Pè i chjassi...
Itinéraires de randonnées en Corse

Balagna : U Mare (Sentiers du littoral)

Dernière mise à jour : 26/08/2020

Vous êtes ici : Corse / Randonnées/U mare

Sommaire

Sentier du littoral entre Île-Rousse et Calvi

Sentier littoral d'Île-Rousse à Calvi

Quelques tronçons du sentier littoral reliant Île-Rousse à Calvi sont particulièrement remarquables.

De Bodri à Île-Rousse

Durée moyenne: Environ 1 h 45 AR
Dénivelé positif : 100 m
Difficulté : *
Carte IGN TOP 25 4249 OT Île-Rousse

Point de départ : Plage de Bodri, au niveau de l’arrêt du "trinichellu".

Longer la voie ferrée pour prendre à gauche et passer devant un terrain de football, puis le sentier suit la côte en direction d’Île Rousse par un sentier qui circule entre les rails et la mer. Après un passage dans le sable le sentier passe en corniche (quelques passages un peu escarpés). A certains endroits le sentier se divise, pour se rejoindre plus loin.

À tout moment des criques rocheuses s’offrent à nous. Sur la droite, un sémaphore, perché sur un promontoire à 139 mètres d'altitude, contrôle le trafic marchand de l’Île Rousse et Calvi.

Le sentier monte légèrement puis redescend.
On passe sous une ruine imposante. On traverse enfin un grand pré. Île Rousse est juste en face.

Retour par le même chemin ou bien par une variante qui passe tout près de la voie ferrée.

Pour zoomer/dézoomer, cliquer sur l'image
Image Image Image Image Image Image
Image
La Punta Spanu depuis Algajola

Petite randonnée très sympathique entre maquis et bord de mer. Hormis le passage dans San Ambrogio, le sentier est très agréable et offre de beaux points de vue sur la citadelle de Calvi et la Pointe de la Revellata.

Durée moyenne: Environ 3 h
Distance : 11 km
Dénivelé positif : 432m
Dénivelé négatif : 417m
Point haut : 216m
Point bas : 1m
Difficulté : *
Coordonnées GPS Départ : N 42.606328° / E 8.851522°

Départ depuis la route de la Marine de San Damiano, route atteignable depuis le rond-point de la T30 (ancienne N197) situé à proximité d'Algajola. Se garer sur le bord de la route peu après le rond-point. Partir à l'Ouest sur le sentier balisé en rouge. Rejoindre la voie ferrée, la longer à main droite, la franchir puis la longer à main gauche.

On débouche dans la marina de San Ambrogio ; suivre l'Avenue des Lauriers Roses. Dans un virage à gauche, prendre un sentier qui descend sur la droite et rejoint une autre route plus bas. Suivre cette route à gauche jusqu'à un rond-point. Au rond-point prendre la 2ème voie à gauche. La route s'élève un peu, vire à droite et rejoint la voie de chemin de fer.
Traverser la voie ferrée au passage à niveau et ignorer les départs sur la gauche. La route laisse place à une piste qui rejoint la voie ferrée et la longe.

Continuer tout droit au lieu de suivre le balisage rouge qui part à gauche. On débouche alors sur la Punta Spanu dont il faut faire le tour en longeant le rivage.

Traverser de nouveau la voie de chemin de fer pour descendre sur Portu Algajo. En bord de mer, prendre le sentier à droite et rester sur le sentier qui longe le rivage. À la pointe Ouest, prendre le sentier qui part sur la droite en direction de la tour génoise. Passer au pied de cette tour et continuer le sentier qui devient par moment difficile à suivre. Se repérer à l'aide des cairns.

Le sentier débouche sur une petite crique, la Cala Stella. Un escalier permet de remonter et revenir dans la marine. Déboucher sur une route et la suivre à droite. Au croisement en T, tourner à gauche. Une centaine de mètres après, tourner à droite pour arriver aux courts de tennis.

Suivre la route à droite et au croisement suivant, suivre en face l'Avenue des Coteaux. Au rond-point, obliquer à droite.

Au rond-point emprunté à l'aller, continuer en face. Suivre le même chemin qu'à l'aller pour rejoindre le point de départ.


Carte Visorando


Diagramme Visorando

Punta di Spanu

Entre la baie d'Algajo (à l'ouest) et la marine de Sant' Ambrogio (à l'est), le site naturel de Punta di Spanu couvre 65 hectares. C'est une côte rocheuse formant un spectaculaire chaos de gros blocs de pierre, constituée de roches cristallines résistantes, balayée par les vents d'ouest dominants. La mer et les vents y ont sculpté les rochers, certains creusés de taffoni leur donnant des formes remarquables.

Le site permet d'apprécier une végétation endémique dense et variée ainsi que de nombreuses espèces végétales et animales protégées par le Conservatoire du Littoral. À noter la présence importante des griffes de sorcière (Carpobrotus edulis) aux fleurs de couleurs variées (blanche, rose, jaune) qui ont envahi une grande partie des landes du site. Leur présence, même si elle est décorative, est indésirable, car elles étouffent toute la flore locale : séneçon cinéraire, criste marine, immortelle d'Italie, santoline petit cyprès (santolina chamaecyparissus), etc. Des campagnes d'arrachage sont menées périodiquement mais la plane est très résistante...

On accèder à Spanu par la route qui dessert Sant'Ambroghju. Suivre les indications "Le Rocher" et s'arrêter après un grand virage à gauche, au milieu de beaux tafoni.

Se diriger vers la tour de Spanu. Cylindrique, elle ne dépasse pas les 6 m de haut. Cette tour de guet n'a ni cordon, ni guardiola, encore moins de mâchicoulis. Depuis la tour, un chemin en corniche (attention en cas de vent violent) domine le littoral et conduit face à l'Île de Spanu colonisée par les oiseaux. De là, repartir plein sud, traverser une minuscule plage et longer l'établissement "Le Rocher".

On rejoint l'extrémité de la route et un parking.
Prendre le chemin en longeant la mer au plus près. Un magnifique chaos granitique semble danser sur le maquis bas de lentisques, cistes de Montpellier, passerines, immortelles.

On longe plusieurs petites criques propices à la baignade (et très fréquentées en été). Peu après, on traverse un petit vallon creux garni de scirpe holoschoenus et de jonc piquant.

De nouveau de gros blocs de granit, traversés de veines de minéraux noires, blanches et beiges. Après un nouveau vallon, on remonte pour apercevoir à gauche une tranchée étroite et profonde dans le coteau. C'est par là que s’évacuaient vers la mer les blocs extraits d’une petite carrière de granite qui approvisionnait jusque vers 1930 les constructions de la région.

Poursuivre jusqu’à une pointe de rochers bruns. Au milieu des rochers s’accrochent de maigres touffes d’une lavande de mer corso-sarde, baptisée limonium articulé en raison de la disposition de ses rameaux en zigzag. Tout au long du parcours, la baie de Calvi, fièrement gardée par la citadelle.

Retour par le même chemin ou par une piste qui serpente un peu en retrait du rivage. ; au-delà, le sentier continue toujours vers le sud et rejoint la petite route qui, venant de Lumiu, dessert la tour de Caldanu et quelques maisons.

Pour zoomer/dézoomer, cliquer sur l'image
Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Punta Spanu

Pour voir le diaporama, suivre ce lien

Tour de Caldanu

Depuis la plage de l'Arinella, longer le littoral vers le nord. En quelques minutes on arrive à la Punta Caldanu.

Propriété du Ministère de la Défense, la tour de Caldanu, de forme carrée, est encore intacte de la base au cordon sur trois faces, mais une face est entièrement détruite et elle est à présent inaccessible.

La tour construite en 1592 à la demande de la population qui réclamait plus de protection contre les raids barbaresques, servait également à orienter et à protéger les navires qui, lorsqu’ils étaient surpris par les tempêtes, venaient alors s’abriter dans la baie.

Autour de la tour, les rochers érodés par la mer forment de larges dalles rocheuses caractéristiques. La vue sur le golfe de Calvi et sur les montagnes (Monte Grosso, Monte Cinto, Capu Larghia...) est remarquable, notamment au soleil couchant.

Image

Image
Punta Caldanu

Pour voir le diaporama, suivre ce lien

Embouchure de la Figarella

L'embouchure de la Figarella est séparée de celle du Fiume Seccu par le terrain militaire du Camp Raffali. Aussi l'accès se fait-il par un sentier qui démarre juste après le pont routier sur la RN196.
La Figarella étant un cours d’eau très intermittent, les peuplements végétaux se cantonnent aux berges. Dans la partie aval, la zone de l’embouchure est totalement artificialisée par les aménagements du camping (canalisation de la rivière, drainage de la zone de lagune). A l’ouest de l’embouchure, le littoral est occupé par une dune de galets et de sables. On y trouve quelques pins maritimes. La forte fréquentation du site et les aménagements touristiques ont fortement dégradé ce lieu. En arrière, les prairies humides, la saulaie, l'aulnaie et les marais d’arrière plage accueillent les oiseaux migrateurs survolant la Corse en automne et surtout au printemps.
La zone accueille également l’euprocte de Corse (Euproctus montanus) et le crapaud vert (Bufo viridis).

Ce site est très attachant, même s'il est menacé par le développement anarchique de la zone. Il était question d'y construire un port fluvial...

Image Image
Embouchure de la Figarella

separateur

Haut de page   Accueil     Page précédente  En savoir plus   Mentions légales

Corsicamania, l'annuaire des sites corses

Valid XHTML 1.0 Strict