Viaghji / Voyages

Lanzarote

Dernière mise à jour : 24/03/2020

Vous êtes ici : Voyages : Lanzarote

Lanzarote, "l'île aux 300 volcans", est la plus volcanique des îles Canaries. Cette île de 860 km2 est l’île la plus orientale des Canaries. Les côtes marocaines sont seulement à 140 km.
La beauté naturelle et la fragilité d'un tel milieu face au tourisme et aux aménagements humains ont été bien comprises par César Manrique, architecte et environnementaliste célèbre, natif de l'île. Il a tout fait pour obtenir le classement des zones les plus sauvages, aménageant par ailleurs ce qui devait l'être pour le tourisme avec goût et respect du milieu naturel (Jardin de Cactus, par ex.). Un an après sa mort en 1993, l'île recevait le statut de "Réserve de Biosphère" par l'UNESCO. C'est cet ensemble, certes assez touristique par endroits (côte est), mais étonnamment préservé en d'autres (sud, côtes ouest et nord-ouest, parc de Timanfaya et ses abords) que nous avons découvert en février 2020. Les paysages y sont spectaculaires, assez analogues à ceux de l’Islande par endroits, mais bénéficiant d’un climat bien plus agréable, et partiellement recouverts d’une flore endémique très intéressante (euphorbiacées, cactées).

L'île, la plus ancienne avec sa voisine Fuerteventura (20 à 15 millions d’années), est constituée de matériaux volcaniques anciens de 10 à 20 millions d’années, mais elle abrite d’autres éléments beaucoup plus récents comme les immenses champs de lave du parc de Timanfaya.
Il y a eu trois périodes d’éruptions : celle de la Corona, il y a 20 000 ans ; les éruptions historiques de Timanfaya (1730-1736) ; enfin, l’éruption de 1824 qui a duré 86 jours, couvrant environ 4,9 km2   et créant trois cônes volcaniques (volcan de Tao – Nuevo del Fuego et Tinguaton).
L’île compte environ 147 000 habitants et Arrecife en est la ville la plus importante.

Lundi

9 février 2020 : Après un voyage sans histoire avec une escale à Madrid-Barajas qui nous permet d'admirer l'architecture du terminal T4 de l'aéroport Adolfo-Suárez, due au britannique Richard Rogers, nous arrivons à Arrecife à 13h15 heure locale (une heure de moins qu’en Europe). L’agence de location de voitures ne se trouve pas sur place ; il faut trouver et attendre la navette qui nous conduit au siège de l’agence, dans une zone d’activités de la capitale. Le trajet d’Arrecife à Costa Teguise, où se trouve notre hôtel, est court, et nous pouvons bientôt nous installer dans notre immense hôtel, un paquebot un peu à l’extérieur de la ville.

costa-teguise   costa-teguise
Costa Teguise - Cliquer sur une image pour zoomer / dézoomer

Mardi

Jardin de Cactus

Départ 9h30 pour le Jardin de Cactus.
Entouré de la plus grande plantation de figuiers de l’île, consacrée à la culture de la cochenille utilisée comme teinture textile, le jardin de Cactus accueille autour de 4 500 spécimens de 450 espèces différentes, regroupées en 13 familles de cactus venus des cinq continents. Le vert des plantes contraste avec le bleu du ciel et le noir du volcan pour créer une explosion de couleurs harmonieuse qui frappe le visiteur.

costa-teguise   costa-teguise
Les cultures de cochenilles - Cliquer sur une image pour zoomer / dézoomer

Ce jardin fut la dernière des grandes interventions de César Manrique à Lanzarote. Sur cet espace dégradé qu’était la carrière de Guatiza, une ancienne rofera de picon (carrière d’où on extrait les cailloux pour absorber l’humidité), l’artiste a créé un jardin extraordinaire. C’est un magnifique exemple d’intervention architectonique intégrée au paysage ;
A l’extérieur, un grand cactus métallique nous accueille. Puis, une fois la porte franchie, une vue sur l’ensemble de l’enceinte circulaire comme un cratère s’ouvre à nous. De hauts monolithes de cendre volcanique, vestiges qui gardent intacte la mémoire de ce que fut ce lieu, défient par la taille les grands spécimens de plantes originaires d’Amérique, d’Afrique ou d’Océanie, tandis que du haut d’une petite colline, un moulin à maïs scrute l’horizon. Deux belles constructions au toit en forme de coupole abritent la boutique et la cafétéria (où l’on est accueilli par la musique de Zakir Hussain !)
Magnifique visite, qui donne envie de revenir! (ce que nous avons fait quelques jours plus tard).

costa-teguise   costa-teguise   costa-teguise
Cliquer sur une image pour zoomer / dézoomer
cactus   cactus   cactus

cactus   cactus   cactus

cactus   cactus   cactus

cactus   cactus   cactus

cactus   cactus   cactus

cactus   cactus   cactus

cactus   cactus   cactus
Cliquer sur une image pour zoomer / dézoomer
cactus   cactus
La signalétique des toilettes, très originale ! - Cliquer sur une image pour zoomer / dézoomer

Jameos del Agua

L’arrêt suivant est aux Jameos del Agua, des grottes souterraines à ciel ouvert, aménagées par César Manrique et Jesus Soto en 1966. Elles sont situées sur la route entre Órzola et Punta de Mujeres sur la côte Nord–Ouest de Lanzarote, dans la région des « Malpaís » de la Corona.
Les Jameos del Agua, de même que la Cueva de los Verdes, se trouvent à l’intérieur d’un tunnel volcanique né des éruptions du volcan de la Corona. Les « jameos » (un mot issu du dialecte local originel, signifiant « grotte, bulle »).se situent dans le tronçon du tunnel qui se rapproche le plus de la côte. Ils doivent leur nom à la présence d’un lac intérieur à l’origine d’infiltrations d’eau de mer, et qui constitue une formation géologique singulière.
Les visiteurs accèdent par un escalier en colimaçon au premier niveau d'où on peut observer des grottes souterraines.

jameos   jameos
Le premier niveau. Cliquer sur une image pour zoomer / dézoomer

Les infiltrations d'eau de mer ont engendré la formation d'un lac naturel d'eau transparente et le développement d'une espèce de crabes minuscules blancs albinos uniques au monde, les "jameitos" de leur nom scientifique Munidopsis Polymorpha, qui sont devenus le symbole des Jameos del Agua.

jameos   jameos
Le lac aux crabes - Cliquer sur une image pour zoomer / dézoomer

Lorsque le soleil brille, ses rayons traversent les petites ouvertures du plafond de la grotte pour se refléter sur le lac aux eaux cristallines créant un effet d'une beauté magnifique.
On rejoint ensuite "Jameo Grande", une bulle volcanique de 100m de long et de 30m de large.

jameos   jameos   jameos
Le premier niveau. Cliquer sur une image pour zoomer / dézoomer

Plus loin, le long du couloir latéral qui conduit du "Jameo Grande" au "Jameo Chico", une magnifique piscine aux eaux couleur émeraude créée dans la roche volcanique entourée d'un jardin exotique. Une végétation exubérante pousse dans cet espace dont la couleur verte contraste avec la roche volcanique noire.

jameos   jameos   jameos
La piscine et l'auditorium - Cliquer sur une image pour zoomer / dézoomer
L'intérieur du "Jameo Chico" a été aménagé en auditorium de 600 places dont les qualités acoustiques cristallines naturelles sont exceptionnelles.
Jameos del Agua est un des plus beaux exemples du rapprochement de l'art et de la nature

Órzola

Nous nous rendons ensuite à Órzola où nous prenons un excellent déjeuner de poissons et de poulpe. Nous faisons ensuite une petite promenade dans les champs de lave qui rejoignent la mer.

costa-teguise   costa-teguise   costa-teguise

costa-teguise   costa-teguise   costa-teguise
Órzola - Cliquer sur une image pour zoomer / dézoomer

Mirador del Rio

Nous quittons Órzola pour le Mirador del Rio, situé à 475 mètres d’altitude sur les falaises du Risco de Famara. Ces falaises correspondent à la partie la plus ancienne de l’île (avec les Ajaches dans le sud). Le processus d’érosion a démantelé ces formations. Par la suite, il y a eu d’importantes émissions de matériel magmatique qui ont conduit à l’union des deux anciennes formations.
Le belvédère del Río est l’une des créations architecturales les plus représentatives de César Manrique. Il y concrétise en une succession de détails artistiques et architecturaux son objectif d’intégrer l’art à la nature. Ce belvédère camouflé dans la roche domine El Río, l’étroit bras de mer qui sépare Lanzarote de La Graciosa et offre une vue plongeante sur l’île de Graciosa et son unique village, « Caleta del Sebo ».
Si de l’extérieur l’édifice est à peine perceptible, l’intérieur surprend avec ses détails soignés. Un couloir serpentant, flanqué de niches ornées de céramiques traditionnelles, nous conduit à la grande salle composée de deux grands espaces voûtés présentant deux vastes baies vitrées (« les yeux du mirador », conçus par l’artiste de telle sorte qu’ils augmentent l’effet de vision panoramique. Deux sculptures monumentales et originales suspendues au plafond ont pour fonction d’éviter la réverbération du son !

costa-teguise   costa-teguise   costa-teguise

costa-teguise   costa-teguise   costa-teguise
Mirador del Rio - Cliquer sur une image pour zoomer / dézoomer

Du balcon extérieur, on peut admirer l’archipel Chinijo, avec la huitième île des Canaries, La Graciosa, accompagnée de l’ensemble des îlots qui donnent leur nom au Parc naturel de l’archipel, tandis qu’en bas, au pied de la falaise qui l’abrite, se détachent les couleurs rougeâtres des salines du Río, encore appelées de Guza, les plus anciennes de l’archipel des Canaries.
Un escalier en S mène à la boutique et à une autre terrasse.

costa-teguise   costa-teguise   costa-teguise

Mirador del Rio - Cliquer sur une image pour zoomer / dézoomer
costa-teguise   costa-teguise   costa-teguise

costa-teguise   costa-teguise   costa-teguise

costa-teguise   costa-teguise   costa-teguise
Mirador del Rio - Cliquer sur une image pour zoomer / dézoomer

costa-teguise

Nous terminons cette journée bien remplie par une promenade dans les collines proches de l’hôtel.

Mercredi

Timanfaya

Départ pour le Parc National de Timanfaya, zone protégée depuis 1974.
Nous passons par la petite ville de Yaiza puis empruntons la LZ67 et trouvons d’abord l’Echadero de camellos (en fait ce sont des dromadaires !). Ce lieu permet d’effectuer une randonnée à dos de dromadaire. Une première approche des volcans, avec des teintes magnifiques.

costa-teguise   costa-teguise    costa-teguise

costa-teguise   costa-teguise   costa-teguise

costa-teguise   costa-teguise   costa-teguise
Echadero de camellos - Cliquer sur une image pour zoomer / dézoomer

Nous continuons la route vers l’entrée du parc. On y accède par le Taro (barrière de contrôle sur la route LZ-67) où il faut payer le droit d’entrée, dont le prix comprend le parking, les démonstrations géothermiques et le parcours en guagua (bus local). Nous arrivons enfin au parking de Islote de Hilario.

Les « Montañas del Fuego » (montagnes de feu) tiennent leur nom des années 1730, lorsque plus de 100 volcans se sont levés pour dévaster la partie sud de l’île. L’éruption  a duré 2 056 jours et a impacté environ 215 km2 soit 23,5 % de l’île, avec un volume de matériaux émis de 3-5 km3. L’éruption a édifié plus de trente cônes tous alignés sur une gigantesque fissure de 18 km. La dernière éruption sur l’île date de 1824. Aujourd'hui pas de lave en fusion mais un territoire désolé où champs de lave et cratères sculptent un paysage fantastique que le soleil illumine d’incroyables couleurs. 51 km² de terre rouge et noire ponctuée d’ocre et de vert, 32 cônes volcaniques, 8 millions de m³ de lave, las Montañas del Fuego portent bien leur nom.

Au parking nous prenons le car pour parcourir la Ruta de los Volcanes, la route spectaculaire définie à l’origine par César Manrique, accessible uniquement en bus. 14 km de circuit en un peu moins d’une heure. Le car fait quelques arrêts aux points de vue emblématiques mais interdiction de descendre du véhicule. On est un peu frustré de ne pas pouvoir photographier de plus près le paysage, d'autant que ce n'est pas facile de shooter à travers une vitre dans un car qui bouge! Mais la préservation de la nature est à ce prix.

costa-teguise   costa-teguise   costa-teguise

costa-teguise   costa-teguise   costa-teguise

costa-teguise   costa-teguise   costa-teguise
Ruta de los Volcanes - Cliquer sur une image pour zoomer / dézoomer

A la fin du tour en bus, à Islote de Hilario, vers le parking, on découvre les attractions du lieu : tout d’abord un trou d’environ 3 m de profondeur. Un buisson sec est jeté dans le trou, il s’enflamme et flambe en moins d’une minute ! En effet, les températures à quelques mètres sous terre sont incroyablement élevées : de 400° à 600°. Une partie du magma des éruptions de 1824 s’est retrouvé coincé à 4 km de profondeur et n’a toujours pas complètement refroidi. Un peu plus loin, des canalisations sortent du sol. On verse de l’eau froide dedans, et quelques secondes plus tard une colonne de vapeur jaillit.
Après avoir admiré ces manifestations de la nature tout à fait stupéfiantes, nous entrons dans le bâtiment qui abrite le snack « El Diablo », une autre création de César Manrique. Là le poulet rôtit au dessus d’une cheminée volcanique. Un barbecue naturel !

costa-teguise   costa-teguise   costa-teguise

costa-teguise   costa-teguise   costa-teguise
Islote de Hilario - Cliquer sur une image pour zoomer / dézoomer
D’innombrables comparaisons avec un paysage lunaire ont déjà été faites. Mais en réalité, les paysages bruts du parc national de Timanfaya permettent aux visiteurs d’imaginer ce à quoi la terre pouvait ressembler lors de sa première formation.

Note : Il existe deux randonnées à faire dans le parc, uniquement avec un guide et sur réservation (à faire plusieurs mois à l’avance en fonction des saisons).  Nous avons tenté mais n'avons pas pu avoir de place !

Tinguaton

Nous quittons le Parc à la recherche d’une randonnée sur un volcan. Près de Tinguaton, nous trouvons un parking mais aucune indication. Nous faisons l’ascension d’un volcan, probablement le Monte Cartijo, près de Los Rodeos .

costa-teguise   costa-teguise   costa-teguise

costa-teguise   costa-teguise    costa-teguise
Monte Cartijo - Cliquer sur une image pour zoomer / dézoomer

Nous nous arrêtons quelques kilomètres plus loin pour faire le tour de la Montaña Colorada, un cône retardataire qui s’est mis en place juste quelques semaines avant le 16 avril 1736, fin de l’éruption de Timanfaya. Il est constitué en partie de roches rouges et offre un beau contraste dans le paysage. Le sentier fait le tour du volcan. De là, on aperçoit la Montaña Negra, un cratère formé juste avant la fin de l’éruption de 1976. On découvre aussi proche du chemin un énorme rocher : une bombe provenant de la Montaña Colorada. Sur la fin du circuit, on regrettera seulement l’extraction de minerais qui gâche un peu le paysage.

costa-teguise   costa-teguise   costa-teguise

costa-teguise   costa-teguise    costa-teguise
Montaña Colorada - Cliquer sur une image pour zoomer / dézoomer

La Geria

Nous traversons ensuite les vignes de La Geria.
Environ 2000 hectares de vigne sont exploités et produisent une moyenne annuelle de 2 millions de litres. Il s’agit d’une tradition viticole qui a commencé au XVe siècle.
La manière de cultiver est plutôt surprenante. Le sol où poussent les vignobles de La Geria est recouvert d'une couche de lave séchée provenant de l'éruption du Timanfaya en 1730.
Chaque cep de vigne est cultivé individuellement dans un entonnoir de plusieurs mètres de profondeur creusé dans la cendre volcanique. Au bord de ce trou, un muret en pierre sèche appelé « zoco » est édifié en arc de cercle pour protéger la vigne du vent dominant presque omniprésent. Chaque pied de vigne est planté à une profondeur suffisante pour que les racines atteignent le sol arable qui recouvrait la région avant l'éruption de 1730. Une légère pente conduisant au pied du cep et la rosée procurent le peu d'humidité nécessaire à la croissance de la vigne. Cette technique garantit une bonne absorption de l’eau de pluie grâce à la cendre volcanique et permet de conserver l’humidité de la nuit au fond de l’entonnoir. L’utilisation de petits grains pyroclastiques constitue l’élément clé du système d’agriculture traditionnel local. La haute porosité de ces grains permet de retenir des particules d’eau à l’intérieur comme un petit réservoir d’eau, fondamental pour les plantes. L’utilisation de cette matière volcanique permet un meilleur rendement et une considérable réduction de consommation d’eau d’irrigation.
L’ensemble offre un paysage étonnant, tout en produisant un raisin de haute qualité reconnu au niveau international, comme c’est le cas de la « Malvasia Volcanique » qui se décline en plusieurs variétés du blanc sec au rouge en passant par un blanc moelleux et un rosé.

la geria   la geria   la geria

la geria   costa-teguise   costa-teguise
La Geria - Cliquer sur une image pour zoomer / dézoomer

Monumento al Campesino.

Au centre géographique de Lanzarote, à une importante croisée des chemins qui permet de rejoindre chaque endroit de l’île, se trouve l’ensemble architectural de la Maison-Musée du Paysan et le monument à la Fertilité.
Le Monumento al Campesino (Monument au Paysan), créé par l’artiste César Manrique en 1986, est un mémorial en l’honneur des paysans et fermiers de Lanzarote.
La sculpture de fertilité a été construite avec de vieux réservoirs d’eau et est dédiée aux agriculteurs qui travaillent dur pour produire des récoltes sur la terre volcanique de Lanzarote : elle représente un fermier de l’île et son chameau. Elle se trouve à 15 mètres de hauteur et les visiteurs peuvent emprunter le chemin pour monter les marches jusqu’à la base du monument pour avoir une vue panoramique. La sculpture a été créée par Manrique en 1968 et le monument créé par Jésus Soto qui a été chargé de créer une base adaptée pour résister au vent.
Le complexe du Monumento est une série de maisons construites dans le style typique de l’époque avec une jolie cour intérieure : des maisons traditionnelles, avec des murs blancs et du bois vert, combinant les éléments les plus caractéristiques des différentes zones de l’île. C’est maintenant le Museo del Campesino (musée du paysan). Il y a de petits métiers d’art et des boutiques. On trouve aussi un « bar à tapas » dans la cour ainsi qu’un excellent restaurant avec une grande salle souterraine.

costa-teguise

costa-teguise   costa-teguise   costa-teguise
Campesino - Cliquer sur une image pour zoomer / dézoomer

Teguise

Nous nous rendons ensuite à Teguise.
Teguise est considérée comme la plus ancienne ville des îles Canaries, datant du 13ème siècle. Ce fut la capitale de Lanzarote pendant plus de 450 ans, jusqu’en 1852, date à laquelle Arrecife devint la nouvelle capitale. Teguise se trouve dans le centre de l’île, à 10 km de la côte et à environ 220 m d’altitude.
Le cœur de la ville est la Plaza de la Constitucion, entourée de beaux monuments : L’église de Nuestra Señora de Guadalupe construite au 15ème siècle et reconstruite en 1914 après un incendie ; le Palacio Spinola  et la Cilla (ancienne grande à dîme).
Un peu à l’extérieur de la ville, le Castillo de Santa Barbara domine la ville depuis le sommet du mont Guanapay, un ancien volcan. Il abrite le musée de la piraterie à Lanzarote.
La ville est très agréable, on éprouve une sensation de paix et d’harmonie en se promenant dans ses rues.

costa-teguise   costa-teguise   costa-teguise

costa-teguise   costa-teguise   costa-teguise
Teguise - Cliquer sur une image pour zoomer / dézoomer

Jeudi

Cueva de los Verdes

Nous repartons vers Órzola pour visiter la Cueva de Los Verdes avant le flux des touristes.
La « Cueva de Los Verdes » est un tunnel de lave aménagé au nord de l’île, à quelques kilomètres de Punta Mujeres. La longueur reconnue de ce tunnel de grande taille est d’environ six kilomètres, avec parfois des galeries superposées. Seulement un petit tronçon se visite. Ce tube se serait formé il y a 25 000 ans environ, par les coulées provenant du volcan Corona situé en amont. On pénètre à l’intérieur de ce réseau par l’un des effondrements. On y observe des stalactites de lave formées par la fonte de la voûte au moment où le niveau de lave a baissé. Des banquettes latérales figurent également dans cette galerie, formées par les niveaux successifs des coulées. L’excellente acoustique a permis d’aménager un auditorium dans une section large de la galerie, un lieu où sont donnés parfois des concerts. A la fin de la visite, une surprise, que je ne dévoilerai pas

costa-teguise   costa-teguise   costa-teguise

costa-teguise   costa-teguise   costa-teguise

costa-teguise   costa-teguise   costa-teguise

costa-teguise   costa-teguise   costa-teguise
Cueva de Los Verdes - Cliquer sur une image pour zoomer / dézoomer

Nous empruntons ensuite la route côtière jusqu’à Órzola. Un petit arrêt sur une plage où le contraste entre la lave et le sable est saisissant.

costa-teguise   costa-teguise   costa-teguise
Bajo de los Sables - Cliquer sur une image pour zoomer / dézoomer

Monte Corona

Puis nous nous arrêtons à Yé pour l’ascension de la Corona.
Les coulées de ce volcan, il y a environ 18 000 ans, sont à l’origine de la « Cueva de los Verde ». Je gare la voiture devant l’église du village de Yé. Après avoir longé la route sur une centaine de mètres, nous empruntons un chemin de terre et de pouzzolane  et nous entamons aussitôt son ascension. Le chemin s’élève tranquillement au milieu des cultures de vigne et de figuiers de Barbarie. Plus loin, en atteignant le flanc de l’édifice, la pente devient plus sévère. Le chemin s’achève enfin sur la lèvre nord du cratère. Nous découvrons un amphithéâtre naturel spectaculaire avec des tonalités infinies de rouge, de noir, de vert et de gris. Nous longeons un peu plus le bord et prenons de la hauteur. Au loin, les îles de la Graciosa et Montaña Clara.
Le cratère du Monte Corona atteint 460 m de diamètre dans sa plus grande distance et 60 m environ de profondeur. Ce volcan a produit de nombreuses coulées de lave, les malpais « mauvais pays » de la Corona.

costa-teguise   costa-teguise   costa-teguise   costa-teguise   costa-teguise

costa-teguise   costa-teguise    costa-teguise

costa-teguise   costa-teguise    costa-teguise
Monte Corona - Cliquer sur une image pour zoomer / dézoomer
costa-teguise
Cliquer sur une image pour zoomer / dézoomer

Mirador de Guinate

Le village de Guinate, voisin de Haria, n’a que 36 habitants. Il se trouve au pied du volcan Monte Corona et est constitué de quelques maisons blanches. Sur une hauteur se trouve le mirador de Guinate, d’où l'on voit le « Risco de Famara » sur lequel se trouve le Mirador del Rio, et les îles de l’archipel de Chinijo : La Graciosa, la plus proche et la plus grande, Montaña Clara, Alegranza, Roque del Oeste et Roque del Este.

costa-teguise   costa-teguise   costa-teguise

costa-teguise   costa-teguise   costa-teguise
Mirador de Guinate - Cliquer sur une image pour zoomer / dézoomer
Nous reprenons la route. Après Haria, halte au Mirador de Haria
costa-teguise
Cliquer sur l'image pour zoomer / dézoomer
Plus loin, une petite route de terre conduit à l’Ermita de las Nieves. L’endroit est exceptionnel (et très venté !), au sommet d’un ravin qui dévale jusqu’à la Caleta de Famara.

costa-teguise   costa-teguise   costa-teguise 
Mirador de las Nieves - Cliquer sur une image pour zoomer / dézoomer

Vendredi

Playa Blanca : Montaña Roja

Nous partons vers le sud. Destination le village de Playa Blanca :pour l’ascension de la Montaña Roja.
La Montaña Roja est un cône volcanique faisant partie des volcans de la série II de Lanzarote, un groupe volcanique dont l'âge estimé est de 13 millions d'années à 800 000 ans.

Suivre la direction "Faro de Pechiguera" puis chercher "Jardines Del Sol" (il y a une pancarte - peu visible - " Montaña Roja"). Prendre à gauche (indication "Montaña Baja") et chercher la pancarte “Al Volcan/To The Volcano”. Stationner aux dernières maisons, dont certaines sont encore en construction. Le sentier est évident. L'ascension (144 m de dénivelé) se fait en une heure, par ce sentier sur le nord du volcan et faisant le tour du cratère.

montana-roja   montana-roja   montana-roja

montana-roja   montana-roja   montana-roja

montana-roja   montana-roja   montana-roja

montana-roja   montana-roja   montana-roja
Montaña Roja - Cliquer sur une image pour zoomer / dézoomer

Puis nous allons déguster du poisson (pour moi, du poulpe) à El Golfo.

clicos  

Charco de los Clicos

Au nord-ouest de Yaiza, un demi-cône phréato-magmatique au bord de l’océan mérite le détour. Le site appelé « Charco de Los Clicos » se caractérise par la présence d’une lagune verte, une couleur donnée par une algue qui colonise cette petite étendue d’eau. On y observe des cristaux d’olivine et des roches érodées par les assauts de l’océan. Juste à l’entrée du village d’El Golfo, un sentier arrive par le haut à un belvédère aménagé au-dessus de ce volcan.

clicos   clicos   clicos

clicos   clicos   clicos

clicos   clicos   clicos
Charco de los Clicos - Cliquer sur une image pour zoomer / dézoomer

Les touristes trop pressés se contentent de la vue depuis le belvédère ; rares sont ceux qui s’aventurent jusqu’à la plage. En effet, plus au sud de ce site, il existe un autre accès routier qui arrive directement au niveau de la plage. Cependant, depuis un éboulement, la route d’accès et le parking ont été fermés, et l’on est obligé d’aller se garer très loin et de revenir à pied par la route. Mais ça vaut le détour !

costa-teguise   costa-teguise   costa-teguise

costa-teguise   costa-teguise   costa-teguise

costa-teguise   costa-teguise   costa-teguise

costa-teguise   costa-teguise   costa-teguise

costa-teguise   costa-teguise   costa-teguise

costa-teguise   costa-teguise
Charco de los Clicos - Cliquer sur une image pour zoomer / dézoomer
clicos   clicos   clicos

Los Hervideros

Le site de Los Hervideros est constitué d'une coulée de lave datant des éruptions du XVIIIe siècle atteignant l'océan. Elle a été façonnée par le refroidissement rapide de la lave frappant la mer et plus tard par l'érosion créant de petites grottes. Dans cet univers chaotique de laves pétrifiées, l'océan s'engouffre avec fracas dans une petite baie au fond de laquelle se trouvent deux grottes voûtées séparées par un pilier naturel.
Quelques petits sentiers parcourent l'endroit et un escalier permet d'accéder à un balcon offrant une vue saisissante sur les éléments déchaînés.
Par ailleurs, la vue vers le volcan rouge Montaña Bermeja( 112m), le Pico Redondo et les autres volcans aux couleurs rougeâtres situés au nord est superbe.
Le nom Los Hervideros signifie "sources bouillonnantes" à cause de la façon dont les vagues s'écrasent et tourbillonnent dans les grottes

hervideros   hervideros   hervideros

hervideros   hervideros   hervideros

hervideros   hervideros   hervideros

hervideros   hervideros   hervideros
Los Hervideros - Cliquer sur une image pour zoomer / dézoomer

Les salines du Janubio sont les plus grands marais salants des iles Canaries. Ce sont des salines traditionnelles, qui étaient auparavant des champs de blé et de maïs. Depuis 1895, ce sont des marais salants, qui ont appartenu à deux grandes familles de l´ile. Aujourd´hui, c´est toujours une entreprise familiale, qui produit environ 10 000 tonnes de sel par an.
Retour par Ialza, Tinajo, Tiagua, Teguise, Tahiche.

Samedi

Retour au Mirador del Rio puis au Jardin des cactus. Déjeuner au snack.

Máguez

Randonnée vers Máguez sur le chemin menant à Órzola. Nous admirons l’autre versant du Monte Corona, au milieu des "malpais".

maguez   maguez   maguez

maguez   maguez
Les malpais et le Monte Corona - Cliquer sur une image pour zoomer / dézoomer

Courte visite à l’Aquarium de Costa Teguise, un peu cher et assez décevant.

Roferos de Guenia

Entre Guatiza et Teguise, un paysage original invite à faire un arrêt : les Roferos de Guenia, connus aussi sous le nom de « Picon Valley ». Des formations volcaniques très découpées se situent au pied du volcan Guenia. Il s’agit en fait de carrières où le gravier est extrait pour les cultures et aussi pour réaliser les blocs de construction. Ce gravier possède certaines propriétés en matière d’aménagements de sol. En premier lieu, il présente l’avantage d’être un grain hygroscopique avec sa capacité à capturer directement l’humidité ambiante. Un matériel intéressant pour lutter contre le climat aride de Lanzarote. Il fonctionne aussi comme un paillage ; en effet, sa couleur noire absorbe le rayonnement, aussi il est capable d’augmenter la température du sol sans avoir recours aux plastiques ou aux serres.

costa-teguise   costa-teguise   costa-teguise

costa-teguise   costa-teguise   costa-teguise

costa-teguise   costa-teguise
Roferos de Guenia - Cliquer sur une image pour zoomer / dézoomer

Dimanche

Retour à Timanfaya : tour en car puis visite du Centre d’interprétation.
Déjeuner à Mancha Blanca.

Islote del Mojon

A partir de la localité d'El Golfo, un sentier côtier dénommé la « Ruta del Litoral » permet de traverser le parc de Timanfaya jusqu’à Tenesa. Notre randonnée se contente de faire une boucle, longeant la mer entre la Baja de los Cangrejos et la Playa del Passo, en traversant l’Islote del Mojon.
Le village d'El Golfo a été miraculeusement épargné par les éruptions de 1730 à 1736. Alors que la lave s'étalait partout aux alentours, et jusqu'aux premières maisons du village, les terres alors les plus hautes furent contournées par la roche en fusion. Il en résulte un paysage où les différentes phases du volcanisme insulaire sont visibles, en particulier grâce aux Islotes (les Iles) qui se détachent encore sur l'océan de lave.

Nous nous rendons à l’extrémité nord du village et nous trouvons le sentier qui se réduit progressivement jusqu’à devenir une trace sur la lave solidifiée. Sur ce territoire prédomine l’euphorbe qui cohabite avec la soude vermiculée. Au niveau de la Punta del Jurado nous entrons dans le parc national de Timanfaya. Le sentier passe au-dessus de tunnels volcaniques de grandes dimensions. Nous dominons la magnifique Playa del Passo, qui délimite les anciennes coulées des plus récentes (XVIIIe siècle) atteignant l’océan. Le refroidissement rapide de la lave au contact de l’eau, combiné avec l’action érosive des vagues, a façonné un paysage côtier unique.
Nous trouvons la piste d’accès à la plage (interdite aux véhicules) et l’empruntons en direction de la Montaña Quemada. La piste serpente entre l’Islote del Mojon et l’Islote de Halcones, avant de quitter le territoire du parc. Nous rencontrons les vestiges d’un portique d’entrée de propriété et prenons une piste à droite. Elle redescend vers El Golfo. Avant de rejoindre la route, nous aurions dû trouver une nouvelle piste nous ramenant au point de départ. Hélas, nous avons confondu cette piste avec un petit sentier qui longe la route avant de la rejoindre. Nous avons dû suivre la route et traverser tout le village…

montana-colorada   montana-colorada   montana-colorada

montana-colorada   montana-colorada   montana-colorada

montana-colorada   montana-colorada   montana-colorada

montana-colorada   montana-colorada   montana-colorada

montana-colorada   montana-colorada   montana-colorada

montana-colorada   montana-colorada   montana-colorada

montana-colorada   montana-colorada   montana-colorada
Montaña Colorada - Cliquer sur une image pour zoomer / dézoomer

Lundi

Tahiche : Fundacion César Manrique

C’est en fait la maison de César Manrique, construite sur un terrain de 30 000 m2 qui s’étend sur une coulée de lave produite par les éruptions volcaniques du XVIIIe siècle.
A l’extérieur, on voit d’abord deux sculptures de Manrique : un mobile, L’énergie de la pyramide, et Le triomphateur. Normalement, on peut voir dans l’ancien salon central la collection d’art contemporain de la Fondation, avec des œuvres de Chirino, Delgado, mais aussi Picasso, Tapies, Miro…. Hélas, à l’occasion du centenaire de César Manrique, les collections permanentes de peinture ont été remplacées par une exposition temporaire constituée de photos et d’audiovisuels associés à l’artiste.
L’édifice comprend sur ses deux niveaux 1 800 m2 de surface habitable. L’étage supérieur s’inspire de l’architecture locale traditionnelle avec des éléments modernes à la fois très fonctionnels et très bien intégrés (larges baies vitrées…)
En sortant du salon, on peut admirer une impressionnante vue panoramique du courant de lave sur laquelle est érigée la maison ainsi que le jameo (section de cheminée volcanique) qui a été utilisée pour construire la piscine.
Après avoir descendu un escalier en basalte, on arrive au niveau inférieur avec cinq bulles volcaniques reliées par des couloirs creusés dans la lave. De la bulle de la fontaine on passe à la bulle blanche puis à la bulle rouge pour arriver au jameo de la piscine, puis on arrive à la bulle noire puis à la bulle jaune, avec l’ancien studio du peintre. Dans le jardin, une peinture murale utilisant de la pierre volcanique et des carreaux de faîence émaillée.

Fundacion   Fundacion   Fundacion

Fundacion   Fundacion   Fundacion

Fundacion   Fundacion   Fundacion

Fundacion   Fundacion   Fundacion

Fundacion   Fundacion   Fundacion

Fundacion   Fundacion   Fundacion
Fundacion César Manrique - Cliquer sur une image pour zoomer / dézoomer
costa-teguise 

Museo Internacional de Arte Contemporaneo (MIAC)

Nous visitons ensuite le Museo Internacional de Arte Contemporaneo (MIAC) à Arricefe. Ce musée se trouve dans l’ancienne forteresse militaire du château de San José. C’est César Manrique (encore !) qui a dirigé les travaux de restauration et de transformation du château en musée. Le cadre est magnifique, mais j’avoue que nous avons été un peu déçus par les collections.

costa-teguise   costa-teguise   costa-teguise

costa-teguise   costa-teguise   costa-teguise
Montaña Colorada - Cliquer sur une image pour zoomer / dézoomer

Caldera de los Cuervos

L’après-midi, depuis la route LZ 56, nous nous rendons en direction du volcan Montaña de las Lapas plus connu sous le nom de « Caldera de los Cuervos ». Son cratère de forme elliptique atteint 370 m dans sa plus grande dimension et s’ouvre vers le nord-est. On pénètre donc dans son cratère sans avoir à grimper.
Ce volcan serait le premier formé durant le grand chambardement de Timanfaya. L’ouverture de son unique cratère le 1er septembre 1730 a marqué le début d’un processus naturel qui allait changer à jamais le paysage de Lanzarote. Les laves de ce petit volcan ont coulé vers le nord et le nord-est répandant d’une manière indélébile son basalte noir et ensevelissant les premiers hameaux.
Depuis le parking sur la route LZ-56 (à hauteur des murets indiquant la limite entre Tias et Tinajo), nous empruntons le sentier couvert de lapilli. Près de la base du volcan, on tourne à droite pour le contourner. On trouve bientôt un sentier sur la gauche pour accéder à l’intérieur et descendre dans le cratère. A l’entrée du cratère, on peut observer l’empilement de fragments de lave projetés par les explosions de faible intensité. Ceux-ci encore chauds au moment où ils ont atteint le sol, se sont soudés entre eux et ont produit parfois de minuscules coulées tout en formant une sorte de rempart aux pentes assez raides. Dans le cratère ces accumulations de projections sont visibles au sommet du volcan.
Nous longeons ensuite le volcan vers l’ouest. Cette boucle permet d’observer les Montañas del Fuego.

costa-teguise   costa-teguise   costa-teguise

costa-teguise   costa-teguise   costa-teguise

costa-teguise   costa-teguise   costa-teguise

costa-teguise   costa-teguise   costa-teguise
Caldera de los Cuervos - Cliquer sur une image pour zoomer / dézoomer

Mardi

Nous partons en direction de l’extrême sud de l’île, vers les monts de Los Ajaches. Un arrêt à Femés, petit village tout blanc situé sur un col à 360 m d'altitude, entre l'Atalaya de Femés (60̠ m) et le Pico de la Aceituna. Derrière l’église de San Marcial, le balcon de Femés offre une vue sur la vallée.

costa-teguise

Papagayo

Puis nous nous dirigeons vers Playa Blanca et les plages de Papagayo.
Les plages de Papagayo sont situées sur la pointe sud de Lanzarote.
Séparées par des roches de lave, les plages de Papagayo se situent l’une à côté de l’autre le long de la côte. Elles sont considérées comme les plus belles plages de Lanzarote, peut-être même des îles Canaries. Cela est dû aux eaux turquoise cristallines et au sable blanc au milieu des baies rocheuses. La région des plages de Papagayo est protégée et est maintenant connue sous le nom de Monumento Natural de Ajaches (Monument Naturel des Ajaches).
L’accès en voiture se fait par une route de terre de 5 km de long qui commence au rond-point sur la LZ-705 entre Playa Blanca et Femés. La route est une mauvaise piste malgré tout carrossable ; il faut environ 15 minutes en voiture pour arriver à la première plage. Attention toutefois : il semble que certaines compagnies de location de voitures s’opposent à ce que leurs voitures aillent jusqu’aux plages de Papagayo. L’entrée de la route en terre est marquée par une petite cabane et un portail. Un droit d’entrée de 3 € est requis par le  parc naturel de Los Ajaches.
Les plages sont à environ vingt à quarante minutes à pied depuis Playa Blanca, et il faut environ 45 minutes pour marcher de la première à la dernière plage.
Playa de Papagayo : la plage de Papagayo est considérée comme la plus belle plage de Lanzarote. Cette magnifique plage est située au sommet du promontoire.
Playa de Puerto Muelas : Cette plage, tout comme Playa Caleta del Cogrio, est située derrière le promontoire de Punta del Papagayo.
Playa de la Cera : lorsque vous continuez vers le sud depuis le carrefour de Playa de Mujeres, vous vous retrouverez dans un grand parking où vous pourrez vous garer gratuitement. Lorsque vous vous dirigez vers la plage, vous verrez la magnifique Playa de la Cera sur votre droite. Pendant la marée basse, vous pourrez marcher de Playa de la Cera aux autres plages du côté nord. Après Playa de la Cera, vous trouverez de petites criques intimes entre les falaises et les grandes plages telles que Playa de las Ahogaderas et Playa de las Coloradas.

papagayo   papagayo   papagayo

papagayo   papagayo   papagayo
Papagayo - Cliquer sur une image pour zoomer / dézoomer

Après un bain dans l’océan (notre premier de l’année !), nous allons déjeuner à El Golfo. Une nouvelle visite au lagon vert, puis nous nous dirigeons vers la région viticole de l’île, autour du village de La Geria (voir ci-dessus).
Nous finissons la journée – et le séjour – à la plage de Famara. La Caleta de Famara est un petit village de pêcheurs situé sur la côte nord de Lanzarote, au sein de la réserve naturelle de l’archipel Chinijo, à l’écart des zones plus touristiques du sud de l’île. Le lieu est entouré de falaises qui sont en fait les pans d’une vieille caldera de 10km de diamètre. Ces dernières années, Famara est devenu le point de rencontre de nombreux surfeurs du monde entier
Pas question de se baigner ici, le vent est très fort, mais la lumière est belle.

famara   famara   famara

famara   famara   famara
Cala di Famara - Cliquer sur une image pour zoomer / dézoomer

Mercredi

C'est à regret que nous nous dirigeons vers l'aéroport d'Arrecife. Nous serions volontiers restés quelques jours de plus dans cette belle île. Il aura manqué à notre séjour la visite de l'île de la Graciosa, et l'ascension d'un ou deux volcans (Pico Partido, Caldera Blanca)...

famara

Conseils pratiques

Climat

La température est constante toute l’année, entre 21 et 23° en moyenne, avec un minimum de 17-20° en janvier-février, et des maxima autour de 28°. L’absence de relief important comme à Tenerife empêche de retenir les nuages, ce qui explique les faibles précipitations. Toutes les saisons sont donc agréables à Lanzarote. Il y a plus de touristes en été et en hiver. Le printemps et l'automne sont plus agréables. Les couleurs orange de la vigne sont intéressantes en automne.

Habillement

On l'a vu, le climat est très doux et on peut vivre en short et t-shirt. Cependant, les soirées sont fraîches et le vent souvent fort. Prévoir un vêtement chaud !
Les chaussures de marche sont INDISPENSABLES : le sol est volcanique et les pierres sont TRES coupantes. Ne marchez pas sur la lave, elle est très fragile et dangereuse (il peut y avoir des grottes en dessous).

La crème solaire est fortement recommandée: même s'il y a des nuages, le soleil est très fort.

Transports

Lanzarote possède un aéroport, sur la côte est de l’île, à Arrecife. Des vols depuis Tenerife ou Gran Canaria permettent d’atterrir à Lanzarote

Les liaisons inter-îles en ferry sont réalisées avec les compagnies Fred Olsen ou Navieras Armas et par les airs avec Canaryfly ou Binter Canarias

Locations de voitures :

La location de voiture est souvent moins coûteuse chez les agences locales. Il y a quantité de loueurs à Arrecife ; certains sont implantés dans l’aéroport, d’autres non. Dans ce cas un service de navettes est organisé. La compagnie Cicar semble plébiscitée par de nombreux voyageurs.

Photos

Lanzarote est un paradis pour les photographes !

Cependant, on peut rencontrer quelques difficultés :

- la lumière est très contrastée, avec la roche volcanique noire et les maisons blanches. Utiliser le raw en posant pour les lumières. En post-traitement, il faudra éclaircir les ombres et diminuer les zones claires.

- dans le bus de Timanfaya, les photos seront difficiles à prendre compte tenu du terrain accidenté et des reflets dans la vitre. Utilisez un filtre polarisant, et là encore shootez en raw. En effet, la balance des blancs sera perturbée par les vitres teintées du bus !

A part ces contraintes, la photo est très agréable à Lanzarote. Généralement il y a un grand ciel bleu, avec de beaux nuages. Les falaises du Nord sont souvent couvertes de nuages, mais le temps peut changer rapidement pendant la journée. Le vent peut être fort - une housse de pluie peut être utile pour éviter que du sable ou de la poussière n'y pénètre.

Documentation :

Je n’ai pas trouvé d’équivalent de nos cartes IGN. Il en existe cependant une : « Lanzarote Tour & Trail Super-durable Map » cette carte elle rassemble les infos utiles et les randonnées remarquables sur l’île. À utiliser avec le guide « Walk! Lanzarote » également de David Brawn (en anglais).

Sans carte détaillée, les itinéraires de randonnée sont assez difficiles à trouver. Ne pas oublier qu’il faut absolument rester dans les sentiers, certaines zones étant très chaudes (et protégées, de surcroît).

Le site de l'agence touristique officielle : www.turismolanzarote.com

Visites

Pour découvrir l’offre culturelle et la trace laissée par César Manrique sur l’île, il existe des pass (Bono 6 centros ou 4 centros) qui regroupent plusieurs visites. Le pass, que l'on peut se procurer dans l'un des sites concernés (Montañas del Fuego, Cueva de los Verdes, Jardin de cactus, Jameos del Agua, Mirador del rio et MIAC), permet de voir quelques curiosités naturelles et œuvres de César Manrique.
Attention : La fondation César Manrique et le Lagomar, par exemple, ne sont pas compris dans ces pass.

À noter : le guichet du parc de Timanfaya n’accepte pas les cartes bancaires.

 

nevez
Cliquer sur une image pour zoomer / dézoomer

 

César Manrique

On ne peut parler de Lanzarote sans évoquer César Manrique.

César Manrique grandit dans les environs de la lagune de « San Ginés », sur l'île de Lanzarote. César Manrique passe ses vacances d'été avec la famille dans le nord-ouest de Lanzarote, à Famara, un petit village de pêcheurs. Les falaises de la côte locale ainsi que la météo changeante avec ses jeux de couleurs sur les rochers l'ont déjà très impressionné dans sa jeunesse.
À 23 ans il tient sa première exposition à Arrecife, la capitale de l'île de Lanzarote. En 1945 il fréquente l'école des beaux arts « San Fernando » à Madrid, où il obtient en 1950 une maîtrise en dessin et en peinture.
En 1954 César Manrique devient, avec d'autres artistes, un suiveur tardif du surréalisme. Il ouvre à Madrid la galerie « Fernando Fé », première galerie d'art non figuratif d'Espagne, .
En 1964 Nelson Rockefeller invite l'artiste aux États-Unis où il expose pendant quatre ans. De retour à Lanzarote, César Manrique décide de transformer son île natale en l'un des endroits les plus beaux du monde. Il parvient à convaincre Pepin Ramírez, président du gouvernement des Canaries, qui se trouve être un vieil ami de la famille.,Le projet de Manrique prévoit de n'autoriser que la méthode de construction traditionnelle de Lanzarote, de renoncer aux bâtiments de plus de deux étages et de supprimer tous les panneaux publicitaires situés sur les bords des routes.
César Manrique arpente lui-même l'île pour convaincre la population d'adhérer au style architectural de Lanzarote. En 1970, lors d'une excursion à Tahiche, César Manrique découvre un figuier dont l'extrémité verte pointe d'une coulée de lave noire figée. Il décide alors de construire sa maison à cet endroit. Les propriétaires de cette terre ne veulent pas être payés car ils estiment qu'elle est sans valeur, et ils proposent même à César Manrique de prendre tout le terrain dont il a besoin. L'artiste découvre lors de la construction cinq bulles de lave qu'il transforme en différentes pièces à vivre. C'est ici que sa fondation (Fundación) a vu le jour en 1982.
En 1988 il emménage dans une maison paysanne reconstruite par ses soins, à Haría.
Le 25 septembre 1992, vers midi, César Manrique perd la vie dans un accident de voiture à seulement 45 m de sa fondation, à Tahiche.

C'est à Manrique que l'on doit la limitation du tourisme de masse, qui reste modéré sur l'île de Lanzarote. Il s'est engagé pour la conservation de l'identité culturelle et des paysages de son île natale.

manrique   manrique   manrique

manrique   manrique
Cliquer sur une image pour zoomer / dézoomer

Manrique comprend l'art comme une union étroite et harmonieuse entre l'Homme et la nature.
La caractéristique principale de son art architectural est l'intégration de rochers, de pierres et de coulées de lave figées dans un lieu de vie harmonieux. Il utilise fréquemment des matériaux naturels bruts en contraste avec des formes rondes et douces façonnées à la main. Les couleurs utilisées sont souvent le noir et le gris (pierre de lave) ainsi que le blanc (calcaire et vernis). L'atmosphère de ces pièces artistiques est en général soulignée avec de la musique spirituelle, méditative, afin que la visite de ces lieux devienne un plaisir pour les sens. À l'extérieur des bâtiments, Manrique parvient aussi à nous surprendre avec des sculptures mobiles mises en mouvement par les vents alizés.
Manrique se définit lui-même en premier lieu comme un peintre. On lui attribue un rôle de pionnier dans le mouvement espagnol d'art abstrait et il passe pour être inspiré du surréalisme. La simplicité et la clarté de ses peintures et de ses œuvres architecturales mettent encore et toujours en avant la symbiose entre l'Homme et la nature et soulignent de différentes manières les beautés de la nature. Il laisse la nature comme elle est et essaie simplement de donner un cadre artistique à sa beauté pour la mettre en valeur afin que les gens y prennent plaisir.
Son attitude peut se résumer dans cette citation « Créer avec une liberté absolue, sans angoisses et recettes, console l'âme et ouvre un chemin pour le plaisir de vivre ».

La Fondation
La fondation César Manrique a été créée par Manrique et un groupe d'amis en 1982 et inaugurée officiellement en mars 1992. Il s'agit d'une fondation culturelle privée sans but lucratif dont le rôle est de promouvoir et de développer les activités artistiques.
La fondation se situe aujourd'hui dans la maison et les dépendances de l'artiste. L'ensemble du complexe a été réaménagé par Manrique lui-même pour l'adapter à sa nouvelle fonction en tant que musée. La maison est bâtie sur un terrain de 30 000 m2 qui se trouve sur un fleuve de lave figé datant des éruptions du XVIIIe siècle. Le bâtiment a été érigé au-dessus de cinq grandes bulles de lave et comporte deux étages. La surface habitable est de 1 800 m2, à laquelle se rajoutent 1 200 m2 de terrasses et de jardins et 2 900 m2 pour le parking.
À l'étage supérieur on reconnaît l'architecture traditionnelle de Lanzarote. Des éléments modernes comme des grandes surfaces vitrées et des volumes ouverts généreux y ont été rajoutés. À cet étage il y avait la salle à manger, la cuisine (par la suite, l'œuvre graphique), une salle de séjour, la salle « Epacios », une chambre d'amis, la chambre à coucher de Manrique (aujourd'hui la salle « Bocetos ») ainsi qu'une salle de bains avec des espaces verts intégrés.
L'étage inférieur se répand sur cinq bulles de lave naturelles qui furent reliées entre elles par des tunnels. On y trouve un espace de détente, une petite surface de danse etc. avec une végétation superbe. L'ancien atelier du peintre peut aussi y être visité. Un bar et un magasin se trouvent dans d'anciens garages.

Désormais, la fonction principale du bâtiment est d'être un musée. La transformation a été entièrement dirigée par Manrique lui-même. Les deux étages ont été reliés entre eux en 1992 par un escalier extérieur en basalte afin de permettre au visiteur d'effectuer un circuit. Le musée abrite la collection d'art contemporain de la fondation ainsi qu'une collection d'art contemporain des Canaries. Près de la sortie on peut admirer une collection élargie de son œuvre picturale, la « Colección Manrique ».

 

 

 

separateur

Haut de page   Accueil     Page précédente  En savoir plus   Mentions légales

Corsicamania, l'annuaire des sites corses

Valid XHTML 1.0 Strict