banniere

Gato Barbieri

Dernière mise à jour : 30/01/2016

Vous êtes ici : Musique / Jazz
gato

Crédit photo : Jacky Lepage

Le saxophoniste ténor argentin Leandro « Gato » Barbieri est né à Rosario le 28 novembre 1934. Fils d'un charpentier, violoniste amateur, il découvre le ténor auprès d'un oncle saxophoniste puis le jazz en écoutant Charlie Parker en 1944. Il débute sur le requinto (petite clarinette). Cinq ans de cours particuliers de clarinette à Buenos Aires, mais il aborde également le saxophone alto et la composition.

Il joue dans l'orchestre de Lalo Schifrin en 1953 et choisit le ténor en 1955. En 1962, après quelques mois au Brésil, il s'installe à Rome et se fait vite connaître comme sideman (avec Jim Hall, Ted Curson). II rencontre à Paris, en 1965, Don Cherry et le suit à New York pour enregistrer chez Blue Note « Complete communion » et en 1966 « Symphony for improvisers ». Entretemps, à Milan, il participe aux Nuovi Sentimenti de Giorgio Gaslini.
En 1967, il enregistre ses deux premiers disques sous son nom ("In search of the mystery" et « "Obsession" »). Le public international le découvre alors que son jeu est encore très influencé par les sonorités puissantes et déchirées de John Coltrane et Pharoah Sanders. Ses duos avec Dollar Brand (1968) impriment à sa musique un tournant décisif en direction de ses origines sud-américaines et, plus largement, des musiques du tiers monde.

Il participe en 1971 à la suite « A genuine Tong Funeral » écrite pour Gary Burton par Carla Bley et collabore avec celle-ci pour « Escalator over the hill » et « Tropic appetites », et avec le Liberation Orchestra de Charlie Haden.

Il opère au tournant des années 70 une authentique révolution esthétique en recherchant ses racines latino-américaines.

Le lyrisme flamboyant de son phrasé accidenté, sa sonorité rauque, mouvementée, reconnaissable entre mille, cherche la fusion entre free jazz et traditions populaires.

Fenix et Under Fire comptent parmi les joyaux de cette période entre jazz et tiers-monde.
Alors que son triomphe au Festival de Montreux ("El pampero") et sa contribution à la bande-son du film « Le Dernier tango à Paris » de Bernardo Bertolucci sous la direction d'Oliver Nelson le rendent de plus en plus populaire, il accentue, à partir de 1973, la référence à ses racines en s'entourant de musiciens sud-américains, notamment dans la série « Chapter one » à « Chapter four » pour Impulse.

Il s’éloigne quelque peu du jazz. Puis au milieu des années 70, son jeu devient plus doux et s’accorde parfaitement avec les ballades qu’il popularise alors : "What a Difference a Day Makes" (un standard que Barbieri interprète depuis toujours dans sa forme originale de bolero "Cuando Vuelva a tu Lado") et "Europa" de Carlos Santana. Sa production pour A & M notamment, devient de plus en plus commerciale, très marquée par le pop-jazz, y compris le best-seller "Caliente !". En 1981, il revient à une musique plus influencée par le jazz-rock et l’Amérique du Sud avec le live "Gato ... Para los Amigos", sous la houlette du producteur Teo Macero.

flying

latino

Il reste inactif durant la première moitié des années 90 suite à de graves ennuis de santé et à la mort de sa femme Michelle. En 1997, il revient sur le devant de la scène avec le disque "Que Pasa" pour Columbia et sa prestation remarquée au Playboy Jazz Festival de Los Angeles. Son dernier disque à ce jour, The Shadow of the Cat, publié en 2002, permet de retrouver sa sonorité intacte.

Tout à la fois styliste du timbre, qu'il malmène à outrance, et lyrique tenté par l'expressivité du cri et l'authenticité de la mélodie, hésitant entre la véhémence et le plaisir, l'illisibilité et la limpidité, il a su fonder son propre équilibre sur un enracinement dans une tradition populaire. Tout comme Dollar Brand ou Chris McGregor, il a montré l'histoire de la musique noire américaine en exemple aux musiques populaires du tiers-monde...

Selon mes dernières informations, Gato aurait perdu totalement la vue suite à une maladie.

Les disques :

IN SEARCH OF THE MYSTERY
(1967)

Premier disque enregistré sous son nom, en 1967, à New York, par le grand saxophoniste ténor argentin, In Search of the mystery le montre déjà en possession de tout son matériel musical. Il marque une période de transition pour Gato, puisqu’il a été enregistré après sa rencontre avec Phaoah Sanders (qui va l’influencer profondément), et avant celle, décisive, du cinéaste Glauber Rocha.. Pour l’instant, Barbieri se cherche encore dans les méandres de l’avant-garde new-yorkaise.

latam
gato1
OBSESSION

« Obsession » est un document inédit En 1967, Gato possède depuis quelques années déjà un langage propre : il l'a prouvé, quelques temps plus tôt, en illustrant de façon magistrale les conceptions si personnelles de Don Cherry. Encore sous l’influence de Coltrane, il est cependant encore incapable d'organiser son discours pour l'illustration d'un univers personnel. Dans Michelle, la plus latine de ces trois plages, on sent poindre par endroits le Barbieri des jours heureux et des réussites exemplaires.

HAMBA KHALE (1968)

Un disque de Dollar Brand qui serait le disque-clé de Barbieri, tant il nous apporte une explication juste de l’attitude du saxophoniste argentin. Ce disque marque la transition entre « Complete Communion » et « The Third World ». Free Jazman impliqué dans le mouvement new-yorkais, collaborateur actif de grands noms de la new thing, Barbieri découvre ici, au contact d’un Dollar Brand à l’art déjà achevé et déterminé, la nécessité d’un cheminement parallèle à celui qu’il a pour l’instant emprunté dans la musique afro-américaine. Celle-ci lui a fourni les moyens et le terrain d’expression ; Dollar Brand, lui renvoyant sa propre image, pousse Barbieri à une prise de conscience. Tous les éléments de son art futur se trouvent ici condensés avec une authenticité naturelle surprenante. Dans The Aloe And The Wild Rose, Barbieri a tout dit, le reste ne sera que développemement à l’infini des formules mises au point dans ce disque. Un album-manifeste.

THE THIRD WORLD (1969)

“ La beauté sera convulsive ou ne sera pas ”, voilà ce qui vient à l’esprit à l’écoute de ce disque magnifique et INDISPENSABLE.

Une chanson de berger argentin, un tango d'Astor Piazolla, un Zelao, une composition de Barbieri, Antonio Das Mortes, en hommage au cinéaste Glauber Rocha, et enfin un extrait des Bachianas Brasileiras de Villa-Lobos suivi par un chant africain de Dollar Brand ; le tiers-monde est bien au centre de ce CD. Premiére fusion, chez le saxophoniste, entre le jazz d'avant-garde côtoyé en Europe et à New-York et les musiques de l'Amérique du Sud et d'Afrique. Loin de toute perfection formelle, la musique devient progressivement hurlement, entre désespoir et jubilation. Oreilles délicates s'abstenir. Mais au-delà de la rugosité, que de passion et d’ivresse non encore récupérées !

Il faut noter également la qualité des accompagnateurs : le batteur Beaver Harris, compagnon d'Archie Shepp et Pharoah Sanders, Charlie Haden, le tromboniste Roswell Rudd (écouter son remarquable contrechant sur Antonio des Mortes) et le pianiste Lonnie Liston Smith.

third

Sans réduire ce disque à son contexte politico-historique, il faut se remémorer le contexte de l’époque pour bien saisir l'originalité de Gato Barbieri. Pendant que les jazzmen noirs américains (John Coltrane, Yusef Lateef, Pharoah Sanders, etc.), par engagement politique ou ouverture d'esprit, ont enrichi leur syntaxe au contact d'autres univers, africain, moyen et extrême-oriental, la culture sud-américaine s'est métamorphosée grâce aux compositions lyriques de Gato Barbieri, sous les coups de boutoir de ses improvisations sauvages et rauques, de son timbre éraillé et paroxystique à nul autre pareil (le seul auquel on puisse le comparer est sans doute celui de Pharoah Sanders).

FENIX (1972)

L'affirmation de son identité d'homme du Tiers-monde à travers le dur apprentissage du jazzman éclate dans Fenix, enregistré en 1971 en compagnie de musiciens américains du Nord et du Sud. réunis avec bonheur, notamment le Brésilien Nana Vasconcelos et les New-Yorkais Ron Carter et Lonnie Liston Smith. Disque charnière. avant que Barbieri ne s'enfonce plus profondément dans sa latinité.

Puissance du tempo, du driving, de la charge émotionnelle d'un ténor au lyrisme incandescent. Vertigineuse accélération rythmique lancée à brûle-pourpoint sur des envolées déchirantes. Compositions originales et arrangements de chansons traditionnelles serviront dorénavant de tremplin à une écriture lucide et rougeoyante, toujours changeante, sensible aux micro-variations du feeling.

fenix

EL PAMPERO (1971)

Une "merveilleuse orgie sonore", pour reprendre les termes de Laurent Goddet, auteur des notes de pochette de la première édition française de ce disque, au milieu des années 70 : à lire les témoignages de ceux qui assistèrent, jusqu’aux petites heures (4h du matin, exactement), à ce concert au festival de Montreux 71 dans le cadre d’une soirée spéciale consacrée au label Flying Dutchman (à laquelle participa le big band d’Oliver Nelson), l’événement fut marquant.

Et l’on est tout à fait disposés à les croire, vu le feu qui semble jaillir de ces quatre morceaux saisissants dans lesquels Gato Barbieri pousse son jeu à un point de beauté et de force inouïs.

pampero

La magie de ce concert est d’autant plus remarquable qu’elle doit, pour beaucoup, au hasard et à une heureuse conjonction d’individualités : seuls le pianiste Lonnie Liston Smith et Nana Vasconcelos ayant suivi Barbieri dans son déplacement européen, celui-ci dut faire appel à Bernard Purdie (batterie) et Chuck Rainey (basse électrique), arrivés à Montreux avec la chanteuse Aretha Franklin. La cohérence et l’homogénéité de cette formation inédite ne fait pourtant aucun doute, et permettent au saxophoniste argentin, sur des rythmiques aux frontières du jazz funk, de littéralement déchirer la nuit.

Le cri se fait primal, l’énergie vitale, l’air électrique et la chaleur incandescente : une véritable fête, en somme, dont on sort abasourdi et légèrement désorienté.


 D’abord une ballade, sur un thème répétitif, El Pampero, qui évoque les longues chevauchées dans la pampa argentine. Une introduction qui monte, qui monte... puis Gato, soutenu par la basse électrique et les percussions, s'envole, dérape, hurle magnifiquement. Une énergie incroyable. Puis, sur une suite de compositions écrites par des compatriotes, il évoque son pays. Un thème, d’abord (Mi Buenos Aires Querido), évoquant les divers aspects de sa ville, Buenos Aires. Déjà apparaissent ici certains éléments de la musique populaire d’Amérique du Sud. Dans Brasil, ils forment toute le trame sonore sur laquelle Gato improvise. La moitié des musiciens sont des percussionnistes, assurant un roulement continu qui nous rappelle que l’héritage africain est aussi vivant dans le continent du Sud que dans celui du Nord. Et pour finir, un El Arriero bourré d'énergie.
Une musique de fête chaleureusement impudique et gorgée de félicité. Absolument indispensable.

LIVE IN BUENOS AYRES 1971

Un disque confidentiel (pirate ?) déniché par hasard à Milan d'un concert de Gato donné en Argentine en 1971.

LE DERNIER TANGO A PARIS (1972)

Pour accompagner la descente aux enfers de Marlon Brando dans le sulfureux Ultimo Tango a Parigi de Bernardo Bertolucci, Gato Barbieri a imaginé un jazz orchestral fortement teinté de tango qui déplaira encore à coup sûr aux puristes. Difficile pourtant de ne pas craquer en écoutant les cordes bouleversantes...

Une réussite exemplaire que cette musique. Le saxophoniste traversait alors sa période la plus faste, celle de "Bolivia", dont on retrouve ici les éclairs fulgurants, les arrangements et les mosaïques de percussions, chants et cuivres. Réédition très soignée, agrémentée d'inédits, et livret (très riche) se dépliant en affiche du film.

tango
UNDER FIRE (1972)

Pour moi, un des meilleurs disques de Gato Barbieri, en pleine possession de ses moyens, conciliant lyrisme et autorité, force et clarté.

Certains critiques ont néanmoins dit qu’il "se répètait jusqu’à l’exaspération"…

Dire de la musique de Barbieri qu'elle est accrocheuse, ou même vulgaire, c'est faire un énorme contresens sur son mode de fonctionnement, c'est voir des concessions là ou il n'y a qu'authenticité d'une recherche passionnément vécue. Gato veut retrouver les voies qui mènent à une expression authentiquement populaire :il joue, simplement, sur le chemin qu'il a choisi.

fire

El Parana est une composition de Gato Barbieri. Stanley Clarke très en valeur, asseoit un tempo majestueux, tandis que le guitariste surgit ça et là en phrases brèves. Gato joue avec un lyrisme passionné et quelques cris de colère. Le pianiste a un jeu percutant très efficace et original.
Yo Le Canto A La Luna est une composition du grand guitariste et poète argentin Atahualpa Yupanqui. C'est une sorte de lamento impregné de cette nostalgie si particulière à toute la musique de l’Amérique du Sud. Stanley Clarke y est toujours aussi impérial. Gato, qui joue avec un coeur admirable, chante aussi avec un feeling intense. Il faut plusieurs écoutes pour réaliser tout ce que les percussionnistes y apportent d’invention et d'ingéniosité.
Antonico
est dû à lsmael Silva; Abercrombie y joue de la guitare « classique » d'une manière typiquement « latine ». Gato fait véritablement chanter son saxophone et renforce l’impression de lyrisme par un re-recording trés sobre.
Maria Domingas de Jorge Ben commence comme une fiesta brésilienne. Puis Gato joue un solo tres méditatif, très intériorisé, introduit et accompagné par les riches arpéges de la guitare. Abercrombie joue alors un rythme typiquement brésilien, tout l’orchestre rentre avec fougue et le pianiste se déchaîne. Puis Gato joue avec une fureur concentrée, les percussions le portent, avec de véritables éclairs ici et là par Lonnie Liston Smith ; le tout s'achève par des cris qui s'espacent peu à peu dans le lointain.
El Sertao commence d’une façon particuliérement âpre et dramatique par tout l’orchestre, puis le saxophoniste développe encore le climat pathétique de la composition, psalmodiant sur son instrument un peu à la façon des flamenquistes. Lonnie Liston Smith est superbe au piano électrique. Gato rentre à nouveau avec intensité et le tout s'achève comme à regret, comme s’il y avait encore tant à dire sur l'âpreté, sur la misère du Sertao.

Dans ce disque c’est une partie de l’élite des drummers et percussionnistes que l’on entend : Roy Haynes, Airto Moreira, James M’Tume (fils du saxophoniste Jimmy Heath), Moulay Ali Hafid. Un contrebassiste et un guitariste parmi les meilleurs de l’époque : Stanley Clarke et John Abercrombie,. Il y a aussi Lonnie Liston Srnith, un des plus brillants, un des plus subtils pianistes de sa génération.

BOLIVIA (1973)

Enregistré à la même époque que Under Fire et avec les mêmes musiciens, Bolivia est peut-être légèrement moins bon, malgré de merveilleux moments comme Michellina, notamment ou Merceditas.

bolivia

YESTERDAYS (1973/74)

Le dernier disque de Gato pour Flying Dutchman. On retrouve les mêmes procédés narratifs et le jeu toujours aussi incisif du saxophoniste, entouré cette fois de l'excellent pianiste George Dalto, du guitariste Paul Metzke, du contrebassiste Ron Carter et du batteur Pretty Purdie.

yesterdays

Après le choc créé par "The Third World" et "Fenix", après la fougue torrentielle d'"El Pampero" et la luxuriance de "Bolivia" et "Under Fire", force est de reconnaître que ce disque est un peu léger, témoignant d’un certain essouflement.de la formule.

L'Argentin trouvera très vite le moyen de sortir de l'impasse avec le sublime "Latin America Chapter One", aux couleurs plus authentiques. Ici Gato ne nous apporte rien de neuf sur lui-même qu'il ne nous ait déjà (mieux) exposé. 

EL GATO

RCA PL 13816

Ce disque, de même que celui paru chez Planet Jazz, reprend des morceaux déjà parus, à l’exception de El Gato d’Oliver Nelson, où Gato s’exprime avec la force qu’on lui connaît.

planet

CHAPTER ONE : LATIN AMERICA

Si un disque comme Fenix marquait une rupture, là il ne s'agit que de la continuation d'un projet clair, l'écriture d'un nouveau chapitre de ce chant d'amour à l'Amérique Latine.

On sent à travers la plénitude du son de Barbieri au sax, ce refus de sa mise en avant. au profit d'une musique de groupe, que l'ex-free-jazzman a trouvé une joie de jouer fondamentale.

Son saxophone ténor se fait de plus en plus langoureux, chant lyrique hérité du tango sur une assise rythmique de samba, foisonnement de percussions, frénésie qui appelle inévitablement la danse.

Le son du saxophone à la sonorité chaude chavire, délire, s'enflamme, voix qui improvise un hymne à cette fête où fusent les cris, s'insinue une flute, apparaît soudain une guitare rapidement submergée par l'etuve des percussions.

Entouré d’une importante formation de musiciens argentins, Barbieri est au top de sa forme tout au long de cette session torride, plus particulièrement sur les thèmes "Encuentros" et "India". Une mention particulère au dernier morceau, "To be continued", où Gato présente un à un et successivement tous les instruments composant une école de samba, avant que son saxo ne pousse son cri qui lance "Encontros".

 

latinoam
CHAPTER TWO : HASTA SIEMPRE (1973)

Le deuxième chapitre démarre là où finissait le premier : avec Encontros, suite de To be continued. Le timbre du ténor de Gato a une force et une charge émotionnelle indescriptible, mélange de désespoir et de rébellion. La couleur, la danse, le rythme, la chaleur de la musique sud-américaine sont constamment présents dans tous les morceaux. Impulse a récemment réédité les chapters 1 et 2, remixés et augmentés d'inédits. On trouve notamment la version complète d'Encontros, publié dans un premier temps en pièces détachées. Evidemment indispensable, même si, avec le recul, malgré le foisonnement rythmique - ou à cause de lui - le jeu de Gato Barbieri semble un peu au bout du rouleau. Plus beaucoup d'inventivité mélodique ou harmonique dans son jeu. Les phrases fébriles sont souvent réemployées. Paradoxalement, la réédition augmentée fait ressortir les faiblesses - toutes relatives - de ces enregistrements.


CHAPTER THREE : VIVA EMILIANO ZAPATA (1974)

Après avoir enregistré “ Chapter One : America ” à Rio De Janeiro et chez lui, à Buenos-Aires, “ Chapter Two: Hasta Siempre ” en Amérique du Sud et à Los Angeles, Gato Barbieri retrouve New-York.

La musique produite dans le présent volume représente une nouvelle expérience pour le saxophoniste : la rencontre avec Chico O'Farrill. Personnellement, je ne suis pas emballé…

Le début de la pente douce qui conduit tranquillement de la nouveauté à la facilité ? Seul El sublime sauve la mise.

viva
CHAPTER FOUR : ALIVE IN NEW-YORK (1975)

Entouré d'un petit ensemble dans lequel on retrouve le bassiste Ron Carter, un concert de Gato à New-York en février 1975.


alive

CALIENTE ! (1976)
A&M 985 041 / 394 597-2)

Quel choc ! Je dois avouer qu’à la première écoute de ce disque, j’étais catastrophé. Très commercial, en rupture totale avec les disques précédents ! Et puis, on se laisse prendre. Prenez le premier morceau, Fireflies : des cordes sirupeuses, un tapis de guitares électriques, mais petit à petit on retrouve le son de Gato, avec ses hurlements sur la fin. Ni du jazz, ni de la musique sud-américaine, plutôt une sorte de pop, mais quel son de saxo ! Et quel plaisir d’entendre ainsi le Europa de Santana !

caliente

RUBY, RUBY

ruby

A&M AMLH 64655

Gato Barbieri a pour lui de s'être créé un style si personnel qu’il peut faire un disque jazzy-rocky-funky sans (trop) tomber dans les travers du genre...

TROPICO (1978)

tropico

A&M 64 710 - LC 0485

Alors là… je ne marche plus !

EUPHORIA (1979)
A&M 64 710 - LC 0485

Euphoria ? Hum !

euphoria

PARA LOS AMIGOS !! (1981) Doctor Jazz‑EPM FDC 5001

para
Il n'est pas facile de survivre à sa légende…

GATO (1982)

gato

BAHIA (1982)

APASIONADO (1983)

Trois disques non indispensables...

QUÉ PASA (1997)

Oui, qué pasa ? Il semble bien loin, le temps béni de "Bolivia" ou de la musique du "Dernier tango à Paris", tour à tour charmeurs, ensorcelés, enfiévrés !...
Ce nouvel album est uniforme et monotone, le saxophone alangui se promène sur une trame parfaitement formatée FM. On peut se demander ce qu'il reste du Gato que l'on a aimé ? Le lyrisme peut-être. Pour le reste, audace, authenticité, véhémence ont disparu au profit d'une démarche résolument commerciale et lisse. Le chat a rogné ses griffes….

que
THE SHADOW OF THE CAT
(2002)
A&M 985 041 / 394 597-2

Est-ce la nostalgie qui nous tient ? A l’écoute de The Shadow of the Cat, on retrouve par instants le Gato qu’on a tant aimé…

Ambiances contrastées de “El Chico”, joli “Last Kiss,” avec la guitare acoustique de Peter White… Un disque qui se laisse écouter, sans plus

shadow


barbieri


On peut voir Gato dans un DVD paru récemment, filmé le 3 juillet 1984 lors d'un concert au Festival de jazz de Montréal. Ce n'est plus le flamboyant Gato des années 60-70, mais ce concert se laisse regarder...

montreal

separateur

Haut de page   Accueil     Page précédente  En savoir plus   Mentions légales


Les pages "musique" sont organisées comme suit :

Le chant corse
Les pages consacrées à A Filetta :

A Filetta : témoignages 
Actualité et archives
Chants : les textes des chants
Concerts avant 2006
Concerts 2006
Concerts 2007
Concerts 2008
Concerts 2009
Concerts 2010
Concerts 2011
Concerts 2012
Concerts 2013
Concerts 2014
Concerts 2015
Concerts 2016
Discographie : tous les disques en détail
Repères chronologiques : A Filetta de 1978 à aujourd'hui
Parole : Les mots d'A Filetta (interviews, entretiens...)
Galerie photo
sans oublier mon livre sur A Filetta !

Les pages consacrées aux groupes, chanteurs et musiciens corses

Les pages consacrées aux paroles des chants corses :

- page "chants d'A Filetta",
- chants corses d'hier
- chants corses d'aujourd'hui

Les compte-rendus de concerts

Les pages consacrées aux Rencontres polyphoniques de Calvi :

Les invités des Rencontres (tous les artistes y ayant participé au moins une fois)

Le jazz et la page consacrée à Paolo Fresu

Les annonces et compte-rendus de concerts de jazz

Les musiques du monde

L'opéra, la musique baroque, etc.

Les inclassables

Les vidéos

Et enfin, ma sélection de disques du mois.


Corsicamania, l'annuaire des sites corses

Valid XHTML 1.1