banniere

Diana Saliceti

Dernière mise à jour : 20/04/2017

Vous êtes ici : Musique/Chant corse/Cantarini/Diana Saliceti

diana

Formée à l’art polyphonique auprès de Natale Luciani puis de Jean-Pierre Godinat, Diana Saliceti, après avoir participé à l'aventure de Santavuglia, de l’Altagna et de Dopu Cena, se lance dans ses premières créations. Inspirée par les voix de femmes méditerranéennes et les techniques vocales traditionnelles,elle s’inscrit dans la modernité. Sa voix, elle, reste la même, unique et enchanteresse.

C’est dans la dialectique du chant et de la langue corse que s’incarne le talent de Diana Saliceti.
Malgré son jeune âge, elle a cette façon unique d’interpréter les grands classiques traditionnels de toute son âme. On appelle ça " u versu".
.. qui se conjugue avec sa passion de la monodie au féminin où se croisent fado, tarentelle italienne autant que ballades irlandaises...

Une façon de poursuivre le voyage tout en restant sur son île, au fil de ses collaborations artistiques.

A peine âgée de vingt-cinq ans, Diana s'est déjà illustrée dans divers domaines et à de multiples reprises. Toutes les portes, si difficiles à franchir pour certains, semblent lui être ouvertes.

Diana est ouverte sur le monde sans tourner le dos à sa terre, elle est urbaine et rurale, de la mer et de la montagne, elle donne l'impression de prendre autant de plaisir à côtoyer des personnes âgées que de son âge. C'est une corse, mais au delà de ça c'est une méditerranéenne, une citoyenne du monde.

Voilà ce qu'écrivait, dans l'Express, Olivier Le Naire en 2007 :

"L'envol de Diana"

"Elle a les yeux enjoués, la voix grave, encore des allures de femme enfant et toute une polyphonie dans la tête. A 19 ans, Diana Saliceti, l'une des quatre voix du groupe l'Altagna, oscille entre l'air de la passion et celui de la raison. Le premier dit l'amour des siens, de son île, de ses origines; l'autre ressemble à un chant du départ. Elève de khâgne, à Bastia, Diana aimerait continuer l'an prochain ses études à Paris, mais, en attendant, elle chante dans la langue qu'elle entendait enfant dans les villages de Tasso et de Saliceto. "J'entendais le corse autour de moi et ses sonorités me fascinaient. Et puis, il y avait les polyphonies: les chanteurs me semblaient des surhommes!"

Pour mieux partager ses émotions, Diana s'initie au corse en famille puis, au lycée, apprend à l'écrire et remporte l'an dernier le prix Andria Fazi, qui récompense le meilleur élève dans cette discipline. Enfin, soucieuse de faire aussi "chanter la langue, de la sortir des salles de cours pour la ramener dans la vie et dans la rue", elle fonde donc avec ses amies l'Altagna, groupe de polyphonies qui, en trois ans, a déjà acquis une belle réputation. "Le corse s'est imposé à nous comme une évidence pour dire l'entraide, la beauté de l'île, nos rêves d'enfance et nos idéaux", explique Diana.

Grâce à la polyphonie, les filles de l'Altagna ont rencontré des artistes. Elles ont écrit des poèmes, en ont emprunté à d'autres, retrouvé des textes ancestraux, et mis tout cela en musique pour vivre et chanter au pluriel. "S'exprimer en corse renforce le sentiment d'appartenir à une communauté. C'est aussi une fenêtre ouverte sur les autres cultures, insiste Diana. Maintenant que je suis entrée dans cette langue, tout sonne juste. Elle fait le lien avec ceux qui étaient là avant nous, le lien entre hier et aujourd'hui. Et, si tout le monde s'y met, peut-être demain." Si la langue corse est sauvée un jour, ce sera grâce à des femmes comme Diana.

Interview pour Praxiscumitatu (avril 2014)

Barbara Ettori-Morandini : Êtes-vous consciente de cet attachement des corses pour vous?

Diana Saliceti : A vrai dire, la question m'interpelle. Si c'est le cas je suis très touchée car je marche beaucoup à l'affect et cet attachement est réciproque. Toutefois l'adage le dit bien: on ne peut pas plaire à tout le monde. Ce qui est sûr c'est que je suis sincère lorsque j'écris ou que je chante. Je suis si fière d'être d'ici que j'essaye au quotidien de ne pas décevoir les personnes qui m'ont tout appris. Je vois surtout le chant comme un lien privilégié avec les gens de ma terre.

BEM : A l'aube de votre carrière, et fortes des expériences que vous avez déjà vécues, comment vous voyez-vous dans cinq ans ?

DS : Je ne me projette jamais dans le futur, très rarement. Je sais juste que je ne pourrai jamais arrêter de chanter. Chaque jour m'inspire de nouveaux airs, des thèmes à exploiter. Tout finit toujours par se traduire en chanson, j'espère que cela continuera dans le futur. J'aimerais aussi avoir enregistré un album, pour le moment cela semble le parcours du combattant. J'espère de même être toujours au coté de Barthélemy car ensemble on travaille très bien, cette amitié est unique. Ha oui et dans cinq ans, j'espère avoir le cheval dont je rêve depuis vingt ans.

BEM : Vous avez opté, dès le départ, pour mener de front carrières artistique et journalistique (1). Aujourd'hui comment vous définiriez-vous?

DS : Il est vrai que cela peut paraître difficilement compatible. Je trouve ces deux univers totalement complémentaires à mon échelle. J'ai besoin de la rigueur de l'un pour canaliser l'extravagance de l'autre. Carrière artistique ou journalistique: pas question de choisir. Chacun d'entre nous a surement deux visages, voici les miens.

BEM : Expliquez-nous l'univers que Barthélemy et vous, avez souhaité mettre en scène dans ce spectacle.

DS : Nous livrons le travail de plusieurs mois. Des dizaines de répétitions faîtes dans mon salon. Nous savions ce que nous voulions. Barthélemy me permet de finaliser des mélodies que j'ai en tête, de les arranger. Il nous arrive même de composer ensemble. Il joue un air, j'improvise, ainsi peut naitre un morceau.
Cette complicité était à exploiter sur scène où nous sommes deux êtres face à face. Un frère et une sœur, un couple, des amis, des étrangers, dans certaines chansons j'ai cherché à ce que nos deux voix se fassent écho.

BEM : A court terme, comment évoluera ce projet? (d'autres dates, un cd...)

DS : La motivation est là. Il ne s'agit pas de voir trop grand ni trop loin. C'est juste une question de plaisir. Je voudrais enregistrer la quinzaine de créations avant que celles ci soient "périmées". Chaque époque a surement ses chansons. Dans quelques mois, je risque de ne plus me reconnaître dans les textes que je chante. Mieux vaut les fixer sur un album afin que ces chansons rencontrent les gens et ne meurent pas dans l'œuf. Je vois la musique un peu comme la mode, avec des saisons à présenter. Ne demeurent que les belles choses et c'est le public qui décide.

(1) Diana Saliceti signe chaque semaine une chronique en langue corse dans Corse-Matin, en compagnie de Julian Mattei (rubrique à Dilla Franca).

Sola filmé au Théâtre de Bastia en mars 2015 :

diana

C'est à Salgetu, village de Castagniccia perché à 800 mètres d'altitude, que se déroulera, du 12 au 25 octobre, l'enregistrement en auto-production du tout premier disque de Diana intitulé "Forse". Une période qui sera suivie de trois semaines de mixage et de mastering  pour une sortie officielle fixée le 8 décembre.

"Forse" : ce mot ou plutôt cet adverbe de la langue corse veut dire "sans doute", "peut-être". Un adverbe à lire selon votre état d'esprit. Un tout petit mot pour dire que c'est peut-être, voire sûrement, le moment de se lancer, à 27 ans, dans l'aventure d'un premier disque. 14 titres seront sur cet opus, les 3/4 sont des créations personnelles, paroles et musique.

L'équipe artistique :

Stéphane Albertini: guitare acoustique mandoline ; Arnaud "Nano" Méthivier: accordéon ; Martial Paoli: piano;Nicolas Torracinta: guitares acoustiques et électriques;Miché Dominici: batterie et percussions;Jean-Marie Gianelli: basse

Un concert aura lieu dans le village de Salgetu pendant la période de l'enregistrement. Le mix et le mastering de l'album auront ensuite lieu du 26 octobre au 13 novembre à Paris.

C'est à la foire de Bocognano, les 28 et 29 novembre, qu'arriveront les premiers exemplaires de l'album dont la sortie officielle est prévue le 8 décembre dans de nombreux points de vente.

Une tournée d'hiver est programmée en décembre pour présenter l'album "Forse".

- le 2 à Corté, au Spaziu Natale Luciani
- le 3 à Biguglia, au Théâtre municipal
- le 4 à Migliacciaru, au centre culturel Anima
- le 5 à Île Rousse, au cinéma le Fogata
- le 7 à Ajaccio à Scenina, soirée réservée aux donateurs du Kiss Kiss Bank Bank (apéritif dinatoire et mini-concert)
- le 8 à Sartène, au centre culturel
et le 10 à Ajaccio, à l'Espace Diamant

Enregistrement du disque de Diana Saliceti à Salgetu - Stéphane Albertini à la guitare et mandoline - Miché Dominici aux percussions - Jean-Marie Gianelli à la basse - Arnaud "Nano" Méthivier à l'accordéon - Martial Paoli au piano et Nicolas Torracinta à la guitare acoustique et électrique.

Une petite video de présentation (suivre ce lien)

forse

L'album "Forse" est disponible depuis le 8 décembre 2015.

forse

Ma récension en page "Disques du mois". A lire aussi celle de Carole Guelfucci sur son site "Racines corses".

forse

Et celle de Frédérique Balbinot pour "Eccu":

eccu

Diana invitée de "Tra di noi" le 27 décembre 2015 :

diana diana

Diana interviewée par Paroles de Corse (01/02/2016) :

et par Philippe Martinetti pour 6 1/2.

Diana dans "Cultura Commestible"

diana

jdc

16/03/2017

Une interview de Diana

Et son abécédaire...

separateur

Haut de page   Accueil     Page précédente  En savoir plus   Mentions légales


Les pages "musique" sont organisées comme suit :

Le chant corse
Les pages consacrées à A Filetta :

A Filetta : témoignages 
Actualité et archives
Chants : les textes des chants
Concerts avant 2006
Concerts 2006
Concerts 2007
Concerts 2008
Concerts 2009
Concerts 2010
Concerts 2011
Concerts 2012
Concerts 2013
Concerts 2014
Concerts 2015
Concerts 2016
Discographie : tous les disques en détail
Repères chronologiques : A Filetta de 1978 à aujourd'hui
Parole : Les mots d'A Filetta (interviews, entretiens...)
Galerie photo
sans oublier mon livre sur A Filetta !

Les pages consacrées aux groupes, chanteurs et musiciens corses

Les pages consacrées aux paroles des chants corses :

- page "chants d'A Filetta",
- chants corses d'hier
- chants corses d'aujourd'hui

Les compte-rendus de concerts

Les pages consacrées aux Rencontres polyphoniques de Calvi :

Les invités des Rencontres (tous les artistes y ayant participé au moins une fois)

Le jazz et la page consacrée à Paolo Fresu

Les annonces et compte-rendus de concerts de jazz

Les musiques du monde

L'opéra, la musique baroque, etc.

Les inclassables

Les vidéos

Et enfin, ma sélection de disques du mois.


Corsicamania, l'annuaire des sites corses

Valid XHTML 1.1