banniere

Jazz live :
Compte-rendus, photos

Dernière mise à jour : 15/10/2017

Vous êtes ici : Musique/Jazz/Jazz live

Cette page complète la page "jazz". On pourra y trouver des compte-rendus de concerts de jazz, des liens, des photos et des vidéos. L'agenda jazz complet est désormais sur une page spécifique.

Compte-rendus de concerts à Paris et ailleurs :

Carla Bley Quintet, Paris, Salle Pleyel, 25 avril 2010
Carla Bley Quintet, Paris, New Morning, 2 juillet 2008
Anouar Brahem à Rouen, 26 avril 2016
Paolo Fresu / Daniele di Bonaventura, Paris, New Morning, 12 juillet 2016
Paolo Fresu Quintet, Paris, New Morning, 8 octobre 2014
Paolo Fresu Quintet, Parc Floral de Vincennes, 7 juin 2014
Paolo Fresu Quintet, Paris, Sunside, 11 décembre 2010
Paolo Fresu et Ralph Towner, Montréal, 28 juin 2010
Jan Garbarek / Hilliard Ensemble, Paris, 1er décembre 2011
Tigran Hamasyan, Boulogne-Billancourt, La Seine musicale, 14 octobre 2017
Keith Jarrett Trio Paris, Salle Pleyel, 12 juillet 2011
Fabienne Marcangeli à Marciac, 31 juillet 2014
Giovanni Mirabassi, Paris, Sunside, 18 mars 2017
Giovanni Mirabassi, Paris, Sunside, 15 avril 2016
Giovanni Mirabassi, Paris, Sunside, 2 fevrier 2013, Hommage à Bill Evans
Giovanni Mirabassi, Paris, Roland-Garros, 5 mai 2012
Giovanni Mirabassi, Paris, Théâtre de l'Athénée Louis Jouvet, 2 avril 2012
Giovanni Mirabassi Trio, Paris, Sunside, 25 août 2011
Giovanni Mirabassi Trio, Paris, Sunside, 21 décembre 2010
Sonny Rollins à Marciac (31 juillet 2009)
Andy Sheppard, Paris, Sunset, 14 mai 2011
Dhafer Youssef, Paris, Bouffes du Nord, 29 novembre 2013
Dhafer Youssef, Paris, Théâtre Musical de Paris-Châtelet, 7 avril 2016

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



nouv

Tigran Hamasyan à la Seine musicale, 14 octobre 2017

tigran

Auditorium quasiment plein pour le magnifique concert donné par Tigran Hamasyan hier soir 14 octobre à la Seine musicale.
Utilisant parfois un petit synthétiseur ainsi qu'une beatbox, Tigran nous fait entendre des morceaux de son dernier album, « An Ancient Observer ». Une musique aux multiples influences (baroque, romantique, postromantique, pop, métal, intelligent dance music... sans oublier la musique brésilienne et avant tout la musique arménienne) mais en même temps très personnelle, son sens artistique extraordinaire lui permettant d'intégrer toutes ces influences. Un toucher très délicat et une technique époustouflante (il est capable de jouer un rythme avec le beatbox, un autre rythme à la main gauche et deux rythmes différents en alternance à la main droite !!) qui poussent très loin l’utilisation du piano, de son corps et de sa voix, communiquant une émotion pure et intense.

Le concert se termine par un long morceau dédié au poète arménien Yéghiché Tcharents, victime des répressions staliniennes des années 30.
Après une longue ovation du public, Tigran revient pour un premier rappel et nous livre une version fabuleuse de Someday my prince will come, puis encore deux morceaux en rappel.

Un petit échantillon provenant d'un autre concert : "Fides tua".

Giovanni Mirabassi au Sunside, 18 mars 2017

Giovanni Mirabassi était de retour au Sunside pour une série de quatre concerts ; en solo le jeudi, en duo avec Flavio Boltro le vendredi et enfin en trio le samedi. C'est dans cette formation (notre préférée) que nous l'avons vu ce samedi. Le bassiste habituel du trio, Gianluca Renzi, était ce soir remplacé par Thomas Bramerie. Encore une fois, les trois musiciens nous ont offert un concert sublime, et l'on a peine à croire qu'ils n'avaient pas répété auparavant !

Paolo Fresu & Daniele di Bonaventura à Crema, 12 juillet 2016

ddb

paolo

Le oud d’Anouar Brahem fait rêver la Chapelle Corneille à Rouen

Le Monde | 26.04.2016 à 14h48 | Par Francis Marmande (Rouen (Seine-Maritime)

Le compositeur, improvisateur et joueur de oud, Anouar Brahem.

Le compositeur, improvisateur et joueur de oud, Anouar Brahem - ©Arthur Perset

Anouar Brahem, compositeur et improvisateur tunisien, pratique « le oud » (que l’on préfère à « l’oud », pour mieux coller à son origine arabe de al-oud) – le luth oriental. Lequel se joue au Maghreb, en Arménie, Grèce, Turquie… Cordes pincées, sonorité puissante, sombre et veloutée ; infiniment plus ductile, moins tempéré que la guitare, le oud se fond particulièrement bien avec les graves (Björn Meyer, Klaus Gesing, guitare et clarinette basses). Le très subtil François Couturier – malgré la rigidité harmonique du piano –, complète à la perfection un quartet (Souvenance) consacré par le label taillé sur mesure, à moins que ce ne soit l’inverse, ECM.

A Rouen (Seine-Maritime), vous aviez le Hangar 23. Docks, embruns, frégates, quatre-mâts et goélettes, filles et matelots olé-olé, reconverti dans le jazz sophistiqué et la musique des mondes aussi. Toute une histoire. Depuis février, la programmation du Hangar 23 (direction, Sébastien Lab) a rejoint celles dont le lieu d’accueil, désormais – sous la houlette de la ville et de la région – est la Chapelle Corneille. Ancienne chapelle du lycée Corneille qui, des Jésuites à la Wehrmacht, en passant par l’Ecole Centrale rompue à la pensée des Lumières et le modèle napoléonien toujours en vigueur, en aura connu des vertes et des pas mûres. Remarquablement rénovée, la « Chapelle Corneille » – le nom est marrant – est désormais l’auditorium à l’acoustique de Place royale, du port de Flaubert et Maupassant.

L'intérieur de la Chapelle Corneille-Auditorium de Normandie à Rouen.
L'intérieur de la Chapelle Corneille-Auditorium de Normandie à Rouen
©Arnaud Bertereau/ Agence Mona

Méditation et hypnose « light »

Au lycée Corneille, se seront succédé Hector Malot, Maurice Leblanc, Antoine Blondin, Georges Dubosc, Michel Guérard, Jean Prévost, Rivette et l’ineffable Jean Lecanuet. A défaut des pierres dont on sait qu’elles ne parlent pas pour de vrai, on aimerait bien entendre la voix des confessionnaux. Alain et Paul Guth y ont enseigné. Le Hangar 23 prenait, dans la nuit des docks, des airs de squat et de coursives parfumés de goudron. La Chapelle Corneille est ciselée gothique, classique, d’un baroque sobre et majestueux propre à la dignité.

En tenue noire, compositions aussi millimétrées que la sonorité, le quartet de Souvenance produit une musique de méditation et d’hypnose « light ». Parfaitement dans la note du programme concoté par Hangar 23 : entre Galliano & Fresu (31 mars), et la violoncelliste Sonia Wieder–Atherton employée à célébrer avec sa profondeur habituelle Nina Simone qu’elle rend d’un geste très émouvant à la musique classique (26 avril), on aura du mal à glisser ici du drone métal ou quelque amoureuse extragance (sous-titre de La Place royale, de Corneille).

L'extérieur de la Chapelle Corneille-Auditorium de Normandie à Rouen.
L'extérieur de la Chapelle Corneille-Auditorium de Normandie à Rouen.
© Arnaud Bertereau/Agence Mona

Une rêverie pleine de sagesse

Deux rappels, standing ovation (ce qui est devenu, un peu partout, le standard régulier), recueillement du public à la mesure du lieu, les quatre musiciens de Souvenance, s’octroyant une part très comptée d’improvisation, déclenchent une émotion aussi justifiée que bienséante. Ce qui permet de penser et dépenser les tours et détours d’une carrière de musicien : Couturier avec Celea, Thollot, François Jeanneau, Eddy Louiss, Wolfang Reisinger ou McLaughlin, ça fait soudain drôle. Pas moins que Klaus Gesing (de l’écurie ECM) dans ses antécédents coltraniens, « fusion » et autres. Ou le Suédois Björn Meyer dans ses passés afro-cubains et flamencos… Anouar Brahem le sait et le sent bien, qui entraîne son monde dans une rêverie pleine de sagesse. Il y faut une grande science et beaucoup de liberté aussi.

Après tout, puisque l’heure est au « cross over » et à l’improvisation, on notera, non sans témérité ceci : Brahma est celui des Trimurti, la Triade Hindoue, qui fait passer l’inarticulé (ànrita) au stade articulé (rita). Tiens donc ! Mais l’anagramme d’Anouar Brahem n’est elle pas : Brahma à Rouen ?

  • Francis Marmande (Rouen (Seine-Maritime))
    Journaliste au Monde

Giovanni Mirabassi au Sunside, 15 avril 2016

Le trio de Giovanni Mirabassi était de retour au Sunside pour une série de quatre concerts les 15 et 16 avril 2016. Nous avons assisté au second concert du vendredi. Les commentaires et la mine réjouie des spectateurs à la sortie du 1er concert nous laissaient présager une excellente soirée. Ce fut le cas. Giovanni Miranassi, Gianluca Renzi et Lukmil Perez nous ont offert un concert sublime.
Premier morceau : "What was the dream about". Fil conducteur des interventions parlées du pianiste, le pessimisme des titres était heureusement contredit par la luminosité de la musique. Outre quelques compositions de Giovanni pour le récent CD No Way Out (Canzone, Two Fingers Snaps, No Way Out), le trio a interprété une composition de Kenny Barron (Twilight song) et, en rappel, Aucun regret, un morceau composé pour "Caprice", le film d'Emmanuel Mouret, et enfin La mélodie du désastre.
Un trio très complice et vraiment équilatéral : le jeu de Giovanni Mirabassi allie richesse mélodique et rythmique et inventivité des improvisations, avec de longues envolées lumineuses et un phrasé toujours élégant ; Gianluca Renzi est impérial sur sa contrebasse électrique "Travel Bass Signature", aussi bien dans les lignes de basse très mélodiques de son accompagnement que dans ses solos très bien construits ; et enfin Lukmil Perez est toujours étonnant à la batterie, très précis et subtil, alternant moments de détente et furie percussive maîtrisée.

gm
Giovanni Mirabassi - Photo © Jean-Claude Casanova
gr
Gianluca Renzi - Photo © Jean-Claude Casanova
lp
Lukmil Perez - Photo © Jean-Claude Casanova

Dhafer Youssef au Théâtre Musical de Paris, 7 avril 2016

La salle du Châtelet était pleine pour accueillir Dhafer Youssef avec un orchestre remanié par rapport à sa dernière prestation parisienne : un nouveau pianiste, le tout jeune (26 ans) Isfar Sarabski, originaire d'Azerbaidjan, et un nouveau batteur d'origine hongroise, Ferenc Nemeth. Avec toujours les deux "anciens", le bassiste Phil Donkin et le merveilleux guitariste Eivind Aarset.
Le concert, construit autour du répertoire de "Birds Requiem", fait alterner passages apaisés et lumineux où les aigus stupéfiants de Dhafer rejoignent les sons étirés de la guitare, et passages "groovy" où basse et batterie se déchaînent. Au milieu du concert, un bel hommage au poète tunisien Sghaier Ouled Ahmed qui s'est éteint le 5 avril et avec qui Dhafer s'était produit sur scène à Carthage. Le concert se termine avec Les Ondes Orientales réclamé par le public puis par un long et magnifique morceau. Le public est debout at applaudit à tout rompre.
Concert enthousiasmant. Une mention particulière pour l'excellent pianiste qui semble danser pendant qu'il joue. Seul petit bémol pour moi, la batterie au son un peu trop "sec" à mon goût.

dy
Photo : Mohamed Charara
isfar
Isfar Sarabski
chatelet

Paolo Fresu Quintet au New Morning, 8 octobre 2014

En première partie du concert, deux musiciens dont on reparlera : Luca Aquino (trompette) et Carmine Ioanna (accordéon). Un duo étonnant, impressionnant, jubilatoire.

luca
Luca Aquino et Carmine Ioanna - Photo © Jean-Claude Casanova

Le concert du quintet commence très fort, avec T.R.E.A.P. (acronyme de Tino, Roberto, Ettore, Attilio, Paolo, explique Paolo, qui ajoute que le titre de l'album, P.A.R.T.E., remet les choses dans le bon ordre, s'attirant les protestations de Roberto), suivi de Till the end et de Chiaro. Après Trasparente, Paolo présente longuement (trop longuement selon Roberto) le morceau suivant, Giallefoglie, dans lequel on entend la voix de son fils Andrea. Après On second line, un morceau assez ancien d'Attilio la participation du public est demandée pour Gufo, qui donne lieu à de longues et brillantes improvisations. Et c'est déjà la fin du concert. Mais Paolo propose soit un rappel "long, un peu triste, en tonalité mineure", soit "deux courts en majeur", ajoutant "on peut faire aussi rapide en mineur ou lent en majeur". Finalement, ce sera Sono andati, extrait du 3ème acte de La Bohème de Puccini, et … Only Women Bleed d'Alice Cooper, pour lequel Luca Aquino, Carmine Ioanna et Dino Rubino rejoignent le quintet. Et tout finit par un court Gufo réclamé par le public.

Un concert magique, dans une ambiance très détendue. Il faut dire que ces amis de trente ans aiment plaisanter, se chambrer, tel Roberto Cipelli ajoutant des commentaires sarcastiques aux explications de Paolo.

Quelques images du concert :

PT
Paolo et Tino Tracanna - Photo © Jean-Claude Casanova

P P

final

Paolo, Attilio Zanchi et Dino Rubino - Photos : © Jean-Claude Casanova

newmorning

Fabienne Marcangeli à Marciac 2014

fab

Source : Journal de Jazz à Marciac, 31 juillet 2014

Paolo Fresu au Festival de Jazz de Paris 2014

parcfloral

Pour l'ouverture du 20e Paris Jazz festival, le programme était très alléchant : d'abord le trio de Colin VALLON puis, le soir, le quintet de Paolo FRESU, concert auquel j'ai assisté. Beaucoup de monde à l'espace Delta, même la Garde des Sceaux était là ! Le quintet nous a offert un beau concert, avec des thèmes de son dernier CD, i30! mais aussi des thèmes plus anciens, comme T.R.E.A.P. ou Songlines, et pour le rappel, un extrait du 3e acte de La Bohème de Puccini, "Sono andati" . Somptueux !

Dhafer Youssef aux Bouffes du Nord (29/11/2013)

Je n'avais pas encore écouté Birds Requiem, le dernier CD de Dhafer Youssef sorti récemment. A la lecture des compte-rendus, je m'attendais à un concert plus sage, plus mélancolique que le précédent CD Abu Nhawas Rhapsody et surtout que le concert d'anthologie donné à Coutances avec Tigran au piano. Erreur : ce fut un concert de feu !
Assisté des excellents Kristian Randalu (piano), Eivind Aarset (guitare électrique), Phil Donkin (contrebasse), Chander Sardjoe (batterie), Dhafer a alterné les climats, passant de la douceur extrême à l'énergie rythmique la plus débordante, avec un batteur explosif et un guitariste évoquant le Terje Rypdal de la grande époque, tantôt rugissant, tantôt déployant de grandes nappes sonores. La seule (légère) frustration au sortir du concert est de ne pas avoir entendu davantage la voix extraordinaire de Dhafer s'élever sans effort apparent du grave aux sons stupéfiants qu'il produit dans l'extrême aigu. Je précise pour ceux qui ne connaissent pas encore Dhafer Youssef qu'il n'y dans sa façon de chanter aucun caractère démonstratif, aucun aspect de recherche de la performance. C'est tout simplement envoûtant, captivant, galvanisant. De la beauté à l'état pur.

Le Soir 3 proposait ce samedi le portrait de Dhafer Youssef  page officielle). Il est l'un des virtuoses, sinon le virtuose de l'oud, cette guitare ronde typique des pays arabes. Rencontre avec le musicien.

Publication de Le Grand Soir 3.

Giovanni Mirabassi rend hommage à Bill Evans

evans

Vendredi 1er, samedi 2, lundi 4 et mardi 5 février, Giovanni Mirabassi était au Sunside pour un hommage à Bill Evans. Le trio, avec Gianluca Renzi à la basse, intégre pour l’occasion Eliot Zigmund qui fut l’un des batteurs de Bill Evans entre 1976 et 1979.

mirabassi4

Nous étions le samedi au Sunside pour le concert de 20h, et nous avons passé une magnifique soirée. Giovanni Mirabassi est tout simplement fascinant. Un jeu d'une estrême fluidité, sachant être tour à tour swinguant et lyrique.

A ses côtés, Gianluca Renzi est le partenaire idéal. Les regards et sourires échangés en disent long sur la complicité qui lie les deux hommes. Eliot Zigmund a assuré une prestation impeccable, peut-être un peu trop attendue face à l'inventivité des deux italiens.

mirabassi1

mirabassi3

Gianluca Renzi © Jean-Claude Casanova
Au passage, on a reconnu quelques thèmes : Bill's Hit Tune, Nardis, Never let me go qui conclut ce concert forcément trop court. Le plus difficile, dira Giovanni, c'est de rendre hommage à Bill Evans sans l'imiter. Mission accomplie !

L’istinto lirico di Giovanni Mirabassi al Bebop di Roma

Giugno 5, 2012

Di Daniela Floris.

gmtrio
Giovanni Mirabassi Trio

Giovanni Mirabassi non viene spesso a suonare in Italia.  Eppure è uno degli artisti italiani più amati in Francia, suo Paese di adozione, e non solo in Francia.  L’occasione era da non perdere dunque: quasi tutti brani tratti dall’ultimo cd “Live at the Blue Note Tokyo”… e, in effetti, al Bebop (brillantemente ripresosi dopo i danni subiti per l’ alluvione del 19 ottobre scorso, della qual cosa ci rallegriamo perché è uno spazio adeguato e piacevole per ascoltare Jazz) è stata una bella serata di musica.

Giovanni Mirabassi al pianoforte, Gianluca Renzi al contrabbasso, Lukmil Perez alla batteria : questo il Trio che ha regalato un Jazz pieno d’inventiva, di spunti nuovi, di momenti anche complessi dal punto di vista dell’intreccio dei suoni, ma senza mai perdere il filo logico di quello che si usa definire “lirismo” e che possiamo descrivere anche come una tensione irresistibile di Mirabassi a un notevole “pathos melodico”.

Questo fil rouge fa si che in ogni episodio di ogni brano, anche nel momento potenzialmente più ostico, la musica di Mirabassi sia emotivamente intellegibile, fruibile, persino cantabile … eppure è proprio Jazz quello che si ascolta, e non certo un jazz suonato per essere mellifluamente adattabile ai gusti del pubblico.

Il trio è coeso.  Gianluca Renzi, altro italiano “espatriato” a NY è prodigo di note, sia durante i soli sia durante le parti insieme.  Molto bravo, tecnicamente preparatissimo, è talmente strutturato da essere complementare alle belle divagazioni di Mirabassi, che ha un modo di suonare sorprendentemente istintivo: istintivo, non casuale.  Sa bene a cosa tendere ma si lascia aperte tutte le possibili vie per arrivarvi. Le ballad sono quasi dolorosamente drammatiche, ma sanno diventare anche aspre con ostinati e dialoghi serrati con la batteria di Perez (sanguigno e presente ma in ascolto continuo).

Se durante una ballad in ¾ il tema viene affermato con decisione ripetendolo a lungo con un unisono tra pianoforte e contrabbasso, quando poi si entra nel vivo quello stesso tema viene come progressivamente interiorizzato, celato, i volumi si assottigliano fino a un poderoso solo di contrabbasso di Renzi.

C’è anche il Blues, in cui Perez alla batteria dà un apporto ritmico molto creativo ed energico sia con le spazzole sia con le bacchette.

In questa complementarietà dei componenti del Trio è entrato con voluta misurata disinvoltura, per due brani, il sax di Paolo Recchia, all’inizio solo apparentemente intimidito, in realtà da subito inseritosi nel fitto dialogo di musicisti tra loro molto affiatati.

Non si può che augurarsi di ascoltare più spesso Giovanni Mirabassi in Italia, per adesso questa di Roma è stata una delle uniche tre date di quest’anno dopo un tour che ha toccato Europa, Giappone, Corea, Cina e Stati Uniti.

Giovanni Mirabassi à Roland-Garros, 5 mai 2012

Décidément, vivre en région parisienne n'a pas que des inconvénients, puisque les apparitions du talentueux pianiste pérugin y sont fréquentes. Cette fois, un mois après le concert Adelante ! de l'Athénée, ce n'était pas au Sunside mais dans les locaux de la Fédération Française de Tennis que Giovanni Mirabassi donnait ce concert solo.

roland_10
Photo : J.C. Casanova

Stéphane Portet introduit les deux sets - comme au tennis - qui dureront environ une heure chacun, la soirée devant s'achever vers 23h30. Le premier set commence. On reconnaît au passage The Partisan, El Pueblo Unido Jamas Sera Vencido, mais on oublie les titres pour vite se laisser entraîner par le lyrisme de Giovanni. Il faut dire que nous sommes idéalement placés, juste face au magnifique Fazioli. Après une courte pause, le premier set se conclut avec Le Déserteur. Après l'entracte, le 2e set voit se succéder L'Estaca, Hasta Siempre, Lili Marleen, Libertango. Et l'apothéose finale : Le Chant des Partisans...

roland_28

roland_31


roland_35
Photos : J.C. Casanova

En rappel, après une petite introduction, Giovanni annonce, en cette veille de 2e tour de la Présidentielle, un morceau dédié au président sortant : La Valse des Adieux, et enchaîne avec L'Internationale. Magnifique !

roland_48

roland_65

Photos : J.C. Casanova

Paolo Fresu au 13e Festival Equinoxe, 21 avril 2012

equinoxe

Giovanni Mirabassi : Adelante ! au Théâtre de l'Athénée-Louis Jouvet, Paris, 2 avril 2012

adelante

Exceptionnel, annonce l'affiche, et nous n'avons pas été déçus ! Giovanni commence en solo avec une petite sélection de "morceaux qu'il avait envie de jouer", comme il l'annoncera au cours du concert. On reconnaît au passage El Pueblo Unido Jamas Sera Vencido, Le Déserteur, L'Estaca, mais surtout on est emporté par le flot des notes du piano. Sans interruption, Giovanni enchaîne avec Lili Marleen puis, un des sommets de la soirée, un Libertango d'anthologie où les passages très rythmiques alternent avec une fluidité extraordinaire du jeu.
Une petite pause, et Gianluca et Lukmil, les deux copains, font leur entrée pour un magnifique Viva Verdi, composé en hommage à l'attitude de Riccardo Muti face à Silvio Berlusconi un soir à la Scala. Puis vient une belle composition de Gianluca, intitulée A Song for Sabrina si ma mémoire est bonne, un ou deux autres morceaux, puis les invités font leur entrée. Tout d'abord Mélanie Dahan pour Alfonsina y el mar. Quelques mots sur cette belle composition du compositeur argentin Ariel Ramirez. Le texte est du poète Félix Luna et évoque le suicide par noyade de la grande poétesse Alfonsina Storni. Giovanni en avait déjà donné une version sur Terra Furiosa et le joue souvent en concert. Après Mélanie, "on passe aux choses sérieuses", dit Giovanni à l'entrée de Yaité Ramos. La chanteuse et flûtiste nous donne sa version de Hasta Siempre puis est rejointe par un bassiste et un percussionniste pour Yo me Quedo. Enfin, le Gracias a la vida de Violetta Parra (rendu célèbre par les versions de Mercedes Sosa et de Joan Baez). Une merveille qui conclut le concert dans un déluge d'applaudissements. Bien sûr, Giovanni revient pour un rappel. Les demandes du public sont multiples, Giovanni fait une drôle de mimique et démarre L'Internationale puis enchaîne sur Le Chant des Partisans, bientôt rejoint par Gianluca et Lukmil.

Une soirée splendide !

gm25

© J.C. Casanova

gm47

"Viva Verdi" selon Giovanni © J.C. Casanova

gm86

Yaite Ramos © J.C. Casanova

gm107

© J.C. Casanova

gm109

© J.C. Casanova

gm117

"Vous voulez L'Internationale ?" - © J.C. Casanova

athenee

Giovanni Mirabassi - © Maxence Gandolphe de Witte

Jan Garbarek & The Hilliard Ensemble :
"Officium Novum", Paris, 1er décembre 2011

officium
L'Eglise Saint-Roch était pleine pour ce concert organisé par les Productions Philippe Maillard autour d'Officium Novum, rencontre inouïe entre le saxophone de Jan Garbarek et la musique vocale ancienne.

Après Officium, qui a rencontré un immense succès et Mnemosyme, Officium Novum, aborde notamment la musique arménienne à partir d’adaptations de l'ethnomusicologue Vardapets Komitas et le chant byzantin ainsi que des oeuvres d’Arvo Pärt et de Perotin et deux compositions de Garbarek. Une musique qui ne rentre dans aucune des catégories sans lesquelles en France critiques et producteurs se sentent perdus. Saluons donc l'ouverture des organisateurs. Il est vrai que le seul nom de Garbarek remplit les salles dans le monde entier...

Le concert commence (avec un peu de retard) par Jan Garbarek seul. Le son de son saxophone soprano recourbé est magnifique. Bientôt l'on perçoit d'autres sons, sans au début pouvoir déterminer s'il s'agit de sons électroniques ou de voix. Ce sont bien les voix du Hilliard Ensemble. Les quatre hommes font leur entrée lentement, solennellement et s'installent sur le côté gauche. Dans la suite du concert, Garbarek restera rarement à côté des chanteurs. Au contraire il se déplacera dans le fond du choeur, veillant à ne pas couvrir les voix et usant de la réverbération des lieux avec une grande maîtrise.

Le moment le plus fascinant du concert est celui où les cinq hommes se déplacent dans toute la nef, créant un effet spatial étonnant.

Une musique qui nous entraîne dans un voyage étrange et lointain. Une autre forme de métissage et une expérience hors du commun.

" Ce n'est ni du jazz ni de la musique classique, elle n'est ni nouvelle ni ancienne, cette musique existe tout simplement, pour que chacun s'en émerveille et s'en nourrisse. "
Geoff Brown • The Times

Ov zarmanali – KOMITAS
Svjete tihij – BYZANTINE CHANT
Allting finns – JAN GARBAREK
Litany – NIKOLAI N. KEDROV
Otche nash – FROM THE LIPOVAN OLD BELLEVERS TRADITION
Dostoini est – ANONYMOUS
Surb, surb – KOMITAS
Most Holy Mother of God – ARVO PART
Tres morillas – SPANISH ANONYMOUS
Sirt im sasani – KOMITAS
Hays hark nviranats ukhti – KOMITAS
Alleluia.Nativitas – PEROTIN
We are the stars – JAN GARBAREK
Nu rein Weniges noch - GIORGOS SEFERIS

Giovanni Mirabassi Trio au Sunside le 25 août 2011

trio
© J. C. Casanova

En cette fin du mois d'août, le trio de Giovanni Mirabassi était de retour au Sunside pour quatre concerts (jeudi, vendredi et deux samedi). Après une longue attente, le concert commence enfin, et allait durer près de quatre heures pour finir à deux heures moins le quart du matin ! Mais cela valait la peine tant la musique était bonne et l'engagement des musiciens intense.

Le premier set reprenait en grande partie le répertoire du CD Live à Tokyo : NY #1, Worlds Changes, It's Us, Six for Sex, et aussi une nouvelle composition, Somewhere in Seoul ainsi qu'un standard, If I Should Lose You. C'est un régal d'observer les regards entre Giovanni et Gianluca, véritablement habité par la musique.

gianluca
Gianluca Renzi - © J.C. Casanova

Après une première pause, le deuxième set débute sur une nouvelle composition Viva Verdi, évoquant une soirée récente à la Scala au cours de laquelle le nom de Verdi est devenu le symbole de l'opposition des Italiens à leur Premier ministre. Après le thème de Gold and Diamonds, c'est un standard du bop, Billie's Bounce, qui est interprété. Suivent une belle ballade (probablement My Broken Heart) puis Here's the Captain. Nouvelle pause, il est près d'une heure du matin, mais peu de spectateurs ont envie de rentrer chez eux.


lukmil
Ludmik Perez - © J.C. Casanova

Le dernier set démarre par une nouvelle composition, The Ancient Oak, puis vient une ballade un peu dans le style d'Enrico Pieranunzi, et le concert se termine par une très longue version d'Autumn Leaves. Malgré l'heure tardive, les spectateurs réclament - et obtiennent - un rappel. Quelqu'un demande à Giovanni de jouer Les passantes. Il hésite, disant qu'il ne s'en souvient plus très bien, dit à Gianluca qu'il commencera tout seul, et que pour la suite, on verra, et se lance. Bientôt le thème se transforme en ... Someday my prince will come !! Le concert s'achève par une ovation méritée. Trois heures d'une musique sublime. Giovanni a montré toutes les facettes de son talent, passant de la ballade la plus délicate aux déluges de notes les plus fous, mais toujours pleins de musicalité et sans démonstrativité, créant des atmosphères profondément personnelles. Deux acolytes hors de pair, plus complices qu'accompagnateurs : Gianluca Renzi nous a montré son extrême virtuosité, notamment dans It’s Us, Ludmik Perez, relativement discret en début de concert, se déchaînant au fil des morceaux.

giovanni
Giovanni Mirabassi - © J.C. Casanova

 

Merci aux trois musiciens qui ont visiblement pris un grand plaisir à jouer ensemble. Encore une merveilleuse soirée dans ce club phare du jazz parisien.

Keith Jarrett en France

Paris, Salle Pleyel, 13 juillet 2011 : L'invitu y était !

Nous étions ce mardi 13 juillet Salle Pleyel pour l’événement que constitue le passage à Paris, après trois ans d'absence, de Keith Jarrett, Gary Peacock et Jack DeJohnette.

Depuis 1983, ce trio explore les standards avec une complicité inouïe et sans doute inégalée dans l’histoire du jazz.

J’avais un peu oublié l’architecture de la salle : les premiers balcons sont en fait très haut (de l’ordre de trois étages) mais même si l’on est loin, la visibilité est bonne partout, et l’acoustique est excellente. Après l’annonce traditionnelle sur les téléphones portables et la demande expresse de ne faire aucune photo, même pendant les applaudissements, les trois hommes font leur entrée, Keith chaussant une paire de lunettes noires avant de s’asseoir devant le clavier.
Une longue introduction solo, puis basse et batterie entrent en jeu, et c’est LE trio tel qu’on le connaît. Mise en place impeccable, belles interventions de Gary Peacock, jeu impérial de Jack DeJohnette, et le maître officie, assis sur son tabouret ou plus souvent debout, dansant devant les 88 touches d’ivoire, chantonnant, gémissant…

Déjà l’entracte, les quelques 50 minutes de la première partie ont passé comme un éclair. Au retour des trois musiciens, la tension monte avec quelques interprétations de standards. Keith nous offre d'autres standards, une belle ballade, un morceau rythmé… et c’est déjà la fin ! Le public applaudit à tout rompre, et le trio revient pour un long et magnifique God Bless the Child. Nouveau rappel de la salle debout, Jack DeJohnette fait mine de sortir et s'empare du micro pour demander : « Please, NO photographs ! ». En effet, quelques spectateurs ont pris des photos malgré l'interdiction, et au flash !! La musique reprend pour un final hors pair.

Le spectateur critique dira que cette mécanique bien huilée (plus de 30 ans !) est sans surprise et manque un peu de folie. Il n’aura pas entièrement tort. Mais quelle belle mécanique !

"Le" trio commence son grand chelem estival par le Festival de jazz de Strasbourg

Le Monde, 08.07.11

Cérémonie. Liturgie estivale. A Strasbourg, jeudi 7 juillet, le premier concert de la tournée européenne du trio - Keith Jarrett, piano, Gary Peacock, contrebasse, Jack DeJohnette, batterie - démarre sur deux pattes. Bascule d'un coup. Affiche un Keith Jarrett en pleine forme, amoureux. S'emballe vers un Django à pleurer (composition de John Lewis). Après quoi, pour la route, God Bless The Child. La messe est dite. Juste avant la mort de Franco (1975), sévissait génialement dans l'ABC, journal madrilène conservateur mais pas franquiste, un critique de messe. Tous les lundis, il exerçait les catégories du jugement kantien sans déchoir : cloches, heure, fleurs, orgue, chants, affluence, exactitude du rite, homélie. Plus le petit point d'émotion singulier.

Le trio Jarrett, Peacok, DeJohnette, c'est pareil. Chaque été, il appareille. Chaque été, ils calent sept dates de luxe : Copenhague, Paris (12 juillet), Juan-les-Pins (16), Naples, Milan, Barcelone, Londres. Ils ne se parlent guère. Se retrouvent. Choisissent à l'amiable, le temps de la balance, quelques standards piochés dans la Bible. Dînent végétarien avec un demi-verre d'eau minérale. Entrent en scène tels des sprinters sur la piste. Ressemblent soudain, du côté jardin au côté cour, à un Chaplin grisonnant (piano), Pascal Quignard juché sur tabouret de 74 centimètres (contrebasse), Jesse Owens à la démarche "of course" féline (batterie).

Leur cirque magique

Après quoi, office, simple joie de la musique, les voilà qui jouent comme des fous. Pause de quatorze minutes (abricots, eau minérale). Triomphe. Se retirent seuls en loge, quittent la place par limousines séparées, prennent un avion privé pour la Méditerranée, lisent des livres, nagent, et disparaissent. Leur cirque magique dure depuis trente ans.

Moyenne d'âge, 68 ans. Auriez-vous l'imprudence de fureter dans un dico pour savoir avec qui ils ont joué ? Qui ils ont rencontré ? Vous tomberez sur 6 284 noms de chanteuses et musiciens, trois quarts de siècle de musique classique américaine (le "jazz"). Ils auront connu cent fois moins d'amoureuses que de partenaires. Ensemble, ils procèdent à l'inventaire. Exaspérants pour les exaspérés de profession. Passionnants pour les passionnés de la passion. Tous les soirs, ils innovent, parfois ils se plantent.

Point d'orgue d'un festival de luxe à Strasbourg (Jeff Beck, Mike Stern, Esperanza Spalding, George Benson), "le trio" attaque comme on débouche un Château Palmer 2005 : astringent au début, épanoui dans un style d'abricot secret, fantastique, et finalement inoubliable pile au moment où il n'en reste plus. Ainsi va la vie.

Des trios, en jazz, on en a connu, et de vraiment géniaux (Ellington, Mingus et Roach sur African Flowers ; Phineas Newborn ; Thelonious Monk ; Ray Bryant ; Hank Jones ; Joachim Kühn ; Bob Vatel...). Ils se multiplient aujourd'hui, genre multiplication des petits pains. La formule est si tentante. Tous les trios actuels, sans exception, jouent mieux que "le trio" de Jack, Gary et Keith. Mais aucun, il s'en faut, aussi bien.

Francis Marmande

Article paru dans l'édition du 09.07.11

Andy Sheppard au Sunset

Samedi 14 mai à 21h30   libero  
    Andy SHEPPARD / Michel BENITA / Sebastian ROCHFORD    
    Andy Sheppard – saxophones ; Michel Benita – c.basse ; Sebastian Rochbord – batterie    
    Andy Sheppard est considéré comme un des solistes majeurs du jazz européen. Depuis plus de vingt ans, Andy Sheppard travaille régulièrement avec la grande compositrice Carla Bley. Pour ce nouveau trio r, il s’est entouré d’une nouvelle équipe avec deux fidèles compagnons, le contrebassiste Michel Benita, compagnon de Aldo Romano, Erik Truffaz qui fleurte entre jazz, world et musique électronique... Et le batteur anglais Sebastian Rochford découvert au côté de Bojan Z et leader du groupe acoustic Ladyland. Un trio en couleur et feux.

Le nouveau trio "Trio Libero" réuni autour d'Andy Sheppard, composé du batteur Sebastian Rochford et du contrebassiste Michel Benita, se produisait au Sunset le 14 mai.

Le concert commence par Libertino avec Sheppard au ténor, qui expose le thème avant de passer la main à Benita. Le bassiste français, à la bonne humeur contagieuse, s'est avéré le parfait complément du sax d'Andy.
Ensuite, ce fut "Land of Nod," au cours duquel Sheppard passe au soprano pour une mélodie très fraîche.. Le dialogue entre le soprano et la basse est captivant, renforcé par le druming de Rochford. Après Let me tighten you up, un morceau "futuriste", "Space Walk part 1" voit Andy, à l'instar de son compère chez Carla Bley Paolo Fresu, s'aider de l'électronique, avec delay et écho, un peu dans la veine de Jan Garbarek.

Une entente palpable entre les musiciens, Andy très décontracté et plein d'humour, le jeune batteur fixant le bassiste; Seb Rochford fut pour moi la surprise de la soirée, avec une technique éblouissante, une touche exquise sur les cymbales, et un rythme implacable sur la grosse caisse et les toms

Le premier set s'achève sur un long morceau, Unconditional secret.

Nous avons droit à un second set avec une belle ballade, "When We Live On The Stars", avec plusieurs solos de basse, puis des morceaux de Benita et Rochford et la seconde partie de Spacewalk, et enfin un rappel. Près de deux heures de bonne musique !.

Un trio passionnant, avec un Andy Sheppard au jeu plus "acide" qu'à l'accoutumée, évoquant parfois Sonny Rollins, Joe Lovano voire fugitivement Ornette Coleman.

andy
© J.C. Casanova

Le Giovanni Mirabassi Trio au Sunside

mardi 21 décembre 2010

Décidément, nous avons pris goût aux soirées au Sunside, puisque nous y retournons dix jours après avoir vu Paolo Fresu. Il faut dire que l'accueil est sympathique, les cocktails délicieux, et que pour peu d'arriver suffisamment tôt on peut être très bien placé.
Nous étions ainsi juste en face de cet autre Italien de Paris, Giovanni Mirabassi, et nous avons pu suivre tous les détails de son jeu, non sans jeter un coup d'oeil aux deux autres protagonistes de la soirée, le bassiste Gianluca Renzi et le batteur Lukmil Perez, excellents tous les deux.

Giovanni attaque un standard, magnifique, et nous admirons déjà son jeu élégant. Puis le trio joue de larges extraits du dernier album "Live at the Blue Note, Tokyo". Que ce soit dans les ballades ou dans les morceaux plus rythmés, le trio nous régale. Le sommet, pour moi, My broken heart. En rappel, à la demande d'un spectateur, Giovanni joue Le Chant des Partisans. Beauté, raffinement, limpidité, lyrisme. Encore une soirée enthousiasmante !

mirabassi    mirabassi

trio

© J.C. Casanova

Le Paolo Fresu Quintet au Sunside

vendredi et samedi 11<12 décembre 2010

Pour la sortie de l’album “Songlines - Night & Blue” (chez Tukmusic) et également à l'occasion des dix ans du Sunside, Paolo Fresu se produisait avec son "quintette italien". En ce froid samedi de décembre, c'était particulièrement réconfortant de se serrer dans la petite salle du club parisien pour réchauffer en dégustant cette belle musique. Dès le premier morceau, "Que reste-t-il de nos amours" et "T.R.E.A.P." enchaîné directement après, on sent la parfaite entente entre ces musiciens qui jouent ensemble depuis pas moins de 26 ans. Nous entendrons successivement Ninna Nanna per Andrea/Inno alla Vita, Eterninna,d'autres morceaux encore. Très belles interventions du pianiste Roberto Cipelli et du saxophoniste Tino Tracanna au ténor et au soprano, Paolo quant à lui alternant, au sein d'un même morceau, le bugle et la trompette avec ou sans sourdine. Attilio Zanchi à la contrebasse et Ettore Fioravanti assurent un soutien parfait aux solistes, auxquels se joint en fin de concert le jeune saxophoniste Raffaele Casarano, d'abord à l'alto sur un morceau très free, puis au soprano. Un musicien très prometteur qui vient d'enregistrer son premier CD, Argente, sur le nouveau label de Paolo, Tuk music.

Peu avant le rappel, Paolo annonce "une mauvaise nouvelle" : Attilio vient de casser une corde, celle de ré, ce qui occasionne un petit échange comique : quelqu'un déclare "si può fare a meno del rè", ce à quoi quelqu'un ajoute "anche del presidente", plaisanterie compréhensible seulement par les italophones !

Même sans ré et sans basse, le quintette assure. Il nous régale d'un dernier rappel en trio, avec Lascia ch'io pianga d'après Haendel. Une merveilleuse soirée. Merci Paolo, merci le quintet !

IMPORTANT : Ce concert était diffusé en direct par FIP. Il peut être écouté (avec en prime une interview de Paolo) pendant une semaine à cette adresse : http://sites.radiofrance.fr/chaines/fip/jazz/index.php
Malheureusement, ce concert est incomplet et diffusé en 32 kb. Si quelqu'un l'a enregistré en direct, je serais très intéressé par une copie !

Une vidéo trouvée sur youtube : "Soundcheck at the Sunside (Paris). 2010 November"

Je rappelle que les informations sur Paolo Fresu se trouvent désormais, non pas en page "jazz", non plus en page "invités", mais sur sa propre page !

Paolo Fresu, Ralph Towner – Festival de Jazz de Montréal

lundi 28 juin 2010

Paolo Fresu Ralph Towner Chiaroscuro Montreal Jazz Festival

Concert

Samedi soir dernier, dans le cadre de la Série Invitation du Festival  International de Jazz de Montréal, le trompettiste italien Paolo Fresu était accompagné du guitariste américain Ralph Towner. Au menu, la plupart des pièces de Chiaroscuro, leur plus récent album lancé sur étiquette ECM. Le duo débute avec Punte Giara, une musique sarde qui fait référence à la rencontre de ces deux musiciens 20 ans plus tôt. Towner alterne entre une guitare classique et une guitare baryton, Fresu entre la trompette et le bugle. La majorité des morceaux sont des compositions de Ralph Towner tel Wistful Thinking ou Sacred Place. Plus bas, une vidéo d'un concert similaire à Innsbruck avec la pièce Chiaroscuro.


Il règne dans la salle du Gésu une atmosphère feutrée, presque méditative. La musique est simple, mais de cette simplicité à laquelle atteignent les grands au sommet de leur art. La richesse harmonique, la vibration qui se dégagent du jeu de Towner, amplifié par l'excellente acoustique de la salle, donnent le frisson. De son côté, la sonorité de Fresu est une merveille de subtilité et de retenue. Quelques standards émaillent la soirée, Blue in Green, la très jolie Beautiful Love. Le duo dialogue avec une connivence assumée. Un grand moment du festival, assurément!

Source : http://jazzfrisson.blogspot.com/2010/06/paolo-fresu-ralph-towner-festival-de.html

Carla Bley Salle Pleyel le 25 avril 2010

Beau programme en ce dimanche ensoleillé d’avril ("April in Paris", rappellera Carla Bley en introduction) avec, comme l’écrit Alex Dutilh dans le programme, « la gomme et le crayon » : l’un (Uri Caine) se demandant « comment réécrire pour le jazz », l’autre (Carla Bley) « comment écrire le jazz ».
Si c'est sous l'angle de l'originalité que Carla Bley s'est imposée au tournant des années 70,  avec notamment Escalator over the Hill, c’est aujourd’hui une musique en apparence beaucoup plus sage, mais pleine de charme et non exempte de malice qu’elle propose avec son « Banana Quartet » enrichi du trompettiste sarde Paolo Fresu.

Les cinq morceaux (et demi) de la Banana Suite s’enchaînent, merveilleusement servis par Paolo Fresu et Andy Sheppard avec le soutien discret mais indispensable de Billy Drummond et de Steve Swallow, sans oublier le piano de Carla. Après cette suite de près de 40 minutes, c’est Rut, les deux souffleurs terminant par un « chjam’è rispondi » instrumental ponctué par un éclat de rire. Le temps de reprendre son sérieux et Carla présente un vieux morceau, Vashkar : « Imaginez un désert en Asie », puis le concert s’achève avec Ad Infinitum. Et en rappel, le poignant Death of Superman.
Chaque intervention est ciselée, somptueuse, l'entente est parfaite entre Paolo et Andy. Un magnifique concert.

Quelques mots sur le premier concert : Uri Caine s’installe au piano et se lance dans une interprétation toute personnelle de Mozart. On sent une belle technique, on est amusé, surpris. Puis les musiciens font leur entrée :  Jim Black (batterie), John Hebert (basse), Chris Speed (clarinette), Josefina Vergara (violon), Ralph Alessi (trompette) et Nguyen Lê (guitare électrique).
L'orchestre se lance dans la re-création (ou le dynamitage ?) de quelques morceaux de Mozart. Malgré tout le talent des musiciens, on est partagé : les improvisations sont bien menées, des passages sont magnifiques, notamment les interventions de Nguyen Lê. Mais les meilleurs moments sont justement ceux où les musiciens s’éloignent véritablement de Mozart, telle cette longue introduction arabisante retrouvant finalement le thème de la Reine de la Nuit dans "La Flûte enchantée".

On touche là les limites de l'exercice : le hiatus est trop grand entre les styles. Du coup, l’exposé des thèmes « revisités » est finalement – fatalement – inférieur à l’original, et c’est dans l’improvisation que se révèle le talent. Un bon moment néanmoins, et globalement une excellente soirée.

Les caméras d'Arte étaient là et le concert de Carla Bley a été visible dans son intégralité pendant un mois à cette adresse : http://liveweb.arte.tv/fr/video/Carla_Bley_a_la_Salle_Pleyel/

Sonny Rollins, le jazz à l'état chimiquement pur

LE MONDE | 01.08.09 | 13h34  •  Mis à jour le 01.08.09 | 13h34
Marciac (Gers) Envoyé spécial

 
rollins marciac
© AFP/VALERY HACHE

Sonny Rollins, saxophoniste ténor, né en 1930 à New York, colosse du jazz, donne en France deux concerts cet été. A Nice, le 25 juillet (Le Monde du 28 juillet), il met les choses en place. A Marciac, il confirme en très grandes largeurs. Rollins l'avait annoncé à Jean-Louis Guillaumon, inventeur du festival. Pas une promesse de Gascon. Il savait. Pour l'avoir vu deux cents fois ou presque depuis le 4 novembre 1965 à Paris, on l'annonce, on le claironne : le concert du vendredi 31 juillet, en ouverture de la 32e édition de Jazz in Marciac (JIM) comptera dans l'histoire du festival, comme dans celle du musicien.

Pourquoi ? Seule et unique raison, la musique, le jazz à l'état chimiquement pur. Balayés les enfantins fantasmes d'âge et de mort. Les liturgies de Rollins parfaitement réglées, exercice spirituel du souffle, touchent au coeur nucléaire de la musique. Ce 31 juillet, il l'a su. Les 6 527 auditeurs du chapiteau de Marciac, aussi.

Son premier morceau, Strode Rode, il le prend avec un engagement à la hauteur de l'accueil somptueux que lui fait le public. Or ce Strode Rode, il vient de le prendre à fond, deux heures avant le concert, en fin de balance, ce réglage du son, des lumières, des micros. Pour un groupe rodé et un colosse vieilli, la balance peut durer quinze minutes. Là, sans public, en une heure et demie de minutie où chacun joue pour soi, il finit par ce Strode Rode lancé à fond, comme si la vie de tous en dépendait. Les vieux routiers du groupe, le tromboniste Clifton Anderson et le bassiste Bob Cranshaw, n'en reviennent pas. Les techniciens non plus.

Quant au batteur, excellent, Kobie Watkins, au guitariste Bobby Broom ou au percussionniste Victor Y. See Yuen, ils n'ont plus assez, vu leur âge, d'une vie, pour mesurer la statue très vivante qu'ils ont la chance d'accompagner. Rollins vient de sortir des loges, un Algeco blanc d'où s'échappait un son de cathédrale, un son de sirène et de ville, le son du ténor, le son de Sonny Rollins. La chaleur est à crever. Il ne sue pas. Personne à l'horizon. Il entre en répétition. Elégance peu croyable, le corps défait par des hanches qui le tracassent. Au saxophone, il change quatre fois d'anche.

L'orchestre tourne comme une horloge hors norme. Il va de l'un à l'autre, se plante sur ses hanches, écoute bien en face. Psychiquement, ça doit faire drôle de jouer devant six mille chaises encore vides sous le regard de Rollins. Lui, mais il faudrait Hugo pour le décrire, il vient d'entrer en piste, joue free sans complexe, aligne ses six mille mémoires, déambule et parfois coupe court, fait trois remarques à voix calme : "La salle renvoie beaucoup, vous savez. Ah, avec le public, ce sera absorbé ? Espérons. Moi, je ne peux plus tout faire."

Au-dessus du groupe, de petites caméras virevoltent, ce sont leurs essais, comme des drones pompettes. Sonny Theodore Walter Rollins souffle soudain non pas rageusement, première idée pauvre qui vient à l'esprit, mais en connexion directe avec le cosmos. Il jette les yeux aux cintres, marche à tâtons vers l'avant-scène, lance des uppercuts pour personne, devant les chaises encore vides, joue à se vider avant le vrai concert, onze minutes montre en main. Le temps ne fait rien à l'affaire.

Après quoi, le vrai concert, il l'entame ou le suit du même Strode Rode. Espèce de riff génialement productif, bombardé par l'orchestre, cependant qu'il va, Sonny Rollins, dans toutes les directions pendant près de trois heures, s'offre des traits que pas grand monde du haut free jazz ne se fût permis, cite un instant, entre mille, un petit air de Chaplin, se promène dans sa musique comme on arpente une galaxie. Du coup la rejoint et l'entraîne, semble tout éberlué sous l'écroulement de bonheur du chapiteau.

Avec, dans le désordre, des ballades, des solos, des folies, force calypsos, une version lente à mourir d'In a Sentimental Mood, de Duke Ellington, des codas sans le moindre venin, plus un triomphal St Thomas dont la joie exulte ; on le chante en rentrant. à cette réserve près, que quand Sonny Rollins le prend, depuis des siècles, c'est pour signaler la fin du concert. La fin du carnaval. Comme la vie en somme.

Francis Marmande

Le Carla Bley Quintet au New Morning

fresusheppard Ce 2 juillet 2008, le New Morning accueillait The Lost Chords, le quartet de Carla Bley augmenté de Paolo Fresu. Vers 21h40 les musiciens entrent enfin en scène et Carla présente The Lost Chords, fait mine de chercher sous le piano… et Paolo apparaît, trompette et bugle à la main. Le concert commence avec l’intégrale de la Banana suite en 5 parties et demie, suivie de Rut . Après cette magnifique première partie, Carla annonce une « intermission », avant de trouver le mot « pause ». Et le concert reprend de plus belle, avec La Paloma, puis une version époustouflante de « The Girl who cried champagne », Paolo et Andy déchaînés, toujours soutenus admirablement par la basse et la batterie. Après The Liver of life, une nouvelle composition dont le nom m’a échappé (« jouée pour la première fois ce soir », annonce Carla, le dernier morceau, Death of Superman, arrive. Malgré l’heure tardive et la sortie des spectateurs craignant de manquer le dernier métro, un  rappel extraordinaire : Ad infinitum. Un très beau concert, des musiciens au sommet de leur art, notamment un Andy Sheppard très inspiré. Cet admirable musicien nous a montré hier soir toutes les facettes de son talent au saxo ténor, alternant montées dans l'aigu et notes graves pleines d'harmoniques. Son entente avec Paolo est étonnante, visiblement les deux musiciens prennent un grand plaisir à jouer ensemble, comme par exemple la fin d'un morceau où, s'aidant de la réverbération, ils s'amusèrent à se répondre.

Trouvé sur le net :

La belle Carla

Hier soir, le New Morning était plein de poésie et d'esthétique: un choeur perdu y avait trouvé Paolo Fresu, une pièce prétendument rapportée. Jusqu'à six "Bananas Compositions" en passant par la fille qui pleure du champagne, le Quintet de Carla Bley, élégance féline sur corps squelettique, a déroulé, dans un extrême raffinement, des rythmiques épurées, voire minimalistes, sur lesquelles Paolo Fresu (tp) et Andy Sheppard (s) développaient, dans une très grande classe, mélodies entrecroisées et chorus ludiques. Environ deux heures et demi de luxe, calme et volupté conclues par un poignant "Death of Superman"  Un fracas d'applaudissements les fit revenir et terminer en rappel par un (prémonitoire?) "Ad Infinitum" sur lequel Andy Sheppard, extraordinaire musicien, enleva un chorus de plusieurs minutes figeant la salle dans un silence admiratif. 00h.30, nous quittions la rue des Petites-Ecuries, quiets et ivres de mélodies.
Gilles
Source : Le blog de Souillac in Jazz
http://souillacenjazz.blogspot.com/

L'énergie radieuse de Carla Bley et de ses quatre compagnons

Dans son disque The Lost Chords (2004), la pianiste, compositrice et chef d'orchestre Carla Bley, née à Oakland en 1938, contait les mésaventures vécues lors d'une tournée européenne en 2003. Cette fois, c'est la basse de Steve Swallow qui s'est égarée entre New York et Vienne (Isère), ville où la formation jazz donnait un concert, le 1er juillet, étape d'une micro-tournée française. Peut-être cela donnera-t-il à la subtile Carla l'idée d'une composition. L'instrument a fini par arriver.

Au New Morning, mardi 2 juillet, la basse de Swallow est bien là, présence forte jamais envahissante, soutien absolu de la musique de Carla Bley depuis trente ans. The Lost Chords, c'est aussi un quartette. Bley, Swallow, le saxophoniste Andy Sheppard et le batteur Billy Drummond. Un jour, The Lost Chords a rencontré le trompettiste sarde Paolo Fresu. Ce qui a donné un autre disque, The Lost Chords Find Paolo Fresu en octobre 2007.

C'est ce qui est joué ce soir. Dont la longue pièce The Banana Quintet, avec sa citation tournoyante d'I Want You (She's So Heavy), des Beatles, dans l'album Abbey Road (1969). Une suite qui débute lentement, prend son tempo, sert d'inspiration pour les passages solistes de Fresu et Sheppard.

Rien de niais, ce n'est pas le genre de la maison. Un univers qui prend au blues, à des ambiances qui rappellent Nino Rota et les films de Fellini, à l'étrangeté bancale de Thelonious Monk. Cette élégance et cette énergie radieuse pourront s'entendre au Domaine de Fontblanche, à Vitrolles, le 4 juillet, lors du festival Charlie Free. Vaut le voyage.

Sylvain Siclier
Article paru dans l'édition de LE MONDE du 04.07.08

Carla, Paolo, Steve et les autres

nm2008

Le concert que donna Carla Bley le 2 juillet au New Morning fut en tout point captivant. Au programme, la totalité de l'album « The Lost Chords find Paolo Fresu », que Carla et ses musiciens jouèrent dans l’ordre, allant jusqu’à offrir en rappel Ad Infinitum, dernière plage du disque et très ancienne composition de la Dame. Tout au long de cette prestation brillante divisée en deux sets, les solistes tout feu tout flamme prirent de longs chorus inspirés. Jouant surtout du bugle, Paolo Fresu offrit une grande variété de couleurs à la musique, Andy Sheppard au saxophone ténor complétant hardiment les interventions lyriques et lumineuses du trompettiste. Le batteur Billy Drummond utilisa exclusivement ses cymbales pour nous offrir un mémorable solo, et Steve Swallow captiva par le jeu mélodique de sa guitare basse. Discrète au piano, Carla soutenait avec brio l’architecture sonore et canalisait les solistes. Son prochain disque, "Appearing Nightly", enregistré en big band les 17 et 18 juillet 2006 dans ce même New Morning, sortira le 25 août.

Pierre de Chocqueuse

©Pierre de Chocqueuse

Des photos du concert donné dans le cadre du festival "Le nuove ruote del Jazz" le 4 mai 2007 dans la salle Tripcovich  à Trieste

5 jours plus tard, le quintet se produisait à Rome, au Parco della musica.

L'idea è venuta a Carla Bley. è lei che, in occasione di un concerto al Festival Jazz di Berchidda, ha individuato proprio nell'organizzatore del Festival sardo, Paolo Fresu, il quinto elemento – la tromba – da aggiungere al suo quartetto The Lost Chords in vista di un tour. è a lei, quindi, che si deve la possibilità del concerto di stasera e le siamo grati, perché è stato davvero un bel concerto. Certo, per il pubblico italiano, la proposta era intrigante: uno dei quartetti di maggior qualità oggi in circolazione, The Lost Chords appunto, e uno dei jazzisti italiani in assoluto più amati e seguiti, Paolo Fresu. La risposta di pubblico, infatti, non ha tradito le aspettative. Tuttavia, la proposta non è nata affatto per allettare il pubblico nostrano, non si è trattato del concerto del quartetto della Bley + la tromba di Fresu. Abbiamo, invece, assistito davvero al concerto di un quintetto. E, per chi sa come lavora Carla Bley, grande talento compositivo, che non lascia al caso neanche l'improvvisazione, non sorprende affatto.

Non sorprende affatto, dunque, che ad aprire il concerto sia stata una lunga suite, Banana Quartet, composta dalla Bley apposta per la presenza di Fresu, per esaltare il lirismo peculiare della sua tromba, quel tratto che già al primo ascolto l'ha impressionata – "era elegante ed eloquente, terrena e al tempo stesso eterea" – e spinta a chiedere una collaborazione. E in effetti, nonostante la battuta della Bley, che per spiegare il titolo si autoescludeva dal maschile "quartetto di banane", Banana Quartet è davvero una composizione per un quintetto, da un quintetto magistralmente eseguita. La composizione della Bley scommetteva sull'interplay tra il sax e il flicorno, che ha entusiasmato il pubblico proprio per l'equilibrio e l'armonia tra le due diverse sensibilità: sobrio, rigoroso, cristallino il suono di Sheppard; fantasioso e melodico quello di Fresu. L'interplay tra i fiati ha rappresentato il leit-motiv dell'intero concerto: sia la Bley che Swallow hanno infatti ridotto al minimo i loro interventi solistici. Le composizioni della Bley non hanno nemmeno sacrificato e ingabbiato la personalità jazzistica di Fresu, che, ad esempio, in un brano dalle suggestioni arabeggianti, vi ha impresso il suo peculiare modo di orchestrare con il campionatore il suono della tromba, sfidando Sheppard ad avventurarsi in territori per lui poco consueti.
Il concerto è durato circa due ore, senza mai smettere di riservare sorprese, concludendosi con Ad Infinitum, composizione della Bley di trent'anni fa, che, grazie al suo tema semplice e accattivante, ha conservato intatta la sua freschezza e la capacità di entusiasmare il pubblico. In conclusione, speriamo che l'insistenza con cui il pubblico ha richiesto inutilmente un ennesimo bis sia servita almeno a convincere la Bley e Fresu a non fare di questa collaborazione soltanto un episodio, seppur straordinario. 

di Dario Gentili
Source : http://www.jazzitalia.net/iocero/CarlaBley_PaoloFresu.asp

Des photos (de Gérard Tissier) du concert du 4 juillet 2008 à Vienne

separateur

Haut de page   Accueil     Page précédente  En savoir plus   Mentions légales


Les pages "musique" sont organisées comme suit :

Le chant corse
Les pages consacrées à A Filetta :

A Filetta : témoignages 
Actualité et archives
Chants : les textes des chants
Concerts avant 2006
Concerts 2006
Concerts 2007
Concerts 2008
Concerts 2009
Concerts 2010
Concerts 2011
Concerts 2012
Concerts 2013
Concerts 2014
Concerts 2015
Concerts 2016
Discographie : tous les disques en détail
Repères chronologiques : A Filetta de 1978 à aujourd'hui
Parole : Les mots d'A Filetta (interviews, entretiens...)
Galerie photo
sans oublier mon livre sur A Filetta !

Les pages consacrées aux groupes, chanteurs et musiciens corses

Les pages consacrées aux paroles des chants corses :

- page "chants d'A Filetta",
- chants corses d'hier
- chants corses d'aujourd'hui

Les compte-rendus de concerts

Les pages consacrées aux Rencontres polyphoniques de Calvi :

Les invités des Rencontres (tous les artistes y ayant participé au moins une fois)

Le jazz et la page consacrée à Paolo Fresu

Les annonces et compte-rendus de concerts de jazz

Les musiques du monde

L'opéra, la musique baroque, etc.

Les inclassables

Les vidéos

Et enfin, ma sélection de disques du mois.


Corsicamania, l'annuaire des sites corses

Valid XHTML 1.1