banniere

Pè i chjassi...
Itinéraires de randonnées en Corse

Balagna - Falasorma - Tenda

Dernière mise à jour : 29/01/2017

Vous êtes ici : Corse / Randonnées/Balagne-Falasorma-Tenda

Sommaire

Autour de Calvi

Capu di a Veta
A Revellata
Sentier Saint-Antoine

Villages de Balagne

Sentier du littoral entre Ile-Rousse et Calvi
Circuit des villages de Montegrosso
Zilia : source de Dirza
Oggi
Aregno-Pigna-Sant-Antonino-Aregno
Les fiches rando du Bassin de vie d'île-Rousse
Sentiers autour de Corbara
Cima di Sant‘Anghjuli
Feliceto : la maison du bandit
Tour du Lac de Codole
Monte Tolu
Sentier Ile Rousse-Corte

Ostriconi

Ostriconi : Anse de Vana, plage de l'Acciolu et bergeries de Terricie
Punta Liatoghju

Tenda

Lama : Refuge de Prunincu et Mte Astu

Calenzana et Bonifatu

Bocca di l‘Erbaghjolu et Bocca di Bonassa (diaporama)
Bonifatu - Ortu di u Piobbu (diaporama)
Calenzana-Ortu di u Piobbu (diaporama)
Refuge de Carrozzu et Spasimata (diaporama)
A Muvrella (par Carrozzu)

Falasorma : Galeria et Fangu

Capu di l'Argentella
Capu Tondu
Punta Muvrareccia
Bergeries de Focolara
Circuit Foata-Focolara
Eglise San Petru de Chiumi
Col de Caprunale



 



Autour de Calvi

Capu di a Veta

Distance : 6,9 kilomètres

Durée : 4 h 30 AR
Dénivelée : 700 m
Difficulté : ** (pente)

Un belvédère d‘où admirer la presqu‘île de la Revellata, Calvi et l‘ovale parfait de son golfe.

Du quartier Donateo de Calvi, prendre le raidillon qui monte à Notre-Dame de la Serra, que l‘on atteint en une vingtaine de minutes.
Depuis l‘oratoire battu par les vents, qui daterait de 1479, le point de vue sur Calvi est déjà remarquable. Mais ce serait dommage de s‘arrêter là !

Passer derrière le sanctuaire pour rejoindre une piste qui bifurque sur la droite. Monter par cette piste carrossable, qui prend bientôt fin. Une montée très raide lui succède après un virage à gauche.

On arrive à un col dominant une vallée rocheuse austère. Continuer en face du pylône électrique. Le chemin se faufile dans la crête.
Sur l‘autre versant, on passe sur des rochers quelque peu branlants sur une sorte de corniche.
Au bout d‘un quart d‘heure après avoir quitté la piste, on arrive à la crête, d‘où l‘on domine à la fois le Golfe de la Revellata et la Baie de Nichiareto.

On arrive au pied du Capu di a Veta. On atteint le sommet, à 703 m d‘altitude, après une ascension de 40 minutes environ, par quelques ressauts rocheux ornés de tafoni et des pentes ravagées par les incendies.
Quelques mètres en contrebas, une croix de plus de 5 mètres de haut domine la baie de Calvi.

Autre itinéraire possible : partir de Pietramaggiore. Pour cela, prendre à gauche au rond-point de "Casino" ; au deuxième rond-point, aller tout droit vers l'hôtel "Corsica". Après l'hôtel, prendre la route de droite et monter. Le départ du sentier se situe quelques mètres au-dessus du parking privé que l'on voit sur la gauche.

Suivre la balisage rouge pendant environ 900m ; on arrive à un gros rocher que l'on longe par la gauche. Un peu plus loin, le chemin bifurque sur la gauche. La montée se poursuit d'abord sur un sentier raviné puis en sous-bois d'arbousiers et de myrtes. En sortant du sous-bois, magnifique vue sur Calvi. La pente se fait plus forte, d'abord en sous-bois, puis dans la roche.

pause
Pause bien méritée au sommet..
.

capu
Le Capu vu de la tour de Caldanu

capu
Arrivée sous ND de la Serra

capu919
U Capu vu de ND de la Serra

pano
Panorama depuis le sommet

 
Pour zoomer/dézoomer, cliquer sur l'image
Image

A Revellata

Durée : 3 h AR
Dénivelée : 100 m
Difficulté : *
Si l'on est très courageux, on stationnera sur le parking aménagé le long de la route. Sinon, la piste est à peu près carrossable dans sa première partie (à éviter cependant si l'on a un véhicule surbaissé). On peut également démarrer sur l’ancien sentier douanier qui démarre à la croix du "Balkan" et permet d'éviter les lacets. Malheureusement, ce sentier est à l'abandon et certains passages sont dangereux.

Suivre la piste caillouteuse qui descend en lacets. Négliger l'embranchement sur la droite menant à la Cala di l'Alga. Avant un virage à droite, on trouve sur la gauche un chemin menant au Cap Ricci. Beau panorama sur les trois éoliennes et sur les falaises. On aperçoit en contrebas la grotte des veaux marins.
Revenir sur la piste principale et marcher une dizaine de minutes. Peu avant un gros réservoir, un sentier sur la gauche conduit en surplomb du Portu Vechju. Revenir de nouveau sur le sentier principal et le suivre pratiquement jusqu'à l'extrémité. Près du transformateur, prendre l'embranchement sur la gauche (le chemin continue vers le phare) et gagner le Capu Belloni (169 m), point culminant de la presqu'île. Vues remarquables sur les montagnes ainsi que sur la presqu'île de Scandola.

Revenir sur la piste principale. On passe sous le phare avant d'arriver à proximité de la station océanographique. Il ne faut pas descendre jusqu'à la Stareso. Peu après une maison, il faut quitter la piste et emprunter un petit chemin balisé en rouge . On revient ainsi sur un petit sentier littoral débouchant dans l'anse de l'Oscelluccia. De l'extrémité de la Punta di l'Oscelluccia, belle vues sur Calvi. Le sentier longe la côte, rejoint un groupe de maisons puis la Cala di L'Alga. Il ne reste plus qu'à remonter jusqu'au point de départ.

Pour zoomer/dézoomer, cliquer sur l'image
Image

Image

Image

Image   Image   Image

carte

Chemin Saint-Antoine

Une petite balade qui offre à la fin une superbe vue sur Calvi.
Prendre le chemin Saint-Antoine (suivre les panneaux "The Manor"). Au bout du chemin, après des ruines, un sentier s'embranche sur la droite. Suivre ce sentier bien balisé jusqu'à un point de vue sur Calvi.


Villages de Balagne

Sentier littoral d'Île-Rousse à Calvi

Quelques tronçons du sentier littoral reliant Île-Rousse à Calvi sont particulièrement remarquables.

Punta di Spanu

Entre la baie d'Algajo (à l'ouest) et la marine de Sant' Ambrogio 'à l'est), le site naturel de Punta di Spanu couvre 65 hectares. C'est une côte rocheuse formant un spectaculaire chaos de gros blocs de pierre, constituée de roches cristallines résistantes, balayée par les vents d'ouest dominants. La mer et les vents y ont sculpté les rochers, certains creusés de taffoni leur donnant des formes remarquables.
Le site permet d'apprécier une végétation endémique dense et variée ainsi que de nombreuses espèces végétales et animales protégées par le Conservatoire du Littoral. À noter la présence importante des griffes de sorcière (Carpobrotus edulis) aux fleurs de couleurs variées (blanche, rose, jaune) qui ont envahi une grande partie des landes du site. Leur présence, même si elle est décorative, est indésirable, car elles étouffent toute la flore locale : séneçon cinéraire, criste marine, immortelle d'Italie, santoline petit cyprès (santolina chamaecyparissus), etc. Des campagnes d'arrachage ont été menées récemment.

On peut accéder à Spanu par la route qui dessert Sant'Ambroghju. Suivre les indications "Le Rocher" et s'arrêter après un grand virage à gauche, au milieu de beaux tafoni. Se diriger vers la tour de Spanu. Cylindrique, elle ne dépasse pas les 6 m de haut. Cette tour de guet n'a ni cordon, ni guardiola, encore moins de mâchicoulis. Depuis la tour, un chemin en corniche (attention en cas de vent violent) domine le littoral et conduit face à l'Île de Spanu colonisée par les oiseaux. De là, repartir plein sud, traverser une minuscule plage et longer l'établissement "Le Rocher". On rejoint l'extrémité de la route et le parking.
Prendre le chemin en longeant la mer au plus près. Un magnifique chaos granitique semble danser sur le maquis bas de lentisques, cistes de Montpellier, passerines, immortelles. On longe plusieurs petites criques propices à la baignade (et très fréquentées en été). Peu après, on traverse un petit vallon
creux garni de scirpe holoschoenus et de jonc piquant.
De nouveau de gros blocs de granit, traversés de veines de minéraux noires, blanches et beiges. Après un nouveau vallon, on remonte pour apercevoir à main gauche une tranchée étroite et profonde dans le coteau. C'est par là que s’évacuaient vers la mer les blocs extraits d’une petite carrière de granite qui approvisionnait jusque vers 1930 les constructions de la région. Poursuivre jusqu’à une pointe de rochers bruns. Au milieu des rochers s’accrochent de maigres touffes d’une lavande de mer corso-sarde, baptisée limonium articulé en raison de la disposition de ses rameaux en zigzag.Tout au long du parcours, la la baie de Calvi, fièrement gardée par la citadelle, et que défend au loin la longue barre sombre.
Retour par le même chemin ou par une piste qui serpente un peu en retrait du rivage. ; Au-delà, le sentier continue toujours vers le sud et rejoint la petite route qui, venant de Lumiu, dessert la tour de Caldanu et quelques maisons.

Pour zoomer/dézoomer, cliquer sur l'image
Image

Image
Punta Spanu
Tour de Caldanu

Depuis la plage de l'Arinella, longer le littoral vers le nord. En quelques minutes on arrive à la Punta Caldanu. Propriété du Ministère de la Défense, la tour de Caldanu, de forme carrée, est encore intacte de la base au cordon sur trois faces, mais une face est entièrement détruite et est à présent inaccessible.
La tour construite en 1592 à la demande de la population qui réclamait plus de protection contre les raids barbaresques, servait également à orienter et à protéger les navires qui, lorsqu’ils étaient surpris par les tempêtes, venaient alors s’abriter dans la baie.
Autour de la tour, les rochers érodés par la mer forment de larges dalles rocheuses caractéristiques. La vue sur le golfe de Calvi et sur les montagnes (Monte Grosso, Monte Cinto, Capu Larghia...) est remarquable, notamment au soleil couchant.


Image

Image
Punta Caldanu
Plage de l'Arinella

La plage de l’Arinella de Lumio est une petite anse de sable orientée vers le golfe de Calvi. Elle est petite (environ 100 mètres de sable) et une partie est occupée par la paillote "Le Mata Hari" (plage privée). Mais l’environnement est remarquable, avec quelques rochers sur les deux extrémités, une eau translucide et une multitude de poissons dont certains viennent vous mordiller les jambes ! On a parfois la surprise d'y nager en compagnie d'un cormoran. L'eau y est presque toujours calme car l'anse est protégée du large par un petit promontoire rocheux. Une vraie piscine, mais sans chlore !


Image
Plage de l'Arinella
Embouchure de la Figarella

L'embouchure de la Figarella est séparée de celle du Fiume Seccu par le terrain militaire du Camp Raffali. Aussi l'accès se fait-il par un sentier qui démarre juste après le pont routier sur la RN196.
La Figarella étant un cours d’eau très intermittent, les peuplements végétaux se cantonnent aux berges. Dans la partie aval, la zone de l’embouchure est totalement artificialisée par les aménagements du camping (canalisation de la rivière, drainage de la zone de lagune). A l’ouest de l’embouchure, le littoral est occupé par une dune de galets et de sables. On y trouve quelques pins maritimes. La forte fréquentation du site et les aménagements touristiques ont fortement dégradé ce lieu. En arrière, les prairies humides, la saulaie, l'aulnaie et les marais d’arrière plage accueillent les oiseaux migrateurs survolant la Corse en automne et surtout au printemps.
La zone accueille également l’euprocte de Corse (Euproctus montanus) et le crapaud vert (Bufo viridis).

Ce site est très attachant, même s'il est menacé par le développement anarchique de la zone. Il était question d'y construire un port fluvial...

Image

Image
Embouchure de la Figarella
Circuit des villages de Montegrosso

La commune de Montegrosso réunit les villages de Montemaggiore, Lunghignano et Cassano. Les itinéraires présentés ici peuvent peuvent se regrouper pour constituer une boucle autour de Montemaggiore, ou se faire séparément (nous les présentons dans l'autre sens).

Montemaggiore - San Raineru
Distance : 1,8 km
Dénivelées : 80 m en montée, 40 m en descente.
Durée : 1 h 10 AR
De l'église de Montemaggiore, prendre la ruelle qui descend sur le versant est du village et continuer sur le sentier qui lui fait suite. Au premier embranchement, prendre le sentier de gauche puis à un nouveau croisement, à nouveau à gauche. Le sentier assez ombragé chemine vers le ruisseau de Caldaje qu'il franchit près d'une petite fontaine. Sur l'autre rive, le sentier remonte et rejoint une piste que l'on prend vers la gauche pour atteindre la D 151. Le sentier continue de l'autre côté de le route et mène à l'église romane de San Raineru par un tracé assez raide.
Veiller à rester à droite sur la D151. Environ 700 m après l’embranchement, une piste sur la dr. mène à S. Raineru.

San Raineru - Lunghignano
Distance : 1,1 km
Dénivelées : 80 m en descente.
Durée : 35 mn (20 mn en descente)
De l'église, prendre le sentier qui part vers l'est. Après quelques minutes de marche, il débouche sur un embranchement. Prendre le sentier de droite. Il rentre dans un bois de chênes et d'oliviers, puis descend en lacets empierrés sur le ruisseau de Canale, qu'il franchit pour arriver à Lunghignano.
Attention : en sens inverse, le sentier n’est pas évident à trouver.

Lunghignanu - Cassano
Distance : 0,81 km
Dénivelées : 40 m en descente.
Durée : 25 mn AR
De Lunghignano, descendre au pied du village sur la D 121 et à gauche des maisons prendre le sentier qui part en contrebas de la route vers le sud. Le sentier descend au milieu des oliviers et débouche sur la petite route qui va de Cassano à Sant'Albanu. La suivre à gauche pour atteindre le centre de Cassano.

La boucle à partir de Montemaggiore

Distance : 6 km
Dénivelées : 250 m
Durée : 2 h

Le départ se situe derrière le village, quand la route tourne pour aller vers Zilia.
Descendre le long de la clôture d'une maison assez récente. Le sentier communal s'embranche sur la droite, en descente. A la bifurcation suivante, prendre à gauche vers Cassano. Bientôt on rencontre une source. On chemine entre des murets. Traverser le ruisseau puis remonter. Près d'une petite maison en pierres sèches, nouvelle bifurcation. Prendre à droite. Au bout de 5 min, dans un pré, on remarque une aire de battage et un amandier en son centre. De là, le chemin part en descente vers Cassano. On débouche sur une petite route goudronnée sur la gauche qui mène au village.
Traverser celui-ci jusqu'au moniument aux morts puis prendre le sentier vers Lunghignanu sur la gauche (panneau). On traverse la route pour prendre le chemin à gauche du mausolée Gabrielli-Graziani. Au bout de 10 min on arrive à une bifurcation. Prendre à gauche. Ce chemin conduit au village, juste derrière l'église.
Longez l'église puis prendre à droite et traverser le village jusqu'à la route, au niveau d'un petit commerce. Juste après part un chemin bétonné vers l'église San Raineru. Après la maison blanche, continuer tout droit par une sente empierrée. Après une série de lacets l'église apparaît. On y accède par un petit crochet à droite. Cette petite église romane en parfait état date du XIe siècle.

Pour rejoindre Montemaggiore, aller jusqu'à la bifurcation (panneau Montemaio), continuer à descendre le chemin jusqu'à la route, que l'on traverse. On passe un portail et on continue à descendre avant la remontée finale.

Zilia : source de Dirza et col de Mizzanu

Le départ se trouve sur la D151 à la sortie ouest de Zilia.

Traverser la route et prendre le sentier qui monte et s'enfonce dans le vallon. Eviter deux sentiers qui descendent sur la droite. La pente se fait plus douce et bientôt on passe un ruisseau sur un petit pont.
Sur l'autre rive, le sentier devient abrupt et la trace plus incertaine. On poursuit sur un sentier encadré de murs juste avant de déboucher sur une maison entourée de châtaigniers. A côté d'elle jaillit la petite source de Dirza (inaccessible car sur propriété privée).

Cette source était exploitée avant 1914, comme eau de table radioactive, éminemment digestive et diurétique. Elle jaillit à 400 mètres d'altitude des flancs du Monte Grosso (1941 mètres) sur la rive gauche d'un petit torrent impétueux qui coule en cascades.

En montant encore un peu plus haut on rejoint le petit col de Mizzanu et l'ombre bienfaisante d'un gros chêne au pied de l'imposante muraille du Monte Grosso.

Le retour se fait par le même itinéraire. Ne pas prendre le sentier qui, après la source, part sur la gauche. Il arrive également sur la route, près du pont mais est peu commode et entièrement sous les arbres.

Cliquer sur les photos
pour zoomer/dézoomer
Image

Image

Image

Image   Image   Image
Oggi (Occi)

Trois sentiers permettent d‘accéder à Oggi (cette graphie est préférable à la graphie officielle), ce qui permet d‘envisager un circuit en boucle.

Deux partent de Lumio, le troisième de la route D71 entre Lumio et Lavatoggio.

Le sentier 1, qui vient d‘être entièrement restauré, part de la place devant le restaurant « Chez Charles». Le sentier assez escarpé gravit les 150 mètres de dénivelé et permet d‘arriver en une vingtaine de minutes au village abandonné, par un parcours en corniche ménageant de belles vues sur Sant‘Ambroggio.
Ne pas manquer de chercher l‘aire située au-dessus du village, en aplomb de la grande maison derrière la chapelle. En s‘élevant encore un peu, vue splendide sur l‘aire, le village, Sant‘Ambroggio, la pointe de Spanu, la baie de Calvi. Par beau temps on aperçoit également le Cap Corse.

Le sentier 2 part à proximité du camping « Panoramic », près d‘un muret de pierres. Ce chemin, le plus facile des trois, grimpe à travers le maquis et permet d‘atteindre Oggi en une petite demi-heure. Je le recommande à l‘aube pour la très belle lumière sur les collines à l‘est d‘Oggi pendant la montée. On peut également faire une boucle (assez longue) en passant par ND de la Stella et en rejoignant Lavatoggio en continuant tout droit.

Le troisième itinéraire (1h55 environ) part du haut du village de Lumiu, près du Carubbu et de la Torricella. On y accède par l'avenue Bella Vista. Il est indiqué par un panneau "Chemin de randonnée". Le chemin s'élève entre des jardinss, parcourt quelques lacets puis arrive à un portail. Passer le portail (à refermer) et continuer à monter vers le col situé au nord du Capu Bracaju. On débouche sur un large plateau. Le sentier passe entre des murs de pierres sèches, d'abord à plat, puis rejoint une bifurcation ; le chemin de droite conduit à la chapelle Notre dame de la Stella. Prendre l'autre sentier qui continue tout droit, toujours entre des murets. Il monte légèrement pendant 400 mètres puis amorce une descente progressive en offrant une belle vue sur la baie de Calvi. On passe ensuite entre des blocs de granite, le sentier se fait plus étroit et atteint un portail. Passer ce portail et descendre vers Oggi.
Après avoir visité le village, rejoindre les dernières maisons sur la gauche. Unsentier revient vers Lumio par de courts lacets entre des blocs rocheux. On arrive à une rue goudronnée passant juste derrière "Chez Charles". Il ne reste alors plus qu'à reprendre l'avenue Bella Vista.

Je conseille vivement de ne pas terminer la visite sans monter au Capu d'Oggi.
Il suffit de prendre le chemin escarpé à l'extrémité ouest du village (le dernier tronçon du sentier 3). Arrivé sur la crête, le sentier se divise. Le sentier principal descend vers Notre Dame de la Stella ; il faut prendre à gauche le sentier qui décrit un arc de cercle avant de grimper les derniers mètres vers le Capu d’Occi (563m). On découvre une vue plongeante sur Oggi et, au-delà, la baie de Calvi, la presqu'île de Spanu, Sant'Ambroggio, Île-Rousse...

oci
Image

Image

Image


Image
Cliquer sur les photos
pour zoomer/dézoomer

Découvrez ma galerie de photos d‘Occi en page "Galerie".

Les fiches rando du Bassin de vie d'Île-Rousse

Récemment, 250 km de chemins de randonnée ont été réhabilités et balisés par le Bassin de Vie de l'Île-Rousse, maître d'ouvrage délégué de cette opération et grâce au financement des trois communautés de communes et de l'État. Ces chemins font l'objet d'une édition de 6 fiches proposées à la vente dans les Offices de Tourisme de Calvi et Île-Rousse; d'autres boucles sont en cours de réhabilitation et seront ouvertes prochainement au public. Cette opération a été menée dans le cadre du dispositif Pôle d'Excellence Rurale dans lequel la Balagne s'est inscrite.

Les fiches rando sont en vente dans les Offices de Tourisme de Calvi et l'Ile-Rousse.
Tarifs :
Fiche à l'unité 2 € - Lot de 3 fiches 5 € - Lot de 6 fiches 8 € - Lot de 10 fiches 11 € - Lot de 13 fiches 14 €

rando

Contenu des fiches :

BOUCLE DE GIUSTINIANI 

Départ : Speloncato.
Longueur estimée : 7 km.
Dénivelé : 350 mètres.
Temps de marche : 3h00 minimum sur des chemins comportant des raidillons.
Curiosités : les thermes romains, les chapelles, les paysages.

 

BOUCLE DU VILLAGE EN RUINE DE CASENOVE 

Départ : bas du village de Pietralba.
Longueur estimée : 4 km.
Dénivelé : 250m.
Temps de marche : 1h30.

Curiosités : les ruines du village de Casenove. Panorama.

BOUCLE DE FOCOLARA 

Départ : Galeria.
Longueur estimée : 18 km.
Dénivelé : 1 300 m.
Temps de marche : 7h00.
Caractéristiques : randonnée sportive avec important dénivelé sur des traces montagnardes.



BOUCLE DE SANT’ANTONIO

Départ : Belgodère ou Palasca
Longueur estimée : 11 km.
Dénivelé : 730 m.
Temps de marche : 4h30.
Particularité : longue randonnée à la journée.
Dénivelé conséquent conférant à la randonnée son caractère sportif.



BOUCLE DE LA PIEVE D’AREGNO

Départ : départ possible depuis chaque village.
Longueur estimée : 9,5 km.
Dénivelé : 500 m.
Temps de marche : 3h30.

Curiosités : les villages de Lavatoggio, Aregno, Sant’Antonino, Cateri et leur patrimoine. Les vues sur la mer et la montagne.

BOUCLE DE MONTEGROSSO

Départ : de l’un des trois villages.
Longueur estimée : 4,5 km.
Dénivelé : 220 m.
Temps de marche : 1h50.

Curiosités : les villages de Montemaggiore, Cassano et Lunghignano, les paysages, l’église piévane San Raineru.



BOUCLE d'ARBO

Départ de Monticello. depuis le complexe sportif St François dans le sens inverse des aiguilles d’une montre.
Distance : 7,5 km,
Dénivelé positif : 300 m
Temps de marche : 3H00
Curiosités : Sentiers sauvages, panoramas mer et montagne



BOUCLE d'ASTO

Départ de Lama. depuis l’église San Lorenzu
Distance : 16 km aller/retour
Dénivelé positif : 1000 m
Temps de marche : 6 heures effectives. Randonnée sportive, tracé très raide, petits passages d’escalade et passages dangereux en cas de brouillard ou de mauvais temps. Curiosités :  Le sommet du Monte Astu
Momentanément interrompue



BOUCLE de la SOURCE de DIRZA
Départ : village de Zilia.
Longueur : 4,5 km aller-retour
Dénivelé positif : 330 m
Temps de marche :
2h00 sur de bons chemins assez ombragés. Randonnée familiale
Curiosités : Source de Dirza. Paysages et panoramas



BOUCLE de TORU

Départ : Village de San’Antonino ou de l’ancien hameau de Toru
dans la vallée du Regino.
Distance : 4 km de boucle
Dénivelé positif : 300 m
Temps de marche : 1h30 sur de bons sentiers toutefois bien pentus
Curiosités : Promenade sur d’antiques chemins pavés au dessus et vers la vallée du Regino et liaison avec l’ancien hameau de Toru.







BOUCLE de A CIMA di SANT'ANGHJULU

Départ possible depuis Corbara ou des hameaux d'Alzia ou d'Occiglioni.
Distance : 9 km,
Dénivelé positif : 470 m
Temps de marche : 3H30 (durée complète avec visite des villages:1 jour
Randonnée sur chemins, quelques montées raides.
Curiosités : Corbara, Hameau d’Alzia, hameau d’Occiglioni (commune de Santa Reparata), Pigna. Les vues sur la mer et la montagne









SENTIER des DOUANIERS - Revellata

Départ : Calvi, Croix du Balkan au rond point Saint-François, sur la route de Porto par la côte.
Distance : 12 kms
Dénivelé positif : 300 m
Temps de marche : 3H30 sur pistes, sentiers pédestres et rochers de bord
de mer. Possibilité de raccourcir en partant de l’embranchement de Notre Dame de la Serra (D81 bis)

Curiosités : Panoramas, baignades.








BOUCLE du BARRAGE de CODOLE

Départ de Santa Réparata di Balagna, depuis la Chapelle San Bernardinu
Distance : 11 km
Dénivelé positif : 300 m
Temps de marche : 4 h. Randonnée assez longue comportant quelques montées raides

Curiosités :Promenade au-dessus et vers la vallée du Regino ainsi que sur les berges du barrage de Codole

Circuit Aregno - Pigna - Sant‘Antonino - Aregno

Distance : 6,9 kilomètres
Temps de marche : 2h55‘
Dénivelés : 330 mètres en positive, 330 mètres en négative

Ce circuit est facile et permet de découvrir quelques uns des plus beaux villages de Balagne. On peut fractionner ce circuit à volonté, en fonction du temps passé dans les villages.

Aregno - Pigna

De la sortie de Praoli, au Nord face au lotissement récent, prendre le sentier dallé qui descend sur la gauche, rejoint le talweg en lacets serrés, puis prendre la direction du Nord-Ouest. A proximité du point coté 134, le sentier rejoint une piste que l‘on prend vers la droite. 200 mètres plus loin la piste part à gauche vers une exploitation agricole (beaux bâtiments à arcades) tandis que le sentier continue tout droit. Remonter direction est vers Pigna, dont on rejoint l‘entrée par une montée assez soutenue sur un chemin empierré.

Pigna - Couvent de Corbara

De la place du village de Pigna prendre la piste qui longe le parking et part en direction de l‘est. Eviter une piste qui part tout de suite à gauche, puis, un peu plus loin prendre le sentier qui part à droite vers le cimetière. Le chemin passe sous le cimetière et débouche sous la D 151 à côté de ND du Lazio (15‘ de Pigna). On traverse la D 151, le chemin continue en montant et arrive à une petite piste que l‘on suit à droite pour arriver au couvent (30‘ de Pigna).

pancarte

Couvent de Corbara - Sant' Antonino

Prendre le sentier qui monte le long des pentes Ouest de la colline au milieu du maquis jusqu‘au passage près d‘une belle fontaine à auvent. Suivre le sentier jusqu‘au cimetière, ensuite le sentier se transforme en piste et débouche sur un embranchement. Prendre la piste de droite qui conduit à l‘église.
On pourra se désaltérer à La Maison du citron, un peu à droite de l‘église, en buvant une excellente citronade (et, en septembre, un "mariage", mélange de citron fraîchement pressé et de jus de raisin. Un régal !)
De l‘église monter jusqu‘au centre du village (45‘ depuis le Couvent).

Sant' Antonino - Aregno (Praoli)

De San‘Antonino prendre le sentier B11 en direction de l‘Eglise de la Trinité d‘Aregno, on traverse la D 413 puis après avoir évité un sentier remontant vers la gauche, on descend droit en laissant le sentier d‘Aregno à gauche. (On peut également descendre par ce sentier jusqu‘à La Trinité, puis rejoindre Praoli par la route (25‘ depuis la Trinité).
Le chemin descend en lacets serrés, puis on croise une piste en s‘infléchissant vers la gauche. Peu après éviter un sentier partant vers la droite et rejoindre Praoli.

pigna
Pigna

pigna
Le sentier

pigna
ND du Laziu et Corbara

pigna
Couvent de Corbara

pigna
Sant‘Antonino

 
 
Randonnées autour de Corbara

(source : site internet de la mairie de Corbara)

Cima di Sant‘Anghjuli

Point de départ: Sant‘Antonino (possibilité de partir du couvent de Corbara)
Durée : 2h30 environ
Dénivelée: 320 m.
Balisage : Traces de peinture rouge, orange et blanc
Difficulté: Aucune, fin un peu raide

Du parking près de l‘église de Sant‘Antonino, un chemin empierré longe l‘église à gauche et mène peu de temps après à une bifurcation. Le sentier de gauche, qui longe quelques tombeaux, descend vers le couvent de Corbara. Prendre celui de droite.

Ce large chemin empierré descend légèrement jusqu‘à une sorte de col entre le versant Corbara et le versant Occiglioni. On aperçoit en contrebas une bergerie en ruine. Couper à travers champs pour arriver à cette bergerie, située au pied du monte Sant‘Angelo. Le sentier s‘élève assez rapidement et on atteint le point culminant des trois sommets du monte Sant‘Angelo, 562 m, en 30 minutes environ.

Splendide vue panoramique : en bas, Pigna, la côte d‘Algajola, Corbara, Ile Rousse et plus loin les Agriates, et du côté opposé le bassin du Reginu, Santa Riparata, le monte Grosso et Sant‘Antonino. Vue plongeante sur le couvent de Corbara.

La descente vers le couvent s‘effectue d‘abord par le chemin de la montée. Près d‘une petite prairie, tourner à droite pour atteindre le sentier flanqué de murets qui conduit au couvent de Corbara (298 m) fondé par les Franciscains en 1456 (30 min).

De là, on peut remonter à Sant‘Angelo par le sentier qui s‘élève en corniche à travers le maquis, passe près d‘une fontaine avec un bel auvent puis près d‘une maison récemment restaurée avant de rejoindre la piste de l‘aller près de Sant‘Antonino.

Note : On peut aussi partir du couvent de Corbara.

530

528

524

535

Entre mer et cieux l'ascension du Sant'Angelo
santangelo
Du Sant'Angelo, la vue sur Corbara et la marine de Davia est époustouflante.
Le panorama nous dévoile aussi une grande partie de la Balagne et même
un peu du Cap Corse au loin. Florian CRISTINI TADDEI

Du haut de ses 562 mètres, le mont Sant'Angelo surplombe la baie de L'Île-Rousse. L'occasion de découvrir le sommet à travers une excursion.

Trois heures de marche aller-retour vous attendent au départ du sentier qui se cache derrière la discothèque Le Pub's. Des détritus parsèment hélas le parcours. Un spectacle peu ragoûtant qui contraste avec ce qui nous attend. Dix minutes de marche et la vue sur la cité paoline devient intéressante. Le bruit de la circulation se dissipe. Le chant des merles prend le dessus. Aux abords du sentier, les pagliaghji défilent. Une aghja et une fontaine complètent les vestiges du passé agricole de la vallée.

Une vue à couper le souffle

En pleine nature, lapins et lézards s'enfuient dans un bruissement de feuillages. L'ascension alterne piste aride sans ombre et voûtes d'olivier ou de chêne. Arrivée 40 minutes plus tard au pied d'Occiglioni. Le temps de prendre une photo et l'on repart à travers le village. Derrière l'église San Roccu, u chjassu di a funtana vous mène à une fontaine quelques mètres plus loin. Au sortir du sentier, la piste de terre battue refait son apparition. Un panneau solitaire indique : Sant Antonino par Curbinu 45', 2 900 m.
La route serpente jusqu'aux ruines du mystique couvent Sant'Anghjulu qui domine toujours Santa-Reparata. Lunettes sur le nez et sac au dos, Christian marche seul. Il monte au Sant'Angelo. Un chemin qu'il arpente depuis vingt ans chaque été.
« Avant, je le faisais tous les jours », claironne-t-il. L'ascension du Sant'Angelo n'est pas pour les novices. Vigilance donc et bonnes chaussures sont de mise. à peine exposé au versant ouest, le vent vient vous gifler comme pour vous décourager d'avancer. La vue du couvent de Corbara est splendide mais presque insignifiante comparée à celle qui nous attend plus haut. Les derniers rochers dévoilent un escalier naturel qui permet d'atteindre le sommet.
Le panorama vous laisse sans voix. L'Île-Rousse, Corbara, Algajola, Pigna, Sant'Antonino, le Reginu, Santa-Reparata, le Cap Corse au loin... à 360 degrés, nul carré de terrain ne peut échapper à l'Anghjulu. La descente est délicate et c'est aussi un crève-cœur de quitter l'Olympe. Dur retour sur terre après avoir tutoyé les cieux avec un ange.

Feliceto : la maison du bandit

Dénivelé : 100 m
Après le bar "Chez Rigo", prendre les escaliers sur la droite en venant de Muro. Prendre le sentier balisé de points rouges, franchir (et refermer) un portail. Le sentier est très embroussaillé. On arrive bientôt à la "maison du bandit", curieuse demeure troglodytique accrochée à un rocher, a Falcunaghja. C'est en fait la maison d'un ancien maire du village qui l'avait faite construire officiellement pour surveiller le village, officieusement pour accueillir les bandits qui se cachaient dans le maquis.

Tour du lac de Codole

Départ : Barrage de Codole
Durée : 4 h (boucle)
Dénivelé : 250 m
Carte : IGN 4249 OT Île-Rousse
Accès : La D113 longe le lac par lo'ouest. On peut facilement stationner au niveau de la digue.

Itinéraire :
Traverser la digue et prendre la piste sur la gauche. Celle-ci rejoint la route de Santa-Reparata que l'on suit. Le parcours bifurque à droite ("boucle de Codole") et s'engage le long d'une parcelle clôturée plantée d'oliviers. Après 700 m, le sentier arrive à un petit col. Bifurquer à gauche vers Santa-Reparata. Suivre l'itinéraire marqué bleu vers Monticellu. On aperçoit l'île de la Pietra. Sur le plateau, une grande dalle rocheuse plate offre une vue superbe sur tous les villages du Reginu, de Belgudè à Muru, et sur les sommets (San Parteu, Monte Grossu). 650 m plus loin, détour possible à gauche pour un point de vue sur la côte près d'une fontaine. Le chemin direct arrive à un col où se dresse la chapelle San Francescu. Lieu fréquenté par les milans ! Au niveau de l'école, descendre sur la droite entre des plantations d'amandiers. On franchit deux fois la voie ferrée avant de rejoindre le Reginu (restes d'un ancien moulin). Franchir la rivière et prendre à droite la D113 qui ramène au point de départ.

Monte Tolu (1 332 m)

Ce sommet facile permet d'admirer un très beau panorama sur la Balagne et le Monte Grossu.

Départ : Bocca di a Battaglia (1 101 m)
Durée : 3 h AR
Dénivelé : 300 m
Carte : IGN 4249 OT Île-Rousse
Accès : On peut facilement stationner au col (ne pas hésiter à s'arrêter plusieurs fois dans la montée, raide et magnifique).

Itinéraire : Du parking, passer derrière la barrière et prendre la piste qui monte vers l'ouest (marques orange). On atteint bientôt (1 100 m) la sculpture de la paix : une sorte de dolmen moderne en pierre de Brando dont la dalle est constituée de cinq mains entrelacées symbolisant les cinq continents.
Puis on arrive (30 mn environ) à a Bocca di Croce d'Olu (petite croix en fer) où l'on croise le chemin allant de Speloncatu à Pioggiola. La piste se transforme en sentier sinuant entre des blocs rocheux (balisage orange). On passe sur le flanc gauche de la crête pour atteindre un col (1 209 m - 1h) signalé par une croix. Après une épaule, on traverse une zone rocheuse, avant d'arriver à a Bocca di Tassi (1 194 m), au pied du versant nord du Monte Tolu. Il faut contourner le sommet par son flanc gauche, laisser devant soi la trace qui mène au San Parteo et suivre à droite la trace qui rejoint un couloir rocheux que l'on gravit pendant une cinquantaine de mètres. De là, une vire à gauche (versant ouest) mène au sommet (1 332 m) que l'on atteint après quelques mètres d'escalade.
Retour par le même itinéraire (attention en redescendant le couloir). On peut également poursuivre la randonnée jusqu'au monte San Parteu en contournant le monte Tolu par le sud (6 h AR au total dans ce cas).

Cliquer sur les photos
pour zoomer/dézoomer
Image

Image

Image
Image   Image   Image

Image Image
Sentier Ile Rousse-Corte

Une fois n‘est pas coutume, c‘est un sentier en 7 étapes que je vous propose ici. Pas de difficultés particulières mais des étapes assez longues, avec la contrainte d‘un sac assez lourd à porter. Mais on traverse cinq micro-régions d‘une grande beauté, très différentes les unes des autres : la Balagne, puis le Giussani, la pieve de Caccia, le Niolu et enfin le Cortenais.
Chaque village étape (Monticellu, Speluncatu, Olmi-Cappella, Pioggiola, Vallica, Castifao, Moltifao, Asco) offre en principe quelques possibilités d‘hébergement (limitées cependant, il est prudent de se renseigner préalablement).

Etape 1 : Ile Rousse - Speloncatu (4h50)

Le sentier commence sur la RD 63 à hauteur de la pizzeria "A Rusta".
L‘itinéraire s‘élève lentement entre les résidences par un ancien sentier jusqu‘au comping "Ormiccio" pour rejoindre la D.63 que l‘on suit sur 200 m.
Prendre la piste à droite, en direction de l‘est jusqu‘à un bassin. Le sentier passe ensuite devant une station de traitement et rejoint la D.63. Traverser la route pour rejoindre le chemin qui mène à la place de l‘église de Monticellu (218 m, 1h35).

Traverser le village puis, par une route ombragée, on rejoint un petit col pour atteindre la chapelle Saint-François. Le sentier descend ensuite pour rejoindre une piste, bifurquer sur la droite jusqu‘au bout du chemin de Cammarajo. Le sentier continue, traverser la voie ferrée, passer devant un ancien moulin. La piste longe ensuite la rivière pour rejoindre le hameau du Reginu et la D 63. Prendre à droite jusqu‘à un croisement et suivre la D.113 en direction de Muro jusqu‘au magasin Coop.

Prendre sur la gauche la piste en direction sud-est, traverser la plaine du reginu dans une zone à l‘activité pastorale très marquée (lenze cabane). Le sentier passe ensuite devant un ancien moulin "Pomontone"; suivre la piste sur 600 m, prendre le sentier à droite qui s‘élève jusqu‘à la D.71 et la Chapelle de San Filipu. Le tracé emprunte la D.71 puis sur la gauche une petite route avant de s‘élever vers le village de Speloncatu (520 m - 4h50), perché sur un éperon rocheux.

Etape 2 : Speloncatu - Olmi-Capella (4h05)

L‘itinéraire emprunte la D.63 sur environ 200 m. Il faut prendre ensuite un sentier sur la gauche. Ce sentier s‘élève rapidement et franchit de nouveau la route. Continuer à monter sur une large crête pour arriver à a Bocca di Croce d‘Olu (1097 m). Très beau point de vue sur le côte balanine, le Cap Corse, les Agriates, le Giussani et ses hauts sommets. Le tracé franchit la crête et descend par un très beau sentier (panneau transversal Ile Rousse-Corte) ombragé jusqu‘à Pioggiola (900 m - 2h55).
Traverser la D.63, suivre le sentier (balisage orange) jusqu‘au croisement de la route D.963 des sentiers Poggiola, Forcili, Ilmi-Capella. Traverser la D.63 et suivre l‘itinéraire Olmi-Capella puis s‘engager dans une châtaigneraie, après avoir franchi plusieurs petits ruisseaux. Le sentier rejoint par une montée Olmi-Capella (Olmi è Capella, 831 m), au pied du Monte Padru et du San Parteu. Les hameaux qui composent le village dominent la haute vallée de la Tartagine.

Etape 3 : Olmi-Capella - Moltifau (4h55)

Reprendre la D.963 sur environ 800 m, jusqu‘au croisement en direction d‘Altiani, puis suivre le chemin en terre à droite pour déboucher sur un plateau, descendre ensuite vers la route et la quitter pour un sentier qui rejoint par une grande traversée a Bocca Croce (900 m). Le sentier rejoint la route pour arriver à Vallica (820 m - 1h25). Puis le sentier emprnte un très ancien tracé, s‘élevant d‘abor légèrement pour descendre jusqu‘à Costa di Forma. Par de nombreux lacets, le chemin plonge jusqu‘au confluent de la Tartagine et du ruisseau de Forci que l‘on traverse pour rejoindre le hameau de Piana et le pont de Tartagine (305 m). Le sentier longe ensuite la rivière puis s‘élève en direction sud pour rejoindre Castifau (535 m - 3h25). Ce village en gradins au-dessus de la vallée de la Tartagine est dominé par la tour carrée de Paganosa et, plus loin, par le Couvent San Francescu di Caccia du XVIème siècle.
Le sentier emprunte la D.47 sur environ 500 m jusqu‘au col. Prendre le sentier sur la gauche, toujours en traversée légèrement decendante dans une forêt de chênes, franchir le ruisseau de Casafrancione et continuer jusqu‘au hameau de Merozzini pour arriver enfin à Moltifau (500 m - 4h55), berceau du peintre Léon Charles Canniccioni.

Etape 4 : Moltifau - Asco (5h30)

Reprendre la route et suivre le balisage orange jusqu‘à la fontaine de Costa Funtanella (710 m). Le sentier rejoint bientôt les ruines de l‘ancien village de Sepula (910 m). Traverser les ruines et monter en direction du monument mégalithique l‘Altare (1 074 m) puis continuer jusqu‘à la fontaine de Tuloni. Le sentier descend en lacets à travers des genévriers et rejoint, 50 m au-dessus du pont de Chelga, le croisement avec un autre sentier. Suivre à droite le balisage orange pour atteindre Asco (Ascu, 600m - 5h30)

Etape 5 : Asco - Corscia (7h50)

Cette étape est très longue.
Traverser le village d‘Ascu et prendre la route qui descend au pont Génois (535 m), l‘emprunter et suivre l‘itinéraire qui longe la vallée de Pinara. Le sentier passe ensuite devant la fontaine de Misaidi puis continue pour passer devant une magnifique cascade et une grotte (937 m). Prendre ensuite le chemin qui longe le ruisseau de Pinara pour arriver aux bergeries de Cabana (3h30, 1237 m). Continuer jusqu‘au point coté 1450. Là on croise un autre sentier et, par une rude montée en lacets, on arrive à a Bocca di Serra Piana (1846 m). Du col, le sentier descend en direction des bergeries de la Menta. Passer la passerelle pour atteindre les bergeries de caracutu et se diriger vers les fontaines de Gradia et de Callaiola. Descendre ensuite par le sentier jusqu‘au village de Corscia (880m - 7h50).

Etape 6 : Corscia - Refuge de La Sega (8h15)

Cette étape est la plus longue. Partez très tôt !
De Corscia suivre la D.718 pour rejoindre la D.84, traverser et prendre le chemin de droite jusqu‘aux Bergeries de Ciaretta (1568 m, 4h50). Le sentier remonte jusqu‘à a Bocca di Conia (1669 m). Suivre le sentier en crête qui passe au-dessus des Bergeries de la Borba, continuer en crête pour rejoindre le Mare a Mare Nord à a Bocca a l‘Arinella (1592 m), jusqu‘aux Bergeries de Boniacce (1 450 m). Le sentier emprunte une longue descente jusqu‘au refuge de la Sega.

Etape 7 : Refuge de La Sega - Corte (5h50)

Du refuge, prendre le sentier Mare a Mare nord (balisage orange), traverser la passerelle qui surplombe le Tavignanu et passer ensuite devant l‘ancien refuge pour suivre le sentier sur la gauche (rive droite) qui passe en courbe de niveau devant une prise d‘eau alimentant le barrage de Calacuccia. Le chemin descend progressivement et traverse le ruisseau de Castagnolu (1 040 m). La pente s‘accentue pour se rapprocher du Tavignanu que le sentier longe pour arriver au ravin de Bruscu (930 m) puis rejoint la passerelle (760 3, 3h15). Traverser le Tavignanu pour reprendre le sentier muletier en rive droite, qui descend progressivement entre les pins jusqu‘au Russulinu (840m). Le sentier continue sous les chênes verts et les châtaigniers jusqu‘au ruisseau d‘Antia (610 m). On passe à un maquis dense avant de rejoindre une zone plus aride pour arriver enfin par le nord à la citadelle de Corte (Corti, 420 m).


Ostriconi

Ostriconi : Punta Liatoghju

L'Ostriconi est une terre de contrastes où les méandres du petit fleuve, serpentant dans un paysage de verts bocages, viennent se heurter aux dunes de sable blanc venu de la mer. Lorsqu’on arrive sur le site de l’Ostriconi, on est tout de suite séduit par la fière allure de la colline rocheuse qui domine le site : la Punta Liatoghju.

Départ : Stationner au niveau de la ferme-auberge du Domaine de l'Ostriconi (restaurant L'Agriate).
Une piste en terre démarre derrière les bâtiments (au nord-ouest).
Durée : 3 h AR
Dénivelé : 300 m
Carte : IGN 4249 OT Île-Rousse pli D3

Eviter de faire la randonnée l’été (risque d’incendies important sur cet itinéraire). Attention aussi à la baignade par vent d’ouest sur la plage de Peraiola, les rouleaux empêchent le retour vers la plage. Enfin, attention au rocher sommital de la Punta Liatoghju, glissant en cas d’humidité.

Suivre la piste (souvent très fréquentée par 4x4, quads et motos) qui s’enfonce entre deux haies d’arbres en direction nord-ouest et franchir le ruisseau de Valdarellu (souvent à sec). Quelques mètres plus loin, sur une dalle rocheuse, part sur la gauche le sentier qui mène directement à la plage.

Continuer tout droit jusqu'à un bâtiment sur la gauche de la piste. La piste commence à s’élever. Il faut bientôt la quitter et prendre à gauche pour accéder à une belle construction troglodyte (bergerie de Chimia) entourée de figuiers de barbarie (10 min.).

Suivre le sentier qui monte dans un dédale rocheux en surplombant la piste, puis continue à travers maquis et oliviers pour contourner par l'est la Punta di Granaghja. Il s’enfonce dans un petit vallon aride et arrive bientôt au pied d’un gros chêne vert.

Après une première aire de battage, le sentier s'élève en lacets entre genévriers et arbousiers et se dirige ensuite vers un petit col (50 min.) situé à l'est de la Cima Forca dont on peut atteindre facilement le sommet en prenant sur la gauche un petit sentier non balisé.

Le sentier redescend dans le vallon de Cruschininca vers un casgile. Cette hutte de pierre à la minuscule entrée servait à entreposer le fromage, à température et degré d’hygrométrie constants. Celui-ci se distingue par une voûte en encorbellement, technique de construction héritée de l’âge du bronze. On continue vers les ruines des bergeries de Cruschininca au milieu desquelles on découvre une immense aire de battage bien conservée.

Continuer à descendre en pente douce au milieu des oliviers pour arriver au creux du vallon à un embranchement de sentiers. Prendre à droite le sentier qui mène au sommet de la Punta Liatoghju.

Le sentier pentu franchit un muret et s'enfonce en lacets sous des arbousiers et des bruyères. On contourne le sommet par la droite pour rejoindre, après quelques ressauts rocheux, une large vire herbeuse. On atteint enfin l'arête faîtière et le sommet (222 m, 1h30).

Remarquable point de vue sur l'embouchure de l'Ostriconi, les Agriate, le Monte Astu à l'est et le Monte Padru au sud-est.

Il est préférable de redescendre par le même chemin (attention en cas de pluie) jusqu'à l'aire. Là, prendre à droite le sentier (pancarte "Gradu-Plage") qui descend vers le ravin de Cruschininca au milieu d'un maquis bas, puis de figuiers de barbarie.

A un nouvel embranchement, prendre à gauche (celui de droite mène aux dunes et à la plage de Peraiola). Passer derrière les bergeries de Gradu, puis, environ 800 m plus loin, on retrouve la piste en terre que l'on suit sur la droite pour retrouver le parking.

Image

Image

Image

Image

Image
Cliquer sur les photos
pour zoomer/dézoomer


Image    Image    Image

Image    Image    Image

De l'Ostriconi à la plage de l'Acciolu et aux bergeries de Terricie

Carte IGN 4249OT TOP25
Durée : 4 h AR (plus l'arrêt à la plage)

Le sentier du littoral commence à l'extrémité est de la plage de l'Ostriconi. Pour rejoindre ce point, les possibilités sont multiples. On peut par exemple, en venant de la Balanina, se garer le long de l'ancienne route nationale devenue sans issue. La vue sur la plage de l'Ostriconi et la côte Ouest des Agriates est splendide. Une descente un peu raide mène à la plage de l'Ostriconi ; il suffit de longer la plage jusqu'à son extrémité Est et rejoindre un sentier venant de la droite. Continuer sur ce sentier en longeant les premières criques. On aperçoit les bergeries en ruines d’I Magazini. Poursuivre jusqu’à l’anse de Vana, à l'embouchure du ruisseau de Sualelli.

Plusieurs options permettent de poursuivre la balade ; on peut choisir celle qui est le plus à l'ouest, ou bien rester sur le sentier au fond du vallon à droite du ruisseau de Sualelli pour gagner le col d’Affacatoghju en suivant les flèches taillées dans les bornes de granit. On passe près des bergeries de Vana et de Sualleli. Les sentiers se rejoignent avant de grimper vers un petit plateau dominé par le Monte Orlandu. On arrive au pied de la Punta di l'Acciolu qui domine la plage que l'on aperçoit en contrebas.

Il est facile de descendre vers la plage si on poursuit le chemin du littoral sur quelques centaines de mètres ; il faut alors revenir en arrière par un bon sentier et longer les deux petites plages de galets plus à l'est. Un autre sentier descend plus directement sur la plage, mais présente quelques passages un peu raides, sans pour autant être dangereux.

On peut poursuivre par une piste près de la Punta di l’Acciolu qui côtoie la mer parallèlement pour continuer sur la droite puis à gauche en rentrant dans les terres. Puis on prend le sentier venant de droite qu’on suit jusqu’aux bergeries de Terricie.

Lama : Refuge de Prunincu (1 048m), Bocca Tiobuli et Monte Astu (1 535m)

Carte IGN 4348 OT TOP25 (Bastia - Golfe de St Florent)
Durée : 7 h AR pour le Mte Astu, 4h 30 pour a Bocca Tiobuli
Difficulté : **/***
Dénivelé : 1000 m
Intérêt : ***
Balisage : jaune

Départ : A Lama, possibilité de stationnement en face de l'église San Lurenzu.
Itinéraire : De l'église, suivre les flèches de la boucle du patrimoine qui conduisent tout en haut du village. On prend l'ancien sentier de Santu Pietru di Tenda qui passe près d'un réservoir et monte très rapidement en lacets serrés. Après un petit plateau, la pente s'accentue. Le sentier, encore dallé par endroits, passe près d'un point d'eau et monte jusqu'à un collet (alt. 900 m) et change de versant. Côté sud, le paysage change radicalement. On domine une vallée jadis cultivée, comme en témoignent les murets, terrasses et pagliaghji. On continue en contournant le versant sud du sommet de Pinzalone, en longeant des murets de pierres sèches. Belle vue sur le Monte Padru, le Monte Cintu, le Capu Verdatu et les Aiguilles de Popolasca. L'itinéraire se poursuit en pente douce, passe dans une châtaigneraie jadis parcourue par un incendie, et arrive enfin au refuge (non gardé) de Prunincu, au milieu de blocs de granit (1 048 m). Le sentier s'oriente plein nord , la pente s'accentue pour atteindre la Bocca Tiobuli (1 238 m), où l'on quitte le sentier pour prendre un raidillon sur la droite. On arrive à une large croupe, puis on atteint les ruines d'anciennes bergeries. De là, on rejoint la crête principale. Il faut contourner l'éperon final pour atteindre le sommet marqué d'une croix, au prix de quelques pas d'escalade (1 535m).

Note : le long du parcours on rencontre une plante que l'on peut confondre avec du fenouil sauvage. Il s'agit du Peucedanum paniculatum, dont le nom corse est a finucaghja. Cette plante est photo toxique et peut provoquer des éruptions cutanées et des démangeaisons sévères. Il faut donc éviter tout contact avec ce végétal.

Cliquer sur les photos
pour zoomer/dézoomer
Image
En contrebas, le village de Lama
Image Image Image
Le refuge de Prunincu
Image
Un rocher étonnant

Calenzana et Bonifatu

Refuge de Carrozzu et passerelle de Spasimata

Le chemin d‘accès au refuge de Carrozzu part de l‘extrémité de la route D 251 qui remonte, à partir de l‘aéroport de Calvi-Sainte-Catherine, la vallée de la Figarella. A l‘extrémité de la route, se trouve l‘auberge de Bonifatu (540 m) : c‘est le départ de la balade.

Durée : 6h AR
Dénivelée : 619 m.
Difficulté : **
Relativement ardue avec une montée de 620 m durant une heure vingt. Ce n‘est pas une randonnée à entreprendre par temps froid ou variable.
Période : petits risques de neige en hiver.
Point d‘eau : au refuge de Carrozzu
Balisage : jaune
Carte : IGN 4149 OT Calvi - Cirque de Bonifatu.
Cette balade conduit à travers la forêt de Bonifato jusqu‘au refuge de Carrozzu qui est situé sur le GR 20 ; A côté du refuge, le célèbre sentier franchit la Spasimata par une passerelle suspendue qui, à elle seule, mériterait la balade.

Au départ de l‘auberge, il faut s‘engager sur la piste forestière "du Mouflon" fermée à la circulation qui prolonge la route. Cette piste domine la rive droite de la Figarella, au milIeu de la forêt (pins laricio, pins maritimes, chênes verts principalement) en s‘élevant légèrement. La suivre pendant environ 20 minutes. Lorsque la piste traverse le cours d‘eau au gué du Roncu (environ 1 km après son départ) où la Melaghja rejoint le Lamitu, il faut la quitter et emprunter, sur la droite, le GR 20, balisé en jaune en direction du refuge de Carrozzu (panneau : refuge de Carrozzu : 2h30).

Parallèle au torrent en rive gauche, le GR monte dans des gorges superbes, au milieu des rochers sculptés par l‘érosion auxquels s‘accrochent spectaculairement des pins. Il devient plus rude et franchit le ruisseau de Lamitu sur une petite passerelle suspendue (910 m, 45 min). Désormais en rive droite, il rejoint les contreforts de l‘Innominata et monte à travers des pinèdes parsemées d‘aulnes. Dans cette deuxième partie du trajet, la pente devient sensiblement plus forte.

Après 2 h 10 on passe devant ce qui reste de Spasimata, l‘ancien village d‘été des habitants de Calenzana. On trouve une table et des bancs de pierre placés le long du ruisseau, des missoghji, enclos de pierre. Un petit abri de pierre se trouve à deux minutes de là. C‘est l‘abri de Spasimata. Il y a aussi un panneau indiquant que le refuge se trouve à dix minutes de là.

Cinq minutes après ce panneau de signalisation, on arrive à une bifurcation. Le refuge est sur la gauche, Asco et Spasimata à droite.

Au-delà des bouleaux et des pins, belle vue sur les plaines luxuriantes beaucoup plus bas, encadrées par des parois presque verticales.

Le refuge de Carrozzu (1 155 m - 2 h 30).occupe un site extraordinaire, sur un petit replat entouré sur trois côtés par des parois rocheuses. Au nord de la combe, la Punta Innominata (1 986 m.), au sud, la Punta di Spasimata (1 826 m). Sur le quatrième côté, à l‘ouest, une terrasse domine la vallée.

A partir du refuge, continuer sur le GR20 pour descendre jusqu‘à la Spasimata et admirer sa célèbre passerelle (environ 30 minutes de marche). Un passage difficile est assuré par des chaînes. Il vous faudra avancer tout doucement pour traverser une paroi rocheuse très raide, pas très rassurante si vous n‘avez pas le pied sûr ou si vous souffrez de vertige. Faites très attention, ce sentier est extrêmement dangereux s‘il est mouillé.

La passerelle de Spasimata enjambe la rivière juste en contrebas. Une cascade tombe dans le magnifique trou d‘eau au-dessous.
Une corde métallique vous aide à descendre la dernière dénivellation jusqu‘à la passerelle. Une fois celle-ci traversée, vous pourrez toujours vous aventurer un peu plus loin, le long du GR20, mais sachez que le chemin devient très ardu. Les pique-niques à côté du trou d‘eau sont très populaires. Vu de n‘importe quel angle, le paysage de montagne est fabuleux.

Le GR 20 continue, vers le sud, en direction de la Muvrella, du Col Perdu, du Cirque de la Solitude, et, plus loin, vers la haute vallée de I‘Asco.

Le retour de la balade se fait par le même itinéraire.

Pour voir le diaporama, suivre ce lien et celui-ci pour la nouvelle galerie.

Pour zoomer/dézoomer, cliquer sur l'image
Image
Une première passerelle...
Image
Le Paglia Orba, face nord
Image

Le refuge de Carrozzu
Image
On continue ?
Image
Un pas, une planche...
Image
La passerelle de Spasimata
Boucle d‘Erbaghjolu : Bocca di l‘Erbaghjolu et Bocca di Bonassa

Cette randonnée est une vraie alternative au chemin très fréquenté vers le refuge de Carozzu. De plus, elle offre de beaux points de vue vers la crête principale du capu Ladroncellu ainsi que vers le golfe de Calvi.

Point de départ : Auberge de la forêt de Bonifatu - 536 m
Durée : Auberge - bocca di I‘Erbaghiolu 2h15, bocca di I‘Erbaghiolu - bocca di Bonassa 20 min, bocca di Bonassa - auberge 2h duree totale 4h30.
Denivelée : 617 m
Difficulté : Promenade circulaire presque toujours facile sur des sentiers bien balisés (montée : rouge, descente: orange). Mais la montée au col de l‘Erbaghjolu est très longue !
Variantes : Possibilité de descente de bocca di Bonassa par le chemin de randonnée "Tra Mare e Monti", dans la vallée du Fango. Un détour de bocca di l‘Erbaghiolu vers le Capu Formiculaghiu ainsi que vers le Capu a u Ceppu ne peut être conseillé qu‘aux randonneurs expérimentés.
Carte: IGN 4150

De l‘auberge, revenir en arrière sur la route sur environ 30 mètres jusqu‘à un pont. Emprunter à gauche un sentier ombragé et balisé en rouge (à l‘arbre, écriteau 109). Le chemin, qui au départ est un peu empierré et abrupt, longe à gauche le torrent de Nocaghia et traverse celui-ci une bonne demi-heure plus tard. La jolie forêt d‘essences variées s‘éclaircit peu à peu.

Tourner à droite à la bifurcation située un peu avant le ruisseau (1h30) et suivre le sentier toujours balisé en rouge qui, à la fin, monte à travers la pinède par des tournants de plus en plus raides vers a bocca di l‘Erbaghiolu (1 195 m). Belle vue sur le golfe de Calvi.
Le sentier balisé en rouge nous conduit à présent vers a Bocca di Bonassa (20 minutes, agréables aires de repos) et rencontre le sentier de randonnée "Tra Mare e Monti", jalonné en orange, qui conduit de Calenzana à Cargèse en passant par Bonifatu et Galéria.

C‘est ce chemin que l‘on empruntera sur la droite pour rentrer. Ce sentier remarquablement bien balisé et entretenu, nous reconduit à travers de magnifiques pinèdes, parfois enchevêtrées de mousses et de maquis et rejoint enfin la route, à hauteur de Bocca Reza, après environ 1h55 de descente. Prendre la route sur la droite pour revenir à l‘auberge en un quart d‘heure.

Voir la galerie photo de la randonnée (39 photos) dans l'ancien format ou dans le nouveau.

bonassa

792

830

Bonifatu - Ortu di u Piobbu (1 507 m)

Longueur : 14 km
Dénivelé : 1 060 m.
Durée : 6 h 30 AR
Difficulté : ** (pas difficile, mais longue montée)
Période : toutes saisons (risques de neige en hiver)
Equipement : randonnée
Point d‘eau : au refuge (terme de la balade)
Balisage : piste forestière, au départ jalonnée de cairns, à la fin du parcours évident.
Carte IGN 1/25 000 : 4250 OT.Cinto ou 4149 OT. Calvi Cirque de Bonifato (mais les derniers mètres de la balade et le refuge d‘Ortu di Piobbu n‘y figurent pas).

Depuis l‘Auberge de Bonifatu, la balade emprunte la même piste forestière que celle de Spasimata, mais elle franchit le torrent au gué de Roncu (20 minutes).

En rive droite, après avoir franchi le radier, le chemin monte vers le nord. La pente du sentier, dominé par des roches en corniche, s‘accentue sensiblement à partir du gué. Cet ancien chemin muletier est encore cimenté par endroits !

On rencontre après 20 minutes de montée (alt. 734 m) la bifurcation avec la boucle de Ficaghjolu qui conduit à la passerelle. La forêt de Bonifato est une des plus réputées de Corse, en raison des arbres variés qui la constituent (pins laricio, chênes verts) et de la faune qui l‘habite; en particulier, elle est un des lieux où vit la sitelle corse.

La piste continue de grimper dans le sous-bois tapissé de fougères (et peuplé de fort désagréables essaims de moucherons !) Dans ses derniers lacets, on peut apercevoir, aux pieds du Capu a u Dente (repérable à ce qu‘il est flanqué d‘une aiguille rocheuse, celle qui, probablement, lui a donné son nom...) le refuge, terme de la balade.

La piste se termine au bord du torrent de Melaghja (853 m). Il faut le traverser à gué et emprunter le sentier, très visible, qui la prolonge dans le sous-bois.

Le sentier chemine sous les pins et quitte la forêt, décrit un grand lacet vers le sud pour atteindre à 1 507 m une sorte de col. Le refuge est bientôt en vue et on l‘atteint en une vingtaine de minutes par un faux plat fatiguant.

Le refuge est une agréable construction de bois, dont la terrasse, tournée vers le nord, c‘est à dire vers la mer, offre une belle vue et un cadre idéal pour un peu de repos avant le retour qui s‘effectue par le même itinéraire.

Il faut veiller à ne pas emprunter par erreur (à environ 1h15 du refuge) le chemin qui conduit à la passerelle de Ficaghjolu.

Il faut signaler qu‘il est possible, à partir du refuge, de redescendre en 3 heures environ par le GR 20, au village de Calenzana.

534

117

586

606

Voir la galerie photo de la randonnée (103 photos)

Calenzana - Ortu di u Piobbu (1507 m)

79

Dénivelé : 1 295 m.
Durée : 6 h 30
Difficulté : ****
Période : toutes saisons (risques de neige en hiver)
Equipement : randonnée
Point d‘eau : source d‘Ortiventi puis au refuge (terme de la randonnée)
Balisage : rouge et blanc (GR20).
Carte IGN 1/25 000 :4149 OT. Calvi Cirque de Bonifato (mais les derniers mètres de la balade et le refuge d‘Ortu di Piobbu n‘y figurent pas) et 4250 OT.Cinto.

Cette randonnée n‘est autre ... que la première étape du GR20 !!! Autant dire que, sauf à être un randonneur expérimenté, je ne conseille pas de la faire intégralement. Considérée comme "une entrée en matière tonitruante", cette randonnée se caractérise en effet par un très fort dénivelé puisque l‘on passe de 275 m à 1 550 m. Et il faut ajouter environ 3 heures de descente aux quelques 7h de montée... Sinon, cette étape ne comporte aucune difficulté technique.

Je conseille vivement de faire au moins la première partie de cette randonnée, qui est très intéressante avec une série de points de vue inoubliables. Il est fortement conseillé de partir tôt et de se munir d‘une quantité suffisante d‘eau.
Le départ du sentier se trouve à la fontaine de Sant‘Antone, près d‘une chapelle, dans le haut du village de Calinzana.
Le beau sentier pavé s‘élève immédiatement à travers d‘anciennes restanques. On atteint après une vingtaine de minutes Colletola (421 m), un lieu-dit boisé d‘où l‘on a déjà une très belle vue : U Mucale (Moncale), Calinzana, Montemaiò, Cassanu....

Le sentier poursuit sa montée et, un peu moins d‘une heure après le départ, atteint la source d‘Ortiventi (540 m), dans un petit champ situé à une dizaine de mètres au-dessus du sentier.
Une quinzaine de minutes plus tard, on arrive au carrefour du Mare è Monti avec le GR20. Le premier continue vers l‘ouest vers Bocca a u Corsu (581 m) pour rejoindre Bonifatu. Le GR20 bifurque vers le sud-est pour rejoindre à 616 m la Bocca di u Ravalente. Après avoir franchi la crête, on pénètre dans la forêt de Sambuccu.

Puis le GR entame une longue traversée en montée pas trop pénible jusqu‘au promontoire d‘Arghjova (820 m).

L‘ascension se poursuit en grands lacets jusqu‘à a Bocca à u Saltu (1 280 m). Ce col domine d‘un côté la forêt de Sambuccu, de l‘autre la vallée de la Flatta. Magnifique vue sur la Balagne.

Le sentier traverse ensuite une forêt de pins làrici puis une zone d‘éboulis où la pente est raide et les rochers glissants. Peu après, un petit passage dans un thalweg est équipé d‘un câble. On progresse ensuite à flanc en dominant la vallée de la Flatta. De l‘autre côté, le Capu Ghjovu (1486m) . On arrive à la la Bocca à u Bazzichellu (1486 m).
La vue embrasse le massif du Monte Grossu et la Balagne de Calvi à Ile-Rousse. De l‘autre côté, les sommets de la Paglia Orba et du Cintu.
On aperçoit le refuge d‘Ortu di Piobbu au pied du Monte Curona. Après une petite descente, le sentier remonte enfin jusqu‘au plateau où est situé le refuge d‘Ortu di u Piobbu.

Deux sentiers se rejoignent ici : le GR20 et le sentier qui vient de la Maison Forestière de Bonifatu.

Voir la galerie photo du début de la randonnée (55 photos)

86

90

97

104

117

A Muvrella (par Carrozzu)

Le sommet d‘A Muvrella peut être compté parmi les plus belles vues panoramiques de l‘île. La randonnée de 10 heures nécessite cependant un pied sûr et une bonne condition physique. Pour cette raison, les randonneurs en moins bonne condition physique et non expérimentés s‘arrêteront au lac. Durée : 10 h AR pour A Muvrella (passerelle - lac de Muvrella 1 h15, lac de Muvrella - A Muvrella 1h 30, descente de A Muvrella 4h, refuge de Carrozzu 1h 45. )
Dénivelée :1 612 m.
Difficulté : Montée vers le sommet d‘A Muvrella difficile. Nécessite de l‘endurance et un pied sûr (passages d‘escalade).
Il est conseillé de passer la nuit au refuge de Carrozzu.

Poursuivre sur le GR 20 au-delà de la passerelle de Spasimata. Le sentier empierré monte d‘abord d‘une façon abrupte et conduit rapidement vers le minuscule lac de Muvrella en passant par des endroits rocailleux, légèrement exposés et qui longent la plupart du temps la crête d‘une chaîne de rochers. On continue à suivre l‘indication en blanc et rouge qui conduit vers une brèche avec deux aiguilles caractéristiques en forme d‘oreilles de lapin, puis vers la brèche de Stagnu, 1 985 m. Un sentier balisé en jaune avec cairns bifurque vers la gauche et monte vers le sommet (escalade facile (+) de A Muvrella, 2 148 m (5h55 à partir de Bonifatu). Il serait également possible de monter vers le sommet en partant à gauche du chemin du lac de A Muvrella et de la "brèche en oreilles de lapin" (mal indiqué, raccourci de 30 min).


Galeria et Fangu

Capu di l'Argentella (813 m)

Difficulté : ** (trace incertaine)
Durée : 5 h 30 AR
Dénivelée : 900 m
Accès : Sur la route Calvi-Galeria par le littoral, rejoindre la baie de Crovani et, au lieu-dit Mursetta, stationner au niveau d'un pont (alt. 21 m), près de l'hôtel et du camping ou bien quelques mètres plus loin, en face du petit snack.

Itinéraire : Monter la rive droite du vallon par une piste passant dans les ruines des bâtiments miniers. Quelques mètres avant le barrage, la piste décrit une épingle vers la gauche ; aux carrefours suivants, toujours prendre à droite pour rester à proximité de l'arête ; remonter ainsi un chemin large et rectiligne, bordé par endroits par un muret de pierres sèches. Celui-ci passe sous un ancien portique de téléphérique puis se prolonge dans un fond de thalweg par un sentier pierreux qui monte tout droit (suivant probablement le tracé du téléphérique).
Près du portique supérieur en ruine, des cairns à gauche d'éboulis indiquent la suite du sentier, beaucoup plus étroit à présent. Il emprunte le lit d'un torrent souvent à sec et conduit à l'ancienne mine, entourée d'une clôture (alt. 550 m). Surmonter une zone d'éboulis pour rejoindre une première crête et longer celle-ci jusqu'à l'échine du massif de l'Argentella qui sépare le Marsulinu de la côte. La fin de l'ascension est assez raide et glissante. Elle est marquée par un rocher en équilibre faisant une sorte d'arche.

Du sommet, vue remarquable sur le rivage et les montagnes (Paglia Orba, Bonifatu...).

argentella

Source : Méditerranée Magazine - été 2007

Capu Tondu (839 m)

Difficulté : ** (passages raides)
Durée : 4 h 30 AR
Dénivelée : 810 m
Accès : Galeria, près de l'école-mairie.

Ce sommet ("Le cap rond") surplombe directement le golfe de Galeria et offre des vues imprenables sur la Grande Barrière : Paglia Orba, Tafunatu, etc.

Itinéraire : De l‘église de Galeria, passer devant la poste, la mairie et l‘école pour prendre la première rue à droite. Faire 100 m et tourner à gauche puis aussitôt à droite. La rue se transforme en chemin de terre que l‘on suit pendant 200 m envirion, en direction sud-ouest. Tourner à gauche à angle droit pour prendre une piste montant au sud-est. Face à une maison au toit en aluminium, quitter la piste (points rouges) pour pénétrer dans le maquis. Le petit sentier retrouve la piste mais repart en face pour s‘élever dans un maquis arborescent. Longer des rochers et monter à droite vers l‘ouest pour passer près de la crête rocheuse de l‘Ambiu (abri préhistorique).
Le sentier s‘oriente en ligne générale au sud-est. La vue se dégage souvent. Rester attentif à la sente qui est parfois peu marquée. On aborde une crête rocheuse (339 m), la suivre puis passer légèrement sur son flanc sud. Un passage réclame un peu d‘attention si le temps est humide. Un balisage espacé ramène sur le flanc nord-ouest de l‘arête (belle vue plongeante sur l‘embouchure du Fangu). Monter à travers maquis et rochers en restant près de la crête. Après un passage rocheux un peu raide, obliquer au sud ; l‘arête est alors juste à votre gauche. On découvre au sud les crêtes dominant les golfes de Ghjirulatu et le capu d‘Ortu qui domine le golfe de Portu. Monter sous la crête et passer sous deux petits cols. Traverser en courbe de niveau (cairns) vers un petit bosquet isolé. De celui-ci, obliquer à gauche dans une petite conque rocheuse, gravir un court ressaut puis une vire montante herbeuse. Le terrain se couche enfin, tirer légèrement à droite pour gravir des banquettes menant au sommet.
(Source : Quilici-Thibaudeau-Pennequin : Montagnes de la Corse - Milan éditions)

La vue du sommet est superbe et permet de découvrir la grande barrière, les versants de la vallée du Fango, et côté mer, le Golfe de Galeria et sa plage de galets de la Riciniccia et, plus loin, Scandola puis le Golfe de Porto et les Calanche di Piana.

Pour zoomer/dézoomer, cliquer sur l'image
tondu

Punta Muvrareccia (407 m)

Carte IGN 41 50 OT (Porto - Calanche) pli A3
Dénivelé : 450 m.
Difficulté : **
Durée : 5 h AR.
Départ : A l‘extrémité nord du port de Galeria, au-delà de la Maison du Parc, au niveau de parking surplombant la cabane des sorties en mer.

Cette promenade n‘est pas difficile mais doit être entreprise dès l‘aube.

Du parking, une piste escalade le maquis et longe la clôture de la dernière maison, à gauche d‘un pylône. Bientôt le maquis se fait plus dense, tout en ménageant de belles trouées vers le golfe de Galeria.
Le chemin se transforme en une sente bordée d‘un ancien muret. Négliger un embranchement vers la droite ; celui-ci marque le départ d'une sente jalonnée de traits de peinture rouge qui, descendant dans un vallon puis remontant, conduit sur la Punta di Stollu. Notre sentier, qui se resserre au milieu d‘arbousiers et de filaires, continue tout droit, et domine la Punta di Stollu, près de ruines. Il oblique ensuite vers la gauche et remonte l‘arête rocheuse vers le sud-est. On arrive à une sorte de petit col ; à gauche, le sentier continue vers la punta Muvrareccia.

En continuant dans l'axe du sentier précédent, on trouve un autre sentier jalonné de peinture jaune qui s'enfonce sous la végétation. Il monte assez fortement pour atteindre enfin une éminence rocheuse qui domine l'anse d'Elpa Nera. En continuant vers le sud, on peut rejoindre l‘arche d‘Elpa Nera ou de Muvrareccia par une sente cairnée. Erreur tographique dans les principaux guides et récits : elle se trouve non pas à la cote 363 mais à la cote 285, à 300 métres NNW de la côte 363 et à 700 métres SSW de la Punta Muvrareccia. Même si l'on ne va pas jusqu'à l'arche, le panorama est splendide.


Du sommet de la punta Muvrareccia, vue à couper le souffle sur la baie de Focolara, l‘anse d‘Elpa Nera, la Punta Rossa, l'îlot de Porri, le delta du Fangu et les montagnes.

Au retour, continuer de suivre la crête et descendre vers la g. le sentier le mieux marqué. On atteint un deuxième sommet puis le sentier amorce la descente. On arrive à un embranchement ; à droite, vers Porcu Liccatu et les bergeries de Focolara (il est possible de rejoindre Galeria au prix d'une grande boucle rejoignant, après une montée rude, a Bocca di Fuata et le Tra Mare e Monti ) ; prendre donc le sentier de gauche, mieux marqué, qui rejoint une croupe. Suivre celle-ci vers une piste desservant une station d'épuration. Tourner alors à droite, franchir le pont bétonné et rejoindre la route reliant Galeria à Calca.

Variante : Départ au hameau de Calca. Prendre le sentier en direction de Focolara. La pente est par moments un peu raide. Arrivée à a Croce di Porcu Licatu (425 m), appelée communément «les trois croix». Vue splendide sur le golfe de Galéria au Nord et sur Scandola au sud.
Par un chemin bien tracé en crête, se diriger vers a Punta Muvrareccia, puis redescendre légèrement vers l'ancienne bergerie située en aplomb de l'Anse d'Elpa Nera.
Retour : par un sentier en sous-bois puis par la piste qui conduit au port.

arche
Pour zoomer/dézoomer, cliquer sur l'image
Image

Image

Le port de Galeria au petit matin
Image
La maison en ruine
Image
Le sommet de la Muvrareccia
Image

Image

Image
Bergeries de Focolara

Carte IGN 41 50 OT /A3 (Porto - Calanche)
Difficulté : ** (repérage parfois difficile)
Durée : 4 h 30 AR
Dénivelée : 600 m
Accès : Galeria, près du gîte d'étape.
Itinéraire : Trouver un sentier qui remonte le long d'une arête en direction sud-ouest vers Porcu Ligatu (croix de bois).
Le sentier bascule alors en face ouest et serpente au milieu du maquis parfois très touffu.
Il franchit trois petits thalwegs et débouche dans un espace envahi de férules. On aperçoit les bergeries en contrebas.

Pour le retour, deux possibiltés : soit par le même sentier, soit en rejoignant la Bocca Fuata puis le Tra Mare è Monti qui ramène à Galeria (8 h au total pour le circuit)

Circuit Foata - Focolara

Carte IGN 41 50 OT /A3 (Porto - Calanche)
Difficulté : ** (repérage parfois difficile)
Durée : 7 h
Dénivelée : 1 300 m
Départ : Gîte d'étape de Galeria
itinéraire : Après 500 m, prendre le sentier qui part à gauche en angle droit. Le chemin rejoint le vallon de Tavulaghju et remonte en pente douce en longeant le ruisseau.
Le sentier contourne un petit barrage par la gauche. Puis le chemin arrive au fond du vallon et la pente, en lacets serrés, se fait plus raide. On traverse la forêt du Luccio avant de rejoindre la crête à proximité de la Punta di a Literniccia. Le Tra Mare è Monti suit la crête puis redescend et la végétation s'éclaircit. Le sentier passe près d'un relais radio puis descend au milieu de rochers puis sous un épais couvert d'arbousiers avant d'arriver à la Bocca di Fuata (458 m). Quitter le "Tra Mare è Monti" qui descend plein sud et prendre une trace qui s'enfonce à droite dans un épais maquis. Le sentier descend à flanc en dominant la baie de Focolara. On passe un petit col, le sentier reste raide jusqu'au fond du thalweg puis l'on arrive à proximité des bergeries ruinées. Le chemin repart plein nord à flanc de colline, passe quelques thalwegs avant de rejoindre le col de Croce di Porcu Ligatu et de passer en versant est. Le chemin se fraie un passage entre des escarpements rocheux, avant d'arriver sur une large crête qui descend vers Galeria en direction nord-est. La trace descend à travers le maquis sans beaucoup s'éloigner de la crête. Le maquis s'éclaircit et la pente se fait plus raide, on franchit un ruisseau puis l'on rejoint une piste. La prendre à droite pour rejoindre une petite route qui arrive enfin au gîte.

San Pietro de Chiumi (419 m)
Coordonnées GPS : 42°23.874’ 008°44.209’
Carte IGN Calvi 4149 OT, point 4231,2-526,8 marqué St Pierre chap rnée

La chapelle ruinée de San Pietro di Chiumi se dresse, en pleine nature, entourée d’arbustes qui la masquent, sur une crête dominant le golfe de Galeria à 420 m d’altitude. Elle devait appartenir à la piévanie de Chiumi qui est mentionnée dans un texte du début du 16e siècle ; elle a été détruite par les invasions barbaresques de ce même siècle

Pour accéder à l’église, il faut se garer au pont génois (Ponte Vechju), franchir le pont et monter par la piste.
Deux options : poursuivre la piste vers le relais jusqu’à la barrière. Prendre le chemin du haut (celui du bas conduit vers les maisons) et après le premier tournant, virer à droite dans un chemin (pierreux et parfois sale) qui mène aux ruines qu’on aperçoit très vite sur la crête en face. Pour le retour, à partir de la prairie où se trouve l’église, il suffit de suivre la piste vers le sud, franchir le petit col (épave de charrue) et suivre la piste qui rejoint l’itinéraire du début. Ce parcours permet une petite boucle.
La seconde option qui évite le chemin du haut consiste à emprunter la piste qui conduit aux deux réservoirs bien visibles et la suivre jusqu’au bout. C’est l’itinéraire de retour signalé plus haut.
En gros, une bonne heure de montée…

On peut aussi partir de Tuarelli.

Témoin du premier art roman entre le 10e et le 12e siècle, l'église est très homogène et ne semble pas avoir été modifiée au cours des temps. Elle présente une nef unique (13,90 m x 4,90 m) terminée par une abside semi-circulaire avec une voûte en cul de four qui s’est effondrée mais on aperçoit encore l’amorce de l’arrondi. Les murs latéraux, construits de blocs moyens de granit rouge appareillé avec soin, sont conservés sur une bonne hauteur avec les fenêtres percées dans la partie supérieure : deux pour le mur sud (archivoltes en tuffeau léger échancrées), une seule subsiste pour le mur nord (surmontée d’un petit arc composé de tout petits claveaux).

Col de Caprunale (1 329 m) et refuge de Puscaghja

Carte IGN 41 50 OT (Porto - Calanche)
Longueur : 10,3 km
Dénivelé positif cumulé : 1 349 m.
Difficulté : ** (très longue montée assez régulière)
Durée : de 6 à 8 h AR.
Cet itinéraire est celui du chemin de transhumance reliant la vallée du Fangu au Niolu. Il suit la route construite vers 1870 et laissée à l‘abandon.

En gravissant le col, on pourra se remémorer A Muntagnera.

Accès : Par la D351 qui longe le Fango.
Deux possibilités :

1. - à partir du hameau de Barghiana :

Sous la petite église de Barghiana, suivre la piste de terre qui remonte le cours supérieur du fleuve. Ce chemin mène à la réserve de chasse du Filosorma (protection des mouflons). On contourne le Capu di Mozzu (623 m) et l‘on aperçoit vers l‘est les pointes du Tafunatu.
La piste de terre remonte un peu vers la droite le val du ruisseau des Rocce, dans la forêt de Perticatu, et atteint le pont di e Rocce (326 m). Bonne vue sur le Capu Rossu et le Capu Tafunatu.
Passé le pont commence la forêt de chênes verts. La piste oblique à gauche puis reprend la direction sud, sous Petra Bianca. Sur la rive opposée, on aperçoit les ruines du couvent Santa Maria.
La route de terre se termine après le pont qui franchit le ruisseau de Campottolli Grossi (485 m) et retrouve le sentier partant de Montestremu.

2. - à partir de Montestremu :

Attention : Au pont de Montestremu, une pancarte du Parc indique une piste fléchée vers Puscaghja. Il est bien préférable d'aller tout au bout du village, place Camille Spinosi. Le balisage orange/mauve débute à la fontaine située juste au-dessus du gîte d'étape A Funtana.

Le sentier (panneau) démarre aux dernières maisons en ruine. Balisé en orange et mauve, il descend tout d'abord à flanc de coteau, jusqu'à un embranchement. Prendre le sentier qui monte à gauche et remonte la vallée. Un épais maquis alterne avec des zones rocheuses. On passe sous une châtaigneraie dégradée et on aperçoit en haut sur la gauche le trou du Tafunatu puis au bout d'une petite heure on arrive aux ruines du couvent Santa Maria Stella d'Omita. Sur la gauche on découvre un four à pain en bon état.
On traverse à gué la Santa Maria. Prendre en face le sentier de gauche qui monte avec un bon dénivelé. Après une série de lacets et une courte montée dans des éboulis on rejoint la piste partant du pont di E Rocce.
Commence alors une longue montée sur cette piste. On remarque tout le long quelques petits ponts en pierres ainsi que des radiers. Plus haut la piste est caladée. La piste devient bientôt un sentier. Les premiers lacets, faciles, traversent une forêt de chênes verts énormes, la forêt d‘Omita. Dans cette belle montée on rencontre sur la gauche une source aménagée. Après trois épingles à cheveux, des pins laricios, des frênes, des hêtres se mêlent aux chênes verts. Le chemin dallé jusqu'au col est un ouvrage titanesque. Le sentier gravit, toujours en pente modérée, un vaste cirque. On rejoint une deuxième fontaine (à environ 1 h de la précédente). Plus loin, après une longue montée passer devant une borne en pierre ou est écrit le chiffre 2. A partir de cet endroit le dénivelé s’accentue fortement. Encore environ trois quarts d'heure de montée, avec des vues superbes sur la massif du Tafunatu, et on atteint enfin le col de Caprunale (1 329 m).

Au col, le paysage change complètement. Le sentier descend au vallon de la Lonca. Ce sentier est bordé de pins laricio tourmentés, forme habituelle quand ils poussent isolés, fichés dans les fissures des rochers.
On atteint le refuge de Puscaghja en 40 minutes environ après avoir franchi une passerelle sur la Lonca.

Le refuge de Puscaghja, - alt.1096 m- est situé tout en haut de la vallée de Lonca, sur le territoire de la commune d’Evisa, entre les cols de Caprunale et Guagnarola. Il fut et demeure le lieu étape sur le parcours de transhumance des Bergers Niolins. Beaucoup d’hommes, de femmes et d’enfants et des milliers de troupeaux tout au long des siècles ont fait halte à l’abri de ses murs. Promis à la ruine suite à l’abandon progressif de l’espace montagnard, le site relevé, réaménagé, à retrouvé un usage. C’est désormais un espace bien vivant au coeur de la Montagne Corse. Jadis spartiate, la halte à gagné en « confort ».

Trois petits bâtiments de pierres sèches composent l’ensemble. L’un, relevé à l’initiative du Parc Naturel Régional de Corse au tout début des années 70 et discrètement modernisé, abrite  les 15 couchages. Le second, de construction plus récente, se compose du logement du gardien et des sanitaires. Enfin, l’antique « casarone » jadis dédié aux transhumants, abrite désormais les réserves.






Pour en faire plus :

A partir du refuge de Puscaghja, plusieurs variantes sont envisageables :

- gagner le col de Guagnarola puis le col de Verghju ;
- remonter le long de la Lonca vers le refuge de Ciottulu di i Mori (avec un détour possible par le sommet de la Punta Silvastriccia) ;
- Rejoindre le Paesolu d'Aitone par les cols de Cucavera et d'u Saltu (voir page "randonnées Evisa").

→ Voir la galerie photo de cette randonnée.
→ Lire le récit de cette randonnée.
tourisme

separateur

Haut de page   Accueil     Page précédente  En savoir plus   Mentions légales

Corsicamania, l'annuaire des sites corses

Valid XHTML 1.0 Strict