A lingua nostra
Eléments de langue corse

II - Expressions et proverbes

Dernière mise à jour de la page : 01/02/2017

Vous êtes ici : Corse/Langue/Expressions

1 - Paesi, cità, paisoli, loca citati in i pruverbii (*)

Aiacciu :
« In Aiacciu, per trè castelli, cinquanta barunelli. » 
« Fume aiaccinu è chjachjere bastiacce. » 

Alata :
« Alata, pesci fritti cù l’agliata. »
« In Alata, ci morse a fata. »
« Hè com’è zià Maria d’Alata, dopu morta, hè risuscitata. » 

Aleria :
« Pare ch’ell’abbia fattu a stagione in Aleria. »  
Ci vularà da lià st’usservazioni incù u clima malsanu duranti l’istatina in stu locu, o sarà par via di a prisenza di a prighjò d’aleria (Casabianda) ?
« Aleria, Aleria, chì ùn ammazza vituperia. »
« Aleria, di punta à Roma, i vechji tomba è i zitelli doma. »
« Tana ricca, Aleria bella. »
« Aleria di punta à Roma. »

Algajola :
« Siamo dei quattro dell’Algaghjola ! »
 Allusioni fatta à quattru famiddi di sgiò di u paesu duranti l’occupazioni ginuvesa. Pratindivani signi di rispetti da a pupulazioni.
« Pari di i trè di l’Algajola. »
Si dici di calchissia chì passa u so tempu à chjachjarà.

Alisgiani :
« Alisgiani, pisticcine, tessaghjole è tutti fasgiani. » 
« Alisgià, quale t’hà ruinatu i denti ? Acqua cutrata è fasgiole bullenti. »
« In Chiatra, ci traghja, à u Munticchju (Cervioni) ci spula, è in Alisgiani, ci colla a pula.»
« À a Petra si spula, in Alisgiani ci colla a pula. » 
« Arbitru è scopa in Alisgiani, chì vole a signuria venga in Moriani. »
« Alisgiani nun ti prezza, nun ti prezza è nun ti stima, Alisgiani hè sempre prima. »
« Omu d’Orezza è donna d’Alisgiani facini fiddoli chì parini fasgiani. »
« Pare natu à a Carzaretta d’Alisgiani! »

Alistru :
« Alistru ùn perdona mancu à Cristu. »

Altiani :
« Ùn parlà d’agliu in Altiani. »
Ùn hani micca accittatu di rimpiazzà a cultura di l’adda par quidda di u granu.

Altaghjè :
« Cuscenza hè stata manghjata in Altaghjè. » 
Macagna chì s’hè compia incù una pucenica, pocu ben vista da l’invitati ignuranti di u fattu : tichjassi incù « Cuscenza », a ghjatta di u preti d’Altaghjè. Tema cumunu à d’altri paesi.

America :
« Pari un americanu. »
Si dici di calchissia di bedda prisenza. L’americanu era u simbulu di a riescita suciali.
« Americani, cani. » 
In cuntradizioni incù u pruverbiu chì veni nanzi, ùn hà tantu cari di mamma par l’americani.

Ampriani :
« Hà quant’è u cuccu Amprianincu. »
« Arbitru in Boziu, scopa in Alisgiani tutti i ciocci cantanu in Ampriani. »
« Ùn parlà di ciocciu in Ampriani ! »

Ampuglia :
« Hè quant’è à circà a mosca in Ampuglia. »
« Ghjè quant’à travaglià in Ampuglia. »

Ampugnani :
« In Ampugnani ci hè quattru giuelli : Cansita, Poghju, Quercetu è Milelli. »

Anetu :
« Anetu, Anetu, pocu linaghju è micca vignetu. »

Anghione :
« Anghione, di a mio casa quantu vale. » 

Antisanti :
« Hé com’è l’acqua d’Antisanti. »
« Pane d’Antisanti, oliu di Lama è vinu di a Petra sò affissati à e porte di Roma. »
« À chì ne vole ne stante, disse u prete d’Antisanti. »

Appietu:
« I tonti Appietinchi, in mancanza di pane, hanu manghjatu lustinchi. »
« Appiettu, Appietu, calci è pugni à mezu pettu. » 
« Piove in Appietu, in Afa nò, te roganus, audi nos. » 

Arburi :
« Arburi ! Arburi ! Vintidui gira è volta è ùn sò chè dui. » 
« Sia d’Arburi, sia di Coghja, frollu di mente è duru di coghja. »

Aregnu : « Chì và in Aregnu resta pregna. »

Ascu :
« Aschesi è pernici ùn si ponu ammansà. »
« Hè u saviu d’Ascu. »
« Pari un veru Aschese. »
« Aschese, ùn cincinnanu mancu à l’insù. »
« Ascu, primu per mele è casgiu. »
« Chì tù abbia bisognu di u saviu d’Ascu per fatti truvà capu è pedi. »
« Purtà peci in Giussani. »
« Purtà a deda in Ascu. »

Assallaccia :
« I vultulelli di l’Assallaccia. »

Auddè :
« I capitusi d’Auddè. »
« Ghjuvanotti d’Auddè, feti tutti com’è mè. »
L’abitanti d’Auddè s’erani tusi à rasu par ùn essa presi da i numici par i capiddi.
« Ghjenti d’Auddè, compra à quattru è vendi à trè. »

Avapessa : « Avapessa induva u diavuli si cunfessa. » (v. Diavuli)

Azzana : « In Azzana è in la Rezza mane è sera si merezza. » 

Azilonu : « Un pruverbiu dice à i monti è à la marina : quandu u soli hè ad Azilonu può magnà lu to bucconu. » 

Balagna : « Balanini, unti è fini ! »
A Balagna era numata par u so oliu. L’alivi era u fruttu di l’attività a più impurtanti di au rughjonu. I balanini erani à spissu paragunati à l’oliu, numatu pà a so finezza è a so qualità.
« Si Cristu era balaninu, sarebbe statu un ladru fine. » 
« A donna di Balagna ùn hè fatta pè a muntagna. » 
« Hè l’acqua di Balagna chì leva ogni macagna. »
« Ùn hè micca oliu di Balagna. »
Si dici di calchissia chì ùn hè tantu catolicu.
« Dolce com’è l’oliu di Balagna. »
« Compra oliu, scarpi fini, calci in culu (bastunate) à Balaninu. »
Risposta data, in i paesi di muntagna, à u balaninu chì ghjunghjiva par venda u so oliu. 
« Hè angusciata a mamma, quandu u figliolu hè in campagna, si i nivuli pigliani u Balagna. »
« Ùn parlà di rogna in Balagna !
Si trattarà di un duppiu o di un sbagliu di nomu di paesi vicini funeticamenti (v.Balogna) ?
« Acqua in campagna, ventu in Balagna. »
« Ventu è soli, o Balanini ! »
« Ùn ti fà mai un amicu balaninu, nè una casa ind’è a chjarina (unu di Bastelica). » 

Balogna :
« Ne u paese di Balogna, nè tigna nè rogna. »
« Ùn parlà di rogna in Balogna. » 
« Assulanatu Balogna, à Bricciani face angogna. »

Barrisgioni :
« A pompa di Barrisgioni. »
Vinarà da a prisenza di qualchì casa di sgiò in u paesu ?

Bastelica :
« Bastelichesi tira torre. »
« Ma Bastelica ùn hà più (funa) : li strappò à tirà u casteddu. » 
« Ùn parlà di funa in Bastelica. »
A corda pari essa bè cunnisciuta da l’abitanti di Bastelica.
« Ùn parlà di joccari (gnoccari) in Bastelica (Meria, Curbara) perchè ti puderianu fà vede chè forse sò più astuti che tè. » 

Bastia :
« Bastia, Bastia, chì ùn hà soldi ùn ci stia. »
« Spachja borse, bastiacci ! »
« Chì và in Bastia è volta senz’esse spugliatu, o G... hè mortu, o C… hè malatu. »
Ùn si riflittiva tantu à dà i noma di i cumercianti bastiacci chì aviani tindenza à sbiutà i bunetti di i so clienti, tantu a so marcanzia era cara.
« Chjachjare bastiacce, orgogliu sartinese, fatti aiaccini. » 
« Tirali chì hè Bastiacciu ! » 
Allusioni fatta à i bastiacci chì cullaburavani incù i ginuvesi.
« Piaggia fertile ed aprica all’ostro di Bastia larga s’estende. » 
« In Bastia quand’ellu piove si face cum’è in Livornu, si lascia piove. »
« Perda u cimbalu (l’orizonte, a bussula, a tramuntana) com’è i Bastiacci.»

Bavedda :
« In Bavedda, una muvredda, in Cuscionu, dui muvroni. »
Si dici di i cacciadori buffoni è buciardi.
« Ci n’era una in Bavedda, si n’hè morta da a cacaredda. »

Belgodere :
« In Belgodere si cunosce l’infernu. »

Bigornu :
« Bigornu sarà sempre Bigornu. » 

Biguglia :
« Hà fattu com’è u merre di Biguglia. » 
« Biguglia, Biguglia quandu u vegu, mi santavuglia. » 
« Pare ghjuntu da i fondi di Biguglia. » 
Pò dassi par via di a malaria chì stirpava a ghjenti in stu rughjonu.
« Mazardi di Golu, anguille di Biguglia. »
« Si a vitalba (a bigugna) sbuglia addiu Biguglia.

Bisinchi :
« Bisinchi ! Bisinchi ! ci si perde carne è schinchi. » 

Bollaru :
« Ancu ellu bierà l’acqua di Bollaru. »

Bonifaziu :
« Si sà in Calvi è in Bonifaziu. » 
« Hè quant’è à fà l’amore in Bonifaziu. » 
« Ùn si pò avè un pede in Bastia è l’altru in Bonifaziu. » 
« Ùn dura tantu, in Bonifaziu, l’acqua sumerina. »
Di u pocu acqua è di l’impurtanza di l’acqua in Bonifaziu. A furturezza mancava d’acqua, ancu si u sistema di ricuperazioni di l’acqua piuvana era ben fattu. Ci vulia dunqua à ghjunghja l’acqua da fora, è purtalla in coddu à l’asini.
« Chì tù possa falà, à capighjò, i scali di Bonifaziu ! »
« Avaru com’è un bunifazincu. »
« I Bunifazinchi hanu messu a mamma in u fornu.. »
« Eccine pochi sumeri in Bonifaziu ! »
In Bonifaziu l’asinu era un elementu necessariu par tutti l’attività di l’agricultori è di i pastori. In fatti, a cità essendu una furturezza impuntata annant’à rocchi monda alti, i principali attività par campà si faciani in a campagna bunifazinca (addevu, agricultura). U trasportu si facia par u più incù l’asinu. Ancu par l’acqua chì era schersa in cità.
« Ci voli più chè à fà un trennu, in Bonifaziu. »
A ligna farrata chì liava Bastia à Portivechju, duvia cuntinuà, in primu tempu, sin’à Bonifaziu è dopu lià i cità i più impurtanti di l’isula.

Borgu :
« Eccu à Borgu la Vittoria rinfrescati la memoria ! » 
« Ci sò in Corsica trè giuelli Borgu, Antisanti è Prunelli. » 
« Esse sottu à Borgu. » 
« Sempre vò, sempre vò, sempre sottu à Borgu sò. » 
« Ùn parlà mai, nè in Borgu nè in Luciana, di sumeri impiccati à a campana. »
« Sempre à Borgu è mai in Luciana. » 

Botticelle :
« Botticellese, anima persa porta lu Cristu à la traversa. »

Boziu :
« Hè un muntonu buzincu. »
« Vai à fatti benedisce in u cunventu di Boziu. »

 Brandu :
« Brandinchi ! Ladroni ! »
« Brandinchi ! Scapa zeri è ladroni ! »

Bucugnà :
« Ùn averai micca parenti in Bucugnà ? » 
Sarà da lià incù i banditi cunnisciuti di u paesu ?
« Pè u bia è u manghjà ci vole à vene in Bucugnà. »
« Zinculi zani, cincinenu in Bucugnanu. »

(U) Bussetu :
« L’orichjoni (i fattughjai) di U Bussetu. »
I sprissioni « orichjoni » o “topi pinnuti» di u paesu ùn si capisciani micca? Ci sarà una sfurmazioni di a parola? O l’aghjenti sarani cunnisciuti da u fattu ch’iddi t’hani l’arichjoni com’è i topi pinnuti ? Ma alora chì rapportu ci hè incù i fabricanti di fattoghji (casgiaghji) ?

Caccia :

«Hè cercu com’è i caccianinchi. »
« Caccianinchi cercanu a luna ind’u pozzu. »
Les habitants de Caccia cherchent la lune dans le puits ;
Allusioni fatta à a niscintria pristata à l’aghjenti di Caccia.
Allusion faite à la prétendue naïveté des habitants de Caccia.

« Avè un ochju in Caccia è l’altru in Niolu. » 
Avoir un œil à Caccia et l’autre dans le Niolu.

Cagnanu :
« Cagnanu, Cagnanu, ùn ci hè un omu ch’ùn sia sanu. »
Les hommes de Cagnanu jouissent d’une bonne constitution et d’une bonne santé.
« Ruscarenti i lonzi cagnesi ! Da Cagnanu stà luntanu ! »
Allusion faite à la prétendue lourdeur des habitants de Cagnanu. Demeure loin de Cagnanu !

Calacuccia :
« Calacuccia caghja è imbruccia. » 
Calacuccia réputée pour son fromage.

Calasima :
« Ragione calasimaccia è legge pughjulana. » 
Prétention à avoir toujours raison et à faire la loi des habitants de Calasima et de Pughjolu. 
« Calasima, Calasima, induve u soli si cala prima. »
Calasima, là où le soleil se lève en premier.  (C’est  le plus haut village de Corse)
« Calasima, Calasima
Duve u sole spunta u prima,
Spunta u prima, è cala dopu:
Calasima hè sempre à u locu. »
Calasima où le soleil se lève le plus tôt et se couche le plus tard : Calasima est toujours à sa place.

Calcatoghju :
« Calcatoghju, Calcatoghju, pocu cena è micca alloghju. »
A Calcatoghju il y a des difficultés  à se loger et à se nourrir.

Caldareddu :

« In Caldareddu, ùn t’affaccà à u purteddu. »
A Caldareddu, ne te mets pas à la fenêtre.
Sarà par via di u caldu d’istatina o par via di u ventu chì buffula à spissu in u paesu ? O sarà par via di a sicurità di a parsona ? (Sprissioni pò dassi in rapportu incù un malfattu in u paesu)

Calinzana :
« Calinzana, pocu pelu è micca lana. »  
Calinzana, pauvre en bétail et en laine.
« Calinzaninchi taglia borsa. »
 Calenzanais, coupe bourse.

Calviani :

« Avè una fetta in Calviani, è l’altra in Casaluna. »
Avoir une part à Calviani et l’autre à Casaluna.
« T’hà a so lenza in Calviani. »
« T’hà a so lenza in Tavaria. »
« T’hà a so lenza in Tavaru…. »
Il a son jardin à …..

T’hà a so lenza da piantà, data da a cumuna à quiddi di u locu. Stu dettu si ritrova dapartuttu. Mintuvighja un locu di pocu valori par piantà. Avè a so « lenza » in quistu locu era signu di pratesa ridicula è pocu ci mancava da a niscintria.
Il a sa portion da terrain à cultiver attribuée par la commune aux membres de la communauté. Ce dicton se retrouve un peu partout. Il désigne en général un lieu inculte. Avoir une « lenza » en ce lieu était une prétention ridicule et proche de la bêtise.

Calvi :
« Diu ti libera di penna calvese, di lingua curtinese, di a ghjente punticaccina è di l’Angeli di a Verdese! »  
 Dieu te préserve de la plume d’un calvais, de la langue cortenaise, des gens de l’Orezza et de la famille Angeli de Verdese !
« Chjachjare calvese. » Plaisanterie de Calvi.
« N’hè pienu Calvi è Bonifaziu. » On le sait partout.

Cambiu :
« Cambiu ! Piglia a robba è lascia a ghjente !»
A Cambiu ! Prends les choses et laisse les gens !

Campi :
« Avè dui faci com’è Campi. » 
Avoir double face comme Campi.

(U) Campu :
« U Campulacciu hà trè funtane, omi curnuti è donne puttane. »
U Campulacciu a trois fontaines, des hommes cocus et des femmes de mauvaise vie.
Pocu graziosu par l’abitanti ch’iddi sighini omi o donni. A vita famigliali pari essa bedda bughja in stu paesu. Peu élogieux pour ses habitants, hommes ou femmes. La vie familiale semble bien compromise dans ce village.

Campi di Verde :
« Locu ghjilatu, chì ùn arubba hè mortu o malatu. »
Campi di Verde est réputé être  un village malsain.

Campitellu :
« Campitellu, Campitellu, com’è boi à lu macellu. »
Campitellu, comme les bœufs à l’abattoir.
« Campitellu, tutti scemi di cerbellu. »  
 Les habitants de Campitellu sont (soit disant)  tous fous.

Campulori è Cervioni :
« Campulori è Cervioni, aranci è mele ( o peri) cutoni. »
Campulori et Cervioni, des oranges et des coings

Campumoru :
« Campumoru, campu tristu, tana di volpi è numichi di Cristu. » 
Campumoru, localité triste, tanière de renard et ennemis du Christ (malins et incroyants).

Canale :
« Canalinchi, tutti appesi à i lustinchi. »
Habitants de Canale, tous accrochés aux lentisques.
« Canale tuttu male. »
A Canale tout est mauvais.

Canaghja :
« L’astuti di Canaghja. »
Les malins de Canaghja.
« Vai in Canaghja à fà e pignule ! »
« Vai in Canaghja à piglià e pignule !
Va à Canaghja prendre des poêlons en terre cuite.
Si dici par sbarazzassi di calchissia o par fà veda ch’idd’hè un affari cunnisciutu è dighjà fattu.
Se dit pour se débarasser de qqn. ou pour faire remarquer que c’est une affaire très connue et déjà réalisée.

Canale di Castirla :
« In Canale di Castirla, a tramuntana ci zirla. »
A Canale di Castirla la tramontane souffle fort.

Canale di Verde :
« À chì u cerbellu vole perde si mariti in Canale di Verde. »
Celui qui veut perdre la raison se marie à Canale di Verde.

Canari :
« Canaresi rompi crucufissi. »  
Gens de Canari briseurs de crucifix.

Canavaghja :
« Ùn averà studiatu a legge in Canavaghja ! »
Il n’a pas appris la loi à Canavaghja ! (Ironique)
« Chì possi fà a morti di Canavaghja ! » 
 Puisses-tu mourir comme à Canavaghja !

Cagnanu :
« Cagnanesi gambicorte ! »
Cagnanesi, court sur pattes!
« Cagnanesi muchinai ! »
Cagnanais, mangeurs d’orobe.
« Luscaranti lonzi Cagnanesi. »
Les Cagnanesi, peu dégourdis, répètent constamment « fichtre ».
« Cagnanesi nascenu intinti ind’è l’oliu è Curbaresi ind’u vinu. »
Les habitants de Cagnanu baignent dans l’huile et ceux de Curbara dans le vin.
« Cagnanu capumundisi, Roma secumundisi. »
Cagnanu, capitale du monde, et Rome vient en second. (Thème commun à d’autres villages)
« Cagnanisella intinta in l’oliu allisciati puru chì tantu ùn ti vogliu. »
Petite Cagnanaise trempée dans l’huile, inutile de te parer car je ne te désire pas.

Cansitu :
« A Cansitu ci stà Mammapiera : ci si cincina da a mane à la sera. »  
 A Cansitu habite la misère : elle s’y dandine du matin au soir.

Capandula :
« Hè scappatu cum’è i Spagnoli in Capandula. »
Il s’est enfui comme les espagnols à Capandula.
Allusioni à una vittoria annant’à i spagnoli ? Allusion à une victoire sur les espagnols ?

Capraia :
« Ghjuralla cum’è  volpe in Capraia. »  
Promettre de ne plus recommencer.
« Pentesi cum’è a volpi in Capraia. »  
Se repentir (regretter)  comme le renard de Capraia

Capicorsu :
« Capicorsu è Bonifaziu pà la guerra nun sò boni. »
Les habitants de Bonifaziu et de Capicorsu ne sont pas de bons guerriers.
« Spellà a puce com’è Capicursini. »
Avare comme les habitants du Cap Corse.
«  I Palmesi, sono larghi di bocca e stretti di mano. » (Talianu)
 « Quand’ell’hè negru u Capicorsu piglia u mantellu è mettalu addossu. »  
Quand le Cap Corse est nuageux, prend ton manteau.
« Nulu versu Capicorsu, piglia u mantellu è mettilu addossu ; s’elli piglianu à Bunifaziu, vai à spassu se t’ai laziu. »
Nuages vers le Cap corse, prend ton manteau et enfile-le ; s’ils se dirigent vers Bonifaziu, va te promener si tel est ton désir.
« Gnocaru cum’è un capicursinu. »
 Lourdaud comme les habitants de Capicorsu.
« Ùn parlà di gnocari in Capicorsu, perchè ti puderebbenu fà vede ch’elli sò più astuti chè tè. »
Ne parle jamais de gens bêtes dans le Cap Corse, car ils pourraient bien se moquer de toi.
« Disse u predicatore : Voi altri Capicursini, ùn adorate il Diu trinu, adurate il Diu quattrini. »   
« I Capicursini per a guerra ùn sò boni. » 
Les habitants du Cap Corse ne sont pas de bons guerriers. (Ils sont dits très pacifiques)
« I Capicursini piantanu un chjodu per ricoglie un palu di ferru. » 
Dits naïfs, les habitants du Cap Corse, sèment des clous pour récolter un pieu en fer.
« Capicursini, capicursini, prima l’acqua è poi u vinu. »
Les habitants du Cap Corse utilisent davantage l’eau que le vin.  Est-ce par sobriété ou par avarice ?

Capu Tafunatu :

« Quali pò pratenda essa beatu
S’idd’ùn hà vistu Capu Tafunatu ? »
Qui peut prétendre être heureux sans avoir vu le « Capu Tafunatu » ? »

Caracù :
« Caracù, Caracù, da a piaghja à a sera poca acqua è micca terra. »
De la plaine à la montagne, Caracù a peu d’eau et pas de bonnes terres.

Cardu :
« È vai in Cardu ! »
 Va à Cardu !  (Va au diable !)

Carghjese :
« Hè quant’è à maritassi in Carghjè. »
Autant se marier à Carghjè.  (Perdre son temps)

Carchetu è Carpinetu :
« Una volta solu ci hè ghuntu u diavule in Carchetu. »
Le diable n’est venu qu’une seule fois à Carchetu.
« Sò più i Castelli in Carchetu chè i fiori in Carpinetu. »
Les Castelli de Carchetu sont plus nombreux que les fleurs de Carpinetu.
« In Carchetu scannanu i preti. »
A Carchetu, on égorge les prêtres.
« Ch’ellu ci ghjunga u cunfalonu in Carchetu ! »
Puisse y arriver le « gonfalon » (étendard de la mort) à Carchetu !
« Pare u diavule di Carchetu ! » 
On dirait le diable de Carchetu !
« Sò più e panere chè e pisticcine in Carpinetu. »
Il y a plus de panier que de gâteaux de farine de châtaigne à Carpinetu !

Cardu :
« E trè cunchiglie : Cardu, Casavechja è Ville ! »
A propos de trois personnes inséparables comme les trois villages cités.

Carghjaca :
« Cargiacanesi… manimuzzi. »
 Cargiacais n’ont pas de mains.
« Ch’elli vaghinu in Carghjaca ! »
Puissent-ils s’en aller à Carghjaca !

(A) Casella :
« I sumeri di A casella. »
Les ânes de A casella.  (Village autrefois connu pour la foire aux ânes)

Casinca :
“A neve, in Casinca vene d’Italia.”   
Dans la Casinca, la neige vient d’Italie.
« Quandu hè nera a Casinca piglia a zappa è maghjinca. »
Quand il y a de gos nuages sur la Casinca prend ta pioche et va biner.
« In Casinca ùn t’abbuià. »
Ne prend de bœufs en Casinca. (Sans doute étaient-ils exténués par le dur travail en Casinca)

Casacconi :
« Mazze torte Cassaccuninchi. »
Les gens de Casacconi avaient-ils des bâtons tordus ?

Casaglione :
« Casaglione, Casaglione, ùn si vale un millione. »
Casaglione, ne vaut pas un million.

Casamacciuli :
« Straziatu cume e campane di Casamacciuli. »
Tourmenté comme les cloches de Casamacciuli.

(U) Castagnetu :
« Balluttaghji quelli di U Castagnetu. »
Mangeurs de châtaignes bouillies.

Castagniccia :
« Hè megliu l’amicu di u Pumonte chè u parente di Castagniccia. »   
Il vaut mieux avoir un ami en Corse du sud qu’un parent en Castagniccia.
« Hè megliu à esse porcu in castagniccia chè donna in Capicorsu. »  
Mieux vaut naître porc en Castagniccia que femme dans le Cap Corse.

Castellà :
« Si manghja più in d’una notte à U Castellà chè in d’una simana in Sorbu. » 
On mange davantage en une seule nuit à U Castellà qu’en une semaine à Sorbu. Faut-il retenir l’abondance du Castellà ou la sobriété de Sorbu ?
« Ùn pienghjenu maritu e donne di u Castellà. »  
 Les femmes de Castellare ne pleurent pas de mari 
« Voce di Castellare. »
Ce village aurait compté, autrefois, de nombreux bègues. Ironique.

(u) Castellu :
« Castellacci ! Spuchja arranci ! »
Les gens de U Castellu sont dits « éplucheurs d’oranges ».

Castiglioni :
« Castiglioni, tuppa tufoni. »
Castiglioni bouche les trous ?

Castirla :
« Castirlesi, chjuchi è neri, belli denti, cigliuti è tracigliati. »
Habitants du village de Castirla, petits et bruns, aux belles dents, et aux sourcils très fournis. 
« In Canale di Castirla, a tramuntana ci zirla. »  
 A Canale di Castirla, la tramontane souffle fort.

Castinetu :
« Eiu sò di Castineta è mi ritiru. »
Moi je suis de Carpinetu et je me retire.
Si dici quandu ùn si voli micca participà à una cunversazioni chì ùn arriguarda micca.
Se dit quand on ne veut pas prendre part à une conversation qui ne nous concerne pas.

Cateraghju :
« Baruffa à u Cateraghju ! » 
Réputation faite aux habitants de Cateraghju pour leur esprit querelleur.

Cavru :
« Chjachjere cavrese. »
Bavardages, blagues dignes des habitants de Cavru. 

Cervioni :
« Puzzicosu cum’è un cerviunincu. »
Puant d’orgueil comme un cervionais.
« Tanta coda avia u ricciu chì falava pè u Petricciu. »
Exagération : la queue du hérisson était aussi longue que la rue du Petricciu.
« Quandu u suleone piccia, Cirvioni hè ind’ì a Scupiccia. »
Quand le soleil est au zénith, les habitants de Cervioni montent à la Scupiccia.
« Campulori è Cirvioni, aranci, vini è cutoni. »  
Campulori et Cervioni sont riches en oranges, en vin et en coings.
« Si tù ghjunghji in Cervioni, ùn parlà di lucertule. »  
A Cervioni, ne fait pas allusion au lézard.
« In Cervioni, incettanu e buciartule. »  
A Cervioni, on négocie (on achète) les lézards.
« Quì onori n’avemu una soma, prima Cervioni è dopu Roma. »
 Nous avons ici des tas d’honneurs, d’abord Cervioni et Rome ensuite.
« Curciu à chì ùn hà un parenti in Cervioni. » 
Malheureux celui qui n’a pas de parenté à Cervioni.
« Sò di Cervioni, eppò chì ci hè ? »
« Sò di Cervioni, à i vostri cumandi ! »
 Je suis de Cervioni, et après ? Ou aussi « à vos ordres ! ».
« Straziatu cume e campane cerviuninche. »
Maltraité comme les cloches de Cervioni.

Chidazzu :
« Ùn parlà di cuccu in Chidazzu. »   
Parchì i so abitanti erani patroni di tutti i cucchi.
Ne parle pas de coucou à Chidazzu ! Car ses habitants avaient la propriété de tous les coucous.

Chigliani :
« In Chigliani, detti vani ! »
A Chigliani, bavardages inutiles !
« Seremu soga cum’è Chiglianesi ! »
 Ressemblons-nous aux chiglianais ?

Chimeglia :
« In Chimeglia, ci hè a rocca è sò guai à chì a tocca (à chì ci sbocca). »
A Chimeglia il y a la falaise, et tant pis pour celui qui s’y risque.

Ciamanaccia :
« Pare tuttu u banditu di Ciamanaccia. »
Il ressemble au bandit de Ciamanaccia.
« Ciamanaccia ! Ciamanaccia ! A forca di l’omini è u paradisu di i cavalli. »
Ciamanaccia ! La fourche des hommes et le paradis des chevaux.

Cinarca :
« In Cinarca ! Guai à chì ci sbarca ! »
En Cinarca ! Malheur à celui qui arrive !

Cinturi :
« Cinturesi cuglidori di granitule. »
Gens de Centuri cueilleurs de bigorneaux.

Cipurnascu :
« E crocce di Cipurnascu. »
Les béquilles de Cipurnascu.
Allusioni fatta à a fabricazioni artigianali di « crocce » in u paesu.
Allusion à la fabrication artisanale de béquilles dans le village.

Ciprianellu :
« Tù possa avè quant’è a gatta di Ciprianellu ! »  
Puisses-tu être âgé comme le chat de Ciprianellu !

(U) Chjosu :
« I vulpichjuli di U Chjosu. »  
Les renardeaux de U Chjosu.  (Allusion à leur malice)

Conca :
« Volta è rivolta a petra di Conca ! Una volta ch tù l’hai vultata Chì ci hai guadagnatu ? »
Retourne tant que tu veux la pierre de Conca ! Une fois que tu l’as retournée, qu’as-tu gagné ?
Manera ridicula è tarruccona di dì à calchissia ch’iddu perdi u so tempu.
Manière ironique et humoristique de dire à qqn. qu’il perd son temps.
« Voltami è vidarè quali ghjè sò. » 
Tourne-toi vers moi et tu verras qui je suis.

Conca, Sari, Lecci :
« Sari, Conca è Lecci, l’ultimi paesi chì Diu feci. »
Sari, Conca è Lecci les derniers villages créés par Dieu.

Corti :
“Andà à vede i so parenti in Corti.”
Aller rendre visite à ses parents à Corti. (Se dit de qqn. qui va faire un séjour en prison.)
« Sfidati di a lingua curtunese è di a penna calvese. »
Méfie toi de la langue de Corti et des écrivains de Calvi.
« Si Corti avissi un portu, d’Aiacciu è di Bastia farebbe un ortu. »
Si Corti avait un port, il dépasserait les villes de Aiacciu et de Bastia. Il en ferait son jardin.
 « Hà bisognu d’un parente in Corti. »
 En parlant de la maigreur d’une femme.
« Corti, cità eroica ! »
 Corti, ville héroique!
« Corti, u paese di l’orsu. »  
Corti, le pays de l’ours.
In rifarenza à u cattivu trattamentu chì l’abitanti di sta cità avariani fattu à un ursu.
En référence au mauvais traitement que les habitants de cette ville auraient fait subir à un ours.

Corsica :
« Baccalà pà Corsica ! »  
U baccalà di cattiva qualità era inviatu in Corsica. Pocu primura par l’abitanti di a Corsica. Si dici ugni volta chì i prumessi sò fatti par amiddurà a vita di tutti i ghjorna di i corsi. Traduci un mancu di cunfidenza.
La morue de mauvaise qualité était destinée à la Corse. Peu de considération pour les habitants de l’île. Se dit chaque fois que des promesses sont faites pour améliorer le quotidien des corses. Traduit un manque de confiance.
« Corsica, nè carca nè scozzula. »
Corse, ni chargée ni vide.
« Corsica, ùn averai mai bene. »
Corse, tu ne connaîtras jamais le bonheur.
« Corsica serà di male in peghju. »
La Corse ira de mal en pis.

Sti dui pruverbii parini purtà una prufezia imparevuli chì boca a Corsica versu una disgrazia eterna. Ricodda à u mumentu di a morti di Arrigu Bel Messere, in u 1 000 (cronica di Giovanni della Grossa). Stu fatalisimu pari essasi stallatu in a cuscenza cullettiva, à spissu rinfriscatu par quiddi chì si ni servani par ghjustificà à so incumpitenza, a so incapacità o i so fiaschi. Hè dinò una idea fatta è lestra à l’avanzu chì servi di pretestu par ùn circà micca avviaturi à monda prublemi, andendu sin’à scantà tutta circa di suluzioni. Ùn sarà ancu ora di sorta di sta trappula psicologica tinuta incruchjata da l’eterna determinazioni di quiddi chì ùn volini cambià nudda ?

Ces deux proverbes semblent soutenir une prophétie inéluctable poussant la Corse dans un éternel malheur. Elle remonte au moment de la mort d’Arrigu Bel Messere, en l’an 1 000 (chronique de Giovanni della Grossa). Ce fatalisme pernicieux semble s’être installé dans la conscience collective, souvent rafraîchi par ceux qui s’en servent pour justifier leur incompétence, leur incapacité ou leurs échecs. Encore des idées toutes faites servant de prétexte à la non résolution de nombreux problèmes, allant jusqu’à exclure toute recherche de solution. Ne serait-il pas temps de sortir de ce carcan psychologique maintenu fermé par l’aveugle détermination de ceux qui ne veulent pas de changement ?

 « Pane di legnu è vinu di petra per tè Corsica ! »
 Pain qui vient du bois (châtaigne) et vin issu de la pierre (eau de source) pour toi, Corse.
Dui elementi vitali in a storia di a Corsica, a castagna è l’acqua.
Deux éléments vitaux dans l’histoire de la Corse, la châtaigne et l’eau.

« Un Corsu ùn piscia mai solu. »
Un Corse ne pisse jamais tout seul.
 « Vai drittu, o Corsu, chì Diu t’aiuterà ! » 
 Marche droit, Corse, et Dieu t’aidera !
« Quandu u corsu ùn sà chì fà, lampa una ripa è l’alza più indà. »
Lorsque le corse ne sait pas quoi faire, il démollit un mur de soutainement et le construit plus loin.
À primu parè, si pensa à una manera di più di sprizzà u corsu, com’è s’iddu ùn sapia andà à l’essenziali, ch’iddu l’incresci sempri à fà è à piddà rispunsabilità. Ma scavendu di più, si u corsu cambiava a ripa di locu, pò dassi  ch’iddu ci era una raghjoni più seria. A ripa avia par funzioni di tena a tarra quandu u locu era in pendita. Sta tarra ghjunta era cultivata. S’iddu cambiava locu, forza chì l’altru era più beddu da sfruttà.
Au premier abord, on pense que c’est une manière de plus de déprecier le corse, comme s’il était incapable d’aller à l’essentiel, qu’il était peu enclin à faire ou à prendre des responsabilités. Mais en cherchant plus loin, si le corse changeait de place, peut être y avait-il une raison plus sérieuse. Le mur avait pour fonction de retenir la terre dans les endroits pentus. Cette terre était cultivée. S’il changeait de place, peut être que le nouvel emplacement était plus riche.

Corsoli :
« Ùn dì à Corsoli : hè gentili, cresci sempre u campanili ? »
 Ironique. Les cloches étaient, sans doute accrochées aux branches d’un arbre.

Coti Chiavari:
« Chì tù sii spentu com’è i chjaravesi! »
 Puisses-tu disparaître comme les habitants de Coti Chjavari!

Cruscianu :
« E furmicule di Cruscianu. »
Les fourmis de Crusciani.
Allusioni fatta à u travaddu ? À l’aiutu è à l’urganisazioni, com’idd’hà facini i furmiculi ?
Allusion au travail ? A l’entraide et à l’organisation, comme le font les fourmis ?
« Ghjè cum’è i Cruscianacci chì andaranu à u mare quand’elli saparanu nutà ! »
Attendre, comme les gens de Crusciani, de savoir nager pour aller à la mer.

Cruzzini è Guagnu :
« Dici u pruverbiu chè in Cruzzini è in Niolu, corciu lu babbu è corciu lu figliolu. »
Le proverbe dit que, dans le Cruzzini et dans le Niolu, pauvre est le père et pauvre est le fils. 

« Cruzini è Guagnu sò babbu è figliolu or’ ca Salginchi chì sò canioli. »
Cruzzini et Guagnu sont père et fils mais pas les habitants de Salginca car ce sont des petits chiens.

« Piglià u Cruzzini. »
Partir pour un voyage long et mystérieux.

 « Vattini in Cruzzini ! »
Va-t-en à Cruzzini. (Va-t-en au diable)

Curbaghju :
« Sant’Antone di mezu ghjennaghju, travarca u sole  à mezu Curbaghju. »
 A la Saint Antoine de la mi-janvier, le soleil franchit le milieu de Curbaghju (montagne de Calenzana)

Curbara :
« Curbaresi ! Tagliamuchji ! »
Habitants de Curbara ! Coupeurs de sistes !
« Curbaresi, serra, serra. »
Les habitants de Curbara préféraient la « serra », la montagne. Probablement pour se protéger des incursions.
« Curbaresi ! Scappemu à a Grotta Furnina chì i Genuvesi venenu per a marina ! »
Gens de Curbara ! Fuyons car les gênois arrivent par la mer !
« Calinzana belle zitelle, U Mucale capitanelle, Sant’ Antoninu bellu paese, Alagajola bella città, ma incù Curbara ùn ci ponu luttà. »
A Calinzana, jolies filles, à U Mucale filles droites avec leur « capitana » pour porter la cruche sur la tête,  Sant’ Antoninu, beau village, Algajola belle cité, mais contre Curbara, nul ne peut lutter.

Curà :
« À la festa di Currà, com’hè corciu chì ci và. »
Malheureux celui qui se rend à la fête de Curà.
“Chì tù possa corre com’è i santi, in Currà !” 
Puisses-tu courir comme les Saints, à Currà.
« Curà, cù lu to sole è li to lecci, lascia stà di le femine. »
 Curranu, avec ton soleil et tes chênes-verts, laisse en paix les jeunes filles et leurs tresses.

Curtichjatu :
« U pannu sfinazzatu si tesse in Curtichjatu. »
Le drap surfin se tresse à Curtichjatu.

(A) Curtina :
« Curtinacci, nemichi ! » 
Curtinacci, ennemis !

Curzu :
« Chì di Curzu hè nativu per l’aguantà hè fattivu. »
 Qui est natif de Curzu est habile à saisir.

Cuzzà :
« À i donni di Cuzzà, si dici di no è po li si dà. »
Aux femmes de Cuzzà, on refuse en premier et puis on leur donne.
 « Cuzzà, Cox, Cuzzera, sumina sempri è spera à quidd’acqua beneditta di Parta è di Culletta. »
Cuzzà, Cox, Cuzzera, sème et espère en l’eau bénite de Parta et de Culletta.

Isulacciu :
« Bisulacciselli ! Tutti appesi à i muzzeli. »
Habitants de Isulacciu di Fium’orbu tous accrochés aux bois fichés dans le mur.

Lama :
« Pane d’Antisanti è oliu di Lama sò affissati à le porte di Roma. »
Le pain d’Antisanti et l’huile de Lama sont renommés jusqu’à Rome.
« Hè cum’è u sumere di Lama, chì fughje à chì u chjama. »
Il se comporte comme l’âne de Lama, qui fuit lorsqu’on l’appelle.

Lanu :
« Lanu ! Lanu ! Assai paglia è micca granu ! »
A Lanu on produit beaucoup de paille, mais peu de blé.
« Lanu ! Lanu ! Guardami da luntanu ! »
Lanu ! Reste loin de moi !

Lecci :
« Attinzioni ! Sò di Lecci ! »
Attention ! Je suis de Lecci ! Je ne plaisante pas.

Lentu :
« Traditore cum’è un Lentincu. »
Traitre comme un habitant de Lentu.

Letia :
« Letia fà quattru paesi, tutt’è quattru bisugnosi ; unu ùn pò dà riscattu à l’altru ; cumu faranu i tosi ? »
Letia se compose de quatre villages, tous pauvres, l’un ne peut aider l’autre. Comment feront les tondus ?
« O di Letia, o d’Ortu almenu ! »
Qu’il soit de Letia, mais au moins de Ortu.

Liccetu è U Fenu :
« U Fenu è U Liccetu muntagnoli, pommi è fasgioli ! »
Les gens de la montagne se nourissent de pommes de terre et de haricots.
Stu pruverbiu tistimunighja di un’epica induva u corsu campava supratuttu incù ciò ch’iddu pruduciva. I paesi di drintu, ancu più chè i cità, hani da longa andà cultivatu i so orti, allivatu i so purceddi, coltu i so frutti, piantatu i so chjosa, sigatu i so finili, vindimiatu i so vigni… assicuratu u so manghjà par tuttu l’annu.

Ce proverbe est le témoignage du moment où les corses vivaient surtout à partir d’une économie de subsistance. Les villages de l’intérieur, plus encore que les villes, ont longtemps cultivé leurs jardins, élevé leurs cochons, cueilli leurs fruits, plantés leurs champs, moissonné leurs fenils, vendangé leurs vignes… assuré leur nourriture pour toute l’année.

Linguizetta :
« Linguizettacci tutti appesi à li migliacci. »
Habitants de Linguizetta, à croc avec les migliacci.
« Linguizetta di e quattru funtane, l’omi curnuti è e donne puttane. »
Linguizetta aux quatre fontaines, les hommes cocus et les femmes volages.
« Ci hè quant’è da quì à Linguizzetta ! »
Il n’y a qu’un pas.

Livia :
« I patataghji di Livia. »
Les habitants de Livia adorent la pomme de terre, particulièrement les fameuses « sciacci » (galettes) de pomme de terre.

Lota :
« Hè megliu à esse mule orezzinche chè donna lutinese. »
Mieux vaut être une mule d’Orezza qu’une femme de Lota.
« Lutinchi legaboi. »
Gens de Lota attache-bœufs.
« Scola fiaschi Lutinchi. »
Gens de Lota vide gourdes. (Référence au bon vin)
« Lota, Lota, chì per a Ventigliola si ne colla a vostra dota. »
Lota par la Ventigliola votre dot s’en va.

Allusioni fatta à a rivolta di i so abitanti contru à i latri chì li dumandavani soldi senza arrestu.
Allusion à la révolte de ses habitants contre les voleurs qui les rançonnaient sans cesse.

Lucca :

« Ghjistimà cum’è un Lucchese. »
Blasphémer comme un Lucquois.

« Orgogliu lucchisinu. »
Orgueil Lucquois.

« U lucchesu ùn hè francu s’ellu ùn hà pinnatu al fiancu. »
Le luquois n’est pas rassuré, s’il n’a la serpe sur le côté.

« Ùn faci bedda figura u lucchesu senza pinnatu al culu. »
Il n’a pas une belle apparence le luquois sans la serpe accrochée au derrière.

I lucchesi erani boni furistini impiigati à spissu par fà ligni è supratuttu par fà u carbonu, monda utuli duranti a siconda guerra mundiali. L’arnesi di quiddu tempu erani a piola, u sigonu incù dui manichji è u pinnatu. St’ultimu arnesi, utuli dapartuttu è ad ugni mumentu era appiccatu à un ancinu di a cinta, daretu à u culu.

Les luquois étaient de bons forestiers employés souvent à couper du bois et surtout à fabriquer du charbon de bois, très utilisé à la fin de la dernière guerre mondiale. Les outils de l’époque étaient la hache, la scie passe-partout à deux manches et la serpe. Cette dernière, utile à tout moment était portée accrochée à la ceinture, derrière le dos.

« À a fine di tanti guai un lucchese ùn manca mai. »
Au terme de tant de malheurs un Lucquois ne manque jamais.

« Genuvese è ventu di maghju sempre sò stati a fame di a Corsica. »
Les Gênois et le vent de mai ont toujours été cause de famine en Corse.

Luciana :

« Nacque in Luciana a vergine padron di Cirnu sana. »
Naquit à Luciana la Vierge, patronne de la Corse.

« Luciana, in lu so bugnu à Borgu torce u rugnu. »
Luciana se moque bien de Borgu. Vieille rivalité entre les deux villages.

« Ùn dì mai in Luciana chì tù hai parenti in Borgu. »
Ne dis jamais à Luciana que tu as des parents à Borgu.

Lupigna :

« Or vai à Lupigna à piglialle nant’a ghigna. »
Si tu veux des coups va à Lupigna.

Luretu :

« Laretani… pedi scalzi (Luretu di Tallà). »
Loretais… marchent pieds nus.

« U pentone Luretacciu imbriglia Golu è Vescuvaci. »
Le rocher de Luretu menace le Golu et les Vescovalais.

« Luretu canta : gloria à i duecentuquaranta ! »
Luretu chante : gloire aux deux cent quarante !

Allusioni fatta à a lutta di i corsi contr’à i francesi.
Allusion à la lutte des corses contre les français.

Luri :

« Valle di Luri, chì Diu fece in un surrisu. »
Valle De Luri, que Dieu créa en un sourire.

« Hà mandatu a moglia in Luri ! »
Il a envoyé sa femme à Luri. (Il a rossé sa femme)

« Luri ! Chì un cornu l’abburi ! »
Luri ! Qu’une corne le haïsse !

« Luresi ! Mulinari ! »
Habitants de Luri ! Meuniers !

« Cuppulai ! Luresi ! »
Tortues ! Gens de Luri !

« Ci n’hè pochi sumeri in Luri ! »
Que d’ânes à Luri ! (Se dit d’une chose commune, très répandue)

« Voli andà à fà cunconi à Luri ! »
Inutile d’aller faire des cunconi (ustensile pour la lessive).

Si dici di calcosa di cumunu, di monda cunnisciutu o di dighjà fattu.
Se dit de qqch. de commun, de très connu ou déjà réalisé.

« Luri cun l’orticula castiga. »
Luri punit avec l’ortie.

Allusioni fatta à a punizioni data à Seneca par avè uffesu u babbu di famidda parlendu di a so fiddola. Da quì veni u nomu : « Urticula di Seneca ».

Allusion à la punition infligée à Sénèque pour avoir offensé le chef de famille au sujet de sa fille. D’où le nom « Orticula di Seneca » ?

« Era in Luri ! »
Signifie : mon esprit était ailleurs.

Macà :

« Omu di Macà, toccali a manu è lascialu andà. »
Habitant de Macà, serre lui la main et laisse le tomber.

Tema cumunu à monda paesi di Corsica.
Thème commun à de nombreux villages en Corse.

Magnara :

« Si cum’è u mulu di Magnara chì si lascia manghjà u culu per ùn arriminà a coda. »
Tu es comme le mulet de Magna qui se laisse dévorer le cul pour ne pas remuer la queue.

(U) Mandriale :

« Pare sole di Mandriale. »
On dirait le soleil de Mandriale.

« Mandrialinchi appesi à u lustincu ; u lustincu si rivolta, u Diavule si li porta. »
Les gens d’U Mandriale suspendus au lentisque ; le lentisque se révolte et le Diable les emporte. Thème commun à d’autres villages.

Marana :

« Incù a ghjente di a Marana, ùn ci fà caravana. »
Ne fréquente pas les gens de la Marana.

« Senza u vescu di Marana, Vescuvatu era una tana. »
Sans l’évèque de Marana, Vescuvatu serait un trou perdu.

Allusioni fatta à a custruzzioni di una residenza pà u vescu in u Viscuvatu.
Allusion faite à la construction d’une résidence de l’évèque à Vescuvatu.

(a) Marina :

« Granaghjoli di a Marina. »
Mangeurs de bouillie de a Marina.

Marseglia :

« À chì hà fiddola à guastà, i mandi in Marseglia à navigà. »
Qui veut corrompre ses enfants les envoie à Marseille naviguer.

« Altrò », vulia dì l’incunnisciutu. Parta in cuntinenti, pà u più in Marsiglia, era par a famidda chì si firmava in Corsica, un gran misteru, o ancu un priculu, è ancu di più quandu si trattava di navigà. U buliumu stranu si facia incù l’incertu, l’arubbera, a scruccunaria, a perdita d’appicci suciali è ligali.

« Ailleurs » était perçu comme l’inconnu. Partir sur le continent proche, le plus souvent à Marseille, représentait pour la famille restant en Corse une grande incertitude voire même un certain danger, et encore plus lorsqu’il s’agissait de naviguer. Une confusion étrange se faisait avec l’aventure, la rapine, l’escroquerie, la perte des repères sociaux et légaux.

Mela :

« Mela, quandu la vegu, m’intela ! »
Mela, quand je la vois, je prends peur !

Meria :

« Meria ! Miseria ! »
« Scapatopi Meriacci ! »
Meria ! Que de misère ! La terre serait de très mauvaise qualité pour l’agriculture.

« Ùn manca u vinu in Meria è in Pinu. »
On trouve du vin en abondance à Meria et à Pinu.

« In Meria sò grossi cum’è l’acqua di i maccaroni. »
Les habitants de Meria son dits lourdeaux ; ils ont peu de discernement.

Tema cumunu à monda paesi. U campanilisimu faci nascia è intrateni monda ghjilusia è cattivezza contru à i so vicini.
Thème commun à de nombreux villages. Le campanilisme fait naître beaucoup de jalousie et de méchanceté envers ses voisins.

« Meriacci fonda legge. »
Meriacci, créateurs de lois.

Allusioni fatta à l’utulisazioni partigiana di a leggi ?
Allusion faite à l’utilisation partisanne de la loi ?

“Meriacci scapatopi.”
Coupeurs de têtes de rats.

« Meriacci pappulai. »
Mangeurs de bouillie. (Allusion faite à la misère du village)

Merusaglia :

« È la ghjente di Merusaglia sempre pronta à la battaglia. »
Les habitants de Merusaglia sont toujours prêts à se battre.

« Chì vole più bè à l’altri chè à se, si fermò in u pianu di Merusaglia. »
L’abus d’altruisme peut nuire et vous abandonner dans le pré de Merusaglia.

« Merusaglia, cità santa, chì lu sole di Cirnu ammanta. »
Merusaglia, ville sainte, que le soleil de Cyrnos enveloppe d’un manteau de gloire. (Village natal de Pascal Paoli)

Migliacciaru :

« Ùn lu dà mancu pà tuttu l’oru di u Migliacciaru. »
Il ne le donne même pas pour tout l’or de Migliacciaru.

Miomu :

« Pane d’Antisanti, furmagliu venachese, vinu di Miomu fanu campà l’omu. »
Le pain d’Antisanti, le fromage de Venacu et le vin de Miomu, régalent l’homme.

Moita :

« À i muitinchi e panche, à i curtinesi e carreche. »
Aux habitants de Moita les bancs, à ceux de Corti, les chaises.

« Moitinchi… cori tinti. »
Moïtais… cœurs tristes.

Mola :

« Mola tuttu per a gola. »
Mola tout pour le ventre.

Monte Cristu :

« À tè corsu sfurtunatu è tristu ti benediscu da Monte Cristu. »
Corse malchanceux et triste, soit béni depuis Monte Cristo.

Montemaggiore :

« Straziatu cume e campane di Montemaiò. »
Tourmenté comme les cloches de Montemaggiore.

Morga :

« Acqua di Morga o tomba o porga. »
L’eau de Morga peut vous tuer ou vous guérir.

Moriani :

« Giunsenu murianinchi bocchineri è coritinti. »
Sont arrivés les habitants de Moriani, noirs et désespérés.

« Hè quant’à fà un cunventu à i murianinchi (o in Muriani). »
Autant vouloir construire un couvent aux habitants de Moriani. (Toutes les pièves de Corse avait un couvent, sauf celle de Moriani)

« Ci hè più santi in Moriani chè in paradisu. »
Il y a plus de Saints à Moriani qu’au paradis.

“In piazza à a chiesa di Moriani ancu u rè tirò i so piani.”
Sur le parvis de l’église de Moriani, même le Roi dressa ses plans.

Allusioni fatta à una firmata di u rè Tiadoru primu quandu si truvava à u pedi di una liccia chì esisti sempri, comu si dici, in quistu locu.
Allusion faite à une halte du roi Théodore 1er alors qu’il se trouvait au pied d’un chêne qui existe encore, dit-on, en ce lieu.

« Hè megliu pane è cipolla in Moriani chè una mensa in la traditora Stazzona. »
Il vaut mieux du pain et de l’oignon à Moriani qu’una table servie à Stazzona, la traîtresse.

Pari avè più rispettu par a piccula uspitalità di Moriani chè par i beddi ripasti sirvuti da i traditori di Stazzona.
Semble accorder plus de respect pour l’humble hospitalité de Moriani que les festins jugés traitres de Stazzona.

Mucale (u):

« U Mucale, appinza pali. »
Les habitants de u Mucale sont réputés tailler des pieux. (Seraient-ils si paresseux ?)

Muchjetu :

“Fate ala chì collanu i muchjitani !”
Faites la haie car voici les habitants de Muchjetu.

(e) Muline :

« E ranochje di e Muline. »
Les grenouilles de E Muline ?

Muna :

« Muna ! Muna ! Soca ùn ci esce u sole è a luna ? »
A Muna, y a-t-il le soleil et la lune ?

(A) Munacaghja :

« I sbuchjaferri di A Munacaghja. »
Les « éplucheurs de fer » de A Munacaghja.

Allusioni fatta à l’avarizia o à a saluta di i so abitanti ?
Allusion à l’avarice ou à la santé de fer de ses habitants ?

Munticellu :

« Quandu alive ùn ci n’hè più, Munticellu hè à corpu insù. »
Munticellu va mal les années où les olives manquent.

« Munticellu chì bellu paese quandu l’alive sò appese. »
Munticellu est un beau village avec plein d’oliviers. (Réputé pour ses olives)

Muracciole :

« Traditori ! Muracciaschi ! »
Les habitants du village de Muracciole sont des traitres.

Tema cumunu à monda paesi.
Thème commun à beaucoup de villages.

Muratu :

« Unguente di Muratu, guarisce ogni malatu. »
Onguent de Muratu, guérit tous les malades.

« Muratinchi… pulendoni ! »
Muratais… mangeurs de polenta !

« In Muratu ancu u prete s’addispera. »
A muratu même le curé se désespère.

Mursiglia :

« Hè cum’è a donna di Mursiglia, tutti a volenu ma nimu a piglia. »
Pareille à la femme de Mursiglia, tout le monde la veut mais personne ne la prend.

« Spadaccini (o sparrazzini). Mursigliesi ! »
Habitants de Mursiglia, spadassins ou marchands ambulants.

Murzu :

« Ùn parlà di ghjacari in Murzu ! »
C’est comme si on parlait de chiens à Murzu !

Musuleu :

« Batti donne Musulacci. »
Les gens de Musuleu sont réputés battre les femmes.

Per a maior’ parte, issi detti è pruverbii sò nati da a ghjelusia ma ancu da u stintu di a magagna di u corsu. Sò una manera di taruccà, di ridesine di u so vicinu, di a ghjente di u paese vicinu, di u frusteru… senza cattivezza ma incù u stintu di credesi megliu chè « l’altru ». Hè ancu una manera di dì chì u so locu, u so paese, a so ghjente hà più valore chè quellu d’altrò.

Rutalacci cuccai (si tenenu u cuccu), balluttoni (li piacenu e ballotte.

Suriacci capi tonti (scemi) o capi tondi (tonduli) o à capu di i monti (di San Damianu è di Tenda).

Pughjulacci curghjulini (stringhjenu u curghjolu), arruba campane (quelle di u cunventu d’Oletta).

Barbaghjacci stradaghjoli (sempre nant’e strade), stoghja barba (alliscianu a barba).

Patrimuniinchi buiatteri (cunducenu i boi), carritteri (i carri), zappaghjoli (zappanu e vigne), scoti campane (quelle di u cunventu di Ferringule in Marianda).Manghja calvesi.

Ferringulesi cipullai (vendenu e cipolle), pignulai (e pignule). Sparagaghjesi (quelli chì stanu in U Sparagaghju o U Spereà paisolu di Ferringule) manghja calvesi (prununziatu carbesi, les cafards).

Muratinchi : Pulendoni

Rapalinchi : Taglia schinchi è fumiconi

Piuvitani ; Cudanelli ( cum' a volpe)

Sangavinacci : Zirinzinzi (Circa storie)

Santupetracci : Scornaboi

Vallecallesi : Aruba campane

Olmitesi : Scapafiche

Olittesi : Sette gunnelle ò sette flachine

Sanfiurenzinchi : Spellagranochje,ranuchjaghji

Nazza :

« Tra u Poghju è u Luchese, a meza guazza, dorme l’anticu paese, dorme Nazza. »
Entre Poghju et Luchese, dans la rosée, dort le vieux village de Nazza.

Nebbiu :

« Nebbiu, conca d’oru, conca di tradimentu. »
Nebbiu, vallée en or mais aussi vallée de traitrise.

“Piglià u Nebbiu (u Cruzzini).”
Entreprendre un long et mystérieux voyage. (Aller au bout du monde)

Niolu :

« Ùn si pò avè un pedi in Caccia è l’altru in Niolu. »
On ne peut avoir un pied à Caccia et l’autre à dans le Niolu. (On ne peut être partout à la fois)

« Pari scalatu da u Niolu. »
On dirait qu’il vient du Niolu ! (Tant il est gauche)

„Niolu, valle di misteru, incaghjata in lu so seru.“
Niolu, vallée mystérieuse, gelée dans son petit lait.

« Avè un ochju in Caccia è l’altru in Niolu. » (v. difetti)
Avoir un œil à Caccia et l’autre dans la Niolu. (Loucher)

« Lampassi (fà) com’è i niulinchi à l’uva. » (v. invidia)
Se jeter comme les niolins sur le raisin.

Lampassi annant’à calcosa incù ingurdizia è vodda. L’uva duvia essa scherza par l’abitanti di u Niolu, a prova si n’hè ch’iddi si lampani annantu quand’iddi a vidani.

Se jeter sur qq.ch. avec envie. Le raisin devait être rare pour les habitants du Niolu, car ils sont réputés se jeter sur lui lorsqu’ils le voient.

« Niolu, Niolu, beatu u babbu chì ci caccia un figliolu. »
Dans le Niolu, bienheureux le père qui en sort un fils.

Nonza :

« À la piazza sò Nunzinchi. »
Les gens de Nonza traînent sur la place.

« Nunzinchi signurini. »
Gens de Nonza petits seigneurs.

Nuceta :

« Hè quant’è à parlà di forche in Nuceta. »
Ne parle pas de fourches à Nuceta.

Ogliastru :

« L’Ogliastrincu manghja cipolle. »
L’habitant de L’Ogliastru mange des oignons.

Oletta :

« Oletta ! Oletta ! Fior’ di Cirnu benedettu ! »
Oletta ! Bijou béni de la Corse !

« Olitesi… sette bunelle ! »
Olettais… sept vestes ! (Changent souvent d’idées)

Olchini :

« Olchinesi ! Arrubasella ! »
Les habitants de Olcani sont des voleurs.

Omessa :

« À Omessa, u sole ci s’arrizza duie volte. »
Le soleil se lève deux fois à Omessa.

„Trenta sei barette rosse in piazza d’Omessa.“
Trente six casquettes sur la place d’Omessa.

« In Omessa, un capurale vale più chè un generale. »
A Omessa la hiérarchie est renversée. Un caporal vaut plus qu’un général.

« Omessa capimondu, Roma u sicondu. »
Omessa prétend être la capitale du monde, et Rome, la seconde.

Ma u latinu ristabilisci a rialità, ancu s’iddu dà à Omessa una bedda piazza. Dopu Roma veni Omessa. Ciò chì voli dì, in suprapiù di a biddezza di u locu, ch’iddu ci hè monda sgiò.

Mais le latin rétablit la réalité tout en accordant à Omessa une excellente place. Aprés Rome vient Omessa. Ce qui peut bien signifier, au-delà de la beauté du paysage, l’abondance de ses notables.

« Roma caput mundi, Omessa secundi. » (Latinu)

Orezza :

« Orezzinchi per ùn esse morti fecenu u pane di dicessette sorti. »
Les Orezzais pour ne pas mourir firent le pain de dix sept façons.

Allusioni fatta à i tempi duri è di fami nera chì si tumbò una grossa parti di a pupulazioni (tempu di ginuvesi). Ni sò ghjunti sin’à macinà u legnu par fanni farina. U pani fattu incù u legnu parmittia di ùn cripà micca di fami.

Allusion faite au temps de disette et de famine qui décima la population (temps des génois). Ils en arrivèrent jusqu’à moudre du bois au moulin pour en faire de la farine. Le pain issu de celle-ci permettait de ne pas mourir de faim.

« Acqua d’Orezza, castagne campanesi cent’anni è centu mesi. » (v. saluta)

Avec la qualité de l’eau d’Orezza et la richesse des châtaignes de Campana nul doute que l’on peut vivre en bonne santé plus de cent ans.

« Acqua d’Orezza, castagne campanese, si campa à poche spese. » (v. manghjà è bia)

Avec l’eau d’Orezza et les châtaignes de Campana, on peut vivre à moindre frais.

U castagnu era tinutu com’è « l’arburi à pani » di a Corsica. A castagna è tuttu ciò chì viniva da idda sirviani di manghjuscula principali par i famiddi. Oghji ch’hè oghji tutti sti prudutti dicini manghjami manghjami. Senza cuntà l’utilisazioni di a farina castagnina in tutti i salzi è accumpagnamentu di u manghjà scurparti oghji da numarosi cucinari tarcani.

Le châtaigner était considéré comme « l’arbre à pain » de la Corse. La châtaigne et ses dérivés constituaient un aliment de base pour les familles. De nombreux produits transformés aiguisent encore aujourd’hui notre appétit. Sans compter l’utilisation de la farine de châtaigne dans de nombreuses sauces et accompagnements de plats mis à jour par d’excellents cuisiniers.

« Omu d’Orezza è donna d’Alesgiani facenu figlioli chì parenu fasgiani. »
Les hommes d’Orezza et les femmes d’Alisgiani forment le couple idéal pour avoir des enfants qui ressemblent à des faisans.

« Eo sò d’Orezza, induv’ellu ci hè u tufone, ci si mette a pezza. »
Je suis d’Orezza, là où il y a un trou on rapièce.

« Avanti Orezza chì Alisgiani veni appressu. »
En avant Orezza car Alisgiani suit derrière.

« Dici quant’è un stacciaghju orezzincu. »
Il parle autant qu’un vendeur de tamis d‘Orezza.

« Erpia cum’è e mule orezzinche. » (v. cavaddu)
Ruer comme les mules d’Orezza.

« Hè megliu à esse mule orezzinche chè donna lutinese. »
Il vaut mieux être des mules d’Orezza que des femmes de Lota.

„In Orezza si nigozianu e mule.“
A Orezza on fait le commerce des mules.

« In Orezza ùn t’ammulà. »
Ne prend pas de mules à Orezza. (Est-ce parce qu’elles étaient trop épuisées par le travail ?)

« Spassighjà l’acqua d’Orezza. »
« Ne pas tenir en place. » (Français)

« Razza orezzinca guastarazza! »
Habitants d’Orezza, race à part!

Ortaca (Urtaca) :

“Bisogna piglià d’Urtaca i cani.”

Il faut prendre les chiens à Ortaca. (Urtaca était réputée pour avoir de bons chiens)

Ortale:

« In Ortale ùn ci hè mancu un cunsigliu municipale. »
A Ortale, il n’y a même pas un conseil municipal.

« Ortale, trè case è un fornu, hà vulsutu la so chiesa attornu. »
Ortale, tout petit village, a éxigé son église .

Osani :

« Vi s’azzipanu in Osani abbaghjendu com’è cani. »
Les habitants d’Osani vous rejettent en aboyant comme des chiens.

Ota :

« Ota, paese maladettu, nè stacciu nè cantarettu. »
Ota, village maudit et misèreux, sans tamis ni petit quintal.

« Ota, Ota, attenti à la cota. »
Village menacé par des rochers suspendus au dessus du village.

Palneca :

« À le donne di Palneca li si prumette è po si nega; à le donne di Cuzzà, si dice di no è po si dà. »
Aux unes on promet et puis on refuse, aux autres, on dit non, et puis on accorde.

« Palneca ! Palneca ! À chì fura, à chì nega ! »
A Palneca les uns sont menteurs, les autres voleurs.

« Palneca si spicca da la regioni, di custumi, vizi ed orazioni. »
Palneca se distingue dans la région, de coutumes, de vice et d’oraison.

„Dammine da mette in bocca, si dice in Palneca !“
Donne moi de quoi remplir la bouche, dit-on à Palneca!

Pariggi :

« Incù i « si » è i « ma » si mittaria Pariggi in buttiglia. »
« Avec des « si » on mettrait Paris en bouteille. » (Français)

« Per guadagnà à Pariggi, ci vole à arrizzassi di bon ora. »
Pour gagner Paris il faut se lever tôt.

(E) Partine :

« E gatti di E partine. »
Les chats de E partine? (Pour quelles raisons ?)

Pastina :

« Per u travagliu, quelli di Pastina, ùn sò boni nè a sera nè a matina. »
Les habitants de Pasina ne sont guère travailleurs.

Pedicorti :

« Pedicurtacci, ne voli più di quelli migliacci ! »
Habitants de Pedicorti, voulez-vous encore des migliacci !

(A) Pedina :

« I Pedinacci lampanu i porchi à i lupini. »
Les gens de Pedina donnent des cochons à manger aux lupins.

Manera ridicula di fà veda a distrazzioni o a niscintria di l’abitanti.
Façon ironique de souligner leur distraction ou leur bêtise.

Penta :

« Chì vole cunnosce a galera, vaga à Penta, à a cugliera. »
Qui veut connaître la vie de galérien, aille à Penta, au moment de la cueillette des châtaignes.

« Penta, Penta (di Casinca), nantu à a penta. »
Penta (de Casinca) perché sur son piton.

Petra curbara :

« Ùn dumandà mai in Petra Curabara nè in Siscu, se tiranu a cipolla cù funa di pelu. »
Ùn dumandà mai in a Petra Curbara o in Siscu, s’iddi tirani Cipolla, nomu di u monti, incù una funa di pilu caprunu. Allusioni fatta à una litica tra i dui paesi, chì vinia da u fattu chì ugnunu vulia fassi patronu di u cantonu tirendulu incù una corda.

Ne demande jamais à Petra Curbara et à Siscu, s’ils tirent Cipolla, nom du mont, avec une corde faite avec du poil. Allusion faite à une querelle entre les deux villages, consécutive à l’appartenance d’un rocher que chacun voulait ramener chez soi en le tirant avec une corde.

« A petra Curbara ghjè u Fium’Orbu di u Capicorsu. »
A Petra Curbara est le Fium’Orbu du Cap Corse. (Allusion aux nombreux bandits)

« À mumentu semu peghju chè A Petra Curbara. »
Peu flatteurs pour les habitants de A Petra Curbara. (Allusion au banditisme ?)

(A) Petra Piana :

« A cima di A Petra Piana. »
Le sommet de A Petra Piana. (Allusion à une particularité géographique ?)

Petraserena :

« Chì tù palpi i quatri di Petraserena. » (v. ghjastimi)
Puisses-tu tatôner (être aveugle) les pierres de Petraserena.

Petra di Verde :

« Ùn parlà di teghje à Petra. »
Ne parle pas de dalles à Petra di Verde.

« Ùn dumandà mai in Petra di Verde si Sant’Elia hè maschiu o femina. »
Ne demande jamais à Petra di Verde si Saint Elie est un garçon ou une fille.

« Hè cum’è u campanile di Petra di Verde : tantu ci n’hè sopra chè sottu. »
Comme pour le clocher de Petra di Verde : même quantité dessus que dessous.

Piana :

“In Piana, ùn ci fà caravana.” (v. cumpagnia)
Ne cherche pas à te faire des amis à Piana.

« O tonti pianacci, avetene fame, par brama di pane, manghjate listinchi. »
Oh ! Fous pianais, vous avez faim, vous manquez de pain ; mangez des lentisques.

(A) Piazza :

« I Piazzinchi carnazzeri ! »
Les habitants de A Piazza sont-ils des mangeurs de viande ou des gens féroces?

(E) Piazze :

« I Piazzinchi sò ladroni, spezza cantari è cascioni. » (v. arubbera)
Les habitants de E Piazze sont réputés être des voleurs, des briseurs de balance romaine et de coffres.

Piazzoli :

« Pass’è veni è mai finia dai Piazzoli à Monaccia. »
Oisiveté dite des gens de ces deux villages qui passaient leur temps à se promener.

Piedicroce :

« In paese di Piedicroce, centu preti alzonu a voce. » (v. preti)
Dans le village de Piedicroce, cent curés levèrent la voix.

Allusioni fatta à una reunioni di teologisti chì dichjaronu ghjusta è santa a guerra di liberazioni di a Corsica contr’à Genuva.
Allusion à une réunion de théologiens qui proclamèrent juste et sainte la guerre de libération de la Corse contre Gênes.

« In u paese di Piedicroce ùn alzà tantu a voce. »
Ne fait pas le vantard à Piedicroce.

Pietrosu :

« Hè cum’è a pisciata di u Pietrusacciu ! »
C’est comme de pisser à Piedicroce. (Se dit de choses qui durent longtemps)

Pieve :

« Piuvitacci… cuanelli ! » (v. paura)
Piévais… se tiennent toujours derrière.

Pigna :

« Pigna è Curbara sò scemi (sciocche) à una para. »
Les habitants de Pigna et de Corbara sont aussi fous les uns que les autres.

Pinetu :

„Truvassi in Pinetu senza zucca.“
Se trouver à Pinetu sans gourde. (Dur moment)

Pinu :

« Amicizia Pinese n’ùn dura più d’un mese. » (v. pressa, amicizia)
A Pinu, l’amitié ne dure jamais plus d’un mois. (Thème commun à d’autres villages)

« Pinesi traditori. » (v. falsità)
Gens de Pinu, traîtres.

Pirelli :

« In Pirelli, facenu ride i spurtelli. »
A Pirelli, les paniers sont à la fête.

« Eccuci à a stretta à i Pirelli. »
Être devant le pire.

« In Pirelli d’Alisgiani, ùn t’infurcà a lingua. »
Dans le village de Pirelli d’Alisgiani, que ta langue ne fourche pas.

Pisa :

« Quandu Pisa fù brusgiata ! »
« Ghjunghji quandu Pisa hè brusgiata. »

Lorsque Pise fut brûlée ! (Vouloir effectuer ou y penser trop tard)

« Evviva a torra di Pisa chì pende, chì pende è mai ùn và giù ! »
Vive la tour de Pise qui penche éternellement et qui ne tombe jamais !

« Sò com’è i ladri di Pisa. »
Ils sont comme les voleurs de Pise.

Liticassi senza arrestu è ùn pudessi passà unu di l’altru.
Se disputer perpétuellement mais ne pouvoir se passer d’être ensemble.

Pitrosu :

« Pitrosu ! Ritrosu ! »
Pitrosu, opposé, difficile !

Piubbeta :

“In Piubbeta tinghjenu i sumeri, i bianchi diventanu neri.” (v. asinu)
Ils colorent les ânes dans le village de Piubbeta.

(U) Poghju :

« E cavichje di U Poghju. »
Les chevilles de U poghju. (Est-ce une allusion au mauvais caractère de ses habitants ?)

« Pughjalacci stricchi stracchi. »
Gens de U Poghju sont entre une chose et l’autre. (Indécision ou sagesse ?)

Poghju di Nazza :

« Pughjulacci, li tignosi ! »
Les habitants de Poghju di Nazza sont des teigneux.

Porru :

« Tuttu Porru ùn pobbe fà beie u sumere. » (v. asinu, tistardizia)
Tout le village de Porru n’a pas pu faire boire l’âne.

Porri :

« Belle pere le purrinche. »
Porri, réputé pour ses pommes.

« Ùn hè ancu notti in Porri ! »
La nuit n’est pas encore tombée à Porri. (La vengeance ne saurait tarder)

« À Porri ci hè ghjuntu dui (trè) volti u boia. »
Le bourreau a éxercé ses basses œuvres deux (trois) fois à Porri.

Portivechju :

« Purtivichjacci corpu à balisgia, a frebba li tumba è l’acqua l’ingrisgia. »
Les habitants de Portivechju étaient rendus malades à cause de la malaria et de la mauvaise qualité de l’eau.

Portu :

« Portu, tramannatu o mortu ! »
Portu, infirme ou mort ! (Sans doute dû à la difficulté de se déplacer dans ces chemins rocailleux)

« Portu ! Portu ! Pitricaglie senz’ un ortu ! »
A Portu il y a beaucoup de cailloux et peu de jardin.

(u) Pozzu :

« Ballarini Puzzaresi ! »
Les habitants de U Pozzu sont dits être bons danseurs.

« Puzzaresi manghjoni, abitanti traditori, correnu duv’ellu ci hè bucconi ! Tandu si ch’elli sò elettori ! Ma u pruverbiu ùn hè finitu : Puzzaresi ballarini ! »
Les gens de U Pozzu sont des goinfres et des traîtres ; ils votent pour celui qui les nourrit ; mais le proverbe n’est pas terminé : Puzzaresi danseurs !

Pratali :

« Cuscenza hè morta ind’i Pratali. »
La "conscience » est décédée à i Pratali.vIl s’agirait d’un homme surnommé « Cuscenza ».

Prugna :

« Hà i signori ancu la Prugna : ma i saluti o tasti l’ugna. » (v. pratinzioni)
Prugna a aussi ses seigneurs : tu les salues ou tu tâtes à leurs ongles.

Prunu :

« Ùn parlà di cannone in Prunu ! »
Ne parle pas de canon à Prunu !

« Cuccudrilli sò Prunacci. »
Les habitants de Prunu sont comparés à des crocodiles.

Pughjolu :

« In lu Pughjolu, u babbu stanta à u figliolu. »
Dans le village de Pughjolu le père gagne le pain pour le fils.

(U) Punticellu :

« I lumacaghji Punticellai. »
Les mangeurs d’escargots de U Punticellu ou bien les habitants se conduisent-ils comme les escargots qui ne sortent que par temps de pluie ? (Est-ce aussi une allusion à la lenteur ?)

« Punticellai, site ghjente di i sgiò à cuchjara di legnu. »
Vous êtes des seigneurs à la cuillère de bois.

Pupulasca :

« Si a penna rossa casca addiu Pupulasca. »
Le danger à Pupulasca vient de l’amas qui surplombe le village.

« A Radeval tout dévale. » (Français)

(u) Purettu :

« Scapa Cristu di U Purettu ! »
Ceux de U Purettu décapitent le Christ ?

(U) Purticciolu :

« Tuttu U Purticciolu di streghe hè figliolu. »
Tout U Purticciolu est fils de sorcière.

Quenza :

« I pedi purcini di Quenza. »
Les habitants sont appelés « les pieds de cochon ».

Quenza t’hà una bedda numata pà a so sciarcutaria è u so allevu di porci.
D’altri abitanti sò apparagunati à animali com’è a dicini i pruverbii chì suvetani :
Quenza est réputée pour sa charcuterie et son élevage de cochons.

Querciolu :

« Querciolu ! Figlioli ! »
Les habitants de Querciolu sont réputés être prolifiques.

Raghja :

« Vinu di Raghja, tavula d’imperatore. »
Le vin de Raghja est pour la table de l’empereur.

Rapale :

« Rapalinchi… fumigoni ! »
Rapalais… vaniteux !

Rennu :

« Rennu, Rennu, pocu sennu. »
Les habitants de Rennu sont réputés être peu intelligents.

« Rennu, acqua fresca è sennu. »
A Rennu il ya de l’eau fraîche et de l’intelligence.

Pari essa in cuntradizioni incù quiddu di nanzi, parlendu di l’intilligenzia.
Semble être en contradiction avec le précédent pour ce qui concerne l’intelligence.

« Frombu rinnese. »
Train de vie rennois. (Habitant réputé cavalier et bon vivant)

« Amicizia rinnese ùn dura più d’un mese. »
L’amitié des gens de Rennu ne dure pas plus d’un mois. (Thème commun à d’autres villages)

Rocca (alta è bassa):

« Ghjenti di a Rocca, sproni in pedi è cavaddu à l’ortu. »
Habitants de la Rocca, éperons aux chaussures et cheval en liberté dans l’enclos.

L’aghjenti di a Rocca sò cunnisciuti com’è ghjenti pratinziunuta è tranchja.
Les gens de la Rocca sont réputés être prétentieux et fainéants.

« Hè di l’Alta Rocca. »
Il est de l’Alta Rocca. (Morgue (dite) des habitants)

Roma :

« Roma ùn s’hè micca fatta in un ghjornu. »
Rome ne s’est pas construite en un jour.

« À pocu à pocu ancu Roma si feci. »
Petit à petit rome se construisit.

« Voli fà sempri Roma è Toma. »
Il veut toujours en faire des siennes. (Il veut trop en faire)

« Si biaria u Tavignanu. »
Il voudrait boire toute l’eau du Tavignanu.

« Riccu com’è i calamandrini di Roma. »
Riche comme les lainiers de Rome.

« Hè andatu à Roma è ùn hà micca vistu u papa. »
Il a été à Rome mais n’a pas vu le pape. Renoncer ou perdre au dernier moment. Négliger l’essentiel.

« Pellegrinu chì vene da Roma, scarpi rotti è pena in piedi. »
Pèlerin qui vient de Rome, souliers troués et mal aux pieds.

« Per centu strade si và à Roma. »
« Tous les chemins mènent à Rome. » (Français)

« Bene benissimu, in Corsica prete, in Roma eminentissimu. »
Un prêtre en Corse vit aussi bien qu’une éminence de la curie romaine.

« Chì Roma ùn vede a fede ùn perde ; chì Roma hà vistu a fede perde. »
Celui qui n’a pas vu Rome garde la foi ; celui qui a vu Rome la perd.

Allusioni à a vita di divizia di u Vaticanu ?
Allusion à la vie de château menée au Vatican ?

« Chì và à Roma è porta un bellu borsetto diventa abate o vescu di botto. »
Celui qui va à Rome et porte une belle sacoche devient immédiatement abbé ou évèque.

« Male, male, in Corsica prete, in Roma cardinale. »
En Corse pauvre prêtre, à Rome heureux cardinal.

« Cù e dumande si và à Roma. »
En demandant son chemin, on arrive à Rome.

Rospigliani :

« Rospigliani coce, Vezzani frighje, Antisanti manghja. »
Rospigliani cuit, Vezzani frit, Antisanti mange.

Ruglianu :

« Rogliano, americano. »
« Ruglianacci, americani. » (v. ricchezza)
Retour d’Amérique. (Bien nanti)

« Leccafette Ruglianacci ! Scornaboi ! »
Pique-assiette de Roglianu.

« Curtigiani Ruglianacci. »
Ruglianacci courtisans.

« I Ruglianacci sò cum’è Mastru Posapianu. »
Les Roglianais sont comme Maître « repos ». (Très enclins à se reposer)

Rusiu :

“Piovi induv’ellu piove, in Rusiu neva.”
Il pleut partout, sauf à Rusiu, où il neige.

Sagru :

« Andà à Sagru ! »
Aller à Sagru ! Courir un grand danger.

Sampolu :

« Sampolu ! Ghjucatoghju di l’eghji. »
Sampolu ! Terrain de jeu pour les cabris.

Sant’ Antuninu :

« Sant’ Antuninu hà trè campane, omi cugliuti, donne putane. »
Sant’ Antuninu a trois cloches, des hommes couillus et des femmes putains.

San Fiurenzu :

« Spella ranochje, San Fiurenzinchi. »
« San Fiurenzinchi, ranuchjaghji. »
Habitants de San Fiurenzu, des écorcheurs de grenouilles.

San Gavinu di Carbini :

I chjappi di San Gavinu : hè un passaghju, una bucca à cantu quidda d’Iddarati chì parmetti di varcà u taddu chì spicca l’Alta Rocca da i Palavisani da a piaghja di Portivechju è d’Avretu. Passaghju mulateri chì sirvia di strada pà a muntanera di l’animali. In stu locu fermani i « famosi » « chjappi di San Gavinu ». Stampa lasciata da u so cavaddu annant’à a teghja liscia quand’iddu scaccighjava i sarracini. Si dici sempri:

« Quandu issi stampi si n’andarani tandu i sarracini vultarani. »

Lorsque ces traces disparaîtront les sarrasins reviendront.

I chjappi di San Gavinu : hè un passaghju, una bucca vicinu à quidda d’Iddarati chì parmetti di varcà u taddu chì spicca l’Alta Rocca da a piaghja di Portivechju è d’Avretu. Passaghju mulateru chì sirvia par muntanà l’animali. In quistu locu si vidi ancu oghji annant’à i teghji, i stampi di u pedi di u cavaddu di San Gavinu quand’iddu scaccighjava i sarracini. Oghji si dici sempri stu dettu.

Les fers à cheval de San Gavinu : c’est un passage, un col près de celle d’Iddarati qui permet de franchir la crête qui sépare l’Alta Rocca de la plaine de Portivechju et d’Avretu. Passage muletier utilisé comme route de transumance des animaux. En cet endroit sont toujours présentes sur les larges pierres plates, les traces des fers du cheval de San Gavinu lorsqu’il pourchassait les sarrasins. On dit encore aujourd’hui ce dicton : Lorsque ces traces disparaîtront les sarrasins reviendront.

San Gavinu di Tenda :

“Zinzirinzì ! San Gavinacci !”
Habitants de San Gavinu ! Violonneux!

Santa lucia di Moriani :

“Focu è fume San Luciacci.”
Supposé réputé pour avoir beaucoup de prétention et d’orgueil dans ce village.

San Pellegrinu :

« U ventu San Pellegrinaghju per trè ghjorni scilluccaghju. »
Le vent venant de San Pelegrinu (Le sirocco) dure trois jours.

Santu Petru :

« Santu Petru hè un bellu paesu quandu l’olive sò appese… »
Santu Petru est un beau village lorsque les olives pendent aux arbres.

Santa Riparata di Moriani :

“San Riparatacci ! À e ghjambe, o figlioli !”
Fuyez ! Habitants de San Riparata di Moriani.

Sari, Conca, Lecci :

« Sari, Conca è Lecci, l’ultimi paesi chì Diu feci. »
Sari, Conca et Lecci sont les derniers villages créés par Dieu.

Ci vularà à piddalla par una bedda parola par sti paesi com’è ultima rialisazioni, a più bedda, o sidinò com’è una svalurisazioni di quist’opara ?
Faut-il le comprendre comme une éloge de ces villages en tant que dernière réalisation, la meilleure, ou bien comme une dévalorisation de cette œuvre ?

Sari :

« Sare, Sare, tutti pare. »
A Sari (d’Orcinu), tous pareils.

« Carne è pomi, è vinu di Sari. »
Viande et pomme de terre, et vin de Sari.

Sartè :

« Sartinesi, carchi à fresi, annantu à una copula stani trè mesi. »
Sartenais, tout couverts de vêtements, avec la moitié d’un pain vivent trois mois.

« Cù l’omi di Sartè, ùn ci hè nè « o » nè « è ». »
Avec les hommes de Sartè, il n’y a ni ceci, ni cela.

« Vinu di Sartè faci cantà u rè. »
Le bon vin de Sartè fait chanter les rois.

« Seti sanu, seti bè !
Da induva viniti ?
Da Sartè ! »

Vous êtes en bonne santé, vous avez bonne mine ! D’où venez-vous ? De Sartè !

Savona :

« Savona, chì fù vescuvatu, hè stramortu, trafalatu. »
Savona, qui fut évêché, est déchu complètement.

Sermanu :

“I triuli di Sermanu.”
Le « triulu » est une plante sauvage et épineuse. (Se dit du mauvais caractère des habitants)

Serra di Scopamena (A Sarra):

« Sarrinchi scamarunaghji, arrubaboia è pizzacaghji. »
Gens de Serra de Scopamena, porteurs de gros godillots, voleurs de bœufs et habillés de vêtements rapiécés.

Siscu :

« Quistioni è cipola di Siscu ! »
Des questions et des oignons de Siscu !

« Vai à tiratti un frugulu à la marina di Siscu ! »
Va-t-en au diable !

« Sichesi sega sega. »
Siscais scieurs. (Probablement réputés pour être de bons ou de nombreux scieurs de bois)

« Sischesi ? Quistione ! »
Siscais ? Poseurs de questions.

Sorbu :

« Tanti pani bianchi in Sorbu ! »
Expression ironique pour indiquer que les gens de Sorbu avaient rarement du bon pain, mais devaient se contenter de pain d’orge ou de maïs.

« Si manghja più di notte à u Castellà chè di ghjornu in Sorbu. » (v. manghjà è bia)
On mange davantage au Castellà la nuit qu’à Sorbu le jour. (L’avarice de Sorbu ?)

Soriu :

« Suriacci… capitonti ! »
Soriais… têtes folles !

Spagna :

« Mancu per tuttu l’oru di Spagna. » (v. scarsità)
« Même pas pour tout l’or du monde. » (Français)

« Esse cum’è u rè di Spagna. »
Être sous argenté.

« Techju cum’è un Spagnolu. »
Repu comme un Espagnol. (Manière ironique de dire que l’on a faim)

« Avè u corpu à spagnola. »
Avoir le ventre creux.

« Si manghja u santu è a limosina com’è i spagnoli. »
Il mangerait le saint et l’aumône comme les espagnols. Peu de considération pour les espagnols ; manque de confiance.

« Scappà cum’è i Spagnoli in Capandula. »
Fuir comme les Espagnols à Capandula.

Stazzona :

« Hè megliu pane è cipolla in Moriani chè una mensa in la traditora Stazzona. »
Il vaut mieux du pain et de l’oignon à Moriani qu’una table servie à Stazzona, la traîtresse.

Pari avè più rispettu par a piccula uspitalità di Moriani chè par i beddi ripasti sirvuti da i traditori di Stazzona.
Semble accorder plus de respect pour l’humble hospitalité de Moriani que les festins jugés traitres de Stazzona.

(U) Sulaghju, Solaro :

« Sulaghjinchi, sulaghjinchi tutti appesi à u listincu. »
Habitants de Sulaghju, tous pendus au lentisque. (Thème commun à d’autres villages)

« U listincu colla fala, i sulaghjinchi tutti in mare. »
Le lentisque monte et descend, les solarais tous à la mer.

Sulpoghju :

« Spuchja schinchi Sulpughjinchi ! »
Avarice ou pauvreté des habitants du village abandonné de Sulpoghju, contraints à racler l’os du jambon ?

Surbuddà :

« I ciuddaghji di Surbuddà. »
Surbuddà est réputée pour ses oignons.

Suverta :

« Pari una strega di Suverta. »
On dirait une sorcière de Suverta.

« Pari a morti di Suverta. »
On dirait la mort de Suverta.

Suveria :

« Ùn dura tantu u pane biancu, in Suveria. »
Le pain blanc de Suveria est vite consommé.

Tagliu :

« Sò d’accordu com’è e campane rotte di Tagliu ! »
Ils sont d’accord comme les cloches fêlées de Tagliu ! (Pas du tout.)

« Tù sia tribulatu (straziatu) com’è i campani di Tagliu ! »
Puisses-tu être tourmenté comme les cloches de Tagliu !

« Tagliu, Peru è Prunu, Diu ni liberi à ugnunu. »
Ces trois villages sont peu recommandables.

« Isolacesi granucchjai. »
Habitants de Taglu Isulacciu amateurs de grenouilles.

Tallone :

« Tallunesi è Aschesi cincinnanu à l’insù cume i sumeri. »
Les gens de Tallone et d’Ascu grimpent les côtes comme les ânes en se balaçant.

« Ùn ti cansà in Tallone, chì sò spenti i fuconi. »
Ne t’arrête pas à Tallone, car il n’y a personne.

Tavagna :

« In Tavagna ùn t’ammuglià ! »
Ne te marie pas en Tavagna.

« Cù le donne di Tavagna ùn si face caravagna. »
Ne cherche pas trop les femmes de Tavagna.

« Con gente di montagna non fare comunella. »
« Cu genta ‘e muntagna non fara cuccagna. » (Calabria)

« Nulu versu Tavagna, piglia a zappa è vai in campagna. »
Nuage sur la Tavagna, va-t-en piocher à la campagne.

« In Tavagna, corciu à chì si lagna. »
Il vaut mieux ne pas se plaindre à Tavagna.

Tavaria :

“T’hà a so lenza in Tavaria.”
Voir Calviani. (Thème commun à de nombreuses régions)

Tavera :

« Hè cum’è Tavera, chì ùn hà nè garbu nè manera. »
Comme à Tavera, où il n’éxiste ni savoir-vivre ni bonnes manières.

« Cosa cuntata in Tavera, hè ben trova s’ùn hè vera. »
A Tavera on sait très bien vous raconter des histoires, même fausses.

« Si tù ghjunghji tardi in Tavera, pigliarè a peghju chì ci era. »
Si tu tardes à arriver à Tavera, il ne restera que la plus laide.

Tavignanu :

« Da Tavignanu in là, guarda d’ùn ci passà. »
Ne va pas sur l’autre rive de Tavignanu.

(E) Teghje :

« I scarabei (i strigoni) di E teghje. »
Les scarabées (les sorciers) de E teghje.

L’abitanti di E Teghje sarani streghi o andacciani ?
Les habitants de E Teghje sont-ils des sorciers ou de pauvres hères ?

Ternità (a):

« Ghjenti di A Ternità, toccali a mani è lasciali andà. »
Ne t’attarde pas avec les gens de A Ternità. (Thème commun à de nombreux villages de Corse)

(E) Terre Rosse :

« Chì và stroppiu à E Terre Rosse ritorna sanu. »
L’estropié qui va à E Terre Rosse revient en bonne santé.

Paesu numatu par a longa vichjara di i so abitanti.
Hameau réputé pour la longévité de ses habitants.

Tirolu :

« Tirulaghji appuntati di rochju. »
Habitants de Tirolu, accrochés (cousus) avec des bouts de bois.

Chjamati cussì pò dassi par via di i pochi mezi di l’aghjenti di u paesu.
Apellation probablement due au manque de moyens des habitants de Tirolu.

Tocchisi :

« Chì tù scapuli in Tocchisi ! »
Puisses-tu te perdre à Tocchisi !

« À Tocchisi, hanu liatu u monte ch’ellu ùn caschi. »
À Tocchisi (Tox), ils ont lié la montagne pour qu’elle ne tombe pas.

Tuminu :

« Tuminu, mischinu. » (v. puvertà)
Tuminu, misérable.

« Tuminacci mezi turchi. »
Tuminacci à demi turcs.

Tunghju :

« Tù sia abbughjatu cum’è e case di Tunghju. »
Que tu disparaisses comme les maisons de Tunghju. (Village disparu)

(*) empruntés à E. Papi ("Lingua, cultura è tradizione")

 

Quelques expressions (et interjections) savoureuses

à sanu ancu e ghjalline


andà a pettinà i cani in Erbalunga 

ani presu u lavativu  

avè a so lenza  

avè una cantara biota  

avènne piene e brache 

c'è da pidassi u culu d'i denti 

ch'edda ti valghi a lingua 'nu ghjargozulu

ch'è màmmata si fosse sparturita ! 

ch'è tu crepi !  

ch'è tu sbotti ! 

ch'è tu ti smetti i cantechji ! 

ch'è tu sighi appaghjatu !  

ch'elli ti stinzinu i pidochji !  

cul'imbuffatu 

hè scappatu à una machja brusgiata 

hà i zini in istacca 

hè quant'è circà una mosca in Ampugnani

m'hai da fà scappà u tappu  

purtà a deda in Ascu  

purtà a pece in Ghjùssani

senti nascia l'arba

só magri i filanci 


t'aghju da cuncià pè e feste  

t'aghj'à fà tirà a peta mosciata 

ùn cunosce mancu più a filetta 

ùn sè micca di brocciu  

ùn si capisce un acca 

ùn si vole à mischjà u granu è u ghuliu  

ùn stemu micca qui à mundà nespule  

tout le monde est au courant (même les   poules !)

"aller peigner les chiens à Erbalunga"

ils ont pris le lavement (élect.)

avoir "un grain"

avoir une case de vide

en avoir plein le c...

il y a de quoi se mordre le c...

que la langue te tombe dans la gorge

si ta mère avait pu avorter !

si tu pouvais crever !

que tu éclates !

que tu te démettes la mâchoire !

que tu sois couché raide !

que les poux t'étendent raide mort !

"cul enflé" (prétentieux)

il l'a échappé belle

il a des oursins dans la poche

faire un travail inutile

tu vas me mettre en colère

travailler pour rien


il entend l'herbe pousser

la situation est désespérée (litt. les éperviers sont   maigres)

 je vais t'arranger pour les fêtes

je vais te faire lâcher le pet mou

il ne connaît plus la fougère

on n'est pas de bois

on n'y comprend rien

on ne mélange pas les torchons et les serviettes

on ne va pas rester à cueillir des nèfles


Page principale   Page suivante








separateur

Haut de page   Accueil     Page précédente  En savoir plus   Mentions légales

Corsicamania, l'annuaire des sites corses

Valid XHTML 1.0 Strict