U Svegliu Calvese

Dernière mise à jour : 23/08/2021

Vous êtes ici : U Svegliu Calvese
  

U SVEGLIU CALVESE
La Poudrière / Citadelle
20260 CALVI

Tél : 04 95 65 23 57
Fax : 04 95 65 41 54
Mail : svegliu@gmail.com


U Svegliu Calvese

Fondée en 1981, l’association U Svegliu Calvese a pour objet :

"apporter une contribution la plus large possible au développement, voire le resserrement du lien social par une pratique culturelle, au rétablissement et au développement des échanges culturels inter-régionaux et internationaux, à la revitalisation des traditions locales et régionales et leur prolongement dans la modernité, au développement des liens culturels avec les nombreuses populations de passage, pour tirer profit et enrichissement par la connaissance de leur histoire, de leur langue et leur faire apprécier les nôtres par tous moyens mis à notre disposition".

J’adhère à U Svegliu Calvese !

Je ne vis pas à Calvi, ne suis pas Calvais ni même Balanin (ma famille est originaire du Pumonte) ; né à Toulon, j’ai toujours vécu en région parisienne. Et pourtant… désormais, j’adhère !

J’aurais pu me contenter de prendre comme chaque année mon abonnement aux Rencontres polyphoniques. Mais j’ai décidé d’aller au delà du simple geste (f)estivalier. Je ne veux plus être un banal consommateur culturel circonstanciel. Mon adhésion est un engagement. C’est même un acte politique : à une époque où la Culture est souvent considérée comme un luxe, en tout cas regardée sous le seul angle de ce qu’elle coûte, il faut inverser la proposition et réfléchir à ce que serait une société sans Culture.

Dans ce combat culturel quotidien, et avec une énergie farouche, U Svegliu Calvese mène depuis plus de trente ans une action tenace et exemplaire. Ses initiatives artistiques sont nombreuses et variées, des Via Crucis aux ateliers de traduction, en passant par les représentations théâtrales, sans oublier bien sûr les exceptionnelles Rencontres Polyphoniques. U Svegliu œuvre depuis 1981 pour faire reprendre conscience aux habitants de Calvi de la richesse de leur patrimoine.
Comme l’indique le nom qu’il s’est choisi, il a réveillé la ville qui n’est désormais plus seulement une escale touristique et une ville de garnison mais ce lieu magique où, pour reprendre les paroles de Primo Levi, "une corde est tendue". C’est toujours le désir de partage, la recherche d’une vérité, la foi en l’homme qui nous anime au sein de la Citadelle.

Alors oui, pour manifester mon soutien indéfectible, j’adhère et j’engage chacun à en faire autant.  Plus nous serons nombreux, plus grand sera le poids du Svegliu vis-à-vis des instances administratives et politiques qui, le constat s’impose malheureusement, ne semblent porter qu’un intérêt très relatif à ce magnifique édifice culturel et humain.

Jean-Claude Casanova

CAMPAGNE ANNUELLE D'ADHESION

Vous qui nous suivez depuis toujours, ou depuis quelques mois, vous savez bien que nous ne baissons pas les bras, nous continuons à programmer nos activités, théâtre, rencontres, conférences… avec autant d’énergie que faire se peut.

Vous êtes à nos côtés et nous en sommes ravis, votre confiance nous honore et nous donne la force de continuer.

NB: Nouvelle facilité de paiement en ligne!
https://www.helloasso.com/.../campagne-d-adhesion-2021

BULLETIN D'ADHESION / DON A L'ASSOCIATION U SVEGLIU CALVESE

   --> À télécharger.

NOUVEAU :

VOUS POUVEZ EGALEMENT OPTER POUR LE PRELEVEMENT

1ère possibilité : versement ponctuel : en une fois

2ème possibilité : versement mensuel ou trimestriel

   --> Document à télécharger.


Les Rencontres polyphoniques de Calvi

Septembre 1989 : U Svegliu Calvese organise un concert, à la demande du groupe A Filetta, dans la cathédrale Saint Jean-Baptiste, dans la citadelle de Calvi.
A Filetta revient d’un séjour en Sardaigne, et les chanteurs souhaitent rendre leur invitation à ceux du village d’Orosei, qui les ont si bien reçus. Les voix corses s’élèvent, âpres et tendres, passant de la tradition la plus pure aux compositions timides auxquelles ils s’essayent vaillamment, sûrs d’écrire ainsi la tradition de demain. Puis, les voix sardes s’élancent, puissantes, rauques et mugissantes, comme un flot impétueux qui fait déferler toute la tradition profane et sacrée de l’île sœur. Surprise et joie du public, qui découvre auprès des deux ensembles, l’émotion issue de cette expression collective, rude et sans artifice.
Les Rencontres de Chants Polyphoniques sont nées ainsi : d’une rencontre première, vivante et chaleureuse, d’une expression vocale où l’individu sort grandi de la place qu’il occupe au sein du groupe, d’un échange son à son, note à note, qui laisse transparaître toute la vérité d’une âme.

30 ans plus tard, A Filetta accueille toujours les groupes invités, à l’initiative du Svegliu Calvese, qu’ils viennent de Géorgie, de la Réunion, du Tibet, de Bretagne, ou bien sûr, de Sardaigne. Les compositions ont mûri, elles se sont étoffées, nourries, enrichies de mille rencontres. Mais le plaisir est toujours là de découvrir, dans ces voix, proches ou lointaines, le souffle primordial de l’homme.

Car, comme le dit Henri Gougaud : « Plus beau qu’eux-mêmes est le chant des hommes. Rien ne dit plus bravement leur dénuement, leur foi, leur insoupçonnable grandeur. »

Pour retrouver les Rencontres polyphoniques de Calvi année par année :

1996      1997     1998     1999     2000     2001     2002    2003   


 2004     2005     2006     2007     2008     2009   


 2010     2011     2012     2013     2014     2015     2016


 2017     2018     2019     2020     2021     2022

U Svegliu Calvese, c'est toute l'année !
Les autres activités d'u Svegliu

On ne le dit pas assez, les activités du Svegliu ne s'arrêtent pas après le final des Rencontres !

2021

23/08/2321

bilan

01/07/2021

Prossimu appuntamentu à u tramontu!
Le vendredi 2 juillet à 18h, notre prochain rendez-vous sur notre terrasse sur la mer sera musical: Nous aurons le plaisir d'accueillir la guitariste Sandrine Luigi, dans un répertoire éclectique qui va de Baden Powell à Heitor Villa-Lobos en passant par Frédéric Chopin, et que Sandrine Luigi a intitulé "Mandala".
Mandala est un récital puissant et évocateur. Au répertoire, Baden Powell, Atahualpa Yupanqui, Heitor Villa-Lobos, Frédéric Chopin, ainsi que les compositions de Sandrine Luigi trouvent écho dans la lecture de textes ou lettres d'artistes qui évoquent la vie avec la musique. Chacune de ces belles histoires a commencé avec la découverte et l'apprentissage de l'instrument, une rencontre fortuite ou prédestinée avec la musique, l’histoire d’un toucher d’artiste.
Musique et littérature, musique et histoire : le spectateur est invité à voyager dans son imaginaire de correspondances.
Il était une fois... Mandala, un cercle hypnotique, un symbole, une forme universelle, mais surtout un moment de partage et d’émotions, unique et intimiste.
Originaire de Corse, Sandrine Luigi découvre la guitare à l’âge de 8 ans. Après des études au conservatoire de Bastia, un Premier Prix de guitare à l’unanimité au conservatoire de Marseille et une Licence en musicologie à l'université d'Aix-Marseille, elle est admise première nommée à l’unanimité au Conservatoire Supérieur de Musique de Paris en 2007 dans la classe d’Olivier Chassain. Elle y obtient un Master 2 avec mention très bien en 2011.
Particulièrement sensible à l’histoire de son instrument, Sandrine Luigi entreprend parallèlement des travaux de recherche et joue sur instruments d’époque (guitare romantique, lyre-guitare).
Très attachée à la musique de son île, elle compose et arrange des œuvres issues du répertoire traditionnel corse pour guitare. Elle joue pour la première partie de la tournée estivale 2018 d’I Muvrini et participe au concert des 40 ans d’A Filetta en février 2019.
Soliste et chambriste, elle crée en 2014 le duo Polycordes avec la claveciniste Catherine Zimmer, puis en 2016 le trio Polysons, qui est rejoint par le percussionniste Philippe Biondi.
Titulaire du Certificat d’Aptitude (CA), Sandrine Luigi enseigne actuellement au conservatoire de musique Henri Tomasi de Bastia. En 2017, elle fonde et dirige Corde in Bastia, un ensemble intergénérationnel de mandolinistes et de guitaristes. Depuis 2016, elle propose un parcours d'enseignement de la guitare classique, progressif et interactif, sur imusic-school, la première école de musique en ligne.
Le premier album de Sandrine Luigi, Polaris, est sorti en juin 2018. Elle jouera en juin 2022 le concerto d’Aranjuez avec l’ensemble instrumental de Corse.
Ce concert sera payant, 10€ l'entrée/ 5€ tarif réduit (enfants, étudiants, retraités).

15/06/2021

salon

28/05/2021

constanty

20/04/2021

passion

passion2

02/03/2021

programmation

2020

13 août 2020

Calvi : le parler vrai de Jean-François Bernardini dans "L'autre enquête corse"


Jean-Paul-Lottier le Jeudi 13 Août 2020

Chanteur, auteur compositeur du Groupe " I Muvrini", écrivain, Jean-François Bernardini était mercredi soir dans les jardins de la Poudrière à Calvi pour parler de son dernier ouvrage "L'autre Enquête Corse", le trauma Corsica-France

Jean-François Bernardini
Jean-François Bernardini
Mercredi soir à 19 heures, à l'invitation de l"association culturelle "U Svegliu Calvese", Jean-François Bernardini est venu à la rencontre de son public, non pas pour parler de son activité au sein du Groupe "I Muvrini" mais de son dernier ouvrage "L'autre Enquête Corse", le trauma Corsica-France.
Cette rencontre tant attendue s'est déroulée dans les jardins de la Poudrière, dans la Haute-Ville de Calvi, en présence d'un public fort nombreux, respectant les mesures de distanciation et autres règles sanitaires.
C'est le président du Svegliu Calvese qui souhaitait à tous le bienvenue, avant de remercier Jean-François Bernardini de sa présence et d'expliquer le déroulement de la soirée.
À l'origine de cette rencontre Dominique Bianconi, cheville ouvrière du Svegliu Calvese prenait à son tour la parole: pour rappeler dans quelles conditions cette rencontre a pu se faire, avant d'avoir une pensée pour le poète et ami Marcellu Acquaviva décédé au mois de juillet dernier qui fut professeur comme elle et qui a été l'auteur de titres pour "I Muvrini". Une pensée largement partagée par Jean-François Bernardini et son frère Alain présent mais aussi par tous ceux qui ont eu le bonheur de côtoyer cet homme exceptionnel.
Sans réellement rentrer dans le détail de cet ouvrage qu'il faut absolument lire Jean-François Bernardini a apporté quelques réflexions sur cette enquête menée avec la collaboration de Kim Almeyer pour tenter de comprendre ce trauma qui a toujours existé en la Corse et la France.
"Je compare quelquefois le couple Corsica-France à un couple de randonneurs qui ferait le GR20 avec chacun un sac de 60 kg. Imaginez le poids de ce fardeau et ce que cela peut déclencher comme réaction, comme tension. On aurait envie de leur proposer de poser ce sac, regarder ce qu'il y a à l'intérieur, comprendre ce que nous portons tous inconsciemment, des deux côtés Corsica - France. On porte un énorme sac à dos, regardez ce qu'il contient et nous en reparlerons. Mais reconnaître au moins que c'est lourd. Et, ça peut nous aider à un autre regard sur cette famille, appelons-la dysfonctionnelle qu'est le couple Corsica-France. Certains, rassurez-vous, croient avoir identifié le problème, et surtout le coupable, et bien sûr des deux côtés. Chacun a son coupable, chacun a sa raison, ça simplifie la vie.
Pour les uns ce sont les Corses, la culture corse, c'est les mœurs corses, c'est le caractère corse, c'est les nationalistes corses. Pour les autres, c'est la France, ce sont les Français, c'est la mentalité française, c'est l'État, c'est la France coloniale, là est la cause de tous nos problèmes. Et chacun veut mettre toute son énergie à prouver que le méchant c'est l'autre, que le vrai coupable c'est l'autre. Alors, un peu comme un serrurier, j'ai voulu essayer de dire: mais est-ce qu'il n'y a pas une autre porte, toutes ces portes qui semblent condamnées quoi. En petit serrurier je voulais introduire ce regard différent"


La différence de la langue chacal et de la langue girafe
Jean-François Bernardini venait de capter son auditoire avant de poursuivre et de faire référence dans son livre à Marshall Rosenberg, "le concepteur de la communication non violente, un sacré serrurier qui a mis au point une méthodologie très simple pour être conscient de l'impact des mots que nous utilisons, pour apprendre à communiquer sans violence, mais pas sans colère".
Jean-François Bernardini poursuivait: " Il a exprimé cela à travers deux marionnettes : le chacal et la girafe"
Sans plus attendre, les deux peluches sortaient de son sac, avant que l'auteur de "L'autre enquête corse" en donnent les définitions, selon Marshall Rosenberg
" La langue Chacal, c'est la langue jugeant, méprisante, agressive, qui condamne. On sait tous très bien parler Chacal. Je vous connait tous en Balagne, vous croyez que je ne vous connais pas? On sait d'où vous venez. Vous connaissez la phrase terrible: "toi je te connais". Un corse qui parle de non-violence c'est pas crédible. Je sais à qui j'ai à faire, voila ce que ça donne un Chacal qui parle. Même pas un verre d'eau pour m'accueillir. Le Chacal il envoie, surtout s'il peut humilier l'autre.
La langue Girafe c'est différent. La Girafe est l'animal qui a le plus grand coeur au monde. C'est la langue de la bienveillance, de l'empathie, attentive aux besoins des autres, ça ne veut pas dire que si vous l'embêtez un peu trop, elle n'est pas capable de vous donner un petit coup dans le tibia. La Girafe a une toute autre langue.
Marshall Rosenberg n'a sans doute jamais examiné sous cet angle la langue des institutions, du politique et autres. Il n'a certainement pas prévu d'observer de plus près la langue que parle le couple Corsica-France. Quelle langue on parle dans ce couple?. En quelle langue ces deux là se parlent t-elles? En Chacal ou en Girafe?. D'ailleurs Madame France et Madame Corsica se sont t-elles parlé un jour de girafe à girafe. Est ce que ce couple n'a t-il pas, à sa manière, officialisé la langue Chacal ?. Qu'est ce qu'ils ont à se chicaner en permanence? Quelle est leur histoire. L'une a t-elle compris la nature de l'autre? les besoins de l'autre? les souffrances de l'autre? Qu'est ce qui se dissimule derrière les colères, le mépris, l'explosivité, l'arrogance de l'une ou de l'autre. Où sont donc cachés leurs secrets de famille? Quest-ce qui n'est jamais dit qui leur permettrait de se comprendre, de se compléter?. De quoi l'un accuse t-elle l'autres? Qui a commencé? Qui est prêt à faire le premier pas pour en sortir?


Jean-François Bernardini parlait ensuite de dialogue de blessés plutôt que dialogue de sourds, des souffrances, des milliers d'attentats, des assassinats non élucidés, des années de prison infligées, un homicide en cours, des tensions chroniques, le meurtre d'un préfet, plusieurs centaines d'orphelins qui ne sauront jamais qui était leur père, si il était un saint ou un salaud, un pays qui échoue économiquement, une emprise mafieuse qui prospère.....
D'où vient toute cette souffrance?, d'ou vient cette énergie volcanique qui de temps en temps surgit de manière inattendue, dans des actes que l'on pourrait estimer complètement fous".


Voltaire: " Toute l'Europe est Corse"
Jean-François Bernardini parlait d'un deuxième rêve dans ce livre: "Celui de tordre le cou une fois pour toute a ce concept des "Vieux démons" trop souvent employé dans les médias en parlant de la Corse", avant de revenir sur l'histoire de ce couple Corsica-France
" La Corse a été la première République en Europe, premier modèle républicain dans une Europe de monarchie. elle a été célébrée comme une terre promise de la démocratie, de la justice, célébrées par tous les esprits éclairés du XVIIIème siècle. Il y a eu un rayonnement extraordinaire de la Corse au XVIIIème siècle. C'est là que Voltaire a écrit "Toute l'Europe est Corse". Cette expérience était unique au monde, elle fascinait le monde. La Corse de 2020 quel est son rayonnement Que s'est -il passé entre ce rayonnement su XVIIIe et la réalité, la représentation que l'on se fait de la Corse Aujourd'hui. Que s'est-il passé entre ce rayonnement là et l'assassinat du Préfet Erignac? Qu'est ce qu'il y a entre les deux: 1769 - 1998?. Est ce qu'il y a des traces?
Sur l'histoire il n'y a pas d'accord, il y a une discordance des mémoires. Dans ce couple là on raconte pas la même vie
Jean-François Bernardini revenait sur des faits historiques qui aujourd'hui sont enfouis. Un véritable déni, un déni de l'histoire, amnésie officielle, il ne s'est rien passé, absence, non-lieu, un enfouissement de la vérité et un enterrement plus ou moins clandestin. Si nous pensons que le déni de l'histoire dans une famille ou dans une communauté est inoffensif, nous nous trompons lourdement. Si nous pensons que le déni de l'histoire ne pèse pas sur les réalité d'aujourd'hui nous nous trompons lourdement. Enterrer le passé c'est préparer un champ de mines. Pour combler ce vide, on a utilisé un moyen infaillible: on a raconté la Corse dont on avait besoin".

Jean-François Bernardini s'étonnait ensuite que jamais en 250 ans pas un seul officiel, un préfet, un président ne se soit incliné devant la stèle des morts de Ponte Novu et de se poser la question: "Pourquoi en 2018 le président de la Collectivité de Corse n'a t-il pas participé a la commémoration officielle devant la stèle du Préfet Erignac?, pourquoi?, je cherche à comprendre".

"On peut transformer le trauma, on peut en sortir grandi"

Le leader du Groupe "I Muvrini" revenait ensuite sur ce véritable Trauma qui existe dans ce couple Corsica - France. "Un trauma est une blessure qui n'est pas nommée, pas reconnue, jamais guérie, pas du tout consciente. Souvent dans les familles nous avons ce genre de trauma. Ignorer un trauma ne nous met pas à l'abri de ses conséquences"
Ce livre ne cherche ni à accentuer les reproches ni à exiger la repentance , ni a activer la concurrence des mémoires. Le véritable est de faire face, de reconnaître le trauma, d'accepter la réalité de cette blessure. Aucun corse, aucun continental d'aujourd'hui n'est responsable du trauma historique qui a traversé la relation Corsica - France. Il s'agit donc de ne formuler ni reproche ni accusation, ni culpabilité. pourtant des deux côtés, toutes et tous nous sommes concernés. La bonne nouvelle enfin: on peut transformer le trauma, on peut en sortir grandi. Résoudre le trauma plutôt que de le propager., vivre ça comme un défi, une chance, une bonne nouvelle a apporter à tous. Le trauma résolu est une bénédiction disait Peter Levy".

Avant de conclure, Jean-François Bernardini regrettait qu'il n"y ai jamais eu une occasion de se souvenir ensemble, ni lieu, ni vérité, ni date, ni commémoration
" On dira aux morts de Ponte Novu, aux meurtris du passé, aux victimes d'Aleria, aux militants sincères, la famille Erignac: vous faites tous partie de notre tragédie. Oui nous nous sommes trompés de regard, de politique de langage. Plus jamais cela. Nous passerons justement de la prise de conscience à ma construction d'autre chose. Et on dira: effectivement ce n'était donc pas la violence génétique des corses, ce n'était donc pas la France qui haït la Corse. Ce n'est donc pas une histoire de haine. Enfin, nous pourrons réellement affronter les chantiers, les défis de notre temps. Pour terminer j'ai écrit: il y a des gestes, des vérités et des mains tendues qui sont capables de faire pleurer les peuples, de joie et de soulagement".
A cette conclusion, Jean-François Bernardini a également souhaité ajouter:
" Permettez moi de citer ce dernier mot, c'est une phrase de Saint Exupéry que le préfet Erignac avait noté sur son carnet de notes le soir de sa mort: " La vérité de demain se nourrit de l'erreur d'hier. Merci"

7 août 2020

jfb

MERCREDI 12 AOÛT 2020 A 19:00

"L'autre enquête corse: canal inattendu"

La Poudrière - Citadelle de Calvi

Jean-François Bernardini présentera son dernier livre dans les jardins de la Poudrière.

24 juin 2020

Reprise des activités du Svegliu

tragulinu

19 janvier 2020

Ce 19 janvier Dominique Bianconi répondait aux questions de Jean-Claude Acquaviva dans l'émission de via Stella « L'Altramenti ».


2019

Novembre 2019

caffe

Avril 2019

Beaucoup de monde à Calvi pour « A Passione »

Il y avait beaucoup de monde dimanche (14 avril) à la citadelle de Calvi, pour assister à la représentation théâtrale de « A Passione ». Mise en scène par « U Svegliu Calvese », sous la direction d'Orlando Forioso, « A Passione » est une œuvre romancée de la passion du Christ, de son arrestation jusqu'à sa mort, puis sa résurrection. Plusieurs acteurs amateurs ainsi que les confrères de Calvi ont fait de cette « Passione » un moment intense.

Intervista d'Orlando Forioso : Mittitore in scena.
Intervista di Christopher Bicchieray : Cumediante
Interviste di François Canava è Dominique Bianconi : Presidente è Sicritaria di « U Svegliu Calvese ».


Source : Telepaese

"Passione" en photos - Grazie Silvio !

  

passione       Vannes

passione       Vannes

passione       Vannes

  passione   

Vannes      
Photos ©Silvio Siciliano - Cliquer sur les images pour zoomer / dézoomer

sem-sainte

passione

ecoute

Mars 2019

La Maman Bohème/Médée

maman

L'Association U SVEGLIU CALVESE vous propose
SAMEDI 23 MARS 2019 18 H à la Poudrière de calvi
LA MAMAN BOHEME/MEDEE

Ces deux courtes pièces de Dario Fo et Franca Rame, la Maman bohème et Médée nous proposent un voyage de femmes. Le rire est l’arme fatale utilisée par les auteurs pour interpeller , questionner. Écrits dans les années 70, ces monologues sont plus que jamais d’actualité.
C’est du théâtre direct, du théâtre d’actrice.
On rit, on est ému, on réfléchit.
La Maman Bohème convoque sur scène une femme ordinaire en rupture de couple qui découvre la vie communautaire et les vertus de l’émancipation.
Médée,convoque entre rire et larme le tragique sur scène. Mais tout en s’inspirant d’Euripide cette version souligne le coté politique d’un drame de la jalousie.

Renseignements et réservations : 04.95.65.23.57

Du côté du Svegliu Calvese...

Et la "Passion", me direz-vous ? Car, Pâques étant le 21 avril, il serait temps d’y penser !
Eh bien ! Nous avons le plaisir de vous informer que U Svegliu Calvese renoue avec la Passion. Elle sera donnée le 14 avril, dans la citadelle. Ce ne sera pas tout à fait la Passion, ce sera plus proche d’un Via Crucis, certains tableaux ont été modifiés, des textes ont été rajoutés... Mais l’histoire reste la même, l’histoire bouleversante d’un homme, d’un homme parmi les hommes endossant toutes leurs souffrances.

Une fois encore, les rues de la citadelle deviendront les rues de Jérusalem, et les chants des confrères ponctueront les différentes étapes de la montée vers le Golgotha.

La Passion ne peut être qu'une œuvre collective : c'est pourquoi, nous vous invitons à nous rejoindre les samedi 16 et dimanche 17 mars, à partir de 17h à la Poudrièère, pour une première réunion d'information.

Venez seul(e), ou avec des ami(e)s, avec vos parents, vos enfants, vos grands-parents...

Que vous soyez chanteur, acteur, ou que vous ayez simplement envie de prendre part à une œuvre commune, vous serez les bienvenus !

* Une information supplémentaire destinée aux confrères : sachez que le 2 avril à 18h, nous vous invitons à une écoute des chants de la Semaine Sainte enregistrés à Calvi et à Zilia , en 1962. Cette écoute se fera dans le cadre de Estru Paisanu proposé par la Phonothèque du Musée de la Corse.

N'oubliez pas : Samedi 16 et dimanche 17 mars à partir de 17h !

figurants


2018

Novembre 2018

Mardi 6 novembre 2018

Comme de nombreuses associations, « U Svegliu Calvese » a participé à « A Festa di a Lingua ». Durant trois jours l’association de théâtre a multiplié les activités autour de la langue et de la culture. Au programme la présentation du film « A pelle di l’alivu », la pièce de théâtre « A Dumanda » d’Anton Tchekhov traduite en Corse et un concert explicatif du groupe « A Filetta ». A Filetta qui par son histoire et l’évolution des chants corses, fait le rapport entre texte et musique dans les chants depuis les origines jusqu’à aujourd’hui.


Intervista di Dominique Bianconi : Associu « U Svegliu Calvese ».
Intervista di Jean - Claude Acquaviva : Gruppu « A Filetta ».

Septembre 2018

Les Jérôme à Calvi

Avec Nathanael Maïni, Marie-Paule Franceschetti, Roselyne De Nobili Filippini, Luca Marchetti.

troisj

Les ateliers théâtre

theatre

Août 2018

"U Svegliu Calvese au fil des jours" communique !

On ne vous l'a pas encore dit, mais bien évidemment, le programme des 30èmes Rencontres de Chants Polyphoniques mijote à petit feu, dans le chaudron chaud/bouillant de la Poudrière! La tribu des grands chefs qui se penchent sur la recette, ont encore des discussions sur les dernières épices à ajouter... Je vous assure: c'est autre chose que la recette du gigot de sept heures!
Si vous voulez vous joindre à nous, du 11 au 15 septembre, pour vivre le festival de l'intérieur, en contribuant à l'accueil des artistes ou du public, faites-nous signe, en nous adressant un message, ou en téléphonant au 04 95 65 23 57.
Ne vous fiez pas à l'illustration ci-dessous: Chez nous, ce n'est pas "Si tous les gars du monde voulaient s'donner la main", mais "Si TOUTES LES FILLES, et quelques gars du monde, voulaient s'donner la main"...
A l'arrivée, c'est le plaisir de faire les choses ensemble qui prévaut, on y prend goût, on y revient!

gars

Juillet 2018

C'était le 30 juin à la Poudrière: A Truppa di U Svegliu Calvese présentait: "Les dictateurs naissent-ils dans les choux-fleurs?". Mise en scène: Orlando Forioso.
Théâtre, rires et chansons: Une façon, pour nous, de refermer les portes de la Poudrière, pour préparer les Rencontres de Chants Polyphoniques. 30ème édition: Qu'on se le dise!
Les photos sont de Jean-Marie Colonna.

d1

d1

d1

d1

d1

d1

d1

d1

d1

d1

d1

d1

d1

Mars 2018

Calvi : « A Passione » représentée par le Svegliu Calvese

Ce dimanche, l’association « U Svegliu Calvese » proposait aux balanins une représentation d’ « A Passione » sur la citadelle de Calvi. Mis en scène par Orlando Furioso, ce spectacle a été interprété par des actrices et acteurs amateurs de la troupe du Svegliu Calvese accompagnés également par les confrères de Saint-Antoine Abbé et de Saint-Érasme. Une représentation qui a rencontré un beau succès et une vive émotion auprès du public, sachant que c’est seulement la deuxième année que l’association culturelle a entrepris de renouer avec cette vieille tradition.

Le reportage de TelePaese Corsica :

telepaese 


"A Passione" dimanche 25 mars à Calvi

passione

Dimanche 25 mars 2018, à 21h dans la citadelle de Calvi, U Svegliu Calvese présente : A Passione, un spectacle écrit à partir des Evangiles, auxquels viennent se mêler des textes contemporains de Primo Levi, Erri de Luca, René Char, Francesco Masala et Georges Bernanos Mise en scène d'Orlando Forioso avec Christophe Bicchieray, les acteurs de A truppa et la participation des confréries de Saint Antoine abbé et de Saint Erasme

A Passione, qu’est-ce-que c’est ?
C’est d’abord une tradition que l’on pouvait retrouver dans divers pays de la Méditerranée. En Corse, elle a été jouée jusqu’à la veille de la 1ère Guerre Mondiale. Elle s’est brutalement interrompue pour des raisons qu’il est aisé de comprendre : la guerre avait tué bien des « acteurs », et puis, on peut imaginer que la population estimait avoir vécu son Via Crucis, pendant ces 4 ans de boucherie.
"Cette tradition, nous l’avons reprise avec d’autres associations de Balagne – ce fut le temps des Passions à Calenzana, à Corbara – puis, nous l’avons poursuivie seuls... Après une interruption de quelques années, nous avons décidé de la reprendre depuis l’année dernière. En premier lieu, parce qu’elle permet de rassembler des gens autour d’une œuvre commune. En ces temps de morosité, il nous a paru salutaire d’imaginer une action culturelle, populaire, qui permette de créer du lien social. Ensuite, parce qu’il s’agit d’une histoire connue de tous, croyants ou non, dont les ressorts parlent encore aux gens d’aujourd’hui. C’est pourquoi, nous avons ponctué l’histoire, telle qu’elle est racontée dans les Evangiles, de textes d’auteurs contemporains, qui évoquent le rejet, la solitude, le pouvoir qui tue et le pouvoir des mots.
A Passione a le « pouvoir » de permettre à des gens qui ne sont pas acteurs de se rassembler autour d’un thème fédérateur. Bien sûr, toute cette aventure est étayée par la présence vigilante d’Orlando Forioso, et par celle de A Truppa. Mais, il faut le souligner, le rôle principal, celui du Christ, est tenu, comme chaque année par un amateur ! Cette année, il s’agit de Christophe Bicchieray, qui nous a déjà permis de mesurer son engagement.
A Passione, c’est aussi la présence des confréries de Calvi, celle de Saint Antoine abbé et celle de Saint Erasme, qui feront résonner les chants de la Semaine Sainte, sous les voûtes de la citadelle.
A Passione, c’est aussi les aides spontanées, comme celle de Paul Suzzoni, qui viendra mener son âne Culombu, pour une joyeuse entrée à Jérusalem !
Enfin, notre Passione, c’est aussi le signe de l’espérance et du renouveau, toutes choses dont nous avons besoin en cette période d’incertitude, qu’un printemps indifférent vient accentuer.

A Passione, une histoire humaine, une histoire d’amour, d’injustice, d’exclusion et de pouvoir ;
A Passione: une histoire de tous les temps, et de tout lieu ;
A Passione: une histoire née dans des temps anciens, et qui renaît à travers des textes contemporains ;
A Passione: un mélange de langues pour exprimer une pensée universelle ;
A Passione: le plaisir retrouvé de Faire ensemble

Renseignements et réservations : U Svegliu Calvese – svegliu@gmail.com – 0495652357
Les billets seront en vente à l’entrée de la citadelle.
En cas d’intempérie, le spectacle se jouera dans la cathédrale.
Entrée : 15€

jesus

Janvier 2018

ruspini


2017

Décembre 2017

Ulysse sans terre

ulysse


N'OUBLIEZ PAS LE PROCHAIN RENDEZ-VOUS QUE VOUS DONNE LA COMPAGNIE TEATREUROPA, LE VENDREDI 22 DÉCEMBRE A 20H 30, AU THÉÂTRE DE BASTIA:

Ulysse sans terre

écrit et mis en scène par Orlando Forioso
Musiques originales de Jean-Claude Acquaviva
avec: A Filetta, Jean-Philippe Ricci (Ulysse), Fadia Tomb El-Hage (Pénélope), Diana Saliceti (Calypso), Marie-Pierre Nouveau (Circé) et Lea Antona (Nausicaa)

De Troie à Ithaque, long est le voyage : long dans le temps et dans l’espace…
Et si l’on s’attarde aux rivages de la littérature ou de la poésie, où Ulysse a fait escale, le voyage devient encore plus sinueux. Car ils ont été nombreux, écrivains, dramaturges, poètes ou philosophes, à avoir mis leurs pas dans ceux du héros d’Homère : de Sophocle à Joyce, en passant par Platon, Virgile ou plus près de nous, Giraudoux, Giono, ou Kazantzakis, tous ont approché, contourné, emprunté, plus que les routes d’Ulysse, les voies, parfois les voix pourrait-on dire, de l’intrigant protagoniste de l’Odyssée.
Alors, Ulysse ? Un héros ? Un guerrier ? Un assassin ? Un hâbleur ? L’homme de toutes les ruses et de toutes les femmes ? Ou…un migrant ?
Laissons Orlando Forioso répondre à ces questions :
« Notre Ulysse, nous essayons de le lire comme un homme qui, à partir de la violence et du carnage de la Guerre de Troie, initie un parcours pour se recomposer, pour se retrouver, pour s’alléger du poids du sang et de la trahison.
Le temps est l’un des personnages principaux de notre spectacle.
Dix ans de Guerre de Troie et dix ans de naufrage, à la merci de soi-même, ne sont pas seulement un temps narratif, mais aussi la dimension avec laquelle vérifier les rapports, les relations, la croissance, l’abandon, les décisions sur le faire et sur le non-faire.
Il n’est pas question ici, de réécrire l’Odyssée, mais de cueillir une « émotion Ulysse », un parcours psychologique et émotionnel, auquel faisait allusion Kavafis, dans sa poésie « Ithaque » : Si tu veux revenir à Ithaque/fais que ton voyage soit le plus long possible. »
Les Aèdes chantaient et racontaient des histoires.
Dans le spectacle, nous nous approprions comme d’un trésor, cette forme de langage, et nous retournons à la tragédie grecque avec les moyens, les langues et les langages du spectacle d’aujourd’hui.
Si les mots appartiennent au règne de la raison, le chant appartient à l’être le plus enfoui en nous-mêmes, et c’est bien à la recherche de cet être que nous partons dans cette aventure.
C’est pourquoi, le choix des partenaires de ce voyage est un élément essentiel du voyage même.
Faire appel à A Filetta signifie entrer dans cette mémoire du futur, qui correspond à toute la ligne directrice du projet.
Aux chanteurs, aux compositions de Jean-Claude Acquaviva, je peux demander la délicatesse et la force d’architectures polyphoniques complexes et antiques à la fois, narratives et en même temps, émotionnellement percutantes.
A eux se joindront : la mezzo-soprano libanaise Fadia Tomb El-Hage (Pénélope), deux jeunes chanteuses corses : Diana Saliceti (Calypso) et Lea Antona (Nausicaa) ; une comédienne, Marie-Pierre Nouveau (Circé), et dans le rôle-titre : Jean-Philippe Ricci. La Méditerranée se recompose, en un creuset de langues : arabe, corse, italien et français.
Pénélope, mais aussi Calypso, Nausicaa et Circé : l’errance d’Ulysse est jalonnée de personnages féminins, comme s’il les appelait à lui, comme si, sans ces différentes femmes (Pénélope comprise) Ulysse ne pouvait exister.
Mais ces femmes, ne devons-nous les considérer que comme instrument de son voyage ou de sa purification ? Ulysse est là parce que les femmes y sont. Mais les femmes continuent à être là, même quand Ulysse s’enfuit.
Circé magicienne, Circé sorcière, Circé mangeuse d’hommes, nymphomane historique….Elle qui sait encore comment on peut descendre dans l’Hadès pour rencontrer les morts, tombe sous le charme du grec, et devient une gentille femme disponible…Même une chamane reste une femme, qui rêve du quotidien.
Calypso, elle, offre à Ulysse sept ans de calme, de paix , de trêve, et s’il le veut toute l’éternité : une cabane et deux cœurs, pour toujours.
Nausicaa enfin, offre l’image à laquelle notre expérience contemporaine est sensible : elle accueille l’étranger. Paisiblement, avec douceur, elle l’emmène chez elle. Ulysse ne sait plus que faire de son être bestial d’homme violent et de guerrier, et il devient lui-même narrateur, aède : Ulysse devient Homère par la grâce de cette enfant.
Et Pénélope ? Elle est la femme qui rythme le temps, et qui est rythmée par lui. Elle a passé vingt ans dans sa maison/prison, à penser, réfléchir, espérer, repousser les assauts des prétendants. Ces vingt ans écoulés, la peur l’accompagne : qui revient à la maison ? Un vieux ? Un estropié ? Plus sûrement, un étranger.
Le voici notre Ulysse. Une œuvre contemporaine, seulement vocale, parce que c’est la voix qui a porté jusqu’à nous, cette machine du temps qu’est l’Odyssée. Parce que c’est la voix de l’être humain qui raconte à l’infini ce que nous sommes, nous, êtres fragiles, perdus dans l’espace et le temps. »

Laissons le dernier mot à la poésie, à la voix d’A Filetta :
A tarra, u spaziu, u celu…
Cerchi sempre un segnu d’Itaca.
In altu mare ogni cima hè una speranza.
Chì mondu ghjacerà al di là di stu mare
Ma ogni mar’hà batticcia
Ed hè custindi ch’omu sbarcherà
è u vascellu và è nunda ci pò fà
Mughji ordini impussibili
Tutt’ognunu sà
Chì n’ùn ghjov’à nunda
Ma e bugie calmanu e paure

Dernier cri

Du mardi au vendredi à 12h30

Dernier cri : Jean-Philippe Ricci, Fadia Tomb El-Hage et Orlando Forioso
Par Marie Bronzini
Diffusion du mardi 19 décembre 2017 Durée : 26min

Jean-Philippe Ricci, Marie Bronzini, Orlando Forioso et  Fadia Tomb El-Hage
Jean-Philippe Ricci, Marie Bronzini, Orlando Forioso et Fadia Tomb El-Hage © Radio France - Patou Fiori Rinieri

Cliquer pour écouter l'émission

Pour la pièce "Ulysse sans terre de gré ou de force." le 22 décembre au théâtre de Bastia.

A partir du mythe d’Ulysse et de l’œuvre d’Homère.

28 octobre 2017

Dimanche 5 novembre de 17:30 à 19:00

monologues

Un texte écrit et interprété par Daniel Delorme

Daniel Delorme incarne Peter Brocciu, un homme souffrant de troubles psychologiques et d'addiction à l'alcool et qui est invité par son médecin à se rendre chez les alcooliques anonymes.
Le groupe de paroles y survivra-t-il ?

29 juin 2017

Théâtre au Collège Orabona

theatre

8 juin 2017

Spectacles A Truppucia Vendredi 9 et Samedi 10 Juin
dans les Jardins de la Poudrière à Calvi


Jean-Paul-Lottier, le 8 Juin 2017


L'association culturelle U Svegliu Calvese présente les Vendredi 9 et samedi 10 juin à 21h30, dans les jardins de la Poudrière à la Haute-Ville de Calvi les spectacles des ateliers de théâtre dirigés et mis en scène par Lauriane Goyet
 

acelli

Quel regard les enfants portent-ils sur le monde actuel ? Voilà la question que nous nous posions.
Alors, ils nous ont prêté leurs yeux, et le monde a surgi !
Notre monde !
Il n’est pas en très bon état…
Nous sommes bien loin des princes et des princesses.
Des «Quand je serai grand(e) » qui finissent toujours bien.
L’avenir n’est pas sucré et innocent.
Des mots reviennent, des craintes, des constats et des peurs.
Alors, nous avons décidé de donner la parole à ces maux, afin d’imaginer ensemble
des possibles. Que chaque enfant se saisisse d’alternatives et construise sa propre
résistance à une peur qui s’immisce un peu partout, un peu trop vite, un peu trop tôt…

 L’Acelli fantastichi : Ecriture collective

C’era una volta, indè un paese maravigliosu, luntanu di a tarra, tanti acelli fantastichi.
Ces oiseaux merveilleux vivent cachés dans de grands arbres
Una volta per centu anni, l’acelli fanu l’ove.
Des œufs d’une beauté incroyable.
Ma attenti ! Attenti !
St’ove fantastiche bisogn’à cuvà le tantu è tantu
Ore è ghjorni…
Ghjorni è mese…
Mese è anni…
Ùn ghjornu… L’ove si mettenu à ballà…

 Mais ce jour là, les oiseaux refusent de venir au monde si le monde ne change pas !

 Marie des grenouilles  de Jean Claude Grumberg

Cette pièce parle d'un monde entre humain et grenouille, dominé toujours par les plus belliqueux. L'arrivée du prince Brillant change le cours des choses, du fait de son intelligence et de sa volonté de pacifier le monde, en traitant les problèmes et les tensions avec esprit et humanité/grenouillité.

 Suite aux réflexions sur la pièce, et aux nombreuses discussions  qu’ils ont eu à propos des élections américaines, puis françaises, les élèves ont décidé d'écrire au futur Président français afin qu'il s'inspire de Brillant, et propose une politique dans le respect de l'humain, des animaux, de la nature. 
 

La Poudrière
La Citadelle
20260 Calvi
Tél : 04 95 65 23 57
Mail : svegliu@gmail.com
www.facebook.com/RENCONTRESPOLYPHONIQUESCALVI
www.facebook.com/ U-Svegliu-Calvese-au-fil-des-jours-610349779023053

  marie


12 avril 2017

« A passione di u nostru signore » rejoue la passion du Christ à Calvi

Près de 500 personnes se sont réunies dimanche à la citadelle de Calvi pour assister à la reconstitution théâtrale di « A passione di u nostru signore ». Une pièce proposée par le Svegliu calvese et mise en scène par Orlando Forioso. Cela faisait dix ans que le Svegliu n’avait plus proposé cette reconstitution religieuse. Et pour célébrer ce retour aux sources, les confréries Saint Erasme et Saint Antoine ont accompagné cette représentation pour le plaisir du public.

Intervista d’Orlando Forioso : Mettitore in Scena.

Intervista di Pierre – François Fanucchi : Cumediante.

Intervista di Dominique Bianconi : U Svegliu Calvese.

http://www.telepaese.corsica/Nutiziale

10 mars 2017

500 personnes à la citadelle de Calvi pour la représentation théâtrale di « A Passione di u nostru Signore »


Source : http://www.corsenetinfos.corsica - Jean-Paul-Lottier, 9 avril 2017

La citadelle de Calvi a servi de théâtre dimanche soir à la reconstitution théâtrale di « A Passionne di u nostru Signore » proposée par l'association « U Svegliu Calvese » et mis en scène par Orlando Forioso. Un spectacle de toute beauté suivi par près de 500 personnes.

passion0
REPORTAGE PHOTOS CRYSTAL PICTURES INTERNATIONAL

A passione di u nostru Signore, « La Passion » interprétée ce soir dans la citadelle de Calvi, c'est pour le Svegliu Calvese un retour aux sources. Nul n'a en effet oublié les différentes interprétations théâtrales proposées jusqu'en 2010 par le Svegliu Calvese.
Renouer avec cette tradition, tel était le but du Svegliu Calvese qui a confié cette version 2017 à Orlando Forioso.
Les budgets étant ce qu'ils sont, il a fallu revenir à des choses beaucoup plus simples.
Le décor naturel de la citadelle de Calvi a largement contribué au succès de cette version que l'auteur a voulu beaucoup plus contemporaine. Le public qui a répondu très nombreux à ce rendez-vous qui intervient le jour des Rameaux, coup d'envoi de la semaine sainte a pu mesurer l'étendue du talent de cette troupe amateur où chacun à pu exprimer son talent.

Les confrères de Saint Antoine et Saint Erasme ont également accepté de participer à cette représentation théâtrale. Un spectacle multilingue dans lequel on a retrouvé certains qui déjà à l'époque jouaient un rôle. Que dire également de la prestation époustouflante dans le rôle du Christ de Petru-Francé Fanucchi de Lumio. Au terme de la représentation, durant de très longues minutes, le public a salué la performance de ces acteurs d'un soir qui nous ont fait revivre la passion, celle du Christ mais aussi celle de la vie.

passion01

passion02

passion03

passion04

passion05

passion06

passion07

passion08

passion09

passion10

passion11

passion12

passion13

passion14

passion15

passion16

passion17

passion18

passion19

REPORTAGE PHOTOS CRYSTAL PICTURES INTERNATIONAL

28 février 2017

passion

5 février 2017

"La construction de la vérité"

verite

Ateliers théâtre

Les 28èmes Rencontres de Chants Polyphoniques ont refermé leurs portes! Le théâtre ouvre les siennes...
Les inscriptions aux ateliers de théâtre enfants seront prises le 5 octobre à partir de 14h, à la Poudrière: les ateliers sont ouverts aux enfants et adolescents, de la maternelle au lycée Nous vous y attendons
Auparavant, A Truppa di U Svegliu Calvese reprendra "Gigi l'Amoroso" les 30 septembre et 1er octobre, toujours à la Poudrière, à 20h 30, un spectacle conçu et mis en scène par Orlando Forioso, d'après Liolà de Luigi Pirandello.
Renseignements et réservations : 04 95 65 23 57

rentree

A propos de la "Maison de cristal"

Dans son discours d'investiture, Gilles Simeoni annonçait que la CTC serait désormais une "maison de cristal': acceptons-en l'augure, avec plaisir! Et plus encore, essayons d'y participer!
Récemment, la CTC a mis sur son site, la liste des subventions versées en 2015.
Car il s'agit bien de subventions versées...
D'aucuns ont pu frissonner d'étonnement, d'indignation ou d'envie à la lecture des sommes annoncées: c'est pourquoi, il convient d'expliquer, du moins pour ce qui concerne U Svegliu Calvese, pourquoi et comment ces sommes ont été attribuées:
- 60 000 €, opération Sonata di Mare. Il s'agit d'une action qui s'est terminée en septembre 2014. Le versement ne pouvait s'effectuer que sur présentation de factures acquittées (relevés de comptes bancaire à l'appui). Le versement s'est fait en deux fois: 34 160,97 € le 28 mai 2015, et 25 839,03 € le 3 novembre 2015;
- 90 000 € : il s'agit du reliquat de la subvention 2014. Le versement a été fait le 26 février 2015;
- 5 000 €: il s'agit d'une aide de l'Outil Technique sur les Rencontres de Chants Polyphoniques 2013. Le versement est intervenu le 6 février 2015;
- 8 000 €: toujours l'Outil Technique, mais cette fois-ci, pour les Rencontres de Chants Polyphoniques 2014. Le versement a été fait en 2 fois: 4 000 € le 6 février 2015, et 4 000 €, le 8 mai 2015;
- et enfin 33 200 € en juin 2015, qui représentait "l'acompte de l'acompte", de la subvention 2015, d'un montant global de 166 000 €.
Autrement dit, nous vivons en état "d'apnée financière" en permanence: asphyxiés par les dettes de l'année précédente, on nous sort la tête de l'eau de temps en temps, pour nous en acquitter...Et on recommence!

Mais Camus n'a-t-il pas imaginé "Sisyphe Heureux"?

Quand U Svegliu Calvese s'exporte...

Samedi 19 et dimanche 20 mars, Orlando Forioso animait le 1er des 5 stages de théâtre que la ville de Bonifacio a contractualisés avec U Svegliu Calvese...

bonifacio

bonifacio

"Soeur, je ne sais pas quoi frère" à la Poudrière

C'était samedi 13 février, à la Poudrière, dans "Soeur, je ne sais pas quoi frère" de Philippe Dorin, dans une mise en scène de Lauriane Goyet.
Chuut! Ne le répétez pas, mais... Marie Ferrari, Chloé Guil, Grace Navarro, Laura Tibodo et Melissa Klym ont été juste formidables! Tour à tour drôles, émouvantes, agaçantes, douces, violentes...si attachantes!
Et si vous en doutez, venez donc les voir à Bastia le 5 mars, dans la salle des congrès du Théâtre de Bastia à 18h, dans le cadre du festival E Teatrale!

soeur

soeur

soeur  soeur  soeur  soeur

Photos: Jean-Marie Colonna

"Parolle offerte" à la Poudrière


2016

11 Janvier 2016

langue

"Parolle offerte" le 10 janvier à la Poudrière de Calvi

5 Janvier 2016

Le prochain rendez-vous que propose l'association "U Svegliu Calvese", est fixé au dimanche 10 janvier avec "Parolle offerte" à partir de 10h30 à la Poudrière dans la citadelle

'Parolle offerte' le 10 janvier à la Poudrière de Calvi

L'association culturelle « U Svegliu Calvese » propose à tous, de venir partager le dimanche 10 janvier une journée consacrée à la langue, à sa musicalité, à sa richesse, à sa diversité, à ce qu’elle peut porter de liant et de sens aux débats qui agitent notre société. Une journée intitulée : "Parolle Offerte"…

Le programme

- A 10h30, pour participer au chœur de la littérature universelle : première lecture publique de "La demande en mariage" d’Anton Tchekhov – Traduction réalisée par l’atelier de traduction du Svegliu Calvese, sous la direction d’André Markowicz – avec Marie-Paule Franceschetti, Jacques Filippi et Henri Olmeta dirigés par Orlando Forioso.

- A 15 heures, débat sur le thème : "Qui naît de la poule, gratte la terre. Race, lignée et greffe". Nos actes sont-ils inéluctablement dictés par nos origines ?
Avec la participation de Jean-Claude Acquaviva et Marc Biancarelli.

- A 17 heures : Thé, café accompagnés de pâtisseries tunisiennes, portugaises et corses.

 - A 18 heures  : "Le voyage de Cecceca et Minetta" avec Marie- Paule Franceschetti et Roselyne Filippini.
Voyage ? Ces deux malheureuses transportent sur les routes l’urne funéraire de leur père, cherchant où la déposer…
----
À 10 ore è mezu, pè addentrassi indè u coru di a letteratura universale : prima lettura publica di "A dumanda" d’Anton Ceccov in lingua corsa – Traduzzione fatta da l’attellu di traduzzione di U Svegliu Calvese, sott’à a direzzione d’André Markowicz – cù Marie-Paule Franceschetti, Jacques Filippi è Henri Olmeta, diretti da Orlando Forioso.

 - À 3 ore, pè riflette è cuntrastà : Tema : "Chì di ghjallina nasce in terra ruspa. Sterpa, razzinu è insetu" Cù a participazione di Ghjuvan’Claudiu Acquaviva è Marcu Biancarelli.

 - À 5 ore, rifiatemu appena : Tè, caffè è dulciumi tunisiani, portughesi è corsi.

 - À 6 ore, si pò ancu ride : "A spassighjata di Ceccecca è Minetta" cù Marie-Paule Franceschetti è Roselyne Filippini.
Spassighjata ? Isse duie disgraziate si trascinanu u vasettu colmu di e cenere di u babbu, circhendu induve allucalu…

Jean-Paul Lottier

Source : Corse Net Infos, 05/01/2016

parolle

Source : Corse Matin, 06/01/2016


2015

A Calvi, la saison s'achève et la vie continue...

JAZZ N'BALAGNE, le centre musical U TIMPANU et U SVEGLIU CALVESE vous proposent un week-end jazz, les vendredi 6 et samedi 7 novembre à Calvi sur le thème: Rythm n’ Jazz

1ère HYPOTHÈSE : vous êtes musicien, et vous voudriez approfondir votre connaissance du rythme, composante essentielle du jazz. PAS DE PROBLÈME ! Les trois partenaires ont réuni la fine fleur du rythme, de la percussion et de la batterie, Umberto Pagnini, et Nelson Gotteland, qui animeront un stage à la Poudrière, le samedi 7 novembre de 10h à 13h et de 15h à 18h.
Programme :
- matin de 10h à 13h : les fondamentaux,
- après-midi de 15h à 18h : travail de mise en pratique
Participation : 20€

2ème HYPOTHÈSE : vous êtes amateur de jazz et vous voudriez juste comprendre de l’intérieur, pourquoi et comment le rythme est constitutif de l’essence du jazz. PAS DE PROBLÈME ! Vous passez à la Poudrière, aux heures indiquées ci- dessus, écouter " professeurs " et stagiaires qui vont construire le plaisir du "jouer ensemble".
Participation : 10€

3ème HYPOTHÈSE : Vous êtes musicien et/ou amateur de jazz, ou juste curieux, et vous voudriez bien savoir ce qui se trame à la Poudrière, autour du jazz... PAS DE PROBLÈME ! Vous y venez à partir de 19h, et là, un verre à la main, vous pourrez découvrir une autre approche du rôle du rythme dans le jazz, à travers l’interprétation de quelques musiciens ou chanteurs mémorables, parmi lesquels Art Blakey.

4ème HYPOTHÈSE : Vous êtes musicien et/ ou amateur de jazz, ou juste curieux, ou même désireux de partager un moment de (bonne) musique et de gourmandise. PAS DE PROBLÈME ! Vous venez à la Poudrière à partir de 19h et vous n’en bougez plus…Vous y mangerez sur place, et vous aurez droit ensuite à un grand moment de musique live sous la conduite d’Umberto Pagnini, avec Pierre Reboulleau (piano), Sylvain Gontard
( trompette), Jean Agostini (contrebasse) et Nelson Gotteland.
Pour ces deux dernières propositions, l’entrée est de 10€ (1 boisson comprise)
Renseignements/ réservations : 0620558001 (Viviane) ou antoinette.svegliu@gmail.com

Et le 6 novembre, nous direz-vous ? Que se passe-t-il le 6 novembre ?
Eh bien ! Jazz n’Balagne, U Timpanu et U Svegliu Calvese ont posé une dernière hypothèse : "Si tu ne vas pas au jazz, le jazz ira à toi ! " Et c’est ainsi que Jean Ciavatti, Patricia Nagera, Antoinette D’Angeli et Franck Agostini iront faire "swinguer" l’Ecole, et plus particulièrement l’école Loviconi le matin et le collège Jean-Félix Orabona, l’après-midi !

U Timpanu

timpanutimpanu

timpanu

Mi n'arricordu...

Un très beau texte de notre ancien président: Jean-Témir Kerefoff, un Jean-Témir fidèle à ce slogan de mai 68: "Soyons réalistes, demandons l'impossible!"... parce que nous avons raison !

Je me souviens des statues d’Ousmane Sow, et du concert d’Amalia Rodrigues. Je me souviens des répétitions pour la Passion à Calenzana. Je me souviens des costumes créés par les bénévoles qui plus tard joueraient les gens du peuple suivant le Christ. Je me souviens d’Elvis Costello dans la nuit de Patrimoniu et de Fabio Biondi dans la chapelle de Sta Ristituda. Je me souviens de Temo le musicien kurde de Syrie chassé de son pays. Je me souviens de la première édition du film rural à Lama, et de l’ambassadeur d’Albanie en France, jeune écrivain polyglotte parce que la littérature étrangère n’était pas traduite à Tirana.

Je me souviens de ce professeur du Collège de France qui s’étonnait de notre familiarité avec la langue latine. Je me souviens de Marcel Pérès improvisant sur l’orgue de l’église de Muro, devant Alain Courneau venu exprès de Bunifaziu.

Je me souviens que la vaisselle se lavait dans des cuvettes, faute d’eau courante, et que le jour de Citadella in festa, pour ne pas payer l’entrée, nombreux étaient ceux qui retrouvaient leur foi catholique et ne voulaient qu’assister à la messe.

Quarante ans de rencontres, de nuits blanches, de miracles faits de bouts de ficelles avec trois francs six sous.

Et à un moment donné, sans que l’on s’en rende compte, le chemin est devenu impraticable. Où nous sommes-nous trompés ? et quand ?

Quand les amateurs, rêveurs, poètes, à l’impossible tenus, ont été remplacés par des gestionnaires soucieux d’économies ?

Parce que nous avons oublié de préparer la relève ? Ou parce que nous n’avons pas préparé l’avenir, tout occupés à enchanter le présent ?

Quels sont nos péchés ? De quoi sommes-nous coupables ? D’avoir pensé qu’après avoir vaincu tant d’obstacles, nous pouvions nous reposer et envisager sereinement la suite ? Ou de croire que nous étions devenus indispensables étant donné le succès de nos manifestations ? Et que les politiques, les « décideurs », les « bailleurs de fonds » nous suivraient forcément ?

Sommes-nous coupables d’avoir cessé de créer l’impossible avant d’en avoir les moyens et de petit à petit, sans en être bien conscients, nous être mis à chercher les moyens pour créer le possible ?

La Culture, dernière roue de la charrette, dont le chiffre d’affaires national est supérieur à celui du secteur automobile !

La Culture que l’on sacrifie parce qu’elle n’est pas obligatoire, alors qu’absolument nécessaire.

Pourtant quand une manifestation culturelle disparaît, - et cette année, des centaines de festivals sont annulés en France -, ce sont des emplois, des nuitées d’hôtel, des repas dans les restaurants, des titres de transports, des visiteurs dans la ville qui disparaissent avec elle. Ce sont des liens sociaux qui se délitent. Cela contribue au repli sur soi, au communautarisme, à la haine de l’autre que l’on refuse de connaître ou de reconnaître.

Aujourd’hui, la « crise » est là. Mais, honnêtement, nous avons toujours travaillé en état de crise : nous n’avions pas de moyens financiers, nous les avons trouvés, nous n’étions pas des professionnels, nous avons su surmonter tous les obstacles, on nous disait qu’il serait vain de solliciter tel artiste, et nous l’avons invité et il est venu. Alors en quoi, aujourd’hui la « crise » nous empêche-t-elle de continuer ?

N’est-il pas temps de réfléchir à une nouvelle appréhension de la culture ? La décentralisation désengage l’Etat et oblige les régions, les communes à assumer de plus en plus de charges. Et il est compréhensible qu’un maire – dans sa logique - préfère construire une crèche plutôt que subventionner un festival.

Mais ne serait-ce pas à nous que revient le rôle d’expliquer que subventionner une association culturelle, c’est favoriser l’économie locale et donc améliorer les ressources de la commune pour permettre la construction de la crèche, la réfection d’une route ou l’achat d’un scanner pour l’hôpital local ?

N’est-il pas temps de cesser de nous lamenter ? Et de nous présenter comme les victimes expiatoires de tous les péchés d’Israël ? Oui, les associations culturelles ont - et auront -, moins d’aides des collectivités qu’elles soient locales ou territoriales. Oui, il y a - et il y aura -, des disparitions de festivals, des expositions décommandées, des spectacles annulés.

Il nous appartient de recommencer à inventer, de faire marcher « nos petites cellules grises », de découvrir des alternatives. Il nous appartient de retrouver notre rôle d’aiguillon. Il nous appartient de ne pas avoir peur. Il nous appartient de refuser les logiques comptables. Il nous appartient de nous réveiller et de réenchanter le monde.

Et de le faire parce que nous savons que c’est impossible.

Jean-Témir Kéréfoff

Jazz en Balagne, U Timpanu et U Svegliu Calvese
présentent :
Le jazz taille “Standards“
week-end jazzy à la Poudrière
les 17 et 18 avril

On ne présente plus U SVEGLIU CALVESE et son action dans le domaine de la culture (et de la culture corse en particulier), engagée depuis bientôt 35 ans pour promouvoir notamment le théâtre et la musique.
Le centre musical U TIMPANU vient de fêter 20 années d'existence consacrées à la formation de jeunes musiciens (et aussi de quelques moins jeunes – l'enthousiasme n'a pas d'âge) et à de nombreuses actions dans le domaine de la musique.
Face à ces deux ainées, Jazz en Balagne, créée il y a un peu plus d'un an, est encore, elle, en "culottes courtes" et s'est donné comme ambition première de faire vivre le jazz en hiver, autant à Calvi que dans la micro-région de Balagne.

C’est la Citadelle qui d'une certaine façon fait le lien, entre JAZZ en BALAGNE, U TIMPANU et U SVEGLIU CALVESE : la Citadelle, parce que le jazz y avait élu domicile dès la naissance du FESTIVAL DE JAZZ DE CALVI, la Citadelle parce que U TIMPANU et U SVEGLIU CALVESE y sont implantés depuis de nombreuses années …
La Citadelle, mais aussi une conception commune de la culture, une culture ouverte et généreuse, créant du sens et du lien social : il n’en fallait pas plus, pour que ces trois associations là, unissent leur énergie et leurs compétences pour proposer au public, une manifestation de deux jours qu'elles ont baptisée :

Le Jazz, taille "Standards"

Reprenant l'idée, déjà testée à quelques reprises au cours des derniers mois et qui consiste à suivre un "fil rouge" pour faire vivre le jazz dans la cité pendant une partie du week-end, ces trois associations ont conçu en partenariat plusieurs actions illustrant ce que sont les "standards" dans l'univers du Jazz.
En quelques mots, des musiques aussi différentes que des chansons populaires ("Les feuilles mortes" de PREVERT et KOSMA), des musiques de film ("Un jour mon prince viendra" dans le dessin animé BLANCHE NEIGE de Walt DISNEY) ou d'opéra ("Summertime" dans PORGY & BESS de Georges et Ira GERSHWIN) ont été reprises avec le succès que l'on sait par des musiciens de jazz qui les ont transcendées et parfois rendues emblématiques de par l'interprétation qu'ils en ont faite.

C'est sur ce thème que seront organisées les vendredi 17 et samedi 18 avril prochains : le vendredi, des animations à destination du milieu scolaire tout d'abord, avec :
- vendredi matin deux interventions de trois quart d'heure à l'école communale LOVICONI, poursuivant la démarche pédagogique engagée l'année précédente par Antoinette d'ANGELI et Pierre BERTONI ;
- vendredi après-midi une intervention d'une heure au Collège ORABONA, présentant notamment quelques interprétations majeures de standards connus.

le samedi dans la journée, à La Poudrière : deux ateliers de jazz (matin : 10h00 à 13h00 et après-midi : 15h00 à 18h00) consacrés à un travail de compréhension et d'improvisation autour du thème SUMMERTIME et animés par deux musiciens talentueux : le pianiste Zool FLEISHER et le saxophoniste Alexis AVAKIAN, tous deux habitués du CALVI JAZZ FESTIVAL (participation aux frais : 20 €uros).
A noter, et c'est important pour les organisateurs, que ces ateliers sont également ouverts aux amateurs de jazz non-instrumentistes qui souhaiteraient mieux connaître cette musique "de l'intérieur" (participation aux frais réduite : 10 €uros).

le samedi soir, à La Poudrière toujours et à partir de 19h00 : une soirée où se mêleront qualité d'accueil, convivialité et passion partagée pour le jazz avec :
- en première partie, de 19h00 à 20h00, une approche de quelques grands standards du jazz au travers de propos illustrés par différents enregistrements, présentant leur "histoire", depuis les musiques originelles jusqu'aux interprétations et improvisations qui les ont transcendées ;
- de 20h00 à 21h00 une pause dînatoire : " La musique ne nourrit pas son homme ! " dit-on… Pour notre part, nous essaierons de faire mentir l’adage, en proposant une "pause-dégustation" de soupes, furmaglii nustrali, et dessert, arrosée de vins des vignerons de Balagne – Participation aux frais : 10 €uros.
- En seconde partie, à partir de 21h00 : musique live avec un quartet réunissant des musiciens corses (Jean AGOSTINI – contrebasse - et Nelson Gotteland – batterie) et les deux animateurs des ateliers, Zool FLEISCHER et Alexis AVAKIAN. Formation à laquelle se joindront ensuite différents invités, jusqu'au bœuf en fin de soirée.

L'entrée est gratuite mais les places sont limitées. Il est prudent de réserver, que ce soit par téléphone (au 06 20 55 80 01) ou par courriel ( svegliu@gmail.com ).

Charlie

charlie

Le journal de Telepaese

http://www.telepaese.tv/Nutiziale/

ebat


2014

Le défi d'U Svegliu Calvese

Propos recueillis par Laurent CASASOPRANA
30/08/2014

Pour pallier la baisse des financements publics, l’association balanine crée un « Club des partenaires. » Un premier événement de soutien est organisé le 7 septembre à Calvi. Entretien avec Dominique Bianconi, secrétaire et codirectrice artistique bénévole d’U Svegliu Calvese

defi
De gauche à droite : Maryline Ceccaldi, Sylvie Marchetti, Dominique Bianconi,
Jean Guidoni et Dominique Guidoni.(Photo Jean-Marie Colonna)

Face à la crise, il faut faire preuve d'initiative… Confrontée, comme bon nombre d'associations insulaires, à une baisse des aides publiques en général et des subventions allouées par la Collectivité Territoriale de Corse en particulier, la structure calvaise vient de créer un « Club des partenaires » afin de regrouper des acteurs du monde associatif, culturel et économique.

Une manière de trouver une parade au manque de trésorerie en attirant de nouvelles sources de financement, tout en proposant des pistes de réflexion pour une meilleure interaction entre les secteurs économiques et culturels de l'île. Dans cette optique, quatre grands événements seront programmés tout au long de l'année. Dominique Bianconi, secrétaire et codirectrice artistique bénévole avec Valérie Salducci du « Svegliu Calvese », explique les raisons et les enjeux d'une telle démarche.

L'association U Svegliu Calvese innove en créant un « Club des partenaires ». Pourriez-vous nous expliquer ce qui a motivé cette initiative ?

En juillet dernier, nous avons appris que la subvention annuelle attribuée par la CTC, dans le cadre de la convention tripartite qui nous lie avec elle et la ville de Calvi, serait amputée de 34 000 euros. Soit 166 000 euros au lieu de 200 000 euros comme les années précédentes. Cette réduction budgétaire, décidée par le Conseil Exécutif, s'appliquera quasiment à tous les centres culturels conventionnés, dans des proportions, toutefois, variables. Cette situation nous a contraints à réagir. Par le passé, nous avions déjà eu recours au mécénat pour faire face à des difficultés financières, mais cette fois nous avons voulu aller plus loin en proposant une réflexion globale qui unirait acteurs culturels et économiques de manière solidaire.

« Au-delà de l'aspect financier indispensable, il s'agit de s'allier pour repenser le territoire »

De tout temps, les acteurs politiques et économiques ont soutenu la création artistique dans notre région, mais la contribution du monde économique à l'action culturelle reste modeste. Nous estimons qu'il s'agit d'une situation assez paradoxale pour une région qui met en exergue sa « culture » dans ses diverses expressions. Soutenir la culture est quelque chose d'innovant, d'autant qu'elle porte en elle-même les germes de l'innovation, en ce qu'elle est synonyme d'imagination, d'ouverture, et de production de pensée.

Quel est le but de ce club des partenaires ?

L'objectif de ce club est double. Tout d'abord, rechercher des fonds privés auprès d'entreprises qui partageront notre démarche. Mais au-delà de l'aspect financier indispensable, il s'agit de s'allier pour repenser le territoire. Chacun des partenaires devra apporter ses compétences, ses moyens, ses rêves… C'est une véritable réflexion sur les possibilités de mettre en synergie acteurs culturels et économiques. La culture peut devenir un atout pour le secteur économique et le but est de le démontrer très concrètement.

« Un réseau où acteurs économiques et acteurs culturels exercent leur complémentarité »

Qui peut devenir membre de ce club et comment y participer ?

Pour accéder au club, il faut s'acquitter d'un droit d'entrée dont le montant minimum a été fixé à 500 euros. Cependant, nous espérons qu'une contribution plus importante sera envisagée, notamment par les entreprises qui feront le choix de nous rejoindre. Il faut savoir que ce type d'interventions permet de bénéficier de déductions fiscales à hauteur de 60 % de la participation, ce qui peut constituer une motivation supplémentaire pour soutenir la démarche. Les membres pourront, par exemple, être conviés à rencontrer les artistes des manifestations après les spectacles que nous organiserons, ou auront des places de concerts réservées, et tout un tas d'avantages comme cela se fait dans d'autres structures du même genre sur le continent. De plus, l'image des adhérents au club sera aussi associée à celle de l'association et les partenaires seront mentionnés sur nos brochures et sur tous nos supports de communication.

Concrètement, comment va se matérialiser votre initiative ?

Au cours de l'année, l'association compte organiser quatre événements, quatre rendez-vous, qui permettront aux uns et aux autres de se retrouver dans un lieu choisi pour l'occasion, afin d'associer la découverte du patrimoine naturel ou culturel, la réflexion sur un thème qui sera traité par un spécialiste. L'objectif est de créer des conditions privilégiées afin de favoriser la rencontre et les échanges, et de tisser un réseau où acteurs économiques et acteurs culturels comprennent leurs rôles respectifs et exercent leur complémentarité. Le premier de ces rendez-vous aura lieu à l'occasion de Notre Dame de la Serra, le 7 septembre à Calvi, lors d'une fête religieuse populaire. C'est dans ce site admirable que notre association a décidé d'organiser un concert qui réunira le groupe A Filetta, le grand trompettiste de jazz Paolo Fresu et le bandonéoniste Daniele di Bonaventura pour la présentation d'un nouveau répertoire. Ce sera un moment de partage, où la musique raffinée de ces chanteurs et musiciens viendra clôturer une manifestation ancrée dans la tradition locale. Il faut savoir également que nous sommes partie prenante d'un projet européen Interreg alliant création musicale et développement durable. Le volet pédagogique réalisé avec le Collège de Calvi a été présenté au mois de juin sur la presqu'île de la Revellata et c'est l'aspect création musicale, financée par l'Europe, qui sera donc présenté à cette occasion. Trois autres événements seront ensuite échelonnés tout au long de l'année et ils associeront, de la même façon, le patrimoine religieux, historique ou naturel, à une expression artistique ou intellectuelle, dans un esprit de convivialité.

« Nous espérons que la démarche s'étendra rapidement à l'ensemble de la Corse »

Avez-vous déjà été contacté par des chefs d'entreprises favorables à votre initiative ?

Tout à fait. Quelques entreprises locales ont choisi de jouer le jeu et nous ont donné des réponses positives. Une banque adhère également à notre action. Nous espérons maintenant que l'élan de soutien va s'intensifier et que de nombreux partenaires vont nous rejoindre et nous accompagner dans la durée.

Ce Club des partenaires d'U Svegliu Calvese est-il cantonné à la Balagne ou bien comptez-vous élargir votre action sur le territoire de l'île ?

Ces propositions sont pensées, dans un premier temps, à l'échelle de la Balagne, mais nous espérons fortement que la démarche s'étendra rapidement à l'ensemble de la Corse, et qu'elle sera suivie par d'autres structures dans d'autres microrégions. Selon nous, la Corse traverse actuellement une période de doute et d'inquiétude notamment sur le plan économique. Avec une telle initiative, U Svegliu Calvese propose que la culture vienne irriguer les différents secteurs de nos activités.

Chaque année, U Svegliu Calvese est partenaire des Rencontres de chants polyphoniques de Calvi. La baisse des subventions allouées par la CTC est-elle susceptible de remettre en cause cet événement ?

À l'heure actuelle, rien n'est remis en cause. Toutefois, nous avons été contraints de supprimer la soirée d'avant festival et des efforts supplémentaires ont été demandés aux bénévoles et aux différents partenaires ainsi qu'aux techniciens. Depuis plus de trente ans, U Svegliu Calvese poursuit son action sans rupture avec une exigence de qualité quel que soit le public visé par les actions et l'association se refuse de travailler « au rabais ». C'est pourquoi ce Club des partenaires doit nous aider à pallier les éventuelles difficultés liées à cette baisse des subventions. Nous sommes convaincus des bienfaits de l'action culturelle dans une ville comme Calvi qui est fréquentée par de nombreuses communautés. La culture permet d'entretenir le lien social. Notre action s'inscrit dans une démarche de transmission intergénérationnelle qui doit perdurer et nous nous battrons pour cela.

Contact U Svegliu Calvese : 04.95.65.23.57

Source : http://www.corsematin.coml

informateur
Source : L'Informateur Corse nouvelle, 22/08/2014

patrimoine

"Eldorado, la fièvre de l'or"

U Svegliu Calvese, Orlando Forioso et A Truppa on présenté:
"Eldorado, la fièvre de l'or" - Photos de Jean-Marie Colonna

Bien souvent, on nous demande: "Mais pourquoi ce panneau, U Teatru, au-dessus de l'entrée de la Poudrière?"
Tout simplement, parce que tant qu'il n'y aura pas mieux, la Poudrière se parera des habits du théâtre!
C'est ce qu'ont pu comprendre les spectateurs qui sont venus à la Poudrière, le samedi 15 novembre, pour assister à la représentation de "Eldorado, la fièvre de l'or", texte inspiré de l'unique pièce écrite par Pablo Neruda: "Splendeur et mort de Joaquim Murieta".
Car Orlando Forioso, instigateur de cette nouvelle aventure du Svegliu Calvese, avait décidé de partager avec les stagiaires de "A Truppa", un voyage dans la littérature sud-américaine.
Et si Orlando et ses stagiaires se sont volontairement éloignés du texte initial, on a pu retrouver dans sa mise en scène, une des marques de cette littérature: un va et vient continu entre grotesque et tragique!
L'histoire est celle d'émigrants partis à la recherche d'une vie meilleure, à la recherche de l'or...Et peu à peu, l'or va servir de révélateur aux lâchetés, aux compromissions, à l'exclusion, aux violences, à La Violence...
"Une fable", direz-vous! Pourtant, de l'adoration du Veau d'Or, à l'attention inquiète portée au CAC 40, croyez-vous qu'il y a tant de différences?
Ce samedi, à la Poudrière, entre granit et bois, entre port et soute de bateau, entre mine et cabaret, nous nous sommes retrouvés dans les entrailles d'un monde où nous ont entraînés les acteurs de A Truppa!
C'est ça, la magie du théâtre! Et celle de la vie!
Pour ceux qui n'ont pas pu être des nôtres,nous reprendrons cette pièce début janvier; à la Poudrière, bien sûr, puisque d'ici là, il n'y aura toujours pas mieux!

Avec: Virginie Abrot, Lola Acquaviva, Claudette Albertini, Sandrine Astolfi, Marie- Blanche Carlotti, Chloe Chandes, Anne-Laure Cristofari, Emanuelle Joly, Eric Laberenne, Loic Laberenne, Maryline Leonetti,Philippe Martin, Misha Massoni, Claire Mathieu, Ghjuvan'Francescu Mattei, Jacky Quilichini, Angélique Quilici, Muriel Schmitt-Maglioli, Dévote Spinosi, Martine Vergnol.

eldorado1 eldorado1

eldorado1

eldorado1

eldorado1

eldorado1

 

 

2013

Rappel :

dvd

Le Svegliu, ce n'est pas seulement les Rencontres !

parole

dume

 

L'acide

acide acide

acide

Novembre 2013

U Svegliu Calvese communique :

Dans le cadre de A Casa Balanina di a Lingua, U Svegliu Calvese, en partenariat avec l’Aria et TeatrEuropa, organise un atelier de traduction qui sera animé par André Markowicz.
André Markowicz a traduit non seulement l’intégrale de l’œuvre de Dostoïevski, mais aussi Eugène Onéguine de Pouchkine, l’ensemble des pièces de théâtre de Gogol aux Éditions Actes Sud et, avec Françoise Morvan, l’œuvre théâtrale de Tchekhov dans son entier. Le traducteur s’attache dans chacune de ces œuvres à retranscrire les traits de la culture russe et notamment celle du XIXe siècle, période fondamentale pour la littérature russe.
L’atelier portera sur "La demande en mariage " d’Anton Tchekhov. Il se déroulera à la Poudrière du 13 au 20 décembre inclus, tous les jours de 14h à 17h. Il est ouvert aux corsophones, ou aux russophones, le nombre de participants ne pouvant excéder 15 personnes. Il est demandé aux personnes intéressées de faire une recherche sur le vocabulaire cynégétique, et de venir avec une proposition de traduction d’un extrait de leur choix (U Svegliu Calvese peut fournir le texte sur simple demande).

atelier

Renseignements et inscription : svegliu@gmail.com, ou 04 95 65 23 57 (demander Antoinette).

U Svegliu Calvese, unu di l'associ di a Casa Balanina di a Lingua, prupone, cù a participazione di l'Aria è di Teatreuropa, un attellu di traduzzione animatu da André Markowicz.

Décembre 2013

traduction


2012

Le Svegliu, ce n'est pas seulement les Rencontres !

U SVEGLIU CALVESE

Parolle Offerte 2012

Dumenica 25 nuvembre | Dimanche 25 novembre

Piazza di u Mercatu è Caffè dei Fiori | Place du Marché et Café des Fleurs

« Sapè fà, sapè dì : i piscadori calvesi »

Pè a siconda volta, a Casa Balanina di a Lingua invita tutti i passiunati di u nostru parlatu à ritruvà ne u sapore, à l’uccasione di e ghjurnate «Parolle Offerte » di u 25 di nuvembre in Calvi, di u 2 di dicembre in Pigna è di u 9 di dicembre in Olmi Cappella.

U tema sceltu hè « Sapè fà, sapè dì », ven’à dì : « usi spariti ». À U Svegliu Calvese l’hè toccu à principià u ciculu d’issi scontri. È chi pudia sceglie, U Svegliu Calvese, s’ellu ùn hè « a pesca », attività maiò di u nostru paese chì si sfrisgiuleghja à pocu à pocu, sott’à e puntate di a mudernità ?

Venite numarosi à truvà ci à nant’à u marcatu di Calvi, à partesi di 10 ore è mezu pè ride, ciarlà manghjà è, più cà tuttu, parlà di l’usi passati è di quelli à inventà !

---

Pour la seconde fois, la Casa Balanina di a Lingua invite tous les amoureux de la langue à en retrouver le goût, à l’occasion des journées « Parolle Offerte » du 25 novembre à Calvi, du 2 décembre à Pigna et du 9 décembre à Olmi Cappella.

Le thème choisi est « Savoir faire, savoir dire », autrement dit : « usages disparus ». C’est le Svegliu Calvese qui commencera ce cycle de rencontres. Et que pouvait choisir, U Svegliu Calvese, si ce n’est la pêche, qui fut une activité importante de notre cité avant de s’émietter sous les coups de boutoir de la modernité ?

Venez nous rejoindre nombreux sur la place du Marché de Calvi, à partir de 10 heures et demie, pour rire et plaisanter, manger, et surtout parler des usages passés et de ceux qu’il nous reste à inventer !

Participanti | Participants :

MICHEL ANDREANI - FIFI AUSILIA - JEROME AUSILIA - TAO BY - DOMINIQUE BARTOLI - JEAN PAUL BARTOLI - GUY BENIGNI - PIERRE BERTONI - DOMINIQUE BIANCONI - LAURENT BILLARD - FRANCOIS CANAVA MARYLINE CARDI - ORLANDO FORIOSO - FELIX GABRIELLI - LAURIANE GOYET - PASCALINE GUERINI - PHILIPPE GUERINI - JEAN NOEL GUIGLIEMACCI - DOMINIQUE GUIDONI - JEAN GUIDONI - JOELLE JARSAILLON - SANTU MASSIANI - FRANCIS NAVARRO - JEROME ORSINI - MATHIEU ORSINI - PETIT JO RICCO - ERIC VILLAIN

PRUGRAMMA | Programme

Piazza di u Marcatu
10 ore è mezu di mane
Sapè fà: i piscadori

Scontru nant'à storie è mimorie di i piscadori calvesi

Miziornu
Apperitivu di u mare

4 ore dopu miziornu
Sapè piscà …. pè Sapè dì

Pesca à u tisoru ancù i zitelli di Calvi

4 ore è mezu dopu miziornu
Sapè scucinà….

Prisintazione di pesci è sosule di cucina - Zarruli in aiolu / Aziminu / tonnu in salsa è tappani / Suppa di pesci

5 ore è mezu dopu miziornu
Sapè cuntà … storie è stalvatoghji di pesca

Ruccarellu, U vechju piscadore
Altre tistimunianze …. incù impruvisate scritte è puetiche

10 H 30
Savoir-faire …..des pêcheurs

Rencontre sur les histoires et les souvenirs des pêcheurs calvais

Place du Marché
12h
Apéritif de la mer

16 H 00
Savoir pêcher …..pour savoir dire
Pêche au trésor avec les enfants de Calvi

16 H 30
Savoir cuisiner …..
Présentation des poissons et recettes
Jarrets en aïoli / Bouillabaisse / Thon à la sauce tomate et câpres / Soupe de poissons

17 H 30
Savoir raconter …..des histoires de pêche
Ruccarellu, le vieux pêcheur
Témoignages …. Improvisations écrites et poétiques

Caffè di i Fiori
6 ore di sera
Sapè inventà ….
· Una fola di piscadori : A Barcella Incantata lettura è fiure per u prugettu di u libru pè i zitelli.

6 ore è mezu di sera
Sapè cantà …
Piscadori cantarini : prima parte

7 ore di sera
Sapè guardà …
· A mimoria - Caffè Paisanu nant’à i piscadori di Calvi

7 ore è mezu di sera
Sapè manghjà …era ora !
suppa di pesci, zarruli in aiolu, carpacciu di tonnu è ancu di più ...
inde u mentre pruiezzione di u filmu A PESCA À I ZARRULI in Calvi

8 ore sera
Sapè cantà è beie ….
Piscadori cantarini - siconda parte

Cafè des Fleurs
18 H 00
Savoir inventer ….

· Une histoire de pêcheurs : lecture et illustrations de A Barcella Incantata pour un projet de livre pour enfants

18 H 30
Savoir chanter ….
Pêcheurs chanteurs : première partie

19 H 00
Savoir regarder ….la mémoire.
· Projection de photos des pêcheurs de Calvi

19 H 30
Savoir manger …. il était temps !
Soupe de poissons, jarrets en aïoli, carpaccio de thon.
Pendant ce temps, projection d'un film LA PECHE AUX JARRETS à Calvi.

20 H 00
Savoir chanter et boire ….à Calvi
· Pêcheurs chanteurs - seconde partie

Infine... Sapè dorme : case ùn ne avete ?

Enfin...savoir dormir: vous n'avez pas de maison ?

parolle

opera

 

2010

svegliu

tiadoru

2009

U SVEGLIU CALVESE


L'Ecole du Public

Orlando Forioso en compagnie de Guidu Benigni, Marcu Biancarelli, Marie Ferranti et de nombreux acteurs, présente L'Ecole du public, dimanche 17 mai à la Librairie Black 'n Blue.
Ce cinquième rendez-vous sera consacré à la rencontre entre l'écriture et l'improvisation théatrale.  

La véritable culture, celle qui est utile,

est toujours une synthèse entre le savoir accumulé

et l’inlassable observation de la vie

Francesco Alberoni

Pace è Salute à tutti

 

Chers Amis,

Après quatre ans de gestion d’un théâtre éphémère, baptisé U Teatru, sans que les institutions ne nous aient adressé le moindre signe d'encouragement, un constat s’impose : ce fut une formidable expérience  en termes de créativité et de réponses du public. Mais cette gestion a pesé lourdement sur l’énergie et sur la capacité financière de l’association, au point qu'elle a fini par privilégier le contenant au détriment du contenu. Or, c'est bien le contenu qui est notre moteur, qui donne sens et épaisseur à notre démarche !

C’est pourquoi, U Svegliu Calvese a décidé de réfléchir à de nouveaux contenus, qui répondent aux réalités culturelles de la communauté.

A travers deux actions, L’école du Public et Caffè Paisani, U Svegliu Calvese fait de la ville entière une scène éclatée, ou mieux un "Théâtre élargi", où les cafés, les commerces, les espaces de la vie quotidienne deviennent lieux d’action et d’activités culturelles.

Le Théâtre élargi est une opération qui implique la ville, et qui met en évidence le sens et la nécessité, pour notre territoire, d’un espace culturel.

Pour que vous puissiez nous rejoindre, nous vous enverrons une information sur nos activités pour chaque trimestre :

février et mars 2009

L'école du public

Vraisemblablement pour la première fois au monde, sera créée, non pas une école pour acteurs, mais une école pour le public.

Après plusieurs années de travail théâtral, tant sur le plan de la création que de la formation, auprès du public balanin, il s'agit de creuser un peu plus le sujet: le théâtre ne doit pas être compris comme un divertissement éphémère mais comme un objet qui répond au besoin d'une communauté.

Orlando Forioso dirigera cette école du public dans laquelle seront développés des thèmes en rapport avec le théâtre, dans des espaces improbables qui correspondent aux réalités de la ville.

La première Ecole du public a eu lieu le dimanche 4 janvier : elle était consacrée à la naissance du théâtre grec.

Les deux suivantes porteront sur :

   Mystères et représentations sacrées : le rite théâtral entre place publique et église. Elle aura lieu le dimanche 1er février à 15h, Oratoire Saint Antoine Abbé.

   Le feu du Théâtre : passions, écoles et artistes.

   Art et Théâtre: l'image dans le théâtre, espace et scénographie.

Elle aura lieu à la Galerie Marie Ricco, boulevard Wilson, le samedi 28 mars.

Abonnement : (10 séances) 50 €.  Entrée : 7 €


Prochain Caffè Paisanu
 Samedi 7 février 2009 à 18 heures
Café Rex – Boulevard Wilson à Calvi

I Caffè Paisani

La langue corse n'a jamais bénéficié d'autant de considération et de moyens. Pour autant, elle semble encore bien fragile et menacée. Une des raisons de cette situation trouve, sans doute, son origine dans l'évolution de la démographie : en effet, on assiste à une augmentation sensible de la population, augmentation due au solde migratoire plutôt qu'au solde naturel.

De ce fait, le nombre de non corsophones augmente, au détriment des corsophones.


C'est dans ce contexte que nous avons décidé de créer "I Caffè Paisani" : il s'agit, sur le modèle des cafés philo, de réunir des gens dans un café de la ville, en leur soumettant des documents, photos ou films que nous aurons collectés, pour les faire réagir, raconter leurs souvenirs, parler des gens qu'ils ont connus, en somme raconter l'Histoire par des petits bouts de leurs histoires personnelles.

Les thèmes de discussion seront définis à partir des documents iconographiques que des particuliers nous ont confiés, et continuent de nous proposer. Les "Caffè Paisani" seront enregistrés : une publication en sera faite de sorte que l'on puisse avoir un état des lieux d'un Calvi en mutation.

Pas de nostalgie dans cette initiative, mais l'idée de réunir des outils sur lesquels puissent s'implanter les bases d'une culture à construire.

Un premier Caffè Paisanu a eu lieu le samedi 3 janvier au Bar l'Oasis, dans l'enthousiasme et dans une belle convivialité.

Les prochains Caffè Paisani auront lieu :

   le samedi 7 février à partir de 18h au Café Rex, boulevard Wilson. Le thème sera : les commerces de la ville.

   le samedi 7 mars à partir de 18h. Le thème sera : Fêtes et saisons.

   le dimanche 29 mars à partir de 18h. Le thème sera : les Fêtes pascales.

Entrée libre.

N'hésitez pas à nous contacter pour nous demander tout renseignement qu'il vous paraîtrait utile de nous demander, pour nous faire vos suggestions, vos propositions, ou pour nous prêter des documents ou photos ayant trait à Calvi.

Nous serons heureux de vous retrouver pour de nouveaux moments riches d'échanges et d'amitié.

Jean-Temir Kerefoff

 

Information de dernière minute!

En raison d’une indisponibilité

de l’Artiste Enza Pagliara,

le stage de musique organisé les
vendredi 30,  samedi 31/01 et le dimanche 1er/02 2009

est reporté à une date ultérieure.

Stage musique, théâtre et danse

 
à la Poudrière, Citadelle de Calvi

Les vendredi 30 et samedi 31/01

et le dimanche 1er/02 2009

Enza Pagliara et Orlando Forioso animeront un stage sur "Pizzica e tamorre nei riti di possessione del Sud Italia" (danses et musiques  utilisés dans les rites de possession en Italie du Sud) .

La danseuse Emanuela Verdetti les accompagnera dans ce parcours artistique de trois jours, qui se conclura par la présentation de l'Ecole du Public à l'Oratoire Saint Antoine, le dimanche 1er février à 15h,

Horaires:

-         vendredi 30 janvier de 17h à 20h

-         samedi 31 janvier de 16h à 20h

-         dimanche 1er février de 11h à 13h

 Coût du stage: 50€

Enza Pagliara, que l'on a pu voir à Calvi dans plusieurs éditions des Rencontres de Chants Polyphoniques, soit avec le chanteur napolitain Marcello Colassurdo, soit avec la formation Assurd, est une des voix les plus intéressantes de la scène musicale de la région du Salento, dans les Pouilles.

Elle a exploré "le chant paysan" de Salento, aussi bien que les chants de la tradition italienne et même la musique du Moyen Age, dans une discographie importante et éclectique.

En moins de dix ans de carrière, elle a partagé la scène avec des artistes aussi divers que Giovanna Marini, Stewart Coppeland (ex Police), Noa , Nuova Compagnia di Canto Popolare, Lucilla Galeazzi, ou Eugenio Bennato.

Sa voix "archaïque" plonge ses racines dans la tradition populaire, et elle se nourrit des sonorités de la culture orale de l'Italie méridionale.

logo

 

U SVEGLIU CALVESE

La Poudrière   BP 37

20 260 CALVI

 

Tél : 04 95 65 23 57  

Fax : 04 95 65 41 54

 

E-mail : svegliu@wanadoo.fr

 

Dimanche 1er février 2009 À 15h

À l'oratoire Saint Antoine Abbé

dans la Citadelle de Calvi

Scola di u pubblicu

Ecole du public

Scuola di publico

Le rite théâtral à travers rues, places et églises:

Représentations sacrées et représentations profanes

Orlando Forioso, et un "invité surprise",  accueilleront les participants à l'Ecole du Public, pour partager avec eux, un intense moment de réflexion et de spectacle, consacré aux rapports que le théâtre entretient , à la fois, avec le sacré et le profane.

A la suite de la première rencontre qui portait sur le théâtre grec et Dyonisos, des exemples seront proposés, exemples qui permettront de comprendre le passage du théâtre classique au théâtre populaire. Ce théâtre populaire a occupé une grande place en Corse et en Méditerranée, devenant par moments le théâtre par excellence.

De surprises en textes récités, seront parcourues les étapes qui ont conduit aux différentes Passions crées par U Svegliu Calvese. Ce passage du sacré au profane, sera également illustré par un documentaire sur les rites d'exorcisme pratiqués dans les Pouilles. Un document rare, d'une grande force dramatique, où la musique et les rituels de vie deviennent spectacle.

Enfin, Orlando Forioso, racontera la naissance du bouffon telle que l'a écrite Dario Fo.

Un invité surprise, un documentaire rare, l'histoire des Passions, Dario Fo...Voilà de quoi aiguiser la curiosité, non?

Les prochains rendez-vous auront pour thèmes:

-    Le feu du théâtre : passions, écoles et artistes : amateurs ou professionnels?

-   Art et Théâtre: l'image dans le théâtre, espaces et décors :
 comment construit-on un théâtre?

svegliu

Le prochain Caffé Paisanu se tiendra le samedi 7 mars à partir de 18h au Bar A Macagna, rue Alsace Lorraine.

Ce Caffé Paisanu sera consacré à :

« Fêtes et Saisons »

 theatre

 

Pour une salle de spectacle !

Les membres des différentes associations culturelles de Calvi demandent depuis des années la création d'un lieu de spectacles : pour des raisons pratiques, économiques, et parce qu'elles pensent que c'est la seule façon d'implanter une action à long terme.
Cette position est, sans nul doute, partagée par une grande partie de la population permanente.
Et sans doute, les élus y sont-ils sensibles puisque la communauté de communes de Calvi a lancé une étude pour laquelle elle a missionné un cabinet d'études spécialisé, qui nous a consultés.
Pour autant, le jour où la communauté de communes de Calvi sera dotée d'une salle de spectacles, les problèmes du Svegliu Calvese seront-ils résolus ?
Assurément, non. Bien sûr, nous pourrons demander à louer la salle, selon le règlement qui sera établi, chaque fois que nous en aurons besoin.
Mais qu'en sera-t-il des ateliers, des répétitions, de la création et de la professionnalosation des jeunes artistes ?
Nous avons pu vérifier, à l'usage, les bienfaits d'une salle et les progrès qu'elle pouvait amener aussi bien dans la réflexion et la défintion des objectifs que dans l'action elle-même. Nous avons pu aussi constater les limites, les contraintes et les coûts qu'entraîne l'utilisation temporaire de ce lieu.
Dans tous les cas, après maints débats, maintes tergiversations, nous avons décidé de nous porter acquéreurs de ce lieu que nous avons baptisé "U Teatru", mais que les Calvais appellent plus communément "Weldom", puisque c'était effectivement un magasin de bricolage à cette enseigne.
Les propriétaires qui, jusqu'à ce jour continuent à nous le prêter, nous encouragent dans notre entreprise.
Nous savons que nous aurons à faire face à un investissement important, d'autant que nous n'avons ni la vocation, ni les compétences d'un agent immobilier.
C'est un local qui présente de multiples avantages :
- il est situé à peu près à égale distance de Champeau et de la Gendarmerie qui peuvent être considérés comme les extrémités du Calvi urbanisé;
- il bénéficie du parking de la gare;
- il dispose d'une belle superficie;
- il peut être utiisé dans un premier temps sans avoir à faire de gros investissements;
- il est proche des écoles et du collège;
- il peut ramener la vie dans une ville qui meurt 6 mois de l'année.
Si l'inquiétude face à ce défi existe, elle est contrebalancée par les perspectives qu'offrirait l'acquisition de ce lieu : les retombées s'en feraient sentir au sein de l'association bien sûr, mais aussi, sans nul doute, sur Calvi tout entier.
Pour que Calvi, et les Calvais, bénéficient d'un espace culturel auquel ils ont droit, venez nous rejoindre !

Pour souscrire :

Téléchargez le bulletin de souscription ou contactez U Svegliu Calvese.
Tél : 04 95 65 23 57  Fax : 01 95 65 41 54  E-mail : svegliu@wanadoo.fr


teatru


  Communiqué -  Communiqué -  Communiqué

U Svegliu Calvese Communique:

U TEATRU – Avenue de la République – CALVI

Vendredi 28 mars à 21h

NOTTE BLUE  TRIO - Concert

Dégustation de Chants Corses à la sauce Notte Blue

Vous prenez des ingrédients bien de chez nous:

Quelques chants en langue corse issus de la tradition ou péchés dans d'autres mers. Vous les servez sur une voix trempée dans du jazz. Ajoutez une basse et une guitare bien fermes et vous assaisonnez le tout de percussions délicates.

Tout cela est mélangé tranquillement, sans se presser pour obtenir une ambiance épicée et sereine  évoquant les chaudes soirées d'été.


Réservations :

U SVEGLIU CALVESE La Poudrière, Citadelle B.P. 37 20260 CALVI      

Tél : 04 95 65 23 57 Fax : 04 95 65 41 54

Mail : svegliu@wanadoo.fr

 

notte


Antoinette, Jean-Noël et Thomas vous invitent à goûter avec eux cette recette où se la chanson Argentine et du Jazz.

Antoinette d'Angeli: Voix

Jean Noël Guglielmacci: Guitare et Basse

Thomas Moscardini: Percussions

Prix d'entrée : 12 € (tarif réduit: 7 €)

Photos et affiche : Jean Marie Colonna


Photos : Paul Parenti
hiver

2007

mariejo

26 mars 2007 : Assemblée Générale du Svegliu Calvese

ag
Corse-Matin du 27 mars 2007
passione
Corse Matin du 1er avril 2007

Ce pourrait être le titre d'une de ces comédies "à l'italienne", qui ont fait notre bonheur dans les années 60 !

Ce pourrait… mais ce n'est pas ça ! C'est juste un nouveau concept de spectacle organisé par TeatrEuropa dans le cadre du projet Interreg, "FESTA", qui a vu notre Truppa aller des scènes de Sardaigne à celles de Livourne, tandis que nous accueillions, dans notre encore éphémère "Teatru", Gattomammone, Principe Ginò et autres personnages de la tradition des contes sardes!
Aujourd'hui, voici la dernière étape de ce voyage dans le Monde de la Littérature et du Théâtre : une Histoire de la Littérature Italienne (Storia della Letteratura Italiana, ode a Ernesto Bignami), présentée par la Compagnie "La Botte e il Cilindro", conçue, écrite, mise en scène et interprétée par Sante Maurizi.
Comme nous, vous vous demandez sans doute qui est cet Ernesto Bignami, dont la réputation n'a pas traversé les frontières ? Eh bien ! c'est un grand humaniste, que l'on pourrait comparer à notre "Bescherelle", de ceux dont on ignore tout, mais qui viennent au secours de milliers d'élèves, en proposant ces petits ouvrages qui ont réponse à tout !

Point n'est besoin de s'échiner sur des règles de grammaire rébarbatives ou sur des conjugaisons compliquées: brandissons notre Bescherelle! En Italie, ils brandissent leur Bignami, lequel a poussé la générosité jusqu'à concevoir des livres qui résolvent tout, absolument tout! Heureux élèves ! Voilà l'esprit qui anime Sante Maurizi lorsqu'il nous propose cette histoire de la littérature italienne, une histoire dont on gommerait tout l'aspect fastidieux pour n'en garder que le suc, ce qui véritablement donne du plaisir: car la lecture n'est pas que cet exercice obligatoire auquel sont soumis tous les élèves. C'est aussi cet exercice obligatoire auquel il faut se soumettre, pour pouvoir ensuite expliciter ses choix, les hiérarchiser et les exprimer. En toute liberté et avec plaisir.

Et les spaghetti dans tout cela, que faisons-nous des spaghetti ? Eh bien ! S'il faut avaler du café pour digérer la philo dans les "cafés-philo", pourquoi ne pas accomoder la littérature italienne avec des spaghetti?

C'est pourquoi, nous vous donnons rendez-vous : - soit à 20h au restaurant A Candella pour une spaghetti–party, suivie du spectacle de Sante Maurizi chez Tao à 21h 30, - soit directement chez Tao à 21h 30, pour le spectacle sans les spaghetti. Non, les spaghetti seulement , sans le spectacle, ce n'est pas possible! N'insistez pas, je vous dis que ce n'est pas possible!

N'oubliez pas de réserver: il n'y en aura pas pour tout le monde ! (des spaghetti, bien sûr!)

Renseignements & réservation:
U Svegliu Calvese – Tél: 04 95 65 23 57- Fax: 04 95 65 41 54

E-mail: svegliu@wanadoo.fr

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

separateur

Haut de page   Accueil     Page précédente  En savoir plus   Mentions légales

Corsicamania, l'annuaire des sites corses

Valid XHTML 1.0 Strict