E nove (archives)

2012

Dernière mise à jour : 19/01/2013

Vous êtes ici : Isula / E Nove / Archives 2012

DECEMBRE 2012

Le n°6 de Paroles de Corse :

pdc corsica


pdc

NOVEMBRE 2012

Le n°5 de Paroles de Corse :

pdc_nov12

Le n°158 de "Corsica" :

corsica_nov12

Le numéro de novembre-janvier de Stantari doit paraître mi-novembre.

 

AOUT 2012

Une nouvelle revue, Paroles de Corse :

pdc

Le n°155 de "Corsica" :

corsica

et Stantari (août-octobre 2012) :

stantari

JUIN 2012

Le spécial été de "Terra Corsa" :

tc_ete2012

MAI 2012

Le n°29 de "Stantari" :

stantari29

... et le n°152 de "Corsica" :

corsica152

AVRIL 2012

fora10

Revue Fora ! - n°10 - Eros

Le nouveau numéro de la revue Fora !
arrive en kiosques.

Numéro 10 (Printemps -été 2012)

Ni tout à fait la même ni tout à fait une autre : transculturel, critique sociale et création
Au programme :
une promenade en Irlande,
une réflexion sur amour(s) et sexualité(s)
en Corse...
La revue transculturelle corse est en vente chaque semestre et présente en kiosques en Corse.

Pour acheter Fora ! par correspondance ou trouver la liste des points de vente sur le continent :
www.revue-fora.org

AVRIL 2012

10 ans de découvertes, 10 ans de rencontres, 10 ans de regard sur la Corse que nous aimons... Le numéro anniversaire de Terra Corsa est arrivé dans les kiosques !

tc_10

MARS 2012

tc337

Décembre 2012

Le Conseil constitutionnel met fin aux arrêtés Miot

Par Jean-Baptiste Croce
Créé le 30/12/2012 09:30

Samedi, le Conseil constitutionnel a jugé que la reconduction des arrêtés Miot était contraire à la Constitution.

Cette information, que personne n'attendait, va certainement susciter une levée de boucliers dans toute la Corse, notamment du côté de nos élus de tous bords politiques.

Rappelons que le 20 octobre dernier, l'amendement au projet de budget prolongeant le régime dérogatoire des arrêtés Miot jusqu'à la fin 2017, avait été adopté par la commission des finances de l'Assemblée nationale.

Au grand dam des insulaires

Mais hier, le conseil constitutionnel en a donc décidé autrement, au grand dam des insulaires pour qui les arrêtés Miot ont toujours été d'une importance extrême.

Ce qu'il faut savoir, c'est que dans sa décision, le Conseil constitutionnel s'est prononcé sur la conformité à la Constitution de la loi des finances pour 2013 dont il avait été saisi par plus de soixante députés et plus de soixante sénateurs.

Cette loi des finances met en œuvre plusieurs choix du gouvernement et du Parlement. En premier lieu, elle accroît significativement les prélèvements obligatoires.

Le Conseil constitutionnel a voulu savoir si le niveau de certaines impositions faisait peser sur les contribuables concernés une charge excessive au regard de leurs facultés contributives, et était alors contraire au principe d'égalité.

Concernant les arrêtés Miot, l'article 14 sur lequel s'est porté le regard des sages du Conseil constitutionnel, « prorogeait un régime fiscal dérogatoire applicable aux successions sur les immeubles situés dans les départements de Corse. Il conduisait, sans motif légitime, à ce que la transmission de ces immeubles soit exonérée de droits de succession. Le Conseil a jugé que cette prorogation méconnaissait le principe d'égalité devant la loi et les charges publiques et censuré l'article 14. »

Rappelons que cet article 14 reportait à 2017, contre 2014, le retour au droit commun pour le délai pour les déclarations de succession comportant des immeubles ou droits immobiliers situés en Corse, qui est de vingt-quatre mois contre six mois sur le Continent.

Il reportait aussi à 2023, contre 2018, la fin totale des exonérations de droit de succession (valeur immeuble) et de droit sur les règlements d'indivision.

De fâcheuses conséquences

Hier, l'économiste Guillaume Guidoni, directeur de la publication du site internet Corse-Economie, a expliqué en détail les conséquences de cette décision du Conseil constitutionnel. Il a notamment précisé que « la conséquence de cette décision était immédiate ».

Selon lui, « le code des impôts reste en l'état, donc pour les successions ouvertes entre le 1er janvier 2013 et le 31 décembre 2017, l'exonération ne portera plus que sur la moitié de la valeur des immeubles et droits immobiliers situés en Corse. Les droits, même réduits, seront donc à payer dès l'année prochaine ».

Guillaume Guidoni souligne également que « la dérogation en termes de droits de succession coûtait environ 25 millions d'euros par an à l'État ».

Et de poursuivre : « On avait réussi à sauver le FIP Corse (coût prévisionnel inférieur à 10 millions d'euros en 2012) cette année, et le crédit d'impôt investissement en 2011 (coût : 45 millions d'euros) ».Il est évident que dans nos prochaines éditions, les commentaires et autres réactions relatives à cette décision du Conseil constitutionnel seront légion. Corse-Matin ouvrira bien entendu ses colonnes à tous ceux souhaitant s'exprimer sur cette annonce officielle qui, en cette fin d'année, fait l'effet d'une bombe.

La disparition de Jean-Marie Raffaelli

raffaelli

Enfin du nouveau pour le Centre d'Art Polyphonique

cap

Le 50e anniversaire de la catastrophe du Renoso

Le 29 décembre 1962, le Boeing 307 F-BELZ, de la compagnie Air-Nautic qui transportait 22 joueurs et joueuses du club de basket-ball de Bastia (plus ses 3 membres d'équipage) heurta le Monte Renoso
á 2 300 mètres d'altitude, quelques mètres sous le sommet. Il était un peu plus de 13 heures, les conditions atmosphériques étant très mauvaises, les colonnes de secours ne parvinrent à atteindre l'épave que deux jours plus tard, le 31 décembre 1962. Il n'y eut aucun survivant.
Prima Inseme revient sur ce drame, et l'on verra également dans l'émission la contribution du groupe A Filetta à cette commémoration.

Un débat sur la langue corse toutes portes fermées à l'assemblée

Cu u tempu maturanu i nespuli…Cette expression corse qui incite à la prudence pourrait s'appliquer à la séance plénière de l'assemblée de Corse. En cette période tendue, les élus de l'assemblée de Corse doivent plancher sur deux sujets importants : le statut de la langue et la réforme constitutionnelle.

Deux dossiers éminemment politiques qui ont un point commun puisqu'ils entraînent une réforme de la Constitution. Face à un gouvernement plutôt réservé sur les thèmes linguistique et institutionnel, la manœuvre des élus locaux est assez délicate. Pour ne pas perdre en crédibilité, le tableau se dessine par petites touches. Toutes portes fermées et sans publicité des débats. C'est donc une réunion sans délibération, sans vote et à huis clos qui a eu lieu hier.

Une trentaine d'élus se sont retrouvés dans l'hémicycle pour découvrir les contours du statut de co-officialité et de revitalisation de la langue corse, présenté par le conseiller exécutif Pierre Ghionga.

L'élu a détaillé les 28 propositions qui ont pour objectif de garantir l'emploi officiel du français et du corse à parité et de définir les devoirs des pouvoirs publics pour rendre le corse obligatoire.

Le projet est très ambitieux, voire révolutionnaire au moins sur le papier. Un véritable « plan Marshall » de la formation est notamment proposé pour que le français et le corse deviennent les langues officielles de l'île.

Ceux qui approuvent et ceux qui refusent

Durant de longues heures, les élus ont réfléchi et se sont exprimés sur les moyens qui peuvent être mis en œuvre pour sauver la langue corse. Ugnunu a purtatu u so sacccu. Chacun a assumé ses responsabilités. Si la défense de la langue corse fait l'unanimité, la coofficialité ne recueille pas le même consensus.

Il y a ceux qui approuvent le plan à 100 %, notamment l'ensemble des nationalistes et une partie de la gauche. Pour eux, la sauvegarde de la langue passe obligatoirement par un statut de coofficialité.

Il y a aussi ceux qui n'adhèrent pas au projet, notamment une majorité des élus de droite et une partie de la gauche dont le PRG et le Front de gauche. La notion de contrainte et le changement constitutionnel freinent les plus enthousiastes. Jean-Jacques Panunzi, comme François Tatti ont montré, par exemple que l'on pouvait aller plus loin en matière de bilinguisme et que la coofficialité n'était pas la bonne voie à suivre car elle soulève de trop nombreux obstacles, mais également parce qu'elle n'est pas pertinente d'un point de vue linguistique. « Une langue ne se décrète pas. Elle vit et elle se vit. En particulier le corse qui est avant tout une langue de l'oralité. Je ne crois pas aux vertus de la contrainte dans ce domaine. La langue corse a certes besoin de gens qui la parlent, mais pas de régisseurs. Vouloir l'imposer par le haut, pourrait même être selon l'avis de certains linguistes, le couronnement de son extinction », a estimé Jean-Jacques Panunzi qui refuse de s'engager dans ce qu'il considère comme « une impasse ».

Point de vue linguistique, juridique, sociétal, pratique, économique, financier… la coofficialité a été passée au crible, au cours d'un débat visiblement dense. Pierre Ghionga s'enrichira-t-il des propositions des uns et des autres pour amender son rapport avant de le proposer au vote ? Dumane fara ghjornu. Oghjè tocca à Pierre Chaubon.

Le président de la commission des compétences législatives et réglementaires a choisi l'option « point d'étape » pour parler du projet de réforme de la Constitution. Il ne présentera pas un rapport en bonne et due forme, mais donnera son sentiment sur la problématique. Tour à tour, les élus s'exprimeront sur la nécessité (ou pas) de faire évoluer les institutions. Une nouvelle réunion sans délibération, sans vote et à huis clos. Là aussi, prudence. Acqua in bocca e fichi maturi. Les élus ne parleront qu'au moment opportun.

Par PAULE CASANOVA-NICOLAÏ, Corse Matin, 14/12/2012

Enquête: violence en Corse, cherchez le foncier

Corse, de nos envoyés spéciaux. Vendetta, omerta : à chaque assassinat, les bonnes vieilles explications «folkloriques» sont évoquées. Pourtant, pour comprendre le niveau de violence en Corse, il faut se tourner du côté de la spéculation foncière et immobilière. L’île de Beauté est devenue un immense magot pour lequel des bandes avides d’argent facile sont prêtes à tout.

« On attend le prochain… » La nuit est tombée sur Ajaccio. L’esprit de l’élue navigue entre fatalisme et colère. « C’était à la même heure », dit-elle, perdant son regard au travers de la vitre qui donne sur la ville. À quelques centaines de mètres du bureau dans lequel nous nous entretenons, Jacques Nacer, président de la chambre de commerce et d’industrie de la Corse-du-Sud, était abattu, le 14 novembre, dans son magasin. « Je le connaissais. On se connaît tous en Corse… » Un mois auparavant, l’avocat Antoine Sollacaro était exécuté sur la funestement bien nommée route des Sanguinaires.

Vingt tués par balles depuis le début de l’année, dont le 17ème à 200 mètres de la préfecture: le camouflet infligé à l’État en plus du meurtre froid. Est-ce un sentiment de défi et d’impuissance qui a poussé Manuel Valls, ministre de l’Intérieur, à un dérapage, douloureusement ressenti par les Corses? Le ministre de l’Intérieur visait certes Alain Orsoni, figure du nationalisme, président du club de foot d’Ajaccio et proche de Jacques Nacer – « Orsoni sait des choses, alors qu’il parle » – mais bien plus encore: «En Corse, les professionnels de l’immobilier, les notaires, les responsables des cercles de jeux se singularisent par leurs très faibles contributions en matière de déclarations…» Immanquablement, lorsque la violence s’exprime en Corse, «omerta» et «vendetta» sont invitées au bal costumé des explications.

Pour comprendre la violence en Corse, il faut d’abord batailler avec les clichés et stéréotypes dont l’île de Beauté est affublée à nulle autre pareille, à part Marseille. Il faut chasser des tréfonds de sa mémoire de lecteur de BD que Figatellix et Ocatarinetabellatchitchix sont fâchés depuis très longtemps sans que personne n’en sache les raisons et surtout oublier ce que l’on a pu lire en préambule: «C’est aussi le pays de la vendetta.»

L'omerta, c'est une blague

La mobilisation dans le discours public de ces «catégories» a le don d’irriter l’historien Antoine-Marie Graziani. «La vendetta est une image romantique, une construction, une mystification que l’on doit à Prosper Mérimée. Quant à l’omerta, c’est une blague. Demandez aux flics, ils croulent sous les dénonciations. On parle beaucoup, en Corse, ce qui est aussi une façon de ne pas parler. Vous allez dans les bars et vous trouvez des types qui disent savoir quelque chose et d’autres types répéteront et colporteront ce qu’ils ont entendu. Le vrai problème, c’est la rumeur.» Sampiero Sanguinetti, ancien journaliste à France 3, auteur de la Violence en Corse, abonde: «Il y a en effet une incroyable vitalité de la rumeur en Corse. Comme, ici, tout le monde se connaît, le sentiment de savoir prend vite le dessus.» Quant à la notion de vendetta, il lui réserve lui aussi un sort: «La vendetta était un élément régulateur de la loi coutumière dans les montagnes. C’est cela, la réalité historique. C’est un fantasme si l’on entend par là “crime d’honneur”, une forme de “romantisme”, comme celui lié au gangstérisme d’avant qui avait, soi-disant, ses codes et son honneur…»

Pourtant, Manuel Valls, en demandant aux Corses de «parler», a réactivé le bon vieux cliché gémellaire vendetta-omerta. Dominique Bucchini, président communiste de l’Assemblée de Corse, homme dont les mots jamais inutiles sont toujours prononcés avec, disons, poids et conviction, n’a pas du tout apprécié: «J’ai dit à Manuel Valls ma façon de penser sur ce sujet. J’ai ajouté que si quelqu’un savait, ce ne pouvait être que les autorités.» L’élu connaît en revanche la racine du mal: «Le fric, le fric, le fric», comme il le répète à chaque interview.

«Drogue, spéculation immobilière, marchés publics: l’essentiel vient de là. Nous traversons une période de crise, donc les couteaux sont tirés», pose Antoine-Marie Graziani qui, en bon historien, nous replonge à l’origine du problème actuel: «Au départ, il y a le gang de la Brise de mer. Ce sont des casseurs puis, en 1990, ils font l’UBS et prennent un butin énorme (125 millions de francs français de l’époque – NDLR) qu’il faut blanchir. Ils investissent alors dans les affaires et la construction. » Encore aujourd’hui, le blanchiment de l’argent sale passe par des petites affaires. Comme dans un épisode des Sopranos, tel chef de petite entreprise reçoit la visite d’un homme qui ne lui laisse pas le choix : prendre les quelques liasses tendues à des fins d’investissement-recyclage dans sa PME. Il appelle une de ses connaissances dans le même secteur d’activité qui, lui aussi, a reçu une somme du même inconnu…

Après l’assassinat d’Antoine Sollacaro, il semblerait qu’une prise de conscience ait eu lieu au sommet de l’État. Le gouvernement a annoncé des moyens pour lutter notamment contre le blanchiment d’argent et la délinquance économique dans l’île. Il était précisé qu’une attention «toute particulière» serait portée aux domaines «de l’immobilier, du sport ainsi qu’aux procédures de marchés publics et aux autorisations d’urbanisme» sur le littoral. De retour en Corse après l’exécution de Jacques Nacer, Manuel Valls a organisé un dîner à Ajaccio en présence non seulement des élus mais aussi, fait beaucoup plus rare, des procureurs et des responsables de la police. À l’issue de cette rencontre, le ministre a écouté puis pris la parole, résumant les axes de l’action du gouvernement. En guise de digestif, le préfet de région a ensuite lâché: «Vous avez entendu, Messieurs. Nous avons désormais une feuille de route.» Durant ce même voyage ministériel, Christiane Taubira s’est montrée assez précise sur quelques éléments de cette «feuille de route». Elle a notamment évoqué «l’identification et la saisie d’avoirs criminels» et avancé l’idée d’un statut de «repenti», comme en Italie.

"Nous avons affaire à des bandes"

Une analogie que Sampiero Sanguinetti estime erronée. «Cela fait deux ans que je mets en garde contre l’utilisation de la notion de “mafia” en Corse. Qui dit mafia, dit crime organisé, structuré de manière pyramidale. En Corse, nous avons affaire à des bandes. Qui dit mafia, dit mêmes méthodes de lutte qu’en Italie. On ferait fausse route. Je ne prends qu’un exemple: dans une société de 300 000 habitants comme la Corse, instituer un statut de “repenti” serait dangereux.» Pour le journaliste, «si l’État veut arrêter toutes les bandes, il les arrête. Les flics savent tout ce qui se passe». «La situation nécessite un boulot d’investigation policière. C’est à l’État de faire ça», rappelle Antoine-Marie Graziani. Témoignant dans le cadre de la commission Violences créée, en mars dernier, par l’Assemblée de Corse, un élu a affirmé que, sur dix maisons construites, sept appartenaient à la Brise de mer. «Même si ça construit à tour de bras, on n’est quand même pas à la Défense, ici. C’est petit, la Corse. Ça ne doit pas être trop difficile à démêler», souligne l’historien.

Aujourd’hui, tout le monde (ou presque) se met d’accord sur la principale source de la violence: la spéculation foncière, la terre transformée en magot dans le cadre d’une économie de rente basée sur la monoactivité touristique et la promotion immobilière pour des millionnaires. Un observateur convoque sa propre situation: «J’ai deux hectares hérités de ma famille pas mal placés près de la mer. Ce sont des terres agricoles qui ne valent pas grand-chose. Si elles devenaient constructibles, je pourrais alors les vendre 400 000 à 500 000 euros. Pour deux malheureux hectares. Vous imaginez le reste.»

Terres agricoles

Ouvrir à l’urbanisation des terres agricoles: voilà le sésame vers la richesse et l’accumulation pour une poignée d’affairistes et de bandits. Le levier tient en trois lettres: PLU (plan local d’urbanisme) qu’élaborent les municipalités et qui décident de l’affectation des sols. «Les maires subissent des pressions terribles. Parfois, de petits propriétaires qui voudraient gagner un peu d’argent. Parfois, ils reçoivent la visite de types beaucoup moins amicaux», rapporte notre observateur.

Comment réagissent la plupart des édiles? Ils «ouvrent le parapluie», déclarent constructibles des zones agricoles, souvent au mépris de la loi Littoral, et attendent qu’une autorité supérieure empêche le dépeçage. Curieusement, les services de l’État laissent eux aussi passer des documents pourtant illégaux. C’est alors qu’entre en scène la justice. La semaine dernière, le tribunal administratif de Bastia a retoqué le PLU de Sari-Solenzara, sur la côte orientale de l’île. Celui-ci prévoyait d’ouvrir à l’urbanisation 264 hectares dans les espaces proches du rivage, sans continuité avec le secteur déjà urbanisé… Sur les 23 PLU jusqu’ici élaborés en Corse, 12 ont subi les foudres du tribunal. Record de France.

Les militants de l’environnement subissent eux aussi des pressions. «Une militante a eu sa maison plastiquée, une autre a retrouvé sa voiture dans le port, le mari d’une troisième, pêcheur, s’est fait couler son bateau», rapporte Nicole Chana, soixante-douze ans, vice-présidente du Garde (Groupement d’Ajaccio et sa région pour la défense de l’environnement), elle-même agressée par deux propriétaires – le père et le fils – qui organisent des séminaires en bord de mer en pleine contravention avec la loi Littoral. L’affaire passe au tribunal correctionnel d’Ajaccio la semaine prochaine. Elle a été repoussée parce que l’avocat qui défendait les deux hommes n’était autre qu’Antoine Sollacaro.

Le phénomène de prédation des espaces naturels et agricoles gagne l’intérieur des terres. L’ancien maire d’une ville de l’intérieur a, un jour, mis en garde le sous-préfet s’il validait un PLU qui ouvrait à l’urbanisation des dizaines d’hectares. «Vous serez coauteur de meurtres», lui a-t-il dit les yeux dans les yeux. Le représentant de l’État a validé le document tel qu’il était proposé. Quelques semaines plus tard, survenait le premier assassinat, suivi d’autres.

Conservatoire du littoral

Maire de Sartène jusqu’en 2001, Dominique Bucchini connaît parfaitement le poids de ces décisions. «Vous vous rendez compte: j’ouvre à l’urbanisation deux hectares mais je garde deux hectares en terres agricoles, je fais le “bonheur” financier du premier et le “malheur” du second…» On pourrait poursuivre: soit le maire ouvre tout à l’urbanisation et la Corse est vendue à l’encan, soit il n’ouvre rien et il recevra des visites…

En tant que premier magistrat de la commune, Dominique Bucchini avait résolu le problème de la façon suivante: il a donné les 28 kilomètres de côte dépendant de la commune au Conservatoire du littoral. Désormais président de l’Assemblée de Corse, il s’attaque au problème à une autre échelle, avec le Padduc, le plan d’aménagement et de développement durable de la Corse, véritable projet de société à horizon de plusieurs décennies. Les grandes orientations ont été adoptées à l’unanimité (moins l’abstention des élus de droite) de l’Assemblée en juillet dernier. Constat: l’économie de rente, productrice d’inégalités, conduit la Corse dans l’impasse. Ambition: promouvoir des activités productives et des politiques de solidarité et d’équité. Moyen: planifier, maîtriser le foncier, empêcher la spéculation immobilière. «En ce sens, insiste Dominique Bucchini, le Padduc constitue la réponse à long terme à la violence.»

Le malaise violent de toute une société

Pour comprendre le fléau de la violence, Sampiero Sanguinetti attire l’attention sur «le basculement de la société à partir de la fin des années 1980, au début des années 1990». Le journaliste s’appuie sur l’évolution d’un certain nombre d’indices: «Avant, en Corse, le taux de suicides était inférieur au taux national. Subitement, il l’a rejoint. Même chose pour les accidents de la route et les conduites à risques. Pareil en ce qui concerne les tumeurs cancéreuses. Tout à coup, on a basculé dans les défauts de la société contemporaine. Le malaise change de nature: on passe d’un malaise d’impuissance un peu romantique à un malaise brutal, violent.»

La commission Violences créée par l’Assemblée de Corse a d’emblée posé un diagnostic«d’interactions entre les différentes formes de violence et les liens entre ces phénomènes et la situation économique et sociale, les enjeux spéculatifs et financiers exacerbés par un modèle économique mettant l’argent au centre au détriment de l’humain», comme le rappelait Dominique Bucchini en réponse à Jean-Jacques Panunzi, président (UMP) du conseil général de la Corse-du-Sud, qui ne voyait pas bien pourquoi l’institution régionale avait décidé de se mêler des questions de violence…

Source : L'Humanité, 8 décembre 2012

Soutien à l'équipe d'Altre Cime

Le Groupement Syndical des Professionnels Corses de la Randonnée et de l'Alpinisme appelle à un rassemblement de soutien à l'équipe d'accompagnateurs en montagne d'Altre Cime* suite à la mise à feu volontaire de leur minibus dans la nuit de samedi à dimanche à Riventosa.

Le rendez vous est fixé sur la place du village de Riventosa dimanche 9 décembre à 14h 30.

(*) http://www.altre-cime.com/guide-randonnee/

Dopu Cena : « Lleuwen a dédié sa victoire aux identités et aux langues minorées, sa victoire est la nôtre ! »

Rédigé par Yannis Christophe GARCIA le Mardi 4 Décembre 2012 à 17:06 | Modifié le Mardi 4 Décembre 2012 - 19:21
Ils ont brillamment défendu la langue, la culture et l’identité de la Corse et de son peuple, se classant à la 2è place sur 11 candidats lors de la finale de l’eurovision du Liet 2012. Tout juste rentrés de la principauté des Asturies, les membres du collectif musical Dopu Cena, par la voix de l’un de ses membres Michel Solinas, ont bien voulu répondre à nos questions pour les lecteurs de Corse Net Infos. Retour sur la soirée du samedi 1er décembre, qui restera sans nul doute gravée dans la tête et l’histoire de ces musiciens engagés dans la défense de la tradition et de la langue corses.


dopu
On se concentre tout d’abord et quand la cloche retentit, on joue, on part à l’assaut du public et du jury, mais surtout on pense à ceux qui nous ont envoyé ici et on essaye d’être à la hauteur'. Dopu Cena (Photo DR)"
- Corse Net Infos : Comment s’est déroulée cette finale samedi soir au Liet 2012 ? Avez-vous eu des contacts avec les autres groupes?
- Michel Solinas – Dopu Cena : Parfaitement bien ! La journée a été très longue puisque nous avons « filé » le spectacle du soir, donc c'était assez éprouvant. Diana Saliceti nous a proposé l’idée que Dopu Cena produise un documentaire sur les langues d’Europe. Nous avons donc confié à Diana et Jean Baptiste Raimondi de la société WeGotProd, la réalisation de ce 26 minutes.
Des interviews ont été réalisées durant 4 jours sur la « santé » des langues minorées d’Europe, les groupes et les organisateurs. Nous avons eu de très bons contacts avec les autres groupes et personnellement j’ai eu le plaisir de converser longuement avec nos amis sardes, mais aussi avec le chanteur écossais Brian Ò Headhra. Il régnait une très bonne ambiance.

- CNI : Des corses s’étaient déplacés dans les Asturies pour vous soutenir ? Avez-vous su combien de votes du public vous avez remporté ?
- M.S : Oui un groupe d’amis a fait le déplacement. Cela fait énormément plaisir de rentrer sur scène et de voir flotter « a bandera ». Notre amie Hollandaise, Marilena Verheus, qui a eu la gentillesse de traduire « Trasmetta » en anglais, nous a fait l’honneur de nous rejoindre à Xixòn. Une présence d’une très grande portée, puisque Marilena a appris a écrire et parler le corse par l’internet. Une belle leçon pour nous tous !
Concernant les votes du public, pour le moment nous n’avons pas encore eu d’informations à ce sujet. Mais avec une certaine précaution il semblerait que les corses se soient mobilisés massivement.

- CNI : Dans quel état d’esprit étiez-vous juste avant de monter sur scène? Que se passe t-il dans vos têtes à ce moment là et après, jusqu’à l’annonce des résultats ?
- M.S : Anxieux, mais l’anxiété s’est très vite envolée, portée par les applaudissements, les banderi et ce peuple Asturien qui brandit des affichettes « Lingua Asturiana Officiale »… Finalement, on se sent chez nous !
On se concentre tout d’abord et quand la cloche retentit, on joue, on part à l’assaut du public et du jury, mais surtout on pense à ceux qui nous ont envoyé ici et on essaye d’être à la hauteur. Jusqu’à l’annonce des résultats on se tient la main, solidaires. On devrait le faire plus souvent quand on est chez nous, pourquoi pas ?

CNI : Vous avez effectué une remarquable performance en vous classant à la 2è place avec 86 points, à tout juste un petit point de la chanteuse Bretonne Lleuwen. Qu’est-ce qui a pu selon vous, dans un duel aussi serré faire la différence ? Avez-vous des regrets ?
M.S : Nous n’avons aucun regret, puisque Lleuwen a dédié sa victoire aux identités et aux langues minorées, sa victoire est la nôtre. Le Liet, contrairement à ce que j’ai pu lire, ce n’est pas kitch… C’est militant. Nous sommes toujours dans une situation dangereuse pour la langue corse et pour les langues minorées d’Europe. Il est important qu’un tel événement existe en 2012.
Lleuwen est une galloise qui s’est installée en Bretagne, elle est mariée à un professeur de breton. Elle parle deux langues minorées, musicienne, poétesse, c’est une très grande chanteuse. Elle n’a pas fait la différence, elle a affirmé nos différences à la face du monde.



marile
Marilena Verheus, hollandaise, qui a traduit le titre "Trasmetta"
en anglais, ici aux côtés de Michel Solinas. (Photo DR)
CNI : Justement, la chanteuse bretonne était-elle selon vous la concurrente la plus sérieuse de Dopu Cena ? Quel est votre avis d’artistes sur sa performance ?
M.S : J’ai suivi pendant un mois l’actu de Lleuwen, j’ai regardé ses clips, ses émissions télévisées… J’avais dit aux autres membres de Dopu Cena qu’elle pouvait gagner le Liet. Je ne me suis pas trompé. Sobre, classe, musicalité, simplicité et charisme, c’est une belle personne !

CNI : Globalement, cette finale était-elle selon vous de haut niveau ?
M.S : Oui. Nous avons redoublé d’efforts pour être à ce niveau. Les artistes qui ont participé à cette finale sont de vrais artistes. Les sélections ont été vraisemblablement très serrées. Nous dédions d’ailleurs cette seconde place au jury du Liet Corsica, qui depuis samedi doit être conforté dans son choix.

CNI : C’est donc la Corse, qui après avoir été remarquablement représentée par Dopu Cena, accueillera l’édition 2013 du Liet. Comment les choses vont-elles se passer ? Allez-vous avoir un rôle à jouer dans l’organisation ?
M.S : Le Liet Corsica a en effet posé sa candidature à Lorient il y a maintenant 2 ans et les sélections se feront en Avril 2013 à Purtivechju et la finale internationale à Bastia en fin d’année. Pour le moment nous allons nous concentrer certainement sur l’élaboration et l’enregistrement d’un nouvel Album. Un rôle dans l’organisation ? Indirectement peut-être…

CNI : Enfin, que souhaitez-vous dire à tous ceux qui, en Corse, vous ont soutenu, depuis le début de l’aventure et jusqu’à samedi 1er décembre au soir ?  
M.S : Vi vulemu ringrazià, voi tutti chì ci avete datu u vostru sustegnu, a vostra amicizia, a vostra forza da chè no pudessimu fà st’affarone, è difende a nostra cursichella aldilà di u mare. Sabbatu, hè stata una vittoria di l’identità di pettu à a mundializazione sfrenata, una vittoria di a lingua corsa à nivellu aurupeu. Fate ch’ella campi a lingua torna seculi è seculi. À ringrazià vi !

Interview réalisée par Yannis-Christophe GARCIA
 

Source :
http://www.corsenetinfos.fr
mandoline

Novembre 2012

Dopu Cena veut faire gagner la Corse samedi à Gijon

dopucena
Samedi soir, dès 21 h 30, Dopu Cena représentera la Corse
à l'Eurovision des langues minoritaires..
Photo Jeannot Filippi

Le 3 octobre dernier, vingt groupes et chanteurs insulaires étaient en lice, à Corte, pour la sélection du Liet International. Et Dopu Cena a remporté son ticket pour représenter la Corse, sa langue, sa culture à la finale de l'Eurovision des langues minoritaires samedi soir à Gijon, en Espagne. Un événement que s'apprête à vivre le groupe, ses fans et au-delà l'île entière, « car nous ne partons pas pour promouvoir Dopu Cena, mais pour faire gagner la Corse », a lancé Michel Solinas.

Samedi soir donc, dans l'impressionnant théâtre Laborial de Gijon, Dopu Cena interprétera Trasmetta pour que la langue corse remporte une deuxième fois ce prix prestigieux créé dans la province de Frise, au Pays-Bas.

Et ce soir-là, toute la Corse, tous les amoureux de cette île, de sa langue, de sa culture pourront participer au vote en se rendant sur le site internet spécialement ouvert à cet effet. Le www.liet-asturies2012.com [1] accueillera le public pour comptabiliser les voix à celles du jury.

On connaît Dopu Cena, on apprécie davantage encore sa chanson Trasmettaqui est non seulement une ode à la transmission de la culture ancestrale, mais aussi un vecteur de rencontre, de partage, de solidarité. Nul doute que cette chanson va faire sensation, comme cela a été le cas en octobre dernier sur la scène de l'amphi Landry de l'université de Corse. Une chanson qui est faite d'un savant mélange de tradition et de modernisme, qui ne peut laisser personne indifférent de par son originalité et sa joie de vivre. Gageons que les membres du groupe sauront transmettre tous ces ingrédients à une salle pourtant totalement acquise aux Asturiens !

Conquérir le théâtre Laborial

Et pour parvenir à conquérir le théâtre de Laborial, Dopu Cena a enchaîné les répétitions en revoyant aussi sa copie pour entrer dans les clous des impératifs télévisuels, puisque l'événement sera également retransmis du Via Stella samedi soir à partir de 21 heures. «Transmettafaisait 4 minutes, nous avons retravaillé le titre pour le réduire de 30 secondes et répondre ainsi aux exigences des organisateurs du Liet International », explique Michel Solinas. Le groupe a également imaginé une tenue et un jeu de scène pour mettre un maximum d'atouts de son côté.

C'est certain, Diana Salicetti, Lea Antona, Michel Solinas, Barthélémy Amidei, Dume Casalonga, François Battesti, Michel Tomei et Cyril Giacomoni donneront le meilleur d'eux-mêmes pour que la Corse soit une nouvelle fois sacrée !

Cette manifestation a été rendue possible grâce au remarquable travail réalisé depuis des mois par le Liet Corsica de Jacques Culioli avec le soutien de la CTC, du conseil général de la Corse-du-Sud, d'Air Corsica, « sans oublier la commune de Santa Maria Sicchè qui abrite notre association Dopu Cena », a précisé Michel Solinas.

Samedi soir, dès 21 h 30, alors que le cœur de la Corse battra dans les Asturies, la seule et unique consigne sera de voter massivement pour Dopu Cena !

dopucena

Dopu Cena interprétera Trasmetta pour que la langue corse remporte une deuxième fois ce prix prestigieux.

Mario Grazi, Corse Matin, 27/11/2012

La Croix des Autrichiens retrouve sa place a u Capu di a Veta

veta

veta

Pierrot Poggioli: le bilan "inexistant" de l'État dans la lutte contre la mafia

S’adressant aux ministres de l’Intérieur Manuel Valls et de la Justice Christiane Taubira dans une lettre ouverte, le nationaliste qui pointait il y a 20 ans la « mafioisation » de la société au sein de l’ANC, réagit

poggioli

« Madame, Monsieur, vous allez, tout comme vos prédécesseurs, sans nul doute, nous ressortir les mêmes antiennes et annonces, avec les mêmes recettes en matière de maintien de l'ordre et de lutte anticriminalité dans l'île, comme vous l'avez fait ailleurs. Puis vous repartirez en ayant rassuré les forces de police, de gendarmerie et les juges en place en leur promettant des renforts supplémentaires et une énième politique de fermeté, pointant du doigt au passage la responsabilité des Corses, notamment leur « silence coupable », sans tenir compte, et en les oubliant, des échecs et des erreurs passées en la matière, notamment depuis l'ère Bonnet. Vous occulterez au passage le fait que l'île compte déjà depuis longtemps le plus grand nombre de membres des forces de l'ordre (...). Pour autant, vos déclarations pourront-elles occulter le bilan inexistant ici depuis plusieurs années en matière de lutte anticriminalité ? (...) Depuis les années quatre-vingt, l'essentiel des efforts de la police et de la justice s'est porté sur la violence politique et les nationalistes, tandis que la pègre se développait en toute tranquillité (...). Dans un rapport officiel de 1999 sur la sécurité en Corse, un ancien préfet adjoint de police dans l'île, Antoine Guerrier de Dumast, n'évoquait-il pas clairement la volonté de l'État de créer à dessein l'amalgame entre militants nationalistes et voyous, d'entretenir la confusion entre les deux sphères ?

« Si la violence politique est tributaire de la prise en compte ou non de la question politique, demeurant posée (...), la lutte anticriminalité nécessite à l'évidence une autre approche… mais il faut toutefois, au-delà de l'accroissement des forces de police et de justice, se pencher d'abord sur leur rôle et leur bilan. Sont de notoriété publique : l'effacement de certains noms du fichier du grand banditisme, l'apparition du « secret défense », la divulgation de certains PV, les interpellations et les mises en liberté « sélectives » avec fuites plus ou moins orchestrées du contenu des interrogatoires, sur fond d'intox et de multiplication des rumeurs aux conséquences funestes, les noms jetés en pâture, les poussettes, jusqu'à l'implication de certains policiers, révélée par certains juges, dans certains dossiers criminels ou affairistes ainsi que le rôle plus ou moins occulte de certains réseaux d'influence dans certaines affaires. (...) La dérive mafieuse de la société corse repose sur la spéculation immobilière (née du développement économique, basé sur le tout tourisme…), le racket et le développement des réseaux de drogue dans l'île.

« Pourtant de récentes déclarations montrent qu'en matière de politique du tout tourisme, les institutions de l'île n'ont eu aucun rôle, la Corse la subissant de facto, alors qu'en matière de spéculation, les associations de défense du littoral et de l'environnement pointent le rôle ambigu voire complice des autorités de l'état… Quant à la drogue, absente de Corse jusqu'aux années quatre-vingt, elle y prolifère aujourd'hui, sans que les autorités ne semblent s'en émouvoir outre mesure (...). Aussi l'opinion, qui se demande quels sont réellement les moyens de lutte utilisés contre ce fléau, a-t-elle la triste impression que la seule réponse en la matière semble être la politique institutionnalisée des dealers-indics de police… Il est évident qu'au-delà de l'échec et du rôle critiquable des forces de police et de justice dans l'île, surtout ces dernières années. (...) La société corse, aujourd'hui déstructurée et en perte de valeurs et d'espoirs, elle aussi ne doit pas s'exonérer de ses responsabilités, même si elle subit plus qu'elle n'impulse le cours des choses, portant de grandes responsabilités, notamment entre-autres en matière d'éducation de sa jeunesse avec le règne de l'enfant-roi, les frasques et les dérives d'une certaine jeunesse dorée et le«lascia corre » généralisé… Trouvera-t-elle la force de refuser et dépasser le fatalisme et la résignation en affrontant les dures réalités pour se donner les moyens d'une réaction collective salutaire au nom des générations futures ? Aujourd'hui, plus aucune force politique ne semble en position de donner des recettes ou des leçons dans ce domaine.

« Même le mouvement nationaliste n'aura finalement pu que retarder le cours des choses et les enchaînements funestes d'aujourd'hui, ne bloquant que provisoirement certains mécanismes liés au pseudo-développement de l'île, qui aujourd'hui explosent, résultante de l'intrusion depuis quelques années du profit à grande échelle. La société corse et les nouvelles générations ont abandonné ces valeurs [travail, respect d'autrui, entraide, solidarité] et les limites n'existent plus pour se faire à tout prix une place au soleil. Il faut donc tous ensemble, lucidement et courageusement, se pencher sur le problème, et se donner les moyens d'une véritable autocritique par une introspection sans tabous pour de nécessaires remises en question. Mais cela ne saurait cependant en aucun cas conduire à occulter les responsabilités de l'État et à lui donner un blanc-seing en vue d'une répression tous azimuts, comme cela s'est produit avec les dérives de la période Bonnet, et tous les problèmes subis par les Corses alors. Alors Madame, Monsieur, êtes-vous, au-delà des effets de manche, prêts à aller à l'essentiel, en tentant d'abord de comprendre enfin la spécificité corse, en refusant les clichés et le racisme anti-corse ambiant, en prenant en compte son histoire et sa culture méditerranéenne (...) ses atouts et ses espoirs. Ou alors votre visite ne restera-t-elle encore qu'une énième visite et la Corse continuera-t-elle à affronter ses démons et à vivre au rythme des drames à répétition, tandis que les dérives se renforceront et que la mafia s'installera, régissant tous les rapports économiques, sociaux et politiques dans l'île ? »

Publié dans Corse Matin, 22 novembre 2012

«On est passé d'un problème corse à un problème en Corse...»

Xavier Crettiez, professeur de sciences politiques à l’université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines et spécialiste des nationalismes en Europe, décortique la banalisation de la violence dans l’île et en analyse les causes. Focus

S'appuyant sur l'affaiblissement progressif des mouvements nationalistes, explorant les habitudes de violence qu'ils ont enracinées dans leurs pas, Xavier Crettiez, professeur de sciences politiques à l'université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, pose un regard aigu sur la situation que vit la Corse actuellement.

Il est également l'auteur de plusieurs ouvrages, dontLes violences politiques en Europe, en 2010 aux éditions La Découverte. L'île est une région qu'il connaît bien. Et qui fera partie de l'exposition itinérante - intitulée « Murs rebelles » - sur laquelle il travaille avec Pierre Piazza, maître de conférences à Cergy. Le thème : l'iconographie nationaliste contestataire. Elle devrait débarquer à Corte à l'été 2013.

La Corse s'impose comme région la plus criminogène d'Europe… Comment en est-on arrivé là ?

C'est une question un peu compliquée dans la mesure où, certes, la Corse est en termes de statistiques la région la plus criminogène, mais de manière très contrastée. On assiste effectivement à beaucoup de crimes de sang et d'homicides, tout en constatant en même temps que l'île est très peu délinquante. Avec, à la clé, un sentiment d'insécurité très bas. Et avec ce paradoxe d'une terre violente dans le quotidien et tout à la fois très peu violente. J'étais, dernièrement, en déplacement en Corse, logé dans un hôtel à Corte ouvert toute la nuit. Un établissement où les clients rentrent, referment la porte derrière eux, sans besoin d'un veilleur de nuit… On n'imagine pas cela à Paris ou à Marseille !

L'histoire de la Corse, son passé, peuvent-ils expliquer la situation ?

La transmission de la violence historique est un fantasme ! Une des raisons qui font que la Corse est confrontée à ce qu'elle vit aujourd'hui est à rechercher dans l'entrée en scène d'un nationalisme armé, depuis une quarantaine d'années. Ce dernier a banalisé l'usage de la violence, le tout s'accompagnant d'une véritable scénographie. Cela, oui, c'est propre à la Corse. Les hommes en armes du nationalisme tuaient peu, excepté lors des épisodes de guerres fratricides entre nationalistes au milieu des années 90. Il n'y a pas eu d'attentats meurtriers contre des civils, on n'était pas dans la situation de l'Irlande ou du Pays basque. Davantage dans l'expression d'une violence démonstrative et de banalisation, ce qui a favorisé l'acceptation sociale de la violence. Désormais, il y a une sorte d'habitude, de « routinisation » des homicides, particulièrement en Corse-du-Sud et dans la ville d'Ajaccio.

Peut-on analyser cette banalisation de la violence à laquelle on assiste ?

Oui, par le focus de plusieurs registres, on peut en comprendre les motivations. Contrairement à la violence politique du FLNC qui avait une parole, une voix, même si cette lisibilité était parfois tronquée, l'actuelle violence est opaque, parce qu'elle est criminelle. Motivée, semble-t-il, par des logiques de prédation sur des ressources rares, financières, clientélaires, foncières. Il s'agit là d'une explication à travers une grille économique. Ensuite, il y a une grille plus structurelle de recomposition du champ du grand banditisme, depuis la mort de Francis Mariani au nord et de Jean-Jé Colonna au sud. Avec pour résultat une guerre de position de clans qui étaient sous autorité pour se partager le gâteau. Une autre grille d'explication encore tient dans le fait que les organisations paramilitaires de type nationaliste se sont affaiblies depuis trois ou quatre ans. Les conférences de presse clandestines n'ont plus lieu. Cet affaiblissement a laissé le champ libre au banditisme. Ouvrant des espaces d'action pour les acteurs criminels. Par ailleurs, on observe également un manque du côté de l'État.

Aujourd'hui, on ne parle plus de guerre nationaliste, bien plutôt de dérive affairiste…

Ce sont deux choses assez différentes, mais peut-être liées. L'affaiblissement dont je parlais a pu engendrer une émergence. En gros, il n'y a plus de question corse, plus de problème corse au sens de la revendication identitaire. Mais un problème purement criminel. Ce qui ne veut pas dire qu'il puisse y avoir une relation explicitement affirmée non plus. Il est possible que quelques nationalistes en déshérence réinvestissent leur savoir-faire opérationnel dans une logique criminelle. Quoi qu'il en soit, ce sont quelques cas isolés.

Ceci étant, on peut tabler sur une recomposition du milieu corse ?

Il semblerait, en effet, qu'à la suite de la disparition de Francis Mariani et Jean-Jé Colonna, une recomposition partielle soit apparue. La question est la suivante : est-ce que ce milieu corse qui se caractérise par des activités criminelles qui s'exportent sur le Continent et au-delà jusqu'aux États-Unis ne se reconcentre pas sur l'île ? La raison en serait l'augmentation considérable du prix du foncier dans l'île et des ressources que constituent le littoral, l'intérieur également, au sein d'une situation économique insulaire très précaire.

Pour la première fois, Jean-Marc Ayrault a utilisé le terme de mafia. Vous êtes d'accord avec ce lexique ?

Oui et non. Pas d'accord, si l'on considère que la mafia est une organisation criminelle transnationale, profondément investie dans l'économie réelle, exploitant une économie parallèle polluant la première, en ayant des réseaux très implantés dans le champ politique, ce qui est la définition des quatre grandes mafias italiennes. Dans ce cas, non, il n'y a pas de mafia en Corse. Néanmoins, si l'on considère l'existence de groupes criminels de plus en plus développés ayant des passerelles avec des acteurs publics, on peut, peut-être, parler de tentation mafieuse.

À propos des dix mesures présentées par le Premier ministre, poudre aux yeux dans l'urgence ou traduction d'un vrai état d'urgence ?

On note une prise de conscience du gouvernement et des acteurs opérationnels, policiers et magistrats. On est passé d'un problème corse à un problème en Corse. Jusqu'à présent, l'essentiel des moyens avait été concentré sur la menace nationaliste et clandestine. Pour finalement faire le constat qu'elle n'en était pas une. L'État a géré, de manière cynique, en faisant semblant d'opposer une répression qui avait pour but d'éviter toute radicalisation. Actuellement, ce même État a compris, qu'il changeait de boussole. Passant du référentiel de répression à celui de grande criminalité économique dans l'île.

Le déplacement en Corse, au lendemain de l'assassinat de Jacques Nacer, de Christiane Taubira et Manuel Valls a été jugé peu convaincant. L'État peut-il proposer des solutions innovantes ?

La police française est une très bonne police en matière judiciaire et de renseignement, l'une des meilleures en Europe. On est en droit de se demander, justement, si cette excellente police ne pourrait pas faire son travail en Corse, un territoire de 300 000 habitants ? La réponse tient à cette réalité qu'il n'y a pas de mise sur agenda politique de cette grande criminalité économique. Je pense que les choses vont bouger. Il n'est pas possible qu'on reste à un taux zéro d'élucidation. L'État est lent, mais il va agir. Il est obligé d'agir. Et, en outre, il est très bien formaté pour cela. Je crois que dans les deux ans qui viennent, on va assister à une vague d'arrestations et que tout va aller très vite…

Lorsque la garde des Sceaux annonce des moyens pour combattre la délinquance financière, elle prend le problème par le bon bout ?

Oui, il faut nécessairement avoir des équipes de police et de justice spécialisées dans les affaires financières.

L'échec de l'État en Corse, une malédiction ?

L'État n'a pas échoué avec les nationalistes. Il les a affaiblis. Il a fait, en quelque sorte, de la délégation de service public. Il a évité que les mecs aillent mettre des bombes dans le métro à Paris. Le prix de cette attitude, c'est qu'en disant aux nationalistes : on vous laisse agir si vous ne dépassez pas les bornes, on a donné l'impression de laisser s'installer une zone de non-droit. Désormais, ce n'est plus la même violence. L'État réussira parce que ce ne sont plus les mêmes acteurs. Là, il est face à une violence qui commence à faire peur.

Cette omertà dont les médias font leurs choux gras ?

On plaque un schéma culturaliste, la Corse est à part, difficile… L'omertà, c'est un schéma de la culture du silence, faisant des victimes de la violence des complices qui savent mais ne disent rien. Or, les Corses ne savent pas. C'est une bourde récurrente lorsqu'on ne comprend pas. Ce qui est très insultant pour les habitants.

Peut-on attendre de la société corse un sursaut permettant de changer le visage de cette Corse sanglante ?

Elle le peut probablement, on l'a vu en Italie. Là où les Corses ont matière à agir, c'est en arrêtant d'accepter de valoriser l'esthétique de la violence… Il serait possible de réaliser un effort didactique pour dire que la violence n'est pas un mode normal de régulation sociale. En sachant que ce je dis pour la Corse est aussi vrai pour beaucoup de banlieues…

Propos recueillis par A.-C. CHABANON achabanon@corsematin.com

Débat : Mafia ou pas mafia ?

Sampiero Sanguinetti : "Expliquer la violence par la mafia est inapproprié"

Publié le 16/11/2012

FRANCE – Alors que l'île de Beauté connaît une série d'assassinats, le dernier livre de Sampiero Sanguinetti, La Violence en Corse, XIXe-XXe siècles (éditions Albiana), fait mouche. Journaliste, il a été l'un des inventeurs de la télé régionale corse. Durant trente ans, il a été le témoin d'une violence aujourd'hui en pleine recrudescence.

Francetv info : Au lendemain de l'assassinat du président de la chambre de commerce et d'industrie de Corse-du-Sud, Manuel Valls, en visite en Corse jeudi 15 novembre, a parlé de "mafia" pour décrire la situation. Que pensez-vous du point de vue du ministre de l'Intérieur ?

Sampiero Sanguinetti : Cette violence est si difficile à analyser que je comprends qu'on puisse l'expliquer par des catégories toutes faites comme la mafia. Mais c'est très périlleux. C'est une question complexe, qui a sa spécificité : en Corse, il n'y a pas d'organisation mafieuse pyramidale comme en Sicile.

Sur l'île, le manque de confiance à l'égard des institutions judiciaires est plus que récurrent. L'utilisation des méthodes antimafia, comme en Sicile, ou antiterroristes n'a pas apporté de résultat probant. Les moyens utilisés n'ont pas créé la confiance et sont loin d'avoir rapproché les citoyens de la justice : les groupes d'intervention spécialisés avec cagoules et avions du petit matin, qui ont pu relâcher les interpellés sans même un billet de retour, ou encore les juridictions interrégionales spécialisées (Jirs), qui utilisent la procédure du témoin sous X sans que l'on sache si ce témoin existe vraiment. La Sicile a son histoire, nous avons la nôtre, y compris dans les drames.

Alors quel regard portez-vous sur ces crimes qui se multiplient, sur l'histoire de toute cette violence ?

La société corse vit un profond malaise, et depuis longtemps. Et ce n'est pas le fait d'un prétendu gène de la violence des gens du Mezzogiorno. Selon l'Insee, nous sommes la région la plus pauvre de France. Une réalité que les Corses eux-mêmes s'ingénient à cacher. Le chômage des jeunes est l'un des plus graves du pays, de même que l'échec scolaire, en particulier celui des garçons. Le terreau de ce marasme économique est donc très favorable à un développement hors normes de la délinquance.

En fait, tout cela a démarré dans les années 1960. La Corse a été perçue comme un futur eldorado touristique. Nous étions une région sous-développée et les banques sont arrivées en nombre, comme les promoteurs. Cela a engendré un nationalisme avec une composante très violente, jusqu'à 700 attentats par an, dans une société qui se sentait en danger. Alors le milieu corse a quitté Paris et Marseille pour revenir au pays et y faire des affaires. Rapporté à la population, nous avons le tourisme le plus puissant de toute la Méditerranée. Cela attire beaucoup de monde, d'autant que ce n'est toujours pas maîtrisé. Ajoutez à cela l'explosion du trafic de drogue, vous avez le cocktail de notre violence.

Alors quels pourraient être les remèdes ?

Il y a deux niveaux d'intervention indispensables. Localement, l'Assemblée de Corse doit s'atteler au problème du développement économique. Après trente ans de retard, c'est seulement maintenant que ce travail semble commencer. Le chômage des jeunes doit être la priorité. Ensuite, au niveau national, l'Etat doit assurer la sécurité. Il s'est longtemps fourvoyé en se focalisant sur le nationalisme, oubliant le grand banditisme.

Mais récemment, une chose m'a beaucoup troublé. Dans une interview au Monde donnée peu après l'assassinat de l'avocat Antoine Sollacaro, le juge Gilbert Thiel a soulevé de nombreuses questions sur la réalité de l'action de l'Etat. Toutes les époques y passaient : on n'aurait pas cru Robert Broussard, préfet de police en Corse dans les années 1980, lorsqu'il disait que le crime organisé investissait pour blanchir l'argent sale ; les ex-ministres de l'Intérieur Charles Pasqua et Jean-Louis Debré auraient été trop indulgents avec le terrorisme ; la DCRI aurait eu un fonctionnement opaque ; les Jirs compteraient nombre d'incompétents… Vous imaginez bien que lorsque la population apprend tout cela, le problème de la confiance est total. Or c'est cela qu'il faut restaurer. L'Etat doit clarifier son action, la rendre plus lisible, plus logique. Manuel Valls lui-même, sur le plateau de France 2, a reconnu qu'il répétait des choses qui avaient été maintes fois dites. C'est cela qu'il faut changer !

Propos recueillis par Hervé Brusini pour Francetvinfo

Jacques Follorou (Le Monde) : "L'aveuglement chronique de l'Etat face à la mafia qui gangrène l'île"

LE MONDE | 16.11.2012

La vague d'émotion suscitée par ce cent unième homicide depuis 2008 en Corse a donc conduit les autorités à promettre que l'Etat "ne reculera pas". Mais aussitôt, à l'évocation de la création d'un pôle antimafia, la garde des sceaux, Christiane Taubira, a précisé que "le gouvernement ne veut pas jouer à l'Etat "Rambo"".

Ces mots rappellent ceux de son prédécesseur Robert Badinter, qui, entre 1983 et 1985, au motif qu'il abhorrait les "opérations cow-boy", s'était refusé à donner son feu vert à une offensive combinée sur le terrain criminel et financier pour juguler, déjà, la mainmise d'un groupe criminel corse, la Brise de mer, étendard du système mafieux insulaire qui a régné sur l'île pendant trente ans.

Cette récurrence souligne un fait profondément ancré dans les mentalités administratives et politiques françaises : l'Etat ne saurait admettre qu'une mafia puisse la défier sur son sol. Cette réalité institutionnelle est aussi une idée structurante au pays de Descartes où l'Etat jacobin, qui a divinisé la puissance publique et centralisatrice, ne peut admettre qu'un bout de son territoire puisse lui échapper.

DÉFAUT DE DIAGNOSTIC

C'est une clé méconnue et pourtant essentielle pour saisir que, à la différence de l'Italie, la France n'a jamais admis qu'un pouvoir occulte avait prospéré sur son sol. Ce défaut de diagnostic a privé ceux qui sonnaient l'alerte des moyens adéquats pour lutter contre le crime organisé.

L'emprise mafieuse en Corse est visible dès le début des années 1980. Depuis, elle n'a cessé d'avancer dans le corps social insulaire par le biais du blanchiment d'argent sale dans l'économie légale et grâce à ses réseaux d'entraide dans des univers éloignés du banditisme. La mafia corse s'appuie sur la violence et sur une puissance financière qui corrompt. Son impunité a fini par convaincre, par un mécanisme pervers d'inversement des valeurs, qu'elle était une composante inaliénable de la société corse.

La mafia corse a ses caractéristiques propres. Elle n'est pas assimilable à son homologue sicilienne. En Corse, pas de coupole dirigeante mais des associations criminelles structurées indépendantes qui cohabitent. Ici, les vendettas se mêlent aux règlements de comptes classiques. La structure clanique traverse, en Corse, les associations criminelles qui n'ont pas toujours de noyau familial comme à Palerme. De même, le paiement du "pizzo" sicilien, prix d'une protection des entreprises, magasins ou des activités des notables, n'existe pas sur le sol corse où se pratique le racket. Enfin, la mafia corse a dû composer avec les groupes clandestins nationalistes inexistants en Sicile.

CAP MENTAL

Le crime organisé s'est enraciné sur l'île d'autant plus aisément que l'Etat se focalisait sur la seule violence nationaliste et qu'il laissait la société corse devenir un terreau idéal pour une mafia. Ici, la classe moyenne, comme dans les pays pauvres, est trop faible pour constituer un corps social cohérent et assez fort pour tenir à distance le pouvoir financier mafieux.

De plus, il n'y a pas, sur l'île, de vie économique capable de créer des espaces de liberté échappant aux appétits criminels. Enfin, des policiers ont joué les apprentis sorciers en privilégiant la carte des voyous contre celle des indépendantistes : des informations contre une mansuétude, voire des compromissions. Reconnaître cet aveuglement relève de l'infamie pour certains serviteurs de l'Etat.
Il a fallu attendre 2009 pour que la police judiciaire se réorganise en venant soutenir des juridictions spécialisées contre le crime organisé créées dans la foulée de la loi Perben II et qui n'ont réellement fonctionné qu'à partir de 2007-2008. Une évolution qui fait encore grincer des dents au sein de l'Etat au nom de l'égalité de traitement sur le territoire national.

Au regard des faibles résultats, cet arsenal n'est pourtant pas à la hauteur du défi posé à la collectivité nationale. Il reste un cap mental à passer qui va au-delà de la seule frontière sémantique, franchie par le gouvernement qui prononce, enfin, le mot mafia.

La protection des témoins et un statut du repenti donneraient des atouts à la justice pour faire pièce aux stratégies de défense des groupes criminels. Surtout, cela équilibrerait le jeu entre les criminels et une population prise en otage. Le cadre de cette lutte reste encore à créer. Pour aider la Corse, il faudra que l'Etat descende de son piédestal.

Jacques Follorou

Orte di quì

orti

L'emprise du Milieu en Corse

Par Eric Pelletier et Hélène Constanty, L'Express, 03/11/2012

On ne parle pas encore de mafia à l'italienne. Mais l'île souffre depuis dix ans d'une criminalité de plus en plus infiltrée dans les rouages de la société, de l'économie et de la politique. 

obs
CORSE - Les obsèques, à Propriano, de Me Antoine Sollacaro, célébrées le 19 octobre,
trois jours après son assassinat. - PASCAL POCHARD-CASABIANCA / AFP

L'incrédulité se lit sur son visage de bonze. Face à ces malheurs en rafale, il arrive au père Olive de douter. "Davanti a morte...", dit-on en Corse. "Devant la mort...". L'île tout entière tient dans le silence qui suit. La beauté des paysages, le poids des traditions, mais aussi la répétition des drames. Il faut y ajouter désormais l'ombre de la mafia qui avance.  

Le père Olive, 70 ans, officie à Bastia. Aumônier des forces spéciales, cet ecclésiastique de choc a donné l'extrême onction sur bien des fronts, du Liban à l'ex-Yougoslavie. S'il n'a jamais aimé les lois de la guerre, au moins les comprenait-il. Ici et maintenant, tout est différent. "On s'en prend au tout-venant, se lance-t-il. Demain ce sera peut-être toi. Après-demain moi. Tout est devenu possible. On fait preuve d'un sang-froid extraordinaire pour bousiller quelqu'un. Je suis trop démuni par rapport à cette violence: parfois, je connais les deux familles. Aux obsèques, je ne prêche plus. Une chanson en dit souvent plus. Alors, je me contente de lire la parole de Dieu." 

Cette confession trahit le désarroi des hommes quand, au-dehors, le décor ramène tranquillement à la douceur des choses. Les deux clochers ocre de l'église Saint-Jean-Baptiste dominent le vieux port. La fraîcheur de la ruelle laisse monter les odeurs. Dans cet extrême sud de France, aux faux airs de Mezzogiorno, le temps dure longtemps. Enfin, pas pour tout le monde... 

Des meurtres commis sous les yeux des enfants

Depuis 1995, près de 400 homicides ont été recensés en Corse. La majorité relève de règlements de comptes, ces "Chjami è rispondi", (littéralement des "appels" et leurs "réponses"), comme lorsque deux chanteurs se défient dans des joutes oratoires. Pour compléter ce sinistre tableau, il faut y ajouter au moins 300 tentatives d'assassinats. Les armes à feu ne manquent pas: plus de 31 000 si l'on prend seulement en compte celles qui ont été déclarées.  

Le 16 octobre, à Ajaccio, avec l'assassinat d'un avocat, un cap a été franchi. Me Antoine Sollacaro, était une figure du barreau, adorée autant que détestée, mais reconnue pour sa pugnacité. Il a été supprimé alors qu'il se trouvait au volant de sa Porsche, dans une station-service de la route des Sanguinaires, par deux silhouettes sveltes, allure de serpent, juchées sur une moto BMW GS. Un choc national. "La violence et l'affairisme ont atteint dans l'île un niveau sans commune mesure avec les autres régions françaises. Et cette situation menace les fondements mêmes de la société en Corse", dénonce le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, le 22 octobre, avant d'annoncer dans la foulée une série de réponses policières et judiciaires. "L'avocat et le médecin, comme l'instituteur et le curé étaient des personnages intouchables auparavant en Corse, analyse Me Dominique Mattei, célèbre pénaliste exerçant à Marseille. La criminalité envahit toutes les couches de la population et détruit tous les symboles et par conséquent tout ce qu'il y avait de sacré et qui faisait la grandeur de la Corse disparaît."  

"L'avocat et le médecin, comme l'instituteur et le curé, étaient des personnages intouchables "

Mais avant ce "cap", combien d'estuaires ont-ils été dépassés? Ces deux dernières années, le membre d'un clan a été transpercé de balles sous les yeux de ses enfants ; un tir de kalachnikov visant un autre père de famille a pulvérisé le bras de sa fille de 10 ans; Marie-Jeanne Bozzi, ex maire UMP de Grosseto-Prugna, a été exécutée. Ce n'est plus contestable: la Corse est bien la région la plus meurtrière d'Europe occidentale. C'est une évidence: ses habitants en sont les premières victimes. 

Difficile d'évaluer le traumatisme de cette violence sur une population de seulement 305 000 habitants. Il conviendrait même de rapporter ces statistiques à un groupe plus limité encore. "Nous avons une forte population immigrée qui n'est presque jamais concernée par ces règlements de comptes, pas plus que les continentaux, relève l'élu nationaliste Paul-Félix Benedetti. La réalité, c'est que des Corses tuent des Corses."  

"Nous avions toutes perdu un fils, tué par balles"

L'immense majorité n'est pas touchée, vivant en marge de ces pics de violence, sans jamais croiser un drap blanc sur un trottoir. Habitants et touristes se promènent sans craindre de se faire voler leur portable. Mais lorsqu'on vit ici, chacun est concerné, au moins par ricochet. "Un jour, lors d'une soirée au loto, je me trouvais assise à côté de trois autres femmes, souligne Christiane Muretti, mère d'un jeune homme assassiné en 2001. Nous nous connaissions de vue. En discutant, nous avons d'un coup réalisé que nous avions toutes perdu un fils, tué par balles."  

Quatre pôles structurent le banditisme insulaire, du sud au nord: la bande du "Petit bar" et celle des affidés de Guy Orsoni, à Ajaccio; les "Bergers braqueurs" dans la plaine orientale; et enfin ce qui reste du fameux gang de la Brise de mer, en Haute-Corse. "Ces bandes non connectées entre elles forment des îlots de banditisme, estime l'historien Francis Pomponi, par ailleurs membre de l'association France-Corse. Rien ne démontre la mainmise tentaculaire d'une pieuvre mafieuse." Contrairement à ce qui se passe en Italie du sud, elles n'ont pas l'ambition d'offrir une alternative à l'Etat. Elles agissent selon une logique de prédation, voraces, puissantes mais émiettées.  

Voilà plus de dix ans que la violence nourrit la chronique quotidienne. En 2001, alors que la "guerre" entre factions indépendantistes armées avait enfin faibli après plusieurs années sanglantes, le feu jamais éteint de la criminalité organisée a repris de plus belle, impliquant parfois les mêmes acteurs, passés de la "lutte nationale" au banditisme. Ainsi, le jour où Me Sollacaro a été tué, le dernier soldat de François Santoni, l'ancien chef indépendantiste, mourrait sous les balles. Le défunt s'était reconverti dans l'immobilier, en Balagne. 

Contrairement au reste de la France, où bandits et gens ordinaires vivent dans des mondes quasi étanches, nombreux sont ceux qui, en Corse, connaissent un voyou (ou un policier), parent, voisin ou copain de classe. D'autant que les villes et leurs alentours, principalement Bastia, Ajaccio, Corte et Porto-Vecchio, concentrent 80% des habitants. "Lorsque j'étais étudiant, je travaillais dans un bar de la place Saint-Nicolas, à Bastia, pour payer mes études. L'établissement était tenu par l'un des membres de la Brise de mer. Tous les jours, je servais à boire aux membres de la bande", témoigne un jeune commerçant bastiais qui a conservé des liens polis avec eux. "Nous ne vivons pas dans le même monde mais nous fréquentons les mêmes endroits", confirme un policier corse. Cet écheveau de relations dresse la carte de liens de sang et d'amitié connus de tous mais invisibles des gens de passage. La semaine dernière, la presse régionale rapportait la position du Parti socialiste de Corse quant aux mesures gouvernementales visant le crime organisé. Le lecteur continental en reste à cette lecture de façade. L'insulaire, lui, sait que le conseiller général de Haute-Corse figurant sur la photo n'est autre que le beau-père d'un braqueur, condamné quelques jours plus tôt à dix-huit ans d'emprisonnement pour l'attaque d'un fourgon de transports de fonds en Seine-et-Marne. Un élu dont la carrière politique, entamée voilà trente ans, ne doit rien à la romance entre sa fille et un héritier de la Brise de mer. Mais il n'empêche, sa parole prend un relief différent. 

La percée politique de Balthazar Federici est, elle, beaucoup plus récente. Pourquoi le maire de Venzolasca, un bourg d'un millier d'habitants dominant la plaine orientale, s'est-il retrouvé d'un coup conseiller territorial en 2010, sur la liste de Paul Giacobbi, l'actuel président (PRG) de l'exécutif de la collectivité territoriale de Corse? En tout cas, pas pour le nombre de ses interventions dans l'hémicycle. 

Le nom de Federici est l'un de ceux qu'on prononce en baissant les yeux. Il est en effet le frère d'Ange-Toussaint, chef présumé de la bande dit des "bergers braqueurs". Ce dernier a été condamné en appel, le 17 octobre, par la cour d'assises du Var, à trente ans de réclusion criminelle pour un triple assassinat commis à Marseille, en avril 2006, sur fond de guerre pour les machines à sous. " Mon frère, je sais qui il est, ce qu'il vaut exactement, et je ne suis pas le seul à le savoir. Ce n'est pas une crapule", déclarait l'élu en décembre 2010 à Corse-Matin, alors que s'ouvrait un débat sur la violence dans l'hémicycle de l'Assemblée de Corse. Balthazar n'a jamais renié son frère. Il s'est montré à bon nombre d'audiences, en costume de frère et non de conseiller territorial. La justice, d'ailleurs, ne lui reproche rien. 

Une minute de silence pour un baron de la Brise de mer

"Chez nous, le voyou n'est pas un marginal, analyse le pénaliste Pascal Garbarini, qui exerce à Paris et à Ajaccio. Il vit au sein d'une société qui, faute de débouchés économiques, manque singulièrement de figures alternatives auxquelles s'identifie généralement la jeunesse, footballeurs, voire chefs d'entreprise." Longtemps, les caïds les plus puissants sont même passés pour des notables. Jusqu'à sa mort, en 2006, le parrain "Jean-Jé" Colonna fut ainsi considéré comme un "paceru", un homme disposant de suffisamment d'autorité morale pour apaiser les différends.  

"Le mythe du voyou est jouissif: il rejoint tout l'imaginaire du pouvoir", souligne un bon connaisseur du Milieu. Contrairement aux idées reçues, ni la paupérisation d'une part grandissante de familles corses (selon l'Insee, le taux de "pauvreté monétaire" est ici trois fois plus élevé que dans les Yvelines), ni l'apparition d'un marché local de trafic de cocaïne n'expliquent, à eux seuls, l'emprise grandissante de la grande criminalité. Les jeunes gens arrêtés dans les récentes affaires d'assassinat, à Ajaccio, n'étaient pas des traîne-misère mais souvent des fils de classes moyennes, bien insérés, comme le furent dans les années 1980 leurs aînés de la Brise de mer. L'un de ses barons, Pierre-Marie Santucci, assassiné d'une balle dans le thorax par un sniper le 10 février 2009, eut même droit, trois jours plus tard, à un hommage public. A l'occasion de la rencontre Bastia-Tours, les 3000 supporteurs présents à Furiani furent invités à une minute de silence... 

Dans l'inconscient collectif d'une île imprégnée de religion, la mort absout les fautes. L'été dernier, Maurice Costa, éleveur, a été supprimé de plusieurs balles de chevrotine, tirées dans une boucherie de Ponte-Leccia, dans le centre de l'île. Son frère, Jacques, est conseiller général, maire (divers gauche) du village voisin de Moltifao (700 habitants). Aussitôt, des bals de village sont annulés. Le jour de l'enterrement, la brasserie Le Rex, à Corte, baisse le rideau et la plupart des élus de Haute-Corse montent au cimetière. Un élu nationaliste, pourfendeur du clan et qui n'a pas de mots assez durs envers le crime organisé, l'avoue sans détour: "Si j'avais été en Corse à ce moment-là, oui, je me serai rendu aux obsèques." Davanti a morte... 

La défiance envers les services de l'Etat

Devant la mort et son rituel, les prêtres eux-mêmes se sentent parfois pris en otages, comme à l'époque de la guerre entre nationalistes. "Que faire lorsqu'il est évident que la victime a vécu par les armes?, se demande avec franchise le père Gaston Pietri, 83 ans, figure de l'Eglise catholique en Corse, et animateur d'un groupe non confessionnel, "Corte 96", chargé d'analyser les racines de la violence. Il reste peut-être un sentiment ancien hérité du temps où les grands bandits oeuvraient à Marseille ou à Paris, se comportant en bienfaiteurs du village. Aujourd'hui, alors qu'à travers les homélies, on personnalise le propos, il faut se montrer extrêmement prudent quant aux mots employés."  

La situation prémafieuse qui gangrène l'île pèse tout autant sur la presse. Dans la nuit du 16 au 17 septembre, la vitrine de l'agence Corse-Matin, rue César-Campinchi, à Bastia, a été criblée de 7 balles de calibre 9 mm. Faut-il y voir un lien? Cinq jours plus tôt, le quotidien avait fait sa Une, sur un "triple assassinat à Castirla". L'article, bien documenté, faisait le lien entre ces trois morts et l'assassinat de Maurice Costa, évoquant une "vendetta sanglante" entre deux familles. 

Pas facile, pour un journaliste, de faire son métier en Corse. Pierre-Louis Sardi, de la radio RCFM, l'antenne locale de France Bleu, conserve un souvenir aigu du procès de Jacques Mariani, devant la cour d'assises de Créteil (Val-de-Marne), en juillet 2006. Le fils de Francis Mariani, l'un des fondateurs de la Brise de mer, comparaissait pour l'assassinat de deux frères en Haute-Corse, dont il a finalement été acquitté. "J'ai été menacé par certains membres de la famille, à la sortie d'une audience: "Il y a eu des suppressions d'emploi à Corse-Matin... Il y en aura bientôt à RCFM", m'ont-ils dit. J'ai jugé plus prudent de rentrer à Bastia."  

Cette crainte diffuse rend tout témoignage en justice aléatoire. "Il y a des gradations dans cette peur, analyste Vincent Carlotti, ancien maire (PS) d'Aleria et créateur du mouvement politique La gauche autonomiste. La petite peur, celle de se fâcher avec un parent, un voisin, celui qu'on croise tous les jours et qui, désormais, ne vous adressera plus la parole jusqu'au restant de ses jours. Et la grande peur, celle de se prendre une balle derrière la nuque."  

Cette défiance envers la justice est une constante. Il y a de quoi être méfiant en effet. En 2009, Lucien Benvenuti, gérant d'un restaurant de Saint-Florent et compagnon de l'écrivain Marie Ferranti, a déposé plainte après avoir été racketté. L'enquête a permis de confondre les deux auteurs du délit qui se faisaient passer pour des membres du FLNC mais également un... capitaine de gendarmerie, accusé d'avoir prévenu l'un des suspects. Cette histoire a contribué à nourrir l'idée, tenace, que l'on ne peut faire confiance ni à la police et à la gendarmerie. "Jamais je n'irai dénoncer qui que ce soit à la gendarmerie, s'exclame Robert, entrepreneur en bâtiment à Porto-Vecchio. J'aurais peur que le coupable soit aussitôt prévenu et que l'histoire se retourne contre moi."  

Cavale au grand jour, de Porto-Vecchio à Libreville

Dans ce combat contre le crime, l'Etat, obnubilé par la lutte contre le nationalisme armé, a longtemps envoyé des signaux contradictoires. La facilité avec laquelle certains truands ont mené leur cavale au grand jour, de Porto-Vecchio à Libreville (Gabon), n'a pas rassuré. La ligne semble cependant plus claire depuis quelques années. En 2009, un groupe de travail permanent a été créé au sein de la police judiciaire. Près de 45% des règlements de comptes traités par la Juridiction interrégionale spécialisée de Marseille et la PJ entre 2008 et 2012 ont conduit à des mises en examen. Mais les résultats restent fragiles, bon nombre d'investigations, inabouties et l'arme financière, sous-employée pour lutter contre l'argent sale.  

A l'heure où certains appellent à un sursaut de la population, d'autres se souviennent des mots du juge antimafia italien Falcone: "On peut vaincre la mafia, pas par l'héroïsme de citoyens sans armes, mais en mobilisant les meilleurs forces de nos institutions."  

Octobre 2012

Un millier de personnes aux obsèques d'Antoine Sollacaro

19/10/2012

Quelque 150 avocats en robe noire ont rendu vendredi un dernier hommage à leur confrère assassiné Antoine Sollacaro, lors de ses obsèques dans son village natal de Propriano (Corse-du-Sud) auxquelles ont assisté un millier de personnes.

Le cercueil en bois clair de l'ancien bâtonnier d'Ajaccio a été porté dans l'église Notre-Dame de la Miséricorde, pleine à craquer, par six confrères et amis de l'avocat.

Prononçant son éloge funèbre, avant l'office religieux, le bâtonnier d'Ajaccio, Marc Maroselli, a évoqué la "générosité" et les "qualités de juriste opiniâtre et clairvoyant" de Me Sollacaro, "grand travailleur et homme de coeur", tué par balles mardi dernier à Ajaccio.

Des avocats de Corse, mais aussi de Marseille, Nice et Paris, de hauts magistrats d'Ajaccio et Bastia, de nombreux élus et dirigeants politiques de tous bords ont assisté à l'office, suivi à l'extérieur de l'église en granit gris par une foule venue de toute la Corse.

"Tu étais un homme de conviction, Corse jusqu'au bout des ongles, mais ouvert sur le monde, grand voyageur, amoureux de peinture et homme de culture", a ajouté Me Maroselli devant le cercueil, sur lequel avait été posée la robe d'avocat de Me Sollacaro.

Une minute de silence a été observée dans tous les tribunaux de France.

La plupart des commerces de Propriano, petit port de 3.000 habitants du sud-est de la Corse, où Antoine Sollacaro était né le 30 janvier 1949, avaient baissé leur rideau en signe de deuil.

L'avocat, âgé de 63 ans, considéré par ses pairs comme l'un des plus brillants pénalistes, a été tué de neuf balles de gros calibre par deux hommes en moto, toujours activement recherchés.

"N'ayez pas peur!" a lancé durant la messe le diacre Antoine Peretti, citant le pape Jean Paul II. Il avait auparavant dénoncé "l'invasion de la drogue, du sexe, de la violence, de la haine, de l'envie et de la jalousie et la rumeur, contre laquelle Antoine s'est si souvent élevée".

Me Sollacaro a été inhumé au cimetière marin de Propriano.

Retrouver la trace du commando à moto

A Ajaccio, les enquêteurs de la police judiciaire ont poursuivi leurs investigations pour tenter d'élucider ce 15e assassinat depuis le début de l'année en Corse.

Ils recherchent tous les indices permettant de retrouver la trace du commando à moto qui a exécuté Me Sollacaro dans une station-service proche du centre-ville, où il s'arrêtait chaque matin acheter le journal. Ils ont retrouvé le propriétaire d'une moto du type de celle utilisée par le commando, une BMW GS 1200, déclarée volée récemment à Ajaccio.

L'enquête pourrait s'orienter vers la piste du grand banditisme, notamment au regard du mode opératoire portant la signature de tueurs très expérimentés, a-t-on indiqué de source judiciaire.

Les enquêteurs, qui se sont rendus au cabinet et au domicile de Me Sollacaro, examinent aussi certains dossiers sur lesquels travaillait la victime, instruits notamment par la juridiction interrégionale spécialisée (Jirs, chargée de lutter contre le crime organisé) de Marseille.

Cette Jirs, que Me Sollacaro dénonçait comme une "justice d'exception", a été saisie de l'affaire et a ouvert une information judiciaire des chefs d'assassinat en bande organisée et association de malfaiteurs.

Trois juges d'instruction ont été désignés, Christine Saunier-Ruellan, Thierry Azéma et Christophe Perruaux.

Alors que l'assassinat de Me Sollacaro a provoqué dans l'île une onde de choc qui s'est propagée jusqu'à Paris, le ministre de l'Intérieur Manuel Valls a exhorté, jeudi, les Corses à "se rebeller" contre ces assassinats "qui durent depuis trop longtemps" et contre "les mafias".

Source: Corse Matin

Quand la Corse aide l'Italie

cipriani

cipriani

La Corse à l'eurovision avec Dopu Cena

euro

dopucena

Le groupe Dopu Cena a remporté la finale régionale
du concours de l'Eurovision des langues minoritaires.
Crédit photo : Jeannot Filippi

Dans un amphi archicomble, le groupe a remporté mercredi soir la finale régionale de l’Eurovision des langues minoritaires devant Svegliu d’Isula et Isulatine

Vingt groupes et chanteurs étaient en lice mercredi soir sur la scène de l'amphi Landry, de l'université de Corse, dans le cadre de la finale régionale de l'Eurovision des langues minoritaires. Un événement international organisé par le Liet Corsica, présidé par Jacques Culioli, vainqueur d'ailleurs en 2008. Cette nouvelle édition du Liet va permettre au groupe Dopu Cena de représenter la Corse et sa langue lors de la finale internationale de décembre prochain dans les Asturies, et plus précisément au théâtre Laboral de Gijon. Une finale qui sera retransmise en direct sur l'ensemble des chaînes européennes ! L'événement était donc d'importance mercredi soir. Et le public ne s'y est pas trompé en investissant l'amphi Landry dès 20 heures ! Pourtant, tout n'avait pas débuté pour le mieux. Des balances qui avaient pris du retard, au point que le public a pu assister aux dernières touches dans un brouhaha exceptionnel. D'ailleurs, de nombreux participants à cette soirée se plaignaient de l'organisation, « on n'a pas assez de retours scène, on ne s'entend pas chanter et en plus dans la salle le son s'éparpille trop. On aurait dû faire ça sous un chapiteau », pouvait-on entendre avant le début de la soirée…

Jury présidé par Onno Falkena

Et au moment où Christophe Zagaglia, l'animateur de la manifestation, entrait en scène pour annoncer le début du concert, on s'attendait au pire ! Mais, comme un seul homme, le public, dans un respect exemplaire, a su faire silence pour se concentrer sur les voix des futurs représentants de la Corse à Gijon. Finalement, même si le son n'était pas d'une qualité parfaite, on a pu assister à un grand moment d'émotion. Et les studios La Source avaient réussi leur challenge sonore.

Il revint tout d'abord au président du jury, et président du Liet International, Onno Falkena, d'expliquer, dans un français hésitant, l'objectif de ce concours né dans la province de Frise, au Pays-bas, « pour défendre notre langue et toutes les langues minoritaires d'Europe ». À ses côtés avaient également pris place les 10 autres membres du jury, à savoir Jean-Charles Papi, Mighe Leccia, Cécé Brunini, Jean-Marie Gianelli, Jean-Michel Panunzi, Natale Valli, Alain di Meglio, Maryline Leonetti, Patrizia Gattaceca et Ghjuvan Federicu Terrazzoni. Un jury éclectique, compétent, et surtout indépendant, malgré les rumeurs folles et infondées circulant avant et après le spectacle. Celles et ceux ne supportant pas la critique auraient mieux fait de ne pas monter sur scène. L'Abbrivu avait le difficile privilège d'affronter le premier et le jury et le public. Et d'entrée, le jeune groupe bastiais, aux tonalités sud-américaines ou jazz manouche, mettait la barre très haut. Antoine Cesari, qui jouait à domicile, faisait lui aussi monter d'un cran cette barre, accrochant un public conquis ! La soirée était lancée et promettait d'être d'une excellente facture.

Les groupes et chanteurs se succédaient sur cette scène durant plus de trois heures avant que le jury se retire pour délibérer. Trente minutes plus tard il rendait son verdict en déclarant Dopu Cena vainqueur devant Svegliu d'Isula et Isulatine.

Par Mario Grazi (Corse Matin, 05/10/2012

dopucena

Septembre 2012

Jean-Paul Poletti rend sa décoration en signe de protestation

poletti

Août 2012

Une aghja construite en hommage aux pendus et déportés du Niolu

Par Virginie Paoli
Corse Matin, 28/08/2012

mm

Ghjiseppu Maestracci, président de l'Associu Marcu Maria au milieu de l'aghja construite en l'honneur des pendus et déportés du Niolu. Le 31 juillet dernier, une cérémonie officielle s'est tenue sur ce site.
Photo : José Martinetti

Les pendus et les déportés du Niolu ont reçu cette année, dans la nuit du 31 juillet au 1er août, un hommage officiel. Cette cérémonie a été rendue possible grâce à la volonté de la municipalité de Corscia et de l'Associu Marcu Maria.

Durant cette soirée, Marie Josée Costa, maire de Corscia, a préalablement remercié les participants venus en nombre avant de faire observer une minute de silence devant l'aghja (aire à blé) construite en leur honneur, non loin de la scène d'horreur (voir par ailleurs). Puis Dumè Gambini a présenté son film Pasquale Paoli avant de laisser la parole à l'historien Jacques Denis pour une conférence dédiée à cette tragique période. Un débat s'est alors engagé avec le public, animé par Jean Paul Luciani.

Jusqu'à cette année, la cérémonie commémorative des martyrs avait coutume de se dérouler au couvent de Calaccucia, le 23 juin. Faisant référence au 23 juin 1774, jour du procès des prisonniers. « Nous avons voulu nous souvenir de cette date plutôt que de celle du procès. C'est le 31 juillet qu'ils ont eu droit à une sépulture, après être restés pendus dans le village durant quarante jours. Le 31 juillet représente aussi la nuit des Mazzeri dans notre mythologie. Armés de tiges d'asphodèle incandescentes, ils défendaient leur territoire lors de la bataille des cols. Le hasard du calendrier souligne cette symbolique», révèle Ghjiseppu Maestracci, président de l'Associu Marcu Maria, et à l'origine du projet de construction d'un monument. Il y a quatre ans, avec sa femme Étiennette, ils décident de faire ériger une aghjaafin de marquer l'histoire et « pour que les personnes sachent qu'il y a eu des martyrs».

Un site ayant une forte symbolique

Toutes les pierres (i baronni) délimitant l'aghja font référence aux pendus et déportés au bagne de Toulon.

Les noms des onze pendus y sont inscrits. Cinq sont originaires de Corscia dont Marcu Maria, le plus jeune. L'association porte d'ailleurs son nom.

Mais cette aire à blé n'est pas tout à fait comme les autres : elle a la particularité d'être ouverte.

« Elle renvoie a granitula donc à l'univers et l'infini. On a voulu souligner que ce drame a bel et bien existé mais que les Corses et les Niolins en ont certainement connu d'autres. On pourrait ainsi facilement l'agrandir…, estime Ghjiseppu Maestracci qui croit fortement en la symbolique du site. L'aghja représente la vie. C'est là que l'on bat le blé qui donne la farine puis le pain et donc la vie. Nous avons voulu installer des spots tournés vers le ciel car l'idée de renaissance est aussi liée à la lumière».

L'an prochain, l'association désirerait organiser le soir de la nuit des étoiles, le 31 juillet, « a notte di i lumi». Une sorte de retraite aux flambeaux rappelant la bataille des mazzeri.

À terme, l'objectif est de créer une dynamique interassociative afin« que la tragédie des pendus soit inscrite dans l'histoire. Il faut que les enfants puissent apprendre leur histoire sur les bancs de l'école».

donne

Juillet/Août 2012

Les Assises de la culture corse

assises

assises

La culture n’est jamais une entité figée, un héritage, c’est un processus qui se construit dans l’interaction. Elle permet aux hommes de faire société, c’est-à-dire de définir les conditions de leur vouloir-vivre ensemble, les codes pour se reconnaître et se distinguer des autres, en même temps que la façon d’organiser leurs relations avec les autres. Le résultat des interactions n’est pas déterminé : il est parfois positif, parfois négatif.
La mondialisation pose un défi supplémentaire à la pensée et à l’action. On ne peut plus penser le local en faisant abstraction de la dimension mondiale, souvent comprise à travers le prisme exclusif de l’État-nation. Les théories inventées par les économistes, les politologues et les stratèges pour appréhender et traiter les réalités transfrontalières ont montré leurs limites avec la crise économique et financière, elle-même miroir de la crise politique, pour l’heure sans résultat concernant la maîtrise des problèmes globaux. La focalisation sur les enjeux économiques a conduit à occulter les autres aspects de la mondialisation et notamment sa dimension culturelle. De surcroît, la polarisation sur l’aspect national des cultures et des identités ne permet pas de saisir l’importance de la mutation que constitue l’émergence d’un nouvel écosystème symbolique, qui affecte la capacité de socialisation de toutes les cultures.
La complexité des interactions entre la société et la culture comporte des conséquences à tous les échelons : régionaux, nationaux et internationaux. Elle s’exprime aussi dans la reconfiguration des espaces symboliques ou des aires géoculturelles, qui ne coïncident pas avec le bon vouloir des frontières étatiques. Les relations pacifiques entre les peuples ne pourront désormais être assurées sans établir les conditions d’interactions relativement équitables entre les cultures du monde. La diversité culturelle doit être reconnue et valorisée comme source de richesse plutôt que combattue comme autant de raisons de conflits.
Lors du forum de Porto Alegre en 2002, la culture apparaît pour la première fois comme le quatrième pilier du développement durable. Le Forum des Autorités Locales de Barcelone en 2004 s’approprie l’idée. C’est alors que naît l’Agenda 21 de la Culture, document de référence destiné à l’ensemble des pouvoirs locaux.

A l’heure d’un nouveau PADDUC, les acteurs culturels et les Institutions organisent souvent leur action autour d’une interaction entre projet artistique et culturel et développement durable. Ce qu’il y a d’intéressant à constater, c’est à quel point cette idée permet de réintroduire du jeu dans les politiques culturelles et même de revisiter leurs bases de fond en comble. Les enjeux se font : sortir la culture de l’entre-soi, rechercher les croisements avec d’autres domaines (éducatifs, sociaux, économiques, environnementaux), viser la participation du plus grand nombre à une vie culturelle choisie et donc riche de diversité, accorder un rôle crucial à l’éducation artistique et culturelle, soigner le développement des villes – leur architecture d’aujourd’hui aussi bien que leur patrimoine -, veiller à la qualité du vivre ensemble, faire une place plus conséquente à la recherche et à l’évaluation pour soutenir le développement culturel, donner tout son sens au principe d’autonomie des acteurs et des pouvoirs locaux en l’inscrivant dans une philosophie de la coopération et du contrat, reconnaître le rôle de l’économie dans la culture, donc des industries culturelles et de tous les autres types d’acteurs. Le secteur culturel est toujours plus précarisé.
En Corse comme ailleurs la crise globale a atteint toutes les économies (privées et publiques). Alora chi femu ? Faut-il se contenter de faire le dos rond, laisser passer les difficultés en évaluant les dégâts après coup ou réagir contre la fatalité, redoubler d’imagination, de créativité, d’intelligence collective et nécessairement de volonté politique ? L’ambition de ces premières Assises de la Culture Corse est de rapprocher les Institutions, les médias et les acteurs culturels pour donner un début de réponse.

Vendredi 27 juillet 2012 à 14h - Fac de Droit - Università Pasquale Paoli

PROGRAMME ASSISES 2012

14h00 : accueil des participants

14h30 : Ateliers

- Quel modèle de développement culturel pour la Corse ?

Modérateurs : Jean-Pierre Martinetti (Directeur Général de la Cité de la Culture et du Tourisme Durable), Michel Vergé Franceschi (historien, président de la Société Française d’Histoire Maritime)

- Comment replacer le créateur au centre du processus culturel ?

modérateurs : Guy-Paul Chauder (artiste – peintre), Fabienne Franceschini (productrice)

- La culture corse a-t-elle une place dans la sphère médiatique globalisée ?

modérateurs : Véronique Emmanuelli (La corse Votre Hebdo) – Petru Mari (France Bleu Frequenza Mora)

16h15 : interventions en plénière : ”identité et culture”

17h00 : synthèses des ateliers et débat avec la salle

18h30 : conclusions des Assises de la Culture Corse

11 juillet 2012

Le pourvoi en cassation d'Yvan Colonna rejeté

Suite à la décision de rejet par la Cour de cassation du pourvoi d'Yvan Colonna contre sa condamnation à perpétuité pour sa participation directe à l'assassinat du préfet de Corse Claude Erignac en 1998, ses avocats ont annoncé ce mercredi qu'ils allaient saisir la Cour européenne des droits de l'homme.

L'ancien berger de Cargèse et sympathisant nationaliste, arrêté dans le maquis corse après quatre ans de fuite en 2003, compte à nouveau clamer son innocence alors que la procédure judiciaire en France, longue de quatorze années, vient d'être refermée par l'arrêt de la plus haute juridiction de France. Trois des cinq procès d'assises de l'affaire ont visé le seul Yvan Colonna. Ils ont tous abouti à le déclarer coupable d'avoir tiré trois balles dans la tête du préfet le 6 février 1998 à Ajaccio, alors qu'il se rendait seul à un concert.

Me Patrice Spinosi, avocat d'Yvan Colonna, espère par le recours à la Cour de Strasbourg "permettre à Yvan Colonna de faire valoir une nouvelle fois son innocence devant une juridiction française".

30 juin 2012

Le décès de Dédé Nobili

La chanson Corse est en deuil, Dédé Nobili vient de nous quitter...

dede

A cette occasion, RCFM a rediffusé l'émission cabaret d'Olivier Balbinot qui lui était consacrée en décembre 2004. On entend Dédé chanter, parler de lui, de son village, de son amour pour les mots, et nous retrouverons à ses côtés, Patrick Croce, Elisabeth Andreani ou Felì.

13 juin 2012

Côté scène entre théâtre et opéra rock

Par Ghjilormu Padovani

Expositions, films, animations, rien n'est trop beau pour célébrer l'Empereur lors de la semaine qui lui est consacrée. La scène théâtrale et musicale s'en mêle également et investit la place du Diamant.

Les princes de l'Aigle, ce soir à 21 h 30, place Diamant.

C'est sur cette place justement que Paul Grenier, directeur de la compagnie Le Thé à Trois a décidé de travailler pour monter sa pièce Les princes de l'Aigle. Face à l'esplanade, les statues de Lucien, Joseph, Jérôme et Louis encadrent celle de leur illustre frère à cheval.

Lorsqu'elles se mettent à parler, elles évoquent ce frère omniprésent, au centre d'un continent et a fortiori de la famille. Joués par des comédiens ajacciens, les frères Bonaparte revisitent leur passé. Et règlent les comptes. Princes des pays conquis ou marionnettes d'un Empereur tout puissant, ils évoquent leurs parcours, leurs liens avec la famille, tantôt filiaux, tantôt destructeurs, jusqu'à leurs morts. Au centre, « César » écoute, répond parfois, sert de liant entre ces parcours homériques frappés du sceau de l'Histoire, sur une musique d'Henri Tomasi, préférée à celle de Beethoven que l'on ne présente plus. Napoléon, bien que dans l'ombre pour une fois, est le pouce d'un poing fermé qui scelle le destin de ses quatre frères. Pour frapper les esprits.

A casa di Letizia, jeudi 14 juin à 21 h 30, jardin de la Maison Bonaparte.

C'est l'histoire d'une déchirure que l'ébouriffant Orlando Forioso a voulu mettre en scène dans A casa di Letizia. Celle de l'exil des Bonaparte, chassés d'Ajaccio par les troupes paolistes en 1793 après le retour du Babbu. Letizia, la mère de Napoléon, a quitté le berceau natal précipitamment avec ses enfants, laissant ses biens, maison d'Ajaccio et des Milelli entre autres, livrés au pillage. La famille a dû attendre trois ans et la fin du royaume anglo-corse pour revenir sur ses terres. Et retrouver ses droits. Celle qui allait devenir Madame Mère suit de près les travaux avec sa fille Elisa. C'est l'histoire de cette reconstruction du berceau de l'Empereur que la troupe Teatreuropa va jouer. Pour un retour aux sources familiales.

Napoléon, l'opéra rock, vendredi 15 juin à 21 h 30, place Diamant.

Le délire d'une bande d'ados échevelés ? Plutôt le pari fou d'historiens connus et reconnus mordus de musique. Il y a bien eu une comédie musicale sur Moïse et ses Dix commandements, pas question que « Napo » passe au travers. Surtout lorsqu'il s'agit de dépoussiérer le mythe pour les nouvelles générations.

À la baguette, Dimitri Casali, historien respecté, élève de Jean Tullard, spécialiste de Napoléon et du Premier Empire, amoureux des grandes figures et musicien à ses heures. À la déliquescence programmée de l'enseignement historique, au désintérêt des élèves pour la matière, il répond à coups de valses, rap et rock avec un opéra empirique qu'il joue dans toute l'Europe. Pour conter en musique les ombres et lumières de celui qui fut tour à tour aigle et ogre.

URL source: http://www.corsematin.com/article/cote-scene-entre-theatre-et-opera-rock.680023.phpl

 

2 juin 2012

Battista Acquaviva et Ghjacumu Fusina au Spaziu

Lundi 4 juin à 19 heures au Spaziu, dans le cadre de A settimana di a lingua corsa organisée par la CTC, Battista Acquaviva présentera son CD Che notte, et Ghjacumu Fusina son dernier ouvrage.

1er juin 2012

I Fochi Paoli

morosaglia

Jean-François Bernardini veut créer un centre de la non-violence

Par Jean-Marc raffaelli (jmraffaelli@corsematin.com)

L’association pour la Fondation de Corse consacre en juillet sa première université d’été à la non-violence. Jean-François Bernardini dresse non sans courage le bilan critique de cette violence omniprésente

Quelle est votre motivation dans ce projet dédié à la non-violence ?

Elle est quotidienne. Tous les jours dans vos colonnes ou autour de nous s'étale une profonde souffrance, la lettre d'une famille, d'un père, le deuil d'une autre, les déchirures, les tensions, a sufrenza, des meurtres, les commentaires sur les meurtres qui sont pires que les meurtres, les vies humaines, des hommes de valeur qui se perdent dans les prisons, les procès, etc. La résignation qui fait dire à trop de gens que les 3o ans à venir seront identiques aux 3o ans qui viennent de se dérouler, ou d'autres qui se consolent en croyant que rien n'y fera, et qu'il faut attendre une, deux générations pour que ça change tout seul. C'est irrespirable, ces poisons-là donnent vraiment soif d'autre chose.

Comment peut s'exprimer la non-violence dans notre société ?

Ça peut commencer par un mot, une prise de conscience dans la cour de récréation ou la salle à manger. Comment parler à l'autre ? Comment prendre conscience de ma propre violence ? Comment se comporter dans le conflit ? Comment réagir au groupe qui impose une rumeur, un harcèlement, des moqueries, qui réduit l'autre à un souffre-douleur, des choses banales mais quotidiennes aujourd'hui. La non-violence cherche des réponses dignes, un espoir, celui de se délivrer de l'impuissance, ne pas se soumettre à l'injustice, choisir des moyens intelligents et efficaces. La non-violence ne juge pas, ne donne pas de leçon de morale, elle est une révolte, une alternative, une recherche de la vérité.

L'idée persiste pourtant que tout ce que la Corse a obtenu, l'a été aussi par la violence…

C'est un leurre. Les réalités nous rattrapent aujourd'hui. C'est sans doute aussi le plus perfide mensonge sur lequel étonnement tout le monde semble d'accord, ce qui arrange bien des détracteurs de la Corse, et ceux qui rêvent du pouvoir ici ou ailleurs. Sans diminuer un seul instant le courage et le mérite de ceux qui furent à une époque les plus vivants, les plus indignés, cela est de nature à nourrir un dangereux credo, un conditionnement à la violence pour le futur. La violence semble guérir une maladie, mais elle détruit la bonne santé. L'heure est aujourd'hui à inventer d'autres chemins durables et efficaces.

Les Corses ne peuvent que partager ce vœu pieu, mais ils sont confrontés à une peur collective…

C'est vrai, la violence exclut la participation de la population, elle prépare un paradis pour les rusés, alors que la non-violence mise sur l'imagination et l'inventivité, la discipline, l'engagement de tous. Il suffit de se demander si je préfère voir mon fils partir défendre ses convictions une arme à la main, ou bien de le voir s'engager dans d'autres formes d'intelligence. Refuser les armes, ce n'est pas refuser le combat.

Sincèrement, ce n'est pas mission impossible ?

Seulement si on laisse croire que la Corse serait violente par tradition. J'entendais sur les ondes d'une radio nationale qu'après la Seconde Guerre mondiale, pour faire honneur à la noblesse des résistants insulaires, on n'a rien trouvé de mieux à offrir à la Corse que la direction des cercles de jeux à Paris et ailleurs ! N'était-ce pas là une gifle monumentale pour ces Corses qui ont résisté, et bien sûr une étiquette indélébile ? Aujourd'hui l'actualité expose au grand jour les effets tenaces et les répercussions meurtrières d'un tel « privilège », et tout cela vient renforcer l'arsenal d'une pensée unique : « Vous les Corses, vous n'êtes bons qu'à ça ! » Oui, nous avons envie d'opposer à tout cela, la vraie dignité, la vraie tradition non-violente de notre île qui mérite une autre excellence que celle-là.

Quel regard portez-vous sur les travaux de la commission violence de l'assemblée de Corse ?

Quelle que soit sa bonne intention, elle semble comme paralysée par un dilemme qui prévaut dans la société corse où bien souvent personne n'écoute personne, forme absolue du silence. Elle reflète une sorte de frontière entre ceux qui mettent la violence sur le compte d'une injustice, d'un conflit politique, et ceux qui disent que c'est seulement une question de comportements. Une frontière entre ceux qui ne condamnent pas la violence et ceux qui la condamnent. Tout cela est vain et improductif. Le débat « pour ou contre la violence » ne nous mène nulle part. L'intelligence consiste justement à identifier ce piège et à chercher autre chose.

Donc, si on vous suit bien, condamner la violence ou ne pas la condamner serait illusoire ?

L'un est aussi vain que l'autre, mais les deux sont finalement d'accord sur une chose : la violence serait fatale en Corse. Il semblerait impossible de faire autrement. Cela ne nous fait pas avancer d'un seul pouce mais nous paralyse, et là est peut-être le baccalà pè corsicad'aujourd'hui. Se contenter de condamner la violence est d'une naïveté touchante. Croire que l'on ne peut pas défendre la Corse sans la violence valide le triomphe de l'adversaire. Si les Allemands s'étaient contentés de condamner le mur de Berlin, il ne serait jamais tombé !

Il y a des signes d'encouragement que vous percevez ?

Oui, la soif profonde de construire une société où les injustices sont reconnues et nommées, où les citoyens ont confiance en la police, et où la police fait confiance au peuple, et aussi en la justice. La joie de voir briller les yeux des jeunes quand nous leur disons « la non-violence ça s'apprend, elle n'est pas la lâcheté de celui qui n'a pas le courage d'être violent, elle est un courage bien plus grand et surtout plus efficace ». Leur dire que porter une arme est souvent un terrible aveu de faiblesse, une béquille pour qui n'a pas de force intérieure.

Je pense au bonheur des enseignants qui après une journée de formation, nous disent « Nous sortons transformés ». Je pense aux parents qui nous confient : « Moi aussi j'aimerais que ma fille, mon fils puisse avoir droit à cette formation ». Je pense aussi aux confréries de Corse qui nous apportent un héritage qui peut nous inspirer.

Où voyez-vous les lueurs d'espoir ?

J'ai en mémoire un homme de cette terre qui me disait : « Je plains celui qui a tué mon fils comme je plains sa famille ». Fût-il le seul à penser ainsi, cela est un grand espoir pour la Corse et pour la non-violence.

Pour l'anecdote, un récent article de votre journal relatait la présentation de Mafiosa à Ajaccio. Votre confrère mentionnait qu'après la projection de la série, le public a marqué « un temps d'arrêt, une fraction de seconde » avant d'applaudir. Pour moi, dans cette fraction de seconde là, il y a une immense lueur d'espoir à cultiver.

« La Corse aura son centre de formation à lanon-violence»

Trois cents juniors ont déjà participé à une journée de formation à la non-violence. Qu'en avez-vous retiré ?

En 2010, l'association pour la Fondation de Corse Umani avait lancé son programme « diventemu artigiani di nò-viulenza ». Cent cinquante enseignants et trois cents juniors ont en effet suivi une première journée de formation à la culture de non-violence. D'abord, nous en retenons la confiance tissée avec des enseignants, des chefs d'établissements précurseurs qui savent que la violence s'apprend aujourd'hui devant les écrans ou dans les cours de récréation. Dans d'autres pays, comme en Espagne, la non-violence est d'ailleurs inscrite aux programmes scolaires. Imaginez un monde où, pour les jeunes, le service militaire serait remplacé par un service à la non-violence. Les jeunes Corses ne méritent pas de subir des meurtres qui se déroulent à deux pas de leur école, sans une parole qui vienne s'y poser par la suite. On fait juste semblant de digérer. Que dit ce jour-là le professeur en débutant ses cours ? Quels mots poser sur la douleur et la peur ? Même les enseignants disent « on n'en parle pas » et pourtant ça brûle. C'est tous les jours que nous avalons ce venin.

Où en est votre association aujourd'hui ?

Avemu bisognu di tutti. Le souffle européen qui la porte la convainc qu'une véritable résilience est en marche, que la métamorphose est possible. Elle repose sur le pouvoir des « sans pouvoir » dont parlait Vaclav Havel. La Corse est aujourd'hui un pays qui naît dans un pays qui meurt et la non-violence peut être au centre de cette marche-là. La non-violence donne un pouvoir énorme à chaque citoyen. En 1959, Rosa Parks avait trouvé dans sa formation à la non-violence la force de s'indigner et de boycotter les bus de la ségrégation raciale. Ce sont des inspirations qui peuvent nous guider. Notre université de juillet sera ouverte à tous, et chacun pourra y trouver des repères et des outils. Grâce aux vocations que nous pouvons faire lever, à l'écoute de nos plus belles traditions, à la formation de formateurs locaux, la Corse disposera d'un véritable centre de formation à la non-violence.

« La Corse aura son centre de formation de la - 16346843.jpg
Publié sur Corse-Matin (http://www.corsematin.com)

17/03/2012

Quatre corses en grève de la faim...

Alain Orsoni, Christian Leca, Pierre Jean Giudicelli et Gabriel-Xavier Culioli sont en grève de la faim pour protester contre la justice d'exception

Lire les explications de Gabriel Culioli sur son blog : http://www.gabrielculioli.blogspot.fr/

17/03/2012

... et un article honteux du Monde

Soudé dans la grève de la faim, le clan Orsoni défie la justice

Ancien responsable du Mouvement pour l'autodétermination (MPA), Alain Orsoni préside aujourd'hui l'AC Ajaccio. Il soutient son fils Guy emprisonné à Grasse en jeûnant lui aussi.

Il a 27 ans, une condamnation dans une affaire de blanchiment, deux ans de cavale derrière lui et trois enquêtes judiciaires pour quatre assassinats sur le dos. Depuis le 13 février, Guy Orsoni, fils de l'ex-chef nationaliste corse Alain Orsoni actuellement président du club de football l'AC Ajaccio, a entamé une grève de la faim à la prison de Grasse (Alpes-maritimes). Du fond de sa cellule, il exige "d'être traité en toute justice et pour que son innocence soit reconnue".

A Ajaccio, l'affaire fait la "une" du journal Corse-Matin, d'autant que depuis deux semaines, Alain et trois proches de la famille ont à leur tour décidé de jeûner. Lundi 12 mars, l'un d'eux, Christian Leca, maire de Vero (Corse-du-Sud), le village de la famille Orsoni, a été hospitalisé à la suite d'un malaise cardiaque. Il y a une semaine, le grand-père de Guy Orsoni, un officier de l'armée française en retraite plusieurs fois décoré, a rendu sa légion d'honneur pour protester à son tour. Leur objectif ? Faire plier les juges de la juridiction interrégionale spécialisée (JIRS) de Marseille dont ils dénoncent "les méthodes inéquitables" et "les instructions à charge".

MÊME LA LIGUE DES DROITS DE L'HOMME SE MÊLE AU MOUVEMENT

Création d'un comité "Vérité Justice", publication de communiqués et organisation de conférence de presse, meeting, campagne d'affiches quatre par quatre sur les murs d'Ajaccio, les appels à "la mobilisation" se multiplient. Même la section corse de la Ligue des droits de l'homme y va de sa diatribe contre "l'arbitraire" de la JIRS. Ce système de médiatisation est d'autant mieux rodé qu'il a déjà été éprouvé au printemps 2010 par Orsoni père. Incarcéré par les mêmes juges de la JIRS dans l'un des trois dossiers qui concernent son fils, Alain avait fini par être mis en liberté après dix mois de détention provisoire et une campagne analogue.

Des suspects placés en détention provisoire pour des affaires criminelles en cours d'instruction, les prisons françaises en comptent plusieurs dizaines. Mais en Corse, et plus particulièrement autour d'Ajaccio, les affaires qui concernent la famille Orsoni suscitent souvent des tensions. C'est que le clan, soudé autour de la personnalité emblématique d'Alain, a su à la faveur des engagements nationalistes des années 1980 et 1990, se constituer des affidés auprès d'acteurs plus ou moins influents au sein de la société insulaire.

Avec des accointances jamais démenties dans les secteurs de la vie économique, politique et sportive de l'île, la famille Orsoni bénéficie de nombreux relais prêts à défendre sa cause. Il en est ainsi à la chambre de commerce et d'industrie de Corse-du-Sud, dans les journaux insulaires, dans le champ politique auprès des autonomistes du Parti de la nation corse (PNC) et de son chef Jean-Christophe Angelini ou encore dans le secteur sportif, avec le contrôle de l'équipe de football de l'AC Ajaccio, qui évolue en Ligue 1.

LA CIBLE : LA BANDE DU "PETIT BAR"

Alain Orsoni est mis en examen pour complicité dans l'un des quatre assassinats dont son fils Guy est soupçonné d'être l'un des auteurs. Ces homicides ont été commis entre janvier et avril 2009 à Ajaccio et dans son agglomération. A chaque fois, ils ciblaient des hommes connus pour leur proximité avec la bande dite du "petit bar", une équipe redoutée sur la scène ajaccienne qui a, en septembre 2008, essayé de s'en prendre à la vie d'Alain Orsoni.

La première cible, Thierry Castola, 36 ans, a été abattue le 3 janvier 2009. Longtemps, les familles Castola et Orsoni ont fait route commune. Avant de se lancer ensemble dans des affaires de jeux en Amérique centrale à partir de 1995, Alain et Francis Castola - le père de Thierry, assassiné à Ajaccio en 2005 - avaient fait le coup de feu contre l'Etat français avec le Mouvement pour l'autonomie (MPA) et sa branche armée clandestine FLNC canal-habituel au début des années 1990.

Entre les deux familles, les relations ont commencé à se gâter au début des années 2000, en raison notamment d'un différend financier qui, selon les Castola, s'élevait à 70 000 dollars ; somme qu'ils n'ont eu de cesse de réclamer à Alain Orsoni jusqu'à ce que celui-ci les menace par écrit en 2008 : "Le gibier n'a pas coutume de payer les cartouches du chasseur qui veut le tuer... donc, allez vous faire enculer (...) Ne vous approchez plus ! Ne prenez plus de renseignements sur mon fils."

La deuxième cible, Sabri Brahimi, 35 ans, est tombée le 29 janvier 2009 dans le centre d'Ajaccio. Sabri Brahimi était un ami de Thierry Castola et un proche de la bande du "petit bar". Selon un renseignement parvenu aux policiers, ces deux assassinats seraient le fait d'une équipe composée notamment de Guy Orsoni. Ce renseignement a été corroboré plus d'un an après, en avril 2010 par un ami de Guy. En garde à vue, Franck Tarpinian a raconté aux enquêteurs que trois jours avant le meurtre de Brahimi, Guy Orsoni l'a fait venir en Corse, "pour bouger" quelqu'un.

DEUX ANNÉES EN CAVALE

Enfin, les troisième et quatrième victimes de cette série macabre, Jean-Noël Dettori et Nicolas Salini, 25 ans tous les deux, ont été exécutées le 10 avril 2009 à Baleone aux portes d'Ajaccio. Dans ce dossier, Guy Orsoni a été remis en liberté en octobre 2011, après que le témoignage sous X qui l'accusait, fut fragilisé par sa défense. Il reste cependant toujours mis en examen.

Prétextant "la connexité" des trois procédures, la JIRS les a jointes et en a confié l'instruction au juge marseillais Claude Choquet. "Guy est victime d'un acharnement parce qu'il est le fils d'Alain Orsoni", plaide ses défenseurs qui au bout de trente jours de jeûne s'alarment pour sa santé. Tout en fustigeant "un dossier vide qui ne repose que sur des témoignages sous X", ils omettent de mentionner qu'en juin 2009 il avait échappé à la police qui l'a rattrapé en mars 2011 à Madrid. Deux années de cavale qui, à n'en pas douter, pèsent lourd sur la tête de leur client.

Yves Bordenave

LE MONDE | 14.03.2012

... et la réplique de Gabriel Culioli

Jeudi 15 mars 2012

Un article à charge sur le quotidien Le Monde

Yves Bordenave est journaliste au Monde. Il a commis un article intitulé "Soudé dans la grève de la faim, le clan Orsoni défie la justice".

Je suis l'un des grévistes de la faim qui proteste contre les juridictions d'exception et je dénonce les mensonges et les approximations contenues dans ce papier.

Le titre est évidemment un condensé des lieux communs qui traînent sur la Corse (le clan, le défi à la justice) et un mensonge.

Parler d'un "clan Orsoni" relève du grotesque. Il suffit pour s'en rendre compte que de monter à Veru pour se rendre compte que notre grève de la faim a quelque chose de terriblement solitaire. Oui nous sommes soutenus par des centaines de personnes. Mais qu'ont-elles à voir avec un quelconque "clan"? Nous ne connaissons pas la plupart du millier de signataires de la pétition initiée par des syndicalistes et des personnalités de la société civile grâce à la Ligue des droits de l'homme. Nous n'avons cessé de dénoncer la justice d'exception. Nous avons expliqué que nous n'entendions nullement faire plier la justice mais au contraire obtenir la justice.

Je suis certes un ami (récent) d'Alain Orsoni. Cette belle amitié est née durant son incarcération commencée en juin 2009. Auparavant, j'avais de lui l'opinion négative véhiculée par les rumeurs. Mais j'ai changé d'avis car après enquête je me suis rendu compte des inepties accumulées sur son personnage.

Et pourtant je suis un homme libre et je n'appartiens à aucune camarilla, clan ou parti. Réalité difficile à comprendre pour ceux qui ne connaissent pas la vraie amitié. Lorsque je parle avec Alain, il n'y a pas de hiérarchie et parfois même je suis en total désaccord avec lui notamment sur ses actions politiques passées.

Pour ce qui concerne cette grève de la faim, nous nous battons certes pour la libération d'un homme, son fils que nous pensons incarcéré pour de mauvaises raisons. Et notre geste est la conséquence d'un principe fondamental : le respect de la présomption d'innocence. Masi tout comme la LDH je refuse de me prononcer sur le fond (l'innocence et la culpabilité) estimant que c'est à la justice de passer mais à la justice citoyenne.

Deuxième remarque : si l'accroche de l'article précise bien que Guy Orsoni est en grève de la faim depuis le 13 février, M. Bordenave se garde bien de parler d'un mois de grève de la faim. Il utilise le mot de jeûne ce qui, en période de carême chrétien prend évidemment un relief particulier voir humoristique. Le terme de grève de la faim contient une connotation politique donc noble et dérange à ce titre M. Bordenave, fidèle soutien de la JIRS.

Il cherche à nous faire passer pour des membres d'une tribu sauvage qui défend les siens jusqu'à la mort fussent-ils coupables des pires des méfaits. Je rappelle au passage que nous n'avons eu de cesse de stigmatiser ce mal terrible qu'est la voyoucratie, que cela fait maintenant plus de vingt ans (je n'ai pas attendu les journalistes zazous) pour épingler le grand banditisme et en dénoncer les méfaits. Mais nous avons dit que c'était à la société corse de se donner les moyens de juguler ce mal par l'éducation d'abord, la citoyenneté ensuite. Et quand la répression doit passer, elle doit se faire par le truchement d'une justice banale et à ce titre acceptée par tous et non par des juridictions d'exception qui, dans la mémoire collective de la Corse, résonnent sinistrement.

Donc petit galop d'essai en début d'article : Guy Orsoni (dont il n'est jamais souligné qu'il pourrait être innocent) est décrit par le menu comme un délinquant professionnel. Puis c'est la description d'une famille soudée qui fait bloc "contre la justice". Joignez les termes de "famille" et de "clan" et vous voilà suggérée la connotation mafieuse. "C'est que le clan, soudé autour de la personnalité emblématique d'Alain, a su à la faveur des engagements nationalistes des années 1980 et 1990, se constituer des affidés auprès d'acteurs plus ou moins influents au sein de la société insulaire. Avec des accointances jamais démenties dans les secteurs de la vie économique, politique et sportive de l'île, la famille Orsoni bénéficie de nombreux relais prêts à défendre sa cause. Il en est ainsi à la chambre de commerce et d'industrie de Corse-du-Sud, dans les journaux insulaires, dans le champ politique auprès des autonomistes du Parti de la nation corse (PNC) et de son chef Jean-Christophe Angelini ou encore dans le secteur sportif, avec le contrôle de l'équipe de football de l'AC Ajaccio, qui évolue en Ligue 1." Politique, grand banditisme, football, M. Bordenave insinue sans affirmer.

Il évoque la méthode "rodée" de défense des Orsoni. "Même la section corse de la Ligue des droits de l'homme y va de sa diatribe contre "l'arbitraire" de la JIRS. Ce système de médiatisation est d'autant mieux rodé qu'il a déjà été éprouvé au printemps 2010 par Orsoni père. Incarcéré par les mêmes juges de la JIRS dans l'un des trois dossiers qui concernent son fils, Alain avait fini par être mis en liberté après dix mois de détention provisoire et une campagne analogue".

M. Bordenave aurait pu se renseigner auprès de nous. Il aurait appris que la campagne pour la libération d'Alain a été entreprise après un échange de lettres entre Alain (alors en prison) et moi-même qui apprenait à peine à le connaître. On peut tricher avec les paroles. Mais les mots qu'ils utilisaient pour moi sonnaient juste. J'ai eu envie de l'aider. Je lui avais demandé de me mettre en contact avec quelqu'un avec qui je pourrais entamer une campagne. Cela avait été Stéphane son frère.

Durant des semaines nous avons trimé dans une immense solitude. Je me demande où était alors le fameux clan Orsoni. Nous nous heurtions à tout instant à la légende noire de l'ancien dirigeant du Flnc alimenté par les articles d'Ariane Chemin dans le Nouvel Observateur. Mes collègues de travail peuvent en témoigner. Jour après jour, nous avons tenté de convaincre les uns et les autres avec des périodes de découragement puis de sursaut : nous ne pouvions abandonner Alain.

Puis, grâce à la Ligue des droits de l'homme qui a embrayé sur les juridictions d'exception, la campagne a commencé à prendre. Mais toujours pas de clan. Quelques personnes convaincues de la justesse du combat, un peu de savoir faire, vieux souvenir de l'époque gauchiste et surtout la grève de la faim d'Alain entamée contre notre avis à tous.

C'est le caractère dramatique de ce geste qui a permis aux deux présidents, Giacobbi et Bucchini, d'interpeller le ministère de la justice sur un point de démocratie élémentaire qui échappe à ce journaliste que ne scandalisent pas la présence en prison de milliers de persones détenues en préventive (c'est lui qui me l'a dit un jour très froidement au téléphone) : si la JIRS possède des preuves d'une quelconque implication dans l'assassinat de Thierry Castola qu'elle les produise. Sinon qu'elle le relâche. Elle l'a relâchée grâce à la pression citoyenne.

Pour ce qui concerne Guy Orsoni son père l'a enjoint de se rendre dès les premiers jours de sa cavale qui, à l'évidence, était une erreur. Le jeune homme, effrayé de constater que son père était détenu sans preuves, ne l'a pas écouté. Cela lui a d'abord coûté une condamnation sévère à Montpellier pour "blanchiment d'argent". Cette cavale est aujourd'hui l'argument essentiel de la JIRS pour ne pas lui accorder sa liberté. Il aurait du se rendre dès le premier jour. Il ne l'a pas fait. Ça ne fait pas de lui un coupable.

Concernant, le travail de la LDH, M. Bordenave oublie de préciser que la section corse a été rejointe par la Ligue nationale et que la Fédération internationale des droits de l'homme a décidé d'une enquête sur les méthodes des JIRS. C'est tout de même autre chose que l'initiative isolée de quelques hurluberlus, fort en gueule s'excitant tout seul sur une petite île de Méditerranée. Mais tout cela, M. Bordenave l'a omis. Quant à l'un des responsables local de la LDH André Paccou, je voudrais lui dire ici mon respect et mon estime (l'amitié va de soi) pour son sens de l'objectivité et son courage. Que n'a-t-on dit sur lui ? Certains sont même aller jusqu'à mordre la main qu'à un moment donné ils avaient accepté. Petits esprits… petites méthodes.

M. Bordenave, avec un art consommé de la litote, use du même artifice que Lucianus, le neveu de Gonzague, qui dans la tragédie de Shakespeare "Hamlet" vient avec du poison qu’il verse dans l’oreille de Gonzague et le tue ainsi. Il suggère que le "clan Orsoni" agit comme un clan albanais, comme une mafia…  le grand mot est lâché. Corse donc gangster donc mafieux. Le thème n'est jamais démodé et de plus est vendeur.

Quelques exemples des approximations de M. Bordenave . Il écrit :
" Selon un renseignement parvenu aux policiers, ces deux assassinats seraient le fait d'une équipe composée notamment de Guy Orsoni. Ce renseignement a été corroboré plus d'un an après, en avril 2010 par un ami de Guy. En garde à vue, Franck Tarpinian a raconté aux enquêteurs que trois jours avant le meurtre de Brahimi, Guy Orsoni l'a fait venir en Corse, "pour bouger" quelqu'un."

Or les déclarations de Franck Tarpinian n'ont rien à voir avec Brahimi mais avec une autre personne. Il ne s'est d'ailleurs rien passé et le terme de "bouger" signifiait selon Guy Orsoni le secouer. M. Bordenave n'a évidemment pas à croire la version donnée par Guy Orsoni mais il est de son devoir de ne pas se tromper d'affaire et d'être précis.

Évoquant le double assassinat de Baleone M. Bordenave écrit : "Guy Orsoni a été remis en liberté en octobre 2011, après que le témoignage sous X qui l'accusait, fut fragilisé par sa défense. Il reste cependant toujours mis en examen." Le témoignage sous X n'a pas été fragilisé. Il a été tout simplement annihilé par la personnalité même du témoin qui s'est avéré être un menteur patenté et un mythomane amenant le magistrat qui l'entendait un an après ses déclarations à l'écarter. M. Bordenave utilise des termes bien délicats lorsqu'il s'agit de défendre la partie policière. Je précise que ce témoignage sous X qui n'aurait pas tenu une seconde si le magistrat avait accordé une reconstitution systématiquement refusée, a été accordé dix-huit mois après les faits. C'est tout simplement hallucinant.

Enfin en guise de conclusion notre rapporteur écrit : "Tout en fustigeant "un dossier vide qui ne repose que sur des témoignages sous X", ils omettent de mentionner qu'en juin 2009 il avait échappé à la police qui l'a rattrapé en mars 2011 à Madrid." Cela n'a non seulement jamais été omis mais Guy Orsoni comme son père se sont largement expliqués dans la presse sur ce point.

M. Bordenave n'a donc pas écrit un article informatif mais il a commis un réquisitoire approximatif, superficiel. 

Après réflexion, je retire ce que j'ai pu écrire sur les accointances de M. Bordenave avec la JIRS. J'étais en colère, épuisé et un peu desespéré.

Cet article nous a fait mal. Nous ne saurions le nier. Tant pis.  

Nous fatiguons mais nous sommes de plus en plus décidés à montrer à l'opinion publique de quoi nous sommes capables au nom de deux principes essentiels à nos yeux : l'amitié et la liberté. Malheureux sont ceux qui n'en connaissent pas la richesse.

PS Cet article avait été publié hier. J'y avais inséré des réflexions personnelles sur le journaliste qui, après réflexion et remarques de journalistes bienveillants, m'ont en effet paru peu compatibles avec l'idée que je me fais de notre combat. J'ai eu tort de m'en prendre personnellement à Yves Bordenave en le soupçonnant d'accointances avec la JIRS. Il peut être en désaccord avec notre point de vue sans pour autant être un agent patenté de la justice d'exception. Ce qui m'a un peu plus désolé c'est l'avis de l'un de ces amis qui m'a affirmé ne rien trouver de dérogatoire au fonctionnement des JIRS. C'est dire si le poison sécuritaire imbibe nos esprits. Ce journaliste est un type formidable, scandalisé très sincèrement par le fonctionnement de la justice. Mais il ne trouve rien à redire sur les JIRS. C'est à se demander pourquoi Nicolas Sarkozy les a voulues puisqu'elles n'ajouteraient rien au fonctionnement antérieur de la police et de la justice. La vérité est que F. se trompe. Les JIRS fonctionnent de manière dérogatoire sur le modèle de la justice anti-terroriste. Cela a été voulu ainsi et c'est ainsi.

 

7/02/2012

Une centrale solaire qui fonctionne jour et nuit !

Le soleil de Corse va enfin se transformer en énergie. Grâce au projet Myrte, mené par l’université de Corse, l’entreprise Hélion et le Commissariat à l’énergie atomique (CEA), une centrale photovoltaïque va permettre de capter l’énergie solaire, qui sera stockée sous forme d’hydrogène pour la réinjecter au bon moment dans le réseau électrique. Ce système, qui devrait permettre d’alimenter 200 foyers en électricité, a été inauguré en janvier sur le site de Vignola, près d’Ajaccio.

Une première mondiale

3.000 m² de panneaux solaires ont été installés sur le site, qui permettront de produire 560Kw d’électricité. Pour répondre au problème d’intermittence de la production d’énergie, dépendante de l’ensoleillement, et lisser les pointes de consommation, celle-ci sera stockée sous forme d’hydrogène. Une méthode qui existe déjà mais «avec cette puissance, c’est une première mondiale», se félicite Philippe Poggi, à la tête du projet à l’université de Corse.

«L’idée de base était de trouver un moyen de dépasser la limite des 30% d’énergies renouvelables dans les réseaux électriques grâce au stockage, explique Philippe Poggi. Pour cela, il fallait un vecteur: l’hydrogène.» Le système consiste à injecter l’énergie produite par les panneaux solaires dans un électrolyseur, alimenté en eau, qui sépare l’hydrogène de l’oxygène des molécules. L’hydrogène est ensuite stocké avant d’être envoyé vers une pile à combustible, d’une puissance de 100kW, lorsque le réseau sera demandeur d’électricité supplémentaire. Une seconde pile, de la même puissance, devrait venir doubler la puissance de Myrte d’ici un an.

Le rendement, point névralgique du système

Pour que le système soit efficace, il faut assurer que les pertes d’électricité entre les panneaux et la sortie de la pile à combustible ne soient pas trop importantes. «Nous avons un rendement global de 40% en électricité, chiffre Philippe Poggi. Mais la pile et l’électrolyseur dégagent de la chaleur, qui nous permet de mettre en place un système de co-génération sur le site. Au final, on atteint un rendement global de 70%.» Les bâtiments voisins devront être équipés en pompes à chaleur ou autres dispositifs pour bénéficier du chauffage généré par le système. «On ne peut pas améliorer le rendement à cause des deux transformations successives de l’énergie, explique Jérôme Gosset, président d’Hélion, la filiale d’Areva qui a fourni le système électrolyse-pile à combustible. On peut plutôt espérer un gain sur le coût de nos systèmes, la fiabilité et la souplesse de la technologie.»

Pour baisser les coûts, il faut notamment utiliser moins de platine, ce métal rare et cher qui pourrait être un obstacle au développement à grande échelle des piles à combustible. «Nous n’envisageons pas de le remplacer car c’est le meilleur catalyseur, mais nous travaillons à en utiliser moins et mieux», assure Jérôme Gosset. Quant au risque d’explosion de l’hydrogène stocké, Philippe Poggi relativise: «L’hydrogène peut exploser comme n’importe quel gaz! Mais nous sommes soumis aux règles des ICPE (installations classées pour la protection de l’environnement) et aucun processus industriel n’est exempt de danger…»

Des tortues et un moratoire ont ralenti le projet

Pour Hélion, Myrte est «un test grandeur réelle» qui pourrait leur permettre de commercialiser rapidement le système. Du côté de l’université de Corse, ce projet a permis de tester les dernières avancées scientifiques sur la technologie hydrogène, mais aussi les difficultés administratives liées à ce genre de projet qui ont considérablement ralenti sa réalisation. Présenté fin février 2007 à la collectivité territoriale de Corse, Myrte devait voir le jour dans les deux ans avec une puissance de 3,5MW et un budget de 32 millions d’euros. A l’arrivée, avec près de deux ans de retard, l’installation a été revue à la baisse avec une surface de panneaux dix fois plus petite que prévu et un budget de 21 millions sur cinq ans, financé à 50% par l’Etat, le fonds Feder (Fonds européen de développement régional) et la collectivité territoriale de Corse.

«Nous ne pouvions pas installer trois hectares de panneaux pour des raisons de place, explique Philippe Poggi. Depuis le début, nous voulons montrer que le projet est exemplaire à tous points de vue et nous nous sommes posé beaucoup de questions d’acceptabilité pour les voisins du site.» Y compris les voisins à quatre pattes: l’existence de trois espèces protégées de tortues sur le site a encore retardé le projet. «Il a fallu d’abord demander un permis de construire, réaliser une étude d’impact et une enquête publique, explique Philippe Poggi. Cela nous a fait perdre neuf mois et lorsque nous avons pu présenter la demande de raccordement, le moratoire sur le photovoltaïque venait juste d’être prononcé. Mais on a eu finalement eu l’autorisation et maintenant on renégocie les tarifs d’achat par EDF. Toutes les recettes issues de la vente d’électricité iront à l’Université de Corse pour la recherche et développement sur ce projet».
Audrey Chauvet (Source : 20minutes)

27/01/2012

musicanti

08/01/2012

veghja

 

 

 



   


Haut de page   Accueil     Page précédente  En savoir plus   Mentions légales


Les archives de la page :

2017   2016   2015   2014   2013   2012   2011   2010   2009   2008   2007   2006


Corsicamania, l'annuaire des sites corses

Valid XHTML 1.1