Lætitia Himo

Dernière mise à jour : 15/12/2015

Vous êtes ici : Musique/Chant corse/Cantarini/Lætitia Himo

"Tempérament de feu, sensibilité à fleur de peau, reconnue par les plus grands artistes, Laetitia Himo, violoncelliste corse, multiplie les concerts dans toute la Corse et à travers le monde. Cette virtuose, au son si particulier et puissant, vous transportera dans les méandres de la musique classique, d'oeuvres abouties telles que Bach ou de Tchaikovski en splendides oeuvres populaires.

Elle débute la musique à l’âge de quatre ans. À neuf ans, elle s’éprend de la sonorité du violoncelle et décide qu’il deviendra son compagnon de vie.

Très jeune, elle est remarquée lors d’une audition par de célèbres professeurs du conservatoire de Moscou. Lætitia Himo est reçue à l’unanimité à 14 ans au concours d’entrée de cette grande école russe et y suit une formation durant huit années. Elle est une des élèves privilégiées des grands maîtres tels que Mstislav Rostropovitch, Nathalia Gutmann, Alexandre Schneider et Dmitri Chebalin du Quatuor Borodin.

Elle se perfectionne pendant trois années à la Juilliard School de New York. Elle remporte le grand prix du concours Concert Artiste Guild de New York et le prix de l’Académie internationale de musique de Los Angeles.

Elle se produit à travers le monde, invitée par de prestigieux chefs d’orchestres tels que Jean-Claude Casadesus, Claudio Simone, Angel Romero, Vladimir Spivakov, Alexandre Roudine, Jérémie Rhorer, Antonio Tornero... Elle forme un duo de grâce danse-violoncelle avec des solistes de l’Opéra national de danse de Paris.

Souvent invitée en Amérique latine, elle joue avec les orchestres du Mexique, du Costa Rica et du Venezuela. Elle collabore régulièrement, à Berlin et en Europe, avec le chef Lior Shambadal et le Berliner Symphoniker.

Elle joue aussi en musique de chambre, en duo, trio ou quatuor, avec de grands noms de la scène internationale, comme Erez Ofer, premier violon de la Radio de Berlin, Youri Bashmet ou Alexander Rudin.

« Révélation et talent exceptionnel du violoncelle français », pour de nombreux médias français et étrangers, « elle est une musicienne, sensible, raffinée, intense, qu’elle exprime sur son violoncelle avec une grande justesse des styles », note Jean-Claude Casadesus.

Sa personnalité artistique se caractérise par un jeu au phrasé éclatant, profond et intense doté d’une sonorité au timbre velouté. Lætitia Himo sait transmettre à son public, à travers son violoncelle, une émotion qu’elle habille de douceur.

Lætitia Himo est fondatrice et directrice artistique du festival Canticello.

himo

logo
Sur les cordes sensibles

Après avoir fait le tour du monde, la violoncelliste a élu domicile à Bastia. Le mois dernier, Laetitia Himo accompagnait un duo de danseurs de l’Opéra de Paris. Avec la saison des concerts, elle a plusieurs dates programmées en Corse.

himo

La rencontre a lieu sur place du Marché. L'endroit où son père, musicien de jazz, a grandi avant de s'exiler en région parisienne. Forcément, le Marché est resté pour elle le lieu des vacances. Le terrain de jeu de l'enfance. Depuis trois ans, Bastia est aussi son lieu de vie. Après avoir parcouru le monde, vécu à Moscou et New-York, elle a voulu y poser ses valises. « C'est difficile pour une Méditerranéenne de se passer de ce climat, cette lumière, des odeurs... », glisse-t-elle. 

Discipline. Laetitia Himo est une artiste qui prend la vie au sérieux. Doigts fins, ongles courts, la musicienne impressionne par son regard noir, presque dur. Formée à la musique par son père, elle a commencé à jouer du piano à 4 ans. Le violoncelle n'arrive que vers 9-10 ans. « On écoutait beaucoup de jazz à la maison, ainsi que des chanteurs, des ténors... Mon père chantait et jouait de la musique corse. J'étais très sensible à la voix des chanteurs, grave et puissante. »
La première fois qu'elle entend du violoncelle, c'est Rostropovitch qui interprète. Plus tard, il deviendra son professeur au conservatoire de Moscou, où elle étudiera pendant huit ans. « J'ai découvert le son d'un instrument qui me chantait. Le timbre, homogène, m'a sensibilisée. Cette intensité et cette finesse à la fois... » Elle découvre aussi l'exigence de son nouveau compagnon. « C'est un instrument avec lequel il faut batailler, physiquement et émotionnellement, sourit-elle. Ca demande un long parcours de pratique, d'étude. Une discipline. »

Romantique. Après l'école russe, Laetitia complète sa formation à la prestigieuse Juilliard School de New-York, où elle entre grâce au compositeur de musique contemporaine Pascal Dusapin. Elle collabore ensuite avec d'autres musiciens célèbres - l'altiste russe Iouri Abramovitch Bachmet, parmi d'autres.
Désormais, elle oeuvre en solo. Avec un orchestre, ou en duo, avec sa soeur au piano. Parfois, une harpiste. Son répertoire est essentiellement classique : Bach, Mozart, Chopin, Tchaïkovski, Brahms... comptent parmi ses compositeurs favoris. La violoncelliste se produit dans le monde entier. Souvent en Amérique Latine, mais aussi dans les pays de l'Est et en Espagne.
Depuis quelques années, on l'entend de plus en plus en France.

Canticello. Après avoir sorti quatre albums, Laetitia songe au cinquième. Le premier enregistrement, l'année dernière, ne parvient pas à la satisfaire. Elle avoue fuir les sessions en studio. Pas assez naturelles, trop techniques, selon elle. Elle aime l'acoustique des églises et les prises de son en live.
A côté de son travail de soliste, Laetitia Himo a lancé Canticello, un festival de musique classique et traditionnelle. La troisième édition aura lieu en octobre, à Bonifacio, Calvi et peut-être Bastia. Avec toujours, le besoin de faire partager sa passion et de provoquer les rencontres.
« Elle a toujours essayé de faire participer un grand nombre d'artistes insulaires, souligne Jean Sicurani, chanteur du groupe A Filetta, qui a collaboré avec elle pour le festival. Ce n'est pas évident, avec les Corses. Mais le temps d'un concert, ça marche ! »
Regrettant l'image élitiste du classique, et persuadée que n'importe qui peut y être sensible, Laetitia Himo tente d'ouvrir son champ, par la rencontre de la musique traditionnelle, pour toucher un public plus large. Apparemment, ça marche.

Libre. « On a la chance d'avoir en Corse une grande violoncelliste, soutient Jean Sicurani, également président et directeur artistique des Rencontres de Calenzana, un festival de musique classique et contemporaine dans lequel Laetitia Himo se produira en août prochain. Dommage qu'elle ne soit pas programmée davantage à l'extérieur. » Selon le peintre bastiais Louis Schiavo, qui connaît Laetitia depuis l'enfance, « il lui manque un manager pour la faire entrer dans les circuits ».
« Je suis border line, concède la musicienne. J'aime ma liberté. En très bonne Corse que je suis. »
Celle qui tient tant à son indépendance ne dévoilera pas ses origines juives. Pourtant, son rêve jalousement gardé serait de se produire un jour en Israël, assure un de ses amis.
En attendant, c'est ici, sur la terre de Corse, que le son grave et envoûtant de son violoncelle construit son imaginaire. Sur la Corse sensible.


Lien vers extrait vidéo

separateur

haut de page   accueil  page précédente


Les pages "musique" sont organisées comme suit :

Le chant corse

Les pages consacrées à A Filetta :

A Filetta : témoignages 

Actualité et archives

Chants : les textes des chants

Concerts avant 2006

Concerts 2006

Concerts 2007

Concerts 2008

Concerts 2009

Concerts 2010

Concerts 2011

Concerts 2012

Concerts 2013

Concerts 2014

Concerts 2015

Concerts 2016

Concerts 2017

Concerts 2018

Discographie : tous les disques en détail

Repères chronologiques : A Filetta de 1978 à aujourd'hui

Parole : Les mots d'A Filetta (interviews, entretiens…)

Galerie photo

sans oublier mon livre sur A Filetta !

Les pages consacrées aux concerts du groupe L'Alba 

Les pages consacrées aux groupes et chanteurs corses

Les pages consacrées aux paroles des chants corses :

- page "chants d'A Filetta",

- chants corses d'hier

- chants corses d'aujourd'hui

Les compte-rendus de concerts

Les pages consacrées aux Rencontres polyphoniques de Calvi :

Les invités des Rencontres (tous les artistes y ayant participé au moins une fois)

Le jazz et la page consacrée à Paolo Fresu

Les annonces et compte-rendus de concerts de jazz

Les musiques du monde

L'opéra, la musique baroque, etc.

Les inclassables

Les vidéos

Et enfin, ma sélection de disques du mois.


Corsicamania, l'annuaire des sites corses

Valid XHTML 1.1