Concerti :
Compte-rendus et photos de concerts - Année 2012

Dernière mise à jour : 22/08/2019

Musique/Concerts/2012

Sur cette page, concerts de : 

Arapà (Calvi 22 juin 2012)

Barbara Furtuna à Carnegie Hall (mars 2012)
Barbara Furtuna/Constantinople (février 2012)
U Celu à Calvi 2012
U Fiatu Muntese (juin 2012)
Madricale à Rapaghju (juil. 2012)
Madrigalesca à Monticello 2012
Francine Massiani à Calenzana 2012
Francine Massiani à Migliacciaru 2012
Francine Massiani in cantu 2012
I Muvrini (12/12/2012)
Soledonna au Festival du Vent 2012

Rappelons que les annonces de concert sont en page "Agenda".

Et que la liste des vidéos est ici.

Quilapayún à Bocognano

quilapayun

Francine Massiani à Migliacciaru

francine

Francine Massiani à Corti

 

francine

 

Soledonna au Festival du Vent 2012

soledonna
Photo Paul Parenti
paul
Paul Parenti avec Patrizia Gattaceca, Patrizia Poli et Lydia Poli

Madricale à Rapaghju

madricaleaa

Septembre 2012 : quelques concerts en Balagne

Jeudi 6 septembre : Madrigalesca et Elisabeth Joye

L'église Saint-Charles de Monticello accueillait Madrigalesca (C. Graziani, Anne-Lise Herrera, Anne Pellegrini, Nicole Casalonga) et Elisabeth Joye, orgue.
Anne-Lise avait pour l'occasion abandonné son violoncelle et nous l'avons découverte chanteuse, avec grand plaisir. Quelques compositions de Girolamo Frescobaldi : Toccata Nonna, Inno della Domenica, en alternance avec le Magnificat de la pieve d'Olmia, Aria detta La frescobalda. Ecco Bella, madrigale de Tagliu.
Due Ricercare de Girolamo Diruta, en alternance avec le beau Stabat Mater de Corbara, puis Canzona La Marca de Tarquinio Merula, Imprestami le to ale de Domenico Zipoli, Inno Ave Maris Stella en alternance avec l'Ave Maris Stella de Rusiu, Capriccio cromatico de Claudio Merulo et pour finir Ad Amore et Variations sopra la Folia di Spagna.
Les musiciennes reviennent pour un rappel (le Stabat Mater), puis Nicole fait chanter le public, et le résultat est tout à fait honorable !
Un très joli concert qui nous a égalementfait découvrir cette chapelle de la Confrérie San Carlu, qui abrite un bel orgue italo-corse ainsi qu'une œuvre de Giacomo Grandi, fondateur de "L'Ecole de Monticello".

Mercredi 5 septembre : U Celu à Calvi

Le concert débute avec "Corsica nostra" de Canta U Populu Corsu. Après cette introduction vigoureuse, U Celu fait découvrir au public venu très nombreux un aperçu de la tradition musicale corse; le madrigale Eramu in campu, une paghjella, Fiore, un chant sacré : l'Introitu Salve Sancta Parens. Puis c'est Sò elli de l'Arcusgi, devenu l'hymne des supporters du SCB, puis de nouveau des paghjelle : U Versu di Tirrivola, A Biasgina, Imprestami le to Ale, un Agnus Dei et un Sanctus. Puis vient l'Alcudina de Francescu Bianconi avec une conclusion surprenante. Viennent ensuite quelques créations du regretté Dédé Nobili : Van Gogh, U celu di Balagna, un chant plein d'émotion sur la guerre de 14-18, Le Chemin des Dames, et enfin Mediterraniu. Après le rappel, le groupe termine le concert par un vibrant Diu vi salvi Regina chanté au milieu de la nef. Un disque est prêt, juste retardé par des problèmes administratifs. Nous l'attendons avec impatience !

Femin'arte

feminarte

Les Rencontres de Calenzana

20/08/2012

calenzana

19/08/2012

calenzana

Stéphane Casalta à L'Île-Rousse

ste

ste
Photo : Gerda Kühn

Patrizia Poli

patrizia

Thomas Dutronc à Erbalunga

dutronc

2e quinzaine de juin 2012 : quelques concerts en Balagne

21 juin : Fête de la musique à Calenzana

C'est à Calenzana que nous avons choisi de nous rendre pour la fête de la musique, car Francine Massiani s'y produisait. Et nous n'avons pas été déçus. Un concert parfait, tant du point de vue de la présence scénique, de l'interprétation que des accompagnateurs, tous excellents.

francine

Mais la soirée n'était pas finie : " Soul Sounds" se produisait à la suite. Mené par Louise Grisoni, ce groupe se spécialise dans le jazz-R'nB avec beaucoup de compositions originales. La chanteuse, bastiaise d'origine écossaise (!), a une présence et une voix extraordinaires. Les musiciens : Georges Lucchesi (ts, as), Sébastien Mazzoni (kb), Christophe Pieri (b) et Gérard Pianelli (d) excellents, avec une mention particulière au saxophoniste et au bassiste. Nous nous sommes régalés.

soul

22 juin : U Fiatu Muntese à Pigna

Les familiers de l'invitu le savent, nous avons un faible pour U Fiatu Muntese. L'auditorium de Pigna était plein et le groupe de Balagne nous a offert une longue prestation où compositions originales (A Pasquale Paoli, L'Ave Maria, Karma, Cunoscu batelli, Caminu, Cristu, Nelson Mandela...) alternaient avec des paghjelle (Kyrie d'Ascu, A Violetta) et quelques reprises très originales : Mal cunciliu de Jean-Paul Poletti et surtout l'extraordinaire Lamentu d'Antoninu l'Ulmisgianu réharmonisé en polyphonie sur le mode géorgien. S oulignons la longueur du concert (pas loin de 20 morceaux) et la grande maîtrise du groue, tant sur le plan vocal qu'instrumental. Un grand BRAVO !

fiatu


22 juin : Arapà à Calvi

C'est Paul qui assistait au concert que donnait le groupe Arapà à Calvi puisque nous étions à Pigna ce soir-là. Un très bon concert par de très bons chanteurs et musiciens selon notre ami. Nous éspérons les voir une prochaine fois.

arapa

arapa

Photos : Paul Parenti

29 juin : U Fiatu Muntese à Ile-Rousse

Une semaine après Pigna, U Fiatu Muntese nous a offert un concert très différent puisque uniquement composé de polyphonies. Le groupe était réduit à 5 membres pour l'occasion, les deux "gratteurs" étant de repos. Malgré la chaleur, nous n'avons pas vu le temps passer tellement les chants étaient prenants, en particulier un Miserere, une création récente, Cristu, et surtout l'étonnant Lamentu d'Antoninu, déjà entendu la semaine précédente. Le groupe a également repris - à notre plus grand plaisir - A Paghjella di l'Impiccati d'A Filetta, L'Anniversariu di Minetta de Tavagna et la Nana géorgienne popularisée par A Filetta avant de donner en 3e rappel un vibrant Diu vi salvi regina.

fiatu

Suite et fin du cycle "Méditerranée" Salle Pleyel

a

Méditerranée VI - Esperanza Fernández - Mohamed Bajeddoub

Maroc - Andalousie

dimanche 03/06 2012 16:00

  • Esperanza Fernández et ses musiciens
  • Esperanza Fernández : chant flamenco
  • Salvador Gutiérrez : guitare
  • Jorge Pérez : percussions
  • Jose Manuel Fernández : percussions
  • Mohamed Bajeddoub et son ensemble Chabab Al Andalous
  • Mohamed Bajeddoub : chant
  • Taha Piro : violon
  • Abdelali Roudani : violoncelle
  • Tarik El Hassouni : alto
  • Mohamed Fehd Ronda : luth
  • Khalid Frej : derbouka
  • Mohamed Amine Debbi : percussion (tar) et direction musicale
Programme
  • Première Partie: Esperanza Fernández et ses musiciens
  • Entracte
  • Deuxième Partie: Mohamed Bajeddoub et son ensemble Chabab Al Andalous

Les flots qui séparent Maroc et Andalousie n’ont jamais vraiment existé. Au Moyen Âge, l’art musical qui s’épanouit de Damas à Cordoue fut celui d’une extraordinaire synthèse d’idées et d’influences entre Orient et Occident. Le cante flamenco, avec sa force émotionnelle, se rapproche de l’extase recherchée dans le tarab de la musique arabe. Ce flamenco est plus que dans le sang d’Esperanza Fernández qui a toujours su ébranler le cante orthodoxe de sa voix si personnelle. De son côté, Mohamed Bajeddoub et son ensemble Chabab Al Andalous perpétuent l’antique coutume arabo-andalouse de Rabat. Une soirée carrefour comme pour mieux constater l’évidente filiation musicale entre Maroc et Andalousie.

La suite du cycle "Méditerranée" Salle Pleyel

La Salle Pleyel continue ses explorations des musiques méditerranéennes. Dimanche, cap sur le Proche-Orient, avec le chant judéo-espagnol de Françoise Atlan et Mohamed Briouel, l'oud du Trio Joubran et les psaumes et cantiques de sœur Marie Keyrouz.

Et le lendemain, changement radical avec une rencontre étonnante entre Paolo Fresu et le pionnier de l'électro-jazz (ou nu-jazz), le trompettiste norvégien Niels Petter Molvaer!

LUNDI 16 AVRIL 2012 : Méditerranée V
Paolo Fresu / Nils Petter Molvaer, / Manu Katché/ Jim Watson

Paolo Fresu, trompette
Nils Petter Molvaer, trompette, machines
Manu Katché, batterie
Jim Watson, orgue Hammond

Comme l'explique Manu Katché en ouverture du concert, cette réunion des deux trompettistes et du batteur vit le jour lors de l’édition 2010 du Festival International de Jazz de Montréal. Paolo Fresu s’était vu proposer une série de trois concerts pour trois formations différentes. Après un duo avec le pianiste cubain Omar Sosa puis une rencontre avec le guitariste américain Ralph Towner, il organise une rencontre a priori complètement folle avec un autre trompettiste (Molvaer) et un batteur (Katché) !

Paolo Fresu est certes familier des rencontres en tous genres, comme en témoigne sa discographie abondante. On connaît ses collaborations récentes avec Omar Sosa, A Filetta, Daniele di Bonaventura, Uri Caine et tant d'autres. De son côté, Nils Petter Molvaer aime visiblement les percussions, électroniques ou non, et il ne faut pas s'étonner de retrouver Manu Katché en pareille compagnie. Ajoutons que les deux trompettistes sont des enfants de Miles Davis. On s'en rendra compte tout au long de la soirée, tant la musique entendue évoque le Miles électrique de la fin des années 70. Nos deux souffleurs créent des climats tantôt éthérés, tantôt torrides, les effets électroniques et les tambours de Manu Katché créant un groove profond. Pas de virtuosité gratuite mais un travail sur le son, les climats, avec la pulsation de la batterie et de l'électronique et le soutien de l'orgue Hammond de Jim Watson. Sans que cela ressemble jamais à un plagiat, j'ai pensé souvent aux concerts de Miles, notamment à Agharta, les trompettistes jouant parfois comme des guitaristes électriques et l'organiste comme la basse de Michael Henderson ! Encore une fois, il ne s'agit que d'une évocation, jamais ces créateurs ne tombant dans l'imitation. Quand je pense que Paolo, très inspiré, on le sait, par Miles Davis, déclarait dans son autobiographe être moins attiré par sa période électrique...

DIMANCHE 15 AVRIL 2012 : Méditerranée IV - Proche-Orient

Première partie: Françoise Atlan, chant judéo-espagnol / Mohamed Briouel et son ensemble

  • Françoise Atlan : chant
  • Mohamed Briouel : chef d'orchestre, alto
  • Mohammed Arabi Gharnati : violon
  • Mostafa Amri : alto
  • Berrada Driss : luth
  • Aziz Alami Chentoufi : taar
  • Abdesslam Amri : derbouka

Seconde partie: Le trio Joubran, oud/ Youssef Hbeisch, percussions

  • Samir Joubran : oud
  • Wissam Joubran : oud
  • Adnan Joubran : oud
  • Youssef Hbeisch : percussions

Troisième partie: Sœur Marie Keyrouz / Ensemble de la Paix: Psaumes et Cantiques de l'Orient

  • Sœur Marie Keyrouz : chant
  • Elie Maalouf : piano
  • Georges Yammine : violon
  • Jasser Haj Youssef : violon
  • Osama Hantira : violon
  • Nassib Ahmadieh : violoncelle
  • Salah Mohamed : qanun
  • Yassine Ayari : nay
  • Issa Murad : ud
  • Emek Evci : contrebasse
  • Nicolas Ghattas : percussions
  • Abdo Haydamous : chœur
  • Adham Chalhoub : chœur
  • Fadi Makhlouf : chœur
  • Jihad Boukaram : chœur
  • Joe Abinader : chœur
  • Pierre Abdeljalil : chœur
  • Walid Abou Jaoudé : chœur

Un très beau programme pour ce quatrième concert du cycle Méditerranée. Un voyage musical entre Andalousie, Maroc, Algérie, Tunisie, Palestine, Liban, de l'école marocaine andalouse illustrée par Françouse Atlan à la musique arabe classique proposée par le Trio Joubran et aux cantiques de l'Orient de sœur Marie Keyrouz.

Françoise Atlan, tout d'abord, présente avec Mohamed Briouel les fruits d'un long travail sur les musiques de tradition judéo-arabe. Et le moindre des plaisirs ne fut pas d'entendre espagnol, hébreu et arabe cohabiter au cours d'un même concert. A la belle époque d'Al-Andalus, les cultures maure, hispanique, arabe, chrétienne et juive vivaient en harmonie et la voix magnifique de Françoise Atlan fait revivre cette période.

L'oud est l'instrument roi de la musique arabe et Samir, Wissam et Adnan en sont des virtuoses que nous avions découverts aux Rencontres de Calvi. Et le percussionniste Yousef Hbeisch est excellent aussi. Une musique envoûtante, magnifique, et un tonnerre d'applaudissements pour les quatre musiciens.

Après ce début de soirée sensationnel, la tâche était rude pour Sœur Marie Keyrouz et l'Ensemble de la paix. Trop rude ? Je dois avouer que j'ai été déçu par sa prestation et surpris par l'orchestration, à mon sens inadéquate. La cohabitation d'un piano, de violons et d'instruments orientaux (qanun, nay, oud...) m'a paru artificielle. D'ailleurs de nombreux spectateurs sont partis avant la fin. Sur l'ensemble de la prestation, seulement deux morceaux m'ont semblé réussis. Bref, je me suis un peu ennuyé, mais globalement ce fut une excellente soirée, avec plus de 3 heures de musique. Et l'acoustique était cette fois excellente.


Barbara Furtuna en concert jeudi au Carnegie Hall

bf

Par J.M.R.
Publié sur Corse-Matin (http://www.corsematin.com) le 14/03/2012

Le 25 février dernier, la salle Pleyel à Paris proposait un concert dans le cadre de son cycle sur la Méditerranée. Au programme, Canti di a Terra, création des ensembles Barbara Furtuna et Constantinople (Canada-Iran) devant une salle comble attirée par l'originalité de ce répertoire entre musique traditionnelle et musique savante de Perse mais aussi créations contemporaines. Dans le droit fil de ce répertoire, le quatuor corse se produit demain, à New York cette fois-ci, sur la scène du célèbre Carnegie Hall, qui a accueilli les plus grands artistes de la planète, des Beatles en passant par Edith Piaf.

À l'affiche, le Via Crucis créé à l'initiative de Christina Pluhar, directrice de l'ensemble L'Arpeggiata.

Avec le contre-ténor Philippe Jaroussky

Un spectacle qui mêle, avec une subtile richesse mélodique et vocale, quelques-unes des plus belles partitions du baroque (Merula, Ferrari, Cazzati et Monteverdi) avec des chants populaires d'Italie et de Corse autour de la Passion latine.

Ce répertoire a fait l'objet d'un album, sorti en 2010 chez Virgin Classics, avec notamment le phénoménal contre-ténor Philippe Jaroussky et la sublime soprano Nuria Rial. Un disque récompensé notamment par un International classical music award en 2011.

Le spectacle a beaucoup été joué ces dernières années, en France, en Espagne, en Suisse, en Allemagne, en Pologne ou encore aux Pays-Bas. Après New York, on retrouvera Barbara Furtuna au non moins célèbre Konzerthaus de Berlin au mois d'avril, mais aussi à Courtrai et Mechelen en Belgique, à Cremona (Italie), Dresde et Dortmund (Allemagne) au mois de mai, avant un retour en France cet été.

Depuis une dizaine d'années, Barbara Furtuna est lui-même présent sur la scène internationale, en Europe, en Amérique du Nord, ou en Australie, multipliant des scènes prestigieuses aussi bien en solo qu'à travers des collaborations inattendues. Au total, cinq cents concerts dans vingt pays différents.

Le quatuor polyphonique, composé de Maxime Merlandi, Jean-Pierre Marchetti, André Dominici et Jean-Philippe Guissani, est devenu un des ambassadeurs les plus prisés de la culture traditionnelle corse. Au fil des années, il a su démontrer qu'il ne se laissait pas enfermer dans un registre unique et que la musique d'essence traditionnelle garde intacte sa capacité de surprendre et d'émouvoir.

Les voix sont magnifiques, le répertoire éclectique, liturgique et profane, à la fois hérité du passé et riche en créations. Des chants qui reflètent l'âme corse sans jamais céder aux affres de la mélancolie larmoyante.

Un concert à guichets fermés

À New York, il sera donc accompagné par l'ensemble L'Arpeggiata, des musiciens classiques sur instruments anciens emmenés par la harpe magique de Christina Pluhar.

Un concert qui affiche complet depuis plusieurs mois déjà sur l'une des plus prestigieuses salles du monde.

Dans le bel itinéraire de Barbara Furtuna, cette représentation sera à marquer d'une pierre blanche, pour ne pas dire d'une croix. Les Corses de la mégapole américaine se sont sans doute mobilisés pour faire entendre eux aussi... leurs voix. Quitte à contrarier un peu Rousseau, la Corse n'étonne plus seulement l'Europe.

bf
Dans leur fief d'Olmeta-di-Tuda, la formation polyphonique corse se prépare...

carnegie

carnegie
Source : Corse Matin du 25 mars 2012

Méditerranée 3 Salle Pleyel - 25 février 2012



pleyel
Salle Pleyel

Méditerranée 3
Corse - Sardaigne

paolo
Paolo Fresu - © Roberto Chiovitti

 


 

 

 

 

 

Première partie : Canti di a Terra
* Ensemble Constantinople
* Quatuor vocal Barbara Furtuna

Seconde partie : Mistico Mediterraneo

* Ensemble vocal A Filetta
* Paolo Fresu : trompette, bugle
* Daniele Di Bonaventura : bandonéon

Nous attendions cette soirée du 25 février avec une très grande impatience à laquelle n'était pas étrangère la perspective de revoir Mistico Mediterraneo dans la prestigieuse Salle Pleyel. Les quelque 2000 personnes présentes ont réservé une accueil enthousiaste aux deux concerts.

Canti di a Terra, d'abord. C'était pour nous la première fois que nous entendions la rencontre de Barbara Furtuna et de l'Ensemble Constantinople. Cet ensemble s’inspire à la fois des traditions des musiques du Moyen Âge et de la Renaissance et de celles de la Méditerranée et de l’Orient.
Depuis sa fondation à Montréal en 2001, Constantinople est présent sur de nombreuses scènes internationales tant de musique classique que de musique du monde, l’ensemble ayant signé des collaborations avec des artistes réputés comme Françoise Atlan, Anne Azéma, l’ensemble grec En Chordais et la chanteuse libanaise Ghada Shbeir.

constantinople

Ziya Tabassian, Kiya Tabassian et Pierre-Yves Martel

Et cette rencontre a priori improbable entre la musique persane et la polyphonie corse est une vraie réussite. Il est vrai que la polyphonie se marie beaucoup mieux avec l'expression modale qu'avec les accords de guitare. C'est une évidence ici, le son du setâr et de la viole de gambe ponctués de percussions orientales conviennent parfaitement aux voix corses de nos quatre amis. Le grand respect réciproque entre musiciens et chanteurs est palpable, et le seul regret est la durée trop courte de ce concert. Ajoutons qu'il nous a permis d'entendre en solo la voix de Jean-Pierre Marchetti dans un magnifique Ad Amore, et un surprenant échange entre Maxime Merlandi et Kiya Tanassian dans un émouvant Lamentu di Cursichella.

Après l'entracte, changement de climat avec Mistico Mediterraneo. Encore une belle rencontre entre les sept membres d'A Filetta, le bugle de Paolo Fresu et le bandonéon de Daniele Di Bonaventura. Nous avons entendu grosso modo le répertoire du CD paru il y a tout juste un an chez ECM (Rex, Liberata, Da tè à mè, Corale, Le Lac, Figliolu d'ella, U Sipolcru, Gloria, plus le Ùn nu a sò de Pessoassion) et deux purs joyaux : le Litania de Daniele et en rappel un Meditate très swinguant ! Là encore, une rencontre miraculeuse et pas gagnée d'avance quand on connaît la réticence du groupe vis-à-vis des instruments. Mais, comme le fait remarquer Jean-Claude Acquaviva citant René Char : "Ce qui vient au monde pour ne rien troubler ne mérite ni égards ni patience".

Un dernier mot sur les conditions d'écoute : placés aux premiers rangs de l'orchestre, nous avons trouvé la sonorisation excellente (avec peut-être un léger déséquilbre en défaveur du côté de Daniele et Paul). Mais tous les spectateurs placés au balcon ont déploré un son "confus, brouillé, avec une trompette trop forte et les voix parfois inaudibles". Dommage car d'ordinaire l'acoustique est excellente en tout point de la salle....

Coup de soleil

Source : "M Magazine"
Concert. Soirée Méditerranée – P. La.

mistico
Photo Ph. Boccalini

Dans le cadre de sa série de concerts siglés "Méditerranée", la Salle Pleyel consacre une soirée à la polyphonie corse conversant avec d'autres langages, en compagnie d'interprètes créateurs de haut niveau, friands d'ouverture et de ce qu'il est convenu d'appeler transversalité. D'abord, le quatuor vocal Barbara Furtuna dialoguera avec l'Ensemble Constantinople, entre chant corse et musique persane. Ensuite, le trompettiste sarde Paolo Fresu, les stars de la polyphonie corse A Filetta (photo), et le bandonéiste italien Daniele Di Bonaventura reprendront sur scène le projet Mistico Mediterraneo, paru en 2011 sous le label ECM. Histoire de mémoire et de futur entremêlés, cette proposition se savoure comme le fruit d'une édifiante liberté d'expression, un mystérieux voyage. A noter que Paolo Fresu rejouera à Paris, le 3 mars, au Café de la Danse, pour présenter, avec le pianiste cubain Omar Sosa, leur superbe album conjoint, sorti récemment, Alma (Tuk Music).



separateur

haut de page     accueil    page précédente


Les pages "musique" sont organisées comme suit :

Le chant corse

Les pages consacrées à A Filetta :

A Filetta : témoignages 

Actualité et archives

Chants : les textes des chants

Concerts avant 2006

Concerts 2006

Concerts 2007

Concerts 2008

Concerts 2009

Concerts 2010

Concerts 2011

Concerts 2012

Concerts 2013

Concerts 2014

Concerts 2015

Concerts 2016

Concerts 2017

Concerts 2018

Concerts 2019

Discographie : tous les disques en détail

Repères chronologiques : A Filetta de 1978 à aujourd'hui

Parole : Les mots d'A Filetta (interviews, entretiens…)

Galerie photo

sans oublier mon livre sur A Filetta !

Les pages consacrées aux concerts du groupe L'Alba 

Les pages consacrées aux groupes et chanteurs corses

Les pages consacrées aux paroles des chants corses :

- page "chants d'A Filetta",

- chants corses d'hier

- chants corses d'aujourd'hui

Les compte-rendus de concerts ; les concerts du groupe L'Alba sont ici.

Les pages consacrées aux Rencontres polyphoniques de Calvi :

Les invités des Rencontres (tous les artistes y ayant participé au moins une fois)

Le jazz et la page consacrée à Paolo Fresu

Les annonces et compte-rendus de concerts de jazz

Les musiques du monde

L'opéra, la musique baroque, etc.

Les inclassables

Les vidéos

Et enfin, ma sélection de disques du mois.


Corsicamania, l'annuaire des sites corses

Valid XHTML 1.1