banniere

U Svegliu Calvese
et les Rencontres Polyphoniques de Calvi

Année 2016

Dernière mise à jour du site : 27/02/2017

Vous êtes ici : Musique/Chant corse/Rencontres polyphoniques/2016
1996   1997   1998   1999   2000   2001   2002   2003   2004   2005  2006 

 2007   2008   2009   2010   2011   2012   2013   2014   2015   2016   2017 

Les 28èmes Rencontres de Chants Polyphoniques
de Calvi se dérouleront du 13 au 17 septembre 2016
  

U SVEGLIU CALVESE
La Poudrière / Citadelle
20260 CALVI

Tél : 04 95 65 23 57
Fax : 04 95 65 41 54
Mail : svegliu@gmail.com


J’adhère à U Svegliu Calvese !

Je ne vis pas à Calvi, ne suis pas Calvais ni même Balanin (ma famille est originaire du Pumonte) ; né à Toulon, j’ai toujours vécu en région parisienne. Et pourtant… désormais, j’adhère !

J’aurais pu me contenter de prendre comme chaque année mon abonnement aux Rencontres polyphoniques. Mais j’ai décidé d’aller au delà du simple geste (f)estivalier. Je ne veux plus être un banal consommateur culturel circonstanciel. Mon adhésion est un engagement. C’est même un acte politique : à une époque où la Culture est souvent considérée comme un luxe, en tout cas regardée sous le seul angle de ce qu’elle coûte, il faut inverser la proposition et réfléchir à ce que serait une société sans Culture.

Dans ce combat culturel quotidien, et avec une énergie farouche, U Svegliu Calvese mène depuis plus de trente ans une action tenace et exemplaire. Ses initiatives artistiques sont nombreuses et variées, des Via Crucis aux ateliers de traduction, en passant par les représentations théâtrales, sans oublier bien sûr les exceptionnelles Rencontres Polyphoniques. U Svegliu œuvre depuis 1981 pour faire reprendre conscience aux habitants de Calvi de la richesse de leur patrimoine.
Comme l’indique le nom qu’il s’est choisi, il a réveillé la ville qui n’est désormais plus seulement une escale touristique et une ville de garnison mais ce lieu magique où, pour reprendre les paroles de Primo Levi, "une corde est tendue". C’est toujours le désir de partage, la recherche d’une vérité, la foi en l’homme qui nous anime au sein de la Citadelle.

Alors oui, pour manifester mon soutien indéfectible, j’adhère et j’engage chacun à en faire autant.  Plus nous serons nombreux, plus grand sera le poids du Svegliu vis-à-vis des instances administratives et politiques qui, le constat s’impose malheureusement, ne semblent porter qu’un intérêt très relatif à ce magnifique édifice culturel et humain.

Jean-Claude Casanova

NOUVEAU :
Les dons au Svegliu donnent désormais droit à une réduction d'impôt sur le revenu égale à 66% de leur montant. L'adhésion annuelle d'un montant de 20 € n'est pas déductible.
Exemple : vous versez 100 € à l'association : 20 € représentent l'adhésion ; 80 € votre don sur lesquels 52,80 € viendront en déduction de vos impôts.
Votre versement de 100 € ne vous coûtera en réalité que 47,20 €.

affiche

Le programme des Rencontres

Encore quelques jours de patience pour prendre connaissance du programme que nous aura concocté u Svegliu Calvese. Je suis néanmoins en mesure de vous dévoiler l'une des affiches de cette édition, en l'occurence le trio constitué de Fadia Tomb-el Hage, Patrizia Bovi et Françoise Atlan présentera mardi 13 septembre sa création "Voix sacrées". À très bientôt pour le reste de la programmation !

Une autre indiscrétion : l'ensemble Dialogos présentera Dalmatica au concert du soir du mercredi 14 !

Et voici le programme complet :

Le Programme des XXVIIIèmes Rencontres de Chants Polyphoniques de Calvi
13 - 14 - 15 - 16 - 17 septembre 2016 - Citadelle de Calvi

Le programme peut être téléchargé en suivant ce lien.

Mardi 13 18h  
A Filetta
A core datu
(Corse)
  21h30  
Patrizia Bovi, Françoise Atlan et Fadia Tom El-Hage Voix sacrées
Un Dieu, trois religions


Mercredi 14 18h  
Diana Saliceti
Forse
(Corse)

21h30  

Dialogos, (Direction Katarina Livijanic) et Kantaduri (direction Josko Kaleta)
Dalmatica, de l'oral à l'écrit - Chants liturgiques de l'Adriatique
(France/Croatie)

Jeudi 15 18 h  
Anna Sato

(Japon)

21h30  
A Filetta
(Corse) et Fadia Tomb El-Hage (Liban) Conversations

Vendredi 16 15 h   Salon de musique animé par Franck Tenaille
Ports, migrations et musiques du monde
18 h   Ialma Camiño
(Galice)
21h30   Waed Bou Hassoun
(Syrie)
Samedi 17 15h00-17h30 >Citadelle Cantu à l’asgiu:
De l'oratoire Saint Antoine à la Cathédrale Saint Jean-Baptiste, un parcours ponctué par les chants des confréries de Calvi, de Haute Balagne et de la piece di a Serra (Répertoire sacré et profane)
18 h  
Ulla Pirttijärvi
& Ulda Lumières nordiques dans le ciel du Sud
(Finlande)
21h30  
Calusgiule à l’ultimu

Clôture avec les participants aux Rencontres
Anna Sato, Ialma, Ulla Pirttijärvi, Francesco Viglietti (Naples)
The Glas Vocal Ensemble Mold
(Danemark)

Chaque soir les chants d’A FILETTA accueilleront les groupes invités

• Tous les concerts se dérouleront à Calvi, dans la Cathédrale Saint Jean-Baptiste

• Les Rencontres de 18h00 instaurent un climat propice aux échanges vrais entre les artistes et un public toujours curieux et désireux d’en savoir plus. Elles sont animées par Philippe-Jean Catinchi, journaliste au Monde.

Lundi 12 à l'oratoire St Antoine à 21h30 : projection du film de Jean-Paul Mari et Franck Delens « Les migrants ne savent pas nager » (production : Point du jour), réalisé à bord de l'Aquarius, bateau de SOS Méditerranée qui a vocation à porter assistance à toute personne en détresse sur mer. Les personnes concernées sont des hommes, femmes ou enfants, migrants ou réfugiés, se retrouvant en danger de mort lors dela traversée de la Méditerranée. En présence de Jean-Paul Mari.

Vendredi 16, le salon de musique qui se déroulera « Chez Tao » à 15h00 est proposé par Frank Tenaille, journaliste, spécialiste des musiques du monde.

"13 en traits" expo de dessins de Bauer, un des dessinateurs de presse habitués des Rencontres. Bauer dessine ce qui passe devant ses yeux ou ce qui s'anime dans sa tête... Ce qui l'étonne, ce qui l'émeut... Et c'est comme si son feutre devenait vivant et bougeait tout seul. Sur ses carnets naissent des images au trait... très au trait...

Exposition : sculptures d'Alexandra Gatti dans les Jardins de la Poudrière : autodidacte et amoureuse de la nature, Alexandra Gatti trouve son inspiration dans l'environnement préservé que lui offre la Corse.
L'atelier n'existe pas, seuls les arbres et les feuilles l'entourent et l'accompagnent dans ses recherches. Le fil de fer se tourne et se retourne, s'oxyde, se colore pour devenir chimères. Une invitation au rêve dans un imaginaire métallique.

Exposition quotidienne des photographies réalisées au cours des concerts de la veille (Jean-Marie Colonna, Silvio Siciliano et Natacha Manarin) et des impressions visuelles des dessinateurs de presse (Philippe Antonetti, Bauer, Raskal et Battì Manfruelli)

Prix des places :
Lundi : 21h30, participation libre sous forme de don au profit de l'association SOS Méditerranée
Vendredi à 15h00 : entrée libre
Du mardi au samedi, concerts de 21h30 : 23 € - Etudiant : 15 €
Et concerts de 18h : 15 € / L’achat d’un billet pour le concert du soir permet de bénéficier d’un tarif préférentiel d’un montant de 7€, dans la limite des places disponibles
Abonnement (concerts de 18h00 et de 21h30) : 115 €

Attention : après le début du spectacle, l’accès à la salle ne pourra s’effectuer qu’à un moment propice choisi par le personnel d’accueil en accord avec les organisateurs
Toute réservation non retirée au plus tard à 16h00, le jour du concert est automatiquement annulée

Modalités de réservations :

- Vous pouvez réserver vos places par mail ou par téléphone. Les réservations sont valables jusqu’au jour du concert 16h00. Dans ce cas vous devez venir les régler et les retirer à la Poudrière (siège de l’association).

- Vous pouvez aussi adresser au Svegliu Calvese un règlement par virement ou par chèque. Dans ce cas, soit vous venez retirer vos billets à la Poudrière, soit l’association les tient à votre disposition à la caisse du concert (à préciser).

Pour la réservation veuillez communiquer au Svegliu un numéro de téléphone.

U Svegliu Calvese

La Poudrière BP 37
20260 Calvi

Tél : 04 95 65 23 57
Fax : 04 95 65 41 54
Mail : svegliu@gmail.com

fadia  atlan  bovi

glas   diana  ulla

Décision difficile, compliquée : Fallait-il faire, ou non, Les Rencontres de Chants Polyphoniques?
Oui! Car cette année, plus que jamais, elles répondaient à un besoin, à une nécessité... Pour couvrir les voix de la Haine et de l'Ignorance, qui font si bon ménage!
Pour exalter la richesse de la diversité et de l'harmonie!

Le journal des Rencontres

C'est parti pour cette 28e édition !!

Note : Ce petit journal est d'abord rédigé dans l'urgence, chaque soir au retour des concerts autour de 1h du matin. De ce fait, il livre les premières impressions brutes - parfois même brutales - du rédacteur. Puis ce commentaire est ensuite repris, enrichi, approfondi, affiné quelques jours plus tard, au gré des réminiscences, des discussions et des analyses.
Le lecteur ne devra donc pas s'étonner de voir évoluer ces textes.

Lundi 12

Comme c'est presque devenu la tradition depuis que les Rencontres ont abandonné leur prologue bastiais, le Svegliu nous offre un prologue le lundi à l'Oratoire sous la forme d'un film : « Les migrants ne savent pas nager » de Jean-Paul Mari et Frank Dhelens (production : Point du Jour) réalisé à bord de l’Aquarius, bateau de « SOS Méditerranée », qui a vocation à porter assistance à toute personne en détresse sur mer (hommes, femmes ou enfants, migrants ou réfugiés, se retrouvant en danger de mort lors de la traversée de la Méditerranée). Passionnant témoignage de Jean-Paul Mari sur la réalisation du film et, plus largement, sur les épreuves rencontrées par les migrants.

Devant le terrible constat selon lequel plus de 30 000 personnes sont mortes en Méditerranée depuis l'an 2000 en tentant de rejoindre les côtes européennes (2 892 en 2015), la société civile s'est mobilisée dans toute l'Europe pour créer l'association SOS Méditerranée qui a affrété un bateau, l'Aquarius, pour venir en aide aux migrants.

Mardi 13

Vernissage à 11h00 de l'expo Bauer

bauer

expo

... sans oublier les sculptures d'Alexandra Gatti dans le jardin de la Poudrière.

sirene

ma18

Avec « À core datu » présenté au concert de 18 h, A Filetta revient sur son parcours de 38 ans. En quatre périodes, on passe de l'appropriation du chant traditionnel encore disponible, au travers des collectages et de la mémoire des anciens, aux créations actuelles fécondées par les nombreuses rencontres du groupe : chants d'ailleurs (Sardaigne, Géorgie, Bulgarie, Albanie...) et personnalités (Bruno Coulais, Jean-Yves Lazennec, Orlando Forioso, Paolo Fresu...).

Pour zoomer/dézoomer, cliquer sur l'image
Usipolcru  Image

Image  Image 
A Filetta - Photos © Jean-Claude Casanova
Un exposé vivant et passionnant que l'on aurait aimé prolonger beaucoup plus longtemps. Mais le concert a commencé tard, et un autre concert se prépare pour 21h30 : la rencontre des traditions chrétienne, juive et musulmane au travers des voix magnifiques de Patrizia Bovi, Françoise Atlan et Fadia Tomb El-Hage.

ma21

« Voix sacrées, un Dieu, trois religions », tel est l'intitulé de ce beau projet. Les trois grandes religions monothéistes ont des sources communes, et elles ont naturellement des racines musicales communes. Soutenues par les percussions de Gabriele Miracle et l'oud de Peppe Frana, les trois chanteuses nous présentent une conversation mystique, un dialogue de trois voix se fondant parfois en une seule comme pour le Kyrie eleison chanté en rappel. Le programme alterne chants soufis (Ayyuhal Nas, Tala'a a'alaynal badru) ou maronites (Ya Khaliqual akwani, Abo Dkochto), chants de la tradition juive tirés du Cantique des cantiques (Dodi Yarad) ou de répertoires régionaux (Ay Madre), chants chrétiens des XIIe et XIIIe siècle (Ave generosa d'Hildegard von Bingen, Ex agone sanguinis) ou chants de la Passion des Pouilles ou de Corse (Stabat mater) ...
Trois voix, trois tessitures, trois techniques de chant différentes, unies pour délivrer un beau message de paix et de tolérance.

Pour zoomer/dézoomer, cliquer sur l'image
Image  Image

Image  Image

Image 
Photos © Jean-Claude Casanova

Avant cela, A Filetta avait ouvert ces Rencontres, dédiées à la mémoire de Lorcan Keyser, décédé accidentellement voici quelques jours, avec trois chants dont un extraordinaire Rex. Et avant d'introduire le concert, Jean-Claude Acquaviva lit un très beau texte de Primo Levi.

Mercredi 14

me18

C'est Diana Saliceti qui ouvre la journée du mercredi avec le concert de 18 h. Nous apprécions beaucoup cette jeune artiste de 28 ans (l'âge des Rencontres !) découverte l'an passé à Pigna. Son disque, Forse, passe très souvent sur mon lecteur. Elle a littéralement envoûté le public. Talent, charme, présence, elle a tout ! Des compositions très personnelles évoquant l'enfance, les chagrins d'amour, le village tant aimé, le père trop tôt disparu dans un bouleversant Forse et quelques nouveautés - un deuxième disque ne saurait tarder.

Pour zoomer/dézoomer, cliquer sur l'image
Image  Image   Image Image
Photos © Jean-Claude Casanova

me21

Changement d'atmosphère pour le concert de 21h30 intitulé "Dalmatica, de l'oral à l'écrit, chants liturgiques de l'Adriatique". Mais avant cela, A Filetta nous offre Ghmerto et deux extraits de Médée : U Casticu (en version courte, évidemment) et U Furore. Quel plaisir de réentendre ces magniques créations !
De l'arrière de l'autel retentissent les voix des chanteurs de Kantaduri. Nous avons ce soir deux ensembles, l'un féminin, Dialogos, composé de Katarina Livljanic, Clara Coutouly, Els Janssens Vanmuster et Aurore Tillac, l'autre masculin, Kantaduri, avec Stjepan Franetovic, Srecko Damjanovic, Nikola Damjanovic, Milivoj Rilov, Marko Rogosic sous la direction de Josko Caleta, pour une exploration du répertoire liturgique dalmate. On aurait pu craindre une soirée austère, elle fut au contraire passionnante et riche. De très belles voix (les voix d'hommes évoquant parfois les Géorgiens), et pour finir un poignant monologue de Judas au moment où il décide de se pendre. L'orage qui tonnait à l'extérieur répondait au chant inspiré de Katarina Livljanic ! Un magnifique concert.

Pour zoomer/dézoomer, cliquer sur l'image
Image  Image 
Clara Coutouly / Katerina Livljanic (Dialogos) - Photos © Jean-Claude Casanova
Image 
Kantaduri - Photo © Jean-Claude Casanova

Jeudi 15

je18

Le concert de 18 h commence presque à l'heure ! Encore une jeune chanteuse. Aujourd'hui c'est Anna Sato, originaire de l'île de Amami Oshima située au sud du Japon. Accompagnée d'un batteur de jazz, Toshiyuki Sasaki, elle chante le Shima-Uta, genre musical traditionnel de cette île. Après un temps d'adaptation à cette voix particulière, utilisant beaucoup le falsetto, on est pris par ce spectacle, fasciné par l'entente entre les deux interprètes, dont c'est le premier concert ensemble !

anna
Anna Sato - Photo © Jean-Claude Casanova

je21

Plus une place libre dans la Cathédrale pour le concert du soir dédié à Conversation(s), la rencontre entre A Filetta et Fadia Tomb El-Hage. D'autant que les caméras de Via Stella sont là pour capter le concert (la diffusion devrait intervenir en décembre de cette année). Téléphones éteints et photos strictement interdites, on le comprendra.

Image 
© Droits réservés

Après trois chants d'introduction (Benedictus, Nana et L'Anniversariu di Minetta) et un bel appel à la paix sous l'égide de Pessoa, Primo Levi et Aragon, les chanteurs d'A Filetta accueillent Fadia, vêtue pour cette occasion d'une magnifique robe rouge. Comme le dit Sidi Larbi Cherkaoui, initiateur de cette belle rencontre, "A Filetta, c'est un groupe polyphonique qui chante d'une seule voix, quant à Fadia, seule, elle chante comme tout un chœur. Lorsqu'on les écoute ensemble, on a l'impression d'entendre la planète tout entière." Je retiendrai particulièrement, pour les morceaux d'A Filetta, Le Lac complètement revisité par les mélismes de Fadia, Treblinka et U Sepolcru, bouleversants.

Image  Image
© Droits réservés

Vendredi 16

Rendez-vous chez Tao dès 15h pour le Salon de musique proposé par Franck Tenaille sur le thème des ports, des migrations et de leur rapport avec les musiques du monde. De Sète à Gênes en passant par Cartagena, Cuba et la Louisiane, un passionnant voyage dans l'espace et le temps, agrémenté d'exemples musicaux, montrant le rôle des échanges sur l'évolution et la naissance des genres musicaux.

Pour zoomer/dézoomer, cliquer sur l'image
Image 
Franck Tenaille chez Tao - Photo © Jean-Claude Casanova

ve18

Les mânes du sinistre général Franco ont peut-être frémi de colère à l'écoute de Ialma, quatre galiciennes de Bruxelles venues évoquer l'exode de leurs grands-parents. C'est en tout cas un beau parcours que celui de Veronica, Magali, Natalia et Marisol, et un retour aux sources puisque la Galice actuelle reconnaît leur travail. A signaler aussi les deux excellents musiciens qui les accompagnent, Maarten Decombel à la guitare et Jonathan De Neck à l'accordéon diatonique.

Pour zoomer/dézoomer, cliquer sur l'image
Image  Image  Image

Image  Image  Image  Image  Image 
Ialma - Photos © Jean-Claude Casanova

ve21

Après les traditionnels chants d'A Filetta (U Guardabanda, In ogni addiu et A Paghjella di l'impiccati), c'est la jeune syrienne Waed Bouhassoun qui présente son programme, composé de poèmes arabo-andalous des VIIe au XIIIe siècle et de poèmes contemporains. A cappella ou seulement accompagnée de son oud, elle évoque la Syrie de son enfance. Un très beau timbre de voix, une musique d'une beauté grave. Ce soir encore téléphones éteints et photos strictement interdites pour ne pas perturber l'interprète.

Samedi 17

Pas de déambulation dans la Citadelle cette année ; le thème de ce "Cantu à l'asgiu", ce sont les Confréries. Animés par Dominique Bianconi et Stéphane Serra, ces moments permettent de mieux comprendre le rôle des Confréries en Corse, tant sur le plan social que sur le plan musical. Les deux confréries de Calvi (St Antoine Abbé et St Erasme) étaient rejointes par la Cunfraternità di a pieve di a Serra. Et nous eûmes aussi quelques échantillons impressionnants de la piété napolitaine avec Francesco Viglietti.

Pour zoomer/dézoomer, cliquer sur l'image
Image   Image

Image   Image

Francesco Viglietti - Photos © Jean-Claude Casanova

sa18

Départ pour le grand nord à 18 h avec le concert de Ulla Pirttijärvi & Ulda. Cette chanteuse finlandaise, accompagnée de Marko Jouste (instruments à corde), de Janne Lappalainen (saxophones et flûtes) et de Janne Tuomi (percussions) interprète une musique trouvant sa source dans le chant traditionnel sami. Les Samis, également appelés « Lapons » en français, mais ils rejettent ce terme qu'ils jugent péjoratif, sont un peuple autochtone d'une zone qui couvre le nord de la Suède, de la Norvège et de la Finlande ainsi que la péninsule de Kola en Russie. Leur nom, Saami dans leur propre langue, est également parfois traduit par les termes « Sames », « Samés », « Sâmes » ou « Sami ». Les Sames sont un des plus grands groupes indigènes en Europe. Ce n'est pas un groupe ethnique mais un peuple parlant des langues d'origine finno-ougrienne. Une musique étonnante, le chant très guttural contrastant avec le son du saxophone et de l'oud.

Pour zoomer/dézoomer, cliquer sur l'image
Image  Image 
Ulla Pirttijärvi & Ulda - Photos © Jean-Claude Casanova

sa21

Un repas rapide mais excellent à la Voûte, puis en place pour les Calusgiule à l'ultimu qui cette année se déroulent dans la Cathédrale. En présence d'élus de la CTC (Gilles Simeoni et Jean-Christophe Angelini notamment), ce fut un final magnifique, lumineux.
Derrière l'autel retentit A l'alivetu d'A Filetta. Puis les six chanteuses de The Glas Vocal Ensemble remontent en chantant l'allée centrale. Anna Sato et Francesco Viglietti se répondent du haut des loges, Ulla Pirttijärvi chante deux morceaux. Le Glas Ensemble propose une alliance entre le folklore nordique et le chant bulgare dont les chanteuses sont passionnées. Ces six chanteuses ont une technique vocale phénoménale, une réelle présence scénique et beaucoup d'humour. En bref un concert très vivant et un succès mérité.
Enfin A Filetta revient pour clôturer ces 28es Rencontres avec un extrait de Nabuliò et pour finir un vibrant Sumiglia.
En conclusion de ces Rencontres, Jean-Claude Acquaviva cite Churchill : "On gagne sa vie avec ce que l'on reçoit, mais on la construit avec ce que l'on donne".

Pour zoomer/dézoomer, cliquer sur l'image
Image  Image  Image

Image  Image  Image 
The Glas Vocal Ensemble - Photos © Jean-Claude Casanova
Image  Image  Image 

Image  Image  Image 
Jonathan De Neck, Anna Sato et les participants au final - Photos © Jean-Claude Casanova

Une édition un peu particulière que cette édition 2016 : une situation sociale, économique, politique, culturelle tendue, pleine d'incertitudes, où le monde vacille, où la raison semble s'enfoncer peu à peu dans la crétinerie, l'ignorance et les sentiments exacerbés... Une situation qui justement rend ces Rencontres encore plus indispensables, en dépit des difficultés de tous ordres qui auraient pu conduire à une programmation au rabais. Il n'en a rien été, et encore une fois la grande qualité était au rendez-vous. Fait notable: c'était une édition presque exclusivement féminine !

Un immense merci à tous les bénévoles du Svegliu Calvese. Ne pouvant les citer tous, une mention particulière à Orlando, Claire, Michel, Thérèse, et bien sûr à Valérie et Dominique.

Rendez-vous à l'année prochaine (du 12 au 16 septembre 2017) !!!!

La galerie de mes photos des Rencontres 2016 est enfin en ligne !

Les Rencontres dans la presse

Du 12 au 17 septembre, XXVIIIèmes Rencontres Internationales de chants polyphoniques de Calvi

Corse Net Infos (Jean-Paul-Lottier) le 9 Septembre 2016

Moment très attendu des manifestations culturelles, les XXVIIIèmes Rencontres Internationales Polyphoniques de Calvi auront lieu du 12 au 17 septembre au cœur de la citadelle de Calvi

La question de savoir si ces Rencontres Polyphoniques de Calvi devaient avoir lieu s'est posée et ce pour plusieurs raisons. La première, désormais récurrente, c'est celle du domaine financier et la seconde, encore plus importante,  est elle directement liée à la situation actuelle dans le pays.
La réponse de l'équipe du Svegliu calvese, organisatrice de la manifestation est claire:
"Oui! Car cette année, plus que jamais, elles répondaient à un besoin, à une nécessité...Pour couvrir les voix de la Haine et de l'Ignorance, qui font si bon ménage!
Pour exalter la richesse de la diversité et de l'harmonie!".
Alors, que la fête commence.

Les Rencontres polyphoniques portent leurs chants en Balagne

Par Laetitia Martini--12 septembre 2016

af
Le groupe A Filetta, à l'initiative de cette manifestation, donnera le ton demain soir à partir de 18 heures.
Archives M.-S.A.

Les Rencontres de chants polyphoniques de Calvi reprennent leur souffle en s'inspirant de leur début. À partir de demain, et ce jusqu'au 17 septembre, des artistes venus des quatre coins du globe rencontreront leur public dans la cathédrale Saint-Jean-Baptiste.

Entre les remparts de la citadelle, des expositions, douze concerts et des dizaines d'artistes vont rythmer la microrégion. "Les événements sont regroupés sur un seul site cette année, ce qui, à l'évidence, nous permet de faire des économies substantielles en matière de personnels et de matériels techniques. Nous ne voulions pas risquer de mettre cette 28e édition en péril." Dominique Bianconi fait partie de la bande d'amis qui a lancé les premières Rencontres en 1988, avec le groupe A Filetta et l'association U Svegliu Calvese.

"Nous avons restreint le budget cette année, mais surtout pas la qualité de la programmation ni les exigences que nous avons apportées tout au long de ces années."

Vers de nouveaux horizons

Les temps forts ? L'équipe du festival est convaincue par ses dizaines d'invités. Mais pour cette saison, il y a une nouveauté. "Nous avons ouvert notre programmation au grand nord de l'Europe, c'est une première. Nous recevrons un groupe de Finlandais, Ulla Pirttijärvi & Ulda, représentant de la culture Sami, un peuple nomade de Scandinavie qui lutte pour préserver langue et autonomie culturelle, poursuit Dominique Bianconi, membre d'U Svegliu Calvese. Le groupe de chanteuses danoises, The glas vocal ensemble, entièrement a cappella, a recueilli les chants de plusieurs régions de Scandinavie. Elles ont demandé à des compositeurs contemporains de réaliser des arrangements et ce nouveau répertoire sera présenté à la fin du festival. "
Et parce que la musique est un langage universel, tous ces groupes viennent délivrer un message. Vendredi soir, une artiste syrienne, Waed Bou Hassoun, chantera seule avec son oud, un instrument traditionnel. "La musique qu'elle porte la lie à son pays."

"Elargir ce que l'on offre au public"

Une projection et des expostions viennent se mêler à la programmation musicale des Rencontres. Dès ce soir, Jean-Paul Mari présentera un long-métrage, Les migrants ne savent pas nager, réalisé avec Franck Dhelens. Pendant ce temps-là, dabs ube salle proche de l'entrée de la citadelle de Calvi, Bauer, dessinateur de presse, dévoilera ses dessions au public, tandis qu'Alexandra Gatti, peintre, sculpteur et photographe, déposera ses ouvres dans les jardins de la Poudrière. "Pour élargir ce que l'on offre au public, des photographes, locaux ou non, couvriront la manifestation et exposeront, chaque jour, les concerts de la veille", précise Dominique Bianconi.
De l'ïle de Beauté en passant par le Japon, la Scandinavie ou la Syrie, les Rencontres polyphoniques de Calvi ont trouvé, une fois de plus cette année, l'accord parfait entre culture et dépaysement.
Lætitia Martini


"Voix sacrées, un Dieu, trois religions" en ouvertures des Polyphonies internationales de Calvi

par Jean-Paul-Lottier, 14 Septembre 2016

Depuis mardi des remparts de la citadelle de Calvi résonnent à nouveau voix et musiques de ces XXVIIIèmes Rencontres polyphoniques. Une édition toute particulière dédiée à un jeune calvais Lorcan Keiser qui a récemment perdu la vie suite à une chute et dont la famille est très proche du Svegliu Calvese

jmc-mardi
REPORTAGE PHOTOS@Jean-Marie Colonna

Placées sous le signe de l’échange et du partage, les XXVIIIèmes Rencontres Internationales de Polyphonies de Calvi, organisées par l'association culturelle U Svegliu Calvese se sont ouvertes mardi soir en la cathédrale Saint Jean-Baptiste dans la citadelle de Calvi.
Des rencontres qui comme chaque année se sont ouvertes avec le groupe "A Filetta" véritable fil rouge et âme sacrée de ce festival.
 C'était aussi l'occasion pour le groupe de partager et d'enchanger avec le public à travers son projet  A Core Datu.  Cet illustré vivant et chantant sur près de 40 ans de carrière a fait voyager les auditeurs au cœur de la polyphonie. A Filetta est revenu sur son parcours riche d’expériences et de rencontres (cinéma, théâtre mais aussi danse contemporaine) qui ont nourri ses créations. Enthousiaste, le public a répondu présent (cette « rencontre » affichait complet ! ) à ce moment intimiste et privilégié avec le groupe.
Puis, à 21h30, "A Filetta" accueillait Patrizia Bovi, Françoise Atlan & Fadia Tomb El-Hage qui présentaient "Voix sacrées, un Dieu, trois religions", un programme alliant les traditions musicales et vocales des trois grandes religions monothéistes chrétienne, juive et musulmane.
Accompagnées de Peppe Frana et Gabriele Miracle, les trois chanteuses ont exploré la musique de la partie mystique de l’islam, celle de l’église maronite d’Orient et la tradition hébraïque séfarade.
Ce mercredi, à 18heures,  la soirée débutait  avec un concert très attendu, celui de la talentueuse auteur compositeur Diana Saliceti  qui puisait dans son dernier album "Forse" pour nous faire partager son univers musical qui nne laisse pas insensible.
Puis, à 21h30,  place aux chants liturgiques de l'Adriatique  avec  l'ensemble DIALOGOS  placé sous la direction de  Katarina Livljanic et celui de KANTADURI (Croatie)  dirigé par Joško Ćaleta Dalmatica, de l’oral à l’écrit,  

Les polyphonies de la tolérance à Calvi

Par Jean-Michel Ogier @Culturebox Rédacteur en chef adjoint de Culturebox

Mis à jour le 15/09/2016 à 17H46, publié le 15/09/2016 à 17H33

Les Rencontres Polyphoniques de Calvi accueillent jusqu'au 17 septembre des ensembles vocaux venus du monde entier. C'est la philosophie de ce rendez-vous devenu incontournable en plus de 20 ans d'existence. Le trio composé de Françoise Atlan, Fadia Tomb El-Hage et Patrizia Bovi a ému les spectateurs en unissant les chants juifs, musulmans et chrétiens dans une polyphonie de tolérance.

poly
Françoise Atlan et Fadia Tomb El-Hage, Patrizia Bovi © France 3 / Culturebox
Dès que l'on parle de polyphonies, ce sont celles de l'ïle de Beauté qui nous viennent immédiatement à l'esprit. Mais les polyphonies sont plurielles et pratiquées dans le monde entier. C'est pour cela que les Rencontres de Calvi ont reçu, en plus de 20 ans des Bulgares, des Géorgiens, des Amérindiens, des Inuits, des Tibétains, des Africains, des Indonésiens, des Néo-Calédoniens, des Réunionnais, des Syriens, des Marocains. C'est bien l'esprit de ces rencontres : s'ouvrir sur le monde et faire passer un message de fraternité et de tolérance.

Trois femmes, trois religions, un Dieu

Pour preuve, cette année Patrizia Bovi, Françoise Atlan et Fadia Tomb El-Hage, trois grandes voix de la Méditerranée étaient réunies sur scène pour célébrer les trois religions du Livre. Entre odes à la Vierge, hymnes juifs tirés du Cantique des Cantiques et chants soufis, le trio a fait passer un message de tolérance. Moments forts du concert : un "Kirye eleison" de la tradition chrétienne maronite chanté... en langue arabe et un chant soufi interprété par la chanteuse libanaise Fadia Tomb El-Hage, mi-catholique, mi-chrétienne orthodoxe.

"J'ai grandi et je vis à Beyrouth. On entendait toujours à 5 heures du matin le muezzin qui chante et ma mère qui chante très bien aimait chanter avec lui. Même si ce n'est pas ma religion, ça rentre dans l'oreille. "
Dans ce programme de voix sacrées, Fadia Tomb El-Hage reconnaît avoir appris des choses qui ne sont pas de sa culture religieuse. Elle s'est efforcée de représenter une religion qui n'est pas la sienne "de façon convaincante".

Pas si simple dans le contexte géopolitique actuel. Ce sont les pouvoirs qui rendent les choses difficiles confirme la chanteuse italienne Patrizia Bovi : "C'est le pouvoir qui nous empêche de nous rencontrer parce qu'au niveau du langage musical il y a plein de choses en commun". Et Patrizia d'ajouter : "La manière de louer Dieu dans les différentes religions utilise les mêmes mots."

Reportage : M. Graziani  / F. Fougere / J. Bernardini / V. Culioli


Les Polyphonies de la tolérance

paix

Rencontres de chants polyphoniques de Calvi : L'ensemble des participants pour un final exceptionnel

par Jean-Paul-Lottier, 16 Septembre 2016

Les XXVIIIèmes Rencontres internationales de chants polyphoniques organisées dans la citadelle de Calvi par U Svegliu Calvese connaissent chaque soir le succès. Demain, samedi, ce sera le final avec une programmation exceptionnelle

Comme annoncé, dan le cadre des 28èmes Rencontres de Chants Polyphoniques de Calvi, Diana Saliceti a présenté mercredi soir , son dernier album Forse, mercredi à 18h00 dans la Cathédrale Saint Jean Baptiste. Depuis son île, Diana Saliceti désire prendre racine sur la terre de ses anciens, tout en bâtissant des ponts la menant sur les pourtours de la Méditerranée. C’est ainsi que l’on retrouve dans sa voix des airs de tarentelle italiennes, de fado portugais ou encore d’incantations africaines. Une soirée bien engagée qui s'est poursuivie à 21h30 avec les les chanteurs d’A Filetta qui accueillaient l’ensemble Dialogos et Kantaduri.
Les chanteuses de Dialogos interprètent de précieuses mélodies conservées dans les manuscrits latins, provenant pour certains du monde monastique féminin. Les membres de Kantaduri, porteurs de la tradition orale de ces régions, leur font écho avec les mélodies glagolitiques créant ainsi une mosaïque sonore unique.
Hier, c'est un tout autre programme qui était proposé avec dès 18 heures la chanteuse japonnaise Anna Sato qui présentait son nouveau programme avec le percussionniste de jazz et leader de Nautilus, Toshiyuki Sasaki, en exclusivité pour les Rencontres de Chants Polyphoniques de Calvi.

Née et ayant grandi dans l’île de Amami-Oshima située au sud du Japon, Anna Sato chante le Shima-Uta, un genre musical propre à l’île d’Amami, dans une langue quasi disparue, le Kyo-kotoba. Considéré désormais comme un dialecte, il conserve une élégance et un raffinement qui l’allie parfaitement au Shima-Uta. Anna Sato a ainsi donné à son spectacle une couleur résolument traditionnelle.

À 21h30, c'est le groupe A Filetta présentait Conversation(s) avec la chanteuse libanaise Fadia Tomb-El Hage. Réunis pour la première fois par le chorégraphe Sidi Larbi Cherkaoui pour son spectacle Puz/zle présenté en Avignon en 2012, c’est à la demande du festival Île-de-France, édition 2013, que les artistes ont imaginé cette version concert.

Le chant a cappella y apparaît dans toute sa pureté. Chants profanes ou sacrés, interprétés en corse, en arabe ou en syriaque, ils font se rejoindre deux univers et deux traditions musicales dont l’osmose résulte d’une grande écoute et d’une parfaite complémentarité entre les interprètes.
Si chacun d’entre eux garde sa spécificité, ces conversations ouvrent des espaces imaginaires qui doucement se dessinent à travers les mélismes des voix et la fusion des timbres.
De cette rencontre naissent une symbiose unique, une polyphonie limpide, une harmonie intemporelle et poétique rassemblant dans un même élan répertoires corse et oriental.
A noter que ce concert qui affichait complet a fait l’objet d’une captation par les caméras de France 3 Corse Via Stella.
Ce vendredi, au programme à 18 heures Ialma 'Galice) et à 21h20Waed Bou Hassoun (Syrie)

Le public des polyphonies de Calvi sous le charme de Waed Bouhassoum


par Jean-Paul-Lottier, 17 Septembre 2016

A la veille de la clôture des ces XXVIIIèmes Rencontres internationales de polyphonies à Calvi, la chanteuse syrienne Waed Bouhassoum était vendredi soir en la cathédrale Saint-Jean Baptiste de Calvi pour un concert exceptionnel

Le rideau va tomber ce samedi soir sur ces XXVIIIèmes Rencontres internationales de polyphonies à Calvi  après une ultime journée et une soirée où l'émotion sera à n'en pas douter au rendez-vous.
Vendredi soir, malgré une météo chagrine, le public était encore là pour assister au concert dce la chanteuse syrienne Waed Bouhassoun dont la renommée est immense.
Arrivée en France en 2006, aujourd'hui installée à Paris, Waed Bouhassoum est une oudiste et chanteuse de grand talent, dotée d'un timbre de  voix  d'une qualité rare, qui la classe aux côtés des grands noms de la chanson arabe des années trente. dont elle s'inspire de leur répertoire.
Auparavant, un peu plus tôt dans la soirée, c'est l'ensemble Ialma Camino qui a fait vibrer le public. Les quatre Galiciennes du groupe  chantent, jouent et dansent leur région à la perfection.
Dans l'après-midi, le journaliste spécialiste de musique Franck Tenaille invitait le public à un salon de musique, véritable voyage à travers le monde.

plient

Un final de toute beauté pour les XXVIIIe Rencontres internationales de Polyphonies à Calvi

Par Jean-Paul-Lottier, 18 Septembre 2016

Le rideau est tombé samedi soir dans la citadelle de Calvi sur ces XXVIIIe Rencontres internationales de polyphonies. Une édition 2016 que chacun aura apprécié tant pour la qualité des concerts que pour la diversité des chants et musiques du monde entier

final
© Jean-Marie Colonna

Hier soir, une nouvelle fois, la citadelle de Calvi s'est embrasée pour ce finale des 28e Rencontres internationales de chants polyphoniques proposées par l'association culturelle U Svegliu Calvese" avec  le concours du Groupe A Filetta, véritable fil rouge de ces rencontres.
Une ultime soirée saisie par l'objectif du photographe officiel de ces rencontres, Jean-Marie Colonna qui nous fait partager ce moment magique.

Pour zoomer/dézoomer, cliquer sur l'image
gal1159  gal1159  gal1159  gal1159   gal1159

gal1159   gal1159  gal1159   gal1159  gal1159

© Photos Jean-Marie Colonna

Source : Corse Net Infos

Les photos de Jean-Marie Colonna

waed
Waed Bouhassoun - © Jean-Marie Colonna
dialogos

gal770

gal771

gal772

Dialogos - © Jean-Marie Colonna
gal528

gal529

gal531
Ialma - © Jean-Marie Colonna


gal767

gal769
Diana Saliceti - © Jean-Marie Colonna


gal773

gal774

gal775

gal776

gal777
Anna Sato - © Jean-Marie Colonna
gal778

gal779

gal780
A Filetta & Fadia Tomb El Hage - © Jean-Marie Colonna

Et les photos de Silvio Siciliano

Pour zoomer/dézoomer, cliquer sur l'image
silv1  silv2  silv3
Projection du film "Les migrants ne savent pas nager"
silv4  silv5
A Filetta / Françoise Atlan, Fadia Tomb El Hage et Patrizia Bovi
silv6  silv7  silv8  silv9   silv10  silv11
A Filetta
silv12  silv12
Françoise Atlan, Fadia Tomb El Hage et Patrizia Bovi / A Filetta
silv13  silv14
Fadia Tomb El Hage / Patrizia Bovi
silv16  silv16

silv15  silv17

silv21

silv18

silv19  silv20
Diana Saliceti
silv22

silv23  silv24  silv25  silv26  silv27

silv29  silv31

silv32  silv33  silv34 
Anna Sato
silv36  silv37
A Filetta & Fadia Tomb El Hage
silv35  silv38  silv39

silv40  silv41 silv64

silv43  silv42  silv44
Ialma
silv45  silv47

silv46 

silv48  silv49

silv50

silv51  silv52  silv54

silv53  silv55  silv56  silv57  silv61

silv66  silv59  silv64

silv62  silv58

silv63  silv65

silv60 

Et enfin le clip signé Laurent Billard !

 

Et aussi des extraits de concerts :

Extrait du concert: "Voix sacrées Un Dieu, trois religions" avec Patrizia Bovi, Fran├žoise Atlan et Fadia Tom El-Hage accompagnées par Peppe Frana et Gabriele Miracle

Diana Saliceti :

Kantaduri :

Dialogos :

Anna Sato :

Extrait du concert du groupe Ialma :

Extrait du concert de Waed BouHassoun ( Syrie)

Ulla Pirttijärvi & Ulda: Lumières nordiques dans le ciel du Sud

 

The Glas Vocal Ensemble :


Calendrier perpétuel des Rencontres

(merci à Max pour ses explications)

 

 

 

 

 

separateur

Haut de page   Accueil     Page précédente  En savoir plus   Mentions légales

Corsicamania, l'annuaire des sites corses

Valid XHTML 1.0 Strict