banniere

U Svegliu Calvese et les Rencontres Polyphoniques de Calvi
Année 2011

Dernière mise à jour du site : 23/05/2012

1996 1997  1998  1999  2000  2001  2002  2003  2004   2005   2006
2007  2008   2009  2010  2011  2012  2013  2014 


U SVEGLIU CALVESE
La Poudrière BP 37
20260 CALVI

Les Rencontres 2011, c'est du 13 au 17 septembre !


Du 13 au 17 septembre 2011
XXIIIèmes Rencontres de Chants Polyphoniques de Calvi
A’ l’iniziu c’era a voce

Contrairement aux années précédentes, le concert d'ouverture du mardi 13 septembre aura lieu lui aussi à Calvi.

La réservation est ouverte !

 Modalités de réservation :

-  Vous pouvez  réserver vos places par mail ou par téléphone. Les réservations sont valables jusqu’au jour du concert 16h00. Dans ce cas vous devez aller les régler et les retirer à la Poudrière (siège de l’association).

-   Vous pouvez aussi adresser au Svegliu Calvese un règlement par virement ou par chèque. Dans ce cas, soit vous allez retirer vos billets à la Poudrière, soit ils seront à votre disposition à la caisse du concert.

Pour la réservation veuillez communiquer au Svegliu un numéro de téléphone.

HORAIRES ET TARIFS

21h30 : 23 € - Etudiant : 15 €

18h : 13 €  /  L’achat d’un billet pour le concert du soir,  permet de bénéficier d’un tarif préférentiel d’un montant de 6 €, dans la limite des places disponibles

Abonnement (tous les concerts de 18h00 et de 21h30) : 105 €

Les concerts du samedi entre 15h30 et 18h00 sont gratuits.

Vous pouvez aussi consulter la page myspace des Rencontres :
http://www.myspace.com/rencontrescalvi

U Svegliu Calvese

La Poudrière BP 37

20260 Calvi

Tél : 04 95 65 23 57
Fax : 04 95 65 41 54
Mail : svegliu@gmail.com

XXIIIèmes Rencontres de Chants Polyphoniques de Calvi
À l'iniziu c'era a voce

13 - 17 septembre 2011

Le programme est également disponible en téléchargement.
Mardi 13 21h30 Cathédrale Doulce Mémoire (direction : Denis Raisin Dadre)
Laudes (Confréries d'Orient et d'Occident)
Mercredi 14 18h Oratoire A Filetta & Ensemble Conductus (Corse/Italie)
U cantu di l'acqua (création)

21h30 Cathédrale Ensemble Dialogos (Direction Katarina Livjanic)
Abbo Abbas
(Polyphonies françaises et anglaises de l'an mil)
Jeudi 15 18 h Oratoire L'oiseau de feu
(Musique persane et Poèmes mystiques d'Orient et d'Occident)
21h30 Cathédrale Ensemble Imeri (Géorgie)
Vendredi 16 18 h Oratoire PVC Napoli Quartet (direction : Carlo Faiello)
Tamburi e Madonne (Naples - Italie)
21h30 Cathédrale A Filetta et Daniele di Bonaventura (bandonéon)
Di Corsica Riposu, Requiem pour deux regards
Samedi 17 15h30-18h Cantu à l'asgiu:
Sidikiba Coulibaly Trio
Le chant profond du Mandé - Mali, Francesca Breschi et Ettore Bonafe'(Italie) Il canto segreto degli alberi
Carlo Faiello et PVC Napoli Quartet
(Naples) Senza sole e senza luna,
Zi Riccardino Esposito Abate, Riccardino Esposito Abate, Imma Argiento et Maurillio Taiani
Ballo 'nccop' o tammuro
18 h Cathédrale Spartimu (Corse)
21h30 Place d'Armes Trio Joubran (Palestine) AsFâr
Calusgiule à l'ultimu : clôture avec les participants aux Rencontres

"Chi vede un fiume guarda il verso in cui scorre,
dove scende secondo la corrente.
Ma il futuro di un fiume è alla sorgente."
"Celui qui voit un fleuve regarde le versant sur lequel il s'écoule,
là où il descend selon le courant.
Mais le futur d'un fleuve est à sa source".
Erri de Luca in " E disse" Edition Feltrinelli - I narratori - février 2011

Il advient souvent que le lecteur s'empare des mots que l'écrivain ou le poète lui a distillés…
L'auditeur fait de même avec les paroles d'une chanson. Un vers, quelques mots: le public les absorbe et les faits siens. L'écrivain, le poète ou le parolier ne savent pas quels sont les mots qui vont s'incruster, s'enchâsser dans la mémoire de celui qui aura reçu les généreuses semailles.
Parmi les grains jetés dans les sillons de nos âmes, certains vont germer et croître et se multiplier, parce qu'ils auront été nourris de nos émotions et de nos expériences.
Il en est ainsi des mots d'Erri de Luca, extraits du livre qu'il a consacré à Moïse. Peu de rapport entre notre aventure et celle de l'homme que l'auteur qualifie de "premier alpiniste", face au Mont Sinaï.
Mais ces mots, ces quelques phrases qui expriment notre démarche: celle des hommes qui cherchent à la source, la lumière de leur avenir…

affiche

Cinq jours d'harmonie polyphonique sous le ciel de Calvi

De beaux moments de partage. Un soupçon de spiritualité. Un hymne chanté à Dame Nature. Et une joyeuse et grandiose fête.

C'est ce à quoi nous invitent cette année les organisateurs des Rencontres de chants polyphoniques de Calvi qui s'ouvriront le mardi 13 septembre à Calvi où elles se poursuivront jusqu'au samedi 17.

Pour cette 23e édition, on ne célébrera pas seulement la voix dans la cité balanine. En ce début d'automne, l'association U Svegliu Calvese, co-organisatrice de l'événement avec les chanteurs du groupe A Filetta, fêtera également ses trente ans d'existence. Dans cette citadelle qui l'a vue naître, grandir, prospérer. Cette année, pas d'incursion bastiaise pour la soirée d'ouverture, traditionnellement donné dans la capitale de la Haute-Corse.

Tous les spectacles donnés sous abri

Tout débutera et s'achèvera à Calvi.

Deuxième nouveauté : tous les spectacles auront lieu sous abri. Échaudés par plusieurs années consécutives de météo capricieuse, les organisateurs ont décidé de ne pas prendre de risques.

C'est donc entre la cathédrale Saint-Jean-Baptiste et l'oratoire Saint-Antoine que les artistes se produiront.

Et des artistes, il y en aura. Tous ou presque dans un registre essentiellement polyphonique. Des laudes des confréries d'Orient et d'Occident du concert d'ouverture aux improvisations du trio palestinien Joubran, en passant par les polyphonies françaises et anglaises de l'an 1000 de l'ensemble Dialogos ou les chants géorgiens du groupe Imeri, on pourra voyager dans l'espace et le temps.

Comme de coutume, les chanteurs de A Filetta seront omniprésents. En accueillant chaque soir de leurs voix les artistes et le public.

Mais également en se produisant à deux reprises : avec l'ensemble Conductus dans une exploration musicale sur le thème de l'eau ou avec Daniele di Bonaventura au bandonéon pour la création Di Corsica Riposu, requiem pour deux regards.

En marge des deux concerts programmés chaque jour à 18 heures et 21 h 30, on trouvera aussi durant cette semaine à Calvi, des dessinateurs de presse - Bauer, Philippe Antonetti et Raskal - , des artistes - Catherine Astolfi et Erka-, un atelier de fabrication de tambours et d'instruments de tradition populaire, des photographes - Silvio Siciliano, Natacha Manarin, Jean-Marie Colonna et Denis Derond -. Tous célébreront avec leurs arts respectifs la fête des voix et l'anniversaire du Svegliu Calvese.
Souce : Corse Matin du 8 septembre 2011



Le journal des Rencontres

Il convient de rappeler que ces XXIIIes Rencontres marquent le 30e anniversaire du Svegliu Calvese.

En avant-première des rencontres, nous avons participé ce soir au vernissage, animé par Orlando, des deux expositions "Pelle e Madonne" et "Vagabond'Arte, travail sur la terre crue".


pelle

"Pelle e Madonne", sur des photos de Silvio Siciliano, montre les fêtes de Naples autour de la construction des tammorre (tambours de peau), tandis que "Vagabond'Arte" est l'oeuvre de deux plasticiennes : Catherine Astolfi et Erka.

Les compte-rendus

Mardi 13 septembre

" A' u nostru cantu, quist'annu, li mancarà cum'è un surrisu : quellu di Giorgio di Costanzo, andatu si ne d'aprile scorsu."
Ces XXIIIes Rencontres sont dédiées à Giorgio qui s'en est allé en avril. Qu'il nous soit permis d'évoquer ici un souvenir personnel : j'ai fait la connaissance de Giorgio lors d'une séance de dédicaces à Bastia. Orlando et Giorgio avaient débarqué dans la librairie et nous avions longuement discuté littérature et théatre, et beaucoup ri aussi. Cette visite amicale m'avait profondément touché et c'est ce souvenir de Giorgio que je garderai.

Dans la Citadelle, nous retrouvons des têtes connues, habitués des Rencontres, membres du Svegliu, Ceccè, Jean-Luc... Et c'est le choc : Jean-Luc est aphone ! Espérons que sa voix revienne très vite, d'autant que, devant l'afflux de demandes, le concert de 18 h avec Conductus sera doublé !

cm13

On prend la file devant la Cathédrale, échangeons quelques blagues avec Orlando, et la Cathédrale se remplit peu à peu.

A Filetta ouvre ces XXIIIes Rencontres par trois chants : U Sipolcru, Agnus Dei et enfin, Sumiglia. On sent la tristesse infinie de Jean-Luc et on croise les doigts pour que sa voix revienne.

af

af


Dans sa brève élocution d'accueil, Jean-Claude dédie ces Rencontres à Giorgio di Costanzo, avec une pensée aussi pour Dominique Bianconi qui s'est malencontreusement cassé la jambe à la Poudrière deux jours auparavant.
Une procession fait son entrée dans la Cathédrale : c'est Doulce Mémoire chantant "Io ti vengo, Giesu, drieto". Ce groupe porté par la Région Centre donne ce soir un spectacle fondé sur la rencontre a priori improbable entre les laudes italiennes du XVIe siècle et les chants des confréries musulmanes de tradition persane. A la procession catholique au son étonnant des doulçaines succède donc "Djânam, Djânam" introduit par la târ de Nader Aghakhani. Le chant de Taghi Akhbari s'élève, accompagné du zarb de Bruno Caillat, et l'on est, comme les fidèles, emporté par la puissance et le rythme de ces mélodies.
De même que les confréries catholiques visaient à entraîner les fidèles dans une relation quasi physique avec la musique (procédé "limite" pour l'Eglise de l'époque qui se méfiait de l'extase et de la transe), les confréries musulmanes ou tariqas répétaient jusqu'à la transe des formules mélodiques simples. On comprend ici la démarche de Denis Raisin Darde : montrer l'étonnante parenté d'organisation et de rituels entre les confréries musulmanes et chrétiennes.
Pari difficile, mais pari réussi, un concert passionnant de bout en bout, avec deux magnifiques chanteuses, Véronique Bourin et Clara Coutouly. Enorme succès pour cette formation qui revient pour un rappel assez décapant : un chant de la Contre-Réforme destiné à susciter la crainte de la mort chez les fidèles, mais composé à partir d'un chant populaire de carnaval, au texte d'origine plutôt obscène !

Mercredi 14 septembre

cm

Le premier 18 h de ces XXIIIes Rencontres était consacré au concert "U cantu di l'acqua", fruit de la rencontre (une de plus !) entre A Filetta et l'Ensemble Conductus.
Ce programme prometteur affichait complet, forçant les organisateurs et les artistes à se produire deux fois successives dans l'Oratoire pour répondre à la demande !
Après deux rencontres en mai 2009 en Italie puis en octobre 2010 à Pigna, les deux ensembles ont poursuivi leur collaboration sur le thème de l'eau.
Une rencontre aux couleurs inédites, avec, pour la première fois me semble-t-il, des créations spécifiques de Marcello Fera à côté de recréations de L'Invitu, de U Furore et du Cantu di l'Acqua.

conductus

conductus

Enorme succès auprès du public (nous assistions au premier concert mais le deuxième fut aussi apprécié) pour cette collaboration dont Jean-Claude Acquaviva nous dira plus tard dans la soirée que cette rencontre avec les cordes, qui crée beaucoup d'espace pour les voix, est l'une des plus fructueuses que le groupe ait faites.

cm


Le temps de se restaurer un peu et on refait la queue devant la Cathédrale cette fois pour le concert du soir. Au programme : Abbo Abbas, polyphonies de l'an mil par l'ensemble Dialogos. Mais avant cela, nos amis d'A Filetta nous offrirent un moment magnifique. Cela commence par un A l'Alivetu d'une intensité stupéfiante, suivi d'un beau Kyrie, et enfin une Paghjella di l'impiccati bouleversante. Même quand on connaît parfaitement ces chants, on est à chaque fois pris par l'émotion. Et ce soir celle-ci était d'une intensité encore plus forte que d'habitude.
Après ce moment extraordinaire, j'avoue avoir eu quelque difficulté à entrer dans l'univers de ces polyphonies médiévales. Mais bientôt la magie de ces quatre magnifiques voix opère. Ce programme était en fait une sorte d'investigation autour des premières polyphonies occidentales, entre communauté de Fleury et cathédrale de Winchester. Dialogos propose ici une création musicale dans laquelle des musiques du Xe siècle dialoguent avec des improvisations dans le style des chantres médiévaux, pour finir sur la description du meurtre d'Abbon, abbé de Fleury assassiné d'un coup de lance en 1004. Une musique très savante exigeant une grande concentration tant de la part des interprètes - Katarina Livjanic qui dirige l'ensemble, Clara Coutouly déjà vue la veille avec Doulce Mémoire, Els Janssens-Vanmunster et Aurore Tillac, toutes excellentes - que des spectateurs.

dialogos

Jeudi 15 septembre

affiches

cm

Le temps estival se maintient, et l'Oratoire est une véritable fournaise malgré les efforts des organisateurs pour aérer ce bel endroit. Mais les conditions climatiques sont vite oubliées à l'écoute de cet Oiseau de feu proposé par Gérard Kurdjian, avec Taghi Akhbari au chant, Hassan Tabar au santour (sorte de cymballum iranien) et Bijane Chemirami au zarb et au daf (percussions). Le thème : les traditions mystiques qui, au-delà des dogmes religieux, unissent les hommes. Gérard Kurdjian avait sélectionné des textes des Pères du désert, de Saint Augustin, de Saint François d'Assise, de Saint Jean de la Croix côté chrétien et de l'émir Abdel Qader, de Djalleleddin Rümi, de Mansour Hallaj pour composer ce beau programme. A partir de ces textes dits par Gérard Kurdjian, les sonorités cristallines du santour, le chant de Taghi Akhbari et les percussions magnifiques de Bijane Chemirami tissaient un dialogue passionnant. On aurait aimé prolonger l'échange mais le 21h30 approchait...

oiseau

cm


Et quel concert ! On connaissait les Voix de Géorgie, mais l'Ensemble Imeri est le digne continuateur de ce groupe mythique. D'ailleurs, ce groupe est dirigé par Robert Gogolashvili, ancien des Voix de Géorgie qui a créé ce groupe en 2006 avec des chanteurs tous originaires de la région d'Imereti, à l'est de la Géorgie. Un concert phénoménal où l'on a pu apprécier la puissance des voix géorgiennes mais aussi leur délicatesse sans oublier un étonnant flûtiste. Pour clôre le concert, le groupe a offert au public un bouleversant "Anniversariu di Minetta", déclenchant une immense ovation, et quand les chanteurs d'A Filetta les ont rejoints pour un Alilo d'anthologie, ce fut le délire ! Intense émotion à l'entrée de Robert Gogolashvili, embrassades entre Corses et Géorgiens... Le public debout a longuement acclamé les deux ensembles.

imeri


En ouverture, A Filetta nous avait offert un Stabat Mater, Ùn nu a sò tiré de Pessoassion et enfin La folie du cardinal. Quelle soirée !

Vendredi 16 septembre

affiche

cm

Toujours la chaleur sur Calvi. A l'Oratoire, le 18 h est consacré au PVC Napoli Quartet. Sous ce nom énigmatique, aucune référence à un matériau omniprésent mais tout simplement : "Pelle Voci Corde". Des peaux, des voix et des cordes, celles de Carlo Faiello (voix, guitare, chitarra battente et tammorra), d'Imma Argiento (voix, tammorra et tamburello), de Maurillio Taiani (voix, chitarra battente et tammorra), de Pasquale Nocerino (violon, voix et tammorra) et de Francesco Di Vicino (voix, guitare et tammorra). Carlo Faiello a fait partie de la mythique Nuova Compagnia di Canto Popolare avant de travailler avec Orlando Forioso sur le spectacle Napoli Decameron. Le concert de ce soir est enthousiasmant. le rythme de tarentelle martelé par la tammorra incite à la transe et à la danse. D'ailleurs, à la fin du concert, un spectateur s'empare d'une tammorra et rejoint le groupe sur la scène !

pvc

On attend avec impatience le rendez-vous de demain au Bastion Malfetanu pour un Tra il sole e la luna en plein air !

cm

La Cathédrale est archi-bondée pour le très attendu Requiem d'A Filetta. Bonne nouvelle : Jean-Luc va mieux, on s'en rend compte dès la magnifique introduction du Miserere. C'était la troisième fois que j'entendais ce Requiem cette année ; à chaque écoute on apprécie davantage cette oeuvre exigeante et les interventions d'une extrême pertinence de Daniele di Bonaventura qui est désormais comme le neuvième membre d'A Filetta tant son intégration est naturelle. Les plus de 300 personnes présentes ont manifestement apprécié cette oeuvre malgré son austérité et la complexité de l'écriture. Le public aussi a parfois du talent !

Samedi 17 septembre

Une journée très chargée nous attend. Après le traditionnel repas des amis (au train où vont les choses, nous devrons bientôt réserver le restaurant entier !), la traditionnelle séquence "Cantu à l'asgiu" dans la Citadelle nous a d'abord conduits à l'Oratoire pour entendre le duo composé de Francesca Breschi et Ettore Bonafè pour Il canto segreto degli alberi.

francesca
Francesca Breschi et Ettore Bonafè
© J.C. Casanova

Puis nous étions guidés vers la Place du Tribunal où nous attendaient Vincent Zanetti, Sidikiba Coulibaly et Samba Diabaté pour nous faire entendre le chant profond des chasseurs du Mandé. Cette zone sud du Mali conserve de nombreuses traditions notamment celle des confréries de chasseurs qui occupe une grande place dans la vie spirituelle, culturelle et sociale des campagnes maliennes. Et le chant a un rôle très important, notamment pédagogique voire politique. Les thèmes sont universels : le respect de l'environnement, le problème de la vente des terres...
Autour de Sidikiba Coulibaly, chanteur s'accompagnant du traditionnel simbi (harpe-luth), on retrouve aux percussions et à la guitare Vincent Zanetti, musicologue et producteur d'une excellente émission sur les musiques du monde sur Radio Suisse Romande ainsi que Samba Diabaté à la guitare et au jeli n'goni.

coulibaly
Sidikiba Coulibaly Trio
© J.C. Casanova
zanetti
Vincent Zanetti
© J.C. Casanova
koulibaly
Sidikiba Coulibaly
© J.C. Casanova
samba
Samba Diabaté
© J.C. Casanova
zi
Zi Riccardino Esposito Abate
© Tra Noi
Le concert à peine fini, Loriane nous guide vers un duo inédit : Manu Théron et l'altiste de Conductus Maria Zaharia. Nous les suivons dans les ruelles de la citadelle pour rejoindre la Place d'Armes puis l'Oratoire. On est fasciné par le chant de Manu, par le jeu de Maria Zaharia mais avant tout par la joie qui émane d'elle. Cette jeune Roumaine est lumineuse.

manu

Manu Théron et Maria Zaharia
© J.C. Casanova
manu
Manu Théron
© J.C. Casanova
citadelle cecce
Ceccè Guironnet et Lauriane
© Tra Noi (Suzan & Laurent Lohez)
citadelle
Dans la citadelle
© J.C. Casanova
manu
Manu et Maria
© Davóg Rynne

Encore un chant ou deux et c'est Daniele di Bonaventura qui fait son entrée.

bandoneon

daniele

daniele

Daniele Di Bonaventura
© J.C. Casanova

Daniele aussi est fascinant. On est immédiatement emporté par sa musique, on a envie de bouger et de chantonner comme lui. Un mini concert (un quart d'heure seulement) pour un immense artiste.

cm

A 18 h, c'est dans la Cathédrale que se produit le groupe Spartimu composé de Frédéric Vesperini, Laurent Boulet, Grégory et Pierre-Dominique Innocenti et Philippe Loret. Je connaissais ce jeune groupe (créé en 2006) par le disque et par des contacts avec son créateur, Frédéric Vesperini, mais je n'avais pas encore eu l'occasion de le découvrir en concert. Ce bel ensemble se consacre principalement à la polyphonie traditionnelle, notamment à celle du sud de la Corse. Il s'intéresse aussi à d'autres traditions, en particulier le chant de Géorgie auquel il voue une vraie passion. Ce soir le programme était prioritairement corse, avec néanmoins un chant sarde (A me Brunetta), un chant chilien de Quilapayun et deux chants géorgiens.
Le groupe a également rendu un bel hommage au groupe A Filetta avec le Kyrie et Ghmerto. Un concert très réussi, un groupe à suivre !

spartimu

Spartimu
© J.C. Casanova
spartimu
Spartimu
© Tra Noi

Au sortir de la cathédrale, nous rejoignons le Bastion Malfetanu pour retrouver Carlo Faiello et son PVC Quartet. Et là, on danse ! C'est vraiment la fête dans la Citadelle, et le meilleur reste à venir...

bastion
Le PVC Quartet devant la Revellata
© Tra Noi

pvc

pvc

danse

pvc

PVC Quartet
© J.C. Casanova

ciel

cm

On reprend quelques forces à l'Altu, et on se dirige, qui vers la Cathédrale, qui vers l'Oratoire. En effet, tous les spectacles sont doublés, permettant à tous les spectateurs de voir tous les artistes. Nous avions choisi l'Oratoire où le trio Joubran fait son entrée. Composé des frères Samir, Wissam et Adrian Joubran, ce trio est l'héritier de quatre générations de luthiers palestiniens. Il propose une musique magnifique où les trois ouds, accompagnés des percussions de Yousef Hbeisch, s'entrecroisent et se répondent dans de lumineuses improvisations.

joubran

joubran

Trio Joubran
© J.C. Casanova

joubran

A Filetta avec le Trio Joubran
© J.C. Casanova

trio

dhafer

Dhafer Youssef et le Trio Joubran
© J.C. Casanova

dhafer

Dhafer Youssef
© J.C. Casanova


Samir prend la parole en anglais pour évoquer l'actualité autour de la reconnaissance de l'Etat palestinien et pour dire combien ils aimeraient être des musiciens "normaux", dotés d'une nationalité. Un autre morceau, puis Samir annonce une surprise : Dhafer Youssef est là ! Mais c'est d'abord A Filetta qui fait son entrée. Jean-Claude donne la note, et les trois luths tissent un cadre pour un U Sipolcru inédit. Nos sept amis quittent l'Oratoire, et Dhafer Youssef fait son entrée sous les acclamations. Deux morceaux avec le trio palestinien donnent un aperçu de sa voix étonnante.

salut

Dhafer Youssef et le Trio Joubran
© J.C. Casanova

Le public debout acclame le chanteur tunisien et les quatre palestiniens qui laissent place au final.

coulibaly

afiletta

Les participants des deux dernières journées vont se succéder : Francesca Breschi, Manu Théron et Maria Zaharia, le PVC Quartet, le Coulibaly Trio, Daniele di Bonaventura pour quelques tangos.

daniele  daniele

Daniele Di Bonaventura
© J.C. Casanova

Enfin, il revenait - du moins à l'Oratoire - à l'Ensemble Imeri de clôturer les Rencontres, rejoint pour un morceau par Jean-Luc, dont la voix est visiblement de retour !

imeri

JLuc
Jean-Luc Geronimi avec Imeri
© J.C. Casanova

Pendant ce temps, dans la Cathédrale...

calvi2011

© Natacha Manarin

A l'Oratoire, Orlando clôt les Rencontres 2011...

orlando

Orlando Forioso
© J.C. Casanova

Les XXIIIes Rencontres s'achèvent. Mais une autre surprise nous a été préparée par le Svegliu : sur la Place d'Armes, pour fêter les 30 ans de l'association, un pot nous attend. Gâteau d'anniversaire, vin blanc et eau sont offerts à tous les participants, ce qui nous permet de prolonger encore cette soirée.
Personne n'est pressé de renter, au contraire : chacun voudrait prolonger ces moments magiques, qui constituent comme une parenthèse enchantée dans un quotidien souvent stressant. On trinque, on discute, on s'embrasse, on se donne rendez-vous à l'an prochain, aux XXIVes Rencontres, qui se dérouleront du 11 au 15 septembre 2012.

festa

Pour conclure par un bref bilan, je dirais que cette édition qui sur le papier semblait peut-être un peu moins attractive que certaines années s'est révélée une cuvée exceptionnelle à tous points de vue. Si le programme des premiers concerts était relativement austère, la suite a été pleine de gaité et de rythme. Autour du thème central du dialogue et du rapprochement des mondes chrétien et musulman, ces journées répondaient pleinement au souhait toujours réaffirmé des organisateurs d'offrir des rencontres de fraternité musicale et poétique. Humaines tout simplement.
En outre, l'organisation était parfaite. Aucune bousculade devant les lieux de concert, des files d'attente bien organisées, des bénévoles aux petits soins pour les spectateurs. Cette fois, pas de choix déchirant à opérer entre animations du samedi : chacun a pu voir tous les artistes.
Un grand merci à toutes et à tous, en particulier à Orlando, qui nous a accompagnés de sa verve et sa gentillesse tout au long de ces soirées.

Citadella in festa

A l'occasion des 30 ans du Svegliu Calvese, pendant les Rencontres les murs de la Citadelle étaient décorés de magnifiques photos prises par Jean-Marie Colonna lors des précédentes éditions. Voici quelques images de cette belle initiative.

af

citadelle

kodo

cuncordu

cuncordu

citadelle

marini

bona

waro

Et il y avait aussi l'atelier de fabrication de tammorre !

tamorre

Les Rencontres dans la presse

CM1309

Source : Corse Matin du 13 septembre 2011

CM1509

Source : Corse Matin du 15 septembre 2011

XXIIIèmes Rencontres de chants polyphoniques de Calvi :
La création U cantu di l'acqua plébiscitée

Source : www.corsenetinfos.fr

 

Les XXIIIèmes Rencontres de Chants Polyphoniques de Calvi, A l’iniziu c’era a voce se sont ouvertes mardi soir en la cathédrale Saint-Jean-Baptiste dans la citadelle de Calvi. Dans ce lieu habituellement dédié au culte, beaucoup trop petit pour accueillir tout le monde, ce sont les voix et sons de l’ensemble Doulce Mémoire qui, émouvantes, se sont élevées de l’autel.

 



(Photos Jean-Paul Lottier)

Les mélomanes ont écouté religieusement l’ensemble qui a pour seule passion que celle  de revisiter le répertoire profane et sacré de la Renaissance.
Sous la direction de Denis Raisin Dadre, les confréries d’Orient et d’Occident ont donné toute la mesure de leur talent.
Ce mercredi à 18 heures à l’oratoire Saint-Antoine à la citadelle, l’engouement manifesté par la population et les vacanciers pour ces rencontres polyphoniques a dépassé toutes les espérances des organisateurs.
Il en effet fallu doubler le concert de 18 heures tant la demande était forte.  A Filetta, très fortement impliqué auprès de l’association U Svegliu Calvese, dans l’organisation de ces rencontres polyphoniques et  l’ensemble Conductus  ont accepté les deux représentations.
Marcello Fera pour Conductus et Jean-Claude Acquaviva pour A Filetta ont pris le temps d’expliquer au public leur association et leur motivation pour cette rencontre intitulée :  U cantu di l’acqua. Dans cette rencontre Corse-Italie chacun a exprimé toute sa sensibilité.
Rappelons simplement que cette association n’est pas nouvelle puisque en effet, les deux formations se sont déjà produites sur scène à plusieurs reprises. Seul changement d’importance pour le public : l’interprétation de deux créations mondiales rajoutées depuis leur première rencontre. Venu des Alpes Italiennes, le compositeur Marcello Fera a imaginé de subtiles constructions sonores en écho aux polyphonies originales du groupe balanin A Filetta.
En soirée, autre registre en la cathédrale avec l’ensemble Diagolos, pour des polyphonies françaises et anglaises de l’an mil.
Fondé en 1997 par Katarina Livljanic, chanteuse et musicologue, Dialogos  se consacre à l’interprétation des répertoires sacrés de l’Europe médiévale. Alliant une recherche musicologique approfondie à une grande force scénique, les programmes de Dialogos communiquent avec la sensibilité contemporaine et proposent une nouvelle approche des musiques anciennes. À travers des répertoires inédits, l’ensemble explore le théâtre musical, le plain chant et les premières polyphonies médiévales, avec un intérêt particulier pour les répertoires du monde slave méridional.
Ces rencontres se poursuivent demain jeudi avec au programme à 18 heures en l’oratoire Saint-Antoine : L’oiseau de feu ( musiques persane et poèmes mystiques d’Orient et d’Occident) et à 21h30, en la cathédrale Saint-Jean-Baptiste, ensemble Imeri de Georgie.

gogolashvili

Source : Corse Matin du 16 septembre 2011

cm17

Source : Corse Matin du 17 septembre 2011

trente

Source : Corse Matin du 13 septembre 2011

cm18

Source : Corse Matin du 18 septembre 2011

new

Et voici le film des Rencontres (Films du Tourbillon) :


Calendrier perpétuel des Rencontres
(merci à Max pour ses explications)

 

 

 

 

haut de page  accueil

1988-2005 2006 2007 2008 2009 2010

Corsicamania, l'annuaire des sites corses