E nove
L'actualité corse - Année 2019

Dernière mise à jour : 19/12/2019

Vous êtes ici : E Nove

Au sommaire des revues

NOVEMBRE 2019

pdc

jdc

inc


Décembre 2019

Michel Frassati candidat

frassatiNovembre 2019

Quand la langue corse devient un critère de sélection "discriminatoire"

La polémique entre Gilles Simeoni et la préfète de Corse

par Maria Bettina Colonna le Jeudi 28 Novembre 2019 - CorseNetInfos

Dans un tweet publié ce 27 novembre, Gilles Simeoni, a répondu publiquement à une lettre de la préfète de Corse dans laquelle Josiane Chevalier affirmait que recruter du personnel corsophone dans un établissement bilingue « pourrait être considéré comme discriminatoire ». Dans sa missive la représentante de l'Etat aurait invité le président de l'exécutif à modifier, sans délais, l'annexe 4 de la délibération favorisant l'embauche de personnels corsophones dans la crèche bilingue Laetitia à Ajaccio.
Dans sa réponse Simeoni souligne que toutes personnes ayant vocation à être recrutées dans cette crèche, le seront sur la base de leurs compétences en matière de petite enfance et il rappelle qu'au contraire "il s'agit de la prise en compte d'une compétence linguistique", en langue corse ici. Le président de l'Exécutif de Corse conclut sa réponse en précisant que le document ne sera donc pas retiré.

crechescreches

inc

Octobre 2019

pdc   jdc

Marie-Josée Nat n'est plus : elle aimait la Corse et plus particulièrement Calvi


CorseNetInfos (Jean-Paul-Lottier) le Jeudi 10 Octobre 2019

Née à Bonifacio d'un père Kabyle et d'une mère Corse, l'actrice Marie-Josée Nat est décédée ce jeudi à Paris à l'âge de 79 ans. A Calvi où elle aimait séjourner, elle avait notamment inauguré une édition de la Rencontre d'Art Contemporain et avait prêté sa voix lors d'un son et lumière pour le traditionnel feu d'artifice du 15 août

mjn
Photos Michel Luccioni

L'annonce du décès à Paris de l'actrice Marie-Josée Nat à l'âge de 79 ans, des suites d'une longue maladie a été ressentie en Corse avec beaucoup de tristesse.
Il est vrai que l'actrice au visage angélique aux yeux et cheveux très noirs était chez elle dans l'île de beauté.
C'est en effet à Bonifacio en 1940 qu'elle a vu le jour au foyer d'un papa kabyle et d'une maman Corse.
Malgré l'immense succès de sa carrière, Marie-Josée Nat avait besoin de revenir régulièrement en Corse pour se ressourcer.
Bonifacio représentait beaucoup pour elle mais c'est aussi en Balagne et plus particulièrement à Calvi qu'elle aimait flâner, rencontrer des gens et profiter pleinement de la vie.

Sollicitée pour être la marraine d'une des éditions de la Rencontre d'Art Contemporain de Calvi, elle avait accepté sans la moindre hésitation, tout comme elle a donné son accord pour prêter sa voix lors d'un son et lumière, spectacle pyrotechnique du 15 août à Calvi.
Dans le cœur des calvais, elle laissera le souvenir d'une grande Dame d'une extrême gentillesse

mjn

Marie-Josée Benhalassa est née à Bonifacio d'une mère bergère corse et d'un père militaire kabyle. Très rapidement, la famille s'installe à Ajaccio, rue Bacciochi. Elle est décédée ce 10 octobre 2019 à Paris  
Marie-José Nat entame sa carrière en 1955 en remportant un concours du magazine Femmes d'Aujourd'hui qui lui permet de devenir la partenaire de Jean-Claude Pascal dans un roman-photo intitulé L'amour est un songe. Au cours du tournage, l'acteur lui trouve son pseudonyme « Nat » en raison des longues tresses qui entourent son visage. Encouragée par cette première expérience, elle se forme au métier de comédienne au cours Simon.  

Elle débute discrètement au cinéma, éclipsée par des jeunes premières plus ou moins confirmées : Marina Vlady, Nicole Courcel, Michèle Mercier, Danielle Godet...
Denys de La Patellière lui donne son premier grand rôle en 1959 dans Rue des Prairies, aux côtés de Jean Gabin, dont elle joue le rôle de la fille.
Suivent, l'année d'après, un sketch de René Clair aux côtés de Claude Rich et Yves Robert puis, un rôle important dans La Vérité de Henri-Georges Clouzot où elle est la rivale de Brigitte Bardot auprès de Sami Frey.

Elle devient l'interprète favorite de Michel Drach qui lui donne la vedette, de 1961 à 1977 d'Amélie ou le Temps d'aimer, La Bonne Occase, Safari diamants, Élise ou la vraie vie, Les Violons du bal, Le Passé simple, avec pour partenaires Jean Sorel, Jean-Louis Trintignant, Victor Lanoux ou Bernadette Lafont.

À la même époque, elle tient des premiers rôles sous la direction de Gérard Oury (La Menace avec Robert Hossein), Alexandre Astruc (L'Éducation sentimentale avec Jean-Claude Brialy), André Cayatte (le diptyque Jean-Marc ou la Vie conjugale et Françoise ou la Vie conjugale avec Jacques Charrier), Claude Autant-Lara (Le Journal d'une femme en blanc où elle joue une jeune gynécologue), Michel Boisrond...
Elle partage d'autres affiches avec Jean Marais, Richard Roundtree, Mireille Darc, travaille avec le cinéaste algérien Ahmed Rachedi, le Belge Jean Daskalidès, s'essaie même au péplum en compagnie des acteurs Pierre Brice et Georges Marchal.

Elle est la première actrice à avoir fait la une du magazine Télé 7 Jours paru d'abord sous le nom 7 Jours le 26 mars 1960.

Dans les années 1980, Marie-José Nat arrête son activité cinématographique après avoir tenu le premier rôle féminin dans le film fantastique Litan de et avec Jean-Pierre Mocky. Dix ans plus tard, elle participe à des coproductions internationales (Rio Negro avec Ángela Molina, Train de vie de Radu Mihaileanu) et collabore avec Abdelkrim Bahloul.

En 2001 elle participe en tant que membre du jury de Krzysztof Zanussi lors du 36e Festival international du film de Karlovy Vary.

En 2010 elle participe au jury du 24e Festival de Cabourg, sous la présidence des présidents du jury Tonie Marshall et Pascal Bonitzer.

Épouse de 1960 à 1961 du comédien Roger Dumas, Marie-José Nat en divorce pour épouser le cinéaste Michel Drach, avec qui elle a trois enfants. On lui connaît aussi une liaison de plusieurs années avec le comédien Victor Lanoux.

En octobre 2005, elle se marie avec le peintre, écrivain, auteur de chansons Serge Rezvani. (Notre photo en haut)

mjn
Photo Jean-Paul Lottier
(Source Wikipédia)

jf

Il était la sociolinguistique!

Par N.K.--03 octobre 2019
jpm

Jean-Baptiste Marcellesi vient de s'éteindre à 89 ans dans le Var. L'enfant de Sotta laisse l'empreinte d'un père fondateur de sa discipline en France. Pour la langue corse, il reste celui qui a développé le concept de polynomie.

Son œuvre et son envergure scientifique étaient à la hauteur de sa légendaire discrétion. Son décès dans le petit village varois de Nans-les-Pins, où il s'était retiré, remet inévitablement en lumière la dimension du sociolinguiste qui bouscula une donne trop établie à son goût, à partir de l'idée selon laquelle une langue ne pouvait être dissociée de son environnement social.

À l'heure de l'hommage que ses pairs ne manquent pas de lui rendre, un document fait autorité. Un entretien filmé en 2001, accessible sur internet et préparé par l'Université de Rennes II. On y découvre Jean-Baptiste Marcellesi répondant aux questions de deux de ses anciens étudiants qui s'adressent à lui comme à une icône. Il leur répond dans son style caractéristique, avec cet accent corse qu'il n'avait jamais perdu, distillant ses propos érudits de la voix tranquille du grand sage, prenant plaisir à évoquer son enfance à Purgu, petit hameau de Sotta, profitant d'un bilinguisme rural naturel, d'une grand-mère maternelle qui apprenait aussi les prières en français à ses petits-enfants.

Fils d'enseignant, le petit Jean-Baptise suivit l'école primaire à Porto-Vecchio, à Sartène, avant d'entrer au lycée Fesch d'Ajaccio. Après son bac, il fréquenta le lycée Louis-Le-Grand à Paris, puis l'École normale supérieure de Saint-Cloud. Agrégé de grammaire en 1956, il retourna au lycée Fesch pour y faire ses débuts d'enseignant, avant de partir exercer sur Paris. Il s'y maria, s'engagea aussi dans le militantisme politique au sein du Parti communiste, mais c'est à la fin des années soixante que son parcours entra dans le monde qui allait faire sa renommée.

Réfractaire à la norme unique et à l'académisme

Après avoir participé à l'édition d'un dictionnaire en langue corse, il devint assistant de linguistique auprès de Jean Dubois, le spécialiste du vocabulaire politique à la faculté de lettres de Nanterre. Après une thèse soutenue en 1970, il devint professeur en 1975 pour s'engager dans des travaux linguistiques se réclamant de l'analyse des discours à entrée lexicale. Le grand personnage de la sociolinguistique prenait alors son envol, pour des travaux de référence à l'échelle nationale que n'oublient pas, à l'Université de Corse, ceux qui avouent volontiers avoir été influencés par les idées de Jean-Baptiste Marcellesi. "Dès les années quatre-vingt, il a été considéré comme l'un des plus grands sociolinguistes français, insiste Alain Di Meglio. Il a toujours lié sa discipline à une forme de démocratie linguistique, lui le réfractaire à la norme unique et à l'académisme. Il a toujours été favorable à la variation linguistique jusqu'à développer pour le corse, le concept de langue polynomique".

Faisant de sa langue maternelle le socle de ses travaux, le professeur Marcellesi s'intéressa à toutes les langues régionales qu'il préféra toujours appeler "minorées" plutôt que "minoritaires". Durant sa carrière universitaire essentiellement accomplie à Rouen, il développa tout un appareil théorique jusqu'à travailler sur la glotopolitique, ce rapport entre la politique et les langues qui le passionnait. Comme beaucoup d'autres choses.

Le regret du désenchantement

Jacques Thiers, dont Marcellesi fut le maître de thèse, rappelle que "l'idée de coofficialité vient de lui. Il s'y est intéressé dans le cadre de ses travaux de linguistique sociale à contre-courant d'une adhésion à la norme unique. Il a toujours considéré qu'il fallait prendre d'abord en compte la manière dont les gens parlaient une langue". Jacque Thiers se souvient aussi d'un directeur de thèse "d'une grande exigence intellectuelle et en même temps d'une bienveillance extrême. Je ne peux oublier non plus son immense culture. Je garde notamment en mémoire une anecdote, le jour où j'ai assisté à une conversation entre Jean-Baptiste Marcellesi et Jean-Marie Arrighi. Ils évoquaient le Manuel des lettres latines. J'ai fini par me rendre compte qu'ils le connaissaient par cœur. Mon directeur de thèse brillait aussi par son humilité et sa discrétion. Le jour de ma soutenance, il avait réuni des gens incroyablement inaccessibles, mais d'une humilité égale à la sienne".

À la fin de sa carrière, le professeur Marcellesi se montra volontiers critique sur l'état des lieux de la sociolinguistique et de ses perspectives. "Elle est victime d'un désenchantement, de ceux qui ont besoin de s'en démarquer, de se retirer. C'est une erreur. Je connais beaucoup de chercheurs qui ont beaucoup apporté à la sociolinguistique et qui disent aujourd'hui qu'ils ne sont pas sociolinguistes, qu'ils sont autre chose. Selon moi, il y aura toujours de la sociolinguistique et une réflexion profonde autour de cette discipline".

La mafia...

mafia

Septembre 2019jdc

Balagne : les socioprofessionnels au chevet d'un tourisme en berne

Par J.-F.P.--28 septembre 2019

socio
Les socioprofessionnels de l'hôtellerie, de la restauration et des établissements de plage ont organisé une réunion de travail ce mardi à l'hôtel Regina de Calvi. Ils ont rendu compte des rencontres qui ont eu lieu avec les institutions, les élus et les acteurs privés. Photo: J.-F.P.
Les socioprofessionnels de l'hôtellerie, de la restauration et des établissements de plage ont acté, en juillet dernier, la création d'une assemblée collégiale visant à défendre leurs intérêts en Balagne où la saison touristique a été décevante.Cette association regroupe plus d'une centaine d'établissements et est représentée par plusieurs vice-présidents ayant chacun une délégation : Jean-Baptiste Ceccaldi pour l'hôtellerie, François Acquaviva pour le transport aérien, André d'Oriano pour le transport maritime et Gilbert Vieto pour les établissements de plage.

Deux mois après sa création, une réunion de travail a eu lieu en milieu de semaine, à l'hôtel Regina de Calvi. Délégation par délégation, les représentants de l'association ont fait part des avancées obtenues et rendu compte des rencontres qui ont eu lieu avec les institutions, les élus et les acteurs privés.

Le port de commerce de L'Île-Rousse a ouvert les discussions : "Notre port est le troisième de Corse mais également le plus proche du continent français, a rappelé André d'Oriano. Sans lui, le port de Bastia serait asphyxié. La priorité est d'agrandir et d'aménager les terre-pleins et les quais. Il faut améliorer la gare maritime qui est minuscule. Nous préconisons également d'agrandir la digue afin de pouvoir recevoir des bateaux par tout temps. En plus de ces aménagements, il faut revoir le coût des escales à la baisse."

Et à l'hôtelier Jean-Pierre Pinelli de compléter : "La CCI 2B a prévu une partie de ces aménagements qui doivent être opérationnels pour décembre 2021. Nous sommes d'accord sur la nature et le montant des travaux mais nous demandons que cette programmation soit accélérée. C'est simplement une question de délais afin de gagner une saison."

Dans sa configuration actuelle, le port de Balagne ne peut accueillir à quai qu'un seul bateau de type Mega contre huit à Bastia. Il manquerait une centaine de mètres pour que L'Île-Rousse puisse en réceptionner un deuxième.

Les représentants de l'association balanine ont également rencontré Pierre Mattei, le président de la Corsica Ferries, pour "consolider la rotation entre Nice et la Balagne".

"Rendre à la Balagne ses lettres de noblesse"

Dans l'aérien, la situation n'est guère meilleure et le trafic ne compense en rien la perte de passagers sur le maritime. L'idée "d'acheter" des flux, par des subventions ou une offre de service public, a été retenue par l'association.

"La compagnie Volotea, quatrième low cost européen, était sur Calvi jusqu'en 2015, a rappelé François Acquaviva. Elle n'y est plus à cause de quelques déroutements. Quatre ans se sont écoulés sans que personne n'ait bougé. Volotea reviendrait à nouveau si la CdC et la CCI acceptent de prendre en charge les frais de déroutement. D'autre part, il nous faut améliorer l'offre de service public en ajustant le nombre de places selon les périodes de pointe, soit environ 12 semaines. Enfin, nous souhaitons que la liaison Calvi-Nice soit quotidienne, été comme hiver, notamment pour raisons médicales."

L'attractivité de la destination Balagne semble être en perte de vitesse face à une concurrence devenue planétaire. Ce constat semble partagé par tous et chacun semble prêt à se remettre en question pour "rendre à la Balagne ses lettres de noblesse".

Cela passerait notamment par la formation en langues étrangères, une meilleure disponibilité des taxis ou encore la création d'un parcours de golf dans la microrégion.

En résumé, ce sont les transports et l'attractivité touristique qui devront être améliorés en priorité.

Pour que le scénario de la prochaine saison touristique ne ressemble pas à celui de 2019.

Calvi : La commune passée au crible de la statistique immobilière

Par J-F. P. - 26 septembre 2019

calvi
Le mètre carré coûte en moyenne 4 500 euros à Calvi contre 2 240 en Haute-Corse. L'immobilier est cher et les revenus des calvais sont inférieurs de 16% à la moyenne nationale. Le taux de résidences secondaires explose en atteignant les 55%.

Les chiffres de l'institut national de la statistique et des études économiques (INSEE) sont désormais en libre accès sur son site internet. L'agence immobilière Corse-Expertise s'en est servie pour réaliser un document qui compare les communes sur des données relatives au marché de l'immobilier. Ainsi, des statistiques de 2016 indiquent que Calvi dispose de 4 994 logements au total. Environ 55 % de ces logements sont inoccupés : il y a en effet 2523 résidences secondaires et 336 logements vacants. La typologie de ces habitats est répartie comme suit : 3 889 logements sont des appartements et 1093 sont des maisons individuelles.

En comparant ces données calvaises aux moyennes départementales et régionales, la cité Semper Fidelis affiche des particularités bien prononcées. La part de résidences principales est inférieure de 15 points de pourcentage à la moyenne insulaire (environ 42 % à Calvi contre 61 % en Haute-Corse et 58 % en Corse).

Logiquement, la part de résidences secondaires est très haute : 35 % en Haute-Corse, 40 % en Corse-du-Sud et plus de 50 % dans la capitale balanine.

En remontant sur les 50 dernières années, on s'aperçoit que le nombre de résidences secondaires n'a supplanté que récemment celui des résidences principales.

La dynamique s'accélère

De la fin des années 1960 au milieu des années 1980, l'écart était important entre les deux courbes : environ un millier de résidences principales pour quelques dizaines de résidences secondaires tout au plus.

Les constructions se sont accélérées dans les années 1980 pour arriver à ce que les courbes se rejoignent en 1990. Depuis cette date et jusqu'aux années 2010, à Calvi, résidences principales et secondaires ont évolué dans les mêmes proportions.

La bascule s'est opérée en 2011 pour mener aux chiffres que nous avons évoqués précédemment.

Calvi bat des records en termes de "Commerce, service et transport". Le secteur d'activité emploi 75 % des Calvais contre 60 % des habitants de Haute-Corse. La construction, l'industrie et l'administration sont en dessous des moyennes tandis que l'agriculture semble quasi inexistante.

Un Calvais gagne en moyenne 1447 € nets par mois, ce qui est inférieur de à la moyenne de Haute-Corse (7 %), de Corse-du-Sud (13,8 %) et nationale (16,5 %). Ainsi, la commune se retrouve en 27 907e sur les 36 717 que compte le pays.

Le prix du mètre carré habitacle est en moyenne de 4 500€ sur la commune avec d'importants écarts selon le secteur. Ainsi la partie ouest de Calvi, autour de la route de la Revellatta, est la plus chère de la ville avec un prix supérieur à 7 000€ par mètre carré. La citadelle affiche 5 000€ pour une maison à peine 3 000€ en appartement.

En centre-ville, le mètre carré en appartement s'achète ou se vend à 3 500 € mais ce prix peut grimper jusqu'à 5 000 € en bord de mer. Les sites les moins prisés de la commune sont logiquement situés à l'extérieur de la ville et loin du littoral.

Le marché est alors proche de la moyenne des prix sur le département de la Haute-Corse : 2 500€ à 3 000€ le mètre carré pour une maison et moins de 2 500 € pour un appartement.

"Aujourd'hui les chiffres du marché immobilier en Corse sont communiqués par divers organismes mais en prenant en compte majoritairement, des prix d'annonces et non des prix de ventes réellement réalisées et constatées, précise le document. Cette différence entraîne des écarts importants entre les chiffres annoncés et la réalité du marché immobilier."

En Haute-Corse, le prix moyen du mètre carré est de 2 240 € en 2019. Le prix moyen à Calvi est plus de deux fois supérieur. La cité Semper Fidelis est de plus en plus prisée mais paye cher son statut de cité balnéaire.

Mafia, "continuer de se taire n'est pas responsable"

Par Anne-C. Chabanon--26 septembre 2019

mafia
Dire non. Halte. A la mafia, aux bandes organisées de la grande criminalité, connues, qui ont pignon sur le dos de la Corse, des Corses. Un collectif y croit. Pour peu qu'il se canalise, il va faire du chemin pour rassembler à ses côtés ceux qui donneront le coup d'arrêt à l'image d'une île qui ne veut pas être celle des mafieux. Photo : Emilie Raguz

Ils sont une trentaine. Pour l'instant. Hier, ils se sont présentés à l'occasion du lancement du collectif qu'ils ont créé, pour dire non aux bandes organisées, à la grande criminalité, aux "méthodes barbares". À l'emprise mafieuse

Léo Battesti souhaitait-il que la parole se libère ? Elle s'est libérée, hier, cette parole. Au-delà même peut-être de ce à quoi l'on s'attendait dans le cadre d'une conférence de presse qui s'est adaptée, ressemblant davantage in fine à un premier débat en place publique. Car, dans la petite salle de l'hôtel Best Western, à Ajaccio, s'étaient invités des politiques de tous bords, des citoyens.

Mais d'abord, il y eut cette tribune, "Maffia nò, a vita iè" (voir en page 3), lue par Jean-Paul Poletti, une "déclaration", dit Léo Battesti "qui est, en ce moment, en train d'être envoyée aux médias parisiens et à certains médias internationaux".

Le texte décline trois axes d'action, fédérer en nombre, en appeler à l'engagement de tous les responsables politiques, mettre l'État face à ses responsabilités.

Quelques mots encore pour présenter les membres du collectif, ce dernier n'en est qu'à ses débuts, ses rangs vont grossir, de cela, Léo Battesti convainc, comme il convainc qu'aujourd'hui, il faut "appeler un chat un chat" .

Les trente cosignataires de la tribune, "des gens qui ne font pas les choses à la légère" ne sont pas tous là, mais ceux qui sont présents ont à dire, à partager, à insuffler. Morceaux choisis.

"Jusqu'à présent, des hommes et des femmes dans l'espace public qui ont dit non à l'emprise mafieuse, il y en a eu peu", se lance la première Dominique Bianconi, retraitée de l'Education nationale, en appuyant la méthode de travail choisie par le collectif, "mobiliser les citoyens pour qu'ils reprennent et amplifient"la démarche.

Se lancer, c'est ce qu'a fait, elle aussi, Marie-France Giovannangeli, cadre d'entreprise, lorsqu'on l'a contactée pour être partie prenante des trente pionniers : "On n'a pas réfléchi, nous savions qu'il fallait prendre la parole, et même si l'on ne se connaît pas tous, nous nous faisons confiance. Or l'important est bien là, se redonner confiance les uns, les autres. Nous sommes une génération qui a lutté contre l'assistanat érigé en système politique et nous devrions nous taire à présent et ployer sous des forces mortifères ?"

Aux côtés de Léo Battesti, Jérôme Ferrari parle au nom d'un "nous. Nous, les gens qui vivons en Corse et qui devons nous exprimer en tant que société pour dire notre profonde révolte et notre profond désaccord. Qu'on espère que cela débouche sur des initiatives, évidemment, c'est le sens d'un mouvement public qui a des ambitions politiques, mais au sens sociétal, profond, je ne parle pas ici d'engagement politicien. Si nous pouvions dépasser les mythes virilistes qui nous animent et nous constituent depuis un certain temps et pour lesquels nous ne sommes pas tous innocents dans la pérennité qu'ils ont pu avoir... C'est une première réflexion. Et puis, nous demandons un changement au niveau du droit, sans lequel il n'y a pas de lutte possible contre le crime organisé".

Marco Biancarelli,l ui, ne veut pas se"dédouaner en tant que Corse de ce qui n'a pas fonctionné chez nous. Mais, historiquement, la gestion de la Corse par l'État est une faillite. La situation dans laquelle nous nous trouvons résulte d'un déni, d'une démission permanente de l'État.

"Dès lors, la conscience consiste également à interpeller l'État pour savoir à quel moment il compte agir de manière efficiente pour lutter contre ces phénomènes mafieux, pour lutter contre le gangstérisme. La conscience consiste à lui poser encore cette question : quand les voyous corses cesseront-ils d'être vos amis ?"

Jacques Mattei, consultant, résume bien, à son tour, en une phrase sobre et efficace, la philosophie qui anime, qui guide, le collectif : "Chaque citoyen doit cesser d'être spectateur de ce qui se passe."

Dans la foulée, Cécile Mufraggi, enseignante, précise à bon escient qu'"il ne s'agit pas de faire de nous des délateurs, mais des acteurs. On changera la société si on travaille sur les usages, les comportements et que l'on explique ce qu'est un système mafieux, un système construit sur la base de l'argent sale".

Les trente, les autres, ceux qui sont là déjà, ceux qui vont arriver, vont "être capables de dire non", pour reprendre la jolie formule de Vaninna Bernard-Leoni, avant qu'au fond de la salle, une voix s'élève soudain, hors collectif, celle de Pierre Alessandri.

"Le monde agricole est gangrené par la mafia. On est sur une imprégnation transversale totale."Sa distillerie, son outil de travail, a été incendiée en avril dernier. Un acte criminel.

C'est cela, c'est tout ce qui ressemble à cela qui doit s'arrêter. Au nom de la Corse . Qui n'est pas cela. Qui ne veut pas être cela.

mafia

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

La Corse subit une emprise mafieuse d’une intensité jamais atteinte dans son histoire. Il est temps de le dire haut et fort sans se réfugier dans l’ambiguïté ou le déni. Continuer de se taire n’est pas responsable.

Aussi, nous prenons l’initiative d’inviter la population à une prise de conscience des menaces qui compromettent gravement les intérêts collectifs de notre société et, singulièrement, ceux de notre jeunesse.

Face à cette situation, nous agirons dans trois directions :

En premier lieu, mobiliser le plus grand nombre possible de nos concitoyens.

Il faut isoler culturellement ceux qui, par leurs méthodes barbares, détruisent impitoyablement les formidables potentiels de notre Territoire. Nous interviendrons par la prise de parole, le débat, l’échange, la recherche d’une plus grande expertise du terrain. Et, surtout, en exprimant clairement notre solidarité avec les victimes qui se taisent, le plus souvent parce qu’elles ont peur et qu’elles se savent isolées.

Nous invitons chacun à soutenir et diffuser notre appel. Pour notre part, nous allons amplifier notre démarche par des réunions publiques et en manifestant notre solidarité avec les victimes.

Nous serons, également, très actifs sur les réseaux sociaux et invitons d’ores et déjà à rejoindre notre démarche sur la page Facebook « Maffia NÒ - A vita IÈ ! ».

Les soutiens pourront se faire, également, par mail : amaffiano@gmail.com

En second lieu, nous demandons à tous les responsables politiques insulaires de s’engager, sans ambiguïté, dans ce combat vital pour le devenir de la Corse.

En effet, comment envisager un libre épanouissement de notre jeunesse alors que, régulièrement, elle constate l’impunité et la superbe de ceux qui mettent la Corse en coupe réglée ?

Comment évoquer un réel développement économique alors que les menaces, les pressions, les extorsions de fonds s’exercent, de manière désormais systémique, sur ceux qui entreprennent, dès lors qu’ils contrarient certains prédateurs ?

Il faut que tous nos élus se ressaisissent, s’expriment et se préservent de tous les lobbys mafieux qui gravitent autour d’eux. Nous leur demandons, en conséquence, d’organiser une session extraordinaire consacrée à cette dérive mafieuse. Nous les exhortons à ne pas l’évacuer par un débat improvisé mêlant toutes les formes de violence. On se rappelle le pathétique échec d’une commission ad hoc créée par une précédente assemblée…

Enfin nous interpellons l’État, détenteur de tous les pouvoirs régaliens, nous n’hésiterons pas à le mettre face à ses responsabilités et ses carences.

Pour combattre efficacement le mal, il convient d’abord de le nommer : il est impératif que l’État reconnaisse cette emprise mafieuse sur la Corse et se donne les outils pour la combattre. Ça doit être la priorité et se traduire par plus de moyens, mais aussi plus de cohérence et d’exemplarité dans l’organisation des services concernés.

Il n’est pas acceptable que le ministre de l’Intérieur, qui est en possession de toutes les informations sur la situation que nous dénonçons, reste silencieux et ne trouve pas un moment pour se rendre en Corse pour s’informer et demander au Premier Ministre de prendre les mesures qui s’imposent.

Nous proposons, d’ores et déjà, de demander au gouvernement d'inclure dans le code pénal le délit d'association mafieuse et d'étudier les dispositions qui lui apparaîtront les plus efficaces pour mettre les jurés et leurs familles à l'abri des pressions dans les procès de mafieux.

Mais toute cette mobilisation n’aura aucun effet sans une large sensibilisation de la jeunesse. L’Éducation nationale, les Associations, les familles doivent, inlassablement, les inviter à respecter autrui tout en encourageant leur créativité.

Ainsi, demain, ceux qui persisteraient à faire pression sur l’autre seront isolés culturellement, marginalisés. C’est la condition sine qua non d’une libération de l’emprise mafieuse.

Aiacciu, u 25 di Settembre 2019

Jean-Claude Acquaviva, Jean-Charles Adami, Jean-Nicolas Antoniotti, Léo Battesti, Jean-François Bernardini, Vannina Bernard-Leoni, Marc Biancarelli, Dominique Bianconi, Lavinie Boffy, Vincent Carlotti, Josette Dall’ava Santucci, Jerome Ferrari, Guillaume Guidoni, Pierre Gambini, Marie-France Giovannangeli, Dominique Mattei, Jacques Mahdi Mattei, Cécile Mufraggi, Antoine Orsini, Jean-Paul Poletti, Josette Risterucci, Paul-Marie Romani, Lucie Simeoni, Simoni Sebastien, Jacques Thiers, Dominique Yvon.

Bastia capitale culturelle de la Corse

bastia

Disparition de Maryse Nicolai

mn

pdc  jdc

Août 2019

inc

Juillet 2019

jdc   pdc

Tribbiera au Clos Culombu

tribbiera

logo

Du rififi dans les paillotes corses

Vingt ans après l'incendie de « Chez Francis », le torchon brûle entre l'État et les propriétaires de paillotes corses. Au centre du bras de fer : la révision du plan d'aménagement adopté en 2015 et le modèle de développement de l'île, sur fond de tensions persistantes entre Macron et nationalistes.

paillottes

Par Pierre de Gasquet
Publié le 18/07 à 16h52

Son grand-père traversait le fleuve, à cheval, de sa bergerie à la vieille ville. Aujourd'hui, César Filippi reçoit sur la terrasse du Belvédère, son hôtel quatre étoiles avec vue imprenable sur le golfe de Porto-Vecchio. L'ancien élu nationaliste de Corsica Nazione, devenu le chef de file du collectif des paillotiers en colère, a le port altier et l'oeil perçant du chef Ocatarinetabellatchitchix dans Astérix en Corse. Au loin, un imposant ferry rouge de Corsica Linea ronronne au pied de la citadelle. Ici, pas d'architecte : le petit-fils de berger a dessiné lui-même cet oasis les pieds dans l'eau, à mi-chemin entre la mégabergerie corse revisitée et des thermes de Caracalla miniatures. Comment peut-on imaginer être dans la région la plus pauvre de France ?

« La préfète se mêle de tout. Elle a géré l'affaire des paillotes de manière calamiteuse. La préfectorale veut faire oublier l'affaire Bonnet », tempête César Filippi, reconverti dans l'hôtellerie. Depuis que son fils, Christophe Filippi, s'est vu refuser la fameuse autorisation d'occupation temporaire du domaine public (AOT) pour Cala di Lume - une paillote « historique » voisine, sur la plage de la Palombaggia -, il a pris la tête des frondeurs. Vingt ans après l'incendie de la paillote Chez Francis, allumé par une unité spéciale de gendarmes, sur ordre du préfet « pyromane » Bernard Bonnet, le torchon brûle à nouveau avec les autorités.

Pour la saison 2019, sur 345 demandes, 81 AOT ont été refusées et 84 sursis ont été accordés jusqu'en 2020, a annoncé Josiane Chevalier, première femme nommée préfet en Corse depuis le Premier Empire. Objectif déclaré : mettre fin au désordre patent sur le domaine public maritime. Mais les paillotiers corses s'insurgent contre une méthode punitive qui pénalise les PME familiales par rapport aux grands groupes sur le « continent » (Accor, Barrière, Club Med, Veolia...).

Une partie de « poker menteur »

« Le discours de Macron à Bastia [en février 2018, NDLR] a été très mal reçu : il ne tient pas compte de l'expression majoritaire au niveau de la région », fulmine César Filippi. Visiblement, la plaie ouverte avec le traumatisme de Chez Francis - dans la foulée de l'assassinat du préfet Claude Erignac, le 6 février 1998, à Ajaccio - ne s'est jamais vraiment refermée. « Ils sont devenus fous : ils veulent nous supprimer tout ce qui est en dur sur le domaine public », s'alarme Marc Ory, le propriétaire du Tiki, avec son « roof-top » rutilant plongeant sur la plage de Saint-Cyprien. Nombreux sont les Corses qui redoutent un retour à la violence.

sursis
Une paillote en sursis. Le tribunal de grande instance de Bastia a exigé que le Misincu, au Cap Corse, soit détruit ©RITA SCAGLIA POUR LES ECHOS WEEK-END

Trois paillotes ont été incendiées depuis début mars. « La feuille de route de la préfète est de faire chuter les nationalistes. On est en pleine partie de poker menteur », avance un correspondant local. Un élu paillotier évoque même une « stratégie de tension et de guérilla »... « En faisant de la lutte contre les paillotes une priorité absolue, la préfète cherche à instrumentaliser cette affaire pour mettre les nationalistes en porte-à-faux avec les acteurs de l'économie touristique », renchérit Jean-Noël Marcellesi, le patron du cinq-étoiles Casadelmar, qui n'épargne pas non plus l'exécutif corse qui a « mis la Corse en panne » par son indécision. Tous critiquent le « traitement de faveur » dont auraient bénéficié Accor, pour le ponton de son Sofitel de Porticcio, ou le Club Med à Cargèse (avec son autorisation de 400 transats).

Les riches propriétaires venus du Continent

« Deux poids, deux mesures. » Rien n'agace plus les « professionnels du littoral ». « On vit dans une économie post-coloniale », s'agace Jean-Baptiste Pieri, sur la terrasse de l'hôtel Les Mouettes, son quatre-étoiles de plain pied sur le golfe d'Ajaccio. « Le Padduc [plan d'aménagement et de développement durable de la Corse, adopté en 2015, NDLR] était absolument nécessaire : c'était un document que la région devait à l'État depuis vingt ans. Mais aujourd'hui, en prônant soudainement une application inflexible de la loi, l'État utilise la discorde pour retourner une partie des professionnels contre l'exécutif régional. »

En revanche, l'État ferme les yeux sur « les riches propriétaires du Continent qui ont des soucis d'urbanisme », s'insurge un hôtelier corse, en citant l'affaire des villas de l'homme d'affaires Pierre Ferracci, le père d'un proche d'Emmanuel Macron, sur le golfe de la Rondinara, ou le port privé de feu Jean d'Ormesson, « où la bande des 100 mètres n'a jamais été respectée »... « Des cas comme Ferracci, il y en a des centaines en Corse, relativise Jean-Baptiste Pieri. Ce que l'on ne comprend pas, c'est surtout le zèle de l'État sur les 'transats' et son relatif immobilisme sur les grands projets immobiliers où il ne lève jamais le petit doigt. » Pour lui, le véritable risque, « c'est moins la 'baléarisation' de la Corse, que la 'lubéronisation' de l'île, avec des villages entièrement fermés, six mois par an ».

Les paillotes se rebiffent contre le décret plage
Un « Padduc caduc »

« Le Padduc est caduc », ironise Pierre-Olivier Milanini, ancien président du conseil régional des architectes. Basé à Porto-Vecchio, il vient de lancer Convergence, un nouveau cercle de réflexion réunissant quelque 200 chefs d'entreprises, visant à « réconcilier la Corse avec son économie ».

Pour lui, « le Padduc a été conçu comme un outil contre la spéculation immobilière. C'est devenu un totem car c'est un des rares actes qui a été validé et soutenu par les nationalistes avec l'appui de l'ancienne majorité. Mais il a été bâclé ». Ses concepteurs n'ont pas tenu compte du classement des plages (naturelles fréquentées, semi-urbaines...). Résultat : le texte de 3 600 pages serait devenu « un frein au développement » et risque de « tuer l'industrie locale du BTP ». « Les architectes se tapent la tête contre les murs pour obtenir la moindre autorisation [...] La Corse se retrouve coincée entre le marteau de l'État et l'enclume nationaliste. »

Pis : pour le patron du Casadelmar, qui a vu 50 de ses matelas de plage déménagés par 40 gendarmes en gilets pare-balles, le 3 juin dernier, « c'est une mascarade grotesque. Le problème va rebondir de plus belle en 2020, à l'issue des sursis. C'est toute la destination Corse qui va être touchée ».

Prendre modèle sur la Toscane

« C'est vrai. Le Padduc a été conçu pour faire plaisir aux nationalistes. Il est trop touffu et n'a pas inclus de dimension économique », abonde Nicolas Stromboni, un des meilleurs cavistes de Corse. Auteur d'un livre sur la Corse secrète, intitulé Du Pain, du vin, des oursins, ce barbu affable, fils d'un berger-instituteur, reçoit dans son fumoir installé dans une ancienne cuve, au siège de son antre, à Ajaccio. « Agriculture et tourisme ne sont pas antinomiques : le modèle de bon sens pour la Corse, c'est la Toscane et son agri-tourisme. »

Il n'est pas le seul à s'en convaincre. La plupart des « professionnels du littoral » se réclament volontiers du « modèle d'avant-garde » créé par Paul Canarelli, le fondateur du domaine de Murtoli, près de Sartène, pourtant devenu la tête de turc de l'association écologiste U Levante.

weekend
La paillote du Week end. Son patron suggère que les mairies reprennent les concessions ©RITA SCAGLIA POUR LES ECHOS WEEK-END

Visite à l'intéressé. Au bout de la piste de terre sinueuse, quelques hauts mâts de voiliers dansent derrière une haie de lauriers roses. Pas de méga-yachts en vue dans la baie la plus préservée du sud de la Corse, à l'ombre du lion de Roccapina. « Je ne suis pas bling-bling, même si j'ai une Rolex », assure Paul Canarelli. Pour lui, la paillote est « un élément constitutif de la vie touristique de la Corse, n'en déplaise à... ceux qui veulent manger des châtaignes toute l'année. Quand on est à Monaco, on va au casino ; en Corse, on va à la paillote ».

Pour ses amis, Paul Canarelli et son hôtel écolo-branché de Murtoli, très prisé par Nicolas Sarkozy, Carla Bruni ou Leonardo Di Caprio, incarne bien un modèle de tourisme durable « exemplaire », même si... certains ne cachent pas qu'il a « pris des raccourcis » et épinglent parfois ses amitiés « particulières » revendiquées, tel l'ancien chef présumé du gang de la Brise de mer, Richard Casanova. « Je suis plus écolo que tous les écolos de Corse », assure ce petit-fils de maquignon qui a en outre hérité, avec ses soeurs, du cinq-étoiles Cala Rossa, à Porto-Vecchio. Il est aussi actionnaire de Via Notte, la plus grande discothèque à ciel ouvert d'Europe, près de Bonifacio.

Aujourd'hui, il reçoit la fine fleur de la jet-set » dans ses bergeries de luxe (entre 12 000à 25 000 euros la semaine en haute saison). Il se targue d'avoir décliné, il y a deux ans, une « offre colossale » d'investisseurs du Golfe visant à transformer son domaine en « chasse privée en Méditerranée ». En revanche, il ne décolère pas contre ces « faux écolos » de l'association U Levante qui « emmerdent tout le monde avec leurs 3 000 likes sur leur page Facebook ».

L'impatience de la préfète

« Si je vends, je pars à l'étranger... » siffle entre ses dents Paul Canarelli derrières ses lunettes noires. D'autres que lui ne détestent pas brandir la menace d'une invasion de capitaux « exotiques » dans l'île. « J'ai eu deux offres de russes et de fonds de pension américains », assure César Filippi. Le propriétaire du Casadelmar n'a-t-il pas déjà cédé les murs de son deuxième cinq-étoiles, La Plage Casadelmar, à l'oligarque-physicien russe Vitali Malkin ? « Et l'Aga Khan avait lui-même lorgné la Palombaggia avant de se rabattre sur la Costa Smeralda, en Sardaigne. Les Qataris y ont racheté tout ce qui restait », se souvient César Filippi.

Tous les paillotiers ne sont pas aussi diserts. « Rien à déclarer ! On est bien content d'accueillir Edouard Philippe, le reste on s'en bat les couilles ! » nous lance le patron du Cabanon bleu, le jour de la visite du Premier ministre en Corse. Ce 4 juillet, sous un soleil de plomb, les voitures sombres à gyrophares du convoi officiel ont serpenté devant le Cabanon bleu et Marinella, au pied de l'imposante villa de Tino Rossi, sur la route des Sanguinaires. Deux sites emblématiques. Bien que « classés paillotes historiques appartenant au patrimoine immatériel d'Ajaccio », selon Corse Matin, les deux établissements en dur construits sur la plage - où Vincent Scotto et Marcel Pagnol avaient leurs habitudes - ont du souci à se faire. D'autres paillotiers sont plus conciliants.

Tout au bout de la route des Sanguinaires, au Capo Di Feno, Pierre-Tou Casentini, le patron du Pirate affiche une relative sérénité. « L'impatience de la préfète se heurte à l'arrogance des 'natios'. Le Padduc est en train de bouillir, mais ça va se décanter .» Ici, pas l'ombre d'un transat. Ce qui ne l'empêche pas de recevoir Vincent Lindon ou des « fils de milliardaires » ...

La nostalgie du « Renard argenté »

Le tourisme, qui représente un tiers du PIB corse, a ici plus d'ennemis que d'amis », tempête César Filippi. Il en viendrait même à regretter l'ancien président (RPR) de l'Assemblée de Corse, Jean-Paul Rocca-Serra, dit le « Renard argenté », qui a régné sur Porto-Vecchio pendant quarante-sept ans. « Avec lui, on avait un interlocuteur face à l'État. Sincèrement, on n'a plus l'équivalent. La droite et la gauche ont été pulvérisées et Macron s'est coupé volontairement de la majorité régionale avec son discours de Bastia », déplore-t-il. Grâce à loi littoral de 1986 et... aux plasticages des autonomistes, la Corse a échappé à la bétonisation de la Côte d'Azur. Mais pour combien de temps ?

Pour l'économiste Guillaume Guidoni (du cabinet Gecodia), « on se focalise à tort sur le Padduc, alors qu'on devrait se concentrer sur les schémas de cohérence territoriale qui n'existent pas en Corse ». Les plus réalistes réclament de nouvelles règles pour repartir sur des « bases saines ». « Il serait bon que les mairies reprennent les concessions des plages, comme sur la Côte d'Azur », estime Luc Leca, le patron de la paillote Le Week end, à Ajaccio.

marinella
Marinella, paillote historique d'Ajaccio ©RITA SCAGLIA POUR LES ECHOS WEEK-END

« Il y a eu une inertie totale de l'État pendant vingt ans. On ne soutient pas les abus, mais la préfète applique une méthode trop radicale et injuste », résume l'avocate Laura Furiani, dépêchée à la tête de la commission ad hoc sur les activités économiques du littoral à l'Assemblée de Corse pour tenter d'éteindre l'incendie. « On ne défendra pas tout : on n'accepte que du démontable. » Mais elle s'étonne que « certains contrevenants aient pu bénéficier de sursis, et d'autres pas... » «Les nationalistes ont fini par soutenir les paillotiers car c'est plus facile d'être contre la spéculation quand on a des copains qui ont des paillotes », ironise un journaliste local.

Pour l'historien Robert Colonna d'Istria, c'est l'arrestation du préfet Bonnet, mis en examen pour « complicité de destruction de biens par incendie en bande organisée », qui avait en 1999 donné un coup d'arrêt à une décennie de violence en Corse (1). Vingt ans plus tard, il ne faudrait pas que le syndrome des paillotes brouille à nouveau les cartes.

L'oeil de l'avocat de Colonna

Ancien avocat du FLNC (Front de libération nationale corse) et d'Yvan Colonna, condamné pour l'assassinat du préfet Erignac, Pascal-Pierre Garbarini est formel : « Les paillotes, ce n'est pas symbolique. C'est un facteur économique important pour l'île. Elles créent des emplois et apportent des revenus : ce sont de vraies PME. » Auteur d'un livre remarqué sur ses relations avec les grandes figures du nationalisme (1), Pascal-Pierre Garbarini se souvient avoir défendu Johan Carta, le propriétaire d'une paillote de 40 salariés, à Coti Chiavari. Pour lui, « la nouvelle préfète de Corse applique des directives trop rigides. C'est une réponse au refus de dialogue des nationalistes ». « Il ne faudrait pas que quelques individus décident de remettre les cagoules », soupire l'avocat d'Yvan Colonna qui reste convaincu de l'innocence de celui qu'il appelle le « Dreyfus corse ».

(1) Ma robe pour armure, Pascal-Pierre Garbarini, 2019.

La Corse, deux départements pauvres

Population : 327 280 habitants (Insee 2015), soit 0,49% de la population française.

PIB : 9,23 milliards d'euros (2017), soit 0,4% de la richesse nationale.

55% des ménages propriétaires de leurs logements, contre 58% en France métropolitaine.

Taux de pauvreté : 19,8%, contre 14,2% en France métropolitaine.

Par Pierre de Gasquet

LeParisien

En Corse, la face sombre du domaine de Murtoli, le paradis des stars

Dans ce luxueux domaine à la pointe sud de la Corse règne Paul Canarelli, visé par une enquête pour blanchiment et des plaintes pour infractions à l’urbanisme.
 Ce domaine privé de 2 000 hectares est accessible uniquement par la mer ou par des pistes menant en pente douce vers une longue plage de sable blanc et une crique préservée.
Ce domaine privé de 2 000 hectares est accessible uniquement par la mer ou par des pistes menant en pente douce
vers une longue plage de sable blanc et une crique préservée. Visual Press Agency
Par Eric Pelletier
Le 18 juillet 2019 à 06h11

Et si le luxe ultime se nichait là, dans le calme du maquis et la volupté des piscines à débordement ? « Rien, il n'existe rien en France, en Europe et même dans le monde comparable au domaine de Murtoli », vante son site Internet aux images léchées.

Ancienne terre des bergers dans le sud de la Corse, pauvre et aride, Murtoli séduit désormais stars, de Leonardo di Caprio à Jamel Debbouze, et hommes politiques, à commencer par l'ex-président Nicolas Sarkozy et son épouse Carla. Un domaine privé de 2000 hectares inaccessible autrement que par la mer ou par des pistes menant en pente douce vers une longue plage de sable blanc et une crique préservée. L'eau y est aussi lisse qu'un miroir. Le site abrite une exploitation agricole, trois restaurants, dont un gastronomique, et 19 « bergeries ». L'Eddera (le lierre), L'Alivu (l'olivier), A Filetta (la fougère)...

Avec ses 9 millions d'euros de chiffres d'affaires, ses prix internationaux, Murtoli est une aventure entrepreneuriale sans égale sur l'île. Le domaine se définit comme « un territoire, presque un pays ». Grand comme 45 fois le Vatican.

Des constructions identifiées par satellite

Pour U Levante, c'est surtout un État dans l'État. En juillet 2017, la plus ancienne association de défense de l'environnement sur l'île a transmis au parquet d'Ajaccio (Corse-du-Sud) une série de plaintes pour des soupçons d'infractions aux règles de l'urbanisme portant sur 37 bâtiments.

« Nous savions que nous ne pourrions rentrer ni par la terre ni par la mer, explique l'un de ses membres. Nous avons donc travaillé du ciel. En comparant les clichés satellitaires année après année, nous avons mis au jour les constructions nouvelles. » Ces photos ont été comparées aux demandes de permis de construire déposées en mairie de Sartène (Corse-du-Sud). Principaux griefs : une « fromagerie » transformée en restaurant, un golf « qui empiète sur 5 ha de site classé » sans demande d'autorisation spécifique, une « ferme agricole » qui serait devenue « club house » de golf.

Et surtout des piscines, « dont une découverte sous des bottes de paille » selon une source proche du dossier. Deux ans après le dépôt des plaintes, l'enquête préliminaire confiée aux gendarmes de la section de recherches d'Ajaccio est sur le point de s'achever.

«Je vais vous fumer »

Le domaine a émergé, en 1996, au pied du fameux rocher du lion de Roccapina, à l'initiative d'un jeune entrepreneur local, Paul Canarelli, propriétaire et gérant. Ambassadeur de la Corse, pourvoyeur d'emplois, mais personnage controversé. Bosseur, fonceur, le maître de Murtoli, aujourd'hui âgé de 51 ans, n'est pas connu pour sa tempérance, comme l'illustre l'incident qui l'oppose en mai 2013 à un client ayant loué la maison A Figa. À l'origine : la présence de chiens à l'intérieur, ce que le règlement proscrit. Furieux, Paul Canarelli menace deux des locataires : « Je reviens demain matin, si les chiens ne sont pas dans leur niche à l'extérieur, je vais vous fumer, je vais vous tuer tous les deux.  »

Le ton monte. Le propriétaire gifle un client luxembourgeois, le frappe et lui crache au visage. Lorsque les gendarmes se présentent, Canarelli décline l'invitation à passer à la brigade : il a rendez-vous pour dîner avec le prince Albert de Monaco. Il est finalement condamné en appel pour violences et menaces de mort.

« Je ne le reconnais pas dans le portrait qu'on dresse parfois de lui, relativise l'un de ses amis, le journaliste Jean-Paul Luciani. Celui que je connais est loyal et attachant, un travailleur acharné chaussé de bottes d'agriculteur, gérant une entreprise à plus de 150 salariés à l'année. Un homme fidèle et loyal.  »

Cette loyauté l'a conduit à ne jamais rompre le lien qui l'unissait à Richard Casanova, l'une des figures de la criminalité organisée, assassiné le 23 avril 2008, à Porto-Vecchio. Dans le 4x4 du défunt, les enquêteurs ont retrouvé une clé magnétique donnant l'accès au domaine.

Même lorsque les tueurs de l'autre camp l'ont désigné comme une cible en décembre 2017*, l'homme d'affaires, parrain d'un des enfants Casanova, a assumé cette proximité devenue lourde à porter.

L'«inertie » des gendarmes

Pendant des années, l'État a préféré détourner le regard. Inaction qui lui vaut d'être condamné en 2008 pour « faute lourde  » : les gendarmes de Sartène ont tardé à appliquer les ordres du procureur, en l'occurrence la pose de scellés dans un différend d'ordre privé sur le domaine. Ils ont fait preuve d'« inertie  » malgré des « ordres clairs et précis  » du magistrat, déplore l'arrêt de la cour d'appel de Bastia du 30 mars 2011.

Pour sa défense, l'État faisait alors valoir la difficulté d'appliquer une telle décision face aux soutiens dont dispose le propriétaire : « Certains élus locaux intervenaient auprès du préfet de région en faveur de M. Canarelli en s'offusquant d'une possible intervention à l'intérieur du domaine  »...

Les temps changent. Paul Canarelli est visé par des soupçons de blanchiment aggravé de fraude fiscale, un dossier suivi à la Juridiction interrégionale spécialisée de Marseille. Tout est parti d'un signalement de Tracfin il y a plusieurs années : l'organisme antiblanchiment de Bercy a repéré des flux d'argent suspects en provenance du Luxembourg à hauteur d'environ 3 millions d'euros. Il y a quelques semaines, Canarelli a été entendu en audition libre. « Il a apporté toutes les explications nécessaires. L'affaire s'arrêtera là  », prédit son avocat Me Philippe Dehapiot.

Temps de travail, biodiversité... tout est passé au crible

Au parquet d'Ajaccio, on assume « une approche globale d'enquête en considérant Murtoli comme une entreprise unique  », alors qu'il est constitué de multiples lots et sociétés. D'où un entrelacs de décisions de justice. Cette fois, les vérifications sont systématiques, parcelle après parcelle. Le 14 juin, le Comité opérationnel départemental anti-fraude (Codaf) a opéré des contrôles tous azimuts, en présence du procureur d'Ajaccio, Eric Bouillard.

Temps de travail des employés, parties de chasse, respect de la biodiversité : tout est passé au crible. Les contrôleurs ont pu constater que les parasols et transats sur les deux plages disposaient bien des « autorisations d'occupation temporaire  » nécessaires. Des précisions ont été exigées sur les périodes de chasse. « Mais aucune infraction n'a été constatée, tient à préciser Me Dehapiot. Nous nous félicitons de cette visite qui a permis aux différents services de vérifier l'excellence de la gestion du domaine.  »

Personne ne conteste désormais les efforts réalisés ici en matière d'environnement. Il faut dire qu'on partait de loin. En décembre 2016, Paul Canarelli était condamné en appel pour « exécution de travaux sans autorisation  » : il était allé prélever du sable sur la plage à grands coups d'engins de chantier. Le propriétaire de Murtoli avait cependant été dispensé de remettre les lieux en l'état. Ce qui fait dire à l'association U Levante qu'il s'agissait d'« une peine pour rire  ». Prise de conscience ? Me Dehapiot rappelle que « Murtoli accueille maintenant une base de la SNSM à la pointe de la plage, participant au service public du sauvetage en mer.  »

La sous-préfète, la voyante et les textos

Véronique Caron, sous-préfète de Sartène de juin 2015 à septembre 2017./AFP/Pascal Pochard-Casabianca

La première fois que l’on a aperçu sa silhouette sur le domaine, c’était pour une inspection administrative. Des visites privées ont suivi, notamment pour une partie de golf sur le green de Murtoli. La justice s’intéresse aux conditions dans lesquelles Véronique Caron, sous-préfète de Sartène de juin 2015 à septembre 2017, fréquentait Murtoli : le parquet d’Ajaccio (Corse-du-Sud) a ouvert une enquête préliminaire pour des soupçons de « corruption passive  », faits que l’intéressée conteste en bloc.

À l’origine de l’affaire, il y a le recours intenté par la haute fonctionnaire contre des permis de construire pour trois « bâtiments agricoles  » accordés à Valérie Guilbert, la compagne de Paul Canarelli, propriétaire du domaine. Contre toute attente, la sous-préfète décide de suspendre l’action de l’État le 28 juin 2016, neuf jours seulement avant l’audience au tribunal administratif. Lors d’une réunion en préfecture, elle justifie cette position par le fait que le dossier, monté par un collaborateur peu familier de ce type de procédure, a peu de chance d’aboutir. À l’époque, l’association U Levante s’étonne d’un tel revirement et s’interroge sur ses raisons véritables.

La polémique rebondit au mois de février dernier lorsque U Levante transmet à la justice des textos témoignant de la proximité de Véronique Caron avec Valérie Guilbert. Ces SMS dont certains étaient destinés à une voyante, datés de juillet 2017, sont-ils de nature à éclairer d’un jour nouveau le désistement des services de l’État ? « Ces échanges montrent en tout cas des relations étroites entre la sous-préfète et Mme Guilbert  », assure Me Benoist Buisson, avocat de l’association. Avant d’entamer les auditions, les gendarmes vont devoir déterminer dans quelles conditions ces textos privés, dont des parties ont été masquées, ont été transmis au parquet.

« Le domaine de Murtoli a beaucoup fait fantasmer, prévient l’avocate de Véronique Caron, Me Marie-Alix Canu Bernard. Toutes les décisions prises par la sous-préfète l’ont été en parfait accord et collégialité avec le préfet, comme il est de mise au sein du corps préfectoral.  » Véronique Caron a riposté en déposant une plainte pour « atteinte au secret des correspondances  » et « dénonciation calomnieuse  ».

* « Parrains corses, la guerre continue  », Jacques Follorou, Editions Plon.

jdc   inc

Juin 2019

juin

Les nouveaux maîtres de la Corse

24 juin 2019 Par Hélène Constanty (Mediapart.fr)

Le consortium CM Holding, propriétaire de la compagnie maritime Corsica Linea et du quotidien Corse-Matin, joue un rôle clé dans l’économie insulaire. Certains de ses dirigeants entretiennent des liens troubles avec le grand banditisme local.

Mardi 25 juin, le journaliste de Corse-Matin chargé de couvrir le procès d’Antony Perrino au tribunal correctionnel d’Ajaccio sera dans ses petits souliers. Le jeune quadragénaire jugé ce jour-là pour abus de biens sociaux n’est autre que son ex-PDG, actionnaire du consortium CM Holding, lui-même propriétaire de 35 % des parts de Corse Presse, la maison mère de Corse-Matin. Comment le quotidien en rendra-t-il compte dans ses colonnes ?
Antony Perrino, l’un des plus importants promoteurs immobiliers insulaires, à la tête d’une soixantaine de sociétés, est soupçonné de largesses envers Pascal Porri, un voyou qui fait trembler Ajaccio.

Selon différents dossiers judiciaires, à 47 ans, ce dernier est l’un des membres les plus actifs du Petit Bar, une équipe de malfaiteurs aux activités variées – trafic international de drogue, racket, jeux –, impliquée dans plusieurs règlements de comptes, qui tient son nom du bar du cours Napoléon dans lequel ses membres avaient l’habitude de se retrouver.
Pascal Porri, qui roule dans un 4x4 Toyota Land Cruiser blindé, a notamment été condamné à six ans de prison en 2011 pour avoir tenté d’assassiner Alain Orsoni, le président du club de football Athletic Club ajaccien (ACA).

Le fonctionnement interne du Petit Bar, dirigé par Jacques Santoni, un paraplégique cloué dans un fauteuil roulant, est désormais mieux connu grâce au témoignage du repenti Patrick Giovannoni. Cet ancien membre de la bande, qui a accepté de collaborer avec la justice, a livré de précieuses informations sur un autre assassinat imputé à ce clan, celui d’Antoine Nivaggioni. Plusieurs membres du Petit Bar, condamnés en première instance à des peines allant jusqu’à trente ans de prison, sont actuellement jugés en appel à la cour d’assises d’Aix-en-Provence pour ce crime.

Le 25 juin, Antony Perrino devra expliquer aux juges pourquoi il loue à Pascal Porri un appartement de 180 m2, avec vue sur le golfe d’Ajaccio, dans la résidence Albert-Ier, récemment construite par son groupe immobilier, à un loyer largement inférieur au prix du marché, et pourquoi sa SARL Boulevard-Albert-Ier lui a consenti des remises de loyer sans justification, selon des éléments recueillis par la justice.
Pascal Porri et sa compagne Valérie Mouren, cadre à la chambre de commerce et d’industrie de Corse-du-Sud, qui mènent grand train en réglant leurs dépenses en espèces – montres de luxe, voitures, voyages –, devront, eux, répondre de recel d’abus de biens sociaux et de blanchiment de fraude fiscale.
Antony Perrino et Pascal Porri contestent l'ensemble des faits qui leur sont reprochés. Antony Perrino justifie leur relation de proximité par les liens d'amitié qu'ils entretiennent depuis l'enfance.

L’affaire pourrait sembler mineure. Elle est en réalité très révélatrice des liens entretenus par certains patrons, membres de CM Holding, avec le grand banditisme local, de leur plein gré ou sous une contrainte qu’ils ne se risquent jamais à reconnaître. Elle vient nourrir une inquiétude grandissante des Corses vis-à-vis de ce consortium, ses dirigeants et leurs méthodes.

CM Holding a été créée, le 30 juillet 2015, en vue de la reprise au tribunal de commerce de Marseille de la compagnie SNCM, qui assure l’essentiel du trafic maritime entre la Corse et le continent et se trouvait alors en redressement judiciaire, après des décennies de gestion calamiteuse.

Ses douze fondateurs, patrons d’entreprises familiales parmi les plus importantes de l’île, ont versé chacun 100 000 euros pour lui assurer un capital de départ de 1,2 million. À l’origine de l’idée : François Padrona, propriétaire du plus grand centre commercial Leclerc de Corse, en périphérie d’Ajaccio.

Autour de lui, le noyau dur se composait alors de Charles Zuccarelli, propriétaire de cliniques, d’une cuisine industrielle en Haute-Corse et président du Medef local, Pierre-Dominique Anchetti, grossiste en matériaux de construction (Gedimat), Paul Trojani, transporteur routier et président de la chambre de commerce et d’industrie de Haute-Corse, Jean Dominici, loueur de voitures sous l’enseigne Europcar à Bastia (il a succédé à Paul Trojani à la tête de la CCI2B en 2016) ou encore Christian Orsucci, président de la SCA Union des vignerons de l’île de Beauté, la plus grosse coopérative viticole de Corse...

Ses fondateurs lui ont donné le statut de société par actions simplifiée à capital variable, une formule qui n’oblige pas à modifier les statuts en cas de modification du capital et permet aux nouveaux associés de conserver leur anonymat, s’ils le souhaitent. Bref, une jolie boîte noire qui peut alimenter les fantasmes. Le consortium, qui n’a pas publié ses comptes en 2017 ni en 2018, communique a minima. « CM Holding est constituée de 155 entrepreneurs corses, dont 15 actionnaires principaux qui possèdent 95 % de l’entreprise et 140 actionnaires secondaires qui en possèdent 5 %  », se contente de préciser par écrit la responsable de la communication de Corsica Linea, refusant de divulguer la liste complète.
Pourtant, sa structure a beaucoup varié depuis trois ans. Antony Perrino, par exemple, n’y a fait son entrée que le 16 décembre 2015, date à laquelle il a rejoint le groupe des seize administrateurs. Quelle part possède-t-il ? Qui sont les autres actionnaires ? Impossible de le savoir. Aucun des dirigeants contactés n’a souhaité rencontrer ou répondre à l’autrice de cet article.

Son influence sur l’économie corse s’est encore renforcée lorsqu’en mars 2018, CM Holding a acheté 35 % du capital de Corse Presse, la maison mère du quotidien Corse-Matin, au groupe La Provence de Bernard Tapie, pour 3,15 millions d’euros. Une acquisition très éloignée de l’« objectif prioritaire  » affiché dans ses statuts : « assurer le service du transport maritime de fret et de passagers  ». En mars 2019, cette participation est montée à 49 % du capital. Si l’on en croit les annonces faites au personnel, elle devait passer à 65 % avant la fin de 2019 et à 100 % en 2021.

« Quand je sortirai de prison, je le ferai monter au village »
À l’échelle de la Corse, qui ne compte que 340 000 habitants, le poids du consortium, dont les membres emploient plusieurs milliers de salariés, est considérable. « Ils contrôlent, individuellement ou collectivement, plus de la moitié du fret maritime, vital pour l’approvisionnement de l’île, une large part des transports routiers, de la grande distribution, ainsi que le seul quotidien régional », estime Vincent Carlotti, membre d’Anticor, qui s’inquiète de cette emprise sur l’économie et la société insulaires.
« Au départ, c’est un groupement d’épiciers qui veulent sécuriser l’approvisionnement de leurs magasins. Ils en ont marre des grèves à répétition de la SNCM et veulent contrôler le fret maritime », explique un connaisseur du groupe qui, comme la plupart de nos interlocuteurs, tient à conserver l’anonymat.

Tout a commencé au deuxième semestre 2015. Le consortium, qui porte alors le nom de Corsica Maritima, dépose sa candidature à la reprise de la SNCM auprès du tribunal de commerce de Marseille. Hélas, il échoue. À la surprise générale, le 20 novembre 2015, le tribunal de commerce choisit comme repreneur Patrick Rocca, un quinquagénaire à la carrière fulgurante, à la tête d’un empire d’une vingtaine de sociétés dans les transports routiers, les déchets, le bâtiment et le commerce, qui fait de lui le premier employeur privé de l’île.

Pour la ridicule somme de 3,7 millions d’euros, voilà donc Patrick Rocca propriétaire d’une compagnie qui possède sept navires et emploie 845 personnes. Mais la véritable valeur de la SNCM n’est pas là : elle tient au service public assuré par la compagnie, qui dessert les ports corses au départ de Marseille toute l’année, et pas seulement en période estivale, lorsque les touristes envahissent ses plages.

En échange de ce service, qui permet la « continuité territoriale », grâce à quoi la Corse a moins l’impression d’être une île, la Collectivité de Corse verse à la compagnie une subvention de 57,5 millions d’euros par an. Certes, la délégation arrivait alors à échéance. La Collectivité devait lancer un nouvel appel d’offres en octobre 2016, car la délégation en cours avait été annulée par le tribunal administratif de Bastia, pour défaut de respect des règles de concurrence. Mais Patrick Rocca était confiant : il comptait bénéficier de ses excellentes relations avec le président de l’exécutif de la Collectivité de Corse, Paul Giacobbi.

Mais tout ne s’est pas passé comme prévu. En janvier 2016, lorsque Patrick Rocca démarre l’exploitation de sa compagnie, il rencontre deux obstacles inattendus.
Paul Giacobbi a été battu aux élections territoriales de décembre 2015, qui ont vu la victoire surprise d’un tandem nationaliste composé de Gilles Simeoni et Jean-Guy Talamoni.
Et surtout, le consortium a décidé de lui faire la peau. Faisant fi de la décision du tribunal de commerce et passant outre une clause qui interdit aux candidats évincés de faire concurrence au vainqueur pendant six mois, CM Holding a créé sa propre compagnie maritime, Corsica Linea, le 10 décembre 2015. Elle a aussitôt affrété deux navires rouliers, adaptés au transport de fret, et les a positionnés sur les deux lignes principales qui relient Marseille à Bastia et Ajaccio. En concurrence frontale avec les bateaux de l’ex-SNCM.
En quelques semaines, Patrick Rocca est à genoux. Corsica Linea a réussi à récupérer l’essentiel de ses clients... Qui ne sont autres que les actionnaires du consortium : grandes surfaces commerciales, distributeurs de matériaux de construction, importateurs de boissons et de voitures...

Une véritable opération de piraterie ! Le 1er mars 2016, Corsica Linea est d’ailleurs condamnée par le tribunal de commerce de Marseille à cesser immédiatement son activité, jugée illégale, sous astreinte de 150 000 euros par infraction constatée.
Mais les actionnaires du consortium n’en ont cure. Ils ont réussi à faire plier Patrick Rocca, qui a accepté de leur vendre sa compagnie maritime au prix auquel il l’avait achetée à la barre du tribunal, soit 3,4 millions d’euros.
En échange, Patrick Rocca a fait son entrée au consortium, dont il est devenu administrateur le 23 juin 2016. Lui aussi entretient des rapports avec un clan mafieux insulaire, celui des Federici, une fratrie surnommée « les Bergers braqueurs » de Venzolasca, leur fief dans la région montagneuse de Castagniccia.

Le 26 décembre 2016, il a été victime d’une violente agression au siège de sa société Rocca transports, dans la zone industrielle d’Ajaccio. Un inconnu, arrivé à bord d’un 4x4 BMW X5 blindé, immatriculé au nom d’une société de construction de Venzolasca, lui a réclamé 10 000 €, en lui présentant un devis que Rocca a refusé.
Le ton est monté, Rocca a pris des coups. Il n’a pas porté plainte, mais sa compagne Delphine Orsoni, alors élue à l’Assemblée de Corse, inquiète, a prévenu la police. Son agresseur a été identifié : David Costa-Dolesi, considéré par la police comme un porte-flingue du clan Federici.
Cet homme de 37 ans, déjà condamné à trois ans de prison en 2015 par le tribunal correctionnel de Marseille pour sa participation à un vaste trafic de drogue et d’armes à bord des navires de la SNCM, a été cette fois condamné par le tribunal correctionnel d’Ajaccio à 18 mois de prison ferme pour violences volontaires, le 28 février 2017. La qualification d’extorsion de fonds, initialement retenue par le juge d’instruction, n’a pas été reconnue par le tribunal, et ce d'autant que Patrick Rocca n’a lui-même pas considéré qu’il s’agissait de racket et ne s’est pas présenté à l’audience.
Mais la police reste convaincue que le dangereux clan Federici rôde autour de l’entrepreneur. Mediapart a pu consulter une note de synthèse transmise par la PJ d’Ajaccio le 21 juillet 2017 à la juridiction interrégionale spécialisée de Marseille, dans le cadre d’une instruction judiciaire sur des extorsions de fonds imputées au clan Federici.

L’enquête vise en particulier deux des frères : Ange-Toussaint, surnommé « Santu » ou « ATF », décrit par les policiers comme le « leader charismatique », qui purge alors une peine de trente ans de prison assortie d’une mesure de sûreté de vingt ans, pour un triple homicide commis en 2006 à Marseille (la tuerie du bar des Marronniers) et Jean-François, son aîné de trois ans, considéré comme « l’un des piliers du clan ».
Lorsque l’enquête démarre, ce dernier est en cavale depuis 2012, après avoir commis un double assassinat en Corse. Il sera arrêté en février 2016 dans le Var, rejugé et condamné à trente ans de prison en janvier 2017.

Les enquêteurs estiment avoir « démontré les liens entretenus par la famille Federici avec Patrick Rocca », sur la base d’écoutes téléphoniques de plusieurs membres de la famille et de sonorisations du parloir de la prison où Ange-Toussaint Federici purge sa peine.
Ils citent notamment une conversation au parloir, le 27 mars 2015, entre Ange-Toussaint et son frère Balthazar, alors élu à l’Assemblée de Corse. Les frères discutent de la possible reprise de la SNCM par Rocca. Balthazar dit : « C’est un malin », à quoi son frère répond : « Quand je sortirai de prison, je le ferai monter au village. » Une façon typiquement corse de dire que l’homme d’affaires aura des comptes à rendre...

Des interventions éditoriales dans « Corse-Matin »

L’enquête policière pointe les relations d’affaires entre Patrick Rocca et Pierre-Jules Federici, le fils d’Ange-Toussaint.
Ce dernier, décrit comme « l’homme fort de la famille, en l’absence de son père et de son oncle incarcérés », est « chargé de la gestion des activités économiques du clan », notamment la société de fret aérien Casinc’Air, basée à l’aéroport de Bastia.
Connu des services de police, Pierre-Jules n’affiche à son casier qu’une condamnation à trois ans de prison pour violences volontaires avec arme lors d’une fusillade dans une boîte à strip-tease de Bastia.

Le dossier du racket du clan Federici, qui n’a pas encore été jugé à Marseille, illustre bien la complexité de ce type d’investigations, lorsque se mêlent, au sein d’une même famille, des assassins, des notables et des chefs d’entreprises ayant pignon sur rue. Contrairement à l’Italie, où le délit d’association mafieuse permet de renvoyer des familles entières devant les tribunaux, la loi française est singulièrement démunie face à ces réseaux inextricables.
D’autres membres du consortium ont été récemment la cible d’autres types de pression, révélateurs du climat de violence qui continue de régner dans l’île, en dépit de la disparition du mouvement nationaliste clandestin. Dans la nuit du 15 février 2017, une charge explosive arrachait le rideau métallique du siège du groupe Perrino à Ajaccio ; dans la nuit du 28 juin 2018, une charge explosive, qui n’a pas fonctionné, était découverte devant l’entrée du tout nouveau centre Leclerc d’Ajaccio, propriété de François Padrona, le fondateur de CM Holding, qui venait d’ouvrir ses portes deux jours plus tôt.

Un mois plus tard, le 25 juillet, l’agence de location de voitures Europcar de l’aéroport de Bastia, gérée par la société Holcar de Jean Dominici, membre du consortium et président de la CCI2B, était endommagée par l’explosion d’un engin déposé nuitamment devant la porte par un individu à moto... Les enquêtes judiciaires sur ces attentats sont toujours en cours : à Ajaccio pour les deux premiers, à la JIRS de Marseille pour le dernier.

Corsica Linea n’a connu aucun déboire de ce genre. La compagnie aux bateaux rouges ornés d’une tête de Maure affiche une réussite économique éclatante. Son chiffre d’affaires est passé de 170 millions d’euros en 2016 à 200 millions en 2018, grâce à une forte hausse du trafic avec le Maghreb, pour un bénéfice net de 10 millions d’euros.
Les clients sont satisfaits, leurs remorques embarquent et débarquent sans encombre. Et le personnel file doux : pas un seul jour de grève depuis la reprise.

Les seuls à faire la moue sont les consommateurs. La subvention de continuité territoriale, censée diminuer le coût du transport, n’est pas répercutée sur le prix des produits de consommation courante, qui restent parmi les plus élevés du pays.
Corsica Linea devrait prochainement remporter haut la main la nouvelle délégation de service public pour la desserte maritime de la Corse, d’octobre 2019 à décembre 2020. Selon le rapport final d’analyse des offres, révélé par France 3 Corse, la compagnie devrait se voir attribuer trois des cinq lignes proposées : Ajaccio, Bastia et L’Île-Rousse (l’appel d’offres ayant été infructueux sur deux lignes de moindre importance, Propriano et Porto Vecchio).

Le vote est prévu à l’Assemblée de Corse jeudi 27 juin. À la clé : 80 millions d’euros de compensations financières seront versés chaque année à Corsica Linea. Malgré ces bonnes nouvelles, l’avenir n’est pas sans nuage.

Le consortium lui-même est la cible d’une enquête préliminaire du Parquet national financier, sur laquelle aucune information officielle n’a filtré. Tout juste sait-on qu’en octobre 2017, une centaine de policiers ont perquisitionné simultanément les sièges des principaux actionnaires de CM Holding, leurs domiciles ainsi que les bureaux de la Collectivité à Ajaccio et ceux de la compagnie maritime à Marseille.

Les investigations, confiées à la police judiciaire, portent sur les conditions du changement d’actionnariat de la compagnie maritime ainsi que sur une transaction avortée entre Corsica Linea et la Collectivité de Corse. L’une des mesures phares du programme politique des nationalistes au pouvoir consiste en effet en la création d’une compagnie maritime régionale, dont le principe a été voté par l’Assemblée de Corse le 6 septembre 2016.

Cette compagnie, qui n’a toujours pas vu le jour, devait être dotée de deux bateaux, le Monte-d’Oro et le Paglia-Orba, que Corsica Linea devait vendre à la Collectivité, au prix de 10 millions d’euros. Le 29 juillet 2016, Gilles Simeoni, le président du conseil exécutif, annonçait fièrement dans un tweet que la transaction avait été conclue.
Mais la vente ne s’est finalement pas concrétisée. Le 27 juillet 2018, l’Assemblée de Corse a officiellement renoncé à acheter les navires, jugés trop vieux et trop coûteux à mettre aux normes environnementales.
Les questions demeurent. Le prix de 10 millions d’euros annoncé en 2016 était-il trop faible par rapport à la valeur marchande des navires ? Ou au contraire trop élevé ? A-t-il pu constituer, pour Corsica Linea, autre chose que le prix réel de cession des navires ? Le mystère reste épais en attendant les conclusions de l’enquête du PNF.
L’autre incertitude pour l’avenir du consortium tient aux résultats de sa gestion de Corse-Matin. Longtemps épargné par le déclin que connaît la presse quotidienne régionale, partout en France, le quotidien a vu ses ventes diminuer fortement ces dernières années, passant de 37 000 exemplaires pèéar jour en 2014 à 30 000 en 2018, selon l’Alliance pour les chiffres de la presse et des médias.

En parallèle, son déficit s’est brutalement creusé. Lors du comité d’entreprise du 1er février 2019, au cours duquel Antony Perrino a annoncé son départ, il a dressé un tableau très noir de la situation du journal : Corse Presse a terminé l’année 2018 avec un déficit de 1,9 million d’euros, qui devrait encore se creuser en 2019 pour atteindre 2,6 millions. Le consortium, qui avait prévu de racheter une nouvelle tranche de capital pour atteindre les 65 % fin 2019, a donc décidé de repousser à plus tard cette opération, se contentant de passer à 49 % fin mars.
Depuis cette réunion, l’inquiétude n’a fait que croître au sein de la rédaction. D’autant que les mauvais résultats financiers se doublent d’interventions éditoriales difficiles à tolérer, selon plusieurs journalistes.

Une nouvelle publication : « Maquis »

maquis

La disparition de Blaise Orsini

Blaise Orsini, père fondateur du Svegliu Calvese s'est éteint


Rédigé par (Jean-Paul-Lottier) le Lundi 17 Juin 2019 à 21:57

blaise

Photo JM Colonna

Blaise Orsini s'est éteint ce lundi 17 juin à son domicile calvais à l'âge de 83 ans. Figure emblématique de la cité "Semper Fidelis, il est le père fondateur de l'association culturelle U Svegliu Calvese.

C'est un immense voile de tristesse qui a enveloppé ce lundi 17 juin la cité calvaise mais aussi la Balagne et toute la Corse entière à l'annonce ce matin du décès de Blaise Orsini, survenu des suites d'une longue maladie à l'âge de 83 ans.
Avec sa disparition c'est toute une page de la vie de la cité calvaise qui se referme.
Depuis cette annonce douloureuse, les nombreux messages affluent. Tous souhaitent rendre à cet homme de culture au caractère bien trempé, jamais à court d'idées.
On se souvient notamment de sa complicité avec le Baron Henri-Louis de la Grange aux inoubliables "Nuits d'Alziprato".
En 1981, Blaise Orsini a l'idée de créer l'association culturelle "U Svegliu Calvese" dont il confiera la première année la présidence à M. Marcotorchino, avant d'en prendre les reines l'année suivante.
Durant les dix années où il dirigea de main de maître cette association, Blaise ne s'est pas ménagé.
Dominique Bianconi qui est l'une des chevilles ouvrières de l'association témoigne:
" C'est un moment très triste que nous vivons. Blaise laisse derrière lui une activité profonde. C'est grâce à lui que l'on existe encore.
Il avait une force intuitive qui rendait toujours les choses réalisables.
Grâce à son audace et sa détermination, nous avons pu accueillir à Calvi des artistes exceptionnels comme Alexandre Lagoya, les Ballets de Bali, Ousmane Sow et bien d'autres.
Je retiendrai aussi que dans les premières années de l'association, il tenait absolument à ce que l'on fasse des animations dans les quartiers de la ville. Il tenait beaucoup à cet ancrage populaire".


Blaise Orsini, on l'a dit était un homme cultivé, un pionnier de la culture et un être d'une grande sensibilité.
Nombreux sont ceux à se souvenir aussi de sa boutique de "l'Artigianu" qu'il tenait au pied des remparts de la citadelle, face au "Calypso". On y trouvait des tissus et de nombreux objets de décoration d'intérieur.
Ses obsèques seront célébrées ce mercredi 19 juin à 10 heures, en l'église paroissiale de Sainte-Marie Majeure à Calvi.
En cette douloureuse circonstance, la rédaction de CNI présente à sa famille, à ses proches et à toutes les personnes que ce deuil afflige, ses sincères condoléances.

Le communiqué du Svegliu

Blaise Orsini, le fondateur du Svegliu Calvese, vient de nous quitter, emportant définitivement avec lui, notre jeunesse.
Merci à lui, d’avoir été à l’origine de cette formidable aventure, d’avoir cru dans des compétences que nous ne nous soupçonnions pas, merci à lui de nous avoir fait croire qu’ensemble tout devenait possible, et qu’il suffisait de rêver pour que tout s’accomplisse!
Addiu o amicu! Riposa in pace.

Et les mots de François Canava :

C’est un grand vide que laisse notre ami Blaise, c’est une page importante qui se tourne pour notre association et c’est avec infiniment de tristesse que nous saluons la mémoire de cet homme qui demeurera à jamais Le Président, celui qui a fait le Svegliu, celui qui lui a donné sa place dans le paysage culturel corse, et nous lui en sommes reconnaissants.
A ringraziati amicu, per u spiritu chè t’ai sapputu incalcacci.
Riposa in Pace o sgiò Présidente

Le décès d'Eric Gineste

Emu amparatu cù assai tristezza ch'ellu era partutu à l'eternu Eric Gineste, militante culturale di prima trinca, impegnatu in l'indiatura di u Riacquistu è di Canta U Populu Corsu. Femu e nostre parte à tutti i soii, famiglia è amichi, à Doria è a so mamma. Di core cun elli. Ch'ellu riposi in santa pace

"Si n’hè andatu Eric Gineste. Cantadori è musicanti, era di u viaghju tamantu di Canta u Populu Corsu. Si n’hè mossu à ghjucà cù a squadra d’insù, à fiancu forsa à Natali Luciani, Dumenicu Gallet, Alanu Nicoli, Dedè Nobili o Petru Fondacci.." (Alta Frequenza)

eric-gineste

pdc

Mai 2019

inc    pdc

Avril 2019

En Corse, la stratégie perdante d’Emmanuel Macron

FIGAROVOX/ANALYSE - Pour Arnaud Benedetti, Emmanuel Macron a commis une grave erreur en refusant de s’entretenir avec les nationalistes corses. En cause selon lui, une absence de profondeur historique et une incapacité à dialoguer.


Arnaud Benedetti est professeur associé à l’Université Paris-Sorbonne. Il est rédacteur en chef de la revue politique et parlementaire. Il a publié Le coup de com’ permanent (éd. du Cerf, 2017) dans lequel il détaille les stratégies de communication d’Emmanuel Macron.

Après une visite controversée dans l’île voici un an, vécue souvent comme une humiliation par l’opinion insulaire et encore plus par l’exécutif territorial, Emmanuel Macron avait l’occasion, grand débat aidant, de renouer le fil du dialogue. Pour ce faire, fallait-il encore accepter une confrontation sur toutes les questions, y compris celles qui nourrissent les crispations entre l’île et l’État. Gilles Simeoni dégaine un argument massue lorsqu’il compare à l’aune de l’histoire le traitement dont la Corse fut l’objet sous François Mitterrand alors que les nationalistes étaient minoritaires et l’approche du dossier insulaire par le président Macron alors que ces mêmes nationalistes sont désormais aux commandes. Le Président socialiste n’hésita pas alors à offrir un statut particulier, à supprimer la cour de sûreté de l’État, à rouvrir l’université, autant d’avancées qui se firent alors sans qu’autonomistes et indépendantistes ne disposent du poids électoral qui est le leur aujourd’hui.

ll veut bien avancer, mais dans le sillon de sa socialisation politique qui n’est autre que celle des élites dont il est le produit : bruxelloises par absence d’imagination...

Prudent mais connaissant son histoire, François Mitterrand avait compris qu’en Corse la politique était indissociable de la culture et qu’en conséquence il fallait s’adapter au terrain, bien plus que d’imaginer adapter la Corse à une république qui ne lui offrait plus, décolonisation oblige, les grandes aventures que l’Empire lui avait prodiguées. Les Corses dans leur île avaient pris conscience de leur identité, de la déshérence de leur territoire, et ne trouvant plus dans l’État un levier à leur mobilité individuelle y voyaient dorénavant un obstacle à leur destin collectif. Macron, lui, n’a pas ce background. Il s’est construit, comme nombre de jeunes décideurs de sa génération, loin des résiliences identitaires, historiques mais tout tourné vers un horizon qu’il n’envisage qu’au prisme de la mondialisation, de la technologie et de l’économie. Il veut bien avancer, mais dans le sillon de sa socialisation politique qui n’est autre que celle des élites dont il est le produit: bruxelloises par absence d’imagination, technocratiques par éducation, un brin sociétales pour être «tendance» et conservatrices pour le reste...

Confronté à ce que l’on appelait dans d’autres temps, dont il ignore tout, le «problème corse» Emmanuel Macron se crispe avec le réflexe du haut fonctionnaire qui en fin de compte constitue l’archétype de la forge qui l’a générée. Fils de Juppé, petit-fils de Giscard, le chef de l’État est à lui tout seul la parabole finissante d’une lignée qui se cherche, à travers la com’, un second souffle.

À l’épreuve de la petite île, rétive elle aux idées arrêtées, soucieuse du solide des identités quand les marcheurs fluides n’y voient qu’un obstacle à leur fascination pour l’idéologie de la start-up, Macron se cabre et révèle cette part de sa personnalité qui entrave le progrès dont il se revendique... indûment. Toutes les îles européennes sont autonomes, à l’exception de la Corse, dont l’histoire pourtant, la géographie, la culture poussent inévitablement dans cette direction. L’autonomie n’est en soi qu’un mode de gouvernance qui , loin de remettre en cause l’appartenance à l’État unitaire, vise à articuler la relation d’une spécificité, difficilement niable, à un ensemble plus vaste, la République en l’occurrence.

Le Président oublie ce que la politique doit au symbolique.

La crispation macroniste traduit cette méconnaissance de l’histoire qui affleure souvent dans la mécanique de la majorité. La Corse a gagné en apaisement depuis quelques années ; mieux elle s’est efforcée de régler par les urnes plutôt que par les bombes ses questions existentielles. En déclinant l’invitation des élus territoriaux à se rendre dans leur Assemblée, instance de la légitimité insulaire, lieu de l’imaginaire de la «consulte» à laquelle les Corses ne manquent jamais de se référer quand il s’agit de s’affirmer, le Président oublie ce que la politique doit au symbolique. Il prend le risque de la régression en lieu et place du progressisme. Pire: il accrédite l’idée d’une «remastérisation» de ce dernier à des fins bien plus de marketing que de convictions. Il trahit surtout les contradictions d’un macronisme qui, corseté au prisme de Maastricht, compense son déficit criant de souveraineté par un excès de dirigisme. Avec l’Affaire Corse, Macron contredit tout à la fois son pragmatisme supposé, son progressisme affiché, son libéralisme revendiqué au risque de s’hypertrophier dans l’image de l’homme qui n’entend pas...

Source : Le Figaro/Vox

"Travail mémoriel"...

Emmanuel Macron a enjoint les élus corses à mener un « travail mémoriel » à propos de l’assassinat du préfet Claude Erignac, le 6 février 1998 à Ajaccio. « On ne peut pas ne pas regarder en face qu’un préfet de la République a été assassiné ici », a-t-il déclaré, invitant les Corses à exprimer les mêmes « regrets » que ceux qui ont été formulés à propos des événements d’Aléria, l’occupation d’une cave viticole par des militants nationalistes en 1975, qui avait entraîné la mort de deux gendarmes. « Tant que certains n’auront pas le courage de dire : ‘’c’est une plaie, notre cicatrice, et la souffrance de famille Erignac est aussi la nôtre’’, ils feront bégayer l’Histoire », a-t-il estimé.

La réponse de Gilles Simeoni :
"Concernant Aleria, j’aurais aimé, lorsque le président a cité mon père, qu’il le cite intégralement. Et sur l’assassinat du préfet Erignac que faut-il ? 40 000 Corses sont descendus dans la rue. Les membres du commando qui reconnaissent leur participation l’ont publiquement regretté. Mon premier acte public en tant que président de l’Exécutif a été de me recueillir devant la stèle du préfet... Cette culpabilité collective qu’on nous impute dans l’assassinat du préfet, elle a été dans le non-dit, cette fois cela a été dit".

Et celle de Jean-Guy Talamoni :
"L’explication de l’absence de dialogue parce que nous n’aurions pas exprimé de regrets concernant l’assassinat du préfet est irrecevable 20 ans après. Devons-nous expier ad vitam aeternam ? Les Corses sont-ils maudits, génération après génération comme tueurs de préfet ? J’espère vraiment que les mots ont dépassé la pensée".

La lettre ouverte de la LDH

ldh

inc  pdc

Mars 2019

Desserte maritime de la Corse : La Méridionale déboutée par le tribunal administratif

Par France 3 Via Stella Publié le 19/03/2019

Le juge des référés du tribunal administratif de Bastia a rejeté, ce mardi 19 mars, le référé de La Méridionale. La société contestait sa mise à l'écart sur deux lignes de desserte maritime, Marseille-Ajaccio et Marseille-Propriano.

La collectivité de Corse avait étudié ces offres dans le cadre de la délégation de service public (DSP) de transport maritime de passagers et de marchandises entre Marseille et la Corse pour 2019-2020. La Méridionale avait été retenue pour les négociations des dessertes de Bastia, Porto-Vecchio et L'Île-Rousse, mais rejetée pour Ajaccio et Propriano.

Le tribunal administratif a validé dans un communiqué le rejet des deux offres par la collectivité de Corse.

« La Méridionale, qui ne dispose que de trois navires en pleine propriété, mais qui s’est portée candidate sur les cinq liaisons maritimes, a été admise aux négociations sur trois des cinq liaisons maritimes mises en concurrence, mais n’a pas été admise sur celles relatives à la ligne Ajaccio-Marseille et à la ligne Propriano-Marseille. La société ayant substitué deux nouveaux navires devant être affrétés à ceux qui étaient initialement proposés à l’affrètement, devenus indisponibles, la collectivité de Corse a rejeté ces offres. »


La société a fait part de son souhait d'être réintégrée dans la phase de négociations. Elle a annoncé dans un communiqué vouloir faire appel devant le Conseil d'État.

« Nous sommes surpris et nous ne comprenons pas cette décision de nous refuser l’accès aux négociations des dessertes d’Ajaccio et de Propriano. Ceci alors même que notre offre est de qualité, conforme au cahier des charges, et qu’elle peut être, comme il est d’usage, précisée lors de ces négociations ; sans La Méridionale dans ces négociations, la Corse à tout à y perdre. - Benoît Dehaye, directeur général délégué de La Méridionale »


Les salariés STC de la compagnie, très mobilisés dans cette affaire, sont déçus, mais pas surpris, comme le confirme Cyril Venouil, délégué STC de La Méridionale.

« Depuis le début de l'appel d'offres, on le disait que pour nous la compagnie ne s'était pas positionnée de la manière la meilleure. L'autre jour à l'audience, les plaidoiries des avocats et les questions orientées du président du tribunal administratif nous laissait penser qu'il y avait encore un espoir d'être réintégrée dans les négociations d'Ajaccio et de Propriano. Force est de constater que ce n'est pas le cas. »

La compagnie concurrente, Corsica Linea (ex-SNCM), pourra défendre son offre sur l'ensemble des cinq lignes.

inc    pdc

Février 2019

Incendie de Calenzana : Le maire dépose plainte. Sur le front l'accalmie se confirme

Rédigé par (Jean-Paul-Lottier) le Lundi 25 Février 2019

Alors que les pompiers appuyés par les Canadair s'activent toujours sur ce terrible incendie parti samedi soir de Calenzana pour parcourir plus de 1 300 hectares en ravageant tout sur son passage jusqu'à la forêt de Bonifatu en passant par Moncale, les gendarmes de la Brigade de Recherche auxquels l'enquête a été confiée, progressent avec minutie dans leurs investigations. Pierre Guidoni, maire de Calenzana, dont l'interview sur CNI a ému beaucoup de monde, a annoncé ce matin qu'il allait déposer plainte. Sur le front de l'incendie l'accalmie se confirme .Si sur le front des incendies la situation s'améliore, l'heure pour certains est au bilan, principalement à Calenzana où en constatant l'ampleur des dégâts, tous rétroactivement, prennent conscience de l'horreur de cette cauchemardesque soirée de samedi où un simple changement de direction du vent aurait pu tout faire basculer dans l'horreur.

On ne soulignera jamais assez combien l'intervention de nos pompiers pour protéger, sauver des maisons et des bâtiments, aura été déterminante dans cette soirée apocalyptique où le village de Calenzana s'est retrouvé encerclé par un mur de flammes qui filait à la vitesse d'un vent de Nord-Est d'une violence inouïe en direction de Moncale où la aussi la peur devait gagner les habitants.
L'effet de la nuit amplifiait encore plus cette peur qui gagnait chacun.

On l'a dit, le spectacle ce lundi matin n'est que désolation et la colère de tous est immense.
Si samedi et dimanche, la thèse de l'accident était plausible dans les esprits de chacun, force est de constater aujourd'hui que pour bon nombre cet incendie est criminel et que les voix s'élèvent pour demander que celui qui a osé craquer une allumette soit retrouvé et puni comme il se doit. Le maire de Calenzana, Pierre Guidoni parlait de détraqué en liberté qui par son geste fou a mis en péril la vie de nombreux habitants et celle des soldats du feu engagés dans cette course contre la montre, et demandait à ce que tout soit mis en œuvre pour le retrouver.

Les auteurs d'écobuage sont systématiquement verbalisés
Pour l'heure, on l'a dit, on en est toujours au stade des hypothèses et aucune piste n'est privilégiée au détriment de l'autre.
Sur le terrain les gendarmes de la BR Calvi-Balagne auxquels l'enquête est confiée, poursuivent leurs investigations, interrogent beaucoup de monde, récoltent les plaintes de propriétaires victimes de cet incendie alors que les Gendarmes spécialisés en investigations criminelles et leurs collègues pompiers de la cellule de recherche des causes et des circonstances incendie, font des prélèvements au départ du feu à la Flatta et étudient dans le moindre détail les lieux, à la recherche du moindre indice susceptible de les faire avancer dans l'enquête.

Paradoxalement, et aussi incroyable que cela puisse paraître, malgré l'ampleur des dégâts et l'émotion que cet incendie a pu déclencher, certains n'ont pas hésité dimanche ou encore ce lundi a procéder à Moncale, ou encore route de l'aéroport à Calvi, à des écobuages, et ce malgré l'interdiction préfectorale de faire et le vent qui souffle toujours autant.
C'est de l'inconscience de ceux qui le pratiquent et les Gendarmes n'entendent pas laisser passer en verbalisant systématiquement. Au PC Feu installé à l'aéroport de Calvi, , le commandant Patric Botey faisait un point de la situation à la mi-journée:
" La situation est nettement plus favorable qu'hier. A la dernière reconnaissance effectuée, il ne reste qu'une partie de la lisière de Sambuccu encore active et ce bien qu'elle soit toute proche de la neige. Les avions ont de la difficulté à travailler à cause d'une aérologie difficile.
Les moyens terrestres sont engagés sur Terrazzone et aussi sur la piste du Sambuccu .
La superficie est inchangée".

Un autre point sera fait en fin de journée.

pdcdec   inc

Janvier 2019

Paul Parenti n'est plus


Rédigé par Jean-Paul-Lottier le Vendredi 4 Janvier 2019

C'est avec infiniment de tristesse que l'on a appris le décès à Calvi de Paul Parenti, survenu à l'âge de 77 ans. Figure de la cité calvaise. Paul Parenti, fauché par un deux-roues qui a pris la fuite le 22 juin dernier, ne s'est jamais remis de cet accident toujours impuni à ce jour
Paul Parenti

Il venait tout juste de fêter son 77e anniversaire. C'était le 14 décembre dernier. Son décès est intervenu de façon brutale et à l'annonce de sa disparition, c'est un immense voile de tristesse qui a envahi la cité de Colomb.
Ancien employé de la DDE, amoureux fou de la nature, Paul était de ceux de l'aventure de la société mycologique de Balagne à ses débuts. Les plantes, les champignons, fleurs et autres n'avaient pas de secret pour lui.
Amateur de photos, on le retrouvait régulièrement sur des manifestations et c'est toujours avec le souci du détail qu'il opérait.
Paul menait une vie paisible, plutôt solitaire, il aimait s'installer à la terrasse d'un café le matin et ne manquait jamais de saluer ses amis.
Et puis, cette vie paisible s'est transformée en cauchemar ce 22 juin 2018 lorsqu'un deux-roues l'a renversé avant de prendre la fuite.
Une fracture de la hanche et plusieurs côtes cassées le tiendront éloigné de ses activités.
Une plainte a été déposée et une enquête a été menée par les services de Gendarmerie, mais hélas, à ce jour ce délit reste toujours impuni. Paul s'en est allé sans malheureusement savoir qui a pu commettre cet acte inqualifiable.

Depuis cet accident, Paul n'était plus le même. Certes il remarchait avec un appareillage adapté et l'on recommençait à le voir en ville, mais à quel prix.
Il y a quelques jours encore il nous disait sa volonté de s'en sortir et de retrouver une vie normale.
Le destin en a décidé autrement.
Pour sa mémoire, pour ce qu'il a pu endurer ces derniers mois de sa vie, espérons que l'auteur de cet accident et de ce délit de fuite, soit interpellé et que Paul puisse reposer en paix.
En cette douloureuse circonstance, Corse Net Infos présente à toute sa famille, ses proches et ses amis ses plus sincères condoléances.
Ses obsèques seront célébrées demain, samedi 5 janvier à 10 heures en l'église Sainte Marie Majeure de Calvi.

Source : CorseNetInfos

Je suis bouleversé par ce décès si soudain. J'avais parlé avec Paul au téléphone pour les vœux mardi dernier et il était plein de projets et heureux dans la perspective de nous retrouver en septembre.
Nous avions sympathisé il y a une quinzaine d'années lors des Rencontres de Calvi, nous échangions souvent sur les groupes et les chanteurs que Paul connaissait pratiquement tous, mais aussi sur les randonnées. En plus d'être un grand amoureux de musique, Paul connaissait la montagne corse comme sa poche et avait plein d'anecdotes et de souvenirs à raconter. Sa passion de la photo lui a parfois valu quelques reproches à cause de déclenchements trop bruyants mais il était aimé et apprécié de tous.
Depuis l'accident dont il fut victime en juin 2018, il ne pouvait monter à la Citadelle sans assistance. Nous gardons un souvenir ému de sa dernière apparition pour le concert de Tavagna lors de l'ouverture des Rencontres 2018. Et un souvenir plus personnel : Nous l'avions emmené en voiture pour assister à un concert d'U Fiatu Muntese - "Les Moyens", comme il les appelait, par opposition aux "Petits" (L'Alba) et aux "Grands" (A Filetta). Sur le parvis, à la fin du concert, les membres du groupe nous invitent à revenir pour un "rappel privé", A Muntagnera, que Paul affectionnait particulièrement. Un merveilleux moment d'amitié.
Paul, tu nous manques déjà...

Jean-Claude Casanova

pdcdec inc36

   


Haut de page   Accueil     Page précédente  En savoir plus   Mentions légales


Les archives de la page :

   2018     2017     2016     2015     2014     2013    

2012     2011     2010     2009     2008     2007     2006


Corsicamania, l'annuaire des sites corses

Valid XHTML 1.1