Roland Ferrandi

Dernière mise à jour : 15/12/2015

Vous êtes ici : Musique/Chant corse/Cantarini/Roland Ferrandi

Après une formation de guitare classique professionnel, Roland Ferrandi étudie le luth avec Eugène Ferré et la basse continue au Conservatoire d'Aix-en-Provence puis à Toulouse.
Il se spécialise en guitare Baroque et se produit en soliste, en concert avec Barbara Furtuna et au sein d'ensembles de musique ancienne et traditionnelle : Gruppo Albicastro, duo Ferrandi/Melia, Versu currenti...

Luthiste, guitariste baroque et théorbiste, il se spécialise en instruments à cordes pincées traditionnels du Bassin méditerranéen, et est aujourd'hui spécialiste de la Cetera, le Cistre corse.

Créateur du groupe corse « FIUME» il propose outre ses arrangements de musiques traditionnelles, mais aussi ses nouvelles compositions.
Il enregistre en Mai 2004 au studio « L’angelina » un CD intitulé « Cetera » entierement dédié à cet instrument, composé d’airs traditionnels et de créations.

ferrandi

cetera

En juin 2006 son groupe « Fiume » enregistre à Rognes un CD intitulé« U caminu muntagnolu »

caminu

Puis en juillet 2008 sort un CD enregitré aux studios « Ricordu » , guitare et Cetera
« Bocca Turchina » issu principalement de compositions nouvelles.

turchina

Enfin un CD instrumental avec de nouvelles compositions de « Fiume » est en préparation.

Roland Ferrandi a accepté de répondre à mes questions.
Une interview passionnante :

Roland Ferrandi, pouvez-vous nous parler de votre parcours musical ?

Je commence vers l’age de dix ans, à essayer par ci par là d’égrener quelques notes à la guitare. J'eus la chance sur mon chemin de rencontrer Louis Davalle, ce vieux disciple d’Andrés Ségovia, qui devint mon maître, et le resta de nombreuses années, en m'accompagnant tout au long de mes études de guitare classique.

Puis, je donnai de nombreuses représentations musicales, de concerts, d'animations, et enseignai la guitare comme instrument soliste puis d'ensemble.
Mes concerts me poussèrent vers des pays étrangers, j'avais soif de savoir, d'étudier de nouvelles cultures, de comprendre, d'en connaître encore plus...
Je partis alors pour étudier la musique en Italie, en Espagne, en Suisse.

Je rencontrai de nombreux musiciens qui comptent maintenant, pour certains, parmi mes meilleurs amis. Et c'est dans cette période de ma vie que je découvris le luth...
Je décidai d'essayer, mais il y avait peu d'informations sur cet instrument et sa musique. Alors, je pris conseil et travaillai avec Yasunori Immamura, Hopkinson Smith, Jorge Fresno, Rolph Lisveland.

J'étudiai non seulement avec eux le luth, mais aussi la guitare baroque, le théorbe, ainsi que la "basse continue".

Au cours de vingt-cinq années de travail, j'ai développé ma carrière en jouant en soliste et en musique d'ensemble en France et en Europe ; actuellement, je me "partage" entre le sud de la France (à Marseille) , où je réside, et la Corse. En enseignant la musique, j'ai abordé le problème des techniques de la guitare classique, du luth, et plus tard , de la cetera .

La cetera justement. Pouvez-vous décrire cet instrument encore assez peu connu ?

Cet instrument est effectivement assez peu connu du grand public, mais il n'en demeure pas moins qu'il est souvent utilisé par certains groupes corses.

La "cetera" qui en italien signifie "cistre" existe depuis très longtemps déjà dans tout le bassin méditerranéen ; c'est un instrument très ancien, et qui a évolué au cours des siécles "en dents de scie".

Marin Mersenne au dix septième siècle - dans son traité d'harmonie universelle -, faisait déjà état d'un cistre a huit rangs de cordes employé par les italiens, nul doute en ce concerne ses origines ...et qu'il ait été ensuite ré-approprié en Corse au point d'en devenir, sous sa forme actuelle, son accord, sa construction, un instrument spécifiquement insulaire.

Quelles sont les différences avec le luth ?

Pour établir un parallèle entre le luth et la cetera, il s'agit d'abord de donner quelques précisions :

il existe de très nombreuses formes de luth : médiéval, Renaissance, baroque, oriental.... et on a souvent nommé "luth" les instruments a cordes tendues et pincées soit a l'aide d'un plectre ou « aux doigts ».

Je ferai donc un parallèle avec le luth Renaissance et baroque.

Le luth est piriforme, est composé de cordes en boyau ou nylon pour les luths actuels, la cetera à un fond plat et les cordes en acier.

Le luth est un instrument soit soliste, soit d'ensemble, soit d'accompagnement de chants, et est considéré comme instrument "noble", avec une construction souvent très précise, réalisée par des luthiers spécialisés, l'instrument à morphologie précisément établie, avec une écriture musicale très élaborée depuis le début de la Renaissance musicale (au quinzième siècle).

La "Cetera" est un instrument typiquement populaire, dont le répertoire est issu pour sa part de la tradition orale, et tout aussi intéressant, ses huit doubles cordes sont en acier, et la technique est du pincé, soit au plectre , soit "aux doigts "

On peut la classer en tant que cistre parmi les instruments "mélodiques" bien qu'il ait été employé souvent , en Corse , pour accompagner la chanson.

Ce sont des instruments complémentaires, et pour ma part je les insère souvent au sein d'un même concert, en les resituant dans leur contexte historique et esthétique, que ce soit en musique ancienne ou en "nouvelles créations" et compositions.

Ce n'est plus la confrontation entre la musique "savante" et la "musique populaire" , mais leur complémentarité établie.

La technique instrumentale est elle différente par rapport a celle de la guitare ?

Lorsque je me suis "penché" sur la technique de la cetera, après diverses recherches, à ma connaissance, force m'a été de constater qu'il n'existait pas une technique propre a la cetera, sinon des pistes sur des techniques diverses, plus ou moins complètes .... chaque musicien établissant alors la sienne.

Ma proposition est d'employer la technique du luth nettement plus appropriée, et je vous invite a visiter mon site http://www.roland-ferrandi.com où je développe largement cette approche.

En fait, celle de la guitare peut fonctionner, mais à mon avis elle est moins adaptée à la cetera, car c'est un instrument totalement différent.

Il existe bien une technique de cistre renaissance et baroque, mais elle s'apparente plus à la technique du luth médiéval, c'est-à-dire avec plectre et travail sur l'articulation du bras droit.

Existe t-il des partitions pour cetera ou des enregistrements anciens ?

A vrai dire, les seules partitions que je connaisse sont les tablatures de Stefanu Allegrini datant du dix-huitième siècle, sous forme de manuscrit, ... difficiles à déchiffrer a vrai dire.

Je les ai présentées au musée de Corte pour "a ghjurnata di a cetera" en concert en

Sinon, peu d'écrits a ma connaissance ; ce qui s'explique par le fait que cet instrument, issu de la tradition orale, est aussi et surtout un instrument d'improvisation sur des thèmes nouveaux, ou sur des mélodies déjà existantes (sirinati, lamenti ...)

On peut aisément écrire la musique de cetera à l'aide de la tablature de luth .

Quant aux enregistrements, j'en connais peu, sinon celui de Mighele Raffaeli enregistré sur microsillon il y a une vingtaine d'années.

J'avais effectivement entendu parler des tablatures de Stefano Allegri (par le disque "Cetera" d'Henri Agnel).
Sur la pochette du même disque, Nando Acquaviva indique qu'il ne s'est mis à la cetera qu'en accordant cet instrument comme une guitare. Est-ce votre cas ?

Non, je n'ai pas débuté la cetera en l'accordant comme une guitare (et ceci est exposé aussi comme un choix et une proposition), mais comme un luth, car les techniques basées sur l'articulation du bras droit me semblent plus appropriées à cet instrument ; ainsi le travail sur "l'inertie" de la main droite est plus précise avec la main droite et permet surtout de détacher et distinguer toutes les voix de l'instrument, a l'instar du luth.

Cette technique permet également l'usage mesuré du médiator (plectrum), lorsque l'on désire jouer en "battue rythmique", je l'emploie aussi sur la "guitare battente".

Donc, bien que guitariste de formation, mon approche est celle de la musique ancienne, et plus particulièrement celle du luth, piste différente de celle de Nando, dont je respecte le travail mais qui est autre; il est d'ailleurs intéressant de comparer les deux approches, cela contribue à enrichir cette technique instrumentale.

Un autre paramètre entre en compte également ; il existe en Corse, et plus généralement dans le bassin méditerranéen, des Cetere avec des nombres différentiels de cordes.

Je joue aussi d'une cinq rangs de cordes, un peu plus petite et sur un accord différent, dés lors la polyvalence de cette technique de luth me permet un abord plus direct de l'instrument.

Nando dit aussi que la cetera n'est pas chromatique comme la guitare. Pouvez-vous m'en dire plus ?

Toutes ne sont pas chromatiques ... et loin s'en faut ... mais le chromatisme et non chromatisme, devient comme un débat "d'expert" et cela reste à mon avis important d'un point de vue "historique" et conférencier.

J'en ai une également qui n'est pas chromatique, mais l'oreille actuelle est différente de celle des temps de nos pères, et mis à part la richesse de l'authenticité, seul un auditoire de gens spécialisés peut l'apprécier a sa juste valeur. L'écoute est toute autre.

Mon choix a été de présenter la cetera à tempéraments égaux, soit en demi-tons réguliers; de cette manière on englobe la cetera dans le monde méditerranéen et italien, on a ainsi une grande polyvalence, et beaucoup plus de chances de s'ouvrir au grand public, permettant alors une plus grande ouverture, connaissance et diffusion de cet instrument .

Mais, vous l'aurez compris, j'englobe la cetera, dans un contexte corse certes, mais plus dans une perspective méditerranéenne grand horizon. car la Corse est un élement du bassin mediterranéen et on connaît la richesse de son histoire et de ses apports culturels.

Parlez-nous de votre duo avec Benjamin Mélia, le groupe « Fiume » a évolué, pourriez vous nous en dire plus ?

Ce duo essentiellement instrumental a pour intitulé "à la croisée de la musique provençale et corse" et je l'ai récemment renommé CORDEVENTU.

Nous jouons des instruments : cetera, guitare, cornemuses, flûtes diverses, galoubet tambourin, petites percussions.

CORDEVENTU est une extension de "FIUME", (essentiellement Corse puis plus généralement d'influence méditerranéenne : italienne, andalouse ...), avec au programme musique ancienne chants et danses, airs traditionnels corses chantés et instrumentaux, puis de nouvelles créations de FIUME instrumentales et vocales.

fiume

Les instruments employés sont : la cetera, la mandole, la guitare, la cornemuse, l'accordéon diatonique, jeu de flûtes diverses , et violon ; sans oublier deux voix d'hommes.

Certaines fois , nous intervenons sur demande avec divers groupes, orientaux, napolitains...
Le groupe Fiume a donc évolué, vers une « géometrie variable » donnant ainsi, nous l'espérons, une plus grande de variétés culturelle , et plus de richesse harmonique et vocale.

Quel type de musique écoutez-vous ?

Toutes les musiques, sans exception.

Que pensez-vous de la scène musicale actuelle en Corse ?

La scène corse à mon avis gagnerait à ouvrir plus largement son horizon, vers la musique du bassin méditerranéen et ainsi s'étendre plus largement vers ces cultures multiples et variées ; beaucoup de personnes en Corse en parlent, mais il faudrait maintenant que cela passe plus dans les pratiques !

Il y a de très bons musiciens et chanteurs en Corse, des groupes polyphoniques de haut niveau comme Barbara Furtuna, Tavagna, Voce di Corsica ...

Mon souhait est qu’il y ait davantage de communications et d'échange .

Sur l'ouverture à la musique du bassin méditerranéen, la démarche d'un groupe comme L'Alba vous paraît-elle intéressante ?

J'apprécie beaucoup le travail de l'Alba, et en fait toutes les directions sont bonnes et interessantes, et je salue et respecte tous ceux qui ont travaillé dans une direction, qui ont quelque chose à dire, même et surtout si elle est différente de la mienne ; toutes les propositions fondées et construites sont très intéressantes, elles s'ouvrent sur des réflexions nouvelles, et pourquoi pas des remises en question salutaires ...

Sortie en ligne le 8 août 2013 du nouveau CD de Roland Ferrandi, Ceterando.

Roland Ferrandi aborde ce CD en soliste à la cetera. Son désir est de nous faire découvrir cet instrument avec ses harmonies, ses sonorités, son timbre, sa superbe palette de couleurs musicales. A travers les méandres de cette musique passionnée, Roland Ferrandi nous présente ses compositions et ses réappropriations musicales du répertoire traditionnel corse et méditerranéen, sa vision de la musique ainsi que son amour pour la poésie musicale de son île.

Autre interview à lire sur le site d'Artnshow : http://www.artnshow.com/interview/invites/roland_ferrandi_0203/

Lien vers extrait vidéo

separateur

haut de page   accueil  page précédente


Les pages "musique" sont organisées comme suit :

Le chant corse

Les pages consacrées à A Filetta :

A Filetta : témoignages 

Actualité et archives

Chants : les textes des chants

Concerts avant 2006

Concerts 2006

Concerts 2007

Concerts 2008

Concerts 2009

Concerts 2010

Concerts 2011

Concerts 2012

Concerts 2013

Concerts 2014

Concerts 2015

Concerts 2016

Concerts 2017

Concerts 2018

Discographie : tous les disques en détail

Repères chronologiques : A Filetta de 1978 à aujourd'hui

Parole : Les mots d'A Filetta (interviews, entretiens…)

Galerie photo

sans oublier mon livre sur A Filetta !

Les pages consacrées aux concerts du groupe L'Alba 

Les pages consacrées aux groupes et chanteurs corses

Les pages consacrées aux paroles des chants corses :

- page "chants d'A Filetta",

- chants corses d'hier

- chants corses d'aujourd'hui

Les compte-rendus de concerts

Les pages consacrées aux Rencontres polyphoniques de Calvi :

Les invités des Rencontres (tous les artistes y ayant participé au moins une fois)

Le jazz et la page consacrée à Paolo Fresu

Les annonces et compte-rendus de concerts de jazz

Les musiques du monde

L'opéra, la musique baroque, etc.

Les inclassables

Les vidéos

Et enfin, ma sélection de disques du mois.


Corsicamania, l'annuaire des sites corses

Valid XHTML 1.1