Quadernu / Carnet d'adresses

Des artistes, des artisans, des boutiques, des restaurants…

… en Corse, à Paris et ailleurs

Dernière mise à jour : 02/09/2021

Vous êtes ici : Corse/ Adresses
Art, artisanat
Disques
Librairies
Produits corses
Restaurants
Hébergements
La Corse sur le continent
Sites internet

Art et artisanat

Jocelyne BOYER / Vetrarte

Après avoir été 14 ans responsable de la Casa di l'Artigiani de Pigna, au contact des artisans locaux et sensibilisée au travail créatif, Jocelyne Boyer a décidé de se consacrer à sa passion : le travail du verre. Elle vient de créer (début 2015) son atelier "Vetrarte" et propose une gamme d’objets et éléments de décoration, des luminaires et réalise des pièces sur commandes.

vetrarte vetrarte

vetrarte  vetrarte

Hervé QUILICHINI

Ce sympathique imprimeur graveur installé dans l'ancienne école du village de Pigna propose des œuvres qu'il faut absolument découvrir.



Jacky QUILICHINI

Toujours à Pigna, un artisan potier.


A CASA di l'ARTIGIANI de PIGNA

cc

Incontournable, a Casa di l'Artigiani de Pigna !

On y trouve bijoux (notamment des yeux de Ste Lucie), disques, poteries (de Pierre Poidvin notamment), livres, instruments de musique, etc.
Accueil très chaleureux.
artigiani

Atelier CODOLINA

Céramiques Raku, poteries en grès, Catherine d'Angeli propose de belles créations originales. Elle vous accueille dans son atelier de Santa Reparata.

codolina

Pierre POIDVIN

Un artiste de la terre cuite, proposant des créations très originales : d'énormes sculptures évoquant les entrailles de la terre, des sortes de citadelles imaginaires, des boîtes et coffrets de toutes les dimensions, des lampes...

Poidvin
A Grotta, sa boutique de la rue du Roi de Rome à Ajaccio, a disparu, mais on trouve encore ses oeuvres dans certaines Case di l'Artigiani.

"SOLE ARTE" à Venaco


Inaugurée le 15 juin 2013, la “ Caverne –Atelier ” Sole Arte a ouvert ses portes au cœur de la Corse à Venaco, sur la route nationale 193 qui relie Bastia et Ajaccio.

Laura Sansonetti qui a investi et repensé une des caves de son village, y expose ses créations aux côtés d’autres artistes et artisans, pour la plupart installés en Corse et dont les œuvres ont fait l’objet d’une sélection artistique minutieuse et originale.

Les peintures côtoient la ferronnerie d’art, les pierres sculptées, la céramique, les luminaires et les bijoux. Et au gré des saisons et des inspirations, de nouvelles créations viennent s’y ajouter ou remplacer celles déjà acquises. A noter que toutes les pièces sont uniques.

Restant ouverte tout au long de l’année la galerie Sole Arte est devenue incontournable pour qui s’intéresse à l’art et à la création.

Il suffit de sonner et Laura Sansonetti qui exerce dans son atelier situé juste au-dessus se fera une joie de vous faire découvrir l’antre des artistes.
Si vous venez de loin, il est préférable de téléphoner au 06 22 15 16 00 pour annoncer votre visite.

A Sulia Serraggio - 20231 Venaco (à 11 km de Corte sur la Nationale 193). Parking.
Tel. 06 22 15 16 00.

laura

Le Parc de SALECCIA



Entre Ile-Rousse et Lozari, le Parc de Saleccia est un lieu de détente et de découverte.
A la suite d'un gigantesque incendie qui ravage la région en 1974, Bruno Demoutier décide de reconstituer un espace végétal. Il regreffe des centaines de rejets d'oliviers et constitue des collections végétales.

Au gré de la visite du parc, on traversera les chemins du maquis, où l'on peut découvrir arbousiers, myrtes, immortelles..., les chemins de l'olivier, rassemblant plus de 100 variétés, l'espace Méditerranée, la vallée des lauriers-roses, le sentier romantique et enfin le sentier sauvage.

saleccia

Librairies

AJACCIO

Librairie la Marge
4, Rue Emmanuel Arène, 20000 Ajaccio
04 95 51 23 67

Créé en 1977 par Jean-Jacques Colonna d'Istria, « La Marge» est vite devenu un haut lieu culturel d'Ajaccio. La belle aventure a malheureusement pris fin en 1997 mais la librairie existe toujours et ses rayonnages sont toujours bien fournis.

BASTIA

Librairie les Deux Mondes
10, Rue Napoléon, 20200 Bastia
04 95 54 15 19

La librairie Les Deux Mondes était dans un premier temps située rue des Jardins. Ouverte en 2009 par Pierre Negrel et Sébastien Bonifay, son nom, « Les Deux Mondes », symbolise l’idée de rencontres, qui représente le mélange des goûts et des préférences des deux libraires, aussi différents que complémentaires, mais également la Corse et le reste du monde, ou encore le monde des lecteurs, et de ceux qui ne lisent pas encore. Depuis la mi-2012 la librairie est désormais au coeur de la vieille Ville, au 10 Rue Napoléon.

ÎLE ROUSSE

L'Alba
Rue du Général Graziani, 20220 L’Île-Rousse
04 95 60 05 28

Une petite librairie un peu à l'écart, tenue par une VRAIE libraire, où l'on peut dénicher pas mal de livres intéressants.

Disques

La situation des disquaires de l'ile est encore plus précaire que celle des libraires.…

31 août 2019

Chorus, le dernier disquaire bastiais, baisse le rideau

C'est la fin d'une époque. Pendant 27 ans, alors que les autres disquaires de la ville fermaient peu à peu leurs portes, Jean-Michel Radet est resté fidèle au poste. A 66 ans, dans sur un marché impossible pour les disquaires indépendants dans les petites villes, il a décidé de prendre sa retraite.

Dans la petite boutique, la voix chaude tellement reconnaissable de Van Morrison s'élève des enceintes.

C'est son dernier jour dans cette boutique qu'il a ouverte, qu'il pleuve ou qu'il vente durant près de trois décennies.
Alors Jean-Michel Radet, avec cet éternel petit sourire de satisfaction, a posé encore une fois sur la platine un vinyle de ce chanteur irlandais qu'il aime tant.

"C'est ce qui va me manquer le plus, s'asseoir, discuter de musique, mettre un vinyle et l'écouter. Prendre le temps..."

Autour de lui, les étagères sont pour la plupart vides. Pendant longtemps, les clients devaient adopter une chorégraphie précise pour se mouvoir sans renverser de pile de disques ou enfoncer leur coude dans les reins du voisin.
Ne restent que aujourd'hui quelques DVD, des CD et des 33 tours, qu'examine une poignée de clients aux cheveux aussi grisonnants que le gérant de Chorus. L'un d'eux est passablement dépité par la fermeture de la boutique "Les disquaires que j'ai connus, il y a quelques années, étaient comme Jean-Michel. Ils connaissaient toutes les musiques, ils étaient capables de nous renseigner sur tout. Maintenant, c'est plus pareil. Et c'est bien dommage."

"Il nous reste internet. Malheureusement."

Un peu plus loin, un autre client opine du chef : "C'est ce qui va me manquer le plus, pouvoir se retrouver dans un endroit, s'asseoir, et discuter calmement de musique, pendant des heures...Passer un vinyle, et prendre le temps de l'écouter"...
Un troisième part avec deux vinyles sous le bras, l'air pas vraiment plus joyeux. "Je crois que je vais être obligé de faire comme tout le monde... Il nous reste Internet. Malheureusement." Ces clients, nostalgiques, parlent d'un temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître.
Avant internet, le streaming, Spotify et la dématérialisation.

Pour la première fois, il n'y aura plus de disquaire à Bastia

Un temps où chaque fois que l'on prenait le bus pour se rendre chez Chorus, on avait le cœur un peu plus battant que d'habitude, en espérant que le disque de Jeff Buckley dont on avait lu la critique dans Rock'n'Folk, et sur lequel on fantasmait depuis un mois, était enfin arrivé... Bastia, en ce temps-là, était le paradis pour les amateurs de disques. Et le CD était roi.
Et pour celles et ceux qui voulaient acheter Brothers In Arms de Dire Straits ou le nouveau tube des Innocents, il n'y avait que l'embarras du choix.

Menghi et Marquet, côte à côte, avenue Maréchal Sebastiani, 2B Musique, sur le Marché, et Catani, sur le Boulevard Paoli.
Sans parler de l'incontournable disquaire Blanc, qui tenait le haut du pavé il y a un demi-siècle, et dont celles et ceux qui l'ont connu parlent encore avec émotion. Certains ont fermé, d'autres ont ouvert, mais peu importent les modes et les évolutions techniques des supports, il y a toujours eu, au centre-ville de Bastia, des boutiques spécialisées dans la vente de disques.
Jean-Michel se rappelle de cette époque dont il a été témoin, dernier des Mohicans, de la disparition.

"On était cinq disquaires à Bastia, et on travaillait mieux à l'époque, malgré la concurrence, que moi, tout seul, aujourd'hui. A Chorus on a tenu parce que l'on faisait des imports, on passait beaucoup de commandes, mais depuis près de vingt ans, et l'arrivée d'internet, c'était très difficile".

27 ans d'existence

Jean-Michel parlait de prendre une retraite bien méritée depuis des années. Sans jamais parvenir à trouver un repreneur.
Alors finalement, à 66 ans, il a décidé de jeter l'éponge, et d'arrêter. Même si personne ne prendra la suite. Et si l'endroit, bientôt, deviendra certainement une boutique de réparation de téléphones ou de lunettes de soleil.

Ce soir, à 19 heures, quand Jean-Michel baissera une dernière fois sont grinçant rideau sur la vitrine de Chorus, il n'y aura plus de disquaire à Bastia. Pour la première fois.


Chorus ferme
Intervenants - Jean-Michel Radet Disquaire Equipe - MACINEIRAS Lisa BANSARD Daniel Wislin Stéphane

Alors, où trouver des disques en Corse ? Petite liste :

AJACCIO
- Vibrations rue Fesch
- Espace culturel Leclerc Baleone
- Fnac Aiacciu
- Fnac Atrium
- Carrefour Finusellu

CORTE
- Musica vostra

ÎLE ROUSSE
- Librairie Ambrogi
- Leclerc

CALVI
- La maison de la presse

BASTIA
- Leclerc Fangu
- Leclerc Grand Bastia Furiani

ALISTRU
- Leclerc

GHISONACCIA
- Leclerc

PORTO VECCHIO
- Leclerc

Produits corses

A LOGHJA


En plein coeur de Calvi, une bonne adresse de produits corses, notamment pour la charcuterie. Ici, pas de saucisson d'âne, mais du vrai saucisson de montagne, de la coppa, du lonzu et le fin du fin : de la vuletta (joue de porc) ! Les deux jeunes commerçants connaissent et aiment visiblement leurs produits.


a loghja

Bianc'& Neru

bianc

Il n'y a pas que les produits de l'agriculture ! Patrick Danesi, dans la lignée du Riacquistu, a créé un univers graphique à travers la mise en place de la marque textile, distribuée dans toute la Corse. Le blanc et le noir, c’est l’identitaire à travers les couleurs de la bandera (le drapeau corse) et c’est aussi l’universel qui s’exprime par les couleurs de l’humanité. A découvrir en Balagne et aussi sur le net. C'est ici : http://www.biancu-neru.com/

Les vins de Corse

La Corse et le vin, une longue histoire... La tradition viticole remonte à l'antiquité. Bien avant les Grecs, on recueillait déjà les grappes de raisin alors que la vigne poussait à l’état sauvage. Bien plus tard, cette plante sera mise en culture. La viticulture débute en Corse dès le VIe siècle avant notre ère avec l'arrivée des Grecs, puis elle est développée plus intensivement par les Romains. En 35 avant J.C., Virgile évoquait déjà les qualités du vin de Balagne, couleur de rubis et agréable au goût.
Ce furent les ordres religieux qui redonnèrent une impulsion à la viticulture durant tout le Moyen Âge.
Aux XVIIIe et XIXe siècles, la viticulture corse connaît un développement spectaculaire. Entre 1788 et 1896 sa production fait plus que doubler, et l'île peut facilement exporter vers la région parisienne grâce à l'arrivée du chemin de fer à Sète. Mais à la fin du XIXe siècle, les dommages causés par l'oldium et e phylloxéra sont une catastrophe économique et la production s'effondre. La Grande Guerre parachève le déclin et cinquante ans s’écoulèrent avant que la viticulture insulaire redevienne un véritable secteur économique. Au début des années 1960, avec l'installation en Corse de 17 000 rapatriés d'Algérie, la viticulture corse va être relancée, mais de manière quasi industrielle, avec la plantation de cépages à gros rendements sur près de 14 000 hectares. Peu à peu les vins corses prennent la place occupée par les vins de table algériens dans une gamme de vins de table à petit prix et de qualité plus que modeste.
Les ventes de vins de table s'effondrent à partir des années 1970 et la viticulture corse perd les deux tiers de ses vignobles.

Mais, dès le début des années 1990, des viticulteurs commencent à réagir et prônent la qualité.

Aujourd'hui les viticulteurs corses continuent de développer une démarche «Qualité» et privilégient la sélection et l’amélioration des cépages locaux en faisant appel aux technologies les plus récentes pour bonifier leur production.

Le vignoble corse s'étend tout autour du littoral de la Corse, sur des terrains granitiques (sud et ouest), sur des schistes (est et nord), ou sur des terres calcaires. C'est une terre méditerranéenne baignée de soleil et de chaleur souvent tempérée par la mer toujours très proche.

Les cépages sont le Paga Debiti, cépage blanc, sans doute le plus vieux de Corse, le malvoisie à gros grains, le Nielluccio, cépage rouge ressemblant au Sangiovese de Toscane, le Sciacarello, le Vermentino, et aussi le Carcajolo blanc, le Carcajolo noir, le Bianco gentile et l'Aleatico.

vins

La Corse compte aujourd’hui 9 Appellations d’Origine Contrôlée (A.O.C.) :

• 2 Appellations principales : « Ajaccio » et « Patrimonio ».
• 5 Appellations de type « villages » : « Vin de Corse »
  - AOC Corse « Calvi »
  - AOC Corse “Sartène”
  - AOC Corse « Figari »
  - AOC Corse « Porto-Vecchio”
  - AOC Corse “Coteaux du Cap Corse”
• 1 Appellation de type régional : « Vins de Corse »
• 1 Appellation pour les vins doux naturels (VDN) :« Muscat du Cap Corse »

Quelques producteurs :

N.B. Cette liste n'est pas exhaustive et reflète simplement l'étendue de mes connaissances en la matière. Que les producteurs non cités veuillent bien m'en excuser.

A.O.C. Patrimonio :

Les collines s’y enchevêtrent, abritant du vent les vignobles qui reçoivent toutes feuilles déployées le chaud soleil d’ouest. La vigne y pousse depuis toujours, sur des sols de qualité. Les vignerons y ont développé un savoir-faire ancestral. Ces vins, d’une grande noblesse, traduisent à merveille les signes particuliers des grands cépages corses.

Domaine Giudicelli - Giudicelli Liobard Muriel
Lieu dit Morta Piana, 20232 Poggio d’Oletta
Tél/Fax : 00.33.(0).4.95.35.62.31
muriel.giudicelli@wanadoo.fr

Domaine Orenga de Gaffory - Orenga de Gaffory Henri
Morta Majo, 20253 Patrimonio
Tél : 00.33.(0).4.95.37.45.00
contact@orengadegaffory.com
www.orengadegaffory.com/

Clos Teddi - Poli Marie Brigitte
Casta, 20217 St Florent
Tél : 00.33.(0).6.10.84.11.73
clos.teddi@orange.fr
www.closteddi.com

Yves Leccia Vigneron - Domaine E Croce
Lieu dit Morta Piana, 20232 Poggio d’Oletta
Tél/Fax : 00.33.(0).4.95.30.72.33
leccia.yves@wanadoo.fr
www.yves-leccia.com


A.O.C. Calvi :

Un climat tempéré, de rares gelées, un vent puissant qui assainit la terre, et voici la vigne dans sa plus belle expression. Elle ressemble à un beau jardin sagement cultivé. Les vins sont à l’image du vignoble : droits, d’une grande honnêteté, avec une pointe de caractère rebelle pour qui sait les apprécier. Une personnalité qui fait tout leur charme.

cc
Domaine d’Alzipratu
- Acquaviva Pierre
20214 Zilia
Tél : 00.33.(0).4.95.62.75.47
alzipratu@wanadoo.fr
www.domaine-alzipratu.com

Domaine Camellu - Villanova Bernard
4 place prince Pierre, 20214 Calenzana
Tél : 00.33.(0).4.95.33.34.12
camellu@wanadoo.fr
www.camellu.com

Clos Culombu - Suzzoni Etienne
Chemin San Pedro 20260 Lumio
Tél : 00.33.(0).4.95.60.70.68
culombu.suzzoni@wanadoo.fr
www.closculombu.fr

Lire le reportage de "Paris sur la Corse" :
http://paris-sur-la-corse.com/clos-culombu-reference/


cc
Enclos des Anges - Spurr Richard
Chemin de la Signoria, Route de Bonifato 20260 Calvi
Tél: 00.33.(0).6.19.85.16.39 / 00.33.(0).6.20.26.31.70
richard@enclosdesanges.fr

Clos Landry - Paolini Cathy
Route de l’aéroport, 20260 Calvi
Tél : 00.33.(0).4.95.65.04.25
closlandry@wanadoo.fr

Le Clos Landry de Calvi, un domaine toujours plus "nature"

Par: Serena Dagouassat
Publié le: 02 septembre 2021
Dans: Corse Matin

Les vendanges ont débuté en début de semaine dernière.
Les vendanges ont débuté en début de semaine dernière.
OLIVIER HUITEL / CRYSTAL PICTURES

Malgré une production légèrement moins abondante que l'année dernière, la qualité devrait être au rendez-vous pour cette cuvée 2021. Très attaché aux traditions et à la protection de l'environnement, Marc Paolini souhaite maintenant se lancer dans l'agroforesterie d'ici 2023

Situé à quelques encablures de l'aéroport Sainte-Catherine, le Clos Landry s'étend sur 25 hectares de vignes. Une véritable entreprise familiale, créée en 1905, qui perdure depuis de nombreuses années. Marc Paolini incarne la cinquième génération de vignerons à s'occuper du domaine, avec sa mère. À 30 ans, ce passionné de viticulture perpétue la tradition tout en se tournant vers une meilleure préservation de l'environnement.

C'est en 1976 que le Clos Landry réussit à se démarquer des autres domaines viticoles grâce au rosé gris. Au fil des années, différents cépages sont plantés, comme le Sciacarello, le Nielluccio, le Vermentino ou encore le Cinsault.

Le Clos Landry abrite essentiellement des cépages insulaires.
Le Clos Landry abrite essentiellementdes cépages insulaires. OLIVIER HUITEL / CRYSTAL PICTURES

« La production correspond généralement à 50 % de rosé, 30 % de rouge et 20 % de blanc, explique Marc Paolini. Notre but est également de développer des cuvées un peu plus gastronomiques qui se conservent davantage dans le temps. Nous sommes actuellement sur une capacité de 100 000 bouteilles à l'année dont 90 % sont vendues sur le territoire insulaire. »

À partir du millésime 2021, la production du Clos Landry sera certifiée en viticulture biologique. Une nouvelle étape qui permet à Marc Paolini de poursuivre ses engagements concernant la préservation de l'environnement.

« Nous nous intéressons également beaucoup à la biodynamie. Nous fabriquons aussi du purin d'orties pour alimenter les vignes ou encore des infusions de cactus pour protéger les raisins du soleil. La viticulture biologique sera la norme d'ici quelques années. Il est donc à mon sens important de développer ces nombreux aspects qui apporteront à la vigne un gage de qualité. » Depuis quelques jours, le Clos Landry vit au rythme des vendanges.

Avec une semaine de retard par rapport à l'année dernière, la production devrait néanmoins être de qualité pour cette cuvée 2021. Dès six heures du matin, les vendangeurs parcourent les nombreux hectares du domaine et ramassent le raisin à la main. Une tradition qui s'apparente également à une période de fête et à un moment de partage.

Une quinzaine de vendangeurs sont venus prêter main-forte durant cette période.
Une quinzaine de vendangeurs sont venus prêter main-forte durant cette période.
OLIVIER HUITEL / CRYSTAL PICTURES

Perpétuer la tradition

« Nous avons commencé les vendanges il y a huit jours par la récolte du Sciacarello qui dispose d'une pellicule assez fine et arrive à maturité beaucoup plus rapidement que les autres cépages. Cette année, la fraîcheur de l'hiver et la sécheresse de ces trois derniers mois ont légèrement retardé le début de la récolte. Nous démarrons les vendanges aux alentours de six heures du matin et nous terminons vers midi. »

Une fois la récolte achevée, plusieurs étapes sont nécessaires afin d'obtenir une cuvée de qualité. Quand la remorque est chargée, Marc Paolini se dirige au quai de réception afin de remplir le pressoir.

« Cette étape dure généralement aux alentours de deux heures. Le raisin pressé descend dans une cuve où nous sélectionnons uniquement les premiers jus. Nous mettons ensuite la cuve au froid pour aspirer le jus clair et procéder à l'étape de fermentation. » Au Clos Landry, les vendanges dureront encore une dizaine de jours.

domaine
Le domaine s'étend sur plus de 25 hectares. - OLIVIER HUITEL / CRYSTAL PICTURES

Une viticulture tournée vers l'avenir

Parmi les projets engagés par Marc Paolini, le développement de l'agroforesterie reste l'un de ses principaux objectifs. En effet, d'ici 2023, sur la route menant au village de Montemaggiore, trois hectares seront dédiés à ce mode d'exploitation.

« Il s'agit de parcelles un peu plus éloignées du littoral et donc plus fraîches, souligne l'œnologue Christophe Wagner. Le but serait de planter autant de vignes que d'arbres afin non seulement de protéger les raisins du soleil et de la chaleur mais également d'obtenir un sol plus fertile grâce au bois qui devrait nourrir les différentes parcelles. » Grâce à ce projet plutôt ambitieux, l'objectif est également de reconstituer un système forestier qui s'apparente à une boucle écologique.

main
Depuis plusieurs générations, la récolte du raisin s'effectue à la main. 
OLIVIER HUITEL / CRYSTAL PICTURES

« Grâce à ce nouveau concept, nous arrivons à un phénomène d'autofertilisation ainsi qu'une synchronisation entre les différentes espèces, l'arbre et la vigne se nourrissant mutuellement. Dans ce projet, il est aussi question d'introduire des arbres fruitiers afin, pourquoi pas, de proposer à notre clientèle des produits dérivés et ainsi accentuer notre diversité. »

Une viticulture tournée vers l'avenir et vers l'écologie qui permettra à cette nouvelle génération de vignerons de se démarquer des autres domaines viticoles.

cc
Domaine de la Figarella / A Ronca
Route de la forêt de Bonifato
20214 Calenzana
Tél : 04 95 61 06 69
domainefigarella@wanadoo.fr / aronca@orange.fr
http://www.domaine-figarella.com

En direction de la forêt de Bunifatu, s’étendent les 24 hectares du Domaine de la Figarella. Achille Acquaviva y exploite depuis 1980 une partie des terrains familiaux et d’autres acquis au fil du temps. Si la reprise d’exploitation était évidente, « le travail des terres est pour le moins contraignant ! » admet volontiers le vigneron expérimenté, mais ce métier est aussi « passionnant de par cette nécessité indispensable d’adaptation permanente au terroir, au goût du consommateur, à la vente. » S’adapter comme principale qualité mais pas au détriment des traditions !

Le père d’Achille est le pionnier, en Balagne, des plantations de greffons (toujours familiaux !) de Sciaccarellu – cépage endémique. À l’époque, la curiosité rimait avec incrédulité. L’avenir aura eu raison de cette audace ! « J’ai moi-même continué, explique Achille, à le développer car il correspond parfaitement à la région – un sol granitique au rendement moyen ­ et son potentiel est incroyable pour le rosé et le rouge ! Il faut donc faire des choix qualitatifs et bien-sûr, vous l’aurez compris, s’adapter ! » Ce qu’Achille fait à nouveau en complétant ses parcelles viticoles avec une production d’agrumes sur 12 hectares ! En vente directe, les six agrumes proposés font partie de cette diversification engagée et chérie par Achille Acquaviva.

C'est aujourd'hui Marina, petite-fille du fondateur, qui assure le suivi des vignes et des vinifications. Aujourd’hui la vigneronne œuvre dans l’AOC Calvi pour la promotion de ce terroir si particulier et si riche. Les vignes côtoient les agrumes plantés au verger et le domaine est bordé par la rivière du même nom : A Ronca.

L’encépagement s’inscrit dans une démarche de mise en avant de cépages typiquement insulaires : le Vermentino et Sciaccarello sont majoritaires sur les parcelles.
Le vignoble est tout en coteaux et sur un sol essentiellement composé d’arènes granitiques et bénéficie du rafraîchissement de la rivière en son sol.

La cave, construite en 2006, est équipée de matériels de vinification modernes (cuves thermorégulées, pressoir pneumatique …) afin de s’assurer de pouvoir respecter au mieux la qualité du raisin durant les différentes étapes de vinifications.

Le rosé "A Ronca" s'est vu décerner le "coup de cœ" de Cuisines et vins de France.

ronca ronca

Accueil : Toute l'année -
D'octobre à mai : mercredi et samedi - 15h / 18h
De juin à septembre : tous les jours sauf le dimanche
11h - 12h30 et 16h - 19h

A.O.C. Sartène :

Ici les vignes semblent être nées en même temps que les coteaux. Sciaccarellu, Niellucciu, Barbarossa,Vermentinu, ils sont tous là, les authentiques cépages corses, pour donner des vins rouges remarquablement étoffés. Les blancs, aux reflets verts magnifient les poissons de la Méditerranée.

Domaine Castellu Di Baricci - Quilichini Laurence
Vallée de l'Ortolo, 20100 Sartène
Tél : 00.33.(0).6.72.53.27.94
info@castelludibaricci.com
http://domaine-viticole-corse.com/

Domaine Fiumicicoli - Andreani Simon
Marina 2, 20110 Propriano
Tél : 00.33.(0).4.95.76.14.08
Fax : 00.33.(0).4.95.76.24.24
www.domaine-fiumicicoli.fr

Domaine Saparale - Farinelli Philippe
Vallée d’Ortolo, 20100 Sartène
Tél : 00.33.(0).4.95.77.15.52
Fax : 00.33.(0).4.95.73.43.08
contact@saparale.com
www.saparale.com

A.O.C. Figari :

Retiré dans les terres, à l’abri du clocher de Tarabucetta, le vignoble le plus méridional de Corse porte les vestiges des premiers ceps plantés à la nuit des temps. Le climat y est si rude que la vigne semble pousser à la seule force des vignerons, pour donner des flacons d’un vin d’une extrême finesse.

Clos Canarelli - Canarelli Yves
Tarabucetta, 20114 Figari
Tél/Fax : 00.33.(0).4.95.71.07.55
closcanarelli2a@orange.fr

cc

Domaine de Tanella - De Peretti Della Rocca Jean-Baptiste
20114 Figari
Tél : 00.33.(0).4.95.70.46.23
tanella@wanadoo.fr
www.domaine-tanella.com


A.O.C. Muscat du Cap Corse - Côteaux du Cap Corse :

Les vignobles y sont suspendus en minces terrasses, vertigineuses, paraissant inaccessibles au commun des mortels... mais pas au vigneron corse. Sur ce doigt fièrement planté dans la Méditerranée, le Muscat est un vin rare et délicat. Les coteaux du Cap Corse donnent des rouges de longue garde et des blancs d’une élégance sans pareille.

Clos Nicrosi - Luigi Jean-Noël
20247 Rogliano,
Tél : 00.33.(0).4.95.35.41.17
clos.nicrosi@orange.fr

A.O.C. Ajaccio :

C’est ici que naquit le Sciaccarellu, unique, cépage de haute qualité et d’un caractère affirmé !Il confère aux vins ces arômes singuliers d’amande et de cassis. Ici, les rouges ont lesépaules larges, les rosés ont de la classe et les blancs, à base de Vermentinu, ont une distinction toute florale.

Domaine Abbatucci - Abbatucci Jean Charles
Pont de Calzola, 20140 Casalabriva
Tél : 00.33.(0).6.09.88.87.85
contact@domaine-abbatucci.com
www.domaine-comte-abbatucci.com

Clos Capitoro - Bianchetti Jacques
Pisciatella, 20166 Porticcio
Tél : 00.33.(0).4.95.25.19.61
Fax : 00.33.(0).4.95.25.19.33
info@clos-capitoro.com
www.clos-capitoro.com

A.O.C. Porto-Vecchio :

Elle reçut une terre aride, plongeant vers la mer. Un univers à dominant bleu entre ciel et mer où les vignobles battus par le vent portaient des ceps robustes et fiers comme ces vignerons de Corse qui ont su travailler cet univers somptueux, mais rude. Au sud-est de l’Ile, les cépages originaux Niellucciu et Sciaccarellu s’allient au traditionnel grenache pour donner naissance à des rouges élégants et ronds, à des rosés fins et aromatiques. Les blancs, issus du Vermentinu, secs et fruités à souhait, raviront les amateurs de fruits de mer et de poissons.

Domaine de Torraccia - Imbert Christrian, Marc et Christophe
20137 Lecci
Tél : 00.33.(0).4.95.71.43.50
torracciaoriu@wanadoo.fr

A.O.C. Corse :

Adossés aux arêtes rocheuses qui n’en finissent pas de grimper face au soleil du levant, les terroirs créent une palette infinie de vignobles qui méritent chacun le détour. Issus de cet univers minéral, des vins élaborés dans la grande tradition corse, au registre aromatique complexe exhalant parfums et saveurs et dont l'originalité est toujours très recherchée.

Domaine Vico / Clos Venturi - Venturi Jean-Marc & Manu Acquaviva François
Rte de Calvi, 20218 Ponte-Leccia
Tél : 00.33.(0).4.95.47.32.04
domaine.vico@orange.fr
www.domainevico.com

 

Revue du vin France : Spécial oenotourisme Cap Corse

 

vin vin vin vin vin

Le blanc de Saparale dans un top 10 en Grande-Bretagne
14/08/2015

L'information est flatteuse. Le site internet Thedrinksbusiness.com a dernièrement cité le vin blanc du domaine de Saparale à Sartène, dans un article intitulé "Top 10 des vins dans la presse anglaise".

Critique de vins, la Britannique Rose Murray Brown a ainsi vanté le blanc de Saparale 2014. "La plupart des vermentino vendus en Grande-Bretagne ne vieillissent pas en fût de chêne, ils sont frais, nets et jeunes – idéal pour servir en tant qu'apéritifs estivaux", a-t-elle écrit dans un papier du journal écossais The Scotsman. Sa description du cru corse : "Cela me rappelle la sensation d'être couchée dans un champ de fleurs sauvages – tel un envoûtant arôme floral (...) avec une note épicée sur le palais.

C'est frais et joliment vif, tellement parfait pour servir vos amis qui ne se doutent de rien. En comparaison avec les vermentino de supermarchés, celui-ci (...) a un grand caractère. La Corse possède 800 hectares (de vermentino, NDLR). Il serait donc intéressant de voir plus d'exemples corses ici", explique la critique anglaise. Et au passage, Rose Murray Brown a félicité l'importateur Yapp brothers wine merchants : "Bien joué Yapp pour avoir trouvé celui-ci". Par ailleurs, la presse britannique mentionne, dans son top 10, d'autres vins de Sardaigne, Majorque, Australie, Setúbal et Piémont.

Plus d'informations dans Corse-Matin 14 août 

L'huile d'olive

Le Salon de l'Agriculture me donne l'occasion de présenter les huiles d'olive de Corse AOP.

Pluie de médailles pour les huiles d'olive de Corse en AOP au Concours Général Agricole !

Deux médailles d'or pour l'huile du Moulin de Punete de José Rioli, une médaille d'or pour la Coopérative Oléicole de Balagne! Une médaille d'argent pour l'Oliu Ottavi et une pour le Domaine de Vignale...
Bravo aux lauréats!

concours  ottavi

oliu balagna

Personnellement, je recommande deux huiles :

"Oru di Balagna"

oru

Je suis ORU DI BALAGNA issue d’oliviers plusieurs fois centenaires je me confond avec l’histoire de hommes. Je ne subis aucun traintement chimique de ma récolte jusqu’à ma mise en bouteille, ce qui fait de moi un pur jus de fruits 100% naturel. J’ai nourri et ensoleillé des générations d’homme. Pour m’apprécier, vous pouvez me déguster comme fond les Corses, nature sur du pain.

La coopérative oléicole de Balagne

Cette coopérative est équipée d'un matériel dernier cri, sans parler de sa capacité d'embouteillage automatisée à en faire pâlir plus d'un. La coopérative, qui compte une centaine d'adhérents, mise sur une huile haut de gamme commercialisée sous le nom « Oru di Balagna », l'or de la Balagne. Elle est issue de plusieurs variétés d'olives : sabine et germaine (endémiques) et la picholine. Elle a été régulièrement primée au Salon international de l'agriculture et a été désignée meilleure huile (rapport qualité-prix : 18 € les 75 cl) d'olive de France par le magazine 60 millions de consommateurs.

Z.A. Corbara
20256 Corbara
France

Secrets de Balagne - Le Moulin du Château

felicetu

Pierre FLORCZYK - Le Moulin du Château
Village
20225 Feliceto
06.07.77.51.26
moulin-chateau@orange.fr

Piotr prêche pour sa nouvelle paroisse : le Moulin du Château. Quel changement de vie pour cet ancien prêtre de la région balanine durant 25 ans !

Aujourd’hui, il se consacre entièrement à son métier de moulinier. En 1994, débute la plantation avec Ange-François Vincentelli des six cents oliviers à A Pieve.

Au fil des années, le domaine s’étend sur quatorze hectares et compte, après vingt-cinq ans, 4000 arbres ! Piotr propose, depuis 2015, une sélection de produits transformés comme les tapenades, façonnées dans une cuisine spécialisée à Calvi ; ainsi qu’une gamme de savons saponifiés à froid. « Ce qui est essentiel à mes yeux, confie l’ancien ecclésiastique, c’est son caractère éternel.

Dans la tradition chrétienne, l’olivier ne meurt jamais, même après un incendie. L’éternité a un sens. Et l’huile peut être produite aujourd’hui avec des machines modernes ! Mais connaissez-vous la mission sacrée du Moulin ? » conclut Piotr, énigmatique.

Depuis 12 ans, l’huile sainte est confectionnée de manière ancestrale ici à Feliceto ! »

Décidément, les Secrets de Balagne n’ont pas encore dévoilé tous leurs mystères !

Les fromages de Corse

Je reproduis ci-dessous l'article de "Paris sur la Corse":

Le fromage corse fait parti du patrimoine de l’île et des ses habitants, une terre où les bergers font des merveilles. Et même si les techniques de fabrication du fromage évoluent, les règles de vie de ces hommes et femmes sont régies de la même façon depuis des décennies et contribuent à la qualité du fromage Corse issu de leur métier. Un savant mélange entre modernité et tradition qui participe à la renommée de la gastronomie insulaire.

casgiu

La gastronomie tient une place de premier ordre en Corse.
Riche par son patrimoine, la Corse est également connue pour sa gastronomie où l’élevage et l’agriculture traditionnels fournissent, au fil des saisons, le principal de la production agro-alimentaire insulaire qui fait la réputation de la Corse. Ici l’authenticité des productions du terroir s’associe à la qualité de l’élaboration des produits. Vins, confitures, fruits et légumes font le bonheur de jeunes entrepreneurs qui associent les techniques modernes aux traditions d’un savoir-faire légué par leurs ancêtres.

Le respect du savoir faire traditionnel.   
Ce savoir-faire perdure grâce à l’exigence d’hommes et de femmes qui produisent des produits de qualité. Mais dans un contexte de production de plus en plus complexe les producteurs ont décidé de s’organiser pour mieux envisager collectivement leur avenir. C’est par exemple cas de 140 producteurs qui forment l’association Casgiucasanu qui ainsi renforcent les liens entre les bergers pour mieux se défendre et améliorer leurs conditions de travail, pérennisent et développent la production fermière en informant les consommateurs de leurs spécificités et valorisent collectivement la qualité des produits par l’obtention d’un signe officiel de qualité. Découvrez la liste des producteurs sur casgiucasanu.fr/nos-producteurs.


Le Brocciu, la star des fromages corses. 
Le Brocciu est un fromage qu’on ne présente plus ! D’appellation AOC depuis 1998, il est produit de novembre à juin. En dehors de cette période c’est de la Brousse que vous dégusterez. Le Brocciu est un fromage à base de lait de brebis et de petit lait chauffé. Ce petit lait est le liquide que l’on récupère lors de l’égouttage des fromages. Il peut être consommé frais, passu ou seccu. Il se mélange parfaitement dans les omelettes, gâteaux, pâtisseries, lasagnes, beignets. On vous recommande les recettes de l’omelette au brocciu et des cannelloni au brucciu…un pur régal !

brocciu

Il n’y a pas que le Brocciu dans la vie…des corses !l
Les fromages corses sont classés en cinq catégories  qui tiennent leur nom de leur aire de production (Bastelica, Calenzana, le Niolu, Sartène et le Vènacu). La liste est longue est alléchante. Des formages a découvrir sur le site androuet.com, maitre fromager depuis 1909, qui référence plus de 23 fromages corses.
* A Casinca – fromage Corse
* A Filetta
* Bastelica
* Bleu de Corse – fromage Corse
* Brebis de Santa Maria Siché
* Brin d’Amour – fromage Corse
* Brocciu Corse
* Calcatoggio
* Canestrelli – fromage Corse
* Chèvre d’Isolaccio
* Corsica – fromage Corse
* Fiumorbu
* Fleur du Maquis
* Pôt Corse
* Niolo
* Ricotta aux galets – fromage Corse
* Rustinu
* Sartene
* Tomme de brebis Corse
* Tomme de chèvre de Piaggiola
* U Bel Fiuritu – fromage Corse
* U Pecurinu
* Venaco – fromage Corse

fiera

La foire du fromage de Venacu. 
L’histoire est celle d’un groupe d’amis de la région du Venacais qui souhaitaient défendre l’activité pastorale et favoriser la valorisation des fromages fermiers de l’île. Pour cela ils décident de créer l’association « A Fiera di U Casgiu ». Une initiative bénévole qui est devenue un évènement majeur de la région. Elle se concrétise chaque année par l’organisation de la foire du fromage, au mois de mai, au plus fort de la production fromagère. Elle se déroule dans le village de Venaco et accueille pas moins d’une centaine d’exposants venus de toute la Corse. Un événement qui récompense chaque année les meilleurs fromage de Corse.

En savoir plus
Crédit photo – image à la une – fermedeminora.fr
Focus sur 3 fromages corses – www.cuisinez-corse.com
Association casgiusanu – casgiucasanu.fr

Fruits et légumes

cc

20/12/2020

È campà quì da u Falasorma à u Marsulinu : Jean-Luc Geronimi, agriculteur

Ecouter

Pour notre dernier jour dans le Falasorma, nous nous rendons sur l'exploitation de Jean-Luc Geronimi, maraîcher dans le Marsulinu.

jl
Jean-Luc Geronimi © Radio France - è campà quì

« Per mè u Marsulinu hè tuttu, hè u mo paese, u locu induve sò natu è induve mi sò allevatu... »

Un jardin de deux hectares dans le Marsulinu, sur la commune de Calenzana. C'est ici que Jean-Luc Geronimi s'est installé comme agriculteur il y a 5 ans.

Ancien chanteur professionnel du groupe A Filetta, le maraîcher produit des légumes, des fruits en agriculture biologique une grande partie de l'année et a créé sa marque L'ortu di babbò.

Très prochainement, Jean-Luc Geronimi va acquérir des chèvres pour faire son fromage.

30/03/2020

ortu

Le bio a le vent en poupe chez les agriculteurs balanins

Par Aude MASSIOT - 29/08/2015 Corse Matin
ortu
Les produits vendus par Jean-Luc Geronimi dans sa boutique sont tous sortis de son
"jardin" de 6 000 mètres carrés, situé dans le Marzulinu, sur la route de Galeria.
Photo Armand Luciani

Des fruits et légumes multicolores s'accumulent dans des cagettes disposées sur les étalages. De saison et frais, les produits vendus par Jean-Luc Geronimi dans sa boutique sont tous sortis de son "jardin" de 6 000 mètres carrés, situé dans le Marzulinu, sur la route de Galeria.
Jeune agriculteur, il a démarré son exploitation officiellement en mars dernier. Pour lui, pas d'hésitation il a opté pour le bio. "Je n'avais aucun doute sur le fait que je serai rentable. Et ces premiers mois m'ont donné raison", raconte l'agriculteur. Membre du groupe A Filetta jusqu'à l'été 2013, son but est de fidéliser une clientèle locale qui vit dans la microrégion à l'année.
Et grâce à sa page Facebook et au bouche à oreille, elle se fait de plus en plus nombreuse dans sa petite boutique, "l'Ortu di Babbò", installée dans une salle de l'hôtel Casa Vecchia, à Calvi. Plus qu'à la certification "Agriculture biologique, c'est à lui que ses clients font confiance pour avoir la garantie de produits de qualité.

Un mode de production qui séduit les balanins

Dans différentes filières, comme le vin, l'apiculture, les huiles essentielles, ils sont plus d'une dizaine en Balagne, comme lui, à avoir adopté les modes de production de l'agriculture biologique.
À l'échelle de la région, ils sont 286, selon l'Agence Bio, avec 10 598 hectares qui ont la certification ou sont en conversion, un faible chiffre qui place la région en bas du classement à la 18e place. Mais comparativement, ces exploitations représentent 6,3 % de la surface agricole utile (SAU) régionale, pour une moyenne nationale de 4 %. L'agriculture biologique serait même l'avenir du secteur primaire corse, selon Jean-Luc Geronimi.
Les parcelles étant souvent petites, et la terre peu fertile, garder des exploitations de taille moyenne et garantir une production locale répondrait aux attentes des consommateurs insulaires et permettrait de rentabiliser plus facilement son activité.

Des conversions qui se multiplient

En Haute-Corse, ils sont de plus en plus à s'accorder avec lui. Un huitième de la surface agricole est actuellement en conversion, cette période de trois ans qu'il faut à un agriculteur pour "nettoyer" ses terres des produits chimiques qu'il a pu utiliser auparavant avant de pouvoir afficher l'étiquette blanche et verte"AB" sur ses produits.
Mais faire de l'agriculture bio n'est pas de tout repos. "Cela demande plus de connaissances techniques pour repérer les maladies, les attaques de ravageurs et limiter au maximum les dégâts sur les cultures. Il faut aussi désherber à la main, cela demande plus de temps que pour les agriculteurs qui font du conventionnel, admet Jean-Luc. C'est ce temps et ce travail qui se retrouvent dans les prix des produits qui sont, il est vrai, un peu plus chers que les autres." Des prix que le jeune agriculteur a réussi à garder avantageux pour lui comme pour ses clients en pratiquant la vente directe. Tous les matins, de 8 h 30 à 13 heures, il tient boutique avant de partir travailler sur son exploitation.

La solution pour être rentable : la vente directe

Pour lui, sans vente directe, faire du bio n'a pas de sens. Grâce à cela, il peut discuter avec ses clients, leur expliquer son travail, leur donner des idées de recettes, ou encore leur réapprendre la saisonnalité des fruits et légumes, notion souvent perdue chez le grand public.

jl

Cela lui permet aussi d'éviter de payer des intermédiaires qui vendront ensuite ses produits en grande surface ou en épicerie fine. C'est le problème que rencontre d'ailleurs Thierry Bras, apiculteur à Lumio qui vient déposer ses pots de miel sur les étagères de l'Ortu di Babbo de son ami. "Quand on travaille avec des centrales d'achat, on est en permanence sous pression. Quand nos produits se vendent ils nous appellent sans arrêt pour que l'on continue à leur en envoyer. Mais les abeilles ne sont pas des robinets à miel. Et quand on ne répond pas à la demande, on risque de se faire remplacer par un autre fournisseur."
Pour sortir de ce cercle vicieux, Thierry espère pouvoir passer lui aussi en bio. Il avait essayé il y a quelques annés mais les produits naturels contre les poux des abeilles n'étaient pas encore assez efficaces et en deux ans, une grande partie de ses abeilles avaient été décimées. Il va sûrement retenter cette année, pour "retrouver une production à échelle humaine".

Pour Jean-Luc Geronimi, avec la fin de l'été arrivent de nouvelles cultures, et peut-être des aides publiques pour soutenir son installation en tant que jeune agriculteur, et surtout en tant qu'adepte du bio.


cc

Babbone Rossu, du citron et c’est bon

20 octobre 2018, Paris sur la Corse

L’idée de créer Babbone Rossu est née dans le jardin de la mère de Sébastien Di Franco. Quelques années plus tard, il crée Babbone Rossu et vend ses produits sur le marché de Bastia et sur commandes. Bons pour la santé, il sont à base de citrons corses non traités. Rencontre avec un entrepreneur à la barbe rousse sur Pari(s) sur la Corse.

Une entreprise, une passion, un souvenir d’enfance
J’ai créé mon entreprise il y a un peu plus de 2 ans maintenant. Avant cela j’avais repris l’entreprise familiale avec mon père que j’ai gardé une dizaine d’années mais il n’y avait pas réellement de passion. J’ai voulu créer une entreprise en lien avec un souvenir d’enfance.

Les citrons du jardin
Quand j’étais petit dans le jardin et il y avait un tas de citrons par terre et ma mère disait tout le temps : « Tous ces citrons qui tombent par terre, c’est dommage de rien en faire ! ». Cette réflexion m’a marqué et je me suis toujours dit que quand je serai grand je ferai quelque chose des citrons du jardin de ma mère.

Bon pour la santé, rempli de vitamines
Le citron est un fruit très bon pour la santé qui est rempli de vitamines. L’idée m’est venue de créer le « limonellu », une sorte de limoncellu sans alcool, et de créer aussi une crème de limonellu qui est de la pâte à tartiner à base de citrons corses non traités. Mes produits sont faits maison, principalement à base de citrons : le limoncellu sans alcool, la crème de limoncellu, le moelleux à la châtaigne.

Babbone Rossu, un hommage à mon grand-père
En même temps que je mettais au point la recette, ma compagne s’occupait du marketing et du logo de l’entreprise. On a voulu faire un logo en souvenir à mon grand-père qui avait la barbe rousse comme moi. C’est pour cela que nous nous appelons Babbone Rossu qui signifie "grand-père à la barbe rousse".

bab

On a débuté avec un stand sur le marché de Bastia
Je me rappelle, c’était l’été, et de suite ça a beaucoup plus aux locaux et aux touristes de passage. Résultat, je me suis retrouvé en panne de citrons ! Plus de stock ! J’ai dû mettre une annonce sur Facebook pour signaler que je recherchais des citrons non traités à acheter. C’est comme cela que j’ai réussi à me faire connaître et surtout à avoir des contacts pour des citrons.

Je fais tout de A à Z
De la cueillette à la préparation, à la mise en bouteille, jusqu’à la vente sur le marché. Ma compagne m’aide en plus de son boulot d’infirmière pour les étiquettes et le marketing. Je vais chercher mes citrons directement chez les particuliers ; la farine de châtaigne directement chez le producteur ; pour le reste, dans les magasins bio.

br2  br  br6  br6

En savoir plus
Facebook – Babonne Rossu
Contact – 06 24 45 17 64

De passage à Bastia, nous avons eu l'occasion de faire une halte sur le stand de Sébastien et de goûter ses excellents produits, en particulier le limonellu et la crème de limonellu, un régal !

Gastronomie

En Corse, la gastronomie prend le maquis

figaro
Par Colette Monsat - 07/05/2016

Pierre Hermé, Alain Ducasse, Mathieu Pacaud... Les grands chefs sont tous bluffés par le terroir préservé de l'île de Beauté. Depuis peu, ils interprètent avec talent ses produits d'exception.

Prosper Mérimée aura fait beaucoup de mal à la Corse. De Colomba, son héroïne littéraire, on retiendra l'esprit de vendetta mais sûrement pas les petits plats. Ou alors bien froids, comme la vengeance longuement ruminée par cette pasionaria murée dans son histoire familiale, qui plaçait l'honneur très au-dessus du bonheur. Mais ça, c'était avant. Au milieu du XIXe, dans une île de Beauté cultivant farouchement sa singularité, ses traditions et sa liberté. Une terre magnifique et sauvage où les animaux, les plantes et les hommes vivaient en quasi-autarcie, au plus près de la nature.

La Corse est la région de France qui compte le plus grand nombre d'appellations d'origine contrôlée

De fait, côté continent, on a gardé de la cuisine corse l'image de superbes produits très peu travaillés, fiers de leur simplicité: fromages, charcuteries, huiles, miels, châtaignes et légumes qui se déclinent en recettes familiales et rustiques, reflets d'un patrimoine préservé. Et il est vrai que de la soupe de fèves au fiadone en passant par les sardines au brocciu, les lentilles au figatellu ou le flan à la châtaigne, les plats ne trichent pas. Aujourd'hui, par un étrange paradoxe, la Corse est la région de France qui compte le plus grand nombre d'appellations d'origine contrôlée pour un faible nombre de restaurants étoilés: neuf au total dont un seul deux-étoiles (Fabio Bragagnolo, au Casadelmar de Porto-Vecchio, a récupéré son deuxième macaron en 2016).

Mais l'entre-soi, corollaire de l'insularité, a ses limites. Les Corses ont désormais envie de faire découvrir aux «pinsuts» la richesse de leur terroir. D'autant que les grands chefs ont déjà une longueur d'avance et s'intéressent à des produits pointus qu'ils se réapproprient. Ainsi Alain Ducasse, qui met en avant dans ses adresses des viandes et volailles d'exception, a sélectionné pour ses «Histoires (in)carnées» le veau tigre de Jacques Abbatucci.

Éleveur à Serra di Ferro, dans le golfe de Valinco, en Corse-du-Sud, ce personnage atypique, appartenant à une noble lignée de comtes depuis 1450, a repris l'exploitation familiale en 1986. Lâchant les activités touristiques, il est passé à l'élevage bio et produit en exclusivité cette race issue d'une authentique souche bovine corse (la Saïnata) que l'on reconnaît à son incroyable pelage bringé (des rayures de différentes couleurs qui font penser à celles du tigre). Céréales, foin, carburant, tout est pensé en termes de développement durable par ce passionné qui revendique pour ses veaux striés une saisonnalité du goût en fonction de leur nourriture. Sans concessions, il ne fournit que les restaurateurs, et seulement ceux qui viennent visiter sa ferme!

Parfums d'immortelle et de cédrat confit

À Soveria, petit village de montagne près de Corte, Alexia Santini a repris la confiserie Saint-Sylvestre, ouverte en 1985 par son père. Elle y a lancé une gamme de chocolats en osmose avec son terroir: «Clémentine» (pâte de fruits clémentine, enrobage chocolat au lait), «Maya» (ganache miel toutes fleurs du maquis, chocolat au lait) ou encore «Népita» (ganache infusion de népita, enrobage chocolat noir).

Pierre Hermé, déjà séduit par ses fruits confits, aiguillettes, pâtes de fruits et nougats l'a même parrainée auprès du très fermé Club des croqueurs de chocolat. Aujourd'hui, l'histoire du grand pâtissier est intimement liée à celle de l'île de Beauté. Très amoureux de sa nouvelle compagne, Valérie Franceschi (à l'initiative du festival Art'è Gustu), pour laquelle il a créé le macaron «Jardin de Valérie» aux parfums d'immortelle et de cédrat confit, il passe le plus de temps possible dans leur maison de Corse. Et s'intéresse de très près aux produits locaux. «Outre la népita, qui fonctionne bien avec le chou, ou encore l'herba barona (thym sauvage) associée au citron dans le macaron, je commence à travailler les fleurs et les feuilles de myrte.

Pierre Geronimi, maître-glacier à Sagone, devrait ouvrir courant 2016 une boutique dans le VIe arrondissement de Paris

Mais pour l'instant, je n'ai pas encore réussi à exprimer de façon satisfaisante son goût», confie-t-il. Ses recherches se nourrissent aussi des échanges qu'il entretient avec Pierre Geronimi, maître-glacier installé à Sagone, dans le sud de la Corse. L'artisan, peu disert sur ses secrets de fabrication si ce n'est qu'il n'utilise que des produits frais, sans aucun additif ni émulsionnant, fait fondre les grands de ce monde, Barack Obama et Albert de Monaco en tête, tout en fournissant des pointures de la gastronomie comme Paul Bocuse, Anne-Sophie Pic ou Cyril Lignac. Cerise sur le cornet, il devrait ouvrir courant 2016 une boutique dans le VIe arrondissement de Paris.

Ainsi s'écrit la saga de la gastronomie corse, qui renforce ses liens avec le continent par grands chefs interposés. Cet été, Mathieu Pacaud (L'Ambroisie, Hexagone, Histoires) ouvrira pendant deux mois un restaurant éphémère au sein du Domaine de Murtoli. Ce lieu d'exception, luxueusement préservé, échappe à tous les concepts hôteliers classiques avec ses 2000 hectares de terre et huit kilomètres de littoral. Là, le talentueux trentenaire puisera dans les ressources d'un terroir qu'il connaît sur le bout des doigts -sa mère est corse- pour le magnifier en y apposant sa signature.

Restaurants

U Fanale


cc

A la sortie de Calvi sur la route de Porto, Maud et son frère Anthony vous accueillent avec chaleur et discrétion.  Dans un cadre agréable, le Restaurant U FANALE (terrasse ombragée par un pin parasol, salle panoramique avec vue sur la baie et le phare de la Revellata) propose une cuisine fine et recherchée.

Ouvert de mars à décembre
(fermé le mardi midi).

Tél : 04 95 65 18 82



ufanale

fanale

Septembre 2020

La formule a complètement changé, U Fanale propose désormais une cuisine locale, simple, authentique et goûteuse. Le veau cuit à la broche, accompagné des légumes de Jean-Luc Geronimi (L'Ortu di Babbò) est un régal !

jlg

rotisserie

Avril 2019

Philippe Gouret, le chef d'U Fanale, nous dévoile une de ses recettes, ainsi que François Canava, président d'U Svegliu calvese, dans l'émission "Mon grain de sel - Calvi citadelle gourmande" diffusée en avril 2019 sur Via Stella.

En cuisine, comme dans l’Histoire, bien des citadelles ont été conquises avec des révolutions de palais... Et la citadelle où Marina Raibaldi se trouve aujourd’hui est l’une des plus belles de Corse : Calvi, Semper Fidélis. Dans ce nouveau numéro de « Mon grain de Sel », Marina va nous proposer une belle rencontre entre le chef d’une des meilleures tables de Corse, Philippe Gouret du Fanale, sur la route de la Revellata, et François Canava, une figure de la vie associative et du Svegliu Calvese. Si les deux cuisiniers n’ont pas la même expérience et la même notoriété, ils ont au moins en commun le sens du partage et le souci de la qualité des produits. Et c’est à partir des œufs et des légumes de Jean-Luc Geronimi, qu’ils vont composer un menu plein de surprises... Marina va bien sûr mettre son grain de sel dans les recettes élaborées, mais aussi dans le choix du lieu où vont se réunir les convives. Avec la complicité de la céramiste Cathy Astolfi et du décorateur Anthony Pittiloni, la journaliste va investir « Citadella da fà » un espace atypique créé par un jeune entrepreneur qui veut démontrer que Calvi vit aussi quand les touristes sont repartis...


Magazine 26’
Réalisation Antoine Gannac
Production Jean-jacques Torre
Intervista Prod

Calvi : U Minellu


Une des bonnes adresses de Calvi.
Très bon rapport qualité-prix.
C'est toujours plein !

U Minellu a enfin son site internet :
www.u-minellu.fr.
Carte, menus et réservations sur le site.

minellu2

minellu   

minellu

Calvi : Via Marine

Ouvert en 2006, ce restaurant, qui dispose d'une terrasse dominant le port, est l'une des meilleures adresses de Calvi. Des pizzas et des pâtes, mais aussi assiettes méditerranéennes, calmar à la plancha, poulpe, poissons...
Excellents desserts (tiramisu aux canistrelli et une divine crême brûlée, notamment).
Un bon rapport qualité-prix et un accueil chaleureux.

Dernières nouvelles (janvier 2017) : lLe Via Marine devient Le Bistro et l'ancien Abricotier Le Resto...
Les deux sous l'enseigne Via Marine.

Même concept mais carte différente, pizza by Francesco Ferrante ancien pizzaiolo Via Marine champion Sud italie 1993, cuisine méditerranéenne et spécialités Corse. Toujours dans l'esprit du Via Marine.


viamarine  

Calvi : U Ricantu

Excellent restaurant de poisson dominant la plage de Calvi. Accueil, cadre, fraîcheur des produits, tout y est !

A côté du Supermarché Casino Résidence les Hauts de Calvi

Tel : +33 4 95 65 02 46

Calvi : Le Jardin

Le restaurant de l'hötel "Le Magnolia", en plein centre de Calvi. Un jardin frais et agréable pour une cuisine de qualité.

magnolia

Environs de Calvi : U Nichjaretu

nichjaretu
nichjaretu

Un restaurant de plage sur la route de Galeria. Nous ne l'avons pas encore testé, mais il est tenu par la maman d'un des membres du Fiatu Muntese, alors ! ...

Calenzana : A Stazzona

stazzona

17 Quartier U Fondu, 20214 Calenzana
+33 4 95 36 47 12

A l'entrée de Calenzana, un excellent restaurant aux prix modérés. Plats très copieux, jardin agréable, excellent accueil... Une belle découverte !

Cassano : Auberge de Calia

calia  caliados


Pigna : A Casarella


A Casarella de Pigna est devenu en quelques années une adresse très recherchée.
Sa terrasse dominant la plaine et Algajola, d'où l'on peut admirer de somptueux couchers de soleil, n'y est sûrement pas étrangère, mais le contenu de l'assiette est tout aussi attirant : la carte est composée de piattini, version corse des tapas : tapenade, charcuterie, filets d'anchois, caviar d'aubergines, et, quand le figuier en contrebas le permet, de délicieuses figues rôties.
Egalement de bons vins et apéritifs bio.
Il est prudent de réserver.

Tél : +33(0)4 95 61 78 08
casarella





                                                 

                                                         
                                                 
casarella

Cateri : Chez Léon

cc  leon
Originaires d'Aregno, Marie-Jeanne et son mari Léon Andreani y prennent en 1974 la gérance d'un bar qui devient vite un restaurant. Puis la réussite incite la famille Andreani à se déplacer de quelques kilomètres pour une auberge à Cateri. 

Aujourd'hui, c'est le fils, Dumè, qui dirige cette excellente adresse balanine. Même le premier menu est déjà très copieux.. Une valeur sûre.

Et les Andreani ont "exporté" leur cuisine sur le continent. Le frère de Dominique, Olivier Andreani, s'est installé à Paris, Au Cosi, un restaurant de la rue Cujas.


leon leoncateri

Corbara : Le Patio


Le Patio de Corbara, au pied de la chapelle Notre Dame des Sept Douleurs, réserve un accueil chaleureux. On peut y loger ou simplement s'y restaurer.

Nous nous y sommes régalés d'un excellent veau aux olives. Auparavant, le restaurateur nous avait fait déguster sa charcuterie maison et son muscat.

Le Patio - Hameau de Borgu 20256 Corbara
Tél : 04 95 47 35 31 - fax 04 95 47 35 50
www.location-corbara.com

patio

Cauro : Auberge L'Acquella

Dans la montée du col de Saint-Georges en venant d'Ajaccio, une sympathique adresse. 


acquella   acq

Grossettu-Prugna : Auberge du Col Saint Georges

Au col Saint-Georges, une bonne adresse bien connue, l'auberge de M et Mme Renucci.

Piana : Hôtel-restaurant Les Roches Rouges

Un superbe hôtel des années 20 remis à neuf. Et une excellente table, qui plus est dans une superbe salle à manger décorée de fresques.

rr roches

Corte : L'Oliveraie


oliveraie

Lieu-dit Perru. Prendre la route d'Erbaghjolu. Dans ce restaurant à l'écart de la ville, Mme Mattei propose une savoureuse cuisine corse. Délicieuse tarte aux herbes. Très copieux.

Vivario : U Campanile

cc

Place de l'Eglise, 20219 Vivario
Téléphone : 04 95 47 22 00

Nous nous sommes arrêtés par hasard dans ce petit hôtel-restaurant. Bien nous en a pris car nous avons très bien mangé. La carte est simple mais représentative de la cuisine familiale corse.
Excellente charcuterie (pas évident à trouver au mois d'octobre !), soupe corse à l'avenant. Un tianu copieux et très bon, idem pour les tripettes, et de très bons desserts. L'accueil du patron et de son épouse (qui cuisine) est très chaleureux.
Une très bonne adresse !

Ajaccio : D'a Mamma

passage de la Guinguette.

cc
Depuis plus de trente ans, ce restaurant maintient qualité constante et accueil chaleureux.
Tel : 04 95 21 39 44.

Bastelica : U Castagnetu.

04 95 28 70 71

Cela fait des années que nous n'y sommes pas allés, mais nous en avons un souvenir ému, et apparemment c'est toujours une excellente adresse. Hélas, l'établissement était fermé pour travaux lors de notre dernier passage en juin 2006...

Bastelica : Bergerie de Cileccia

cileccia

Bonifacio : Chez Jules (la Stella d'Oro)

04 95 73 03 63.

Bonifacio : L'Archivolto

cc
Nous l'avions testé en 2006, et ça se confirme : une très bonne adresse, un très bon accueil.
Depuis, nous rendons visite à L'Archivolto lors de chacun de nos passages dans la cité bonifacienne.
2, rue de l'Archivolto. Tel : 04 95 73 17 58.

Evisa : La Châtaigneraie

evisa

Adresse : Pulonelli, 20126 Evisa
Téléphone : 04 95 26 24 47

Sartène : Auberge Santa Barbara



L'excellente table de Mme Lovichi a fermé définitivement.

Sartène : A Madunina

pano

Au carrefour de la route de Propriano et de la route de Sainte-Lucie de Tallano, au lieu-dit "A Madunina", l'établissement du même nom est une institution. Il y a plus de 30 ans, Ange Tramoni créait une modeste pizzeria aux allures de paillotte. Depuis, elle a gagné des murs et une immense cheminée centrale mais propose toujours d'énormes et excellentes pizzas ainsi que de bons plats. Depuis des années, c'est une table appréciée des Sartenais, notamment  le samedi soir.

http://www.corsetour.eu/madunina.htm

madunina

Giuncheto : Bergerie d'Acciola

Dans cette bergerie située sur la RN 196, à 8 km au sud de Sartène, on peut acheter fromages, miels, confitures et huile d'olive. Mais on peut également y déguster d'excellents repas. Derrière le magasin, une terrasse panoramique abrite une table d'hôtes où l'on peut déguster de bons plats.

Tél : +33 (0)4 95 77 14 00
andre.henry123@orange.fr

Zonza : Epicerie A Muvra

Une adresse que nous fréquentons depuis près de 30 ans ! Accueil sympathique d'Alain Andréani et charcuterie de montagne faite maison (un prisuttu à se damner !): l'idéal pour préparer un spuntinu !

Sulinzara : A Mandria de Sébastien

Lieu-dit Scaffa Rossa, sur la RN 198 - 04 95 57 41 95

Menu corse à 29 € avec entrée, plat et dessert. Il faut un solide appétit car les portions sont très généreuses. Cadre et accueil sympathiques. Une des bonnes adresses de la côte est.

Hôtels, hébergements

Lumio : Résidence Club Arinella

Route du Bord de Mer, 20260 LUMIO, FRANCE
e-mail : infos@arinella.com 
Tél. +33 (0)4 95 60 60 60
  - Fax +33 (0)4 95 60 79 96

cc
L'Arinella est notre adresse de prédilection en Balagne !
Nous y séjournons régulièrement depuis plus de 15 ans, c'est dire !
Comme à son habitude, Joseph Taddei a bien fait les choses : un site internet très bien fait décrit tout ce que vous voulez savoir sur la résidence Arinella.  

Calvi : Cyrnea hôtel

Route de Bastia - 20260 Calvi
Tél. 04 95 65 03 35 - 06 74 93 20 55 - Fax 04 95 65 38 46
www.hotelcyrnea.com
e-mail : perettipierre@aol.com

cc
Un excellent hôtel à des prix raisonnables à l'entrée de Calvi, face à la Pinède.

cyrnee

Domaine Pero Longo

Facilement accessible, à 25 minutes de l’aéroport de Figari, 30 minutes du port de Propriano. Idéalement situé à 40 minutes de Bonifacio, 45 minutes de Porto Vecchio, 1 heure des Aiguilles de Bavella. Un hébergement sur le domaine Pero Longo vous permet de rayonner sur la Corse du Sud entre mer et montagne avec retour dans la journée.

Le domaine propose :
- la chambre « Cala di Banditi » (une suite pour 4 personnes)
- le gîte « Bavella » pour 4 à 6 personnes
- le gîte« Erbaghju » pour 6 à 8 personnes
- la chambre « I Fiori » pour deux ou trois personnes
- la chambre « Omu di Cagna » pour deux ou trois personnes

Les amateurs de repos à la belle étoile pourront s’installer sur l’aire naturelle de camping où ils auront à leur disposition douches, lavabos et toilettes. Ils auront également accès à la piscine et au restaurant.
Et enfin, il y a aussi sur le domaine un mobil-home.

Le domaine Pero Longo, c'est aussi et avant tout un domaine viticole.

http://www.chambredhotesartene.com/

La Corse sur le continent

A Paris :

Le Cosi

cosi
Le patron, Olivier Andreani, n'est autre que le frère de Dumè (et par conséquent le fils de Marie-Jeanne) de Cateri. Il maintient à Paris  les traditions familiales : cadre et ambiance sympathiques et cuisine excellente : assiette de charcuterie, foie gras poëlé à la myrte, stufatu de veau aux olives, millefeuille de daurade, tarte fine aux pêches, soufflé à la châtaigne, nous nous sommes régalés.

9, rue Cujas 75005 Paris
Tél : 01 43 29 20 20
Fax : 01 43 29 26 40
https://www.restaurant-le-cosi.fr/

Le midi de 12h00 à 14h30 : la carte ou deux formules au choix : entrée-plat ou plat-dessert à 15€, entrée-plat-dessert à 20€. Le menu change tous les jours.

En soirée : à la carte exclusivement. Entrées entre 12 et 19 €, plats autour de 20 €.

        

cosi cosi

mja

Marie-Jeanne revient !

Novembre 2019

cosi

U Mulinu

mulinu

A Loghja

cc
loghja loghja

Je connaissais depuis longtemps A Loghja de Calvi. La lecture du Terra Corsa paru en janvier 2010 m'a appris qu''une réplique en existait à Paris, au coeur du Ve arrondissement, au pied du Panthéon. Nicolas Caumer et Olivier Andreani se sont associés pour réaliser ce beau projet.
J'avais pu découvrir A Loghja de Paris à l'occasion de la soirée organisée pour fêter la sortie du n°6 de la revue Fora!, et nous y sommes retournés hier midi.

Derrière une sobre devanture grise, une belle pièce aux plafonds très hauts, aux murs rouges, avec les meilleurs produits corses - que l'on peut déguster (debout) dans l'arrière-salle, en écoutant de la bonne musique (ce midi, c'était Kind of Blue de Miles Davis!).
La charcuterie, en provenance de la Casinca et de Cervione, est excellente. Lonzu, coppa, salsicciu, le tout avec un verre de vin rouge, on se régale. On trouve ici tous les produits corses, brocciu, fromages, miel, confitures, huiles d'olive, vins, whiskies...

Malheureusement, A Loghja a fermé en 2013...

loghja
Photo © Terra Corsa

58, rue de la montagne Ste Geneviève 75005 Paris
Tél : 01 44 07 05 74
www.paris-restaurant-cosi.com

L'Alivi

27, rue du Roi de Sicile
75004 PARIS
Tél: 01 48 87 90 20
www.restaurant-alivi.com

alivi

alivi

L'Elysée Saint-Honoré

130, rue du Faubourg Saint-Honoré- Paris 8e
Tél : 01 42 25 07 77

C'était le point de ralliement des webmasters passionnés de Corse : Carole, Philippe et moi. Lors de notre dernière rencontre, nous nous étions régalés, l'un de cabri, les autres d'escalope à la bastiaise. Fiadone au dessert, et pour finir l'eau de vie offerte par Serge le patron, qui a un temps laissé l'Elysée pour l'ïle, mais il est  de retour !
D'excellents produits, une addition ... un peu douloureuse, c'est le prix de l'authenticité !

A la Châtaigne

22, rue de Miromesnil - 75008 PARIS
Tél: 01 40 07 90 86

chataigne
chataigne2

La dernière trouvaille de Carole ! Nous avons récemment découvert ce nouveau restaurant corse parisien. Une copieuse assiette de charcuterie, une délicieuse salade non moins copieuse et de bons desserts, notamment un baba à la pêche. Une excellente adresse !

Suite à un rendez-vous manqué (je n'avais pas vérifié mon agenda), j'y suis retourné deux jours de suite et j'ai pu ainsi tester plusieurs plats. Les produits sont vraiment excellents (la patronne va chercher la charcuterie sur place), le cuisinier est plein de talent et on se régale. Unique (léger) bémol : là non plus, ce n'est pas donné. La situation dans le quartier des affaires n'y est sans doute pas pour rien....

Hall 1900 bistrot corse

Restaurant Corse 64, rue Rambuteau
75003 Paris
Tel : 01 48 87 58 67
Notre soirée avait commencé comme un gag : nous avions repéré un restaurant mexicain sur internet. Nous réservons, et, surprise ! "A la Mexicaine" est devenu... "Khatag", restaurant tibétain !
Nous étions peu tentés ce soir là par le beurre de yack, mais, miracle... juste en face, au coin de la rue Rambuteau, un restau corse :

Nous avons commencé par des assiettes d'une excellente charcuterie, puis canelloni au brocciu, ragoût de veau corse, le tout arrosé de Fiumicicoli rouge, et pour finir des crêpes à la farine de chätaigne au miel et aux amandes.
Service sympathique et efficace, en bref une excellente adresse !
Ventes à emporter. Découvrez la carte ici : https://www.facebook.com/hall1900

Les meilleurs restos corses de Paris

Source : Paris Zigzag - 24 septembre 2017

Restaurant Le Leopold

Vous voulez retrouver les saveurs de cette auberge familiale découverte à Propriano l’été dernier ou simplement découvrir les spécialités typiques de cette île méditerranéenne paradisiaque ? Entre restos traditionnels et établissements bistronomiques, Paris regorge de bonnes adresses pour découvrir l’art culinaire de l’Île de Beauté. Voici notre sélection des meilleurs restos corses de la capitale. Bon Appetitu !

Les incontournables : L’Alivi et Chez Minnà

En quelques années, Saveriu Cacciari s’est imposé comme une figure incontournable de la gastronomie corse à Paris. Débarqué de sa Haute-Corse natale au début des années 2000 pour travailler en tant que serveur à L’Alivi, le restaurant de son oncle, il est désormais à la tête de cette adresse du Marais. En 2015, il a également ouvert un autre lieu, Chez Minnà (« chez grand-mère » en corse) dans la rue d’Hauteville. Les deux établissements sont aujourd’hui des lieux phares de la Corse à Paris et proposent, chacun à leur façon, de nous immerger dans l’atmosphère unique de l’île de Beauté. Des adresses qui n’ont pas volé leur succès !

Restaurant Chez Minna

L’Alivi - 27 rue du roi de Sicile, 75004
Métro : Hôtel de Ville ou Saint-Paul (ligne 1)

Chez Minnà - 20 rue d’Hauteville, 75010
Métro : Bonne Nouvelle (lignes 8 et 9)

L’authentique : A Cursita

On vous le dit tout de suite, A Cursita est notre vrai chouchou de la sélection. Ce restaurant du 11e arrondissement possède tout ce que l’on peut attendre d’un établissement culinaire : un personnel compétent et un cadre accueillant, des tarifs maîtrisés, une cuisine savoureuse et authentique et, surtout, une carte intégralement composée de spécialités corses. Ici, pas de coca, mais du Corsica Cola, pas d’Evian, mais de la Zilia, pas de fromage blanc au coulis de fruit rouge, mais du fromage de brebis au miel corse. De l’entrée aux boissons, tout nous provient de l’Île de Beauté (la carte est d’ailleurs entièrement rédigée en corse) et tout est délicieux !

Restaurant A Cursita
© Racines Corses

A Cursita – 255 rue du Faubourg Saint-Antoine, 75011
Métro : Faidherbe-Chaligny (ligne 8)

Le savoureux : À la Châtaigne

Pour découvrir une cuisine corse gourmande et originale à Paris, on ne saurait que vous conseiller ce petit restaurant du 8e arrondissement. Des aubergines farcies à la bonifacienne, un struffatu de sanglier au vin rouge, un tiramisu au canistrelli et à la liqueur de myrte ou un verre de Fiumicicoli… La carte, variée et parfois surprenante, ravira les amateurs de cuisine corse et saura la faire apprécier aux néophytes. Quant aux assiettes, elles sont copieuses, savoureuses et sentent bon le soleil ! Que demander de plus ?

Restaurant à la chataigne

À la Châtaigne – 22 rue de Miromesnil, 75008
Métro : Miromesnil (lignes 9 et 13)

Le bistronomique : La Villa Corse

Installée boulevard de Grenelle depuis le début des années 2000, la Villa Corse a changé de propriétaire en 2015 et s’est enrichie d’une composante bistronomique que l’on ne regrette pas. Cette institution de la cuisine corse à Paris propose désormais des spécialités largement revisitées tel qu’un agneau de lait de Corse confit accompagné d’une mousseline d’oignon à la Pietra ou une viande de veau cuisinée à la népita et farcie à la tome de brebis corse. Les plats sont, chose rare, à la fois raffinés et copieux. Gros plus, le restaurant affiche la provenance précise de la majorité de ses produits.

Restaurant La Villa Corse

La Villa Corse - 164 boulevard de Grenelle, 75015
Métro : La Motte-Picquet Grenelle (lignes 6, 8 et 10), Cambronne (ligne 6)

L’éclectique : Le Léopold

Le Léopold n’est pas à proprement parler un restaurant corse, car sa carte se compose également de spécialités aveyronnaises. Le lieu a la chance d’être bien situé, pile entre les quartiers Sentier et des Halles. On vous conseille particulièrement le Corsican Burger, un burger fait-maison agrémenté d’une confiture de figue et de fromage de brebis corse que l’on accompagnera de pommes de terre sautées à l’huile d’olive (18 €). Un délice !

Restaurant Le Leopold

Le Léopold – 36 rue Léopold Bellan, 75002
Métro : Sentier (ligne 3)

Une épicerie de produits 100% corses en plein Paris

A Paris, une boutique, "L'accent corse", propose des produits uniquement fabriqués en Corse.

Le salon de l’agriculture n’est pas le seul endroit à Paris où on peut trouver des produits corses. Dans le XVe arrondissement, une petite épicerie a fait le pari de ne proposer que des produits importés de l’île.

Des produits gastronomiques phares, mais également de l’artisanat. Agathe et François ont ouvert leur commerce il y a trois mois, et leur rue a déjà un petit air de « little corsica ».

On avait envie de promouvoir l’artisanat corse dans toute sa diversité, donc on a ouvert une épicerie où vous pouvez trouver aussi bien de l’alimentaire que du cosmétique…
Agathe Spinosi, commerçante

Et pour remplir les étagères de leur commerce, le couple arpente les allées du salon de l’agriculture. Direction le village corse en quête de nouveauté.

La charcuterie et le fromage oui, mais on sait faire aussi autre chose…
François Peretti, commerçant

Les deux commerçants veulent aller au-delà des produits touristiques et sont en quête de l’originalité qu’on ne trouvera pas ailleurs. Une bonne pioche pour cette édition 2017 du salon, avec des produits à base de safran de Cozzano.
Pour l’exposant, c’est une aubaine car désormais ses produits safranés seront disponibles à Paris toute l’année, et non plus seulement pendant le salon.

123 Rue Saint-Charles, 75015 Paris
Tél : 09 83 63 29 90

 

La Maison Géorgienne

3, rue du Sabot - 75006 PARIS
Tél: 01 45 48 48 08

georgie

Vous avez découvert les chants géorgiens ? Vous aimerez peut-être découvrir la cuisine géorgienne. C'est ce que nous avons fait en juillet 2008, pour notre plus grand plaisir. Le cadre est superbe, et la cuisine excellente.

A Lille :

Via Corsica (L'Ile de Beauté)

11, place du Concert - 59800 (Vieux) Lille
Tél. 03 20 55 55 20 - Fax 03 20 55 55 10
E-mail : ile-de-beaute@nordnet.fr
Site : www.viacorsica.com

Pierre et Isabelle, les sympathiques patrons de ce restaurant, ont tout fait pour que le client découvre les arômes et les saveurs de l'île. Ils s'approvisionnent directement auprès de producteurs insulaires. Via Corsica (le nouveau nom de l'Ile de Beauté) propose également à la vente de nombreux produits corses. Un spuntinu nustrale à Lille ? C'est possible avec Via Corsica !

Sites internet

(voir tous les liens ici)

Déjà cité, mais ce ne sera jamais trop, le site de Carole Guelfucci : http://cguelfucci.free.fr/ devenu racinescorses.fr.
Un autre excellent site, celui de Philippe Evrard http://corse-sauvage.com/
Enfin, sur la langue corse, un site incontournable : perso.wanadoo.fr/gbatti-alinguacorsa

separateur

Haut de page   Accueil     Page précédente  En savoir plus   Mentions légales

Corsicamania, l'annuaire des sites corses

Valid XHTML 1.0 Strict