banniere

Cantu : Chjama è rispondi

Dernière mise à jour : 02/12/2016

Vous êtes ici : Musique / Chant corse

C'est à Toni Casalonga que j'emprunte ces quelques explications sur le chjama è rispondi.

Cette "joute oratoire" improvisée, chantée et rimée sur un thème choisi, était pratiquée par les bergers.

"(...) Constitué de strophes de trois vers « terzini » de 16 pieds, rimant en général soit A/A/A, soit A/A-B/B avec une rime interne entre les deux hémistiches du troisième vers, le chant du Chjama e rispondi est porté par une mélodie étagée sur une quinte descendante, sans accompagnement instrumental ni vocal, sauf en de très rares exceptions. Il a l’allure d’une conversation rimée, sans autres règles que celles de la bienséance et de la courtoisie. Il peut être laudateur ou critique, et se pratique à deux ou à plusieurs, tant dans des circonstances publiques –fêtes, foires, célébrations, manifestations- que privées.

LA MECANIQUE

Bien que les poètes répondent, quand on les questionne sur les mécanismes de leur art, que c’est un "don", certains d’entre eux on livré quelques secrets. Comme Roccu MAMBRINI dit U Russignolu,  qui en avril 1985 m’expliquait en confidence qu’il écoutait l’autre poète tout en pensant à ce qu’il allait répondre. Et que, à mesure que se développait le chant de l’autre, il choisissait un ou plusieurs mots sur lesquels il répondrait, il préparait sa – ou ses – rime finale, ainsi que celles du deuxième et du premier vers. Que, si les rimes donnaient le sens de sa réponse, le sens lui-même portait à certaine rimes : mais que le sens était l’essentiel. Que, si le final de l’autre lui convenait, il s’en servait comme argument, et pouvait même le répéter pour se donner du temps et préparer, en le chantant, ses rimes et sa réponse. Que la lenteur du chant permettait à la pensée d’anticiper, et qu’il ne comptabilisait pas les pieds qui lui venaient naturellement du rythme de la mélodie.

Deux propositions

Si nous sommes convaincus avec BACHELARD que "la poésie est une métaphysique instantanée" on peut proposer comme premiers rouages du mécanisme du chjama è rispondi :

- 1/ la Simultanéité dissociée, dans une première phase, intériorisée, de l’écoute et de la préparation puis, dans une deuxième phase extériorisée, du chant du premier vers avec la conception des suivants.
Cette simultanéité est rendue possible par la lenteur du développement mélodique (horizontal) fondé lui-même sur la prosodie. La continuité simple du temps est détruite, et "on peut découvrir les éléments d’un temps arrêté, sans mesure, d’un temps que nous appellerons vertical pour le distinguer du temps commun qui fuit horizontalement".

2/ Le renversement chronologique, constitué de 5 phases ainsi décomposables :

-          préparation du dernier vers (fond)
-          recherche de la dernière rime (ou des deux dernières) du derniers vers (forme)
-          recherche des deux premières rimes
-          préparation du second vers
-          préparation et chant du premiers vers, en utilisant – ou non – le final de l’autre poète pour débuter.
Le mécanisme du chjama è rispondi consiste en la superposition de la simultanéité dissociée et du renversement chronologique.

L’auditeur

C’est à la fin de la strophe que l’auditeur perçoit le pourquoi des deux premiers vers, et, par un renversement symétrique à celui du poète, opère une réévaluation rétrospective. Mais, s’il est un véritable amateur, cette réévaluation n’est pas totale, car son intuition, son habitude du chjama è rispondi, son sens de la rime lui ont permis d’anticiper sur la réponse. C’est là un de ses plus grands plaisirs. Mais le poète peut aussi le surprendre, et, alors, le plaisir est plus grand encore. Parce que, et ainsi conclut le philosophe : "… toutes les règles prosodiques ne sont que des moyens, de vieux moyens. Le but, c’est la verticalité, la profondeur ou la hauteur ; c’est l’instant stabilisé où les simultanéités, en s’ordonnant, prouvent que l’instant poétique a une perspective métaphysique". Avec l’apport essentiel de la prosodie, (le rythme) celui de la rime (le mot) et celui de la mélodie (le chant), la sphère physique (les moyens) touche en un point seul celle, métaphysique, de la poésie (le sens).

 Toni Casalonga
Source : http://arsindustrialis.org/

chjamichjami

Les poètes du chjam'è rispondi vers un nouvel âge d'or?

Corse Matin, Vendredi 14 octobre 2011

chjami
Paul Parigi et Ghjuvan Petru Ristori, deux générations, une même passion pour le chjam'è rispondi.
Damien Delgrossi, directeur du centre de musique traditionnelle, et Pierrot Santucci.
Quand l'institutionnel rejoint l'associatif au service d'une même cause culturelle.
(Photos Mario Grazi et CMT de Corse)

Pilier du patrimoine culturel étroitement lié à l'univers social traditionnel, le chjam'è rispondi n'a jamais disparu, bien qu'il soit demeuré de longues années dans l'ombre. Associant la langue corse, la poésie et le chant pour donner lieu à de véritables joutes entre artistes, elle reste aussi un jeu où il s'agit de se montrer très compétitif.

Les poètes les plus aptes à improviser tout en faisant résonner la rime se défient en public, souvent dans un cadre très festif. Les foires et autres tundereont toujours été des lieux privilégiés. Mais aujourd'hui, le souci de ceux dont le talent fait encore vivre cet art est de se montrer digne de l'héritage de Pampasgiolu.L'Associu Chjam'è rispondi s'affirme, tel un porte-drapeau.

« On a longtemps entendu dire que ces poètes doués pour l'improvisation étaient désormais trop peu nombreux. C'est faux,martèle Ghjuvan Petru Ristori, ils ont toujours été là, mais très dispersés sur notre territoire. On ne se rencontrait que cinq à six fois par ans, mais depuis que l'association existe, nous arrivons à nous regrouper plus souvent, jusqu'à faire au moins une soirée par mois ».

« Ces poètes se sont toujours fait plaisir »

Décembre 2008, la démarche associative prend son envol au cœur des fêtes de fin d'année, elle fédère une trentaine de poètes, tous adeptes du chjam'è rispondi. Ce dernier s'ouvre désormais aux poètes en herbe - le plus jeune adhérent n'a que 16 ans - jusqu'à établir un lien très fort avec le bouillonnement culturel, avec Pigna notamment, puis le centre de musique traditionnelle de Corte, partout dans l'île mais aussi à l'échelle euroméditerranéenne où cet art reste une tradition bien ancrée et préservée.

« Nous avions besoin de cette structure, d'un collectif,considère Paul Parigi qui, il y a une dizaine d'années, lançait un appel, craignant de voir sa passion se diluer dans le flot nourri d'un modernisme qui devient aussi, finalement, l'un des instruments de la reconquête. « Nous touchons aussi le milieu scolaire et tout se fait dans un esprit de grande convivialité, quelle que soit la rencontre ».La part de l'association dans le chemin parcouru depuis trois ans, Pierrot Santucci s'en félicite aussi. « Mais en la créant, nous n'avons pas voulu seulement céder à la mode. Les poètes se sont toujours fait plaisir, de manière plus ou moins isolée, mais ils laissaient peu de chose. Nous avons voulu y remédier en privilégiant l'échange pour nous rapprocher de l'art ».

Les militants associatifs se sont rendus dans d'autres régions du bassin méditerranéen pour élargir ces échanges. « En Calabre, nous avons pris part à un événement où les poètes venaient du monde entier »,raconte Paul Parigi. « Nous avons même rencontré des semi-professionnels qui nous ont demandés combien on prenait pour un chjam'è rispondi »,s'amuse encore Ghjuvan Petru Ristori. « Nous ne sommes sans doute pas les plus légitimes pour défendre cette cause. D'autres le sont sans doute autant que nous,observe Pierrot Santucci. Mais ce qui est certain, c'est que nous sommes des passionnés ».

Grâce à eux, et à leurs nombreux partenaires associatifs et institutionnels, le chjam'è rispondi pourrait bien repartir vers un nouvel âge d'or. Celui qui mettrait à l'honneur d'autres grands talents, dans une pratique culturelle qui révèlent encore et toujours de vraies personnalités.

Noël KRUSLIN

nkruslin@nicematin.com

chjami

chjame

chjami




ETNU 2009 - 2° Festival dell'Etnografia - Nuoro. ETNU poesia/IN.CON.T.R.O
.

Décembre 2016

chjam

separateur

Haut de page   Accueil     Page précédente  En savoir plus   Mentions légales


Les pages "musique" sont organisées comme suit :

Le chant corse
Les pages consacrées à A Filetta :

A Filetta : témoignages 
Actualité et archives
Chants : les textes des chants
Concerts avant 2006
Concerts 2006
Concerts 2007
Concerts 2008
Concerts 2009
Concerts 2010
Concerts 2011
Concerts 2012
Concerts 2013
Concerts 2014
Concerts 2015
Concerts 2016
Discographie : tous les disques en détail
Repères chronologiques : A Filetta de 1978 à aujourd'hui
Parole : Les mots d'A Filetta (interviews, entretiens...)
Galerie photo
sans oublier mon livre sur A Filetta !

Les pages consacrées aux groupes, chanteurs et musiciens corses

Les pages consacrées aux paroles des chants corses :

- page "chants d'A Filetta",
- chants corses d'hier
- chants corses d'aujourd'hui

Les compte-rendus de concerts

Les pages consacrées aux Rencontres polyphoniques de Calvi :

Les invités des Rencontres (tous les artistes y ayant participé au moins une fois)

Le jazz et la page consacrée à Paolo Fresu

Les annonces et compte-rendus de concerts de jazz

Les musiques du monde

L'opéra, la musique baroque, etc.

Les inclassables

Les vidéos

Et enfin, ma sélection de disques du mois.


Corsicamania, l'annuaire des sites corses

Valid XHTML 1.1