U Svegliu Calvese
et les Rencontres Polyphoniques de Calvi

Année 2020

Dernière mise à jour du site : 22/10/2020

Vous êtes ici : Musique/Chant corse/Rencontres polyphoniques/2020
32èmes Rencontres de Chants Polyphoniques de Calvi
15 au 19 septembre 2020

À l'iniziu c'era a voce

  

 

U SVEGLIU CALVESE
La Poudrière / Citadelle
20260 CALVI

Tél : 04 95 65 23 57
Fax : 04 95 65 41 54
Mail : svegliu@gmail.com

J’adhère à U Svegliu Calvese !

(voir ici)

affiche2020

31/08/2020

Le programme des XXXIIèmes Rencontres de Chants Polyphoniques de Calvi
14 - 15 - 16 - 17 - 18 - 19 septembre 2020 - Citadelle

31 août : Le voici, le programme tant attendu des 32èmes Rencontres de Chants Polyphoniques de Calvi!

Nous vous l'avions promis : le voilà !

Voilà le programme, comme nous l'aimons : riche, varié, original voire audacieux !
Il va nous donner l'occasion de nous revoir, ou de nous voir, enfin, tout simplement l'occasion de nous rencontrer...
Cette 32ème édition restera une édition particulière, celle où nous serons soumis, les uns et les autres, à des contraintes auxquelles nous ne sommes pas habitués !
Vous les trouverez énoncées ci-après : prenez-les comme un pacte de confiance mutuelle, que nous mettrons en œuvre pour que la fête demeure :

  • - Autant que faire se peut, le nombre de spectateurs étant réduit, pensez à réserver vos places ;
  • - A la billetterie, le port du masque est obligatoire ;
  • - Dans les files d’attente, nous vous demandons de respecter le marquage au sol ;
  • - A l’intérieur des lieux de concerts le port du masque est obligatoire ;
  • - Avant et après les concerts, suivez attentivement les consignes qui vous seront données par le personnel de salle ;
  • - Respectez les marquages au sol qui vous permettront de vous déplacer à l’intérieur des lieux de concert.De notre côté, nous mettrons à votre disposition du gel hydro-alcoolique, nous désinfecterons les sièges et nous aèrerons les lieux entre chaque concert.

Bons concerts à tous !

Lundi 14 21h30 Parvis de la cathédrale IMMURTALI (Korsika) Une pièce chorégraphique pour 4 danseurs présentée par le Collectif 1+1 inspirée par les photos de CastaLibre - Armand Luciani

Mardi 15

18h Cathédrale PIADAS
Sur les traces des géants ... de la poésie : de Pécout à ceux qu’il invite au voyage
Dins leis piadas dei gigants
  21h30 Cathédrale LE CRI DU CAIRE
Du chant soufi au slam
Mercredi 16 11h Oratoire LES DAMES DE LA JOLIETTE
Poésies du monde au féminin

18h Oratoire A PASQUALINA
(Corse)

21h30 Cathédrale A FILETTA & l'Ensemble CONSTANTINOPLE
(Corse – Musique persane)
Création : Clair-Obscur


Jeudi 17

11 h Oratoire Salon de musique proposé par Frank Tenaille : Les musiques du monde et l’enjeu du vivant


18h Cathédrale Enza PAGLIARA , Dario MUCI, Roberto LICCI, Emanuele LICCI, Angelo URSO & Franco NUZZO (Salento)
Suddissimo  


21h30 Cathédrale LA NOEVA (Musique médiévale traditionnelle et contemporaine)
Le libbre Vermell de Montserrat et inspirations contemporaines  
Vendredi 18 11 h Oratoire Alain LARRIBET & Pierre-Michel GRADE
(Chants de la nature et des bêtes)
Soma, Ode à la terre
15 h 30 Oratoire ESTRU PAISANU-TERRITOIRES SONORES (Corse)
Séance d’écoute de chants traditionnels
18 h Cathédrale KONGERO (Suède)


21h30 Cathédrale ROCÍO MÁRQUEZ (Espagne)
Visto en el Jueves
Samedi 19 11h Oratoire TAREK ABDALLAH & ADEL SHAMS EL-DIN (Egypte)
Ousoul - rythmes
18 h Oratoire CONNIE VALENTINI & DANIELE DI BONAVENTURA (Italie)
Obsesiòn
21h30 Cathédrale ROSEMARY STANDLEY & DOM LA NENA
Birds on a Wire
Dans Birds On a Wire, la métaphore des deux oiseaux sur un fil n’est pas seulement un emprunt à la célèbre chanson de Leonard Cohen. Elle est aussi chevillée à l’âme d’un projet où le décloisonnement des genres est bien mieux qu’un programme ou une profession de foi : il est d’abord l’héritage de deux vies mis en commun, transformé en art de jouer, de chanter et de respirer la musique.

Chaque soir les chants d'A FILETTA accueilleront les groupes invités

Prix des places :

Renseignements :
Tél : +33 4 95 65 23 57

Réservation : resa.rpcalvi@gmail.com

Conception affiche : Akkimbo

Découvrez tous les invités de ces XXXIIes Rencontres en suivant les liens sur les noms des artistes dans le programme ou en vous rendant sur la page "Invités".
C'est ici : www.l-invitu.net/invites.php

Le journal des Rencontres

Ce petit journal est rédigé au fil de l'eau, parfois "à chaud", souvent le soir au retour des concerts autour de 1h du matin. De ce fait, il livre les premières impressions brutes - voire brutales - du rédacteur. Puis ce commentaire est repris, enrichi, approfondi, affiné quelques jours plus tard, au gré des réminiscences, des discussions et des analyses. Le lecteur ne devra donc pas s'étonner de voir évoluer ces textes. N'hésitez pas à revenir sur la page !

Comme chaque année, vous trouverez ci-dessous des photos prises par Silvio Siciliano, l'un des photographes du Svegliu, ainsi que celles d'autres photographes et quelques-unes des miennes, que vous pourrez retrouver intégralement dans quelque temps dans la Galerie "Rencontres 2020".

signal  sig

Après une 1ère soirée "OFF", les 32emes RENCONTRES POLYPHONIQUES débutent ce mardi 15 septembre.
Bravo U Svegliu Calvese pour cette très belle signalétique !

Source : RccRadiocalvicitadelle

Lundi 14 septembre

En ces temps de masques et d'anxiété, calamiteux pour le spectacle vivant, nous attendions avec encore plus d'impatience que les années précédentes ces 32es Rencontres de chants polyphoniques que le Svegliu Calvese a tenu à maintenir malgré les nombreuses contraintes.
Tout d'abord une pensée pour toutes celles et ceux qui ont dû renoncer à venir. Et que la fête commence !
Comme c'est devenu la tradition depuis quelques années, les Rencontres, qui commencent officiellement le mardi, sont précédées dès le lundi d'un "prologue".
Ce lundi soir nous nous retrouvons donc sur le parvis de la Cathédrale St Jean-Baptiste pour le prologue, "Immurtali", une pièce chorégraphique imaginée par Jean-Baptiste Bartoli présentée par le Collectif 1+1, qui constitue le prologue de ces Rencontres.
Des photos d'Armand Luciani, projetées sur les murs de la citadelle, évoquent des lieux abandonnés de Bastia : prison, orphelinat, couvent, à présent couverts de rouille et de salpêtre, défilent ainsi avec les échos des voix des habitants.
Les trois danseuses (Barbara-Maria Brecqueville, Estelle Garcia et Marion Giudicelli) et le danseur-chorégraphe Jean-Baptiste Bartoli ont captivé les spectateurs en une "polyphonie des corps", sur des accompagnements sonores allant de la "Valse à mille temps" de Jacques Brel à "Pornography" de Cure en passant par Ben Frost, Alva Noto et... la Complainte corse popularisée par Tino Rossi, chantée ici a capella par une des danseuses.
Un "antipasto" original et audacieux pour ces Rencontres hors norme qui s'annoncent pleines de surprises et de découvertes !

Image   
Photo : Silvio Siciliano

Mes photos du spectacle (cliquer sur chaque photo pour zoomer/dézoomer) :

Image   Image   Image  

Image   Image

  Image   Image    Image

   Image   Image   

Image   
Photos : Jean-Claude Casanova

Celles de Silvio Siciliano(cliquer sur chaque photo pour zoomer/dézoomer) :

Image   Image   Image

Image   Image   Image

Image   Image   Image

Image

Mardi 15 septembre

18 h - Piadas

Manu Théron est un habitué des Rencontres : il s'est produit plusieurs fois avec Lo Còr de la Plana, et sa dernière venue était en 2012 pour Sirventès.
Nous le retrouvons aujourd'hui avec plaisir pour un autre projet avec l'Ensemble Piadas (Traces), la création "Dins lei piadas dei gigants (Dans les traces des géants)", qui s’inspire de poèmes de Roland Pécout, poète marcheur dont l’œuvre se caractérise par ses liens avec les mondes poétiques des années 60 et 70, notamment la Beat Generation, et par son refus du repliement sur le terroir et son désir d'universel.

Manu Théron, Damien Toumi, Geoffroy Dudouit, Guillaume Maupin et Thomas Georget proposent un voyage initiatique à travers l’univers des géants qui ont inspiré Pécout : Kérouac, Ginsberg, Pasolini, le persan Hafiz et Rimbaud pour "Démocratie" tiré des « Illuminations ». Ils chantent aussi sur des poèmes empruntés à divers recueils de Roland Pécout.

On est vite subjugué par ces harmonies inhabituelles et non écrites (une voix propose une mélodie reprise et enrichie par les quatre autres voix) et par la qualité du chant, en occitan bien sûr, mais aussi en français, en anglais et en italien. Et même un dernier chant en vendéen !
Dialogue passionnant entre Manu et Philippe-Jean Catinchi, tous deux fins connaisseurs de la culture occitane.

Image   Image   Image

Image    Image  
Photos : Jean-Claude Casanova

Les photos de Silvio Siciliano (cliquer sur chaque photo pour zoomer/dézoomer) :

Image   Image   Image

ImageImage  

Image   Image   Image

21h30 - Le Cri du Caire

A Filetta (où l'on remarque l'absence de Maxime - mais il sera là demain !) introduit la soirée avec un Kyrie puis un chant d'Ulysse, avant de laisser place au Cri du Caire.

Ce soir le violoncelliste allemand Karsten Hochapfel était absent pour cause de virus, et la voix d'Abdullah Miniawy répondait au saxophone ténor de Peter Corser.
Le souffle continu du saxophone scande, en boucles hypnotiques, un rythme qui mène vers la transe. On pense d'abord au Jan Garbarek d'Officium puis surtout aux volutes de John Surman. Mais nul besoin de références. Utilisant souvent l'extrême grave de l'instrument et le souffle, Peter Corser a un style très personnel. La voix très souple d'Abdallah, tantôt murmurée, tantôt proche du cri, clame le désir de liberté des peuples. Son chant, inscrit dans la tradition, puise aussi dans des influences rock, jazz et rap.
A la fin du concert les deux musiciens sont rejoints par A Filetta pour un chant d'Abdallah puis un U Sipolcru magnifique.
Ces Rencontres commencent très fort !

La photo du jour de Silvio :

Image

Photo : Silvio Siciliano
Image   Image   Image

Image    Image   Image  
Photos : Jean-Claude Casanova

Les photos de Silvio Siciliano (cliquer sur chaque photo pour zoomer/dézoomer) :

Image   Image

Image   Image   Image

Et aussi :

Image   
Clic sur la photo pour zoomer/dézoomer

Mercredi 16 septembre

11 h : Les Dames de la Joliette
Les chanteuses et instrumentistes des Dames de la Joliette Annie Maltinti, Sylvie Paz, Kalliroi Raouzeou, Maura Guerrera et Nadia Tighidet, viennent des rives de la Méditerranée, Sicile, Grèce, Andalousie, Kabylie et Marseille et se sont rencontrées à Marseille.
Elles se sont réunies autour de l'esprit de résistance contre la violence et les discriminations sur des textes de poétesses mis en musique par Gil Aniorte-Paz.
On voyage d'Alfonsina Storni à Louise Labé en passant par le Brésil de Cecilia Meireles, la Grèce de Maria Polydouri, la Sicile et la Kabylie.
Une table, à la fois instrument de percussion, lieu de partage et de prise de parole, sert de décor à quelques-uns des morceaux, chants de boulangères et de marinières.
Le groupe s'accompagne d'un piano, d'une guitare mais les percussions ont la part prépondérante avec la fascinante Nadia Tighidet. Un magnifique concert plein de rythmes, de joie et aussi d'émotions.

La photo du jour de Silvio :

image
Photo : Silvio Siciliano
Image   Image

Image   Image
Clic sur la photo pour zoomer/dézoomer
Image   Image   Image

Image    Image   Image

Image    Image   Image

Image    Image   Image

Image    Image   Image

Image    Image   Image

Image    Image   Image  

Image    Image   Image

Image    Image   Image

Image    Image   Image

Image    Image
Photos : Jean-Claude Casanova

Les photos de Silvio Siciliano (cliquer sur chaque photo pour zoomer/dézoomer) :

Image   Image   Image

Image   Image   Image

Image   Image   Image

Image   Image

18 h : A Pasqualina

Ce groupe relativement récent sur la scène musicale corse a de la fougue et de l'enthousiasme (même trop parfois sur certains morceaux). Ce sont en tout cas, déjà, d'excellents chanteurs et instrumentistes, notamment Ghjaseppu Mambrini à la cetera.
Les autres membres du groupe sont Petru-Francescu Bombardi (chant), Matteu Di Meglio (chant, guitare), Petru-Paulu Lorenzi (chant, guitare), Antoine Sampieri (chant) et Jeremy Lohier (accordéon). Les textes des chansons traitent de la société contemporaine avec des références revendiquées au Siècle des Lumières.
L'Oratoire leur a fait une ovation.

Image   Image   Image

Image    Image   Image

Image  
Photos : Jean-Claude Casanova

Un visiteur de marque : Antoine Ciosi était là. Tout un symbole !

image

image

Image      Image   
Clic sur la photo pour zoomer/dézoomer

Les photos de Silvio Siciliano (cliquer sur chaque photo pour zoomer/dézoomer) :

Image   Image

Image   Image

Image   Image

21h30 : Clair-obscur

La soirée débute avec la distribution des traditionnels Hopjes néerlandais, offerts par Suzan malheureusement absente cette année pour cause de Covid. Basgioni à tè, Suzan !

Nous connaissons bien Constantinople, qui a à son actif de belles rencontres avec notamment Françoise Atlan, Barbara Furtuna, Ablaye Cissoko et plus récemment Marco Beasley.
C'est dire que nous attendions beaucoup du concert de ce soir avec A Filetta. Et nous n'avons pas été déçus. Ce fut une rencontre magique.
L'univers de la musique persane et celui du chant corse ont fait plus que se rencontrer : ils ont fusionné.
Des compositions d'A Filetta réinventées (Letterella, U Furore, Meditate, Rex, U Sipolcru, des extraits d'Ulysse...), de nouvelles créations, tout était extraordinaire.
Et pour finir un Lamentu di Ghjesù bouleversant, et deux rappels.
Il faut citer les excellents instrumentistes : Patrick Graham aux percussions, auteur d'un très inventif solo de tambourin, Tanya Laperrière à la viole d'amour et au violon baroque, la prodigieuse Didem Basar au kanun (la version turque du cymballum) et bien sûr Kiya Tabassian au sétar et au chant, qui a montré une fois de plus son immense intelligence musicale.
Nous avons quitté la Cathédrale éblouis et heureux, conscients d'avoir vécu une soirée d'exception.

clai

obscur

pierre

Image    Image    Image

Image    Image   

Mes photos :

Image   Image   Image

Image    Image   Image  
Photos : Jean-Claude Casanova

Les photos de Silvio Siciliano (cliquer sur chaque photo pour zoomer/dézoomer) :

Image   Image

Image   Image   Image

Image   Image

Image

Jeudi 17 septembre

11 h : Frank Tenaille

Le "salon de musique" proposé par Frank Tenaille avait pour thème "Les musiques du monde et l'enjeu du vivant".
Du pangolin aux cosmogonies, Frank Tenaille évoque la vanité de l'homme occidental contemporain qui a cru pouvoir dominer la nature, avec les conséquences que l'on sait, et la sagesse des peuples dits "primitifs" qui savent vivre et échanger avec la nature, avec des exemples musicaux à l'appui. Une conférence passionnante, avec en particulier un passage sur les arbres inspiré de Francis Hallé. Les absents ont eu tort !

Image  
Photo : Jean-Claude Casanova

18 h : "Suddissimo"

Nous retrouvons Enza Pagliara, une autre fidèle des Rencontres, avec Dario Muci, cette fois accompagnés de Roberto et Emanuele Licci (le père et le fils), d'Angelo Urso et de Franco Nuzzo.
Peu de pizziche et de tarantelles, sauf le morceau final. Ils nous proposent un tout nouveau répertoire autour des chansons de Matteo Salvatore, un pauvre parmi les pauvres, compositeur et chanteur originaire d'Apricena, au nord des Pouilles. Ils chantent dans la langue du Salento.

Une invitée exceptionnelle, Lauriane Goyet, dit quelques-uns de ses propres textes. C'est magnifiquement émouvant et l'on a hâte que ce recueil soit publié.

En fin de concert les Ricci chantent dans le grec du Salento un très beau Aremu rindineddha avant un rappel tonitruant où tous jouent de la tamorra.

orlando
Photo : Orlando Forioso
Image   Image   Image

Image    Image   Image

Image    Image   Image

Image    Image   Image

Image   Image

Image   Image
Photos : Jean-Claude Casanova

Les photos de Silvio Siciliano (cliquer sur chaque photo pour zoomer/dézoomer) :

Image   Image   Image   Image   Image

Image   Image   Image

Image   Image   Image

Image   Image

21h30 : La Noeva

Deux chants d'A Filetta (Dormi et un extrait de L'Invitu) introduisent l'ensemble belge La Noeva : six femmes : Marie-Caroline Lefin, Marie Michel, Isabelle Ledoux, Laurence Renson, Penelope Truner et Anne Quintin, qui nous proposent ce soir leur interprétation du Llibre Vermell de Montserrat. Ce recueil de textes religieux a été réalisé au XIVe siècle à l'abbaye de Montserrat, en Catalogne.
Ces cantiques en catalan, en occitan ou en latin, étaient écrits pour les pèlerins afin qu'ils puissent utiliser un registre « chaste et pieux ».
Certains auraient pu anticiper une soirée austère; en fait toute la salle a été captivée par ces chants polyphoniques ou en canon, très purs, et par les évolutions fluides et harmonieuses des chanteuses évoquant la marche des pélerins.
De très belles voix - trois sopranos, deux mezzo, une contralto - , une mise en place parfaite, et en plus ces six liégeoises ne manquent pas d'humour.
Encore une très belle soirée !

La photo du jour de Silvio :

silvio
Photo : Silvio Siciliano
Image   Image   Image

Image    Image   Image

Image    Image   Image

Image   Image   Image   Image   Image 

  Image 

  Image   Image   Image

Image   Image
Photos : Jean-Claude Casanova

Les photos de Silvio Siciliano (cliquer sur chaque photo pour zoomer/dézoomer) :

Image

Image   Image   Image

Image   Image   Image

Image   Image   Image

Image

Vendredi 18 septembre

11 h : Soma

La plus longue journée des Rencontres commence à l'Oratoire avec Soma présenté par Alain Larribet et Pierre-Michel Grade.
Pierre-Michel Grade joue de la guitare ; quant à Alain Larribet, berger béarnais, il utilise plusieurs instruments : le duduk arménien, un tambour à eau africain, un petit instrument à cordes dont j'ignore le nom, et un petit orgue.
Sous le mystérieux intitulé "Soma", nous découvrons une ode à la terre nourrie des voyages d'Alain Larribet.
Un premier morceau évoquant l'Afrique, tout en douceur. Puis on part pour d'autres voyages.
La technique vocale d'Alain Larribet est étonnante : il passe de la douceur aiguë à une forte voix grave et utilise même le chant diphonique.
Un concert captivant dans une atmosphère recueillie.

image

Les photos de Silvio Siciliano (cliquer sur chaque photo pour zoomer/dézoomer) :

Image   Image   Image

Image   Image

Image

A 15h30 Bernard Pazzoni et Antoine-Marie Leonelli, rejoints par Dominique Bianconi pour l'échange avec le public, présentent dans le cadre d'Estru paisanu une séance d'écoute d'archives sonores de la pieve de Calvi. Ils rendent hommage à Maryse Nicolai et Roccu Mambrini récemment disparus.
Ils montrent bien la diversité et la richesse du chant balanin. Le débat tourne autour de la transmission et du chant des femmes.

La soirée sera féminine mais contrastée avec le chant nordique du groupe suédois Kongero puis le flamenco enflammé de Rocio Marquez.
Kongero est composé de quatre femmes qui se sont connues à l'université : Alotta Andersson, Emma Björling, Sofia Hultqvist Kott et Anna Wikenius. Leurs chants, traditionnels ou originaux arrangés par leurs soins, comptent des histoires d'amour souvent sans espoir - mais nos chanteuses espiègles préfèrent les happy ends et ont réécrit certains couplets. Une belle harmonie vocale, qui apparaîtra un peu lisse en comparaison du concert du soir.

Image   Image   Image

Image   Image   Image

Image   Image   Image

Image   Image  
Photos : Jean-Claude Casanova

Les photos de Silvio Siciliano (cliquer sur chaque photo pour zoomer/dézoomer) :

Image   Image   Image

Image   Image

Image   Image   Image

Image

21h30 : Aux chants traditionnels suédois ont donc succédé la chanteuse de flamenco Rocio Marquez accompagnée par le virtuose de la guitare Juan Antonio "Cano" Suarez. Un concert incandescent bien loin des brumes nordiques. Muy caliente !

al
Photo Armand Luciani
al
Photo Maria Natale Villanova
al
Photo Maria Natale Villanova
al
Photo Maria Natale Villanova

La photo du jour de Silvio :

al
Photo Silvio Siciliano

Auparavant A Filetta nous avait régalé avec In ogni addiu, Notte tana et Adeste fideles.

Tous les artistes ont tenu à féliciter les techniciens Jacques, Jeremy...: son, éclairages, tout était parfait. Un grand merci à eux.

Image   Image 

  Image   Image    Image

Image    Image

Image   Image

Image   Image   Image

Image   Image   Image

Image   Image   Image
Photos : Jean-Claude Casanova

Les photos de Silvio Siciliano (cliquer sur chaque photo pour zoomer/dézoomer) :

Image   Image   Image   Image   Image   Image   Image   Image   Image    Image  

Samedi 19 septembre

11h : Ousoul

A L'Oratoire nous retrouvons Tarek Abdallah (oud, chant) et Adel Shams El-Din (riqq), qui étaient déjà venus en 2017, pour un nouveau répertoire, "Ousoul" (rythmes), né des recherches musicologiques des deux musiciens. Ils nous offrent un aperçu de l'immense richesse des Waslas égyptiennes, suites de pièces vocales et instrumentales s’enchaînant selon les lois de la modalité et d'une complexité rythmique inouïe. Une musique austère et exigeante, magnifiquement interprétée par deux musiciens hors pair. Ce que fait Adel sur son riqq (petit tambourin muni d'un double rang de cymbales) est proprement ahurissant.

Image   Image   Image

Image   Image

Image   Image

Image   Image
Photos : Jean-Claude Casanova

Les photos de Silvio Siciliano (cliquer sur chaque photo pour zoomer/dézoomer) :

Image   Image   Image   Image  

A 14h30, chez Tao se tenait un débat sur la création en Corse. Je dois avouer que, n'ayant pas lu le programme jusqu'au bout, je n'ai pas pu y assister. Je le regrette beaucoup car ce débat semblait passionnant.

A 18h, l'Oratoire accueille Connie Valentini et Daniele di Bonaventura pour Obsesión. Un voyage en Amérique Latine où l'on reconnaît Alfonsina y el mar, merveilleusement interprété ici, Te recuerdo Amanda de Victor Jara, Rabo de nube, Senza tè...
L'interplay entre les deux artistes est étonnant. Connie chante avec beaucoup de sensibilité, et Daniele nous émerveille davantage à chaque concert par son immense intelligence musicale et sa maîtrise de ce difficile instrument. A mon avis l'un des meilleurs concerts de la semaine, qui en a vu beaucoup. Bravi !

Image   Image

Image    Image   Image

Image   Image    Image

Image   Image

Image   Image   Image
Photos : Jean-Claude Casanova

Les photos de Silvio Siciliano (cliquer sur chaque photo pour zoomer/dézoomer) :

Image   Image   Image   Image   Image   Image   Image   Image   Image   Image   Image  

21h30

La soirée est ouverte par A Filetta avec deux chants : Benedictus et La Folie du Cardinal.

Jean-Claude Acquaviva invite sur scène pour une rencontre improvisée, Kiya Tabassian, sa violoniste Tanya Laperrière, Abdullah Miniawy, Daniele Di Bonaventura ainsi que Ceccè Acquaviva. Ils nous offrent deux morceaux : U Lamentu di Ghjesù et Rex. Deux moments très intenses où les voix orientales de Kiya et Abdullah s'intègrent harmonieusement aux voix d'A Filetta, soutenues par le bandonéon et la viole d'amour.

mnv

mnv
Photos : Maria-Natale Villanova
Image   Image   Image

Image    Image   Image

Image   Image   Image

Image   Image   Image

Image   Image
Photos : Jean-Claude Casanova

Malheureusement, tout a une fin et vient le moment d'accueillir les vedettes de la soirée, Rosemary Standley et Dom La Nena pour "Birds on a wire".

Simplement accompagnées du violoncelle (souvent doublé grâce à un séquenceur), Rosemary Standley et Dom La Nena nous ont fait voyager du baroque ("Bisogna morire" - La Passacaglia della vita attribuée à Stefano Landi) à la pop (I shall be released de Dylan, People are strange des Doors) en passant par le Brésil de Gilberto Gil, la Bretagne avec Duhont duhont àa ar mane et un magnifique Sur la place de Brel. Convoquant l'enfance avec La marelle, la condition féminine (avec aspirateur sur la scène !), les deux artistes nous ont offert un final de reines.

Les photos d'Armand Luciani :

Image    Image    Image Image    Image    Image Image    Image    Image
Photos Armand Luciani - Cliquer pour zoomer/dézoomer

Et mes photos :

Image   Image   Image

Image   Image    Image

Image   Image   Image

Image   Image

Image    Image

Image   Image    Image;

Image  
Photos : Jean-Claude Casanova

Les photos de Silvio Siciliano (cliquer sur chaque photo pour zoomer/dézoomer) :

Image   Image

Image   Image

Image

Image   Image   Image

Image   Image   Image

Image   Image   Image

*  *  *

Les XXXIIes Rencontres sont terminées...

Compte tenu des circonstances, certains anticipaient probablement en leur for intérieur une version légèrement allégée des Rencontres - ce que chacun aurait compris. Il n'en a rien été et nous avons vécu au contraire une édition extraordinaire. Des concerts de très haut niveau, des instrumentistes hors pair, et une organisation d'une grande rigueur assurant à tous une sécurité sanitaire optimale.
Beaucoup de moments inoubliables : le final avec A Filetta, Kiya, Daniele, Abdullah et Tanya ; le flamenco intense de Rocio Marquez ; la virtuosité de Adel Shams El-Din...
Et tant d'autres, il faudrait les citer tous. Notons aussi que les concerts de 11h ont tous été de très haut niveau.

Un grand merci à toutes et à tous, artistes, bénévoles, techniciens, dessinateurs...

*  *  *

Rendez-vous le 14 septembre 2021 pour la XXXIIIème édition qui se déroulera du 14 au 18 septembre 2021.

Photos

Vous pourrez ultérieurement retrouver mes photos dans une galerie photo.

Note : Je prends les photos depuis ma place, en essayant de gêner le moins posssible mes voisins (mon appareil est complètement silencieux et je le lève le moins possible à hauteur d'œil).

Les dessinateurs

Huitième année de présence de la joyeuse équipe des dessinateurs de presse ! Bauer, Philippe Antonetti, Battì et Raskal croquaient sur le vif et nous restituaient leurs dessins dans "La Gazette du polyphone" qui était disponible chaque jour à la boutique.

La Gazette

Sous la houlette de Serena Antonetti, la "Gazette du polyphone" (qui selon les jours, devient "gâchette", "gazelle", "gamelle" ou "machette") est devenue une institution. On y trouve les meilleurs croquis des dessinateurs cités ci-dessus, ainsi que des articles de Philippe-Jean Catinchi, une rubrique "Una notte, una canzona", une rubrique "Ind'i tempi d'una volta" avec des souvenirs d'éditions passées, et enfin un petit billet ("la rubrique") du rédacteur de ces lignes.

gazette

Nouveauté : chacun des cinq numéros de la Gazette peut désormais être téléchargé en pdf à l'adresse suivante : https://www.afiletta.com/gazette/

Ci hè da ride (Rions un peu)

"Tchak !" fait la contremarque quand on la détache du carnet à souches.
"Picht !" (transcription orlandienne) fait le jet de gel hydro-alcoolique, de rigueur avant d'entrer au concert.

Le bon mot du Président, tout à fait d'actualité compte tenu du contexte sanitaire :
"Lundi nous serons tristes car nous aurons les locaux vides".

Le joli message de Kiya sur Facebook :

De retour de la Corse, des Rencontres de chants polyphoniques de Calvi. La première sortie de Constantinople du pays, que nous avons jugé essentielle, en toute connaissance de cause.
Une semaine immensément riche et marquante. Nous avons avancé et franchi une très belle étape de notre création Clair-Obscur, avec l’ensemble vocal phare A FILETTA. Nous nous sommes rapprochés à la fois humainement et musicalement, la clef pour ouvrir la porte sur des jardins fertiles de créativité où la magie de la musique et des dialogues profonds opèrent. Un départ en force pour une aventure musicale aux horizons déjà bien illuminés.

Merci du fond du cœur à toute l'équipe d'U Svegliu pour ces rencontres exceptionnelles entre les artistes, avec le public, tout en symbiose avec l’environnement féérique de la citadelle de Calvi.

Constantinople

20 octobre 2020

Le message du Svegliu

"U Svegliu Calvese et A Filetta sont particulièrement heureux d'avoir réussi le challenge qu'ils s'étaient fixé : réaliser les 32èmes Rencontres de Chants Polyphoniques, dans un tel contexte relevait d'une véritable gageure ! Pari tenu, pari gagné !
Nous avons bien conscience que tout ceci n'aurait pu être réalisé sans la générosité des artistes, sans l'implication de notre fidèle équipe technique et surtout sans votre présence, vous qui nous avez suivis avec enthousiasme et confiance.
A tous et à chacun : Merci! Merci de nous avoir aidés à faire triompher la musique, la convivialité, le partage, le respect de l'autre, une certaine idée de la culture qui s'adresse à chacun et nous fait grandir tous ! Le pari culturel aura été gagné, le pari financier un peu moins, vous vous en doutez... On dit communément que "Plaie d'argent n'est pas mortelle". Nous nous efforcerons d'illustrer cet adage à notre avantage, afin de vous retrouver avec plus de force encore, pour les 33èmes Rencontres de Chants Polyphoniques.
Bon hiver à tous ! Bien cordialement.

A scumessa fatta da u Svegliu è A Filetta, d’urganizzà i 32iesimi Scontri Pulifonichi hè stata una riescita.
Cì tocca à ringrazià a nostra squadra per l’energia, a vulintà è a putenza messe indè u malasgevule di s’opara. Ringrazià l’artisti per à générosità di l’andatura. Musica, canti, cultura, rispettu è spartera, eccu ciò chi face ingrandà un populu.
Quessa scumessa hè vinta, a cultura po triunfà. Quella di u soldu, un si ne parla per oghjè : issa piaga un n’hè murtale, ancu se no simu passati per una machja brusgiata.
Bisognu à pinsa à l’avvene : l’annu prossimu ne saremu à 33, ma micca à i 33 di a scagliola, « tricche è tracca è tu si fora », ma à quelli di i nostri Scontri Pulifonichi di Calvi… è cusi sià.

Bell’inguernata, tante salute.

salut
Photo : CastaLibre - Armand Luciani

À vous maintenant!

Si vous avez assisté aux Rencontres, vous avez la parole ! N'hésitez pas à m'envoyer vos impressions, commentaires, opinions !

Rencontres et Covid-19

16/09/2020

Un mot sur les mesures sanitaires indispensables prises par le Svegliu pour que cette manifestation se déroule dans les meilleures conditions.

Tout d'abord, jauge réduite : beaucoup moins de sièges, et la distanciation est assurée, un siège sur trois restant vacant. Le port du masque est obligatoire, évidemment, dès l'entrée dans les lieux de concerts. L'entrée et la sortie se font par des cheminements distincts, et la sortie s'opére comme dans les avions, rang par rang. On remarque d'ailleurs qu'ainsi elle est beaucoup plus rapide que d'habitude ! Et pas d'attroupements à la sortie.

12/09/2020 - Communiqué du Svegliu

Nous sommes à la veille des Rencontres de Chants Polyphoniques, et nous avons enfin l'accord de la préfecture!

Nous allons tout faire pour que les Rencontres se passent le mieux possible: la qualité artistique sera au rendez-vous, n'en doutez pas!

Pour vous, qui avez assisté à plusieurs éditions du festival, ou qui voulez y participer pour la première fois, les contraintes vous sembleront sans doute bien lourdes! Mais, disons-le , nous allons nous focaliser sur la musique , celle qui nous réunit, pour oublier les masques et la distanciation sociale, qui contribuent à nous éloigner.

Soyez à l'écoute de nos bénévoles qui vous accueilleront à la billetterie ou sur les lieux de spectacle, et qui sauront vous donner toutes les indications nécessaires, pour que nous passions, vous et nous, de merveilleuses rencontres.

06/08/2020

RENCONTRES DE CHANTS POLYPHONIQUES DE CALVI

amour
Estampe : Olivia Paroldi

Rencontres or not rencontres ?
Au mois de mai, à l’issue de la période de déconfinement, U Svegliu Calvese annonçait son intention de maintenir les 32èmes Rencontres de Chants Polyphoniques.
Deux mois plus tard, cette intention est confirmée : nous ferons les 32èmes Rencontres de Chants Polyphoniques, croix de bois, croix de fer, si je mens je vais en enfer !

Le programme est bouclé, les billets d’avion et de bateau se négocient, les chambres d’hôtel sont en cours de réservation, nos techniciens établissent les listes de matériel technique, pendant que les cuisines préparent les menus.

"Alors, qu’attendez-vous pour diffuser le programme ? " nous direz-vous…
Eh bien ! Nous attendons l’autorisation préfectorale, qui nous permettra de signer sereinement les contrats, ce qui entraînera le début de la campagne de communication !
Aussi, ayez encore un peu de patience…

Réjouissez-vous, comme nous, à l’idée de nous retrouver autour de concerts en live, dont nous avons été tant privés !

Chers amis, si je vous appelle ainsi
C’est au sens large de ce mot :
Femme, sœur, cousin, camarade,
Compagnes et compagnons de jeunesse,
Et vous, rencontrés une seule fois
Ou pratiqués toute la vie,
Pourvu qu’entre nous, fût-ce un seul moment,
Une corde ait été tendue.
Primo Levi

15/19 septembre 2020 : ce sont les dates des prochaines Rencontres de Chants Polyphoniques.

Ne les oubliez pas !

Pour vous aider à les mémoriser, pour vous donner envie de venir ou de revenir, voici le clip des 31èmes Rencontres de Chants Polyphoniques, qui se sont déroulées du 10 au 14 septembre 2019.

Ce fut une bonne cuvée ! Ne les oubliez pas ! 😏

Réalisation : Laurent Billard - Les films du tourbillon
Musiques : Clip : Ensemble Constantinople et Ablaye Cissoko / Générique : A Filetta

31/05/2020

rencontres

Communiqués d'U Svegliu Calvese

22/05/2020

Chères festivalières, chers festivaliers,

Vous êtes nombreux à nous demander chaque semaine si les 32èmes Rencontres de Chants Polyphoniques auront lieu cette année, et dans quelles conditions !
Par ce communiqué, nous souhaitons vous annoncer que, malgré les incertitudes liées à l’épidémie du COVID-19, les Rencontres de Chants Polyphoniques sont pour l’instant maintenues, aux dates prévues, à savoir du 14 au 19 septembre 2020.
En effet, en ces temps où la distanciation sociale continue de s’imposer, il nous semble qu’un festival intitulé « Rencontres » résonne comme une espérance.
A l’heure actuelle, nous sommes incapables de savoir dans quelles conditions nous pourrons recevoir les différents acteurs, qui sont le moteur de notre festival.
Cependant, la machine est lancée et nous espérons vivement que notre engagement pourra se concrétiser sans obstacles. Nous restons bien sûr attentifs, aux décisions liées au COVID-19 prises par le gouvernement.
Dans cette période difficile, nous tenons à exprimer notre soutien à toutes les personnes touchées par la maladie, et à tous ceux qui luttent au quotidien pour la faire reculer.
Nous pensons aussi à tous les évènements et festivals annulés, aux intermittents du spectacle, artistes et techniciens, à tous les prestataires liés au secteur culturel et autres qui ont fait face à des annulations, fragilisant davantage notre modèle économique.
En attendant, nous restons mobilisés, et nous vous invitons à respecter les règles de déconfinement annoncées par le gouvernement et les gestes-barrière, afin de nous retrouver tous rapidement, dans les meilleures conditions.
Nous vous tiendrons informés, courant juin, des décisions prises concernant l’édition 2020 des Rencontres.
Prenez soin de vous.
 U Svegliu Calvese

13/05/2020

Chers amis, 
Amichi cari,


Comment allez-vous? Cumu site?
Nous sommes de retour dans nos locaux, après quelques semaines d'éloignement, et nous espérons que vous faites partie de ceux que le Coronavirus a oubliés.
Ce petit mot pour vous confirmer que U Svegliu Calvese est toujours éveillé, et prêt à se remettre au travail avec détermination, dans des conditions qui restent à inventer!
Bien que nos activités et nos projets soient encore suspendus, nous mettons tout en oeuvre pour faire revivre nos lieux, pour rétablir des occasions de partage telles que les bien-nommées Rencontres de Chants Polyphoniques, ou le Salon de littérature jeunesse.
Nous souhaitons ainsi, que notre action s'inscrive dans le nécessaire effort général pour une reprise de la vie économique et sociale.

Nous vous tiendrons bien évidemment informés des avancées de notre réflexion et de nos projets.

Nous espérons que vous continuerez à nous suivre et à nous soutenir, et que nous aurons l'occasion de nous revoir dans les meilleurs délais.

Restez prudents.
à truvacci prestu.

Les Rencontres dans la presse

02/10/2020 - A Settimana

settimana

settimana

23/09/2020

32èmes Rencontres de Chants Polyphoniques : un final en mode majeur

À Calvi, ont eu lieu les 32èmes Rencontres de Chants Polyphoniques du 15 au 19 septembre. L'événement a eu un résultat positif car, difficile à organiser dû à la crise sanitaire, il a malgré tout montré un réel succès.
Un programme qui est resté varié pour le plaisir de chacun, même si la capacité d'accueil a été divisée par deux. Des 32èmes Rencontres, soutenues par les institutions, qui ont permis au public et aux artistes de profiter d'une culture polyphonique internationale.
A souligner, la solidarité entre toutes les personnes qui ont œuvré au bon déroulement de cet événement culturel incontournable en Corse.

Interview de Dominique Bianconi : U Svegliu Calvese.

Source : ViaTelePaese

20/09/2020

popolo

XXXII Rencontres des Chants Polyphoniques de Calvi

19 settembre 2020 by Michele Manzotti

Foto (c) Silvio Siciliano

Martedì 15 settembre 

La programmazione del primo giorno della rassegna còrsa ha visto il gruppo Piadas proporre in Cattedrale un repertorio basato sull’occitano, lingua parlata nel sud della Francia oltre che in aree di Spagna e Italia. La formazione vocale di Marsiglia, il cui nome significa tracce, sotto la direzione artistica del cantante Manu Théron ha proposto una prassi musicale che viene dalla tradizione popolare: una voce propone una melodia che viene ripresa e sviluppata dalle altre quattro. Con alcune eccezioni, non c’è musica scritta con la conseguenza di un’esecuzione molto impegnativa, ma sicuramente affascinante. L’occitano di oggi è figlio della lingua d’oc dei trovatori e, grazie a due dei componenti specializzati in musi.ca antica, l’atmosfera medievale è ben presente. Così come lo è quella novecentesca nella formazione di suoni che vanno oltre il sistema tonale. Il lavoro di Piadas è basato sulle poesie di Roland Pécout, nato nel 1949 e artefice del recupero della cultura occitana, legandosi anche ai poeti della Beat Generation e ad altri suoi contemporanei. Io spettacolo dei Piadas, dal titolo Sulle tracce dei giganti della poesia ha proposto anche brani su liriche di Pier Paolo Pasolini e Allen Ginsberg, mostrando l’universalità del tema scelto dal gruppo: l’invito al viaggio come mezzo di conoscenza.

Il concerto serale ha visto il consueto prologo dei padroni di casa del gruppo vocale còrso A Filetta, prima del progetto Le Cri du Caire (il grido del Cairo) del duo formato dall’egiziano Abdullah Miniawy e del sassofonista inglese Peter Corser. Il primo, portavoce della cultura della gioventù egiziana (e per questo lontano dal suo paese), è un cantante che pesca dalla tradizione per sviluppare un linguaggio dove rock, jazz, lingua parlata, attitudine punk si mescolano per dare forza ai testi in lingua araba. Il tenorista Corset è un partner ideale: ha l’approccio alla spiritualità del suono seguendo le orme della lezione di John Coltrane, mentre come suono è più vicino a uno stile alla Paul Desmond per il flusso continuo di note, ottenuto a volte con l’ausilio del pedale di risonanza. Il grido del Cairo è così fatto di creazioni e improvvisazioni che tengono viva l’attenzione di chi ascolta. L’esecuzione, culminata con un brano eseguito insieme a A Filetta, ha visto un crescendo di sensazioni che hanno dimostrato come l’arabo sia una lingua di grande dignità artistica.

Mercoledì 16 settembre

Les Dames de la Joliette riunisce cinque musiciste che hanno come punto di riferimento la tradizione musicale e poetica delle sponde del Mediterraneo. una bella riserva di emozioni e sensazioni coniugata al femminile. I testi  sono stati affidati al compositore Gil Anorte Paz che ha messo in musica le parole di poetesse non solo europee ma anche sudamericane. Il gruppo vocale si basa anche sugli strumenti come pianoforte, chitarra, e soprattutto le percussioni che si pongono come spina dorsale della proposta. Molto ritmo quindi che sorregge le armonie vocali, più che polifonie vere e proprie. una scelta che premia per la forza interpretativa delle cinque musicista. Tanti i momenti interessanti tra cui un brano spagnolo che descrive il lavoro delle panificatrici a Oviedo con un tavolo utilizzato come percussione dalla cinque protagoniste.

Troviamo corretto che una manifestazione come quella calvese dia spazio alle giovani realtà còrse. Il progetto A Pasqualina, dedicato alla figura di Pasquale Paoli, vede sei musicisti che si sono incontrati all’università di Corte  e che hanno deciso di raccontare con i loro brani storia e attualità nella lingua dell’isola. La scelta di brani originali è apprezzabile (canzoni in stile folk fanno parte di tutte le culture), ma consigliamo di bilanciare l’equilibrio tra voce e strumenti  a favore della prima. Il testo ne acquisirà una valenza maggiore, senza un suono che rischi di virare verso atmosfere pop.

Il concerto serale vedeva protagonisti i padroni di casa de A Filetta. Insieme a loro l’Ensemble Constantinople, di base in Canada, che già avevamo ascoltato nel 2019 anche se con una formazione diversa per metà. Quest’anno, a salire sul palco insieme al leader Kiya Tabassian (voce e sétar) e al percussionista Patrick Graham, due musiciste d’eccellenza la violista e violinista Tanya Lapperière e Didem Basar al Kanun, una cetra. Prima di ogni concerto del genere, con due realtà importanti dal punto di vista musicale, si può correre il rischio di una fusione a freddo con risultati poco felici. Invece l’incontro tra musica persiana e còrsa (ma non solo, anche di quella medioevale e rinascimentale) si è rivelato perfetto grazie a un lungo lavoro di preparazione. Il progetto Clair-Obscur doveva debuttare in Canada lo scorso giugno, spettacolo poi annullato per l’emergenza sanitaria. L’esordio nella cattedrale di Calvi era dunque molto atteso per un’esperienza d’ascolto nel segno del confronto tra culture. I suoni degli strumenti si sono amalgamati con le voci che vanno oltre la tradizione del canto còrso affrontando miti e storie contemporanee. Tra i momenti più emozionanti una Follia affidata alle voci e alla viola d’amore riproponendo in modo affascinante uno degli standard più noti della musica rinascimentale

Giovedì 17 settembre

Meno male che la Puglia musicale, parlando di folk, non è solo pizziche e tarante a favore di un ascolto basato unicamente sul piacere ritmico  Va dato merito ai componenti del progetto Suddissimo che provengono dal sud della regione di aver recuperato un gigante delle aree pugliesi settentrionali. Quel Matteo Salvatore che, dopo essere stato attivista per il riscatto della sua terra, è diventato autore e cantante che ha portato a conoscere il sud nella sua anima popolare piuttosto che popolaresca. Lo ha fatto con brani che raccontano storie di lavoro, sfruttamento, emigrazione descrivendo al tempo stesso anche i sentimenti. il gruppo vedeva due anime, quella rappresenta dalla tradizione di Roberto ed Emanuele Lucci (rispettivamente padre e figlio, il quale suona in modo magistrale la tzoura) e quella dei più giovani Enza Pagliara e Dario Muci, con la ritmica affidata a Angelo Urso e Franco Nuzzo. La proposta si è svolta in un contesto dove il pubblico inevitabilmente attende le danze in tempo ternario. Una concessione fatta in tre occasioni, ma per tutto il concerto l’anima autentica di Salvatore è stata rispettata, grazie a un’interpretazione comunque molto personale, e apprezzata dal pubblico. Ai brani si e aggiunta la voce recitante in francese di Lauriane Goyet,  presenza abituale della famiglia de U Svegliu Calvese, ma in questo caso nella veste di scrittrice.

La terza giornata si conclude  con l’Ensemble femminile belga La Noeva, sei cantanti che hanno presentato il Llibre Vermell di Montserrat, una delle raccolte più note della musica medievale. Distribuite equamente tra soprani e mezzosoprani/contralti e vestite con costumi d’epoca, le musiciste di Noeva hanno presentato uno spettacolo dinamico, cantando in continuo movimento. L’ispirazione è quella delle miniature e  ei quadri medievali dove compaiono scene danzanti e bozzetti di vita quotidiana. Il Llibre ha canti di contenuto sacro, con una particolare descrizione della Vergine Maria come modello femminile, ma non dimentica la quotidianità che si stupisce della natura legata al misticismo: l’esempio più significativo è l’ interpretazione di Stella Splendes con movimenti coreografici affascinanti. Ai brani medievali La Noeva ha affiancato pezzi contemporanei che come quelli antichi non hanno un linguaggio legato alla scala temperata (seppure grazie a un percorso inverso dal punto di vista storico musicale). Il concerto si è concluso infatti con la composizione della cantante del gruppo Penelope Turner, ispirata alla figura di Hildegard Von Bingen.
Successo straordinario nonostante il repertorio non facile al primo ascolto.

Intervista a Jean Claude Acquaviva (A Filetta) su Clair-Obscur

Quale tipo di repertorio avete scelto per il progetto?

In questo incontro con l’Ensemble sia noi sia loro abbiamo lavorato inizialmente ciascuno sui propri brani, che poi sono stati arrangiati in vista dello spettacolo. Sono nati così quattordici pezzi: cinque di essi sono stati scritti in partitura, mentre per altri siamo partiti dalle nostre polifonie a cui è stata aggiunta una parte strumentale. Poi ci sono state musiche composte durate il lavoro che abbiamo fatto insieme qui a Calvi e che è durato quattro giorni.

L’idea come è nata?

Il progetto è partito due anni fa; ci aveva contattato Kiya Tabassian. Noi conoscevamo il suo lavoro e lui il nostro. ha espresso la volontà di fare qualcosa e subito abbiamo riflettuto su cosa. E’ venuto la prima volta lui personalmente e poi la formazione è giunta qui a febbraio per una residenza artistica, interrotta purtroppo per un problema di uno dei componenti. Quindi due giorni in totale a cui si sono aggiunti quelli precedenti al concerto dei Rencontres.

L’Ensemble Constantinople ha base in Canada. Vi esibirete insieme anche là?

In Canada avevamo un tour nel mese di giugno scorso che è stato cancellato. Lo spettacolo era stato programmato anche in due festival estivi in Francia fine luglio, rassegne annullate a loro volta. Speriamo di poterlo allestire la prossima estate in Francia e in autunno con alcune date in Canada.

Come descriverebbe il risultato di Clair-Obscur?

È un lavoro interessante: noi rappresentiamo una tradizione e un luogo preciso. Così come l’Ensemble Constantinoples, abbiamo fatto tante collaborazioni e aperture verso altri mondi musicali che ci hanno permesso di realizzare progetti che non si limitano a una sera, ma rappresentano un lavoro preciso di scrittura che evidenzia i caratteri comuni dei nostri linguaggi. è una strada che mescola musica antica, tradizionale, ma anche di oggi. C’è stata così l’opportunità di creare pagine musicali dove c’è comunicazione e incontro, una prassi più complicata da affrontare da parte di chi si limita alla tradizione.

Michele Manzotti

CorseNetInfos : Un final de rêve pour les Rencontres polyphoniques de Calvi


Jean-Paul-Lottier le Dimanche 20 Septembre 2020

Les 32èmes Rencontres Polyphoniques de Calvi qui se sont déroulées tout au long de la semaine dans la citadelle ont pris fin samedi soir en la cathédrale Saint-Jean-Baptiste avec au programme le duo Rosemary Standley - Dom La Nena

Au mois de mai dernier alors que nous étions en phase de sortie de confinement, François Canava et son équipe affichaient clairement leur intention de maintenir cette 32ème édition des Rencontres Polyphoniques de Calvi.
Pour l'association U Svégliu Calvese, le pari était osé, mais loin d'être insurmontable.
Autorisation préfectorale en poche, tout a été mis en œuvre pour respecter les mesures sanitaires liées à la Covid19 : jauge réduite, beaucoup moins de sièges proposés, règles de distanciation respectées, port du masque, gel hydroalcoolique, fléchage au sol, sens de circulation des piétons, pas d'attroupement aux sorties.... bref, tout était réuni pour que tout se passe au mieux.

Quant à la programmation, que dire, si ce n'est encore une fois qu'elle a été exceptionnelle, sans oublier le fil rouge de ces Rencontres "A Filetta", mais aussi les prestations tant à l'Oratoire Saint-Antoine qu'en la Cathédrale Saint Jean-Baptiste avec d'entrée  " Immurtali", pièce chorégraphique  pour 4 danseurs présentée  par le Collectif 1+1 inspiré par les photos de CastaLibre - Armand Luciani. Piadas, sur les traces des géants... de la poésie de Pècoud à ceux qu'il invite au voyage Dins leis poadas dei gigants, "A Pasqualina", le Cri du Caire, du chant soufi au slam, les Dames de la Joliette , poésie du monde au féminin,  A Filetta et l'ensemble Constantinople,  Salon de musique proposé par Franck Tenaille......
Samedi soir, pour ce final, concert exceptionnel du duo Rosemary Stansley - Dom La Nena. Rosemary et la chanteuse violoncelliste Dom La Nena ont repris leur duo "Birds on a wire"
Merci au Svegliu Calvese et à tous les artistes d'avoir fait vivre durant toute la semaine  le cœur de la citadelle.

presse

Image    Image

  Image    Image

  Image    Image
Clic sur l'image pour zoomer/dézoomer
21/09/2020 - Corse Matin

coeurpoly

Corse Matin : Clôture des 32ème rencontres polyphoniques de Calvi

Clôture des 32ème rencontres de chants polyphoniques de Calvi avec Rosemary Standley et Dom la Nena à la cathédrale Saint-Jean Baptiste dans la citadelle de Calvi

A Filetta clôture avec le groupe le Cri du Caire les 32ème rencontres de chants polyphoniques de Calvi à la cathédrale Saint-Jean Baptiste dans la citadelle de Calvi.


Image    Image    Image

Image    Image

Image    Image    Image

Image    Image    Image

  Image    Image  
Olivier Sanchez/Crystal Pictures - Clic sur la photo pour zoomer/dézoomer

Un grand bravo à l'organisation qui a fait respecter les gestes barrières à la lettre.

19/09/2020

A quelques heures de la clôture des 32e Rencontres de chants polyphoniques de Calvi les réactions de :
• François Canava, président du Svegliu Calvese
• Francesca Calistri, nouveau visage de la jeunesse au sein du Svegliu Calvese

19/09/2020

cm

17/09/2020

femmes

femmes

Le reportage de ViaTelePaese :

resistent

separateur

haut de page     accueil    page précédente


Les pages "musique" sont organisées comme suit :

Le chant corse

Les pages consacrées à A Filetta :

A Filetta : témoignages 

Actualité et archives

Chants : les textes des chants

Concerts avant 2006

Concerts 2006

Concerts 2007

Concerts 2008

Concerts 2009

Concerts 2010

Concerts 2011

Concerts 2012

Concerts 2013

Concerts 2014

Concerts 2015

Concerts 2016

Concerts 2017

Concerts 2018

Concerts 2019

Concerts 2020

Discographie : tous les disques en détail

Repères chronologiques : A Filetta de 1978 à aujourd'hui

Parole : Les mots d'A Filetta (interviews, entretiens…)

Galerie photo

sans oublier mon livre sur A Filetta !

Les pages consacrées aux concerts du groupe L'Alba 

Les pages consacrées aux groupes et chanteurs corses

Les pages consacrées aux paroles des chants corses :

- page "chants d'A Filetta",

- chants corses d'hier

- chants corses d'aujourd'hui

Les compte-rendus de concerts; les concerts du groupe L'Alba sont ici.

Les pages consacrées aux Rencontres polyphoniques de Calvi :

Les invités des Rencontres (tous les artistes y ayant participé au moins une fois)

Le jazz et la page consacrée à Paolo Fresu

Les annonces et compte-rendus de concerts de jazz

Les musiques du monde

L'opéra, la musique baroque, etc.

Les inclassables

Les vidéos

Et enfin, ma sélection de disques du mois.


Corsicamania, l'annuaire des sites corses

Valid XHTML 1.1