons eu la chance d'entendre à plusieurs reprises ce nouveau répertoire en concert (en 2014 à Cologne et aux Rencontres de Calvi, puis en 2016 au Mans et à Rouen) et étions très impatients d'en avoir un enregistrement. C'est chose faite pour ceux qui se trouvent en Corse (ou qui y ont des amis), le reste du monde devra encore patienter un peu plus d'un an si mes informations sont exactes !

Tout d'abord un petit rappel s'impose : Octobre 2006, « L'aghja », un petit théâtre ajaccien, fête ses 20 ans. Pour l'occasion, Francis Aiqui, son directeur, metteur en scène et passionné de jazz, décide de réunir jazzmen et polyphonistes corses : c'est la rencontre entre A Filetta d'une part et Paolo Fresu, André Jaume, Daniele di Bonaventura et Philippe Biondi ; un vrai coup de foudre qui donnera naissance au projet « Mistico mediterraneo ». Après ce succès et quelques dizaines de concerts, tous décident de poursuivre la route commune. Cette fois il s'agit d'un travail musical et vocal intitulé « Danse, Mémoire, Danse ». Ajoutons que Paolo et Daniele continuent depuis lors leur collaboration, leur duo ayant enregistré « In maggiore ».

Ce nouveau disque, qui porte en exergue les paroles de Primo Levi : "Se comprendere è impossibile, conoscere è necessario", est un jalon très important dans les trente-neuf années d'existence du groupe.

Tout d'abord, sur le plan musical, nous avons ici plus qu'une rencontre, mais enfin la véritable création en commun que nous appelions de nos voeux après Mistico mediterraneo. Il faut dire qu'avec des créateurs de la trempe de Paolo Fresu et de Daniele di Bonaventura, il suffisait en quelque sorte d'attendre le moment opportun... De vraies compositions signées Paolo Fresu, Daniele di Bonaventura, Jean-Michel Giannelli et Jean-Claude Acquaviva autour de textes rédigés préalablement par Marcellu Acquaviva, Jean-Yves Acquaviva, Ghjuvanteramu Rocchi et Jean-Claude.

Les textes, justement, n'ont peut-être jamais eu autant d'importance. Nous avons là un disque politique au sens noble du terme. Lors de la présentation du disque, Jean-Claude disait "Mon rêve, c'est que les gens achètent cet album pour lire les textes". Les treize textes qui évoquent, à travers les vies de Jean Nicoli et Aimé Césaire, les valeurs humanistes et progressistes auxquelles le groupe est viscéralement attaché, sont magnifiques.

1 - I vostri sguardi (Marcellu Acquaviva/Paolo Fresu)

Dès ce premier morceau l'auditeur est soulevé de terre ! Un grondement de bandonéon introduit les voix qui exposent "les regards pénétrants" de ces deux personnalités ; au troisième couplet l'ambiance change avec l'arrivée "planante" de Paolo, puis, sur une douce syncope des voix et de la trompette, on quitte le sol, le rythme s'accélère pour revenir au thème initial. "Isulani, u mare ùn v'hà pussutu tene/In le rete di quelli ch'ùn sanu vede l'altru (Insulaires, la mer n'a pu vous enfermer dans ces filets qui séparent les hommes)"... Ces vers pourraient être également mis en exergue de l'album.

2 - Quellu chì (Marcellu Acquaviva/Jean-Michel Giannelli)
"Celui qui fit un rêve", une musique de Jean-Michel Giannelli sur un texte de Marcellu Acquaviva, avec de beaux passages instrumentaux de Paolo et Daniele après le 2e couplet et à la fin du morceau.

3 - Sciume
(Jean-Claude Acquaviva/Jean-Michel Giannelli)
Les effets électroniques de Paolo bientôt rejoints par les voix introduisent Sciume (Ecumes), évoquant l'eau, l'océan, les îles, le doute, l'exil...

4 - U viandante
(Marcellu Acquaviva/Jean-Claude Acquaviva)
Un morceau très rythmé sur "l'homme errant" qui permet aux deux instrumentistes de se déchaîner sur la fin. Jamais la polyphonie corse n'a autant swingué !

5 - Da a pieve di Carbini
(Marcellu Acquaviva/Daniele di Bonaventura)
Un texte magnifique dit superbement par Jean-Claude, évoquant , de Carbini aux noires Amériques, l'esclavage et le massacre de ceux qui ont su dire non. Au bout, l'espoir...

6 - In sempiterna
(Jean-Yves Acquaviva/Jean-Yves Acquaviva)
A ses enfants, Jean Nicoli exécuté le 30 août 1943 par l'occupant fasciste, laissera ces quelques mots admirables :
« A mes enfants, Tout à l'heure je partirai. Si vous saviez comme je suis calme, presque heureux de mourir pour la Corse et pour le parti. Ne pleurez-pas, souriez-moi. Soyez fier de votre papa. Il sait que vous pouvez l'être, la tète de Maure et la fleur rouge, c'est le seul deuil que je vous demande. Au seuil de la tombe, je vous dis que la seule idée qui, sur notre pauvre terre, me semble belle, c'est l'idée communiste. Je meurs pour notre Corse et pour mon Parti » 
Jean-Yves Acquaviva a su éviter la paraphrase en créant un poème qui reprend l'esprit de la lettre de Nicoli. Paolo et Daniele font un écrin au chant de François et des autres chanteurs pour ce morceau poignant.

7 - A mio pena s'hè mondu
(Jean-Claude Acquaviva/Daniele di Bonaventura)
Sur une composition de Daniele au piano (son Kyrie eleison), un morceau recueilli. Daniele double au bandonéon et Paolo s'envole...

8 - Human
(Paolo Fresu)
Le seul instrumental du disque, un duo trompette/bandonéon composé par Paolo.

9 - Vintera
(Jean-Yves Acquaviva/Jean-Claude Acquaviva)
Le soleil après la tempête, un beau morceau sur l'espérance, quasiment sur un rythme de valse emmenée par le bandonéon de Daniele.

10 - Africa
(Jean-Yves Acquaviva/Jean-Claude Acquaviva)
Stéphane introduit ce très beau chant sur l'Afrique "où naquit toute l'humanité".

11 - Fiori d'Algeria
(Ghjuvanteramu Rocchi/Paolo Fresu)
En référence à Jean Nicoli, Ghjuvanteramu Rocchi, qui a été lui-même instituteur en Algérie, évoque, avec une humanité extraordinaire, les années passées là-bas, et des lendemains où "les enfants célèbreront avec ceux d'Algérie l'amitié et la joie et le chant".

12 - Un'antra isula
(Jean-Yves Acquaviva/Daniele di Bonaventura)
Un morceau très dynamique sur deux îles, l'île paradisiaque et l'autre île, faite d'injustice et de racisme. Daniele est impérial au bandonéon, de beaux échanges avec Paolo.

13 - Alba impedita
(Jean-Claude Acquaviva/Daniele di Bonaventura)
Un thème d'une extrême délicatesse introduit par le bugle et le bandonéon puis repris par les voix qui s'enchevêtrent. Quelle beauté !

14 - La costruzione delle cose
(Jean-Claude Acquaviva/Paolo Fresu)
Un morceau étonnant, le thème presque primesautier contrastant avec le texte "et dire qu'il n'y a pas très longtemps encore ici, battait la guerre".
Et sur les mots : "Et dire que si nous étions justes/L'horreur n'aurait jamais été" s'achève ce disque lumineux.

Ces premières impressions après trois écoutes ne sauraient épuiser le sujet tant il y aurait à dire sur ce disque exceptionnel. Il faut souligner encore une fois la beauté des textes (notamment ceux de Marcellu Acquaviva) et la richesse des arrangements, et en particulier l'immense intelligence musicale de Paolo et Daniele.

Castelli

castelli

Sortie le 25 août 2015 (World Village WVF 479097).

Castelli...
Les châteaux…

Edifices du passé, lieux de mémoire dominant l’Histoire, mais aussi châteaux en Espagne, châteaux de sable ou de cartes… impermanence.

Ce nouveau CD, résonne comme autant de questionnements sur le rêve, la nostalgie, l’illusion, l’utopie, le sens de la vie : que reste t-il de tout ce que vous m’aviez dit ? Que reste t-il de tout ce que nous avons construit ou peut être même que nous pensions avoir construit ? Est-il encore des interstices à découvrir, des espaces à imaginer, d’autres édifices à concevoir ? Sans doute, mais avant tout, demeure ce que nous sommes, tout simplement… Borgès le dit joliment en écrivant : « Au fond, je suis tout ce que j’ai perdu » !

A Filetta poursuit sa route et articule patiemment son œuvre au fil de rencontres artistiques enrichissantes qui ont modelé ce nouveau recueil.

"Castelli" rassemble des extraits de créations diverses entreprises depuis 2008. Au fil de pièces sacrées et profanes écrites pour le théâtre, la danse et le cinéma, on y croise autant Shakespeare et Fernando Pessoa que des anonymes, tous étant animés d'une même vision humaniste.

Le "teaser" de l'album :

Premiers commentaires de L'Invitu :

Enregistré en juin 2015 au Carubbu, Castelli est le premier disque d'A Filetta dans sa nouvelle formation. Après une année dans le groupe, force est de constater que François et Stéphane se sont parfaitement intégrés et ont réussi non seulement à s'approprier le répertoire très étendu mais à le chanter avec émotion et talent. Stéphane a une voix très pure, François une tessiture étendue et une puissance vocale remarquable. Quant aux "anciens", ils sont comme le bon vin. La voix de Paul n'a jamais été aussi belle et puissante, les graves de Maxime si profonds, la voix de Jean si sûre, celle de Jean-Claude si agile. Sans parler de ses immenses qualités de compositeur !
La pochette - une pyramide de six hommes sur une mer déchaînée - suscitera très certainement des discussions. Mais place au chant :

1 - Infine (Jean-Claude Acquaviva)
L'un des quatre morceaux créés pour le téléfilm Disparus. De belles et originales variations sur "M'aviate dettu", le texte de Jean-Claude. Les six voix s'entremêlent, se répondent... On pense parfois aux "collages" où Bruno Coulais utilise la voix de Robert Wyatt. Etonnant et magistral !

2 - Letterella (Jean-Claude Acquaviva)
Créé pour Puz/zle de Sidi Larbi Cherkaoui, ce morceau plein d'allégresse — "C'est en toi que chante mon chemin"... — fait désormais partie du répertoire habituel d'A Filetta.

3 - Notte tana
(Petru Santucci/Jean-Claude Acquaviva)
Une autre création pour Puz/zle,, sur un texte de Petru Santucci. Une nuit magnifique, très douce !

4 - Ave maris stella
(Texte liturgique/Jean-Claude Acquaviva)
Une création pour Songs of Lear de Shakespeare monté par la compagnie polonaise Teatr Pieśń Kozła (vue à Pigna dans le cadre des Rencontres de Calvi 2009). Cette hymne dédiée à la Vierge peut sembler assez surprenante dans l'écriture. A réécouter !

5 - In ogni addiu
(Jean-Claude Acquaviva)
Autre création pour Disparus, très belle, à la fois lyrique et recueillie. Un des sommets du disque à mon avis.

6 - Guardiabanda
(Fernando Pessoa/Jean-Claude Acquaviva)
Création pour Pessoassion, présenté à Lörrach en 2008 et jamais entendu depuis. Une redécouverte donc ! Ça commence comme un chant traditionnel, puis l'écriture se complexifie, mettant en valeur toutes les voix.

7 - Gradualia 29/12
(Texte liturgique/Jean-Claude Acquaviva)
Un extrait de la messe du 29 décembre, en commémoration de l'accident d'avion de 1962 au Renosu. Ce Gradualia, introduit par un beau bourdon, est composé sur les paroles de l'antienne "Ecce sacerdos magnus" qui évoque saint Thomas Becket, .

8 - Dormi
(François Vincenti/Dominique Vincenti)
Une jolie berceuse des frères Vincenti.

9 - Ùn nu a sò
(Fernando Pessoa/Jean-Claude Acquaviva)
Autre morceau créé pour Pessoassion, depuis longtemps au répertoire du groupe. Et cela se sent : tout en étant d'une écriture fort complexe, elle paraît évidente !

10 - In bocca à Diu
(Jean-Claude Acquaviva)
Troisième création - très courte - pour Disparus.

11 - Introit 29/12
(Texte liturgique/Jean-Claude Acquaviva)
Un autre extrait de la messe du 29 décembre. Celui-ci fait écho à la liberté de parole de Becket face à Henri II.

12 - Maroccu biancu
(Jean-Claude Acquaviva)
Création pour Puz/zle. Habituellement chanté avec Fadia Tomb El-Hage, c'est Paul qui assure la voix principale.

13 - Si spera
(Jean-Claude Acquaviva)
Quatrième et dernier extrait - très court également - de la musique de Disparus. Ces quatre morceaux sont tous composés à partir du texte "M'aviate dettu" de Jean-Claude.

14 - Tbiliso
(Petre Gruzinski, Jean-Claude Acquaviva/Revaz Laghidze)
Un vibrant hommage à la Géorgie et à sa capitale Tbilissi.

Des compositions souvent complexes servies par une exécution parfaite. En conclusion, un nouveau chef d'oeuvre à l'actif d'A Filetta. Un conseil : un certain niveau sonore est nécessaire pour apprécier pleinement l'assemblage des voix. Mais c'est peut-être la conséquence du poids des ans chez le rédacteur de cette chronique !

La critique de « The Guardian »

(World Village/ Harmonia Mundi)

Robin Denselow, Thursday 27 August 2015

This is a stirring, gently edgy reminder that Corsica produces some of the most subtle and remarkable vocal music in Europe. A Filetta consists of six men who specialise in the complex, three-part polyphonic songs that have long been a part of the island’s musical tradition, but were in danger of dying out until revived during the nationalistic and cultural upheavals of the 1970s. That’s when the group started, performing religious songs and then traditional folk ballads, though they have now expanded their range to original material influenced by the old styles, with musical settings by founder member Jean-Claude Acquaviva. This set starts with a brooding, gently spooky piece from a French TV drama, moves on to a throbbing, quietly thrilling dance song, a delicate, hymnal-like piece written for a Polish Shakespearean project at the Edinburgh fringe, and laments for an air crash. A quietly compelling set.

"A Filetta, Corse du monde"

Source : http://www.rfimusique.com/actu-musique/musiques-monde/album/20150904-Afiletta-castelli
Par Bertrand Lavaine

Si les voix d'A Filetta résonnent avec l’intensité de leur terre natale, le groupe actif depuis plus de trois décennies s’est aussi fait remarquer par ses collaborations qui concourent à élargir son horizon musical, comme le résume son nouvel album Castelli. Entretien avec Jean-Claude Acquaviva, un des cofondateurs de cette formation au rayonnement international.

RFI Musique : Votre nouvel album donne à entendre les chants que vous avez créés lorsque vous avez été sollicité pour intervenir dans des projets artistiques au cinéma ou au théâtre. Qu’est-ce qui vous intéresse dans ce travail de commande ?

Jean-Claude Acquaviva : Ce disque est une image assez fidèle de notre façon de fonctionner depuis des années : on a des répertoires que l'on crée spontanément et d'autres qui naissent de rencontres avec d'autres artistes, d'autres genres : le compositeur Bruno Coulais, le chorégraphe Larbi Cherkaoui, des chanteurs divers de La Réunion, du Liban, de Géorgie... Pour moi, la commande peut être intéressante parce qu'elle nous force à sortir de nos formats, à faire que notre polyphonie puisse permettre de chanter un petit peu tout. Par exemple en 2008, on a travaillé avec un metteur en scène allemand sur des textes de Fernando Pessoa, et il y avait un chœur qui durait 22 minutes. Une telle durée a capella, évidemment, c'est compliqué, et ça nous amène à inventer de nouvelles routes, à être expressif d'une autre façon, à trouver des moyens de tenir sur le plan de la tension et de la dramaturgie, ce que ne nous permettait pas de faire les schémas traditionnels. En ce sens, on s'est éloigné de la tradition tout en gardant ce qui nous semble essentiel : d'abord la langue, l'ornement, le timbre, le placement de voix, la polyphonie...

Comment se sont constitués ces liens avec d’autres genres artistiques ?

C'est tout simple. Une rencontre génère une autre rencontre. Lorsqu'on a travaillé en 1997 avec Jean-Yves Lazennec, pour la tragédie antique Médée, Bruno Coulais a entendu ce qu’on avait fait. Il était en train d'écrire une musique de film pour Jacques Weber qui adaptait le Don Juan de Molière et il nous a demandé si on était partant. Dès que nous avons terminé cette collaboration, un metteur en scène italien nous a proposé de travailler avec lui pour le théâtre. Puis, quelque temps après, lors d'un concert, on rencontre un danseur de la compagnie de Cherkaoui qui nous dit que ce chorégraphe était passionné par notre musique et quelques mois après il nous a contactés pour travailler avec les ballets de Monte-Carlo… C’est comme ça que le groupe s'est construit. Pour nous, l'altérité est essentielle. Si nous étions restés dans notre tradition, on aurait peut-être été de super chanteurs traditionnels, mais nous n'aurions jamais fait le chemin que nous avons accompli, chemin que nous avons non pas subi mais que nous avons voulu, tout simplement parce que nous étions curieux de l'autre. La musique ne me semble intéressante que parce qu'elle ouvre des portes. On pourrait la faire à titre conservatoire, mais notre démarche serait tout autre et ce n'est pas celle qui nous intéresse.

Cette diversité de projets que vous menez est-elle aussi une façon d'inscrire les polyphonies dans les musiques actuelles ?

Il y a une polyphonie traditionnelle d'origine, celle à laquelle on se réfère. Nous l'avons beaucoup fait évoluer par rapport à notre façon d'être, nos goûts, notre personnalité, nos rencontres aussi. Mais nous n'avons jamais été très préoccupés par le fait de vouloir absolument intégrer cette polyphonie dans ce qu'on pourrait appeler la modernité. Notre musique a évolué au gré de nos rencontres, elle s'est complexifiée, enrichie de l'autre. Pour nous, chanter avec un orchestre symphonique, ou un orchestre de jazz ou une chanteuse libanaise, c'est aussi moderne et passionnant que de chanter un air traditionnel que l'on pratique depuis notre plus tendre enfance. On ne se pose pas la question de la frontière. Nous avons toujours dit que notre tradition n'existait que pour être dépassée, renouvelée et il nous faut pour cela faire des compositions que la mémoire retiendra ou pas. On est dans cette logique de partage, parce que notre musique ne peut pas demeurer celle qui reflétait une communauté passée. La Corse évolue, le monde évolue, et notre musique évolue aussi. Et il en a toujours été ainsi. Ce qu'on appelle la tradition n'est jamais que la résultante de plein de courants qui se sont succédé, affrontés, enchevêtrés, et qui nous ont donné des musiques restées comme un héritage.

Vous avez participé il y a quelques années à l’album de Danyel Waro, figure du maloya. Y-a-t’il une similitude entre les combats culturels de La Réunion et de la Corse ?

Les îles – La Réunion, la Corse, la Sardaigne, la Sicile... – ont une façon de percevoir le monde, une géographie qui ont généré des caractères particuliers. Le maloya, qui est une sorte de blues réunionnais, a un fonctionnement assez proche de notre tradition polyphonique, qui est sociale : chanter ensemble au sein d'une confrérie, dans une messe, un mariage, lors d'une fête, lors de certains travaux de la campagne. C'était vraiment ce qui caractérisait notre musique. Et même si elle a évolué, parce que les modes de production ont évolué, elle continue à avoir cet ancrage social, cette façon de dire les choses à sa manière. Et à ce titre, La Réunion dit des choses un peu comme nous, ne serait-ce que dans l'opposition, du moins la confrontation, avec l'état central, jacobin, qui n'accorde pas beaucoup d'intérêts aux spécificités de ces régions, de ces peuples. Je me sens militant, mais pas d'une Corse aux Corses. Je me sens militant d'une façon de vivre le monde, de penser le rapport à l'autre.

Liens:

[1] http://www.rfimusique.com/artiste/maloya/danyel-waro
[2] https://www.facebook.com/afiletta.officiel
[3] http://www.rfimusique.com/musiquefr/articles/108/article_txt_17460.asp

"A Filetta : chateau vocal" - "Castelli" sur France Culture !

La Revue musicale de Matthieu Conquet
Emission Ce qui nous arrive en musique

04.09.2015

« Ô coeur de ma fortune, Tu es fortune en mon cœur » nous disent Jean-Claude Acquaviva et les cinq autres chanteurs d’A Filetta. A Filetta, l’ensemble vocal Corse, un groupe formé depuis 1978 sur ces mots « Non ti scordar di a fileta » recommandation des anciens faite aux jeunes pour qu'ils n'oublient pas leurs fougères, et le lien à leur terre.

A Filetta évolue depuis plus de 30 ans « entre modernité et tradition » (pardon pour l’horrible lieu commun) entre sacré et profane, entre enracinement et voyages. Là où leur disque précédent portait sur la tradition du Culte des morts en Corse, sur le requiem, le programme ici est constitué de différentes collaborations, du côté du théâtre, du cinéma ou de la danse comme ici : la pièce « Letterella » que vous entendiez est tirée de leur travail dans « Puz/zle » en 2012 avec le chorégraphe Sidi Larbi Cherkaoui.

A cette occasion l’ensemble Corse dialoguait avec la chanteuse libanaise Fadia Tomb El-Hage : mélismes, ornementation et virtuosité qui trouvent toute leur place entre passages disons « en chœur » et soli.

On entend aussi au milieu du disque « Guardiabanda » le gardien de troupeau, une pièce adaptée d’un texte de Fernando Pessoa. A Filetta familier des adaptations de textes littéraires ou poétiques, que ce soit pour la scène et la musique (je pense à différents projets autour de textes de Sénèque, Shakespeare ou Primo Levi). Suggérons au passage de travailler un jour à partir de Saint Augustin, lui qui parlait du ‘jubilus’, de la « capacité expressive de la joie par la musique vocale, sans paroles », toute en syllabes comme ici... Le titre de ce nouvel enregistrement "Castelli" les Chateaux, est sans doute à prendre à double sens, à la fois d'édifice historique et de construction éphémères, château de sable ou de cartes. « Que reste-t-il de tout ce que nous pensons avoir construit ? » A Filetta s’interroge, chante et joue à merveille de ses silences.

Extraits diffusés :

Letterella (Jean-Claude Acquaviva)
Guardiabanda (Fernando Pessoa / Jean-Claude Acquaviva)
Si Spera (Jean-Claude Acquaviva)
In Ogni Addiu (Jean-Claude Acquaviva)

ddd

La critique de Télérama

On aime beaucoup

A Filetta fait partie de ces groupes qui ont fait rayonner dans le monde les viriles polyphonies corses, chant profond de l'âme insulaire. Sans le parti pris pop d'I Muvrini, mais en misant, sous la houlette de Jean-Claude Acquaviva, chef du choeur depuis bientôt quarante ans, sur les rencontres pluridis-ciplinaires, du rap marseillais aux chants du Caucase. Ces dernières années, leurs saisissantes voix graves ont ainsi accompagné pièces de théâtre (Pessoa, Shakespeare), chorégraphies (Puz/zle, de Sidi Larbi Cherkaoui) et téléfilms. Ces « châteaux » (castelli) en compilent divers extraits, ainsi qu'une berceuse des frères Vincenti, des textes liturgiques commémoratifs et un hymne à Tbilissi. A l'écoute, ce recueil est pourtant beaucoup moins hété-roclite qu'il n'y paraît. Les six voix d'hommes, en partie renouvelées dernièrement, sont en symbiose et insufflent à leurs lentes modulations une douceur presque féminine qu'on ne leur a pas toujours connue. On ne découvre rien, mais on cède au plaisir simple et à la beauté apaisée de ces harmonies épurées.

CD World Village/Harmonia Mundi.

07/09/2015
Anne Berthod - Telerama n° 3426

A Filetta sur Radio Calvi Citadelle

Vous l'avez raté il y a quelques jours, ré-écoutez dès maintenant l'interview de Jean-Claude Acquaviva et Stefanu Serra membres du groupe A FILETTA pour l'album : "Castelli". Rendez-vous sur www.radiocalvi.fr Rubrique PODCASTS.

rcc

Puz/zle

puzzle

Inattendue (mais qui s'en plaindra ?), la sortie de la bande-son de "Puz/zle", publiée par Eastman.

Ce double CD est la re-création sonore, enregistrée à Anvers avec des sons additionnels provenant d'une représentation à Utrecht, du spectacle de Sidi Larbi Cherkaoui. On retrouve bien sûr les voix d'A Filetta, celle de Fadia Tomb El-Hage, la flûte et les tambours taiko de Kazunari Abe et la musique électronique d'Olga Wojciechowska.

CD1
1 - Lost Reflection
2 - Partenza Astuta

3 - Prayer Song

4 - Breathing with Colors

5 - Relation
6 - Erasing Memories
7 - Notte Tana
8 - Inna Moussa
9 - Inside the Holy Whale
10 -Treblinka
11 - The Echo of Dragon Singing
12 - Melting into Unknown

CD2
1- Yawno Tito
2 - Amano Morio
3 - Le Lac
4 - Inn al Baraya
5 - Ororo Pinne
6 - Tookami
7 - Maroccu Biancu
8 - Lacrymosa
9 - Letterella
10 - Media
11 - U Sipolcru
12 - Collected Grief
13 - L'anniversariu di Minetta
14 - O Successores

Le commentaire de L'Invitu :
Un grondement électronique ouvre le premier CD (et le spectacle) : Lost Reflection, composé par Olga Wojciechowska. Cela évoque par moments So Sprach Zarathoustra de Strauss, probablement les "reflections" du titre. "Mente spremuta", ce sont les premiers mots de Partenza Astuta chanté par A Filetta et Fadia Tomb El-Hage. Une rencontre à la fois étonnante et évidente. Une longue introduction de flûte et un morceau presque "immobile", Prayer Song. Breathing with Colors instaure un climat aérien, magnifique. Relation est encore un morceau de flûte. Erasing Memories est encore un morceau très réussi d'Olga Wojciechowska. La voix de Jean-Luc introduit Notte Tana, une belle composition de Jean-Claude sur un texte de Petru Santucci, avec Fadia et tout le groupe. L'hymne byzantin à Moïse Inna Moussa, est chanté par Fadia accompagnée du bourdon d'A Filetta. Magnifique. Les sons du spectacle (murs qui s'effondrent, pierres qui roulent) introduisent Inside the Holy Whale, un des très beaux moments du spectacle, avec les danseurs sautilllant sur place. C'est une version inédite - et magnifique - de Treblinka que nous entendons ici puisque Fadia se joint aux chanteurs d'A Filetta. The Echo of Dragon Singing est joué à la flûte par Kazunari Abe, puis le premier CD se conclut par le beau Melting into Unknown composé par Olga Wojciechowska.

Un roulement de tambour introduit Yawno Tito, chanté par Fadia avec un bourdon d'A Filetta, puis le climat change radicalement avec Amano Morio, ancien chant syrien scandé par le tambour et les voix d'A Filetta. On retrouve Le Lac de Bruno Coulais dans une version inhabituelle puisque, outre Fadia, on y entend la flûte de Kazunari, qui introduit également Inn al Baraya, chant traditionnel libanais chanté par Fadia accompagnée des voix d'A Filetta. Magique ! Changement radical de climat avec le chant japonais (chanté en langue Ainu) Ororo Pinne puis une composition de Kazunari Abe, Tookami. Un chant très doux succède à cette pièce percussive, Maroccu Biancu, auquel succède le magnifique Lacrymosa du Requiem. Le très rythmé Letterella succède à ces deux pièces méditatives, avec Fadia et les percussions. Media est une espèce d'intermède fait de voix radiophoniques lointaines, U Sipolcru auquel se mêlent la flûte de Kazunari et la voix de Fadia est pour moi une réussite absolue. Si je devais formuler une légère critique, la fin inhabituelle du morceau ne me paraît pas mieux que l'originale. Collected Grief d'Olga Wojciechowska est également un des sommets de l'album. C'est assez rare d'entendre de la musique électronique qui vous prend aux tripes et qui vous poursuit longtemps comme celle-ci. Une vieille connaissance, L'Anniversariu di Minetta de Tavagna, que l'on écoute toujours avec un grand plaisir, d'autant que cette version est encore plus riche que celle enregistrée sur Intantu. Et vient - malheureusement - la fin de l'album, O Successores d'Hildegard von Bingen chanté - merveilleusement - par Fadia Tomb El-Hage.

La rencontre de ces personnalités si différentes était une gageure. On ne peut que louer l'intuition de Sidi Larbi Cherkaoui, qui avait pressenti que la rencontre entre la voix de Fadia et A Filetta serait magique. Pour reprendre ses termes, "au-delà des langues différentes, leurs sons respectifs s'entrelacent. A certains moments, les voix se soutiennent ; à d'autres, elles sont complémentaires ou s'opposent, pour se rejoindre en une voix hybride mais harmonieuse. Fadia et A Filetta s'écoutent et se répondent de manière organique, dans un échange constant de maîtrise et de richesse".
Kazunari Abe apporte à la fois un élément aérien avec sa flûte et terrestre avec ses tambours. Enfin, la musique électronique d'Olga Wojciechowska est d'une beauté confondante. Tous ces talents réunis auraient pu se neutraliser. Au contraire, leur interaction est une formidable réussite.

Pè a scusa

Fin 2012, la formation balanine édite - ou plutôt réédite - un CD qui était inclus dans son coffret anniversaire « Trent’anni pocu, trent’anni assai » paru en 2010.
Ce CD, qui s’intitule « Pè a scusa », est composé de 8 chants dont 3 inédits (« A’ Sergiu » ; « Lisboa, noite triste » et « Tango dell’assenza »).

Verbatim : « Ceux qui n’ont pas le coffret DVD nous demandaient sans cesse : où pouvons-nous trouver ces chansons ? C’est la raison pour laquelle nous avons décidé de faire paraître le CD isolément en attendant le nouvel ouvrage du groupe qui, lui, sera enregistré ce printemps ! » confient les chanteurs.

Durée totale : 31' 02

scusa

1-Liberata

Il s’agit du générique du téléfilm de Philippe Carrese tourné en Corse et qui met en lumière les relations entre corses et occupants italiens durant la seconde guerre mondiale. Cette chanson a été depuis « convertie » en polyphonie, mais il s’agit ici de la version originelle pour voix unique et piano.

2-Fiure

Chanson extraite de l’album « Una tarra ci hè », édité en 1994.

3- A’ Sergiu

Chanson inédite écrite par Michel Frassati à la mémoire de Serge Martinelli, décédé accidentellement en combattant un incendie en Balagne. Michel avait été l’instituteur de Serge à Nesce.

4- Tango dell’assenza

Chanson d’amour écrite par la chanteuse sarde Franca Masu et mis en musique par Daniele di Bonaventura (bandonéon).

5- Ma dì ciò ch’è tù voli

Chanson extraite de l’album « In l’abbriu di e stagione » paru chez Kallisté en 1987.

6- Cun tè

Chanson extraite de « Cun tè » édité par Kallisté en 1984.

7- Mare eternu

Chanson extraite de l’album « In l’abbriu di e stagione ».

8- Lisboa, noite triste

Chanson écrite et composée par Jorge Fernando, auteur compositeur lisboète et extraite de son album «Vida ».

Sur Liberata : Raoul Duflot-Verez, piano
Sur Fiure, À Sergiu, Ma dì ciò ch’è tù voli, Cun tè, Mare eternu : Jean-Claude Acquaviva, guitare
Sur Tango dell’assenza : Daniele di Bonaventura, bandonéon
Sur Lisboa, noite triste : Jorge Fernando, guitares

Le commentaire de L'Invitu :

Ce "demi-disque" aurait aussi pu s'intituler "Intantu" si le titre n'était pas déjà pris. Demi, mais non des moindres, tellement on a plaisir à réentendre les morceaux issus des disques vinyls des années 80 qui ne seront probablement jamais réédités, ainsi que les nouveautés qu'étaient, à l'époque de la sortie du DVD, les magnifiques Tango dell’assenza et Lisboa, noite triste.

Di Corsica Riposu - Requiem pour deux regards

Parution le 14 avril 2011 (Deda/Harmonia Mundi)

A Filetta, chant.
Daniele di Bonaventura, bandonéon.
Jean-Claude Acquaviva, narration.
Enregistré en 2010 au Couvent de Marcassu.

requiem

« Ce qui ne meurt pas ne vit pas » (V. Jankélévitch)
Lorsque le chant évoque la mort, ne célèbre-t-il pas la vie ?

En Corse, la tradition a consacré une place importante au culte des morts.
Le groupe A Filetta a essayé à sa façon de contribuer à la sauvegarde du patrimoine oral insulaire en intégrant notamment des influences nouvelles.

Aujourd’hui ces chanteurs, qui se refusent à être les gardiens d’un quelconque temple, cultivent par le truchement de leurs compositions, l’idée d’une tradition prolongée, renouvelée et ouverte, qui serait bien ancrée dans la mémoire mais dont les développements seraient sans complexes. Exercice difficile, sans doute, mais exercice indispensable à la permanence d’un rêve : celui d’entretenir leur enthousiasme tout en n’altérant pas leur sincérité.

Di Corsica riposu, « Requiem pour deux regards »
est une création commandée par le Festival de Saint-Denis en 2004. Il s’agit d’un requiem en latin, à sept voix, ponctué de textes narrés ou chantés en plusieurs langues - corse, français, italien - issus de la littérature moderne. En outre, quelques pièces pour bandonéon créées pour ce requiem s’insèrent dans ce parcours qu’effectuent les sept voix de la terre vers le cie.

Après plus de trente ans d'existence, A Filetta signe avec ce nouvel album l’un de ses plus ambitieux et captivants projets.

Le commentaire de L'Invitu :

Composé à la mémoire de Nicolas Acquaviva et Nicolas Mancini, disparus voilà tout juste dix ans, ce Requiem est dédié à Jean Antonelli, '"qui donna les plus belles années de sa vie au souffle du groupe". Deux choses frappent à la première écoute : la profondeur et la puissance des basses, et l'extrême qualité des compositions et de l'interprétation. De ce point de vue, ce Requiem prolonge Médée, avec de complexes et subtiles compositions où chaque voix est mise en valeur. Une fois encore, partant de modèles traditionnels, Jean-Claude nous offre de magnifiques créations, riches et complexes sans être compliquées, avec des harmonies inhabituelles. Le bandonéon de Daniele di Bonaventura remplace avantageusement le violoncelle de la version initiale.
Après cette première écoute du CD, nous attendons avec impatience la scène des Bouffes du Nord. Rendez-vous au 25 avril !

01 Di Corsica Riposu
02 Miserere
03 Notte Tralinta
04 Subvenite
05 Requiem
06 Kyrie
07 Dies Irae
08 Tuba Mirum
09 Rex Tremendae
10 Lacrymosa
11 Figliolu d'Ella
12 A'Mente
13 M'Aviate Dettu
14 Meditate
15 Domine
16 Nanzu À Sanctus
17 Sanctus
18 Pater Noster
19 Nanzu À Agnus Dei
20 Agnus Dei
21 Altrunimu
22 Lux Eterna
23 Libera Me
24 Da Cirone
25 In Paradisum

Mistico Mediterraneo


Paolo Fresu / A Filetta / Daniele di Bonaventura
Paru le 21 janvier 2011

mistico

Paolo Fresu trumpet, flugelhorn
Daniele di Bonaventura bandoneon
A Filetta
Jean-Claude Acquaviva seconda
Paul Giansily terza
Jean-Luc Geronimi seconda
José Filippi bassu
Jean Sicurani bassu
Maxime Vuillamier bassu
Ceccè Acquaviva bassu

Recorded January 2010
ECM 2203

"Esquisses de la Corse : lyrique et éclatante, la trompette de Paolo Fresu se faufile entre les voix des chanteurs d’A Filetta, le groupe que l’on peut tout autant qualifier de pionnier que de gardien de la tradition au royaume des polyphonies corses. Alliage homogène entre patrimonial et expérimental, plusieurs compositions du groupe sont l’œuvre de son fondateur Jean-Claude Acquaviva, qui le dirige depuis plus de trente ans. L’occasion nous est également donnée d’assister à une saisissante démonstration de bandonéon italien par le virtuose Daniele di Bonaventura, qui en réinvente l’usage en se lançant dans des solos imaginatifs et des duos envoûtants avec Paolo Fresu, enveloppant voix et trompette dans un sens de la formule quasiment orchestral."
(texte de présentation sur le site du groupe)

Sketches of Corsica, the Mediterranean and the wider world abound in this fascinating collaboration between lyrical Italian jazz improvisers Paolo Fresu, Daniele di Bonaventura and vocal ensemble A Filetta. “Mistico Mediterraneo” is the first documentation of an alliance that has been gathering momentum for a few years already; it is also the ECM debut of the Corsican singers.

In October 2006, Fresu and Italian bandoneonist Daniele di Bonaventura, along with two other jazz improvisers (saxophonist André Jaume and percussionist Philippe Biondi), were invited by stage director Francis Aïqui for a celebratory event in Ajaccio’s L’Aghja theatre, establishing a basis for further collaboration. Over the last four years the musicians have fine-tuned the song cycle now known as “Mistico Mediterraneo”.

Source : ECM Records

Lire les premiers commentaires sur la page consacrée à Paolo Fresu.

Le commentaire de L'Invitu :

Remarque préliminaire : les fans d'A Filetta seront peut être déroutés par le "son ECM", cette forte réverbération caractéristique de nombre de productions de Manfred Eicher. Passé le moment de surprise, on finit par l'oublier tant la prise de son est bonne. Chacune des voix est bien identifiable, même quand les instruments jouent en même temps.
1. Rex tremendae
(Jean-Claude Acquaviva)
Le bandonéon de Daniele, bientôt rejoint par les basses, installe l'assise du morceau, puis Jean-Claude expose le thème. Et, surprise, le son "trafiqué" via harmonizer et delay de la trompette de Paolo surgit de nulle part. Plus loin, Paolo utilisera son instrument dans un style plus traditionnel – carrément davisien, diront certains - pour revenir à l'électronique sur la fin, rejoint par Daniele. Gageons que ce Rex séduira tous les auditeurs. Moi qui connais et apprécie ce morceau depuis sa création et qui avais émis quelques réserves sur la version entendue en concert avec Jaume et Biondi, je trouve que la création extraordinaire qu’est le Rex de Jean-Claude est ici magnifiée encore par Paolo et Daniele.

2. Liberata
(Jean-Claude Acquaviva)
C'est encore Daniele qui introduit ce morceau en instaurant un climat mélancolique. Après l'exposé de Jean-Claude et la première intervention du groupe arrive bientôt Paolo, accompagné par Daniele sur une improvisation à la fois swinguante et tendre. Un régal ! Le grand musicien de jazz qu’est Paolo Fresu ne joue jamais deux fois la même chose. Son solo est très différent de ceux entendus en concert : ici plus aérien et détendu, à Calvi plus rythmique. Comme le Rex précédent, ce Liberata fera date. D’ailleurs, l’autre soir au concert d’A Filetta, je me suis surpris à attendre l’arrivée de la trompette !

3. Da tè à mé
(Jean-Michel Giannelli/Petru Santucci)
Une création de Jean-Michel Giannelli. C'est A Filetta au complet qui débute, rejoint par Paolo à la fin du premier couplet. Le thème prend bientôt la forme d'une valse avec l'arrivée de Daniele, puis le groupe reprend, accompagné par les deux musiciens et revient à la valse sur la fin, avec de belles envolées de trompette. Etonnant ! Un thème que l'on n'oublie plus après l'avoir entendu.

4. Le lac

(Bruno Coulais)
Introduction de Paolo aux effets électroniques, rejoint par le rythme des doigts de Daniele sur son bandonéon, puis A Filetta entonne le mantra tibétain composé par Bruno Coulais pour Himalaya : "Om Taré Tûraré Tûré Soha", toujours accompagné par la trompette harmonisée de Paolo et les notes de Daniele.

5 Dies irae
(Jean-Michel Giannelli)
Cette composition de Jean-Michel Giannelli figurait sur Passione. Ici, elle est Introduite par le bugle et le bandonéon, puis les voix se mêlent au son du bugle de Paolo et du bandonéon de Daniele dans un ensemble très cohérent.

6 Gloria
(Bruno Coulais)
Une re-création un peu folle du Gloria du Libertin. Daniele tapote son bandonéon, Paolo improvise un thème très rythmique, bientôt accompagné par Daniele. Les basses d'A Filetta entonnent le Gloria, rejointes par les autres voix, avec planant au-dessus les notes aériennes de Paolo qui utilise ensuite ses "diableries" électroniques, harmonizer, delay… Le thème le plus fou du disque.

7 Corale
(Daniele di Bonaventura)
Changement radical de registre avec la magnifique composition de Daniele, Corale. Un duo bandonéon/trompette dans lequel l'entente des deux musiciens italiens est remarquable.

8 La folie du cardinal

(Bruno Coulais)
A Filetta cette fois sans les deux instrumentistes pour cet extrait de la musique composée par Bruno Coulais pour Le Libertin. Un morceau très "second degré", magnifiquement interprété Mais c’est un truisme de le dire !

9 U Sipolcru

(Jean-Claude Acquaviva)
Paolo joue une longue introduction au thème d’U Sipolcru, les voix font leur entrée. Paolo ponctue de quelques interventions toujours pertinentes.

10 Scherzi veranili

(Jean-Michel Giannelli)
A Filetta est ici accompagné par le bandonéon sur cette composition de Jean-Michel Giannelli figurant déjà sur Bracanà. Là encore, l'instrument apporte une dimension supplémentaire au morceau.

11 Figliolu d’ella

(Jean-Claude Acquaviva)
Une assez longue introduction instrumentale de Daniele rejoint par Paolo dans laquelle on reconnaît bientôt les accords de Figliolu d'ella, et c'est Paul qui prend la suite, rejoint par Jean-Luc puis par Maxime. Paolo revient, le son très réverbéré dans ce morceau évoque une cathédrale...

12 Gradualis

(Daniele di Bonaventura/Jean-Claude Acquaviva)
Une autre composition de Daniele, sur un texte de Jean-Claude. Magnifique intervention de Paolo à la trompette bouchée, puis les voix s'envolent. On est presque frustré par la relative brièveté de ce morceau, que l'on aurait aimé plus développé. Rendez-vous au prochain concert !

13 Sanctus

(Daniele di Bonaventura)
Pour finir, un magnfique duo, plein de recueillement, entre Daniele et Paolo sur une composition de Daniele. Peut-être un des plus beaux morceaux de ce disque magnifique.

Les amateurs de jazz et de Paolo Fresu devraient être conquis par cette rencontre inouïe entre trompette, bandonéon et polyphonie corse. Les amateurs de polyphonies traditionnelles, quant à eux, éprouveront peut être à la première écoute davantage de difficultés pour entrer dans cet univers, même si le groupe nous a accoutumés à ses rencontres audacieuses. Pour aborder ce disque sans préjugés, il faut tenter d’oublier les versions originales a capella et considérer que l’on écoute de nouvelles créations.

Malgré la diversité des répertoires (compositions de Jean-Claude Acquaviva, Jean-Michel Giannelli et Daniele di Bonaventura), Mistico Mediterraneo est un ensemble cohérent. Une vraie rencontre où chacun est à l'écoute des autres. Une œuvre originale et attachante. On souhaite une continuation à cette belle rencontre, avec peut-être encore plus d'audace dans les improvisations. Pour dire les choses clairement, on imagine déjà ce que pourrait être le prochain CD, avec notamment Meditate et Ritus entendus en concert, et aussi - soyons fous ! - un CD du duo Paolo Fresu/Daniele di Bonaventura !

Note : Nous avons été exaucés avec In maggiore !

 

Trent'Anni Pocu, Trent'Anni Assai


trentanni

Ce coffret DVD sorti le 30 novembre 2009 est détaillé en bas de cette page.  
 

Bracanà 

bracanà

A vita cerca sempre un pratu novu à pasce"
"Le temps ne manque jamais au temps d'une vie qui va."

"Bracanà" dont la traduction pourrait être "bariolé" ou "changer de couleur à l'approche de la maturité" est le titre de ce nouvel album (paru juste à temps pour les concerts à L'Européen fin mai 2008) sur lequel figurent 14 chants, a cappella toujours, superbement arrangés.
Les voix saisissent l'émotion, l'amplifient, la précisent.
A Filetta donne à entendre certaines de ses créations jusqu'ici inédites, notamment les chants d'un "Via Crucis" créé à Calvi sous la direction d'Orlando Forioso.

Les textes (hormis ceux de la liturgie) sont signés Jean-Claude et Jean-Yves Acquaviva, Primo Levi, Pampasgiolu et Petru Santucci.
Ce nouveau recueil reflète le chemin parcouru depuis quelques années par ce groupe qui dit vouloir "être ce qu'il défend plus que défendre ce qu'il est."


1 – 1901
(Jean-Claude Acquaviva/Jean-Claude Acquaviva)
Un texte à la mémoire de deux Géorgiens (Tao et Georges), nés tous les deux en 1901 et ayant eu des destins parallèles : naissance dans le Caucase puis exil et mort loin de chez eux. Des mots adressés à leurs enfants qui disent l'amour de la terre natale, la nostalgie mais aussi la crainte du retour.
2 – Dies irae
(chant liturgique/Jean-Claude Acquaviva)
Chant issu du Via Crucis.
3 – Alilo
(traditionnel géorgien)
Chant de Noël géorgien, transmis à A Filetta par "Les Voix de Géorgie".
4 – Lode à una simpatica zitella
(Pampasgiolu/traditionnel)
Il s'agit d'un texte du poète Pampasgiolu, remanié par l'auteur quelques mois avant sa mort, dans lequel il loue les qualités d'une jeune fille à qui il rend hommage. Cette jeune fille n'est autre que Geneviève Geronimi, future maman de Jean-Luc Geronimi qui interprète ici ces louanges.
5 – Benedictus
(chant liturgique/Jean-Claude Acquaviva)
Chant issu du Via Crucis.
6 – L'invitu (extrait)
(Jean-Claude Acquaviva/Jean-Claude Acquaviva)
Cet extrait est la partie terminale de "L'invitu", chant I de Médée, où le chœur appelle de ses vœux la célébration des noces royales tout en demandant à Médée, l'épouse répudiée, de quitter le royaume.
7 – Beati
(chant liturgique/Jean-Claude Acquaviva)
Chant issu du Via Crucis
8 – U cantu di l'acqua
(Jean-Claude Acquaviva/Jean-Claude Acquaviva)
Un chant issu du Via Crucis qui intervient dans la passion du Christ : au moment où Pilate remet entre les mains du peuple juif le destin de Jésus de Nazareth. Un texte mettant en relief l'ambivalence de l'eau, habituellement symbole de vie se changeant ici en annonce de mort.
9 – Nana
Traditionnel
Berceuse géorgienne.
10 – Meditate
(Primo Levi/Jean-Claude Acquaviva)
Sur un texte de Primo Levi extrait de "Se questo è un uomo", cette création issue du Via Crucis rappelle l'impérieuse nécessité de ne pas oublier que l'horreur et la barbarie furent, sous peine de les voir ressurgir.
11 – Liberata
(Jean-Claude Acquaviva/Jean-Claude Acquaviva)
Il s'agit du générique du téléfilm tourné en Balagne et ayant pour thème, la résistance en Corse durant la seconde guerre mondiale. Ce texte fut écrit à la mémoire de Pierre Griffi, jeune radio débarqué d'Alger, exécuté à Bastia en 1943 par les chemises noires.
12 – Scherzi veranili
(Petru Santucci/Jean-Michel Giannelli)
Des paroles de Petru Santucci qui mettent en exergue le sentiment d'angoisse du poète à l'approche du printemps. : il juge cette saison peu sincère parce que trop euphorique.
13 – Cuntrastu
(traditionnel) Voici restituée une joute poétique pleine d'humour et de sous-entendus entre un mari "fourbu" et son épouse jalouse qui lui reproche ses infidélités.
14 – Treblinka
(Jean-Yves Acquaviva/Jean-Claude Acquaviva)
Un texte de Jean-Yves Acquaviva qui dit avec beaucoup de sensibilité l'espoir malgré l'horreur, la vie malgré l'enfer, rappelant d'autres écrits majeurs de Levi, Amry ou Semprun.


Première écoute : un enchantement total

Nous faisons partie des quelques privilégiés ayant pu d’ores et déjà acquérir Bracanà, dont la disponibilité dans les bacs devrait être retardée de quelques jours pour cause d'incendie de l'unité de fabrication du CD !
J'ai déjà pu l’écouter plusieurs fois et en savourer chaque chant.

D’abord, le contenant : un design original pour la belle pochette, une jaquette d'une vingtaine de pages s’ouvrant sur un texte d’introduction rédigé par Giovanna Marini, et les textes (originaux et en français) des chants. 

Venons-en au contenu. A Filetta a encore atteint un sommet. C’est ce qu’on se dit à chaque disque, mais cette fois, on a vraiment le sentiment que le groupe a atteint une plénitude, une maturité, qui, loin de l’ancrer dans la routine, le poussent au contraire à explorer en toute liberté de nouveaux sentiers.

D’emblée, 1901 captive. La basse continue empruntée au chant géorgien, l’exposition du premier thème par Jean-Luc, bientôt rejoint par les autres, l’entrée de Jean-Claude, le subtil balancement du deuxième thème, avec par moments des accents d'Himalaya, la profondeur des basses, l'infinie douceur de la mélodie, l'envol final sur le mot "Geurgia"... Un chant qui ne vous quitte plus.

Le Dies Irae qui suit est au même niveau. Un chant étonnament apaisé, l'angoisse du jour de la colère n'arrivant qu'à la fin sur les mots "Dona eis requiem". Une richesse incroyable dans l'arrangement des voix. Une polyphonie au plein sens du terme !

Alilo marque une certaine rupture de climat en revenant au chant géorgien traditionnel. On avait oublié, tant le chant d’A Filetta sait être doux, comme il peut aussi être puissant.

Dans Bracanà les chants traditionnels ne sont plus représentés que par deux monodies chantées par Jean-Luc. La première est Lode à una simpatica zitella, composée par Pampasgiolu... en hommage à la future maman de Jean-Luc, qui est évidemment parfait dans ce chant.

Le Benedictus du Via Crucis est d'une modernité inouïe. Les contre-chants complexes succèdent aux passages scandés, en une profusion incroyable. Chaque voix chante une partition différente mais l’ensemble reste d’une cohérence parfaite. Le magnifique changement d'accord apporte encore un peu plus d’émotion. Et ce qui pourrait n’être que démonstration technique ou virtuosité gratuite garde toujours un sens profond. Du grand art.,.

Est-ce seulement la briéveté de l’extrait de L’Invitu qui nous le fait paraître renforcé par rapport à la version intégrale parue sur le disque ? Je ne le crois pas. Jean-Claude nous avait fait part de son insatisfaction sur la fin de ce chant dans le CD de Médée. Ici les trois parties de ce court extrait prennent toute leur force. Une merveille !

Beati, autre chant issu du Via Crucis,est un des rares chants d'A Filetta à être chantés à pleine voix. Ce qui ne lui ôte pas une once de subtilité.  

U Cantu di l’acqua est construit en deux parties : une exposition à pleine voix, puis une reprise très douce avec la voix de Paul en premier plan. Puis une sorte de pont introduit une nouvelle exposition du thème principal puis du deuxième.

La Nana géorgienne, qui remplace désormais Makharia en ouverture des concerts, est encore un modèle de douceur avec la voix de Jean-Claude soutenue par un magnifique contrechant de Paul.

Meditate a beaucoup évolué depuis sa création en 2003. Un foisonnement d'échos de voix scandant les paroles de Primo Levi : "Meditate... Scolpitele nel vostro cuore..."

Dès les premières notes de Liberata (Alba...), on est parcouru de frissons. Le chant se fait tantôt caressant, tantôt puissant, tantôt déchirant. Ici, à l’inverse des concerts, Jean-Claude récite le texte avant de chanter. Ne cherchez pas à suivre le texte imprimé, A Filetta déstructure le texte, utilisant syllabes et sonorités pour créer une assise rythmique et mélodique, un peu comme le feraient des jazzmen avec le scat. Personnellement, j’ai une (très) légère préférence pour la version donnée à "l’Européen", et j’ai encore en mémoire celle de Calvi, avec le sublime solo de Paolo Fresu ! Mais on se situe à un niveau très, très élevé.

Les Scherzi veranili, sur un texte de Petru Santucci et une musique de Jean-Michel Gianelli, permettent notamment de mieux entendre la belle voix grave de Ceccè.

La deuxième monodie, Cuntrastu, est en fait une sorte de chjam' è respondi entre un mari un peu coureur et une épouse très jalouse. Jean-Luc la chante avec un art qui n’appartient qu’à lui, mélange incomparable de rugosité et d’élégance. Sa façon de phraser, de prendre appui sur les syllabes est inimitable.

Et enfin, Treblinka. Pour la petite histoire, Jean-Claude avait le texte magnifique de Jean-Yves Acquaviva et a proposé de le mettre en musique pour compléter le disque. En quelques minutes, le chant était écrit ! C'est difficile à croire tant ce chant est magnifique !
Le thème principal exposé presque en un murmure par Jean-Claude, se répète en une boucle lancinante, d'abord scandée par des notes de piano, puis soutenue, à partir du deuxième couplet, par un extraordinaire bourdon à bouche fermée. Le troisième couplet voit l'entrée de toutes les voix sur le thème principal, toujours soutenues par le bourdon, avec des sortes d’oscillations autour des notes basses créées par Paul et Jean-Luc, suggérant une atmosphère glacée. Il faut écouter Jean-Claude prononcer le mot "Treblinka" à la fin du 3e couplet… Et les sublimes contre-chants de Jean-Luc et Paul à la fin, sonnant comme des instruments à vent, tirant vers la dissonance.
Le plus fort, dans ce chant, c’est que l'espoir malgré l'horreur, la vie malgré l'enfer, sont présents. "A vita cerca sempre un pratu novu à pasce", tel est le message de cette oeuvre qu'on n'oublie plus quand on l'a entendue. Après deux concerts, je trouve les notes de piano de la version enregistrée presque superflues. Là encore, la version en concert est encore plus belle, plus émouvante (mais tout est relatif à ce niveau). Quand le groupe se décidera-t-il à publier un CD (ou un DVD) live ? (*)

(*) Depuis, j'ai été entendu : dans le coffret du DVD "Trent'anni pocu, trent'anni assai", il y a un sublime "concert privé" à l'Oratoire !

La chronique de "Mondomix"

A Filetta n'est pas ce que l'on imagine à la hâte : un simple groupe de chanteurs polyphonqiues vêtus de noir, agréable à écouter dans une chapelle lors de vacances en Corse. Même s'il est assez idéal de les découvrir dans de telles circonstances, il faut s'éloigner des clichés pour aborder leur musique. Ils sont bien sûr ancrés dans une tradition profonde, mais à l'image de la fougère qu'ils ont choisie comme emblème, ils se tournent vers le soleil.
Depuis trente ans que ces sept chanteurs d'exception se sont réunis, ils n'ont cessé d'évoluer, d'expérimenter, en repoussant les limites d'un genre aux apparences austères. Sans jamais céder aux attraits d'artifice, ils ont toujours remis leurs acquis en question. Avançant sur les chemins de l'innovation avec autant de rigueur que de détermination, ils se nourrissent du contact d'autres cultures, d'autres approches artistiques.
Contrairement à leur effort précédent, Medea, qui se concentrait sur l'oeuvre de Sénèque, Bracanà (barioler) puise à plusieurs sources, créant l'unité par la finesse de leurs harmonies et de thématiques cousines, où s'emmêlent espoir et inquiétudes. Espoir qui se faufile dans les textes liturgiques corses mis en musiques ou les traditionnels géorgiens, berceuse ou chant de nativité. L'optimisme est aussi sous-jacent dans le printemps naissant décrit dans Scherzi veranili mais l'on sait les blessures glacées que les bourgeons recouvrent...
L'inquiétude n'est jamais loin : particulièrement celle qu'engendrent les totalitarismes évoqués dans l'adaptation d'un texte de Primo Levi (Meditate), thème qui rejaillit en écho dans le final Treblinka signé par le chef de chœur Jean-Claude Acquaviva.
Les chants, les contre-chants, les mélismes et les fines harmonies pourtant rassurent, et laissent éclore une beauté sereine, attentive à tout ce qui peut la menacer, mais reste déterminée et souveraine.
Fêtant cette année trente ans d'une carrière riche et exigeante, A Filetta confirme ici son statut de chef de file d'un art vocal ancestral auquel il apporte une respectueuse modernité et un supplément de noblesse.
Benjamin MiniMuM


A Filetta a reçu le Grand Prix de l'Académie Charles-Cros 2008 pour Bracanà.

Medea


medea

Chœur I : L’invitu
Chœur II : L’arditezza
Chœur III : U casticu
Chœur IV : U furore


Durée totale : 46 minutes 30
Enregistré début 2005 au Couvent de Marcassu, I Catari

Neuf ans après la création de ce Medea au théâtre, voici enfin le disque, dédié à la mémoire de Maï récemment disparue. Ces quatre compositions de Jean-Claude Acquaviva, qui évoquent les amours passés de Médée la Caucasienne et de Jason, l’épopée des argonautes et enfin, la fureur meurtrière de l’épouse répudiée, puis bannie du royaume, sont d'une créativité inouïe (un OVNI, selon Bruno Coulais), bien au-delà de ce que le public peut entendre couramment en matière de polyphonies corses.

Cette création émouvante, unique, universelle, est vraiment une œuvre novatrice, avec de lointains échos des chants du bassin méditerranéen, notamment de Géorgie, tout en prenant ses racines dans le chant corse traditionnel. C'est aussi une charnière dans le parcours d'A Filetta.

Les chants II et III retracent l'épopée et les vicissitudes des Argonautes, alors que dans les chants I et IV, le choeur exprime essentiellement la condamnation de la monstruosité de Médée, transgressant la norme humaine.

"Jason est fils d'Eson, roi d'Iolkos en Thessalie. Pélias, frère d'Eson, s'est emparé du trône et a envoyé son neveu en Colchide. Il lui restituera son titre de roi à la condition expresse qu'il ramène la Toison d'Or. Il s'agit de la peau d'un bélier grâce auquel Phrixos est parvenu à s'enfuir en traversant la mer Egée. Il a sacrifié l'animal et a offert la peau de ce bélier à Aietès, roi de Colchide, qui l'a accueilli chez lui.

Jason, avec l'aide de la déesse Athéna, construit le premier navire en abattant les arbres du Pélion. Ce sera la nef Argo. Il s'embarque avec l'élite des héros grecs, parmi lesquels Hercule, Orphée, Typhis qui sera le premier pilote. Aietès soumet Jason à un certain nombre d'épreuves dont il triomphe grâce à l'aide de Médée, la fille du roi de Colchide. Jason l'a séduite et lui a promis de l'épouser, et grâce à ses pouvoirs de magicienne il parvient à mettre sous le joug deux taureaux soufflant du feu et à endormir le dragon qui gardait la Toison d'Or.

Médée et Jason s'enfuient, emportant avec eux le jeune frère de Médée Absytos. Médée l'assassine, le démembre et jette un à un ses membres sur la route pour freiner la progression de son père qui les poursuit.
De retour à Iolkos, Jason réclame son dû, mais Pélias lui refuse le trône. Alors Médée va inventer une ruse terrible pour se débarrasser de l'usurpateur. Elle parvient à convaincre les filles de Pélias qu'elle est capable de rajeunir leur père. Pour ce faire, elle se saisit d'un bélier, le découpe en morceaux, le jette dans un chaudron bouillant, et il en ressort un agneau vivant. Les filles de Pélias font subir le même sort à leur père, mais rien ne ressortira du chaudron.
Les citoyens d'Iolkos, indignés, révulsés, chassent Médée et Jason qui se refugient à Corinthe, chez le roi Créon. Ce dernier, craignant des représailles, exige de Jason qu'il répudie Médée et épouse sa propre fille Créuse. C'est là que se noue la tragédie,le matin même des noces de Jason avec Créuse :
"Dieux du ciel, Dieux de la mer, venez et bénissez ces noces royales. Et vous aussi, peuples de la Terre, venez à nous selon le rite. Quant à elle, l'étrangère, qu'elle parte dans la nuit sans un mot, qu'elle parte à l'aventure comme une qui s'est fait enlever par un homme de passage (*)".


1. L’invitu est en quelque sorte l'ouverture de l'œuvre. Ce chant s'ouvre sur les noces de Jason avec Médée la magicienne, fille du roi de Colchide Aiètès. Eprise de Jason, elle a utilisé sa magie pour aider celui-ci à conquérir la Toison d'Or. Le choeur invoque d'abord les dieux, évoque l'amour de Jason ("Maestri in celu...") et invite enfin Jason à se libérer de Médée ("Picca ti da roza a Caucasica") et à épouser une Grecque. Suit une ritournelle étonnante ("Ribombinu puru i scaccani") avant l'invocation du départ de Médée : "Qu'elle s'en aille ("Quella, a si porti a notte senza mancu una parolla"), passage où l'on reconnaît des échos du thème de U Furore.
"L'invitu" est prodigieux. Subtilité, invention, émotion, harmonies magnifiques, technique vocale sans faille, mariages des timbres, écriture audacieuse et riche, tout est parfait ! Une musique dense qui raconte Medea mais bien d'autres choses encore, et nous emporte très loin.

"Sans doute était-ce une audace démesurée que celle qui animait ces marins présomptueux. Ils ont voulu dompter les flots, l'empire maritime, à l'aide d'une barque fragile, bousculant ainsi l'ordre du monde. Désormais, l'ailleurs n'est plus ailleurs et nous voilà privés d'horizon. Ce navire était criminel, les dieux furent impitoyables, le châtiment terrible. Et pourquoi ce voyage, pourquoi ce périple ? Pour la Toison d'Or, mais aussi pour une femme plus dangereuse encore que la mer, Médée...(*)"

2. L’arditezza, chanté ici, comme le chœur suivant, dans sa version intégrale, évoque l'audace des Argonautes partis défier la mer.

"Nulle force au monde, ni incendie ni ouragan ou machine de guerre, n'a la violence d'une femme abandonnée, n'a son ardeur et sa haine. Dieux du ciel, vous qui êtes repus de vengeance, ayez pitié. Les Argonautes, ces audacieux, ont tous payé. Mais laissez vivre en paix le conquérant des mers, épargnez Jason, il ne faisait qu'obéir aux ordres. (*)"

Ce chant, sur un texte d'une modernité étonnante, est peut-être celui qui rompt le plus avec le chant traditionnel, avec des phrases très longues, des passages qui semblent suspendus en l'air.

3. U casticu a pour sujet le châtiment de ces audacieux "Rei tutti, culpiti tutti".

"Où peut donc aller la magicienne ensanglantée ? Sur quels chemins de malheur l'emporte sa fureur d'un autre temps ? Elle a les yeux hagards et la tête haute pour continuer à défier le roi. Est-ce là l'attitude d'une femme qu'on vient de bannir ?"
"Créon avait concédé quelques heures à Médée pour qu'elle puisse embrasser une dernière fois ses enfants. Elle a mis à profit ces quelques instants pour assouvir sa vengeance : elle offfe une parure matrimoniale maudite à Créuse, la jeune épouse, qui s'embrase en la revêtant. La maison de Corinthe est incendiée et le tyran Créon périt dans les flammes.
Enfin, elle brise et annule ses noces avec Jason en égorgeant de ses propres mains les enfants qui les unissaient, laissant Jason vivant face à sa douleur, à ses doutes, à ses remords. Quant à elle, elle retrouve sa virginité et en même temps sa légitimité de princesse colchidienne en s'envolant sur le char du soleil, son illustre aïeul (*)."

U casticu donne l'impression de revenir à un chant plus proche de la tradition, mais c'est pour mieux la transcender. Dans certains développements, c'est même probablement le plus innovant des quatres chants.


4. U furore, enfin, évoque la fureur de Médée répudiée et bannie qui sacrifiera ses enfants à sa vengeance. Beaucoup plus moderne que le second, beaucoup plus court que les trois chœurs précédents, c'est aussi le seul chœur rythmique, et c’est celui qui, paradoxalement, est le plus déstructuré, avec des voix qui traduisent la folie de Médée. On remarquera que le thème d'U Furore est déjà évoqué dans L'Invitu et dans U Casticu.

(*) Ce texte, présenté entre guillemets, est celui que dit Jean-Claude Acquaviva lors des concerts.

Le résultat - comme souvent lorsque se mêlent les traditions méditerranéennes - est une invitation au voyage. La poésie des textes de Sénèque résonne naturellement dans le lyrisme de la langue corse. La polyphonie saisit cette émotion, l'amplifie, la précise et la restitue avec une extraordinaire justesse. En outre, l'architecture harmonique du chant polyphonique parvient à merveille à rendre le volume du spectacle vivant pour lequel ces textes ont été composés.

Medea est un chef d'œuvre qui fera date. Il faut noter que cette œuvre, loin d'être figée, est en continuelle évolution. Ainsi, les spectateurs de Seclin ou de Paris en octobre 2006 ont pu noter l'introduction d'une clochette au début de U Casticu, ou d'autres subtils ajustements. 

Pour aller plus loin, on se reportera aux interviews de Jean-Claude dans lesquelles il donne de multiples explications sur la genèse de l'œuvre, la façon de travailler du groupe, l'importance de Médée dans le parcours d'A Filetta, etc.


medea

jl
L'oeuvre n'étant pas fixée sur partition, il nous fallait donc l'apprendre entièrement de manière orale. La difficulté était d'autant plus grande que certains des choeurs représentent jusqu'à 17 minutes de polyphonie. Toutes ces années auront été nécessaires pour l'apprentissage mais surtout pour faire mûrir ces chants, qui, de par leur durée, demandent non seulement une connaissance parfaite de chacune des sept voix mais surtout une concentration intense du début à la fin de l'oeuvre, le risque étant de ne pas "tenir la distance", de perdre les tonalités et par là même, l'attention du public.
j 
Cet album de Medea puise sa source dans le coeur et l'âme des membres d'A Filetta, tout y est mémoire et vie. Transmission d'une mémoire collective d'un peuple profondément ancré dans notre Mare nostrum, qui a forgé ce que nous sommes : des hommes, de simples hommes qui essaient de vivre pleinement ce qu'ils sont. l'amour dans nos coeurs est roi et notre vie est faite pour être partagée. La mythologie méditerranéenne comme toutes les mythologies du monde est avant tout celle des hommes avant d'être celle des dieux et des héros.

val
Le choix d'une pochette est toujours un moment assez complexe dans la conception et la réalisation d'un album. On sait généralement ce que l'on veut "faire passer" mais la question qui se pose souvent est : comment ? De plus, vous vous doutez bien que les 8 personnes composant le groupe A Filetta ont forcément des goûts très différents.
Pour Medea, après de multiples discussions et l'exploration de diverses pistes, nous n'étions pas convaincus par le visuel dont nous disposions pour représenter cette magnifique histoire.
Dans nos bureaux au Carubbu, nous avions un calendrier illustré par des photos des Ballets de Monte-Carlo avec lesquels nous avions travaillé en 2004. Il y avait une série de photos de la danseuse étoile Bernice Coppieters, et tout d'un coup, cela nous est apparu comme une évidence : cette très belle photo de Bernice (photo de Yann Coatsallou) pouvait complètement représenter cette femme.

bernice

"Où va-t-elle la Ménade couverte de sang
Où court-elle tête baissée l'amoureuse sauvage ?
Quel crime prépare-t-elle,
Furieuse et déchaînée ?"

 jose
Chaque chant a sa difficulté. Les choeurs de Médée ne sont pas très techniques : les voix sont pratiquement toujours en parallèle. La seule difficulté c'est leur longueur : de quatre minutes pour le plus court à dix-sept minutes pour le plus long... Rester concentré tout ce temps, ce n'est pas toujours évident.
paul 
De Medea, avant l'entame de l'aventure au théâtre, je n'avais souvenance que de l'enfanticide; dès lors que nous nous sommes attelés à la tâche, j'ai changé mon regard et mes sentiments sur ce personnage. Je l'ai trouvée touchante. Elle m'a inspiré une profonde compassion et finalement j'oserais presque dire que je l'ai trouvée simplement humaine. La colère en devient alors presque légitime et l'enfanticide peut apparaître comme un ultime acte d'amour. Gardons en mémoire que dès le début du premier chœur, elle est déjà sérieusement "égratignée" par les protagonistes. Jason l'a abandonnée pour une plus jeune et plus belle ; mais cela ne suffit pas, il faut la blesser davantage, l'humilier, l'outrager : "Quant à elle, l'étrangère, qu'elle parte dans la nuit, qu'elle parte à l'aventure comme une qui s'est fait enlever par un homme de passage."
Tout au long des choeurs 2 et 3, on sent sourdre quelque chose de terrible, terrifiant et inéluctable : "nulle force au monde, ni incendie ni ouragan ou machine de guerre n'a la violence d'une femme abandonnée, n'a son ardeur et sa haine".

max

Il existe certaines similitudes entre le parcours d'A Filetta et l'épopée des Argonautes, ces fiers marins qui ont su dompter la mer pour vivre d'extraordinaires aventures.
Tout d'abord les voyages qui ont pour idéal le "retour chez soi" : au bout de chaque tournée, il y a ce besoin indispensable de se ressourcer, de retrouver sa terre et sa famille.
Ensuite, beaucoup de légendes décrivent les dangers que les Argonautes surmontèrent grâce aux vertus particulières de chacun. Ne parlons pas de vertus pour A Filetta mais de timbres, d'expériences, d'amitiés ou de vécus, tout simplement, qui nous ont permis de résoudre certaines difficultés, mais d'ordre musical, il est vrai.
Il y a enfin la recherche de la Toison d'or, qui pourrait se trouver à "cet endroit qui semble si inaccessible et où les hommes ont encore quelque chose à se dire et à partager", cet endroit magique qui est pour moi le temps d'un concert.
jca 
Lorsque J.Y. Lazennec nous a proposé de travailler sur une tragédie antique, s'est posé pour nous le problème de savoir dans quelle langue nous chanterions : en français ? C'était impensable pour des raisons évidentes de rythme, liées notamment à l'accentuation. Nous aurions pu interpréter le texte dans la langue originelle, le latin, mais il nous a semblé préférable de le traduire en corse pour être plus à l'aise dans l'expression. Nous avons dès lors choisi de proposer une traduction directe du latin au corse pour déjouer certains pièges de "la traduction de la traduction", ce qui nous a permis de respecter le rythme du texte premier. Ce fut une exercice passionnant, qui nécessita du temps et des recherches qui nous conduirent finalement à produire un verbe n'ayant rien perdu de ses couleurs, de sa force, de son relief. Je dois ajouter que nous fûmes surpris par la modernité des paroles de Sénèque car les thèmes abordés n'en finissent plus de nous concerner !

  cecce
Oui, vraiment. Du fait que le format soit assez particulier, j'ai vraiment hâte que l'on présente ces choeurs dans leur intégralité. Personnellement, ce sera une première. Je suis impatient et curieux aussi de voir quelles seront les réactions du public.

Source : Corse Matin


A lire dans le n°83 de Corsica (août 2006), l'article d'Elisabeth Milleliri "MEDEA made in Balagna".


medea



Article tiré du premier numéro de Balagnews :


balagnews


La chronique de "Mondomix" :
Album à part dans la discographie d’A Filetta, Medea est l’enregistrement des choeurs de Médée, la tragédie de Sénèque. Jean-Yves Lazennec, le metteur en scène, avait fait appel au septet vocal A Filetta pour l’adaptation qu’il signait en 1997. Autour des amours de Médée et Jason, ces 7 voix d’hommes s’appuient sur les diverses traditions polyphoniques du bassin méditerranéen pour chanter un livret tout en corse.
Pensés initialement comme une gangue, ces 4 chants d’un peu plus de 45 mn au total portent en eux toute l’intensité dramatique de cette oeuvre, ce qui justifie tout à fait leur enregistrement quelques années plus tard. Deux représentations parisiennes auront lieu les 4 et 5 octobre prochains à l’Institut du Monde Arabe.

Squaaly

Liberata

 
liberata

La musique du film coproduit et diffusé par France 3 qui a pour thème la Résistance en Corse sur CD 2 titres
1 – Liberata (piano : Raoul Duflot-Verez), enregistré à Paris
2 - Liberata a cappella, enregistré au Carubbu.

Sì di mè


sidime

Ci-dessous reproduit un entretien de Jean-Claude Acquaviva avec Pierre-René Worms (RFI Musique) à l'occasion de la sortie de Si di mè :


25 ans déjà qu'A Filetta communique la ferveur de ses chants polyphoniques corses à travers le monde. Avec Sì di mè, leur nouvel album produit par leur ami Bruno Coulais, avec lequel ils avaient enregistré la B.O. du film Himalaya, ils renouent avec une musique où les instruments prennent autant d'importance que les voix. Un retour aux sources.

Que signifie Sì di mè ?

JC A : La traduction qui me paraît la plus exacte est "Tu es des miens, de ma famille". C'est le sens de l'hospitalité des Corses. Nous avons ici une façon de concevoir le rapport à l'autre comme un rapport de proximité, de solidarité, de partage. Ce n'est pas le fait qu'on ait des chromosomes particuliers, mais nous sommes une petite communauté en Corse. On se connaît tous. C'est ce qui fait notre force et notre faiblesse. On est tous de la tribu de quelqu'un. C'est souvent pesant. Si di mé s'adresse autant à ceux qui chantent avec nous sur le disque, qu'à ceux qui écoutent le disque, parce qu'on a sans cesse ce sentiment d'être des frères.

La pratique de la polyphonie est-elle liée à l'établissement d'un lien social ?

Absolument. C'est peut-être ce qui explique sa force et le fait qu'elle ait trouvé une nouvelle raison d'exister. Parce qu'il faut bien réaliser que, jusqu'à la Seconde Guerre mondiale, cette polyphonie était rurale. Aujourd'hui, cette société n'existe plus et pourtant cette musique trouve une nouvelle raison d'être et a trouvé une nouvelle fonction sociale. La paghjella (le chant polyphonique par excellence), qui était il y a 50 ans le chant des travailleurs de labeur, est aujourd'hui celui des lycées et des fêtes de famille.

Dans ce nouvel album, vous accompagnez vos chants de musique. C'est nouveau pour vous ?

On a toujours eu un double répertoire. Un purement polyphonique, l'autre qu'on appelle, d'une manière un peu arbitraire, les chansons. Ces dix dernières années, on a beaucoup travaillé sur le vocal et aujourd'hui, on sort un album qui fait intervenir l'instrumentation. Cela n'enlève rien à notre travail et l'on fait des polyphonies en rythme alors qu'elles sont traditionnellement très libres. Il y a un rythme interne, celui de la parole. Ici, on présente une polyphonie qui se couche sur une rythmique. 

Cette rencontre avec Bruno Coulais a vraiment fait évoluer votre travail ? 

Nous disons souvent, lorsque nous présentons les chansons de Bruno que nous interprétons, qu'il est devenu beaucoup plus qu'un partenaire. C'est un grand frère que l'on aime servir parce que lui, aime se servir de nous. Il a fait des musiques qui lui ressemblent. A aucun moment, il n'a voulu faire de la polyphonie corse et en même temps, il a utilisé notre personnalité vocale. Cela nous a permis d'explorer de nouvelles pistes, notamment celle qui tend à lui donner une nouvelle rythmique. On a généralement des rythmes plus orientaux que ceux de la musique "pulsée" occidentale.

Le fait d'avoir côtoyé grâce à lui Akhenaton, à l'occasion de la B.O. de Comme un aimant, a-t-il fait évoluer votre démarche ?

Nous avons vu dès le début avec le rap, des liens de parenté évidents. Car ce qui importe dans la tradition orale, ce n'est pas la musique que l'on met sur les paroles, ce sont les paroles elles-mêmes. Et le rythme de notre musique est celui de la parole. C'est en ce sens que le rap est proche de nous. Dans le rap, on s'adresse à quelqu'un. Et nous chantons de la même façon. Il y a toujours cette espèce de son projeté où l'on prend l'autre à témoin, on l'invite à écouter. Il y a également le fait que le rappeur défend les mêmes valeurs que nous, des valeurs de justice, de solidarité, d'équité, de partage. On a souvent une même vision du monde selon laquelle tout est régit par l'efficacité économique et financière.

Fidélité aux racines, ouverture sur le monde, c'est A Filetta ?

Plus que fidélité aux racines, c'est avoir des racines. Dès lors que l'on en a, on n'a pas besoin de prouver qu'on y est fidèle. Cela ne nous empêche pas d'être ouvert sur le monde, de replacer notre chant dans sa matrice. Notre tradition est faite des chants du Maghreb, des chants berbères, de polyphonies que l'on retrouve en Albanie, en Sardaigne, en Géorgie. Pour nous, il est important de rester ouvert sur le monde. Parce que si, à un moment donné, on dit : "La tradition est là, elle a tel contour", elle devient objet de musée. La tradition n'a de sens que si elle continue d'être le reflet d'une communauté qui avance.

Entretien avec Pierre-René Worms RFI Musique reproduit sur
http://kallistea.com/musique/a-filetta.php

(en italique, les commentaires de Jean-Claude Acquaviva)
1 – Ne’n Tarra ne’n Celu
Jean-Claude Acquaviva / Jean-Claude Acquaviva – Bruno Coulais
L’apparente légèreté de la musique est démentie par le texte :  
« Ni sur terre, ni dans les cieux ne réside mon temps …
Ni sur terre, ni dans les cieux ne s’écoulent mes pleurs …
Ni sur terre, ni dans les cieux … pauvre bonheur ! »
Une chanson sur le sens.  

2 – Santa R’ghjina  
Jean-Yves Acquaviva / Jean-Claude Acquaviva – Bruno Coulais  
Arrangeur : Bruno Coulais, 2002  
Ce morceau, chanté en duo par Jean-Luc et Paul, évoque le défilé de la Scala di Santa Reghjina, que devait emprunter tout voyageur avant l’ouverture de la route au début du XXe siècle.
Le poète Jean-Yves Acquaviva traduit ici la rudesse et la beauté absolue de cette ultime porte qui fascine l’homme et le creuse ; il s’incline devant ce bout d’éternité sur lequel ont défilé avec déférence bien des étoiles.

3 – Reame Meiu
Jean-Claude Acquaviva / Jean-Claude Acquaviva – Bruno Coulais  
Arrangeur : Bruno Coulais, 1996  
« Pour quelle raison obscure, la folie des hommes continue-t-elle à confondre richesse et opulence ? Mon royaume c’est moi, c’est ma vie et c’est sans doute un peu ma capacité à accepter que l’altérité aussi me construise.  
Difficile équilibre à trouver certainement entre l’autre et moi même, mais équilibre sans lequel, comme le dit Danyel Waro, chanteur réunionnais, je ne serais plus responsable de rien ; pas même de mon bonheur ! »  

4 - Affrescu
Marcellu Acquaviva / Jean-Claude Acquaviva – Akhenaton - Bruno Coulais
Arrangeurs : Akhenaton - Bruno Coulais, 1999  
Composé en 1999 sur un texte de Marcellu Acquaviva pour Comme un aimant, ce morceau est ici présenté sous une forme légèrement différente. « Il consacre la mémoire et son rôle fondateur dans cette édification perpétuelle qu’est l’homme ; une mémoire en forme de dédale susceptible, si nous le souhaitons, de faire de nous des êtres heureux de continuer à n’être que ce qu’ils sont à condition de l’être pleinement, généreusement et sans complexes ! »  

5 – Trà Noi 
Marcellu Acquaviva / Jean-Claude Acquaviva – Bruno Coulais, 2001 
Un hommage rendu par Marcellu Acquaviva à Antò Francescu Filippini, poète corse, mort en exil à Rome, dont l'engagement pour la défense de l’italianité du corse lui valut bien des souffrances et des déchirements lorsque éclate la guerre de 39 – 45.  
Chanté en solo par José : une première ! Beau contrechant de Jean-Luc.  


6 - Dormi 
Jean-Claude Acquaviva / Jean-Claude Acquaviva – Bruno Coulais, 1996
Une berceuse à peine rock avec Paul en lead vocal !  


7 - Tbilissi
Jean-Claude Acquaviva / Jean-Claude Acquaviva – Bruno Coulais, 1997 
Cette chanson interprétée par Guram Tamazashvili est un hymne d’amour adressé à la capitale géorgienne Tbilissi.   

8 - Sì 
Jean-Claude Acquaviva / Jean-Claude Acquaviva – Bruno Coulais, 1998 
« C’est sans doute la chanson la plus folle de cet album aussi bien dans l’écriture des voix que dans celle du texte. Un chant onirique personnifiant le soleil et l’eau et évoquant la solitude du marin en mer depuis l’aube première.
Et si cette chanson était tout simplement celle d’Ulysse ? »  


9 - Tempu 
Ghjuvan-Ghjaseppu Franchi / Jean-Claude Acquaviva – Bruno Coulais, 2002 
Une magnifique chanson chantée en solo par Jean Sicurani sur le temps qui passe. Des arrangements où la sobriété vocale tranche littéralement avec une orchestration à la fois très dense, très riche et très imagée.  

10 – L’Attesa 
Marcellu Acquaviva / Jean-Claude Acquaviva – Bruno Coulais, 2001 – Composée pour « Scènes de crime »  
« Toute l’angoisse et le doute sont là, dans ces mots.
Marcellu Acquaviva nous dit avec force que c’est aussi dans la solitude et l’attente que se fondent le rêve et l’espoir ou plus simplement encore l’espoir du rêve. »  

Un morceau d’une extrême complexité, débutant par une séquence cristalline composée par Bruno Coulais, puis les voix arrivent et s’enchevêtrent. Du très grand Jean-Luc.   

11 – A L’Altru Mondu
François Vincenti / Dominique Vincenti
Arrangeurs : Jérôme Ciosi - Bruno Coulais
« Il fallait beaucoup de pudeur, d’intelligence et de sensibilité pour évoquer la mort d’un jeune garçon sans « sombrer » dans le pathos.
C’est ce que fait ici admirablement François Vincenti : un chant d’amour des cieux vers la terre ; une poésie émouvante grâce à la simplicité et à la justesse de chaque mot. » 

Antoine Ciosi, par sa voix aux accents douloureux autant que rassurants donne à cette prière la force de la sincérité. Le deuxième couplet chanté par Jean-Claude dégage une émotion sans pareille.  

12 - Memorie
Anton’ Francescu Filippini / Jean-Claude Acquaviva – Bruno Coulais, 2001 
Un poème en forme de testament laissé par le poète A. F. Filippini :  
« De tant de vie, il ne me reste en mémoire
Qu’une pauvre image ; de tant d’amours
Un nom ou deux ; et de l’enfant turbulent
Que je fus, le seul souvenir d’une blessure » 
Un regard désabusé porté sur le temps et sa fuite ; une vision empreinte d’une grande humilité que seul l’âge, peut-être, sait conférer !
 
Une performance vocale et expressive phénoménale de Jean-Claude, une mise en place parfaite des voix, un texte d'une rare beauté : un des sommets de ce disque qui en compte beaucoup …   

13 – Visioni Care 
Anton’ Francescu Filippini / Jean-Claude Acquaviva – Bruno Coulais, 2002 
Durant son exil à Rome, à travers tous ses écrits, le poète A. F. Filippini n’a eu de cesse de se remémorer son île, à lui arrachée. Le poids terrible de sa propre absence a engendré ses vers les plus poignants. Ici, ils disent tout à la fois la passion, l’adoration, l’admiration qu’il porte à sa terre natale et la douleur incommensurable de la savoir à jamais inaccessible. 
A mon avis le seul chant désespéré d’A Filetta. A la conclusion (O core, inchjoda e to bulelle !), Jean-Claude a des accents jamais entendus. Déchirant.


14 - A Dì Ti Di Tù
Jean-Claude Acquaviva / Jean-Claude Acquaviva – Bruno Coulais, 1996  
"Une petite fille vient de perdre son père dans des circonstances tragiques. Sa marraine, elle-même handicapée, lui offre ces mots pleins de vie et d'enthousiasme. C'est l'histoire simple de cette chanson qu'ont commandés l'affection et l'amour."

15 – L’Aria  
Orlando Forioso / Bruno Coulais, 2001  
Marie Kobayashi, mezzo-soprano d'origine japonaise, mêle sa voix à celles d'A Filetta sur cet air de Bruno Coulais, extrait d'un opéra pour enfants dont l'auteur est Orlando Forioso. La princesse Marion supplie ici les compagnons de Robin de la délivrer du méchant shérif.
16- Chjarura 
Marcellu Acquaviva / Jean-Claude Acquaviva - Bruno Coulais, 2002
« Cette chanson ne pouvait être que celle de la fin, ne serait-ce que parce qu’elle dévoile des horizons jusqu’ici inespérés. Tout en évoquant la vanité des choses de la vie, rappelant en cela les paroles de l’Ecclésiaste, elle célèbre « des héros partis traquer le vent ». Une ode à la marche, une ode à la vie, dans un climat apaisé. »  

Le climat change radicalement après Visioni care, qui pour moi représente le sommet de ce disque, qui est une merveille de bout en bout.

Le répertoire de Sì di mè a été présenté lors quelques concerts, à Cannes le 1er décembre 2006, à St Germain-en-Laye le 15 mai 2007 ou à Lorient le 16 mai 2007. Lire notamment les compte-rendus des concerts d'Evreux et de St Germain-en Laye en page "concerts".

Intantu


Intitulé « Intantu » (En attendant), le premier album d’A Filetta pour Virgin publié en mai 2002, représente ce qu’est le groupe à un moment donné de son histoire :
« Nous avons toujours fait des disques à thème : en 1992 un disque de chants sacrés, en 1995 un disque de chansons, en 1997 un disque consacré aux chants de la Passion. Ce disque correspond à ce que nous sommes : un groupe venu de la tradition qui s’est enrichi en fonction des rencontres qu’il a fait »

Intantu présente donc des extraits de Médée, créé en 1997, une paghjella, une monodie, un chant géorgien, des reprises et des créations. Quelques extraits des musiques composées pour le groupe par Bruno Coulais, et pour conclure Sumiglia, comme dans chaque concert.

Le meilleur disque pour qui voudrait avoir un aperçu des concerts du groupe.

intantu

1 - U  Casticu
Extrait du choeur III de “Médée” de Sénèque. Il évoque le châtiment atroce de ces audacieux qui avaient bravé la mer (« Et celui qui fut à l’origine de tout, qui convoitait tant la Toison d’or, il fut mis à bouillir dans un chaudron… »)

2 – Paghjella
Chant traditionnel à quatre voix évoquant le poète Pampasgiolu.

3 – L’Arditezza  
Extrait du choeur II de “Médée”. Il évoque l’audace des Argonautes, ces marins présomptueux qui pensaient pouvoir « abolir l’ailleurs ». 

4 - Makharia  
Chant géorgien chanté tout en retenue  

5 – Paghjella di l’Impiccati  
Composé par Ghjuvan-Teramu Rocchi et Jean-Claude Acquaviva, cette paghjella déjà présente sur Una Tarra Ci Hè (il est d’ailleurs intéressant de comparer les deux versions) relate la répression qui s’abattit sur le Niolu après la défaite de Ponte Novu : les troupes françaises se sont livrées à un massacre, la plus jeune victime, Marcu Maria, n’avait même pas quinze ans…

6 – A Canzone di a Malata  
Une rareté dans le répertoire d’A Filetta : une monodie recueillie dans la vallée du Marsulinu chantée ici par Jean-Luc Geronimi évoquant la douleur devant la souffrance d’une jeune fille malade.

7– Cose viste
Texte satirique d’Anton Francescu Filippini qui porte un regard moqueur sur l’évolution des moeurs (« j’ai vu mettre des manteaux aux chiens et se déshabiller des jeunes filles »)  

8 – U Sipolcru  
Déjà présent dans Passione, ce chant de la Passion évoque la mise au Sépulcre du Christ.

9 – Trà i Debbii Maiò
Version a cappella de la composition de Marcellu Acquaviva et Bruno Coulais pour le Don Juan de Jacques Weber

10 – E Loche   Autre extrait de Don Juan

11 – Kyrie  
Création du groupe : un petit bijou de concision, une mise en place au millimètre.

12 – L’Anniversariu di Minetta  
Reprise magnifique du morceau de Tavagna : “Pour ta mémoire et sa lumière chère à mon coeur, je veux vivre intensément chaque instant concédé et le vivre pour toi”.Version chargée d’émotion.

13 – Sub Tuum  Création récente sur un texte liturgique.

14 – Caracolu di Brame
Troisième extrait du Don Juan.

15 – Sumiglia  
Morceau emblématique du groupe, qui clôt chacun de leurs concerts depuis une bonne quinzaine d’années, ce chant créé en 1988 est « un hommage rendu à celui qui jusqu’à son dernier souffle s’est identifié à cette terre qui nous a engendrés ; c’est un hymne à l’altruisme, au don de soi. »

Les Corses d’A Filetta célèbrent vingt-cinq années d’existence par un album riche en symboles. Chants profanes ou sacrés, matériau inédit ou tradition revisitée, musique de scène ou de plateau, Intantu est l’offrande d’un peuple de bergers et de pêcheurs, d’un monde ouvert sur la curiosité et la découverte ravie. On est loin du militantisme des prémices, là où la sauvegarde du patrimoine primait tout. Mais on est bien proche de la nature profondément voyageuse des îliens.
Aujourd’hui, les polyphonies des sept de Balagne courent de vallons en monts, donnant au mot communication un sens hiératique, digne et austère. Mais aussi, pour peu qu’on s’en donne la peine, une émotion chatoyante, nuancée, et riche de profondeur rieuse.

C. Larrede, Les Inrocks, 30/11/2001

Passione 


(Très bien) enregistré en 1997 à la Cathédrale Saint Jean-Baptiste de Calvi et au Couvent de Corbara, ce disque est entièrement consacré aux chants de la Passion.

Jean-Luc Geronimi s’est récemment joint au groupe. Cette arrivée n’est sans doute pas étrangère au nouveau son du groupe.

On retrouve ici tous les chanteurs de Ab Eternu plus Pierre Bertoni ainsi que les violoncellistes Paul-Antoine de Rocca-Serra et Anne-Lise Herrera ainsi que Jean-Michel Giannelli à l’orgue.

1 – U Sipolcru
Création de Jean-Claude souvent reprise en concert. Sur une basse continue se déploie le chant de Jean-Claude. Intense tension dramatique pour ce premier chant qui finit dans un souffle  sur « è mi n’avvegu… » 

2 – L’Orme Sanguine
Chant du Via Crucis de Ruglianu sur un texte du XVIIIème siècle. On remarquera que certains passages évoquent le Diu Vi Salvi Regina.

3 – U Lamentu di Maria
Reprise de cette magnifique création déjà entendue dans Una Tarra Ci Hè

4 – Dies Irae
Orgue et violoncelles introduisent ce chant de la messe des défunts sur une musique de JM Giannelli. Une curiosité dans le répertoire d’A Filetta.

5 – U Lamentu di Ghjesù
Reprise d’une grande intensité de cette magnifique création. On remarquera la transposition dans un registre beaucoup plus aigu du chant du soliste (Jean-Claude) 

6 - Ghmerto
Un des morceaux emblématiques d’A Filetta, ce chant géorgien est souvent chanté en concert. Une construction en spirale, un mélange de douceur et de puissance.

7 – A Sintenza
Création de Jean-Claude, d’une grande intensité dramatique. Il faut le voir en concert, son visage grimaçant exprimant toute la souffrance « de celui qui souffre en silence ». Jean-Luc en terza.

8 – U Dubbitu
Création de Marcellu Acquaviva-Franceschini / Jean-Claude Acquaviva. On retrouve le climat musical d’Una Tarra Ci Hè.

9 – A l’Alivetu
Création de Jean-Claude. Une longue plainte d’une intense tension dramatique. Un des sommets de ce disque.

10 – Lamentazione di Jeremiae
Arrangements d’A Filetta des lamentations chantées lors de l’Office des ténèbres de la Semaine Sainte de Calvi

11 – Tecco
Arrangements d’A Filetta 

12 – Alleluia
Jean-Claude Acquaviva / Jean-Michel Giannelli

Avec ce neuvième album, les Corses d’A Filetta retrouvent au plus près l’expression des confréries, ancêtres mutualistes, et lieu de chant usuel au xième siècle. Juste avant de s’affranchir de l’oecuménisme qui semble actuellement nimber les divers groupes de polyphonies corses, force est de constater que les dix hommes du groupe proposent ici, à travers cantiques ancestraux ou compositions originales, de purs instants de magie en nappes. Compilation liturgique des déchirements d’un peuple, Passione s’avère aussi archaïque et permanent qu’un langage inédit. Le chant, stratifié et mouvant, riche de mille tessitures et d’autant d’ondoiements, surgit du passé rocailleux, sombre et tendre à la fois. L’usage très particulier qui est fait dans les polyphonies du chant principal (jamais vraiment prédominant) et de la tierce, comme un écho voilé, prolonge le mystère d’un art vocal énigmatique et séduisant. Les voix, ici exclusivement mâles, surgissent du tréfonds des gorges et des mémoires. Et A Filetta embrasse toutes les traditions d’une Méditerranée ouverte à de multiples influences, aussi bien latines qu’arabes.

C. Larrede, Les Inrocks, 30/11/1996

A signaler également en 1997, une curiosité : la participation d'A Filetta au disque consacré aux orchestrations inédites de Maurice Ravel sur des chants traditionnels corses, en compagnie d'Anna Rocchi, de Gigi Casabianca, de François-Philippe Barbalosi et de Graziella Venturi. Paul et Maxime en solo chacun sur deux morceaux.


ravel

Merci à Jean-Mathieu Canniccioni de m'avoir fait découvrir ce disque.

Una Tarra Ci Hè
(1994)

Le premier chef d’oeuvre d’A Filetta est dans sa majeure partie un disque de chansons, avec instruments. Il présente également quelques polyphonies. On retrouve ici tous les chanteurs de Ab Eternu auxquels s’est joint Pierre Bertoni.

A mon avis leur premier disque pleinement réussi, que l’on prend plaisir à réécouter.

tarra

1 – E’ Puru Simu Quì
Ouverture du disque avec un quasi-hymne. Très dynamique.

2 – Una Tarra Ci Hè
Encore une composition de Jean-Claude, belles sonorités de guitare.

3 – A Paghjella di l’Impiccati
Une paghjella de création relatant un épisode de la « pacification » du Niolu par les troupes françaises après la défaite de Ponte Novu. Une grande émotion se dégage de ce chant. A comparer à 'L'Impiccati" (avec instruments) sur O Vita... 

4 – Trè
Climat moyenâgeux pour cette composition de Jean-Claude : « ils étaient trois : un vieux moine, une ombre et un roi ».

5 – Malanni
Sur un texte de Ghjacumu Fusina, un lamentu moderne relatant l’existence d’un chômeur.

6 – Sò l’Omu
Texte de Marcellu Acquaviva, musique de Jean-Claude.

7 – Fiure
Texte de Marcellu Acquaviva, musique de Jean-Claude.
Une ballade d’une grande douceur chantée par Jean-Claude.

8 – A Muntagnera
Texte de Marcellu Acquaviva, musique de Jean-Claude.
La vie des bergers à travers les épisodes de la transhumance du Falasorma vers le Niolu. En passant par le col de Caprunale, bien connu des randonneurs, où, dit-on, on pouvait monter en calèche à la fin du XIXe siècle, la fontaine du Tassu, le repos à Mirindatoghja….

9 – A l’Acula di Cintu
Autre évocation du Niolu que cette création de Jean-Claude.

10 – U Lamentu di Maria
Une des plus belles créations polyphoniques de cette époque.
Remarquables, les silences ...

11 – Da Grande
Très jolie chanson sur le thème de l’imaginaire enfantin.

12 – L’Ombra Murtulaghju
Marcellu Acquaviva /Jean-Claude Acquaviva 
“Furieux s’est fait le vent d’hiver... Par les champs une ombre est passée »

13 – Eo Sai
Balade pleine de tendresse composée par Jean-Claude Acquaviva  

Ab Eternu


Enregistré en janvier 1992 à l’Oratoire Saint-Antoine de Calvi, Ab Eternu est presque entièrement consacré à des chants liturgiques (messe des défunts, semaine sainte) à l’exception de Sumiglia, composé à la mémoire de Ghjuvan Battista Acquaviva.
Participent à ce disque Jean-Claude, Jean, Paul, José et Maxime ainsi que Jean Antonelli, François Croce  et Jean-Marc Pellegri, tous alternativement siconda et bassu.

La couleur sonore de ce disque est donc très différente de celle d’aujourd’hui, avec un net décalage vers le grave. En outre, les voix sont plus fondues entre elles, plus difficiles à identifier.
  

abeternu

1 - Miserere
Chant liturgique de Corbara, chanté très classiquement, sur un tempo lent.

2 – Tantum Ergo
Très belle création composée par Jean-Claude. Là encore un rythme lent, avec de ces passages « aériens »  qui sont  la grande particularité du chant d’A Filetta.

3 – Agnus Dei
Extrait de la messe d’Olmi-Cappella. Des graves très profonds.

4 – U Versu di Paulellu
Très courte création de Jean-Claude sur un texte traditionnel.

5 – Requiem
Création de Jean-Claude sur un texte traditionnel.

6 – Tecco
Un extrait de la Semaine Sainte de Calvi chanté par les confrères lors des processions du vendredi Saint, dominé par la belle voix de Jean.

7 – E Lode di u Sepolcru
Extrait de la Semaine Sainte de Tagliu Isulacciu, déjà chanté par E Voce di U Cumune ainsi que par I Muvrini et Tavagna. Parfois chanté en concert par A Filetta, notamment dans le ballet In Memoriam. A chacun de comparer les versions !

8 – Sanctus
Création de Jean-Claude sur un texte traditionnel.

9 – U Lamentu di Ghjesu
Création de GD Marcotorchino, Toni Casalonga, Nando Acquaviva et Roccu Mambrini, créé en 1982 lors de la Passion de Calenzana en 1982 et déjà enregistré dans A u Visu di tanti. Un des morceaux les plus émouvants du répertoire d’A Filetta, que l’on retrouvera encore dans Passione. La présente version est plus recueillie, moins dramatique et plus lente que celle de Passione.

10 – Te Deum
Chant liturgique de Calvi

11 – Presso il Legno
Extrait de la Semaine Sainte de Calvi.

12 – Agnus Dei di i Defunti
Création de Jean-Claude sur le texte liturgique de la messe des défunts.

13 – Libera Me
Extrait de la Messe des défunts de Balagne dominé par les voix graves.

14 – Stabat Mater
Magnifique chant liturgique chanté à Calenzana pendant la Semaine Sainte

15 – Paghjella d’Ascu
Paghjella traditionnelle selon le versu d’Asco.

16 – Sumiglia
Morceau emblématique du groupe, qui clôt chacun de leurs concerts depuis une bonne quinzaine d’années, c’est un chant composé en 1988 à la mémoire de Ghjuvan Battista Acquaviva. « Hommage rendu à celui qui jusqu’à son dernier souffle s’est identifié à cette terre qui nous a engendrés; c’est un hymne à l’altruisme, au don de soi »

En conclusion, un très beau disque, peut être un peu monocorde, avec quelques pépites comme U Lamentu di Ghjesù et Sumiglia. S’expriment  déjà les immenses qualités d’écriture de Jean-Claude, notamment dans l’Agnus Dei di i Defunti et le Tantum Ergo. Le meilleur reste cependant à venir…

A’ u Visu di Tanti
(1989)

visu

1 – Salutaris Hostia
Traditionnel d’U Mucale, près de Calenzana.
2 – Violetta
A Filetta donne ici son interprétation de ce « classique » de la polyphonie, chanté notamment par Voce di Corsica et les Chœurs de Sartène.
3 – U Ballu di Larenzu
Création de Jean Antonelli
4 – Requiem
Traditionnel de Rusiu.
5 – Kyrie
Traditionnel d’Ascu .
6 – Anima
Création de Marcel et Jean-Claude Acquaviva .
7 – U Lamentu di Ghjesù
Création de GD Marcotorchino, Toni Casalonga, Nando Acquaviva et Roccu Mambrini, créé en 1982 lors de la Passion de Calenzana. Un des morceaux les plus émouvants du répertoire d’A Filetta, que l’on retrouvera encore dans Ab Eternu et Passione, 
8 – A Muresca
Traditionnel .
9 – A’ u Vechju Pueta
Traditionnel.
10 – Paghjella
Traditionnel .
11 – Pueta
Création de Jean-Claude sur un texte de Rinatu Coti.
12 – Suda Sangue
Traditionnel de Calvi .
13 – A’ Vende Hè
Composition de Jean-Claude.
14 – Dio Vi Salvi Regina
La version d’A Filetta de l’hymne corse .

In l'Abbriu di e Stagioni
(1987)

abbriu(*)

Anima
Di l'aghje
Au delà de ces aires éparpillées depuis les plaines jusqu'aux montagnes, au-delà de ces espaces où battait, jadis, le coeur d'une société rurale, il y a le symbole d'une volonté nouvelle, d'un jour nouveau où un certain sens du commun s'éveillera en nous
La Violetta
Ma di ciò che tu voli
Aujourd'hui les moments de réflexion et de mesure sont rares ; seuls pourtant, ils permettent de percevoir le poids réel des choses simples de la vie, de rappeler l'inestimable prix des valeurs humaines de pardon et de paix... Le texte se veut alors clairière d'espoir.
Mare eternu
La mer, par l'immensité de son étendue, par le mystère de ses abîmes, a été et demeure pour l'homme une source de fascination. Ces quelques lignes lui sont dédiées, à elle et à tous ceux, marins ou autres enfants de la réalité ou de la légende, qui sous ses révoltes périrent.
Oggi
Quelques masures sculptées par le temps, quelques arbres courbés par le vent... C'est tout ce qu'il reste d'un village endormi dans les ténèbres de l'histoire. Dans ces ténèbres où pourtant le murmure d'une âme égarée vient à chaque crépuscule heurter notre présent et combattre l'oubli.
Pé 'ssu dumane
Poursuivre le rêve d'une Nation, n'est-ce pas le droit et peut-être le devoir de tout homme épris de dignité ?
Pueta
Sintenza par té
(A Bobby Sands) Faudra-t-il voir encore longtemps des hommes se mêler à la mort pour que l'on comprenne que leurs actes ne sont que les effets de causes profondes qui ont pour nom l'injustice ou l'incompréhension ?
U mulatteru

Sonnii Zitillini
(1988)

sonnii

A canzona di a vita chi va
Cum'e tutti i zitelli
L'imbasciadori
Maestru parlami in corsu
O ghitarra meia
Passanu i mesi
Sonnii zitillini
Sta notte he natale
U ventu
Un acillucciu
Voca vuchina


Cun Tè
(1984)


cunte


Aghju coltu

Est-il vain de cueillir dans les élans de l'Histoire, les fleurs d'un avenir plein de foi et d'espoir, même si l'on demeure quelquefois incompris ?
Criaturella
Ce chant est destiné à nos enfants, qui bâtiront, si nous savons leur en communiquer le désir, un monde de dignité et d'amour sur cette terre qui est la leur.
Cumpagnu
Chant dédié à Jean Antonelli, un temps emprisonné.
"Le compagnon emprisonné témoigne de la permanence de la quête d'identité et d'espérance."
Cun tè
De grands poètes, tels Aragon, ont magnifié la femme. A notre manière plus humblement, nous voulons tenter ici de rendre hommage à toutes les femmes combattantes de la liberté et plus largement à toutes celles qui, en butte à l'oppression et à la mort, continuent à symboliser la force de la vie.
I mufrini
Voici dix ans, les enfants d'un petit village de montagne, l'Oretu di Casinca, chantaient leur foi à travers la Corse. Nous sommes de ce pays, nous voulons y grandir, y apprendre et y vivre. Leur invite élargie à tous les enfants du monde reste plus que jamais d'actualité.
I pescadori è u mare
Loin des clichés idylliques d'une Corse littorale, uniquement vouée au tout touristique et aux barcarolles sirupeuses, existe une autre Corse, plus vraie, moins paradisiaque il est vrai: c'est celle de tout un peuple, c'est celle des pêcheurs condamnés à survivre dans une société de plus en plus dépersonnalisée. Ce chant, inspiré par un texte de Pablo Neruda sur ce thème, est aussi pour nous un témoignage d'ouverture sur la Méditerranée.
U mare è u fiume
Tout comme le ruisseau de cette fable, se jetant dans la mer... notre peuple, au même titre qu'une multitude d'autres peuples, apporte depuis la nuit des temps, sa contribution originale à l'Universel.
U ventu scemu è a vechja serena
Un soir de décembre à Bastia. Il fait très froid. Le vent, notre Libecciu, aggrave la température !
Dans une rue de la vieille ville, une pauvre petite vieille femme, sortie pour effectuer quelques courses, rentre chez elle. Le vent souffle en tempête. Courbée en deux, elle avance péniblement... et le drame arrive. Elle est jetée à terre, ses provisions éparpillées, sa belle coiffure défaite. Elle est blessée à la tête. Le poète présent intervient aussitôt. Il relève la vieille femme et la conduit chez elle. Il reste avec elle longtemps ! Pendant ce même temps le vent déchaîné souffle de plus en plus fort. Il semble attendre sa proie... La vieille femme, ayant repris ses esprits, défiant son ennemi, se signe sans arrêt !!
Versu di u vignaghjolu
Vogliu

O Vita
(1982)

vita(*)

A megliu sta
Profiter des choses essentielles que la vie nous apporte chaque jour, et ainsi rester pleinement soi-même. tel est le thème de cette chanson, preuve supplémentaire de la nécessité pour l'individu "d'être" pour s'épanouir et vivre.
L'impiccati
Les peuples ont de la mémoire. Le peuple Corse comme les autres. En 1774, la tragédie se noue dans le Niolu. Les troupes du roi de France arrêtent et torturent des patriotes, dont un adolescent de 15 ans. Ce moment douloureux de notre histoire ne laisse ici personne indifférent bien que deux siècles se soient écoulés.
L'orida bestia
"L'orrida bestia", c'est le fascisme et son cortège de privations et de sang... le fascisme qui, malheureusement aujourd'hui comme hier, demeure, par delà océans et frontières, la honte de la conscience universelle.
Mandulina
O Dume' o Muame'
Parce que nous avons avec force la certitude de voir un jour tous les travailleurs unis dans la lutte pour la reconnaissance de leurs droits.
O terra
Cet hymne à notre terre, celle des hautes montagnes couronnées de neige, porte en lui tout l'amour d'un peuple refusant une agonie programmée, et puisant dans l'histoire la force de bâtir son avenir.
O vita, o vita
Survienne une catastrophe, une mauvaise année ou une mort naturelle, la vie reprend toujours ses droits avec force. Ce chant, expression du renouveau de la Corse et de son peuple, est un véritable hymne à la vie.
Paghjella
Cette "paghjella" qui était chantée dans les vallées de Castagniccia sous l'occupation italienne, nous indique l'état d'esprit de résistance de notre peuple, à une époque où le fascisme triomphait.
Ti chjami
C'est par la poésie que les individus, les peuples et les nations ont toujours pu, même aux plus noirs moments de leur existence, trouver des raisons d'espérer en des lendemains meilleurs.
U negru fiume
La prise de conscience n'est lumineuse que dans les livres. En réalité, elle est un cheminement difficile, hésitant. Les faits de Résistance rapportés par l'histoire ressemblent rarement à ce qu'ils furent au quotidien. Demeurant à hauteur d'homme, en sont-ils moins admirables ?
Vai puru
L'homme, en proie au doute et au découragement, oublie que la route menant à un peu plus de bonheur est, bien souvent, plus proche et plus simple qu'il n'y paraît.

Machja n'Avemu un' Antra
(1981)

machja(*)


A u vechju pueta
La polyphonie est le support de la tradition chantée en Corse. Celle-ci, sur un air traditionnel, est un hommage aux poètes détenteurs d'une richesse inestimable et interprètes de la Corse profonde.
A'a riscossa
La répression a conduit bon nombre de patriotes corses derrière les barreaux. Ce chant est un appel à la solidarité populaire seule garante de la victoire pour demain.
Euskadi
Ce chant est une ouverture sur le monde actuel. Ailleurs qu'en Corse, en Irlande, en Amérique du Sud... d'autres peuples sont opprimés et souffrent de perdre leur identité et leur liberté: celui-ci est dédié au peuple basque.
Farandula
Ce chant traditionnel nous invite à danser au son des violons et autres guitares et banjo. Il est l'expression même de la fête populaire que l'on rencontrait en Corse au gré des foires, des fêtes de village. C'est également pour nous un cri de joie et d'espérance pour que la Corse de demain retrouve le "sens de la fête" qu'elle est malheureusement sur le point de perdre.
Induvinella
Cette chanson nous fait vivre l'aventure d'un petit enfant corse qui, de retour dans son village, découvre jour après jour un trésor qui lui avait été caché : la langue corse.
L'acillucciu
L'enfant, souvent plus sensible aux choses de la nature, se laisse bercer par le chant d'un oiseau. Et ce chant le transporte dans un autre monde où la méchanceté et le profit sont absents.
Machje
Ce poème est tout un symbole. En effet, alors que notre maquis brûle chaque année un peu plus,, nous en possédons malgré tout un autre qu'il sera beaucoup plus difficile de brûler : c'est notre culture, notre désir d'être corse qui nous permettra un jour de retrouver notre dignité.
Ste mane qui
Partout dans le monde, des millions d'hommes et de femmes sont exploités. C'est pour tous les travailleurs, avec l'espoir qu'un jour ils retrouveront leur liberté et leur dignité, que nous avons fait cette chanson.
Terra brusgiata
Chaque été, ce sont des milliers d'hectares qui en Corse sont la proie des flammes. Ce chant est le cri de cette Terre Corse qui après avoir tant donné, refuse de se laisser mourir.
U pagliaghju d'Ostriconi
Aujourd'hui comme hier, le chant s'empare de l'évènement. Près de la plage d'Ostriconi, merveilleux site en bordure de mer, la finance internationale, par l'expropriation des terres en vue de la construction d'un complexe touristique, enlève à un berger corse la possibilité de gagner sa vie : on le chasse, sa cabane est détruite... Mais des jeunes amis du berger reviennent sur les lieux et reconstruisent la cabane du berger.
Vogliu esse
Ce chant est à la fois cri d'espoir et affirmation de tout un peuple, qui, refusant l'aliénation dans laquelle il se trouve, désire retrouver la liberté si chère à ses ancêtres.

(*) Un grand merci à Gerda-Marie Kühn pour ces pochettes et pour les textes!

premier
1981, présentation du 1er album d'A Filetta à Corte: Michel Frassati (2ème en partant de la droite), Stéphane Casalta (4ème en partant de la droite) et Jean-Claude Acquaviva (5ème en partant de la droite, lunettes et cheveux frisés), Bernardu Pazzoni, Filippu Mariotti et Jean Sicurani à gauche ...

LES VIDEOS


Trois vidéos sur A Filetta :

A Filetta en concert à Ottawa en 1995 (VHS Olivi)

 
ottawa

Excellent document filmé d'un concert enregistré pendant les tournées "Una tarra ci hè" de 1995, malheureusement plus disponible.

A Filetta voix corses

voix

Documentaire de Don Kent, avec un entretien avec Franck Tenaille. 

Tout simplement indispensable.


Un petit extrait :


Trent'anni pocu, trent'anni assai



trentanni

Un coffret DVD contenant :
- un documentaire de 78 minutes réalisé par Cathy Rocchi (et sous-titré en français), retraçant le parcours d’A Filetta au travers des témoignages des membres du groupe actuel. Ce documentaire était destiné à l'origine au magazine "Ghjenti" (France 3 Corse Via Stella).

- un "concert privé" à l’oratoire St Antoine de Calvi : 25 titres , soit 80 minutes !

1 – Nana
2 – Paghjella
3 – Kyrie
4 – U cantu di l'acqua
5 – 1901
6 – Miserere
7 – Dies irae
8 – Alilo
9 – Benedictus
10 – U Lamentu di Maria
11 – E Baioncule
12 – Le lac
13 – Norbu
14 – Gloria
15 – La folie du cardinal
16 – A l'alivetu
17 – Ghmerto
18 – Meditate
19 – Rex tremendae
20 – Figliolu d'ella
21 – Sumiglia
22 – Lode à una simpatica zitella
23 – U sipolcru
24 – Pater noster
25 – A paghjella di l'impiccati

Il faut signaler la qualité exceptionnelle de ce document. Qualité technique, tout d'abord, avec une qualité d'image et de prise de son rarement atteintes. Chaque voix se détache tout en restant partie intégrante de l'ensemble. Une prise de son "analytique" tout en restant extrêmement naturelle et sans artifice (au casque, on entend même les bruits du port en arrière-plan !)
Et, bien sûr, l'interprétation fabuleuse du groupe. Je ne vais pas détailler les morceaux : toutes ces interprétations sont des versions d'anthologie. S'il ne fallait en retenir, allez !, que deux, je citerais "1901" et "Alilo". Deux références à la Géorgie, une toute en douceur, l'autre en puissance, magnifiques. Et tous sont en excellente forme vocale, notamment Paul et Jean-Luc. On prendra plaisir à identifier et à différencier les voix des basses, on savourera la qualité de la mise en place,le choix des morceaux (s'il fallait émettre juste un regret, ce serait l'omission de U Lamentu di Ghjesù, mais nous sommes très exigeants !)
   
- un bonus video : 8 titres chanté "à domicile" et en toute décontraction par le groupe, avec Jean-Claude à la guitare.

1 – A muntagnera
2 – Cun tè
3 – Terra brusgiata
4 – Mare eternu
5 – Ste mane quì
6 – Ma dì ciò chè tù voli
7 – Fiure
8 – A Sergiu


- un bonus audio de 8 titres « Pè a scusa » livre quelques anciennes chansons du groupe issues d’albums aujourd’hui épuisés, ainsi que quelques inédits.

1 – Liberata
2 – Fiure
3 – A Sergiu
4 – Tango dell'assenza (avec Daniele di Bonaventura)
5 – Ma dì ciò chè tù voli
6 – Cun tè
7 – Mare eternu
8 – Lisboa (avec Jorge Fernando)

On a plaisir à réentendre ces anciennes chansons, Liberata simplement accompagné au piano avec la seule voix de Jean-Claude, le merveilleux "A Sergiu" chanté par Jean-Luc, à découvrir Jean-Claude chanteur de tango (le très mélancolique "Tango dell'assenza" avec Daniele di Bonaventura au bandonéon, et nos amis corses chanteurs de fado avec Jorge Fernando sur Lisboa noite triste !

En bref, on l'aura compris, un coffret INDISPENSABLE. 






separateur

A Filetta


La page officielle d'A Filetta :

http://www.afiletta.com

Pour joindre directement A Filetta :

Contact A Filetta : contact.afiletta@gmail.com

A Filetta sur l-invitu.net :

actualité   chants   chronologie  discographie  parole   galerie photo   vidéos
concerts 1995-2005
concerts 2006 concerts 2007 concerts 2008
 concerts 2009  concerts 2010  concerts 2011  concerts 2012
 concerts 2013 concerts 2014 concerts 2015 concerts 2016 concerts 2017


Mon livre sur A Filetta :


livre

haut de page  accueil  plan du site  page précédente

Corsicamania, l'annuaire des sites corses

Valid XHTML 1.0 Transitional



Valid XHTML 1.0 Transitional